Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Identités judéo-converses

Hernando de Talavera : de la conversion idéale à l’utopie de la conversion

Hernando de Talavera, de la conversión ideal a la utopía de la conversión
Hernando de Talavera : from the ideal conversion to the utopia of the conversion
Cécile Codet

Résumés

Ce travail se propose d’analyser l’importance prise par l’idée de conversion dans la vie et l’œuvre de Hernando de Talavera (ca. 1428-1507). Probablement d’origine judeo-converse lui-même, il fut conduit au cours de sa carrière à construire une véritable politique de conversion à l’égard des Juifs et des Maures. Nous tenterons donc de mieux définir cette politique, et d’apporter des éléments d’explication à son échec final.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’idée même de conversion est au cœur de l’existence d’Hernando de Talavera, et cela ne tient pas uniquement à ses origines familiales. Si les textes portant sur la question des conversos et de leur intégration à la société chrétienne furent nombreux au cours du xve siècle, période pendant laquelle la conversion massive de Juifs, notamment, à la religion catholique, devient un sujet de réflexion et de débat, rares sont ceux qui eurent non seulement l’occasion de théoriser sur ces sujets, mais aussi de mettre en pratique leurs théories et de tenter d’en illustrer le bien fondé par leur propre parcours. Talavera est de ceux-là : descendant de judeo-convers, il deviendra un hiéronymite réputé pour la sainteté de ses mœurs avant d’occuper plusieurs postes ecclésiastiques et de s’illustrer en tant que confesseur et conseiller politique d’Isabelle la Catholique, qu’il tentera de convertir, ainsi que sa cour, à une vie plus morale : dans une certaine mesure, il est donc lui-même un exemple de conversion réussie.

2Mais c’est surtout en tant qu’évêque d’Ávila puis comme archevêque de Grenade que Talavera pourra mettre en place une véritable politique de conversion à l’égard des populations non catholiques, conversion qu’il souhaite totale, irréprochable, en un mot idéale. Les mesures qu’il proposait semblaient en effet à même de garantir un changement définitif de croyance et une intégration sans heurts dans la communauté chrétienne, mais elles perdirent rapidement l’appui du pouvoir en place, transformant les projets de l’archevêque en utopie. Quelles idées défendait Talavera ? Comment expliquer son échec final ? C’est ce que nous allons tenter de comprendre en examinant comment son parcours illustre les changements sociaux et idéologiques à l’œuvre au cours du xve siècle.

3Pour ce faire nous verrons dans un premier temps si l’on peut déceler dans son existence et dans ses idées l’influence de son origine religieuse, pour ensuite nous intéresser à sa vision de la conversion et à la façon dont il tenta de mettre son idéal en pratique. Nous terminerons enfin en nous interrogeant sur ce qui a pu briser cet idéal au point de le convertir en utopie.

Hernando de Talavera : un converso parmi tant d’autres ?

Talavera était-il d’origine juive ?

  • 1 Alonso Fernández de Madrid, Vida de Fray Hernando de Talavera, primer arzobispo de Granada, F. J.  (...)

4On le sait, le fait d’être identifié par ses pairs ou par la recherche historique comme « judeo-convers » tient en partie à l’exploration des origines familiales des personnages concernés, exploration qui peut se révéler difficile, dans la mesure ou une origine non-chrétienne était stigmatisée, et donc souvent dissimulée. Les origines familiales d’Hernando de Talavera sont ainsi fort mal connues, au point qu’on ignore la date exacte de sa naissance, même si la plupart des auteurs s’accordent pour la fixer aux alentours de 1428. Quant à l’identité de ses parents, les historiens en sont réduits, là encore, à de simples conjectures, dans la mesure où les premières biographies publiées à son sujet, comme, par exemple, la Breve summa de Jerónimo de Madrid (BNM, Ms. 2042), ou la Vida de fray Hernando de Talavera, primer arzobispo de Granada d’Alonso Fernández de Madrid, se limitent à des allusions assez vagues : pour la première, Hernando de Talavera était « hijo de nobles padres temerosos de Dios », et, pour la seconde, « de parientes medianos de estado, no ricos ni del todo pobres »1. Les deux textes, cependant, font allusion aux liens de parenté existant entre ce dernier et la famille d’Oropesa, dans la mesure où la Breve Summa affirme que son père était « muy cercano pariente de la casa de Oropesa », et A. Fernández de Madrid va jusqu’à rebaptiser le futur prélat en le nommant « Fray Fernando de Talavera, alias de Oropesa ».

  • 2 Francisco Márquez Villanueva, Investigaciones sobre Juan Álvarez Gato. Contribución al conocimient (...)
  • 3 En effet, selon Sophie Coussemacker, les historiens pensent qu’Alonso de Oropesa serait d’origine (...)
  • 4 F. Márquez Villanueva, loc. cit.

5L’hypothèse de ces liens familiaux avec la famille d’Oropesa est renforcée par le fait que c’est effectivement un Oropesa (Fernando II Álvarez de Toledo) qui finança en partie les études d’Hernando de Talavera, et l’on peut également supposer que l’influence de cette famille compta dans le choix qu’il fit plus tard d’intégrer l’ordre des hiéronymites, dont Alonso de Oropesa (mort en 1468) fut Général. Ce personnage put également avoir une influence sur la formation intellectuelle de notre protagoniste, dans la mesure où, dans son Lumen ad revelationem gentium, il prône l’acceptation pleine et entière au sein de l’Église des nouveaux chrétiens d’origine juive au nom de l’unité du corps ecclésial. Francisco Márquez Villanueva2 fait d’ailleurs de Talavera le neveu de ce célèbre hiéronymite, dans la mesure où ses réflexions le portent à croire que son père n’était autre que Garci Álvarez de Toledo, troisième seigneur d’Oropesa. Il s’agirait cependant d’une filiation illégitime, dans la mesure où la mère d’Hernando de Talavera appartiendrait à la famille des Contreras, d’origine converse, selon les affirmations de l’Inquisiteur Lucero, ce qui pourrait être confirmé, selon Márquez Villanueva, par le fait que les membres de cette famille abondaient dans l’entourage d’Hernando de Talavera. En somme, donc, celui-ci serait le fils d’un membre de la famille Oropesa (vraisemblablement d’origine juive3) et d’une femme de la famille Contreras, ce qui conduit Márquez Villanueva à affirmer « no cabe hoy la menor duda del origen judío de Fray Hernando »4, opinion renforcée par le fait que, si Talavera se défendit des accusations de crypto judaïsme, il ne nia jamais les origines que l’Inquisition lui prêtait.

6Ainsi, si nous avons pris le temps de nous intéresser aux origines familiales de notre personnage, c’est avant tout parce qu’elles vont avoir une importance capitale tout au long de sa vie, et, surtout, dans les dernières années de celle-ci, quand, alors qu’il est archevêque de Grenade depuis une douzaine d’années, il va se trouver confronté au zèle d’un inquisiteur. Quelle influence, cependant, a pu avoir cette origine familiale et religieuse dans l’existence même de Talavera ? L’historien en est réduit, là encore, à des hypothèses, et doit se garder de ne pas plaquer a priori des schémas sur des choix qui peuvent être guidés par les circonstances, ou simplement être le fruit du hasard.

Le parcours emblématique d’un converso ?

7S’il convient de ne pas réduire l’existence de Talavera à un parcours type, dont les différentes étapes auraient été dictées par son origine religieuse, il semble tout autant injustifié de n’accorder aucune importance à celle-ci. D’ailleurs, un simple coup d’œil à sa biographie montre que ses orientations idéologiques ou ses activités furent partagées par un certain nombre de judéo-convers, et qu’il aimait à s’entourer d’amis ou de collaborateurs de la même origine.

8Hernando de Talavera n’est pas le premier descendant de judéo-convers à rejoindre les rangs du clergé (leurs détracteurs prétendaient d’ailleurs qu’ils briguaient avec ferveur les charges ecclésiastiques), et à se joindre aux hiéronymites : les convertis étaient en effet particulièrement présents dans cet ordre, crée en 1373. Cette abondance de judéo-convers dans l’ordre de saint Jérôme s’explique par plusieurs facteurs : d’une part, après les massacres de 1391, les convertis cherchaient un refuge sûr contre les persécutions, refuge qu’ils ne pouvaient espérer trouver dans les ordres mendiants, qui s’étaient toujours montrés plus hostiles aux Juifs. Ils étaient en effet plus populaires, à la différence de l’Ordre de Saint Jérôme où dominait l’influence de la noblesse et de la monarchie, protecteurs traditionnels des Juifs. Enfin, l’ordre, de création récente, était à la fin du xive siècle et au début du xve dans une période d’expansion et de prosélytisme, ce qui favorisait les nouvelles entrées. Intégrer l’ordre des hiéronymites n’a donc rien d’original pour un judéo-convers, comme l’indique encore la carrière d’Alonso de Oropesa, qui put peser, on l’a vu, dans le choix de Talavera.

  • 5 Il fut finalement rétabli par une bulle de Nicolas V en 1495.
  • 6 En effet, dans les instructions qu’il donna au couvent de clarisses qu’il fonda à Loja, il prit so (...)

9Celui-ci, cependant, intègre l’ordre en août 1466, c’est-à-dire deux ans, seulement, avant la mort d’Alonso de Oropesa, et y reste 20 ans, comme moine puis comme prieur, avant d’être nommé évêque d’Avila en 1486. Cette année est également capitale dans l’histoire des relations que l’Ordre de Saint Jérôme entretient avec ses membres judéo-convers, dans la mesure où elle correspond à l’adoption par l’ordre d’un statut de pureté de sang, qui implique le refus de recevoir davantage de membres convertis ou d’origine conversa. Un tel revirement ne peut se comprendre qu’en tenant compte des troubles survenus en 1485 à l’occasion de la découverte d’un foyer de moines judaïsants dans le monastère hiéronymite de Guadalupe : cette découverte entraîna un procès et la condamnation au bûcher de 53 personnes, dont plusieurs moines. La réputation de l’ordre en fut grandement affectée, ce qui provoqua l’adoption du statut, dont l’application ne fut cependant pas immédiate, compte tenu des dissensions existant dans l’ordre à ce sujet, mais aussi de l’opposition des Rois Catholiques, qui obligèrent le Général de l’ordre à abroger ce texte5. Si l’on ne connaît pas l’opinion de Talavera sur cet édit6, il est néanmoins intéressant de remarquer que les Rois Catholiques, dont il était alors l’un des plus proches conseillers, s’y opposèrent : reste à savoir s’il faut voir là l’influence de notre prélat.

10Celui-ci était en effet depuis environ 10 ans le confesseur d’Isabelle la Catholique, mais aussi l’un de ses plus proches conseillers politiques, rôle pour lequel une origine judéo-converse, on le sait, ne constituait en rien un handicap : Talavera rejoint donc le groupe des hauts fonctionnaires d’origine conversa qui travaillaient dans l’entourage des monarques. L’ensemble des auteurs s’accordent à dire que l’influence qu’il exerça sur la politique du royaume entre 1475 et 1492 est à la fois indubitable et difficilement appréciable, dans la mesure où elle concerne, au-delà de ses activités politiques les plus notoires, les profondeurs de la conscience de la reine. Celle-ci lui fit appel pour les sujets les plus divers, du conflit avec le Portugal au financement de la conquête de Grenade, en passant par l’assainissement des finances du royaume, tâche pour laquelle, selon Márquez Villanueva, un judéo-convers était particulièrement indiqué :

  • 7 Ibid., p. 106.

Muy en primer término ha de considerarse su labor de hacendista, para la que le capacitaba la tradicional competencia administrativa del judío, ejercitada y perfeccionada en la habilidad financiera que caracterizaba a los jerónimos, orden favorita de los conversos7.

11Si l’affirmation de l’auteur n’est pas exempte d’idées reçues, nous retiendrons cependant que Talavera a, pour cette tâche, eu recours à la collaboration d’un certain nombre de conversos, dont il reconnaissait la compétence, mais avec lesquels il partageait sans doute également une certaine éthique politique et financière. Faut-il, pour autant, parler d’un état d’esprit commun à l’ensemble des judéo-convers ?

Hernando de Talavera : le parangon d’une spiritualité conversa ?

12Tenter de définir le caractère, les sentiments ou les aspirations d’un personnage historique, qui plus est quand il a disparu depuis cinq siècles, est une entreprise des plus hasardeuses, et ce d’autant plus si l’on tente de déceler dans ce caractère l’influence d’une chose aussi insaisissable et protéiforme que l’identité religieuse : il faut donc, là encore, se prévaloir de la plus grande prudence. Néanmoins, l’historien ne peut éviter la tentation de relier certaines attitudes à tel ou tel courant de pensée, à telle ou telle origine socio-religieuse, et c’est ainsi que Márquez Villanueva affirme 

  • 8 Ibid., p. 110.

Fray Hernando era ante todo un espíritu práctico, polarizado por la idea de la eficacia de su labor y que se enfrentaba de un modo similar, aunque guardando las distancias, con unas cuentas embrolladas o con un espinoso problema de conciencia, actitud muy propia de convers 8.

  • 9 Elle cite notamment Melquíades Andrés Martín, qui, dans un article de 1973, « Tradición conversa y (...)
  • 10 Loc. cit.

13De même, dans son article intitulé « Convertis et judaïsants dans l’Ordre de saint Jérôme : un état de la question », Sophie Coussemacker observe comment plusieurs auteurs9 ont tenté de percevoir dans la Católica Impugnación, ouvrage que Talavera publia en 1487, les traces d’une spiritualité judéo-converse. Ainsi, Américo Castro voit dans ce texte l’existence d’une tradition spirituelle tournée vers le recueillement intérieur et la contemplation d’un « Israël selon l’esprit », et y détecte une exigence spirituelle semblable à celle de l’érasmisme espagnol au siècle suivant. « Le texte de Talavera serait donc un miroir de la spiritualité converse de la fin du xve siècle », selon Sophie Coussemacker10, ce qui présuppose l’existence de traits de pensée communs à tous les convers susceptibles de former une « spiritualité » caractéristique, dont Talavera serait un parangon.

14Sans aller jusque là, on peut toutefois observer que Talavera gravitait au sein d’un cercle d’intellectuels d’origine judéo-converse, comme le poète Juan Álvarez Gato, avec lequel il a eu l’occasion de travailler et d’entretenir une correspondance, et que ses opinions sur un certain nombre de sujets touchant à la religion étaient partagées par d’autres conversos. On peut ainsi remarquer, concernant la méthodologie de la conversion et la nécessité de préserver l’unité de l’Église en y intégrant pleinement les nouveaux chrétiens les similarités qui existent entre la Católica Impugnación et le Lumen ad revelationem gentium d’Oropesa. Ces deux questions reviennent de façon récurrente dans la vie et sous la plume de Talavera, qui, de poste en poste jusqu’à Grenade, ne cessera d’élaborer une véritable méthodologie de la conversion, qu’il tentera également de mettre en pratique.

La conversion idéale : méthodologie et tentative de mise en pratique

  • 11 Il s’agit en effet d’un changement, d’une transformation plus que d’un oubli : Talavera est en eff (...)

15Au fil de sa carrière, Talavera fut plusieurs fois confronté directement aux problèmes liés au crypto-judaïsme, et put constater avec amertume combien ces situations étaient préjudiciables à l’image des nouveaux chrétiens et à l’entente entre les communautés. Ces épisodes ont, sans nul doute, contribué à renforcer chez lui l’idée selon laquelle une conversion devait être le fait d’une conviction profonde, d’une part, mais devait aussi être totale, et impliquer une transformation radicale des rites et des pratiques antérieures, dans leur dimension purement religieuse comme dans les actes liés à la vie quotidienne11. Sa propre vie, en ce sens, constitue la plus parfaite illustration de ses aspirations : l’évocation de ses origines, tout comme le procès inquisitorial qui ternit les dernières années de son existence ne doivent en effet pas faire oublier qu’il incarnait, pour la plupart de ses contemporains, la perfection religieuse, tant du point de vue des pratiques que de l’éthique.

La conversion idéale selon Talavera

  • 12 Isabella Iannuzzi, El poder de la palabra en el siglo xv : fray Hernando de Talavera, Valladolid : (...)
  • 13 Hernando de Talavera, Católica Impugnación, Francisco Márquez Villanueva (éd.), Barcelone : Juan F (...)

16Hernando de Talavera a eu plusieurs fois l’occasion de s’exprimer quant aux problèmes liés à la conversion, mais son texte le plus important sur la question est sans doute la Católica impugnación, texte polémique destiné à combattre le libelle d’un clerc judaïsant de Séville. Comme le rappelle l’auteur dans une lettre introductive adressée aux Rois Catholiques, ce libelle fut publié à l’occasion d’une campagne de prédication destinée aux conversos, menée par Talavera lui-même dans cette ville en 1478 : il est ainsi intéressant d’observer qu’il leur dédiait dès cette époque une attention particulière. La Católica Impugnación peut donc être considérée comme un manifeste où l’auteur affirme sa conception de l’Église, ses idées quant aux relations qui existent ou doivent exister entre la spiritualité juive et la foi catholique et entre les différentes communautés, ainsi que son opinion quant au traitement à accorder aux hérésies de toutes sortes. La pierre d’angle sur laquelle repose toute l’argumentation de l’auteur est l’unité de l’Église, et l’hérétique de Séville est aussi dangereux pour cette unité que ceux qui stigmatisent les conversos en les traitant de marranos et en en faisant une catégorie distincte de celle des autres fidèles. L’un des atouts de la réaction de Talavera est d’ailleurs, selon Isabella Iannuzzi, qu’elle « va dirigida a los individuos, y no a la genérica categoría de los conversos en calidad de clase social, de grupo homogéneo »12. Les judéo-convers ne sont ainsi ni supérieurs (contrairement à ce que prétendait le libelle) ni inférieurs aux autres croyants. Si le baptême rend tous les chrétiens égaux, la séparation doit par contre être claire avec les autres religions, et Talavera s’emploie à établir sur tous les points les différences existant entre judaïsme et christianisme, pour combattre l’auteur du libelle selon qui les chrétiens respectaient encore la plupart des commandements de la Torah. La Católica Impugnación permet d’ailleurs de définir le statut de celle-ci au sein de la spiritualité chrétienne, du moins selon Talavera : « no tiene la Iglesia crsitiana la ley de Moisén al rincón, como cosa desechada, mas in capite libri, como a madre anciana y honrada que huelga ya y descansa, pasado su oficio en su muy buena hija, la santa ley de gracia13. »

17Si le ton de l’opuscule est très dur envers l’auteur du libelle, Talavera est beaucoup plus amène envers l’ensemble des judéo-convers, parmi lesquels il affirme que la plupart sont de bons chrétiens. En revanche, ceux qui perpétuent des pratiques liées au judaïsme doivent être poursuivis et condamnés, jusqu’à la prison voire la mort, s’ils s’obstinent, même si le premier but des poursuites est avant tout le repentir. Ceux qui judaïsent incarnent en effet un mélange indésirable de croyances et de pratiques, et c’est pourquoi Talavera est favorable à la séparation des communautés, afin que les croyances restent bien distinctes, et que l’unité spirituelle de l’Église chrétienne soit ainsi assurée. Cet attachement à l’unité du « corps mystique » de l’Église rapproche la spiritualité de Talavera des écrits de saint Paul, qu’il cite d’ailleurs à de multiples reprises et dont il imite également la ferveur pastorale : notre auteur n’aura en effet de cesse, tout au long de sa carrière, de rechercher la conversion des Juifs et des Musulmans en utilisant un ample éventail de procédés, parmi lesquels la prédication tient sans nul doute une place prépondérante.

Enseigner l’Évangile

18Les sermons de Talavera ont laissé une trace indélébile dans la mémoire de ses biographes, mais, malheureusement, ils n’en ont point laissé dans les bibliothèques, et ce corpus à l’étendue conséquente, puisqu’il a prêché de 1458 (date de son ordination comme prêtre) à 1507 (date de sa mort) nous restera sans doute inconnu. Néanmoins, les commentaires que ces sermons ont suscités nous permettent de nous faire une idée de l’éloquence d’Hernando de Talavera et de l’impact que pouvaient avoir ses paroles, dont il renforçait l’efficacité en utilisant des mots et des images à la portée du plus grand nombre, et en employant souvent le castillan au lieu du latin. À Grenade, il ira même jusqu’à encourager ses prêtres à apprendre l’arabe pour pouvoir s’adresser directement aux populations, et à utiliser cette langue, ainsi que l’espagnol, dans les cérémonies, ce qui ne manqua pas de provoquer quelques réactions de désapprobation.

  • 14 Jerónimo de Madrid écrit en effet dans la Breve Summa : « Hizo muchos géneros de trobas todas sant (...)
  • 15 Loc. cit.
  • 16 Dès la Católica Impugnación (1487), Talavera avait manifesté son approbation face à ces manifestat (...)

19Mais les sermons ne sont pas la seule arme de Talavera, dont l’arsenal regorge d’outils et de stratégies parfois révolutionnaires : la musique tient ainsi toute sa place dans son entreprise de conversion, dans la mesure où il créa un habillage musical spécifique pour les offices grenadins. Le nouvel archevêque, conscient de l’intérêt liturgique de la musique14, composa en effet lui-même des messes, mais se permit également de remplacer l’orgue par des instruments appartenant à la tradition mauresque, afin que la musique évangélique soit d’emblée familière aux oreilles de son nouvel auditoire. La musique faisait ainsi partie intégrante de la pédagogie de Talavera envers les populations à convertir, mais il n’hésitait pas non plus à utiliser des manifestations sans doute semblables à des représentations théâtrales, dans la mesure où Jerónimo de Madrid affirme que « fazía hazer algunas devotas representaciones, tan devotas, que eran más duros que piedras los que no echavan lágrimas de devoción »15. Signalons également qu’il encourageait l’élévation de statues et le culte des saints, conscient qu’il était du besoin de concrétiser la sacralité16.

20Enfin, la diffusion de la doctrine chrétienne passait également par tout un ensemble d’écrits, allant de la traduction de la Vita Christi d’Eiximenis à la Breve doctrina de Talavera, en passant par des instructions destinées au clergé grenadin ou des cartillas catequéticas, par lesquelles les jeunes morisques pouvaient apprendre à lire en castillan grâce au texte des prières de base de la liturgie catholique. La Breve doctrina a également un but pédagogique, dans la mesure où elle résume tout ce que doit savoir un chrétien : elle est donc pensée comme un manuel pratique de vie et de spiritualité chrétienne à l’usage des convertis, manuel qui aborde aussi bien des points de doctrine que des conseils vestimentaires ou des indications quant aux mœurs à adopter. Talavera était en effet conscient que des pratiques qualifiées de crypto-judaïques ne relevaient souvent pas d’une conversion hypocrite, mais simplement de coutumes tellement ancrées dans les habitudes que le changement de religion n’avait pas pu les effacer. C’est donc pour tenter de parer à cette éventualité que l’archevêque s’attache autant à faire changer les coutumes de ses ouailles qu’à modifier leurs croyances.

Réformer les coutumes

  • 17 H. de Talavera, Ibid., p. 167.

21L’action de Talavera à Grenade, en ce sens, est parfaitement cohérente avec le reste de sa carrière ecclésiastique, dans la mesure où il n’a eu de cesse de réformer les mœurs de ses contemporains, de celles de la reine et de sa cour à celles du clergé. Néanmoins, le changement demandé aux nouveaux chrétiens est encore plus grand, et bien plus nécessaire, puisqu’il en va de leur sécurité personnelle, mais aussi de la cohésion et de l’homogénéité de la société. Dans cette perspective, Hernando de Talavera insiste sur la nécessité que les conversos abandonnent définitivement les habitudes liées à leurs anciennes croyances : les judéo-convers, par exemple, doivent impérativement travailler le samedi : « especialmente se deben en [las obras serviles o corporales] ocupar los nuevos cristianos convertidos del judaísmo, porque no se pueda sospechar que guardan el sábado »17. Ils doivent également, tout comme les morisques, adopter les habitudes alimentaires et vestimentaires chrétiennes avec l’aide de l’archevêque, qui allait jusqu’à leur fournir des vêtements. De plus, alors qu’il utilise l’arabe dans sa politique d’évangélisation, il encourage ses ouailles à abandonner cette langue, et à n’employer que le castillan, pour, là encore, rendre manifeste leur conversion et leur intégration dans la société chrétienne. Dans cette entreprise, il prête particulièrement attention aux femmes, dans la mesure où il les considère comme un chaînon essentiel de transmission, et, d’autre part, comme les maîtresses de l’espace domestique, susceptibles, donc, de contrôler tout ce qui a trait aux habitudes de la vie quotidienne, aux vêtements et à la nourriture.

22La conversion voulue par Hernando de Talavera, on le voit, ne peut se faire que sur la durée, et implique la conviction de celui qui se converti, ainsi qu’une profonde motivation qui doit lui permettre de changer presque entièrement ses habitudes. Les résultats ne pouvaient donc être à la hauteur de ce qu’espéraient les Rois Catholiques, du moins en termes de chiffre, car l’entreprise talavérienne ne fut pas totalement veine. En effet, dans la bulle Exponi nobis du 30 novembre 1506 (date à laquelle les poursuites inquisitoriales contre Talavera étaient déjà engagées), Jules II parle ainsi de l’archevêque de Grenade :

  • 18 Cité par Isabelle Iannuzzi, « “Chi giudica chi ?”. Fray Hernando de Talavera e il suo processo ai (...)

Su santa vida tanto de palabra como en obras la ha vivido de modo tan admirable que un gran número de infieles se han convertido a la fe de Cristo por su vida y por sus enseñanzas, y que ninguno de los cristianos ha renegado de ella sino que fueron confirmados18.

23Hernando de Talavera a donc obtenu des conversions dont, certes, on ignore si elles furent aussi complètes et aussi parfaites que la théorie le prévoyait, mais qui furent durables, si l’on en croit le pape, et sans doute plus convaincues que celles qui seront ensuite obtenues par la contrainte et l’imposition en masse du baptême.

24Les dernières années de la carrière de Talavera sont en effet marquées par le triomphe de ce qu’il a tenté de combattre toute sa vie : le discours d’exclusion et de suspicion vis-à-vis des conversos et de ceux qui pratiquaient une religion différente du catholicisme. S’il désapprouvait leur foi et brûlait de les convertir à la sienne, il n’avait pourtant de cesse de proclamer leur égalité par rapport aux chrétiens et le respect qu’on devait à leur personne, à leurs pratiques et à leur langue. À la fin de sa vie, l’espoir d’une coexistence pacifique entre les communautés et d’une conversion progressive de tous les habitants de la Péninsule ibérique au catholicisme est brisé : si l’expulsion des Juifs en 1492 reste la conséquence la plus spectaculaire de cette radicalisation, la montée en puissance de l’Inquisition, l’hostilité croissante envers les Juifs et les conversos et la transgression des accords passés avec la population de Grenade par la mise en place d’une politique de répression et de conversion massive en sont autant de symptômes. Hernando de Talavera va doublement souffrir de ces changements, dans la mesure où l’arrivée de Cisneros à Grenade va mettre un point final à ses efforts, et où Lucero va prendre prétexte de ses origines familiales pour le soumettre à des poursuites inquisitoriales et faire ainsi peser le soupçon sur la sincérité de cet homme qu’on disait irréprochable.

La fin d’une utopie

25Les dernières années de Talavera ont donc dû être bien amères, d’une part parce qu’il devait subir un procès infamant et, d’autre part, parce qu’il ne pouvait que constater le caractère désormais utopique de ce qu’il avait préparé pendant toute une vie. Force est cependant de constater que les tensions intercommunautaires et la radicalisation de certains éléments de la communauté chrétienne que l’on constate à la fin du xve siècle et au début du xvie sont le produit de courants qui avaient été amorcés bien en amont.

Talavera face aux Juifs et à l’antisémitisme

26On l’a dit, Talavera a été plusieurs fois confronté, tout au long de sa carrière, aux problèmes liés à la cohabitation des différentes communautés religieuses, au mélange des croyances et à l’intolérance et la violence que ces phénomènes pouvaient provoquer. D’une certaine façon, il a donc pu assister à cette progressive cristallisation des tensions qui mène, entre autres, à l’instauration de l’Inquisition et à l’expulsion des Juifs. Au nombre de ces événements annonciateurs, on peut citer la découverte du groupe judaïsant de Séville dont le libelle donna lieu à la publication de la Católica Impugnación, ou encore les procès retentissants menés contre ceux qui s’adonnaient au crypto-judaïsme dans les monastères hiéronymites : Talavera n’ignorait donc pas l’existence de tels phénomènes. Mais c’est avant tout comme évêque d’Ávila qu’il va faire l’expérience de la gestion des relations entre diverses communautés ethniques et religieuses.

  • 19 Talavera était favorable, rappelons-le, à cette séparation des communautés puisque, dans la Católi (...)
  • 20 Isabella Iannuzzi, El poder…, p. 287-292.

27La communauté juive de cette ville était en effet importante, tout comme, d’ailleurs, la communauté mudéjare, et la cohabitation avec les populations chrétiennes ne posait, du moins dans les textes, aucun problème. Ainsi, même à la fin du xve siècle, les autorités municipales et royales se montraient favorables à l’existence de communautés juives et à leur maintien sur le territoire péninsulaire : en 1487, les Ordenanzas municipales n’instaurent en effet aucune discrimination entre Juifs et chrétiens. Cependant, si les pouvoirs civils semblent faciliter la cohabitation des différents groupes, les autorités religieuses se montrent plus frileuses et, cherchant à éviter l’interpénétration des coutumes et des croyances, préconisent, lors du synode d’Ávila (1481) l’installation des différentes communautés dans des quartiers séparés : quand Talavera arrive à la tête de son nouveau diocèse (1486), la judería abulense est donc sans doute déjà constituée19. Par ailleurs, le nouvel évêque va voir son ministère terni par une affaire qui montre bien, selon Isabella Iannuzzi20, que les mesures de protection prises par les monarques n’avaient nullement empêché la montée en puissance de l’intolérance et de l’hostilité envers les minorités : il s’agit du procès du Niño de la Guardia.

28Ce procès s’ouvre en décembre 1490, et porte sur des faits commis en 1488, dont l’existence même est aujourd’hui, selon nombre d’historiens, plus que douteuse : un groupe de Juifs et de conversos était accusé d’avoir profané une hostie et d’avoir crucifié un enfant pour en manger le cœur. Alors que les faits avaient été commis dans la province de Tolède, l’instruction fut pourtant transportée une première fois à Ségovie, puis enfin à Avila, où eut lieu le procès. Isabella Iannuzzi s’interroge sur les causes de ces mouvements, mais affirme que le fait qu’un tel procès ait lieu dans une ville qui symbolisait à la fois la spiritualité hébraïque et une certaine forme de cohabitation n’est certainement pas innocent : on remettait ainsi en cause non seulement l’existence de la communauté juive, mais aussi ses relations avec les autres communautés, d’autant plus que le procès servait également à démontrer que le dialogue entre Juifs et conversos menait ces derniers au crypto-judaïsme. C’est d’ailleurs l’argument invoqué par certains inquisiteurs pour pouvoir appliquer l’Inquisition aux Juifs : on ne pourra régler le problème judéo-convers sans en passer par là.

29À la fin du procès, en novembre 1491, ses visées médiatiques et idéologiques apparaissent clairement : la condamnation fut publiée, envoyée à toutes les villes du royaume, et même traduite en catalan. De même, l’exécution des condamnés se fit lors d’un spectaculaire auto da fe sur la place du Mercado Grande d’Avila, auquel avait été conviés les plus hautes autorités ecclésiastiques. Une absence de taille, cependant, pouvait être remarquée : celle de l’évêque de la ville, Talavera lui-même, qui n’avait pas même pris la peine de se faire représenter par un subordonné, manifestant ainsi son entière désapprobation. Si l’évêque était sans doute guidé par son sens de la justice et son refus de la violence religieuse, son absence marquait surtout son opposition à l’Inquisition dans sa version moderne, dont il désapprouvait l’instauration et les méthodes.

Talavera et l’Inquisition

30Le procès du Niño de la Guardia peut ainsi être compris comme une des étapes de la lutte entre Talavera et les tenants de l’Inquisition, et peut-être comme une victoire de ceux-ci, dans la mesure où ils venaient prouver leur puissance sur le territoire situé sous la juridiction de l’évêque. Signalons cependant que Talavera n’était pas opposé à toute forme d’inquisition : dans la Católica Impugnación, il se montre favorable à la force face aux hérétiques ou aux apostats les plus obstinés, mais seulement après que tous les recours de la raison auront été épuisés, comme il l’affirme dans sa lettre introductive adressée aux Rois Catholiques. Par ailleurs, Hernando de Talavera était résolument opposé à la forme que commença à prendre l’Inquisition sous le règne des Rois Catholiques, et il est fort probable qu’il fut l’une des personnalités, avec Hernando del Pulgar ou encore le cardinal Mendoza, qui retarda de trois ans son fonctionnement effectif, entre 1478 (date de la bulle de fondation) et 1481 (date de l’installation du premier tribunal à Séville).

31L’opposition de notre auteur peut être affirmée sans réserve, dans la mesure où elle s’exprime dans ses textes, mais aussi dans ses actions : outre l’épisode du procès du Niño de la Guardia, il eut l’occasion de contrecarrer l’action des inquisiteurs en 1485, quand ceux-ci tentèrent de poursuivre pour leur propre compte les prêteurs juifs à Saragosse. Talavera était en effet rigoureusement opposé à l’emploi de l’Inquisition envers les non chrétiens : le Juif et le Maure ne doivent pas être inquiétés :

  • 21 H. de Talavera, Católica…, p. 171.

Porque guarda la ley mosaica o la secta mahomética, porque nació en aquello y nunca fue de nuestro Señor alumbrado, mediante su santa fe católica [..] Y el judío ni el moro no prometió lo contrario de aquello que guarda; y porque sería traerlos a la santa fe por fuerza, lo cual no se debe hacer en ninguna manera21.

32Mais le témoignage le plus clair quant à l’opposition de Talavera à l’instauration de l’Inquisition est sans doute celui de l’inquisiteur Lucero qui, lors du procès qu’il lui intente, fait figurer cette opposition au nombre de ses accusations. Ce procès peut donc être lu comme le climax d’une lutte entre deux entités, l’Inquisition parvenant finalement à prendre le pas sur celui qui l’avait toujours combattue. Mais il symbolise aussi la persécution qui se met en place contre les conversos, dans la mesure où le plus insoupçonnable d’entre eux est mis au banc des accusés.

La fin des illusions

33La tenue de ce procès qui s’ouvre en 1505 est en fait le résultat de multiples facteurs : depuis son départ à Grenade, d’une part, Hernando de Talavera avait perdu beaucoup de son influence auprès des monarques, et cette perte de crédit fut encore accentuée par la mort de la reine ; d’autre part, l’impatience grandissait face à la lenteur du processus de conversion mis en place par l’archevêque, et l’arrivée de Cisneros à Grenade en octobre 1499 constitue un témoignage flagrant de désapprobation. Ainsi, le premier barrage à l’utopie talavérienne est bien la mise en place de la politique de baptêmes forcés et de conversion de masse que va initier le cardinal, avec le succès que l’on sait en termes numériques, mais aussi de funestes conséquences sur l’équilibre de la cité, dans la mesure où, ajoutée aux autres transgressions des accords passés lors de la capitulation de la ville, elle entraînera une série de mouvements de révolte parmi la population morisque. Double désillusion, donc, pour Talavera : un processus de conversion lent et progressif n’est plus de mise, et les tensions qui brisent le fragile équilibre de la ville rendent caduque l’espoir d’une intégration sans heurts des nouveaux chrétiens dans leur communauté d’adoption.

34Le procès qu’il doit affronter à partir de 1505 vient d’ailleurs confirmer que, pour certains inquisiteurs particulièrement fanatiques, un converso, quelle que soit la sainteté de ses mœurs, sera toujours suspect d’apostasie. Ce procès ne touche en effet pas seulement Talavera, mais un certain nombre de ses collaborateurs d’origine judéo-converse et une partie de sa famille, que l’on accuse d’appartenir à un groupe judaïsant dirigé par l’archevêque lui-même, qui prêcherait l’avènement prochain du Messie et le triomphe de la loi mosaïque. Ces accusations sont, bien entendu, sans fondements, mais le processus inquisitorial pourra aller jusqu’à son terme, avec l’appui, notamment, de Ferdinand le Catholique, qui n’avait pas pour son ancien confesseur autant d’affection et de respect que sa femme. Il semblerait également que les enjeux politiques du moment aient pesé sur la procédure menée à l’encontre de Talavera, dans la mesure où ce procès constitua l’un des espaces de lutte entre Ferdinand et Philippe le Beau, favorable à l’archevêque. Mais il doit aussi être resitué dans la continuité de l’affrontement entre Talavera et l’Inquisition, puisque celui-ci ne cessera de dénoncer, dans les lettres qu’il écrit au cours de la procédure, les méthodes utilisées et les objectifs visés par l’institution. Il critique ainsi le manque total d’objectivité des juges, guidés seulement par l’« enemiga capital que […] tienen a esta generatión » (celle des convers). Il souhaiterait au contraire que la recherche de la vérité soit menée par des

  • 22 Lettre de Talavera à Ferdinand le Catholique, du 23 février 1506, citée par I. Iannuzzi, « ‘Chi gi (...)

personas sabias y muy prudentes y libres de toda passión de odio contra esta gente y de affectión a los juezes y de todo interesse y muy conforme a derecho, el qual a mi ver en gran parte no se guarda, y personas que quieran más absolver que condenar, que en verdad hay pocas22.

35Talavera n’était donc nullement dupe quant au fait que son procès symbolisait la suspicion croissante que certains avaient nourrie à l’égard des conversos et leur volonté d’extirper les éléments jugés impurs d’une société chrétienne uniforme. Il était également persuadé que le fonctionnement indépendant et en apparence arbitraire de l’Inquisition ne pouvait que nuire à l’autorité du monarque, au sens où la légitimité des institutions monarchiques était alors mise en doute. L’archevêque ne devra son salut qu’à la force de sa réputation de sainteté, qui était parvenue jusqu’aux oreilles du pape, lequel confia l’affaire à son nonce, qui finit par laver Talavera et les siens de tout soupçon. Celui-ci ne put sans doute malheureusement pas prendre connaissance du verdict avant sa mort, survenue le 14 mai 1507, dans la mesure où, dans le texte qu’il dicte alors à un notaire, il réaffirme sa parfaite innocence ainsi que celle de ses proches, et demande au pape de juger de l’orthodoxie de ses écrits. Signalons par ailleurs, en plus de cette absolution finale, que la procédure menée contre l’archevêque fut le dernier haut fait de l’inquisiteur Lucero, dont la ville de Cordoue fut finalement libérée, et que les abus de l’Inquisition et la volonté de les réguler donnèrent lieur à la Congrégation générale de 1508.

Conclusion

36Faut-il pour autant parler de victoire posthume de Talavera ? Non, bien entendu, car la Grenade qu’il laisse à sa mort est bien différente de celle dont il avait rêvé : c’est une ville marquée par les dissensions entre les communautés, par les pressions exercées à l’encontre des non catholiques pour qu’ils se convertissent, et par l’influence de l’Inquisition. Le xvie siècle ne fera d’ailleurs que confirmer la ruine du rêve de l’archevêque et l’oubli de ses idées : même si certains auteurs le voient comme un précurseur de l’érasmisme ou de l’illuminisme, ses vues ne correspondaient désormais plus à celles que l’on jugeait recevables, dans la mesure où la Católica Impugnación figure à l’Index de 1559. Enfin, l’expulsion des morisques en 1609 signe l’échec de l’intégration des convertis d’origine musulmane, objectif auquel Talavera avait pourtant consacré les 15 dernières années de sa vie.

37Que reste-t-il, alors, de l’héritage de l’archevêque, dans la mesure où l’évolution historique a démontré le caractère utopique de la société dont il rêvait ? De façon assez paradoxale, il reste précisément ce que l’Inquisition aurait pu le plus facilement détruire, à savoir sa réputation de sainteté. Mais de la politique qu’il tenta de mener à Grenade et tout au long de sa carrière ecclésiastique, il reste avant tout une impression d’échec, d’utopie avortée, alors même que la conquête de la ville avait signifié la réalisation d’un rêve qu’il nourrissait depuis des années.

Haut de page

Notes

1 Alonso Fernández de Madrid, Vida de Fray Hernando de Talavera, primer arzobispo de Granada, F. J. Martínez Medina (éd.), Grenade : Université de Grenade, 1992, p. 45.

2 Francisco Márquez Villanueva, Investigaciones sobre Juan Álvarez Gato. Contribución al conocimiento de la literatura castellana del siglo xv, Madrid : Real Academia Española, 1960, p. 141.

3 En effet, selon Sophie Coussemacker, les historiens pensent qu’Alonso de Oropesa serait d’origine juive, même si lui-même le nie dans le Lumen, tout en affirmant que, si tel était le cas, il ne rougirait pas de son origine (Sophie Coussemacker, « Convertis et judaïsants dans l’ordre de saint Jérôme : un état de la question », in : Mélanges de la Casa Velasquez, 27 [2], 1991, p. 5-27, plus particulièrement p. 9).

4 F. Márquez Villanueva, loc. cit.

5 Il fut finalement rétabli par une bulle de Nicolas V en 1495.

6 En effet, dans les instructions qu’il donna au couvent de clarisses qu’il fonda à Loja, il prit soin de préciser : « Y queremos que en las que han de ser recibidas no se mire diferencia de linajes ni de otra condición alguna, mas así sea recibida la pobre como la rica, la villana como la noble, la cristiana nueva como vieja ». Cité par F. Márquez Villanueva, op. cit., p. 115.

7 Ibid., p. 106.

8 Ibid., p. 110.

9 Elle cite notamment Melquíades Andrés Martín, qui, dans un article de 1973, « Tradición conversa y alumbramiento (1480-1487). Una veta de los alumbrados de 1525 », tente de reconstruire la spiritualité des conversos de la fin du xve siècle à partir du contenu de la Católica Impugnación (Studia Hieronymiana, 1, p. 381-395, cité par S. Coussemacker, art. cit., p. 23).

10 Loc. cit.

11 Il s’agit en effet d’un changement, d’une transformation plus que d’un oubli : Talavera est en effet convaincu que les Juifs représentent en quelque sorte la mémoire du peuple chrétien, et doivent donc être considérés par lui comme une partie de son patrimoine, vision qui lui permet, qui plus est, de faciliter la cohabitation entre les communautés et l’insertion des nouveaux chrétiens dans la communauté catholique. De ce point de vue, un passage de l’Avisación a María Pacheco est, peut-être, significatif : dans le second chapitre de la deuxième partie de cet opuscule, il explique à sa pénitente comment mener une vie conforme à la morale catholique en se basant sur des passages du Lévitique et de l’Exode. Les fondements de la loi mosaïque (notamment les passages portant sur les fêtes du mois de Tichri) ne sont ainsi pas occultés, mais ils sont détournés de leur sens premier pour en faire les principes d’organisation de la journée d’une femme chrétienne (Hernando de Talavera, Avisación a la virtuosa y muy noble señora doña María Pacheco, San Lorenzo del Escorial : Bibliothèque du monastère, ms. b-iv-26, fol. 14vº-18rº).

12 Isabella Iannuzzi, El poder de la palabra en el siglo xv : fray Hernando de Talavera, Valladolid : Junta de Castilla y León, Consejería de Cultura y Turismo, 2009, p. 346.

13 Hernando de Talavera, Católica Impugnación, Francisco Márquez Villanueva (éd.), Barcelone : Juan Flors editor, 1961, p. 100.

14 Jerónimo de Madrid écrit en effet dans la Breve Summa : « Hizo muchos géneros de trobas todas santas, y para despertar la devoción suya y de los fieles, hazía que se cantassen en la Iglesia, por que con aquella golosina santa viniessen de mejor gana al oficio divino » (cité par Alan Deyermond, dans « Las obras perdidas de fray Hernando de Talavera », Bulletin Hispanique, 101 [2], 1999, p. 365-374, plus particulièrement p. 369).

15 Loc. cit.

16 Dès la Católica Impugnación (1487), Talavera avait manifesté son approbation face à ces manifestations du culte populaire que sont l’adoration des statues et la croyance en leur possibilité de se manifester physiquement par des larmes ou des sourires (H. de Talavera, Católica…, p. 139). Cette figuration de la divinité et de ses saints, de plus, permettait de marquer clairement la différence entre christianisme et judaïsme.

17 H. de Talavera, Ibid., p. 167.

18 Cité par Isabelle Iannuzzi, « “Chi giudica chi ?”. Fray Hernando de Talavera e il suo processo ai meccanismi ideologici dell’Inquisizione », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1, 2007, p. 5-35, plus particulièrement p. 14.

19 Talavera était favorable, rappelons-le, à cette séparation des communautés puisque, dans la Católica Impugnación, il en affirme le bien fondé « por evitar muchos pecados que se siguen y seguirían de la mezcla y mucha familiaridad » des Juifs et des chrétiens (H. de Talavera, Católica…, p. 148).

20 Isabella Iannuzzi, El poder…, p. 287-292.

21 H. de Talavera, Católica…, p. 171.

22 Lettre de Talavera à Ferdinand le Catholique, du 23 février 1506, citée par I. Iannuzzi, « ‘Chi giudica chi ?’. Fray Hernando de Talavera e il suo processo… », p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Hernando de Talavera : de la conversion idéale à l’utopie de la conversion », Atalaya [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1259

Haut de page

Auteur

Cécile Codet

École normale supérieure de Lyon

Haut de page