Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier Semyr

Langues et incunables à Toulouse (1475-1500)

Jean-François Courouau

Résumés

C’est de Castille que provient l’imprimerie quand elle apparaît à Toulouse : on étudiera ici la production toulousaine d’incunables, qui présente un certain nombre de caractéristiques qui en font un cas particulièrement intéressant pour l’étude des changements culturels qui affectent cette partie de la France et de l’Europe à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J’ai bénéficié pour ces recherches de nombreux soutiens et je tiens à remercier ici tout particuli (...)
  • 2  Tibulle Desbarreaux-Bernard, Établissement de l'imprimerie dans la province de Languedoc, Toulouse (...)
  • 3  En ligne sur http://www.gesamtkatalogderwiegendrucke.de/. Sur cette vaste entreprise, vid. Marie-L (...)
  • 4  Frédérick R. Goff, Incunabula in American Libraries : A Third Census of Fifteenth-Century Books Re (...)
  • 5  Sylvain Macary, « Étude sur l’origine et la propagation de l’imprimerie à Toulouse au xve siècle » (...)
  • 6  Henry Harrisse, Les premiers incunables bâlois et leurs dérivés : Toulouse, Lyon, Vienne-en-Dauphi (...)
  • 7  Aimé Lambert, « Jean Parix, imprimeur en Espagne (1472 ?-1478 ?), puis à Toulouse », Annales du Mi (...)
  • 8  Antonio Odriozola, « Los libros impresos por Juan Párix en Segovia y Toulouse y los atribuibles a (...)
  • 9  Christian Péligry, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, 3, B (...)
  • 10  En ligne sur http://www.bl.uk/catalogues/istc/. Malgré ses indéniables qualités, ce catalogue prés (...)

1Les temps sont loin à présent1 depuis l’époque où le grand bibliophile Tibulle Desbarreaux-Bernard (1798-1880) traquait dans une bonne partie de l’Europe les incunables toulousains2. Depuis le Second Empire, la connaissance des circonstances qui ont présidé à l’introduction de l’imprimerie à Toulouse, troisième ville du royaume à accueillir des presses, a été considérablement enrichie, même si, on va le voir, de nombreuses questions subsistent. Les progrès les plus spectaculaires ont été réalisés dans l’identification – parfois encore là aussi teintée d’interrogations – des premiers textes imprimés à Toulouse, grâce aux vastes entreprises de recensement comme celles menées par les auteurs du Gesamtkatalog der Wiegendrucke3, par des bibliographes aussi remarquables que Frederick R. Goff (1964, 1972, 1973)4 à partir des riches bibliothèques d’Amérique du nord ou encore par les contributeurs aux différents catalogues nationaux (IBE, CIBN, BMC, IBPort…) dressés dans le courant du xxe siècle. Dans le cas précis de la production toulousaine, après les travaux fondateurs de Desbarreaux-Bernard et les études de Macary5, Harrisse6 et Lambert7, l’avancée la plus spectaculaire est due au bibliographe espagnol Antonio Odriozola8 qui, au prix d’un travail considérable sur les caractères et le matériel d’impression, a établi avec précision la répartition entre les différents imprimeurs toulousains et proposé, quand cela était nécessaire, des datations. Les conclusions d’Odriozola ont été reprises par Christian Péligry9 et intégrées dans les grands catalogues européens, à commencer par l’Incunabula Short Title Catalogue10 de la British Library qui fait à présent autorité sur la question et sert de base à cette étude.

2Cent trente-cinq incunables et cinq imprimeurs sur vingt-cinq ans, voilà qui est peu si on compare aux deux premières villes du royaume, Paris et Lyon, ou encore aux grandes villes d’imprimerie comme Venise ou Bâle. Il convient donc d’emblée de ne pas surestimer l’importance de Toulouse comme centre d’impression dans l’Europe de la fin du xve siècle. Ceci étant, même ramenée à des proportions qu’on qualifiera de moyennes, la production toulousaine présente un certain nombre de caractéristiques qui en font un cas particulièrement intéressant pour l’étude des changements culturels qui affectent cette partie de la France et de l’Europe à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance.

  • 11  L’orthographe du patronyme de l’imprimeur toulousain est variable, Kleeblatt si on s’en tient au h (...)

3Invention allemande, l’imprimerie est, à Toulouse comme ailleurs en Europe, amenée par des Allemands, mais pas d’Allemagne. Le premier de ces Allemands, Jean Parix (†1501), est certes originaire de Heidelberg, mais il a transité par l’Italie et surtout par Ségovie où il est allé s’établir et où il a publié en 1472 le premier livre imprimé dans la péninsule Ibérique, avant de venir se fixer, pour des raisons que nous ignorons, à Toulouse. C’est là qu’il va voir se succéder, tantôt s’associant à eux, tantôt travaillant seul, quatre imprimeurs d’origine germanique : Henri Turner (†1477), de Bâle, à partir sans doute de 1475, Henri Mayer, également de Bâle, le plus important des imprimeurs toulousains, actif de 1484 à 1496 et Étienne Kleeblatt11, dont l’origine précise n’est pas connue (1488-1491).

  • 12  Sur les trois grandes langues de la Péninsule, il ne manque que le portugais. À cause du poids de (...)

4C’est donc de Castille que provient l’imprimerie quand elle apparaît à Toulouse. De cette origine péninsulaire, la production des incunables toulousains va garder quelque chose si on se fie au nombre de titres imprimés rapportés aux langues employées dans le corps de l’ouvrage. Comme on peut s’y attendre, la domination du latin est écrasante. Avec 111 titres sur 135, soit 83 %, elle ne laisse que peu, très peu, de place aux langues vulgaires. C’est là, précisément, cependant, que se situent les résultats les plus étonnants, ceux qui motivent cette étude. Parmi les 24 ouvrages restants, la langue la plus imprimée à Toulouse est clairement le castillan avec 14 titres (en gros 10 % du volume total) auquel on peut ajouter 2 titres en catalan. Cette importance de deux langues hispaniques12 est frappante si on relève le nombre d’ouvrages imprimés dans la langue locale, l’occitan (un seul titre), et en français (sept titres, soit 5 %). Quelle que soit la façon de calculer, en fonction de la place assignée au catalan et à l’occitan, on voit clairement que le castillan, ou les langues hispaniques, l’emporte(nt) du double sur le français.

5Ces rapports inégaux entre les langues demandent à être étudiés. L’angle proposé ici tient compte des choix thématiques des ouvrages. Concrètement, que donnent à lire les imprimeurs toulousains aux lecteurs de telle ou telle langue ? Est-il possible d’établir, en fonction des langues, une ou des typologie(s) qui nous permettent de voir se dessiner, derrière les listes sêches des catalogues, des lignes de fractures, des oppositions, elles-même révélatrices de changements à l’œuvre non pas seulement chez quelques imprimeurs mais plus largement dans des sociétés en pleine mutation ?

  • 13  Dans ce tableau, n’ont été retenus que les ouvrages pour lesquels une datation est admise, ce qui (...)

6Pour répondre à ces questions, plusieurs perspectives seraient envisageables. Celle que je retiens considère l’ensemble de la production toulousaine comme un corpus unique à l’intérieur duquel il est possible d’isoler des sous-groupes, langue par langue, sans suivre un fil chronologique strict, du reste souvent difficile à reconstituer, sans s’attacher non plus aux imprimeurs de façon individuelle. À la lumière du tableau synoptique suivant13, qui présente les titres en langue vulgaire imprimeur par imprimeur, on ne peut toutefois que remarquer certains faits frappants, d’interprétation toutefois délicate et on se contentera ici de formuler quelques hypothèses. Jean Parix, quand il arrive à Toulouse, en 1474 ou 1475, ne se lance pas dans le livre en castillan, il continue à imprimer du latin et on peut se demander si la publication de 1476, le Sacramental de Sánchez de Vercial, ne constitue pas simplement une tentative, menée, du reste en association avec Turner. Ce sera d’ailleurs également en association, avec Kleeblatt cette fois-là, que Parix se lancera à nouveau dans l’imprimé en castillan (cinq titres en 1488-1489). Cette seconde vague de Parix révèle à coup sûr une rivalité commerciale avec Henri Mayer. Celui-ci, quasiment dès son entrée sur le marché toulousain, s’est lancé dans le livre en catalan (1485 et 1486) et en castillan (1486), puis on assiste, de part et d’autre, à un pic dans les deux années 1488 et 1489 où la concurrence est la plus intense entre les deux officines. Mayer se singularise non seulement par sa longévité dans le paysage plutôt instable des imprimeurs toulousains et par la qualité de sa production, saluée par tous, de Desbarreaux-Bernard à Péligry, mais c’est à lui – et non tant, finalement, à Parix – que l’imprimerie toulousaine doit peut-être le plus son orientation linguistique. À côté du catalan et du castillan, on le voit en effet, en 1488, s’ouvrir au français et en 1494 à l’occitan. Cette ouverture demeure cependant extrêmement timide. Il convient de le noter : Mayer, et aucun imprimeur toulousain, ne renoncera jamais au primat du latin, pas plus, d’ailleurs, qu’il ne poursuivra dans la voie des langues vulgaires. Signe, assurément, que les temps ne sont pas advenus où la domination exclusive du latin volera en éclats, signe aussi, que de nouveaux équilibres, difficilement, se mettent en place.

Répartition des langues par année et par imprimeur dans les incunables imprimés à Toulouse

La part (rognée) du lion : le latin

  • 14  Il s’agit en fait d’un folio unique trouvé dans une reliure espagnole à la Bibliothèque Vaticane, (...)

7Les 111 ouvrages imprimés en latin peuvent être répartis en plusieurs catégories principales. Un premier groupe rassemble les auteurs de l’Antiquité classique : Ovide (De arte amandi) T 1476-1477 – Cicéron (De officiis) PT 1476-1478 – Boèce (De consolatione) P 1480, 1481, ca. 1482 – Dionysius Cato M 1488-1489 – saint Jérôme (prologue de la Bible) M 1488-149014 – Ésope (Aesopus moralisatus) M apr. 1484 – Aristote (Oeconomica) et Sénèque (De moribus) M ca. 1495.

  • 15  Sauf pour Aristote dont l’Oeconomica est publiée « seulement » 15 fois avant 1501, le nombre d’inc (...)
  • 16  La deuxième édition française de l’Ésope moralisé est de Paris (apr. 1486).
  • 17  La première édition européenne de Dionysius Cato date de 1465, elle n’est pas localisée. La premiè (...)

8Aucun de ces titres n’est véritablement une surprise. On les rencontrait fréquemment dans les bibliothèques du temps des manuscrits et dès l’apparition de l’imprimerie, certains, comme le De officiis, Boèce, les dystiques de Dyonisius Cato ou l’Ésope moralisé, entrent de plain pied dans le circuit du livre15. L’étonnement provient plutôt de la précocité des choix effectués par les imprimeurs toulousains. L’édition du De arte amandi d’Ovide est la seconde en Europe après celle d’Utrecht (1474) tandis que celles de Boèce (une des dix premières en Europe), de Dionysius Cato et de l’Ésope moralisé16 sont les premières en France et dans la Péninsule Ibérique17. En dépit de la difficulté à travailler à partir de datations approximatives, on peut, sans grands risques d’erreur, observer que les imprimeurs toulousains ont, pour le choix des textes antiques, le regard tourné principalement vers les villes allemandes et italiennes avec lesquelles le décalage temporel est globalement faible. Il peut arriver, apparemment, que le mouvement inclue la Péninsule (couronne d’Aragon) si on en juge par l’Oeconomica, imprimée d’abord à Strasbourg, Barcelone, Valence, Vérone et Cologne, avant de l’être à Toulouse.

9Deux grandes catégories se partagent ensuite le corpus toulousain latin. La première, dans une ville célèbre pour son université, est tout ce qu’il y a de plus attendu. La littérature juridique (droit civil et droit canon) représente ainsi un peu moins de la moitié de l’ensemble de la production en langue latine. On peut l’examiner en tentant de croiser deux types de critères :
ceux, d’abord, liés à la situation chronologique des auteurs, afin de déterminer ce qu’on pourrait appeler le degré d’actualité de ces impressions toulousaines ; ceux, ensuite, qui permettent de placer les incunables toulousains dans le paysage plus vaste des impressions européennes, au niveau du continent (E), de la France (F) et de la Péninsule Ibérique (H). L’édition princeps, s’il y a lieu, est signalée.

  • 18  L’antériorité de l’incunable parisien ne semble pas établie, mais je suis l’ordre proposé par l’IS (...)
  • 19  Lat. Henricus de Gorichem (†1431), recteur de la Sorbonne, puis professeur de théologie à Cologne, (...)
  • 20  Il existe une édition lyonnaise mais sa datation (ca. 1491-1495) est vraiment trop floue pour étab (...)

10xiie siècle
Decretum Gratiani M ca. 1488-1490 ; E26 ; F2 ; H1 ; Strasbourg 1471.
xiiie siècle
Dino da Mugello (De regulis juris) PT ca. 1476-1477 ; E3 ; F1 ; H1 ; Rome 1472.
xive siècle
Balde (Tractatus permutationum beneficiorum) P ca. 1475 ; E2 ; F2 ; H1 ; Paris 147518.
Federico Petrucci (Disputationes, quaestiones et consilia ) PT 1476-8 ; E2 ; F1 ; H1 ; Rome 1472.
Bartole (Ordo iudicii) M ca. 1485 ; E2 ; F2 ; H1 ; Vienne (Dauphiné) 1478.
Guillaume Du Breuil (Stilus curiae parlamenti regis Franciae) M 1488-1489 ; EFH 1 (/1).
Franciscus de Maioranis (In categorias Porphyrii) M 1490 ; E2 ; F1 ; H2 : 1 ; Lérida 1485.
xve siècle
Ludovico Pontano (Singularia juris) PT ca. 1476 ; E9 ; F1 ; H1 ; Venise 1471.
Andrea Barbazza (Repetitio rubricae "De fide instrumentorum") PT 1476 ; E3 ; F1 ; H1 ; Parme 1474-1475.
Andrea Barbazza (Repetitio super capitulo Raynucii de testamentis) T ca. 1476 ; E2 ; F1 ; H1 ; Bologne apr. 1475.
Buonaccorso da Montemagno (Controversia de nobilitate) PT 1476-1478 ; E2 ; F1 ; H1 ; Venise ca. 1471.
Giasone del Maino (De iure emphiteutico) P 1479 ; E2, F1 ; H1 ; Pavie ca. 1477.
Giorgio Natta (Repetitio capituli 'Quamvis' de pactis in sexto Decretalium) P 1479 ; E2 ; F1 ; H1 ; Pavie, apr 1475.
Angelus de Gambilionibus (Lectura super Institutionibus) P 1480 ; E4 ; F1 ; H1 ; Rome 1473.
Angelus de Gambilionibus (Lectura super titulo de actionibus institutionum) P 1480 ; E3 ; F1 ; H1 ; Venise.
Johannes de Platea (Lectura super libros X, XI, XII Codicis) P 1481-1482 ; EFH1 (/2).
Heinrich von Gorkum19 (De celebratione festorum) M 1484-86 ; E4 ; F1 ; H1 ; Esslingen av. 1473.
Antonius de Rosellis (De ieiuniis) M 1484-1486 ; E4 ; F1 ; H2 (Saragosse 1480-1484) ; Rome 1473-1474.
Pietro d’Ancarano (Repetitio capituli "Canonum statuta" de constitutionibus) M 1484-1486 ; E3 ; F1 ; H1 ; Bologne 1475.
Pietro d’Ancarano (Repetitiones tit. De regulis iuris Sexti Decretalium) M 1484-1490 ; EFH 1 (/1).
Bernard Lauret (Casus in quibus iudex saecularis potest manus in personas clericorum sine metu excommunicationis imponere) M ca. 149420.
Bartholomaeus Cepolla (De servitutibus urbanorum et rusticorum praediorum) M ca. 1496 ; E8 ; F1 ; H1 ; Pérouse ca. 1475.

  • 21  Huit en deuxième lieu (4 pour le xive et 4 pour le xve siècle) et quatre en troisième lieu (un pou (...)

11Dirigée vers le monde universitaire, cette production juridique reprend les canons bartolistes en vogue auprès des enseignants et des étudiants toulousains, avec, pour les textes, largement majoritaires, du xve siècle, une nette prédilection pour les professeurs des universités d’Italie du nord. Un seul Toulousain est imprimé dans sa ville, Bernard Lauret, grâce sans doute à la charge de premier président du parlement qu’il exerce de 1472 à 1495. Pour le reste, le décalage avec les éditions princeps est généralement faible. Sur les 22 ouvrages présentés ici, plus de la moitié sont imprimés en deuxième ou troisième lieu en Europe21. Dans 15 cas pour le royaume de France et dans 16 si on considère la Péninsule Ibérique, l’impression toulousaine est une première. Enfin, dans trois cas, Parix (avec Platea) et Mayer (avec Du Breuil et P. d’Ancarano) ont pris des risques en imprimant des textes les premiers en Europe. Même s’il semble bien que l’affaire ne se soit pas révélée rentable, si on en juge par le faible nombre d’exemplaires conservés et surtout par l’absence d’éditions postérieures, il est clair que les imprimeurs toulousains, dans le domaine du droit, font preuve, en général, d’un dynanisme incontestable.

12Un relevé similaire peut être effectué dans le champ de la théologie, l’autre grand domaine d’activité des imprimeurs toulousains :

  • 22  On attribue au castillan Alonso Díaz de Montalvo (1405-1499) des Glossae ordinamenti de Briviesca (...)
  • 23  La deuxième édition européenne et première espagnole a été réalisée à Ségovie par Jean Parix lors (...)
  • 24  Cet ouvrage du théologien, professeur à Salamanque, Pedro Martínez de Osma (1480), a été imprimé p (...)

13xiiie siècle
Jacques de Voragine (Legenda aurea) P ca. 1475 ; E6 ; F1 (ou Paris 1475) ; H1 ; Strasbourg 1472 ?
Nicolas de Hanappes (Exempla sacrae Scripturae ex utroque Testamento collecta) P ca. 1475 ; E2 ; F2 ; H1 ; Paris ca. 1473.
Hugues de Saint-Cher (Expositio missae) P. ca. 1479 ; E7 ; F4 ; H1 ; Louvain 1476-1477.
Albert le Grand (Philosophia pauperum) M. ca. 1480 ; EFH 1 (2 Barcelone 3 Lérida).
Thomas d’Aquin (Quaestiones de duodecim quodlibet) M 1484-1488 ; E6 ; F1 ; H1 ; Rome ca. 1470. M 1485-1488 ; E8.
Michael Scot (Liber physiognomiae) M 1486-1488 ; E11 ; F3 ; H1 ; 1 : Venise.
Pseudo-Bernard de Clairvaux (Floretus) M 1489 ; E3, F2 ; H1 ; Utrecht 1474.
Jean xxi (Summulae logicales) M ca. 1494-1496 ; E 27 ; F7 ; H2 ; Alost 1474.
xive siècle
Saint Antonin de Florence (De sponsalibus et matrimonio) T 1476 ; E2 ; F1 ; H1 ; Venise 1474.
Walter Burley (De vita et moribus philosophorum) P ca. 1480 ; E8 ; F1 ; H1 ; Cologne ca. 1470.
Guido Vicentinus (Margarita) ? 1480-1485 ; EFH 1 (/1)
Guido de Monte Rochen (Manipulus curatorum) M 1484 ; E45 ; F19 ; H4 ; Paris 1473.
Nicolas de Lyre (Postilla super quattuor Evangelistas) M av. 1488 ; E4 ; F1 ; H1 ; 1 Bâle ca.1472.
Waleys, Thomas (Commentum super libris Augustini De civitate Dei) M 1488 ; EFH 1 (/1).
xve siècle
Nicolaus Panormitanus de Tudeschis (Glossae Clementinae) PT 1476-1478 ; E5 ; F2 ; H1 ; Rome 1474.
Johannes de Fabrica (De indulgentiis pro animabus in purgatorio) T av. 1477 ; EFH 1.
Juan de Torquemada (Quaestiones Evangeliorum de tempore et de sanctis) PT ca. 1478 ; E4 ; F1 ; H1 ; Rome 1477. M 1484-1488.
Juan Alfonso de Benavente (De clericis concubinariis) P 1479 ; EFH 1 (/1).
Jean de Caulaincourt (Quaestiones super tota philosophia naturali) P ca. 1479-1482 ; EFH 1.
Johannes Versoris (Quaestiones super Metaphysicam Aristotelis) M ca. 1479-1482 ; EFH 1.
Alonso Díaz de Montalvo22 (Repertorium quaestionum super Nicolaum de Tudeschis) P ca. 1480 ; E2 ; F1 ; H2 ; Séville 1477.
Rodrigo Sánchez de Arévalo (Speculum vitae humanae) M ca. 1480 ; E17 ; F7 ; H1 ; Rome 1468.
Johannes Versoris (Glossulae in Aristotelis philosophiae libros) M 1484 ; EFH 1.
Johannes Versoris (Dicta super septem tractatus Petri Hispani) M ca. 1484-1488 ; E4 ; F1 ; H2 (Barcelone 1484) ; Mantoue 1473. M apr. 1488. M ca. 1494.
Guillermo Gorris (Scotus pauperum) M 1486 ; EFH 1 (/3).
Étienne Pillet, dit le Père Brûlefer (Formalitates in doctrinam Scoti) M ca. 1490 ; E5 ; F5 ; H1 (Paris ca. 1480)
Pierre Mamor (Flagellum maleficorum) M ca. 1490 ; E3 ; F3 ; H1 ; Lyon ca. 1488.
Andreas de Escobar (Modus confitendi) PK ca. 1490 ; E 43 ; F1 ; H223 ; Rome 1471-1474.
Pedro Martínez de Osma (Commentaria in symbolum Quicunque vult) P ? ca. 149024.
Pere de Castrovol (Tractatus super Symbolum Athanasii) M ca. 1494 ; EFH 1 (/2).

14Au niveau européen comme au niveau français, à première vue, l’originalité est moins importante : trois impressions en deuxième lieu (Hanappes, saint Antonin, Montalvo), deux en troisième lieu, neuf premières éditions en France à peine. Pourtant, avec dix éditions princeps, les imprimeurs toulousains font preuve, ici aussi, d’une certaine audace. Une fois de plus, cependant, malgré des efforts également répartis entre certaines valeurs sûres du passé (Albert, Vicentinus, Waleys), la France (Caulaincourt, Versoris-Le Tourneur) et la Péninsule Ibérique (Benavente, Gorris, Castropol), le courage commercial ne paraît pas payé en retour puisque cinq princeps sur dix ne dépassent pas les trois éditions.

  • 25  Loc. cit.

15À la théologie se rattachent les ouvrages utilitaires destinés à la vie ecclésiastique (missels, bréviaires…). Christian Péligry25 a attiré l’attention sur la qualité remarquable des productions issues de l’atelier de Kleeblatt et tout particulièrement sur ce missel à l’usage de la cathédrale Saint-Étienne (1490), orné de lettrines rouges et noires, de gravures et de parties notées, ou encore sur le missel de la cathédrale d’Auch (1491). Ces débouchés locaux immédiats, exploités par Kleeblatt, ont été précédés par une tentative appliquée à la Castille, à en juger par le bréviaire de Burgo de Osma (Breviarium Oxomense) qui sort des presses de Mayer en janvier 1488.

  • 26  Franz Babinger, « Laudivius Zacchia, der Erdichter der "Epistolae Magni Turci" », Bayerische Akade (...)
  • 27  Gary R. Grund (éd.), Humanist Comedies. The I Tatti Renaissance Library, Cambridge (USA) : Harvard (...)

16En regard des productions juridiques et religieuses, que pèsent à Toulouse les arts libéraux et la littérature ? Peu de choses, en vérité, mais n’en va-t-il pas alors à peu près ainsi partout ailleurs en Europe. Les choix opérés dans le domaine de la littérature lato sensu se signalent par leur relative et audacieuse précocité. Si le De remedio amoris d’Enea Silvio Piccolimini (Pie II) n’est pas une nouveauté en Europe, pas plus que l’anthologie poétique rassemblée par l’humaniste allemand Albrecht von Eyb (1420-1475), ce ne sont pas des publications courantes loin s’en faut, en France ou dans la Péninsule. Tout aussi remarquables sous ces latitudes sont les lettres du Grand Turc, prétendument écrites par le sultan Mehmet II mais en réalité composées par l’humaniste italien Laudivio Zacchia, de Vezzano (Babinger, 1960)26, la comédie Philogenia27 de l’humaniste italien Ugolino Pisani (1405-1145) ou la traduction par Pétrarque de l’histoire de Griselda :

  • 28  Tout dépend de la date et du lieu d’une édition réalisée dans la couronne d’Aragon pour laquelle l (...)

17Pétrarque (Historia Griseldis) T ca. 1475 ; E4 ; F1 ; H1 ; Cologne ca.1469.
Ugolino Pisani (Hugolinus Parmensis, Philogenia comoedia) PT ca.1476 ; EFH 1 (/1).
Pseudo-Mehmet II (Epistolae magni Turci) T ca.1476 ; E7 ; F1 ; H ?28 ; Naples 1473.
Enio Silvio Piccolomini (Pius II, De remedio amoris) P ca.1479-1482 ; E12 ; F2 (Albi ca.1475) ; H1 ; Rome 1471-1474.
Albrecht von Eyb (Margarita poetica) M 1491 ; E11 ; F3 ; H1 ; Nuremberg 1470.

18Malgré une production peu abondante, un même esprit d’innovation prévaut dans les arts libéraux où on voit, par exemple, Turner relayer les travaux pédagogiques de l’humaniste italien Giacomo Publicio qui a enseigné à Toulouse et au-delà des Pyrénées tandis que Toulouse est la seconde ville d’Europe à imprimer le traité de Jacques de Cessoles sur les jeux d’échecs :

  • 29  Les imprimeurs Turner et Mayer entretenaient-ils des liens avec Utrecht et particulièrement avec N (...)
  • 30  La deuxième édition est également salmantine, datée du 4 juin 1492.
  • 31  Les rapports entre cet ouvrage et la Margarita poetica du même auteur, également publié par Mayer, (...)

19Giacomo Publicio (Ars memorativa) T ca.1475-1476 EFH 1.
Giacomo Publicio (Epistolarum institutiones. Litterarum indices et inscriptiones) T ca.1476 ; EFH 1.
Jacques de Cessoles (De ludo scachorum) PT ca.1476 ; E2 ; F1 ; H1 ; Utrecht 147429.
Fernando Nepote (Ferdinandus Nepos, Materies grammaticae) M ca.1492 ; E3 ; F1 ; H3 ; Salamanque 148530.
Juan de Pastrana (Compendium grammaticae) M ca.1492 ; E5 ; F1 ; H4 ; Salamanque ca.1485.
Albrecht von Eyb (Praecepta artis rhetoricae31) M ca.1495 ; E2 ; F1 ; H1 ; Bâle av. 1488.

20La présence des deux grammairiens castillans Nepote et Pastrana, continuateurs d’Antonio de Nebrija à Salamanque, à ce stade-là ne surprend plus guère. Comme on l’a vu avec les ouvrages de théologie, les imprimeurs toulousains, avant même de se tourner vers les productions en catalan ou en castillan, accordent une place de choix aux auteurs issus de à la Péninsule Ibérique (ici classés dans l’ordre de publication à Toulouse) :

21Giacomo Publicio (professeur natif de Salamanque, xve s.) T ca.1475-6 ; T ca.1476 – Juan de Torquemada (cardinal castillan, oncle de l’inquisiteur, 1388-1468) PT ca. 1478 ; M 1484-1488 – Alfonso de Benavente (professeur à Salamanque, xve s.) P 1479 – Rodrigo Sánchez de Arévalo (ecclésiastique castillan, 1405-1470) – Alonso Díaz de Montalvo (ecclésiastique castillan, 1405-1499) et Vicente Arias Balboa (ecclésiastique castillan, xve s.) M ca. 1480 – Guido de Monte Rochen (théologien aragonais, xive s.) M 1484 – Guillermo de Gorris (théologien aragonais, xve s.) M 1486 – Andreas de Escobar (théologien portugais, 1348-1448) PK ca. 1490 – Pedro Martínez de Osma (théologien castillan, †1480) P ? circa 1490 – Fernando Nepote (grammairien castillan, xve s.) M ca.1492 – Juan de Pastrana (grammairien castillan, xve s.) M ca.1492 – Pere de Castrovol (lecteur de théologie originaire du Léon, établi à Lérida, xve s.) M ca. 1494 – Jean xxi (pape portugais, xiiie s.) M ca. 1494-1496

  • 32  Agostino Sottili, « Note biografiche sui petrarchisti Giacomo Publicio e Guiniforte Barzizza e sul (...)
  • 33  Cyril E. Smith, The University of Toulouse in the Middle Ages. Its Origins and Growth to 1500 AD, (...)
  • 34  Pour la couronne d’Aragon, vid. Agustí Boadas Llavat, « Joan Duns Escot i els escotistes catalans  (...)

22Parmi ces auteurs, deux ont été professeurs à Toulouse : Giacomo Publicio qui polémiqua d’ailleurs en 1458 avec l’humaniste valencien Joan Serra qui y enseignait la rhétorique32 (Sottili 1970, 1985) et Guillermo Gorris, autre professeur de rhétorique dans une université où les étudiants venus de la couronne d’Aragon et d’ailleurs dans la Péninsule Ibérique sont particulièrement nombreux33. C’est à la fois ce public mais aussi les nombreux liens maintenus par Parix et ses continuateurs, Mayer surtout, avec les milieux lettrés hispaniques qui expliquent l’extraordinaire ouverture des imprimeurs toulousains en direction des couronnes de Castille et d’Aragon où ils participent activement à la diffusion tant du scotisme34 (Brulefer, Castrovol, Gorris, Maioranis), sur le plan religieux, que, à un niveau plus général, de façon diffuse mais assurée, de l’humanisme naissant.

L’empire du castillan

23Dans ces conditions, c’est à peine si on est surpris de constater que le premier livre sorti des presses toulousaines dans une langue autre que le latin est rédigé en espagnol. Cette apparition du livre castillan dans la capitale du Languedoc intervient, du reste, dès l’année même de l’introduction de l’imprimerie dans la ville ou dès l’année suivante. Par la suite, le mouvement ne s’interrompt pas et pendant le quart de siècle qui mène jusqu’à la fin du temps des incunables, ce seront ainsi 14 ouvrages (13 titres différents et une réédition) qui seront imprimés en castillan sur les bords de la Garonne. En tout état de cause, cette langue est la première langue vulgaire imprimée en quantité, on l’a vu, mais aussi en qualité. Détaillons notre compte :

24Jacques de Voragine, Legenda aurea, ? 1475 ? ; EFH 1 ?
Clemente Sánchez de Vercial, Sacramental, PT ca.1476-1478 ; E4 ; F1 ; H4 ; Burgos ? ca.1475.
Grégoire le Grand ( ?), El Libro del dialogo de sant Gregorio, M ca.1486 ; EFH 1 (/1).
Esopete ystoriado, PK 1488 ; E2 ; F1 ; H2 ; Saragosse 1482.
Boèce, El libro de consolación, M 1488 ; EFH 1.
Jacobus Mediolanensis, Stimulus amoris, M 1488-1489 ; EFH 1 (/1).
Alfonso de La Torre, Visión deleytable, PK 1489 ; E2 ; F1 ; H2 ; Burgos ca. 1485.
Juan de Mena, Coronación a don Iñigo López de Mendoza, PK 1489 ; EFH 1.
Jean d’Arras, Historia de la linda Melosina, PK 1489 ; EFH 1 (/1).
Diego de Valera, La Crónica de España, M 1489 ; E3 ; F1 ; H3 ; Séville, 1482.
Guillaume de Digulleville, El pelegrino de la vida humana, M 1490 ; EFH 1 (/1).
Dionysius Cato, Disticha de moribus, M 1490 ? date ? EFH 2 ? Saragosse ca.1493.
Barthélemy l’Anglais, El libro de las propriedades de las cosas, M 1494 ; EFH 1 (/1).
Alfonso de La Torre, Visión deleytable, M ca. 1497 ; EFH 3 (/3).

25La moitié exactement de ces titres correspondent à une première au niveau européen. Ce sont des textes jamais imprimés que l’on propose donc au public castillanophone. L’autre moitié est constituée de textes qui ont déjà connu les presses, castillanes et aragonaises, en l’occurrence. On notera en effet que les précédents, dans le cas de ces reprises, ont eu pour cadre Burgos (Friedrich Biel, esp. Fadrique de Basilea) ou Saragosse (Paul Hurus). Ces précédents ont été très peu nombreux. Les imprimeurs toulousains disposent rapidement des textes qu’ils relancent alors sur le marché du livre hispanique. Afin de mieux cerner, précisément, la destination de ces ouvrages, tentons d’établir une typologie sur une base thématique.

Littérature religieuse

26Près de la moitié des titres relèvent de cette catégorie, entendue dans son sens le plus vaste. Cette proportion n’a rien de particulièrement étonnant si on se souvient de celle qui prévaut dans la production latine.

La Légende dorée de Jacques de Voragine (1475 ?)

  • 35   Carlos Alberto Vega, La Vida de San Alejo. Versiones castellanas, Salamanca : Universidad de Sala (...)
  • 36  Vid. Fernando Baños Vallejo, « Flos sanctorum en castellano (o Leyenda de los santos) », in : Carl (...)
  • 37   Fernando Baños Vallejo, « El Flos sanctorum con sus ethimologías. Primer incunable del género », (...)

27Quel est le premier livre imprimé en castillan à Toulouse ? La question est complexe et elle ne sera pas tranchée ici. Des versions castillanes de ce vaste texte latin du xiiie siècle existent depuis le xive siècle dans de nombreux manuscrits. Les interpolations y sont fréquentes et rendent particulièrement difficiles l’établissement des filiations qui mènent jusqu’aux deux incunables. Le premier est lié à la compilation B, selon la classification établie par Carlos Vega (1991)35, et il est daté de 1472-1475, quelque part en Castille, à moins, comme l’envisage l’ISTC, qu’il ne s’agisse d’une impression toulousaine. Dans ce dernier cas, c’est à Jean Parix, tout juste arrivé de Ségovie à Toulouse, qu’il conviendrait de l’attribuer. C’est également à lui qu’Odriozola associe une Legenda aurea en vers et en latin, publiée peut-être à Toulouse en 147536. Les doutes restent cependant nombreux et l’attribution à un atelier toulousain a été récemment contestée37.

Clemente Sánchez de Vercial, Sacramental (1476-1478)

  • 38  M.a Jesús Lacarra, « Libro de los ejemplos por A.B.C. », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir. (...)

28Si la Légende dorée n’est pas le premier livre castillan de Toulouse, l’honneur revient au Sacramental, traité liturgique de Clemente Sánchez de Vercial (1365/1370-1436/1438), archidiacre de Valderas, dans le Léon, également connu pour un recueil d’exempla (Libro de los ejemplos por A.B.C.). Lorsque Parix et Turner reprennent ce texte principalement destiné au clergé, il a déjà connu trois éditions, toutes à Burgos. On ne sait à qui revient la première (vers 1475), mais les deux suivantes sont de Friedrich Biel38.

Grégoire le Grand ( ?), El Libro del dialogo de sant Gregorio (ca. 1486)

  • 39  Francis Clark, The Pseudo-Gregorian Dialogues, Leiden : Brill, 1974.
  • 40  Aux localisations enregistrées par l’ISTC, on peut ajouter l’exemplaire conservé à la BnF, cote C- (...)
  • 41  Vid. Agustín Millares Carló, Libros españoles y portugueses del siglo xvi, impresos en la penínsul (...)
  • 42  Vid. Carlos Alvar et José Manuel Lucía Megías, « Repertorio de traductores del siglo xv : tercera (...)

29Depuis l’édition du texte latin par F. Clark39, la critique est sceptique sur la paternité de cet ouvrage qu’une tradition ininterrompue avait jusque-là associée au nom de Grégoire le Grand (†604). Les traductions de ce texte d’édification adapté à un large public n’ont pas manqué dans les siècles précédents, que ce soit en français ou en dialectes d’oïl comme le wallon ou l’anglo-normand. L’édition procurée par Mayer vers 1486 est la première à paraître en castillan40. Elle ne sera suivie d’aucune autre d’ici à la fin du siècle, alors qu’il s’en trouvera au xvie siècle (Tolède, Juan Varela, 1514 et Séville, Juan Cromberger, 153241). On ignore les liens que ces éditions postérieures peuvent entretenir avec le texte toulousain alors qu’elles reprennent la traduction manuscrite castillane dont l’origine remonte au prieur Ocaña, du monastère hiéronymite de La Sisla, traducteur du texte latin sur l’instigation de Fernán Pérez de Gúzman (1377/1379-1460)42.

Boèce, El libro de consolación (1488)

  • 43   José María Coll, « Tres escritores dominicos gerundenses del siglo xiv en lengua vernácula, fr. A (...)

30Le De consolatione de Boèce figure en bonne place dans le fonds de Parix. Trois éditions se succèdent de 1480 à 1482, une par an. Six ans plus tard, son concurrent Mayer publie une version castillane qui, comme le texte précédent, est la première à sortir des presses européennes. Le colophon mentionne un nom de traducteur : « tornado de latin en romance, por el muy reverendo padre fray Anton Ginebreda Maestro en la santa Theologia de la orden de los predicadores de barçelona ». Antoni de Ginebreda, dominicain de Gérone, mort en 139543, est-il réellement l’auteur au xive siècle de cette traduction en castillan ou faut-il – plus logiquement – penser que la version en castillan qui lui est attribuée dans l’édition princeps de Mayer a été établie à partir de sa traduction en catalan ? Quel rapport le texte toulousain castillan entretient-il avec les traductions castillanes et catalanes ? Les questions sont nombreuses et encore, hélas, sans réponses.

Jacobus Mediolanensis, Stimulus amoris (1488-1489)

  • 44  Vid. C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario…, p. 6-7.
  • 45  Vid. Kurt Ruh, Geschichte der abendländischen Mystik, ii, Frauenmystik und franziskanische Mystik (...)

31L’incertitude subsiste sur l’auteur de cet ouvrage à destination des laïcs cultivés. Longtemps attribué à saint Bonaventure, on l’associe à présent à un Jacobus Mediolanensis ou Jacques de Milan dont on ne sait à peu près rien tandis qu’on situe la date de sa rédaction vers la fin du xiiie ou le début du xive siècle. Les trois éditions incunables du texte latin antérieures à l’édition espagnole de Toulouse, réalisée par Mayer en 1488-1489, sont toutes du nord de l’Europe (Rostock, Bruxelles, Deventer). D’où Mayer a-t-il tiré cette traduction en castillan44 ? A-t-elle été réalisée sur la version courte, connue en Europe par 90 manuscrits, ou sur la version longue (130 manuscrits)45 ?

Guillaume de Digulleville, El pelegrino de la vida humana (1490)46

  • 46  Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, Johann Jakob Stürzinger (éd.), London : N (...)
  • 47  Flor María Bangode la Campa, « Lé pèlerinage de vie humaine versus El pelegrino de la vida humana  (...)
  • 48  Sur ce texte, vid. aussi Emma Herrán Alonso, « Entre el homo viator y el miles Christi. Itinerario (...)

32Lorsque la version en prose castillane du Pèlerinage de la vie humaine, long poème de Guillaume de Digulleville (xive s.) paraît à Toulouse chez Mayer, en 1490, ce texte a déjà connu plusieurs éditions dans différentes langues : anglais (Westminster, William Caxton 1483), néerlandais (Haarlem 1486, Delft 1498) et une adaptation en prose française (Lyon, M. Huss, 1485, 1486, 1488) qui remonte au milieu du xve siècle. Le nom du traducteur est indiqué, un certain Vincente de Maçuelo dont il sera à nouveau question dans cette étude. Dans un travail récent, Flor María Bango de La Campa47 a démontré que la traduction de Maçuelo n’a pas été faite sur le texte en prose française mais qu’elle résulte d’une réécriture du poème français48.

Littérature

33Cette catégorie qui constitue en elle-même le pendant de ce qu’on trouve côté latin, paraît finalement assez bien représentée, si on la rapporte aux proportions du corpus castillan. Si on veut être précis, on peut introduire une distinction entre les deux premiers titres qui relèvent de la littérature morale, selon une tradition solidement implantée au Moyen Âge, et les deux derniers, davantage marqués par la subjectivité de la fiction, voire du lyrisme.

Esopete ystoriado (1488)

  • 49   Dieter Beyerle, « Der spanische Äsop im 15. Jahrhundert », Romanistisches Jahrbuch, 1980, 31, p.  (...)
  • 50  Nigel Griffin, « Spanish Incunabula in the John Rylands University Library of Manchester », Bullet (...)
  • 51  Le texte toulousain de 1488 a été édité de façon scientifique, avec les variantes de l’édition Sar (...)

34La liste des 93 incunables latins qui contiennent la version « moralisée » des fables d’Ésope indique assez la faveur dont jouit ce texte à la fin du xve siècle, comme avant, au Moyen Âge, et après, tout au long de la Renaissance, d’ailleurs. Les incunables français sont bien moins nombreux, ils apparaissent tous à Lyon à partir de 1482, mais, jusqu’à ce que Parix et Kleeblatt s’en soucient, il n’existe pas de version castillane. Contrairement à ce qu’on pense depuis les années 1980 où Dieter Beyerle a attiré l’attention sur elle49, l’édition de Toulouse (Griffin 1988)50 n’est pas la première. Elle a été détrôné, semble-t-il, par une édition saragossitaine (Paul Hurus, 1482), comme celle qui a succédé à l’incunable toulousain. On ne sait pas si ce jeu de chaises musicales entre Saragosse et Toulouse changera quelque chose aux conclusions de D. Bayerle. Celui-ci a établi que le traducteur toulousain s’est servi de l’éditon bilingue latin-allemand procurée par l’humaniste Heinrich Steinhöwel et imprimée à Ulm en 1476-1477 par Johannes Zainer51.

Dionysius Cato, Disticha de moribus (1490) ?

  • 52  Vid. Ernspeter Ruhe, Untersuchungen zu den altfranzösischen Übersetzungen des Disticha Catonis, Mü (...)

35Le point d’interrogation ne concerne pas que la date mais l’ensemble de la référence. Véritables best-sellers de l’incunable (156 titres, toutes langues confondues), les dystiques moraux de Dionysius Cato se lisent, de l’autre côté des Pyrénées, plutôt en latin. Mayer, d’ailleurs, contribue à les y répandre (édition latine en 1488-1489). Des deux incunables saragossitains en castillan, le second présente, selon l’ISTC, des caractères semblables à ceux de Mayer. L’information n’a pas été vérifiée. Si elle était avérée, on pourrait dater cette édition toulousaine, selon le principe (constestable) que le vulgaire suit toujours le latin, de ca. 1490. On sait en revanche que les deux incunables n’ont pas les mêmes traducteurs : le premier, pour Paul Hurus (ca. 1493), est un certain Gonzalo García de Santa María, le second (ou le premier si on retient l’hypothèse toulousaine) est un dénommé Martín García52.

Jean d’Arras, Historia de la linda Melosina (1489)

  • 53  Louis Stouff, Essai sur Mélusine, roman du xiv e siècle par Jean d’Arras, Dijon : Bellais / Rebour (...)
  • 54  Ivy A. Corfis (éd.), Historia de la linda Melosina, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval St (...)
  • 55  Miguel Ángel Frontón Simón, La historia de la linda Melosina. Edición y estudio de los textos espa (...)

36Le roman en prose française de Jean d’Arras sur la légende de Mélusine date de 1392-139353. Il a accédé à l’imprimerie dès 1478, à Genève, puis à Lyon (ca. 1479, ca. 1485-1486, ca. 1487) avant que Parix et Kleeblatt n’en livrent une version en prose castillane, en 1489. Celle-ci sera suivie d’une autre traduction (Séville 1526). Selon Ivy A. Corfis qui a édité en parallèle les deux textes54, la version toulousaine a été établie en suivant d’assez près le texte français de l’édition princeps (Genève 1478). Elle comprend, d’après Miguel Ángel Frontón Simón55 un certain nombre d’aragonismes lexicaux, dont on serait bien inspiré de se demander s’ils ne correspondent pas, compte tenu du lieu où a été publiée et peut-être réalisée la traduction, à autant d’occitanismes ou de gallicismes.

Juan de Mena, Coronación a don Iñigo López de Mendoza (1489)

  • 56   Ángel Gómez Moreno, « Juan de Mena », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario..., (...)

37Le poète Juan de Mena (1411-1456) a composé un hommage au marquis de Santillane pour la victoire que celui-ci a remportée à Huelma sur les musulmans en 1438. C’est un des très nombreux manuscrits de ce poème dont le succès, aux xve et xvie siècles, est considérable, qui a dû parvenir à Toulouse, jusque dans l’officine de Kleeblatt qui le premier, avec le soutien de Parix, imprime ce texte en 1489. Il fonde ainsi une petite tradition d’incunables, composée de trois éditions (Saragosse, une fois de plus, Paul Hurus, 1490-1491 ; Salamanque 1499 ; Séville 1499). Selon Ángel Gómez Moreno56, ces quatre versions présentent de grandes similitudes.

Encyclopédisme et histoire

38Le troisième et dernier groupe rassemble deux vastes compositions en prose castillane qui relève du courant encyclopédique dont on sait qu’il est très actif au Moyen Âge. Ce sont des réalisations importantes d’un point de vue quantitatif et qualitatif qui signalent, de la part des imprimeurs, une ambition commerciale certaine. On peut leur adjoindre comme relevant du principe équivalent de la somme l’œuvre historique de Diego de Valera.

Alfonso de La Torre, Visión deleytable (1489)

  • 57  Vid. Jorge García López, « Alfonso de la Torre », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Dicc (...)
  • 58   Alfonso de la Torre,Visión deleytable de la filosofía y artes liberales, Jorge García López (éd.) (...)

39Alfonso de La Torre, membre de l’entourage du prince navarrais Juan de Beaumont, a composé aux alentours de 1454, une encyclopédie du savoir médiéval, divisée en deux grandes parties (arts libéraux, théologie, philosophie naturelle, dans la première et, dans la seconde, philosophie morale). Les manuscrits castillans sont nombreux et il faut leur adjoindre une série de manuscrits réalisés dans la couronne d’Aragon, en catalan ou dans un castillan catalanisé57. C’est d’ailleur en catalan que le texte d’Alfonso de La Torre accède à l’imprimé (Barcelone 1484). Le texte castillan, issu d’une tradition manuscrite différente, sort d’abord des presses burgalaises en 1485, chez Friedrich Biel. Quatre ans plus tard (1489), Parix et Kleeblatt le reprennent. On peut imaginer que l’affaire s’est avérée rentable puisque, quelque huit ans après, c’est Mayer qui s’en empare. Le stemma des manuscrits et des incunables a été établi par Jorge García López dans la belle édition qu’il a procurée de ce texte si important pour l’histoire de la circulation des savoirs au xve siècle58.

Diego de Valera, La Crónica de España (1489)

  • 59  Diego de Valera, La ‘Valeriana’ (Crónica abreviada de España de mosén Diego de Valera), Cristina M (...)
  • 60  Le bibliographe Haebler signale une édition à Salamanque en 1487.
  • 61  José Manuel Lucía Megías, et Jesús Rodríguez Velasco, « Diego de Valera », in : C. Alvar et J. M. (...)

40Auteur prolifique, inséré dans les milieux curiaux castillans, Diego de Valera (1412-ca. 1488), s’est notamment illustré dans le genre historique comme chroniqueur (Memorial de diversas hazañas, Crónica de los Reyes Católicos). Le texte connu de nos jours sous les titres de Crónica abreviada de España ou de Crónica Valeriana a été composé directement pour l’imprimerie59. Deux éditions réalisées dans la Péninsule60 ont précédé celle assurée par Mayer en 1489 : Séville 1482 et Burgos, Friedrich Biel (Fadrique de Basilea) 1487. C’est évidemment à nouveau cette dernière impression qui a dû servir à l’imprimeur toulousain61.

Barthélemy l’Anglais, El libro de las propriedades de las cosas (1494)

  • 62  Jean-Pierre Chambon, Jean-François Courouau et André Thibault, « Contribution à l’étude des partic (...)
  • 63  Ibid. p. 247-249.

41Le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais (xiiie s.) est une des grandes encyclopédies médiévales. Tous les grands domaines du savoir y sont abordés (théologie, médecine, astronomie, zoologie, botanique…) dans un style simple qui assure le succès de l’œuvre. Les premiers imprimeurs ne s’y sont pas trompés avec des éditions en latin dès 1471 (Cologne), mais aussi en français, à partir d’une traduction réalisée au xive siècle (Lyon 1482) ou en néerlandais (Haarlem 1485). La version castilane, publiée par Mayer en 1494, a été réalisée par Vincente de Burgos, moine castillan que nous avons déjà rencontré quatre ans plus tôt, sous le nom de Vincente de Maçuelo, pour la traduction du Pèlerinage de la vie humaine, chez Mayer. Ce franciscain, originaire du village de Mazuelo de Muñó, non loin de Burgos, est donc responsable de deux traductions à partir du français pour le compte de Mayer et il n’est pas impossible qu’il en ait réalisé d’autres. Sa langue porte la marque de son séjour en domaine occitan62. Par son format, son volume, son tirage, ses gravures, la version castillane du De proprietatibus rerum est le chef-d’œuvre hispanique de Henri Mayer. Son succès, si on en juge par le nombre d’exemplaires conservés dans la Péninsule et ailleurs, est considérable, mais il n’est pas du tout évident que ce « coup » commercial ait fait les affaires de l’imprimeur toulousain. L’historien Sylvain Macary63 a montré comment il a du mal à payer le papier pour son impression et qu’à sa mort, en 1499, son matériel est vendu par voie de justice à son rival Parix.

Le livre catalan à Toulouse

  • 64  S. Macary, art. cité, p. 249.

42Ce n’est pas une des moindres surprises que réserve l’étude des incunables toulousains, mais, compte tenu de tout ce qui précède, la surprise est à nouveau très relative. Les liens avec la couronne d’Aragon, notamment avec les imprimeurs Hurus de Saragosse, sont nombreux. Ils comprennent aussi, favorisés par l’appartenance à un même ensemble linguistique, les relations avec les sujets catalanophones, depuis longtemps nombreux à fréquenter l’université de Toulouse ou simplement à y travailler. L’un des ouvriers de Mayer, chargé de corriger et de composer deux formes par jour du De proprietatibus, est un Catalan, Jacques Benoît Deyfar64. Il est donc bon ici de rappeler que la carrière hispanique de Mayer à Toulouse n’a pas commencé par le livre en castillan, mais par le livre catalan. Il en imprimera d’ailleurs deux, coup sur coup, preuve que l’expérience s’est avérée, au moins à court terme, concluante.

Le Tractat de prenostication de la vida natural dels homens (1485)

  • 65  John S. Lucas, Astrology and Numerology in Medieval and Early Modern Catalonia. The Tractat de pre (...)
  • 66  Ibid. p. 76-77.
  • 67  Ibid. p. 84.

43Ce petit ouvrage anonyme se présente comme un manuel destiné à faciliter le calcul des pronostications à partir de l’astrologie et de la numérologie. Son importance comme témoin culturel de pratiques héritées des tradicions pythagoriciennes et juives a été mise en évidence par son éditeur, John S. Lucas65. On ignore totalement la provenance du texte de l’unicum imprimé à Toulouse et conservé de nos jours à Barcelone. La langue employée correspond à du catalan oriental, apparemment marqué par un certain nombre d’occitanismes66. Ceux-ci sont cependant estimés fort peu nombreux à tel point que l’éditeur en tire argument pour mettre en doute l’impression toulousaine67. La question mérite examen.

Le Tractat sobre els novíssims (1486)

  • 68  Curt Wittlin, « Les tres fonts llatines de les Quëstions sobre els novíssims atribuïdes, en l’edic (...)
  • 69   Germán Colón, « Sobre els textos llenguadocians i català del ‘Viatge al Purgatori de Sant Patrici (...)
  • 70  Clovis Brunel, « Le Viatge de Raimon de Perillos al Purgatori de sant Patrici et la légende de Man (...)

44Un an plus tard, Mayer poursuit dans la voie catalane avec la publication d’un traité à caractère religieux qui comprend plusieurs textes : un Tractat sobre els novíssims par lequel on désigne l’incunable, une Demanda de Sant Agustí sobre la Passió de Jesucrist, Dotze divendres que Jesucrist mostrà a Sant Pere, un Viatge al Purgatori de Sant Patrici, un Llibre de Sant Amador, une Epistola baixada del cel, un Testament de Jesucrist et une Oració per a qui ha tribulació. Le premier texte est attribué par Mayer au grand érudit catalan Francesc Eiximenis mais cette attribution ne correspond à rien de réel. Il faut y voir, comme l’envisage Curt Wittlin68 un argument de vente à destination, bien entendu, du public catalanophone. L’intérêt de cet incunable réside également dans la présence de ce Viatge al Purgatori de Sant Patrici dont Germà Colón a attribué la paternité à un chevalier roussillonais69, Raimon de Perillós (fin du xive s.). Si on suit les arguments avancés par Colón, il y aurait d’abord eu un original catalan (perdu), puis une version en occitan qui aurait à son tour fait l’objet d’une retraduction en catalan. La question, très discutée70, demeure à ce jour en suspens.

Un seul livre en occitan : le Doctrinal de la sapiensa (1494-1496)

  • 71  J.-F. Courouau, « La prose religieuse en langue occitane au xvie siècle... ».

45Les imprimeurs toulousains, tous d’origine germanophone, officient dans une ville de langue et de cuture occitanes. Pourtant, un seul livre est publié dans la langue du lieu et cet unique incunable toulousain est aussi le seul incunable connu à ce jour dans cette langue parmi les 28 ou 30 000 titres publiés en Europe jusqu’à 1500. Cet ouvrage est une traduction du Doctrinal de sapience, texte d’instruction religieuse destiné à un public peu cultivé, formé de laïques et de prêtres. Avant cette publication, la version française a connu pas moins de 18 éditions, depuis celle de Genève (1478), réparties, pour l’essentiel entre Genève, Lyon et Paris. Il semblerait que l’opération n’ait pas été totalement vaine puisque le texte occitan du Doctrinal bénéficiera d’une seconde édition réalisée, moyennant quelques modifications substantielles et graphiques, par l’éditeur toulousain Jean Grandjean en 1504, après que celui-ci aura récupéré le matériel de Mayer, entre temps ruiné et décédé71.

La faiblesse du livre français

  • 72  Frère Laurent, La somme le roi, Anne-Françoise Labie-Leurquin et Édith Brayer (éd.), Paris : SATF, (...)

46Si on élimine les ordonnances royales (Charles viii, touchant le fait de la justice du pays de Languedoc, qui réglemente l’emploi libéral des langues vulgaires, 1490 ; Louis XII, 1498), le corpus de langue française est des plus réduits et on est bien loin de l’originalité qu’on observe pour les titres hispaniques :
Le chapelet des vertus et des vices, ? 1480-1485 ; EFH 2 ?
Thomas a Kempis, Imitatio Christi, M 1488 ; EFH 1
Pseudo-Augustin, Le schele paradis, M 1488 ; EFH 1 (/1)
Jacobus Mediolanensis, Aiguillon d'amour divine, PK 1488-1489 ; EFH 1
La récolte est maigre dans l’absolu mais peut-être moins qu’il n’y paraît. Observons tout d’abord qu’on ne sait à qui attribuer l’initiative, tardive si on la rapporte à l’impression en castillan, d’imprimer en français à Toulouse. Ce Chapelet des vertus et des vices ne semble pas avoir attiré les spécialistes. Il s’agit peut-être d’une version abrégée pour l’imprimerie de la Somme le roi du frère Laurent (fin xiiie s.72) à moins qu’on ait affaire à une adaptation en français des Fiore di virtù du frère Tommaso (début xive s.). Les trois autres titres fondent une tradition d’imprimerie qui s’avère féconde dès le temps des incunables et parfois bien au-delà. C’est à Toulouse que paraît la première édition de la version française de l’Imitatio Christi, grand succès de la littérature religieuse qu’on attribue généralement de nos jours au moine allemand Thomas a Kempis (1380-1471). Le Stimulus amoris de Jacobus Mediolanensis paraît en français chez Paris et Kleeblatt en 1488-1489 soit au même moment où Mayer publie sa version castillane : difficile de ne pas voir dans cette rencontre le signe d’une rivalité entre les deux ateliers. Enfin, la Scala paradisi, associé par la tradition au nom de saint Augustin mais qu’on affirme à présent avoir été composée au xiiie s. par le moine Guigues II le Chartreux, connaîtra un certain destin commercial, mais uniquement dans sa version en latin (dès 1478) et en italien (dès 1491), pas en français. De toute évidence, malgré ces belles « trouvailles », le livre en français, sur le marché toulousain, n’est pas un produit en vogue.

Tolosa Latina et Hispanica

47Au terme de cette rapide exploration à travers les vingt-cinq années d’incunables toulousains, un bilan s’impose. Si les imprimeurs toulousains n’atteignent jamais le niveau qualitatif et quantitatif de leurs homologues de l’Empire, d’Italie ou, dans le royaume, de Paris et de Lyon, leur production est bien loin de faire figure de pâle relais d’innovations intellectuelles élaborées dans le nord de l’Europe ou dans la péninsule italienne et ensuite péniblement transmises dans le coin d’un royaume fermé sur sa frontière méridionale. Toulouse, pendant ce dernier quart de xve siècle, est une ville ouverte, grâce à ses imprimeurs comme grâce à son université, sur l’espace hispanique et une bonne partie de la production qui y est imprimée témoigne de parti-pris intellectuels et commerciaux qu’on peut considérer comme relativement audacieux et innovateurs.

  • 73  Jean-François Courouau, « L’introduction du français en domaine occitan (xve-xviie siècles) : bila (...)

48Ces imprimeurs toulousains, en effet, font des choix multiples en matière de langues. Concrètement, ils tournent le dos à l’occitan, langue de culture. Les raisons de cette désaffection paraissent évidentes : l’institution de la vie littéraire, le Consistori del Gay Saber, a perdu de son prestige tandis que la langue elle-même voit les prérogatives qu’elles maintenaient dans le domaine administratif grignotées par la progression du français. Le dernier quart du xve siècle correspond bien au basculement de la pratique écrite de l’élite dans le camp du français73. En ce sens, il n’y a pas lieu de rendre les imprimeurs toulousains responsables de la marginalisation sociale dont est victime l’occitan. À la question « les imprimeurs toulousains enterrent-ils ou entérinent-ils l’élimination de l’occitan au moment de l’introduction de l’imprimerie ? », il faut répondre, me semble-t-il, que 1) l’évolution est alors générale au sein des élites lettrées du sud du royaume 2) le changement, la substitution linguistique, le rendez-vous manqué avec la révolution de l’imprimé, à Toulouse comme ailleurs, du fait du poids exercé par le latin, passent très vraisemblablement largement inaperçus.

49Parix, Mayer et leurs collègues ne croient guère à un éventuel marché occitan, mais ils ne croient guère plus, finalement, au marché français, par ailleurs bien occupé par leurs collègues lyonnais et parisiens. Ils se tournent vers le marché hispanique, bénéficiant des liens économiques, culturels et humains, notamment avec les villes de Saragosse et de Burgos. Les ouvrages qu’ils proposent au public de la Péninsule, via les relais castillans et aragonais, en castillan, en catalan et en latin, sont le fruit de stratégies éditoriales dont le fondement n’est pas, par définition, qu’économique. Il est aussi intellectuel et en ce sens il est essentiel de comprendre qu’en cette fin de xve siècle, Toulouse paraît pleinement intégrée dans les circuits qui organisent la circulation des savoirs dans la Péninsule Ibérique. Ce n’est pas un relais, c’est, si l’on veut, une sorte de centre de production et d’élaboration de ce type de savoir véhiculé par le livre.

  • 74  Ibid. p. 37-38.

50Christian Péligry74 le remarque justement : à la fin du siècle, cette intégration va être ruinée, du fait, selon lui, de la concurrence effrénée menée dans la Péninsule par les imprimeurs de toutes origines, à commencer par les Lyonnais. D’autres facteurs peuvent, d’après ce qui apparaît dans cette étude, avoir joué comme des choix audacieux, certes, mais peu rentables dans l’immédiat. Le sombre destin du très curieux, dans le sens humaniste, Mayer est une illustration de la difficulté à gérer une ambition espagnole que ses successeurs du xvie siècle, peut-être instruits par son exemple, abandonneront un temps.

51Tout au long de la Renaissance, les routes qui relient Toulouse, Burgos et Saragosse, ne seront pas vides d’hommes, de livres ni d’idées, mais les liens prendront d’autres formes. Auparavant et pendant un petit quart de siècle, la ville aura connu ce que déjà célébrait, au ive siècle, le poète bordelais Ausone, la rencontre féconde entre les peuples et, pourrait-on ajouter, entre les langues, à un moment où se fixent entre elles les hiérarchies.

Haut de page

Notes

1  J’ai bénéficié pour ces recherches de nombreux soutiens et je tiens à remercier ici tout particulièrement Nicolas Petit, chargé des incunables à la Réserve des livres rares et précieux de la Bibliothèque nationale de France, Anne Berdeil (Bibliothèque municipale de Toulouse) et August Rafanell (Universitat de Girona).

2  Tibulle Desbarreaux-Bernard, Établissement de l'imprimerie dans la province de Languedoc, Toulouse : Privat, 1875.

3  En ligne sur http://www.gesamtkatalogderwiegendrucke.de/. Sur cette vaste entreprise, vid. Marie-Laure Monfort, « Où en est le catalogue mondial des incunables ? », Bulletin des Bibliothèques de France, 5, 1995, p. 42-49 et http://bbf.enssib.fr.

4  Frédérick R. Goff, Incunabula in American Libraries : A Third Census of Fifteenth-Century Books Recorded in North American Collections, New York : Bibliographical society of America, 1964 ; Incunabula in American Libraries : A Third Census of Fifteenth-Century Books Recorded in North American Collections, New York : Bibliographical Society of America, 1972 ; Incunabula in American Libraries : A Third Census of Fifteenth-Century Books Recorded in North American Collections, Millwood : New York : Kraus reprint C, 1973.

5  Sylvain Macary, « Étude sur l’origine et la propagation de l’imprimerie à Toulouse au xve siècle », Bulletin historique et philologique du Comité des Travaux historiques, 1898, p. 242-251.

6  Henry Harrisse, Les premiers incunables bâlois et leurs dérivés : Toulouse, Lyon, Vienne-en-Dauphiné, Spire, Eltvil, etc., 1471-1484. Essai de synthèse typographique, Paris : A. Claudin, 1902.

7  Aimé Lambert, « Jean Parix, imprimeur en Espagne (1472 ?-1478 ?), puis à Toulouse », Annales du Midi, 43, 1931, p. 377-391.

8  Antonio Odriozola, « Los libros impresos por Juan Párix en Segovia y Toulouse y los atribuibles a Turner y Párix en esta última ciudad (1472-1478) », in : José Manuel Ruiz Asencio (éd.), Homenaje a Don Agustín Millares Carlo, Las Palmas de Gran Canaria : Caja Insular de Ahorros de Gran Canaria , 1975, 1, p. 281-308. Id., « Los protoincunables (1472-1479) impresos por Juan Párix en Segovia (España) y Toulouse (Francia) », Gutenberg-Jahrbuch, 1976, p. 130-137.

9  Christian Péligry, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, 3, Bibliothèques de la région Midi-Pyrénées, Bordeaux : Société des bibliophiles de Guyenne, 1982.

10  En ligne sur http://www.bl.uk/catalogues/istc/. Malgré ses indéniables qualités, ce catalogue présente certains défauts : les cotes des incunables ne sont pas systématiquement indiquées et les noms des auteurs, comme, du reste, dans quasiment tous les catalogues de bibliothèques, sont donnés sous des formes latines non harmonisées tandis que certaines attributions douteuses ne sont pas mentionnées comme telles.

11  L’orthographe du patronyme de l’imprimeur toulousain est variable, Kleeblatt si on s’en tient au haut-allemand actuel, Kléblat pour Péligry, Kleeblatt dans le catalogue général de la British Library.

12  Sur les trois grandes langues de la Péninsule, il ne manque que le portugais. À cause du poids de la diglossie, le galicien et l’aragonais n’accèdent pas à l’imprimerie au temps des incunables. Il en va de même pour le basque, parlé en France, en Castille et en Navarre, vid. Jean-François Courouau, Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660), Genève : Droz, 2008 ; et Id., « La prose religieuse en langue occitane au xvie siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, 94 (232), 2008, p. 39-61.

13  Dans ce tableau, n’ont été retenus que les ouvrages pour lesquels une datation est admise, ce qui n’exclut en fait qu’un seul incunable, la traduction castillane de la Légende dorée de Jacques de Voragine. Les couleurs plus claires indiquent les dates d’exercice pour lesquelles on ne dispose d’aucune certitude. Pour le cas, qui n’est pas rare, où la datation proposée par l’ISTC correspond à une tranche de dates, c’est la première de ces deux dates qui a été – arbitrairement – retenue. Les noms des imprimeurs sont par la suite abrégés : Parix > P ; Turner > T ; Parix-Turner > PT ; Mayer > M ; Kleeblatt > K ; Parix-Kleeblatt > PK.

14  Il s’agit en fait d’un folio unique trouvé dans une reliure espagnole à la Bibliothèque Vaticane, peut-être issu d’épreuves d’imprimerie (Luigi Michelini Tocci, « Incunaboli sconosciuti e incunaboli mal conosciuti della Biblioteca Vaticana », in : Studi di bibliografia e di storia in onore di Tammaro De Marinis, Roma et Verona : G. Madersteig, 1964, 3, p. 177-228, vid. 202).

15  Sauf pour Aristote dont l’Oeconomica est publiée « seulement » 15 fois avant 1501, le nombre d’incunables atteste de ces succès : 67 pour le De officiis, 76 pour Boèce, 83 pour l’Ésope moralisé et 155 pour les dystiques de Dionysius Cato, bon filon commercial.

16  La deuxième édition française de l’Ésope moralisé est de Paris (apr. 1486).

17  La première édition européenne de Dionysius Cato date de 1465, elle n’est pas localisée. La première dans la Péninsule Ibérique est de Salamanque (1487-1490) et la première en France de Paris (ca. 1490). Ces dates approximatives et rapprochées rendent assez vain l’établissement d’un classement.

18  L’antériorité de l’incunable parisien ne semble pas établie, mais je suis l’ordre proposé par l’ISTC de la British Library.

19  Lat. Henricus de Gorichem (†1431), recteur de la Sorbonne, puis professeur de théologie à Cologne, vid. Albert Zimmermann et Gudrun Vuillemin-Diem, Die Kölner Universität im Mittelalter, Berlin : De Gruyter, 1989, p. 374 passim.

20  Il existe une édition lyonnaise mais sa datation (ca. 1491-1495) est vraiment trop floue pour établir une antériorité.

21  Huit en deuxième lieu (4 pour le xive et 4 pour le xve siècle) et quatre en troisième lieu (un pour le xive et trois pour le xve siècle).

22  On attribue au castillan Alonso Díaz de Montalvo (1405-1499) des Glossae ordinamenti de Briviesca et Alcala qui sont en fait de l’évêque estrémadurien Vicente Arias Balboa. Ce texte a été imprimé par Jean Parix lors de son séjour à Ségovie (1472-1474).

23  La deuxième édition européenne et première espagnole a été réalisée à Ségovie par Jean Parix lors de son séjour en Castille. On la date de 1472-1474. Andrés de Escobar, Modus Confitendi. Manual para la confesión (Segovia, Juan Párix, c. 1473) [edición facsímil], Burgos : Fundación Instituto Castellano y Leonés de la Lengua, 2004.

24  Cet ouvrage du théologien, professeur à Salamanque, Pedro Martínez de Osma (1480), a été imprimé par Jean Parix à Ségovie (1472-1474). Un doute subsiste toutefois pour une impression toulousaine par Parix vers 1490.

25  Loc. cit.

26  Franz Babinger, « Laudivius Zacchia, der Erdichter der "Epistolae Magni Turci" », Bayerische Akademie der Wissenschaften, Phil.-hist. Klasse, Sitzungsberichte, 13, 1960, p. 5-11.

27  Gary R. Grund (éd.), Humanist Comedies. The I Tatti Renaissance Library, Cambridge (USA) : Harvard University Press, 2005.

28  Tout dépend de la date et du lieu d’une édition réalisée dans la couronne d’Aragon pour laquelle les bibliographes hésitent : Barcelone, Jean de Salzbourg et Paul Hurus, ca. 1475 ? Ou Saragosse, Paul Hurus seul, 1480-1481 ?

29  Les imprimeurs Turner et Mayer entretenaient-ils des liens avec Utrecht et particulièrement avec Nicolaus Ketelaer et Gerard De Leempt, imprimeurs la même année 1474 d’ouvrages publiés à Toulouse en deuxième lieu (De arte amandi, Floretus, J. de Cessoles) ?

30  La deuxième édition est également salmantine, datée du 4 juin 1492.

31  Les rapports entre cet ouvrage et la Margarita poetica du même auteur, également publié par Mayer, ne sont pas très clairs.

32  Agostino Sottili, « Note biografiche sui petrarchisti Giacomo Publicio e Guiniforte Barzizza e sull’umanista valenziano Giovanni Serra », in : Fritz Schalk (éd.), Petrarca 1304-1374. Beiträge zu Werk und Wirkung, Frankfurt am Main : Klostermann, 1975, p. 270-286 ; et Id. et Francisco Rico, Giacomo Publicio, "Hispanus", e la diffusione dell'Umanesimo in Germania, Barcelona : Universitat Autónoma de Barcelona, 1985.

33  Cyril E. Smith, The University of Toulouse in the Middle Ages. Its Origins and Growth to 1500 AD, Milwaukee : The Marquete University Press, 1958 ; et Patrick Ferté, « Toulouse et son université, relais de la Renaissance entre Espagne et Italie (1430-1550) », in : Michel Bideaux et Marie-Madeleine Fragonard (éd.), Les échanges entre les universités européennes à la Renaissance, Genève : Droz, 2003, p. 217-230. vid. p. 218.

34  Pour la couronne d’Aragon, vid. Agustí Boadas Llavat, « Joan Duns Escot i els escotistes catalans », Enrahonar, 42, 2009, p. 47-63. Le père Brulefer est un cordelier français, spécialiste de Duns Scot, établi à Mayence que Gaguin charge d’aller enseigner à Alcalá de Henares.

35   Carlos Alberto Vega, La Vida de San Alejo. Versiones castellanas, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1991.

36  Vid. Fernando Baños Vallejo, « Flos sanctorum en castellano (o Leyenda de los santos) », in : Carlos Alvar et José Manuel Lucía Megías, (dir.), Diccionario filológico de literatura medieval española, Madrid : Castalia, 2002, p. 568-574, vid. p. 569, n. 1 et José Aragüés Aldaz, « Trayectoria editorial de la Leyenda de los santos. Primeros apuntes », in : Mónica Güell et Marie-Françoise Déodat-Kessedjian (éd.), À tout seigneur tout honneur. Mélanges offerts à Claude Chauchadis, Toulouse : CNRS et Université de Toulouse II-Le Mirail, coll. « Méridiennes », 2009, p. 81-98.

37   Fernando Baños Vallejo, « El Flos sanctorum con sus ethimologías. Primer incunable del género », in : Armando López Castro et María Luzdivina Cuesta Torre (éd.), Actas del XI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (León, 20-24 de septiembre de 2005), León : Universidad de León, 2007, I, p. 287-297.

38  M.a Jesús Lacarra, « Libro de los ejemplos por A.B.C. », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), op. cit., p. 815-817.

39  Francis Clark, The Pseudo-Gregorian Dialogues, Leiden : Brill, 1974.

40  Aux localisations enregistrées par l’ISTC, on peut ajouter l’exemplaire conservé à la BnF, cote C-5997.

41  Vid. Agustín Millares Carló, Libros españoles y portugueses del siglo xvi, impresos en la península o fuera de ella, Madrid : Real Academia de la Historia, 1977, p. 177-178.

42  Vid. Carlos Alvar et José Manuel Lucía Megías, « Repertorio de traductores del siglo xv : tercera veintena », in : Rosanna Cantavella, Marta Haro et Elena Real (éd.), Traducción y práctica literaria en la Edad Media románica / Traducció i pràctica literària a l’Edat Mitjana románica, Valencia : Universitat de València, 2003, p. 1-40, vid. p. 30.

43   José María Coll, « Tres escritores dominicos gerundenses del siglo xiv en lengua vernácula, fr. Arnaldo Simó, fr. Antonio Ginebrada y fr. Juan Romeu », Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, 1949, p. 1-32.

44  Vid. C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario…, p. 6-7.

45  Vid. Kurt Ruh, Geschichte der abendländischen Mystik, ii, Frauenmystik und franziskanische Mystik der Frühzeit, München : Beck, 2003 ; et José María Caral, « El Stimulus Amoris de Santiago de Milan y la Meditatio in Salve Regina », Franciscan Studies, 26, 1966, p. 174-188. Bibliographie détaillée sur le site consacré à la littérature franciscaine du xiiie au xviiie siècle : http://users.bart.nl/~roestb/franciscan/index.htm, sous Jacobus de Milano/Jacobus Mediolanensis.

46  Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, Johann Jakob Stürzinger (éd.), London : Nichols, 1893.

47  Flor María Bangode la Campa, « Lé pèlerinage de vie humaine versus El pelegrino de la vida humana », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 30, 2007, p. 85-108.

48  Sur ce texte, vid. aussi Emma Herrán Alonso, « Entre el homo viator y el miles Christi. Itinerarios narrativos de la alegoría espiritual hispánica en la imprenta áurea », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 30, 2007, p. 145-166.

49   Dieter Beyerle, « Der spanische Äsop im 15. Jahrhundert », Romanistisches Jahrbuch, 1980, 31, p. 312-338.

50  Nigel Griffin, « Spanish Incunabula in the John Rylands University Library of Manchester », Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester, 70 (2), 1988, p. 3-141.

51  Le texte toulousain de 1488 a été édité de façon scientifique, avec les variantes de l’édition Saragosse 1489 et d’autres incunables, par Victoria A. Burrus et Harriet Goldberg (éd.), Esopete ystoriado (Toulouse 1488), Madison : The Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1990.

52  Vid. Ernspeter Ruhe, Untersuchungen zu den altfranzösischen Übersetzungen des Disticha Catonis, München : Hueber, 1968 ; Barry Taylor, « Catón castellano », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario..., p. 245-249 ; Elena González-Blanco García, « Las traducciones romances de los Disticha Catonis », eHumanista, 9, 2007, p. 20-82 (http://www.ehumanista.ucsb.edu).

53  Louis Stouff, Essai sur Mélusine, roman du xiv e siècle par Jean d’Arras, Dijon : Bellais / Rebourseau et Paris : Picard, 1930.

54  Ivy A. Corfis (éd.), Historia de la linda Melosina, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1986.

55  Miguel Ángel Frontón Simón, La historia de la linda Melosina. Edición y estudio de los textos españoles, thèse de l’Universidad Complutense de Madrid, 2003.

56   Ángel Gómez Moreno, « Juan de Mena », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario..., p. 670-685. vid. p. 676.

57  Vid. Jorge García López, « Alfonso de la Torre », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario..., p. 128-133. Sur les aragonismes du texte, vid. José Antonio Pascual Rodríguez, « Los aragonesismos de La visión deleitable del Bachiller Alfonso de la Torre », in : Actas del I Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, 1988, 1, p. 647-676.

58   Alfonso de la Torre,Visión deleytable de la filosofía y artes liberales, Jorge García López (éd.), Salamanca : Universidad de Salamanca, 1991.

59  Diego de Valera, La ‘Valeriana’ (Crónica abreviada de España de mosén Diego de Valera), Cristina Moya García (éd.), Madrid : Fundación Universitaria Española, 2009.

60  Le bibliographe Haebler signale une édition à Salamanque en 1487.

61  José Manuel Lucía Megías, et Jesús Rodríguez Velasco, « Diego de Valera », in : C. Alvar et J. M. Lucía Megías (dir.), Diccionario..., p. 403-431, vid. p. 422-423.

62  Jean-Pierre Chambon, Jean-François Courouau et André Thibault, « Contribution à l’étude des particularismes lexicaux de la traduction castillane du De proprietatibus rerum par Vicente de Burgos (Toulouse 1494) », Revue des langues romanes, 2005, 109 (2), p. 439-455.

63  Ibid. p. 247-249.

64  S. Macary, art. cité, p. 249.

65  John S. Lucas, Astrology and Numerology in Medieval and Early Modern Catalonia. The Tractat de prenostication de la vida natural dels hòmens, Leiden : Brill, 2003 ; et Id., « Panorama de tècniques astrològiques a la Catalunya del xv i xvi », in : Josep Batlló Ortiz, Roser Puig Aguilar et Pasqual Bernat López (éd.), Actes de la VI Trobada d'Història de la Ciència i de la Tècnica, Vic, 27, 28 i 29 d'octubre de 2000, Barcelona : Societat Catalana d’Història de la Ciència i de la Tècnica, 2002, p. 375-380.

66  Ibid. p. 76-77.

67  Ibid. p. 84.

68  Curt Wittlin, « Les tres fonts llatines de les Quëstions sobre els novíssims atribuïdes, en l’edició de Tolosa del 1486, a Francesc Eiximenis », in : Rafael Alamany (éd.), Estudis de llengua i literatura catalanes XIX. Miscel·lània Joan Bastardas, Barcelona : Abadía de Montserrat, 2, p. 149-166.

69   Germán Colón, « Sobre els textos llenguadocians i català del ‘Viatge al Purgatori de Sant Patrici’« , Medioevo Romanzo, 1, 1974, p. 44–60 ; et Id. « Filiation des textes du Voyage au Purgatoire de Ramon de Perellós. Mise au point », Medioevo Romanzo, 7, 1980, p. 429-440.

70  Clovis Brunel, « Le Viatge de Raimon de Perillos al Purgatori de sant Patrici et la légende de Manuel Mautailé », in : Mélanges István Frank, Saarbrücken, Universität des Saarlandes, 1957, p. 87-90 ; Id., « Sur la version provençale de la relation du voyage de Raimon de Perillos au Purgatoire de saint Patrice », in : Estudios dedicados a Menéndez Pidal, Madrid : CSIC, 1956, 6, p. 3-21 ; Germán Colón, « Filiation des textes du Voyage au Purgatoire de Ramon de Perellós. Mise au point », Medioevo Romanzo, 7, 1980, p. 429–440 ; Id., « Sobre els textos llenguadocians i català del ‘Viatge al Purgatori de Sant Patrici’« , Medioevo Romanzo, 1, 1974, p. 44–60. ; Ettore Finazzi-Agro, « Originale provenzale o catalano ? Recenti contributi allo studio del “Viaggio al Purgatorio di sant Patrizio” », Cultura neolatina, 34, 1974, p. 163-179 ; Wilhelmina C. M. Wüstefeld, « Two Versions of the Purgatory of Saint Patrick and their Relation to Avignon », in : Mélanges Willem Noomen, Groningen : Forsten, 1984, p. 285-298.

71  J.-F. Courouau, « La prose religieuse en langue occitane au xvie siècle... ».

72  Frère Laurent, La somme le roi, Anne-Françoise Labie-Leurquin et Édith Brayer (éd.), Paris : SATF, 2008.

73  Jean-François Courouau, « L’introduction du français en domaine occitan (xve-xviie siècles) : bilan provisoire et perspectives de recherches », Annales du Midi, 121 (267), 2009, p. 317-344.

74  Ibid. p. 37-38.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://atalaya.revues.org/docannexe/image/1036/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Langues et incunables à Toulouse (1475-1500) », Atalaya [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1036

Haut de page

Auteur

Jean-François Courouau

Université de Toulouse II-Le Mirail, PLH-ELH – LAHIC (IIAC, CNRS)
jf.courouau@univ-tlse2.fr

Haut de page