Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Identités judéo-converses

Kuando muncho eskurese es para amaneser

Abraham Bengio

Texte intégral

  • 1 Le titre de cette préface signifie « Quand il fait nuit noire, c’est qu’on va vers le jour », prov (...)

1Les six articles qui composent ce dossier offrent des aperçus nouveaux sur une histoire longue et mouvementée1.

2Non pas celle des juifs espagnols, ou d’origine espagnole : cette histoire-là commence bien plus tôt, avec les récits d’El Andalous, dont la nostalgie quelque peu mythifiée continue de vibrer dans le cœur du judaïsme sépharade contemporain, et elle n’est pas à ce jour achevée : il suffit de mentionner le récent projet de loi conférant la nationalité espagnole aux descendants des expulsés de 1492.

3Ce livre raconte plutôt l’histoire pitoyable des conversos, les judéo-convers, dans leur infinie variété : fervents catholiques aspirant, souvent en vain, à s’intégrer au plus tôt à la société des « vieux-chrétiens », crypto-juifs brûlant du désir de retourner un jour publiquement à la foi de leurs ancêtres, ou encore âmes tourmentées à l’identité mal définie, oscillant entre des croyances contradictoires, soit qu’ils rêvent de les concilier en un syncrétisme qui représente, par malheur pour eux, l’hérésie suprême aux yeux de l’Inquisition, soit qu’ils s’efforcent de dépasser leurs contradictions en une forme de spiritualité qui, à partir des « néo-marranes » de la Renaissance, explore des voies nouvelles, dont il n’est pas exagéré de dire qu’elles sont annonciatrices de notre modernité, empreinte de scepticisme religieux mais aussi d’ouverture aux identités plurielles et à la diversité culturelle.

4Une histoire longue de six siècles au moins, souvent assombrie par la fumée des bûchers et constamment marquée du sceau d’une ironie grinçante : elle s’ouvre en effet sur l’étrange destin de Salomon Halevi, rabbin de Burgos, qui se convertit volontairement en 1391 et deviendra évêque de la même ville sous le nom de Pablo de Santa María, et elle s’achève sur l’image des Xuetes de Majorque, dont les crucifix ostentatoires soulignent, plutôt qu’ils ne la dissimulent, leur appartenance à la race maudite, dont le sang impur est réputé se transmettre de génération en génération.

5Maurice Kriegel se penche sur les répercussions de la terrible année 1391, avec son cortège de conversions en masse, chez deux penseurs que tout oppose. Pablo de Santa María, déjà nommé, et le polémiste et grammairien juif Profiat Duran s’accordent à voir dans ces événements le point d’orgue du processus d’élimination des juifs qui se poursuit en Europe depuis plus d’un siècle. Mais si l’évêque de Burgos y voit l’accomplissement de la lecture chrétienne des Écritures, qui prédit la conversion de tous les juifs à la vraie foi, Profiat Duran analyse – « en posant sur l’événement un regard d’historien », remarque Maurice Kriegel – la chronologie et les traits spécifiques des persécutions récentes mais surtout des expulsions de masse, phénomène radicalement nouveau qu’il met en relation avec l’émergence des États-nations. Il choisit de les interpréter comme l’accomplissement de la prophétie juive et le signe de l’imminence de la Rédemption, pour en conclure que, si près du but, il est plus que jamais nécessaire de résister à la tentation de l’apostasie. « Là où Paul de Burgos voyait dans les massacres de 1391 la réalisation de la prophétie de malheur de Deutéronome XXXI : 17, Profiat Duran y reconnaissait les prodromes de la promesse sur laquelle se conclut le cantique de Moïse en Deutéronome XXXII ».

6L’un prône donc la fidélité à la foi de ses pères, l’autre choisit une conversion sincère et raisonnée. Ils ignorent encore tous deux que si la résistance à l’apostasie contraindra bientôt les juifs à de nouveaux exils, l’acceptation – volontaire ou forcée – du baptême est bien loin de régler définitivement le sort des conversos.

7Cécile Codet nous montre que les choses auraient peut-être pu se passer autrement. L’histoire d’Hernando de Talavera, d’origine très probablement judéo-converse, confesseur de la reine Isabelle la Catholique et archevêque de Grenade, est celle d’une « utopie avortée ». « Réputé pour la sainteté de ses mœurs », Hernando de Talavera n’a cessé tout au long de sa carrière de théoriser puis, après son accession à l’épiscopat, de mettre en œuvre une politique de conversion « qu’il souhaite totale, irréprochable, en un mot idéale » : bref, l’exact contrepied des conversions forcées, arrachées par la terreur et qui loin d’engendrer de bons chrétiens, donnent souvent naissance à des crypto-juifs.

8Les exigences spirituelles de Talavera témoignent-elles d’une spiritualité judéo-converse dont il serait le parangon ? L’hypothèse est tentante et bien étayée et, avouons-le, elle renforcerait le caractère dramatique de l’échec final de son entreprise.

9Talavera tient que pour l’Église, le judaïsme est « une mère âgée et honorée qui a cessé d’exercer ses fonctions et n’aspire plus qu’au repos dès lors que sa mission a été transmise à son excellente fille, la sainte loi de grâce ». Loin de mépriser et de persécuter les juifs, il faut donc s’efforcer de les amener à une conversion fondée sur « une conviction profonde », acquise au terme d’un long apprentissage et qui entraîne « une transformation radicale ». Après quoi, conversos et « vieux-chrétiens », égaux en Jésus-Christ, peuvent communier dans une unité retrouvée. Seuls les judaïsants sont l’objet de sa vindicte, en tant qu’ils mettent en péril l’unité de l’Église.

10Las ! Son « espoir d’une coexistence pacifique entre les communautés et d’une conversion progressive de tous les habitants de la péninsule Ibérique au catholicisme » se brise sur « le discours d’exclusion et de suspicion vis-à-vis des conversos et de ceux qui pratiquaient une religion différente du catholicisme ». La lamentable affaire du « saint enfant » de la Guardia marque la fin des illusions de Talavera. Ses démêlés avec l’Inquisition, au soir de sa vie et dont il ne vivra pas assez vieux pour voir l’issue favorable, symbolise au plus haut point ce changement d’époque : quel converso pourra désormais se sentir en sécurité si « le plus insoupçonnable d’entre eux est mis au banc des accusés » ?

11L’histoire que nous racontons ici est semée, on le voit, d’occasions manquées, de situations paradoxales et d’impasses tragiques. Voici venu le temps des sinistres statuts de pureté de sang.

12Sara González met en lumière le lien, qui peut sembler de prime abord incongru, entre le débat sur l’origine de la noblesse, lequel prend force vers le milieu du xve siècle et la question des conversos, qui posent un problème culturel, né du fantasme selon lequel il serait impossible pour un juif ou pour ses descendants de devenir de vrais chrétiens. Elle montre comment la traditionnelle « animosité envers les juifs se transforme en sentiment anti-convers » à la suite des conversions massives – et combien « suspectes » – de 1391 et de l’émergence d’un nouveau groupe social dont les « vieux-chrétiens » redoutent qu’il ne les dépouille de leurs prérogatives : « sous des prétextes religieux, ce sont surtout des motivations socio-économiques qui entraînent la mise en place de statuts de pureté de sang ».

13Le tournant, le point pivotal, est bien ce moment où la question se déplace du terrain théologique vers le terrain racial. Au risque de mettre en péril l’unité nationale fraichement conquise, les judéo-convers ne sont plus appelés à devenir de bons chrétiens, mais sont essentialisés en tant que communauté définitivement inapte, en raison de son origine, à s’intégrer à la chrétienté ; les voici stigmatisés en tant que race : des juifs par le sang, et à jamais.

14Mais comment s’opère ce changement de cap ?

15C’est le processus qu’analyse Sara González, dans un parallèle saisissant entre les origines de la noblesse et la condition des judéo-convers. Il y a ceux qui pensent que la noblesse s’acquiert, des mains du roi, non par la naissance mais par le mérite et la vertu ; et que, de la même façon, le baptême efface la « tache » originelle du juif. Contre eux se dressent ceux qui pensent au contraire que l’hidalguia ne se transmet que par le sang et que, de même, les judéo-convers ne sauraient être lavés de la souillure indélébile de leur origine.

  • 2 Yirmiyahu Yovel, dans L’Aventure marrane, Paris : Seuil, 2011, note très justement que le pogrome (...)

16Le premier statut de limpieza de sangre est promulgué à Tolède le 5 juin 1449, à la suite de la révolte2 de Pero Sarmiento et Marcos García de Mora ; c’est le début de la polémique. Bien qu’excommuniés « pour avoir œuvré à la dislocation de l’unité de la chrétienté », les rebelles ne baissent pas pavillon. Pour Marcos de Mora, les choses sont claires : hidalguía et limpieza de sangre vont de pair, et les convers ne sont que des « juifs baptisés ».

17Fernán Díaz de Toledo et surtout Alonso de Cartagena – tous deux d’origine converse, il faut le souligner – auront beau plaider pour l’unité du royaume et de l’Église, s’appuyer sur une argumentation bien plus solide que leurs adversaires et bénéficier qui plus est du soutien du Pape, la messe est dite – si on ose s’exprimer ainsi : dans une Espagne dont l’évolution rapide inquiète les anciennes élites comme le peuple, les statuts de pureté de sang se multiplient, appuyés par la masse des « vieux-chrétiens » soucieux de barrer la route aux convers, ces nouveaux venus.

18L’antijudaïsme religieux cède ainsi la place à l’antisémitisme racial. Que les motivations soient essentiellement socio-économiques ne change rien au résultat : le fossé entre vieux et nouveaux chrétiens est désormais presque infranchissable.

19Les travaux de Patricia Banères-Monge sur la répression menée contre les judéo-convers par l’Inquisition de Valence entre 1478 et 1530 illustrent à leur manière cette triste réalité.

20Elle s’intéresse plus particulièrement au rôle des témoins, à charge et à décharge, dans les 337 procès dont les comptes rendus sont parvenus jusqu’à nous, au moins de manière fragmentaire, ainsi qu’aux effets de réseau. Elle montre par exemple qu’« accusés, familles et témoins vivaient dans un même périmètre qui dépendait […] du type de travail exercé ». Elle montre surtout, à travers les dires des témoins – parents, domestiques, voisins ou apprentis des accusés – que le but de l’Inquisition, en tissant sa toile, n’est pas seulement de « juge[r] des individus : elle détruit des sociétés entières » en s’efforçant de faire éclater les communautés.

  • 3 Voir par exemple Nathan Wachtel, La logique des bûchers, Paris : Seuil, 2009, et ses commentaires (...)

21Il n’en reste pas moins que les conversos qu’étudie Patricia Banères-Monge étaient « globalement intégrés » en cette fin de xve siècle ; ce n’était plus qu’une question de temps. L’Inquisition, en massacrant une partie de leur communauté, joue dès ses commencements un rôle ambigu, voire paradoxal (nous verrons plus bas, avec Bernardo José López Belinchón, que ce fut le cas tout au long de l’histoire du Saint-Office) : très efficace, rigoureuse et pour ainsi dire presque infaillible3 dès lors qu’il s’agit d’extirper l’hérésie, l’Inquisition joue cependant un rôle retardateur dans l’intégration des conversos à la société dominante, en leur rappelant leur origine impure à la moindre incartade, au plus petit soupçon.

22Mais pour l’heure, Claude B. Stuczynski nous emmène à Amsterdam, un siècle après la promulgation du premier statut de pureté de sang. En 1655, le rabbin Manasseh Ben Israël, né converso, s’adresse au Lord Protecteur, Olivier Cromwell, pour qu’il autorise les juifs à s’installer de nouveau en Angleterre. Il établit dans sa requête « un lien explicite entre la prospérité économique supposée de la “Nation juive” et le concept théologique selon lequel les juifs seraient le “peuple élu” ». Werner Sombart tirait argument de ce texte pour établir un lien entre le judaïsme et la naissance du capitalisme moderne, thèse essentialiste facilement réfutée, entre autres, par Yossef Kaplan. Il semble évident en effet que Manassé Ben Israël n’utilise ce lien que dans un but rhétorique, afin de convaincre Cromwell que le retour des Juifs enrichirait son pays.

23Claude B. Stuczynski montre cependant que le problème est plus complexe. Le lien entre les juifs ou leurs descendants convertis et la prospérité financière est très fréquent, non seulement dans la littérature hostile aux conversos, mais aussi dans celle qui leur est favorable. Bien entendu, les intentions des uns et des autres sont fort dissemblables : les premiers dénoncent le danger que la richesse supposée des juifs fait courir à la société catholique espagnole, recourant au mythe étrangement pré-moderne de la « conspiration juive mondiale », cependant que les autres cherchent à adoucir les statuts de pureté de sang en insistant sur l’aide financière que les « hommes de négoce » portugais pourraient apporter à la couronne espagnole si l’Inquisition cessait de les persécuter.

24Les « nouveaux-chrétiens » eux-mêmes – comme en témoignent les comptes rendus des procès de l’Inquisition – établissent un lien entre judaïcité et richesse, expliquant par exemple que les faveurs de la Providence à l’égard du « peuple élu » n’ont jamais cessé, et se sont même renforcées lorsque ceux-ci se sont convertis à la foi du Christ, cependant que les judaïsants en tirent même argument pour tenter de ramener les conversos à la « loi de Moïse », censée leur procurer l’aisance matérielle.

25Le lien s’appuie souvent sur des arguments théologiques, fondés sur l’élection de l’Israël « par le sang » ou le fait que les juifs ibériques étaient réputés n’avoir pas participé à la Crucifixion.

26Ces usages contradictoires de la relation entre les juifs, ou leurs descendants convertis, avec la prospérité matérielle montrent que ce lien « avait avant tout une fonction rhétorique ». C’est « un outil pour influencer quelqu’un, le persuader ou parer ses attaques ». Et Claude Stuczynski de conclure que s’il existe « une authentique relation entre la “judaïcité” et la richesse dans le cas des “nouveaux chrétiens” portugais des débuts de l’époque moderne, [celle-ci] n’est pas liée à une quelconque “essence” religieuse ». Max Weber peut donc dormir en paix : le judaïsme, en tant que religion, ne disputera pas au calvinisme la paternité du capitalisme moderne !

27Avec Bernardo José López Belinchón, nous voici arrivés au début du xviiie siècle. Après l’expulsion d’Espagne, les juifs s’étaient dispersés dans tout le bassin méditerranéen. Beaucoup avaient choisi le Portugal, où ils furent bientôt pris au piège, contraints de se convertir en masse. Ils furent nombreux alors à basculer collectivement dans la clandestinité. Au xviie siècle, l’Inquisition espagnole avait pratiquement triomphé de l’hérésie crypto-juive : au contraire de sa virulente sœur portugaise, elle se trouve plongée dans un demi-sommeil, ce qui incite de nombreux conversos à revenir en Espagne pour échapper à la persécution à laquelle les condamne leur sang infect : ce sont les Portugais, expression qui désignera désormais, par une étrange synecdoque, l’ensemble des descendants des judéo-convers.

28À l’arrivée de ces nouveaux venus, l’Inquisition espagnole retrouve soudain une deuxième jeunesse et, durant tout le premier tiers du xviiie siècle, une nouvelle vague de répression s’abat sur les Portugais.

29Beaucoup, au fil du temps, avaient choisi la voie de l’intégration à la société chrétienne. Rien ne les distinguait plus de leurs concitoyens « vieux-chrétiens ». Rien, sinon la mémoire de leur origine, une mémoire positive, que López Belinchón appelle orgueil de caste, mémoire entretenue par une endogamie assez stricte qui permet au groupe de conserver sa cohésion.

30Face à cette mémoire positive, se dresse une mémoire négative, obstinément transmise par les « vieux-chrétiens », aux yeux desquels la souillure juive est ineffaçable.

31Mais si ces deux mémoires se renforcent mutuellement pour freiner l’intégration des Portugais, le temps faisait tout de même son œuvre. Par un amer paradoxe, c’est l’intervention de l’Inquisition qui va réactiver la mémoire négative et mettre un coup d’arrêt à l’intégration des Portugais en privant ceux qu’elle soupçonne de judaïser de « la hacienda y la honra », les biens matériels et l’honneur.

32López Belinchón analyse en particulier le procès des conversos de Cuenca dans la deuxième décennie du xviiie siècle. L’Inquisition déploie à cette occasion son savoir-faire habituel : dénonciation par des malsines (mouchards du Saint-Office, d’origine juive), enquêtes généalogiques approfondies, cascades de dénonciations mutuelles permettant de resserrer les mailles du filet… C’est ainsi que des conversos résidant à Cuenca, dont certains étaient largement engagés dans un processus d’intégration, furent conduits au bûcher.

33Le calme revenu, vers 1730, l’Inquisition semble oublier les conversos. La dislocation de groupes à l’identité autrefois soudée, le changement de conjoncture économique qui affaiblit le rôle des judéo-convers, tout cela a pour conséquence que les conversos cessent de poser un problème social. C’est cela, plutôt que la sincérité de leur conversion, qui permet leur intégration définitive.

34L’Inquisition qui, en contradiction flagrante avec sa mission supposée, avait ralenti le processus plutôt que de le favoriser, s’érigera obstinément, même après avoir cessé son activité de persécution, en gardienne de la mémoire négative, de sorte que la suspicion se prolonge jusque vers le milieu du siècle, avec son cortège d’humiliations. Même après que le Saint-Office eut pratiquement cessé d’exister, la mémoire de l’infamie du sang infect, qu’il avait contribué à créer, lui survécut. « La muerte de la realidad afianzó el mito », conclut López Belinchón, citant Teófanes Egido.

  • 4 Elle fut définitivement abolie en 1834, mais il y avait longtemps déjà qu’elle avait cessé toute a (...)

35Notre histoire pourrait s’achever ici. Les derniers conversos, ceux qui judaïsaient secrètement comme ceux qui avaient conservé du moins la mémoire de leur commune origine, sont rentrés dans le rang. Une certaine manière d’être au monde, aussi douloureuse que singulière, a cessé d’exister. L'inquisition sera bientôt supprimée4, son œuvre accomplie.

36Mais ce serait sans compter sur la « double mémoire » dont parlait López Belinchón et dont les traces sont repérables jusqu’à l’époque contemporaine.

  • 5 Bensoussan rappelle l’origine de ce terme ; il vient très probablement de l’arabe moharramah qui d (...)

37C’est à quoi s’attache Albert Bensoussan, qui se penche sur la condition marrane5. Il montre d’abord que la « trace juive » ne disparaît jamais vraiment de l’âme du juif converti, en prenant pour exemple le fameux épisode du Quichotte où le héros se nourrit le samedi de « duelos y quebrantos » (« deuils et ruptures ») ; il faut comprendre par là qu’il mange des « œufs au lard » : pour mieux manifester à l’extérieur son acceptation de la nouvelle loi, le converso est en effet obligé de faire la preuve qu’il a fait son « deuil du judaïsme de ses ancêtres » en mangeant du porc le samedi.

38Mais Bensoussan montre surtout que la mémoire négative, celle des « vieux-chrétiens » hantés par la notion de pureté de sang, perdure en fait jusqu’à la fin du xxe siècle. En plein xxe siècle, les Xuetes (« petits juifs », dans le dialecte catalan des îles Baléares) de Majorque multiplient les signes ostentatoires d’intégration, en arborant par exemple d’énormes crucifix mais la terrible injure ressurgit à la première occasion : « Aguiló juetó » (« Aguilo, juif ») a pu lire l’auteur en 1975 sur un mur de la cathédrale de Palma, à propos du maire socialiste de la ville, « bon chrétien » de père en fils depuis la fin du xive siècle !

39Il conclut cependant sur une note optimiste : le marranisme connaît aujourd’hui « un sort plus glorieux à la faveur d’une pensée contemporaine sensibilisée à la marginalité et encline à y puiser une vertu ». Et de citer entre autres Edgar Morin, dont le « syncrétisme culturel » procède de ce qu’il appelle lui-même son « Moi-Marrane » – et, bien sûr, toute l’œuvre d’Albert Cohen dont le personnage central, Solal, est un modèle indépassable de héros « néo-marrane ».

  • 6 La légende veut que le terme fixé pour le départ des juifs qui refuseraient de se convertir ait co (...)

40Si l’expulsion des juifs d’Espagne est inscrite en lettres de feu dans la mémoire juive sépharade6, le souvenir des judéo-convers demeure, lui, vivant dans tous les cœurs. De tous les judéo-convers : ceux qui ont « librement » choisi le baptême, dans un contexte marqué par des pressions considérables ; les convertis de force, qu’ils aient ensuite accepté leur nouvelle condition en devenant des chrétiens dévots ou qu’ils aient judaïsé en secret, au risque de périr dans les flammes ; ceux qui, au fil des générations, ont profité de la moindre occasion pour rejoindre les pays de tolérance ; ceux qui, dénoncés à l’Inquisition, ont refusé de se « réconcilier », même « les mains liées », c’est-à-dire au pied du bûcher. Tous les humiliés, de génération en génération, par les lois de pureté qui décrètent que leur sang est infect, sans rémission possible. « Nous sommes tous des marranes », pourraient dire aujourd’hui tous les judéo-espagnols, même ceux qui, tels Edgar Morin, comme l’observe Bensoussan, descendent des juifs qui ont choisi l’exil en 1492 et ne connurent donc jamais le destin des conversos.

  • 7 Y. Yovel, op. cit., p. 409. C’est ce trait de caractère qui explique à ses yeux le rôle éminent et (...)

41Mais marranes, nous le sommes tous un peu, juifs et non juifs, croyants ou non. Car – et c’est pourquoi nous avons choisi de donner à ces lignes un titre qui peut sonner comme un défi – la conscience clivée, la parole double, la fameuse « dualité marrane », cette façon d’être, en Espagne, « à la fois chez eux et étrangers »7 sont au fondement de ce que nous appelons la modernité (et même, à certains égards, la postmodernité). Scepticisme, liberté de pensée, affirmation de l’individu, cosmopolitisme, toutes ces idées doivent beaucoup à la conscience malheureuse des conversos et des crypto-juifs espagnols et portugais. À l’heure où le fanatisme religieux, l’intolérance, la pensée unique et les préjugés raciaux gagnent partout du terrain, il n’est peut-être pas inutile de méditer leur belle et grave leçon.

Haut de page

Notes

1 Le titre de cette préface signifie « Quand il fait nuit noire, c’est qu’on va vers le jour », proverbe djudezmo. Le djudezmo ou espanioliko est le judéo-espagnol oriental de l’ancien Empire ottoman – à distinguer de la haketía ou judéo-espagnol occidental des juifs hispanophones du nord du Maroc et à ne pas confondre avec le ladino ou « judéo-espagnol calque », selon l’heureuse expression du professeur Haïm-Vidal Séphiha ; le ladino n’est pas une langue naturelle, en ce sens qu’elle n’a jamais été parlée et ne saurait l’être : le terme désigne l’espagnol archaïque et tout à fait artificiel dont se servaient les rabbins espagnols du Moyen Âge pour traduire les textes liturgiques à l’intention de ceux qui ne comprenaient pas l’hébreu : « calque », parce que le ladino traduit chaque mot de la langue sacrée, en respectant jusqu’à l’ordre de ces mots dans le texte original.

2 Yirmiyahu Yovel, dans L’Aventure marrane, Paris : Seuil, 2011, note très justement que le pogrome de Tolède de janvier 1449 est d’un genre nouveau car « il a cette fois pour cible des chrétiens baptisés qui n’avaient plus la possibilité d’y échapper par la conversion » (p. 139).

3 Voir par exemple Nathan Wachtel, La logique des bûchers, Paris : Seuil, 2009, et ses commentaires autour du mot provocateur d’Israël Salvator Revah, rapporté par Pierre Chaunu : « Oui, l’Inquisition ne se trompe jamais ! ».

4 Elle fut définitivement abolie en 1834, mais il y avait longtemps déjà qu’elle avait cessé toute activité réelle.

5 Bensoussan rappelle l’origine de ce terme ; il vient très probablement de l’arabe moharramah qui désigne une « chose interdite par la religion », et donc, par antonomase, la viande de porc. Par un nouveau paradoxe, ceux à qui cette nourriture fait horreur sont désignés par le mot qui signifie l’abomination elle-même. En espagnol moderne, marrano a fini par vouloir dire tout simplement : « cochon ».

6 La légende veut que le terme fixé pour le départ des juifs qui refuseraient de se convertir ait coïncidé en 1492 avec la date du 9 av, le jour le plus triste du calendrier juif puisqu’on y commémore la destruction des deux Temples à plus de 650 années d’intervalle. Comment mieux dire que l’expulsion d’Espagne est vécue, dans l’imaginaire juif, comme un exil aussi dramatique que ceux qui entraînèrent la captivité de Babylone et la diaspora ?

7 Y. Yovel, op. cit., p. 409. C’est ce trait de caractère qui explique à ses yeux le rôle éminent et profondément novateur que tant de conversos jouèrent dans la culture espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abraham Bengio, « Kuando muncho eskurese es para amaneser », Atalaya [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1238

Haut de page

Auteur

Abraham Bengio

Directeur général adjoint de la Région Rhône-Alpes

Haut de page