Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Identités judéo-converses

La question converse et le débat sur l’origine de la noblesse

La cuestión conversa y el debate sobre el origen de la nobleza
The Converse issue and debate on the origins of nobility
Sara Gonzalez

Résumés

Cet article s’intéresse à deux polémiques qui ont animé la Castille à la fin du xve siècle, à savoir celle qui portait sur la nature et les fondements de la noblesse et celle qui portait sur l’existence des nouveaux chrétiens d’origine juive. S’intéressant notamment aux événements survenus à Tolède en 1449 et à leurs conséquences idéologiques, l’auteur montre comment les deux polémiques se rejoignent et se complètent. Ainsi, la polémique sur la nature de la noblesse contribue à structurer et nourrir les débats sur la place que les judéo-convers doivent avoir dans la société de l’époque, à tel point que la notion de pureté de sang, d’abord présente dans des traités portant sur la noblesse, deviendra peu à peu une notion clé pour distinguer les judéo-convers des vieux Chrétiens.

Haut de page

Texte intégral

1Les institutions et la société castillane connaissent, à la fin du Moyen Âge, une période de redéfinition. La noblesse est en pleine restructuration, ce dont témoigne une abondante production littéraire autour du débat sur l’origine de la noblesse. Par ailleurs, à la même époque, la progressive unification religieuse du royaume de Castille, prélude à l’unité nationale, mène à la cristallisation du « problème juif ». Celui-ci trouve rapidement une issue avec le décret d’expulsion du 1er mars 1492. Cependant, avant de disparaître, il amorce une mutation parallèle qui le transforme peu à peu en « problème convers ». Beaucoup plus compliqué et paradoxal, ce dernier se retrouve très vite au cœur de controverses et polémiques qui marquent la vie politique et sociale du royaume.

  • 1 Voir Jaime Contreras, « Judíos, judaizantes y conversos en la Península Ibérica en los tiempos de (...)
  • 2 Ibid., p. 458.

2Si la question converse est éminemment complexe, c’est qu’elle souffre dès ses origines de l’ambiguïté du terme « convers ». En effet, il ne faut pas seulement considérer le diptyque Juif/Convers mais y inclure un troisième élément : le Judaïsant. Dès lors, on peut distinguer trois grands problèmes : le problème de la minorité religieuse israélite, résolu en 1492, le problème de l’hérésie qui touche les Judaïsants, et celui des Convers enfin, d’ordre culturel1. En effet, les Convers ne sont pas un groupe homogène et organisé mais ce que Jaime Contreras définit comme « Una proyección imaginaria de la mayoría que creó para ello un referente marginalizado en relación a su origen judío »2. Dès lors, la question converse concerne une minorité visible qui tente de se débarrasser de ses origines juives afin de s’insérer dans la société et d’assimiler la culture des vieux-chrétiens. L’intégration à la chrétienté est pour la plupart des convers l’objectif principal dès lors qu’ils se convertissent. Or, certains vieux-chrétiens s’opposent farouchement à cette assimilation et mettent en place tout un argumentaire tendant à démontrer l’impossibilité pour les Convers de devenir de vrais chrétiens. Parmi les raisons invoquées deux sont particulièrement importantes en raison de leurs implications. La première consiste à refuser l’existence même des Convers. Cette négation de fait de l’identité converse renvoie ainsi les nouveaux chrétiens à leur ancienne religion et fait d’eux de véritables hérétiques qu’il faut à tout prix éradiquer. C’est l’existence de ces mauvais chrétiens mal convertis qui mènera à la création du tribunal de l’Inquisition en 1478. Le second argument qui a connu un incroyable retentissement est celui qui nous intéresse ici : celui de la pureté de sang. En effet, celui-ci crée une relation naturelle entre une donnée biologique, la nature du sang et de la « race », et une donnée culturelle : la religion.

3À la même époque, une autre controverse anime la Castille : celle de l’origine de la noblesse. En effet, face à un renouvellement de cette dernière sous les premiers Trastamare et à une mutation progressive de la société castillane, la question de son fondement se pose de plus en plus fréquemment. Le débat oppose les tenants du bartolisme, théorie selon laquelle le roi est à l’origine d’une noblesse fondée sur le mérite, aux défenseurs de la noblesse de lignage, de sang, qui se transmet de père en fils. On peut ainsi observer de grandes similitudes entre ces deux débats, similitudes qui ressurgissent par ailleurs dans les termes mêmes de l’argumentaire des deux parties. Se pose alors la question des liens qu’entretiennent ces deux controverses : ces débats se sont-ils influencés mutuellement ou s’agit-il d’un même débat ?

  • 3 Insurrection de la ville menée par son alcalde Pero Sarmiento contre l’emprunt royal que devait le (...)

4Si les événements de Tolède de 14493 sont souvent considérés comme étant à l’origine des premiers statuts de sang, il faut remonter au xive siècle pour comprendre la source du problème convers : la délicate relation entre les communautés juives et chrétiennes. L’antijudaïsme est de deux ordres : imaginaire et réel. D’un côté, il se développe à travers l’image que les Chrétiens se font des Juifs, topos que l’on retrouvera bien souvent chez les défenseurs des statuts de pureté de sang : le peuple Juif est déicide, lâche et vil, les Juifs sont régulièrement accusés de tuer des enfants, de profaner des hosties, et d’autres actes ignobles. De l’autre, l’antijudaïsme réel est lié à la proximité et aux contacts réels entre les deux communautés. La communauté juive, à l’instar de la chrétienne, n’est pas homogène. Cependant, l’enrichissement et le pouvoir obtenu par certains Juifs à des postes de grande visibilité au sein de la société, tels que prêteurs à gages ou percepteurs d’impôts, ont pour effet de faciliter l’assimilation dans l’esprit des Chrétiens entre richesse et communauté juive et de contribuer à alimenter l’idée que les Juifs oppriment les Chrétiens.

  • 4 Julio Valdeón Baruque, « Motivaciones socioeconómicas de las fricciones entre viejocristianos, jud (...)
  • 5 Le roi Henri II est surnommé Enrique de las Mercedes, Henri des Grâces, pour les nombreux cadeaux (...)
  • 6 Pour le prédicateur valencien, la seule alternative qui s’offre aux Juifs est la conversion ou la (...)

5On assiste alors au xive siècle à l’explosion de l’antijudaïsme dans la péninsule Ibérique : d’une attitude négative et de méfiance vis-à-vis des Juifs, la situation évolue vers des violences physiques ou la demande de restrictions aux Cortès. Sans revenir sur les différentes phases de ces affrontements, il faut tout de même s’arrêter sur les événements de juin 1391. Les attaques des quartiers juifs de Séville, puis d’autres villes de Castille et d’Aragon apparaissent comme le dénouement de l’exacerbation de l’antijudaïsme au cours du conflit entre Pierre Ier et Henri II4. La mise en place de la dynastie Trastamare s’accompagne de l’acceptation de cet antijudaïsme latent qui explose alors au grand jour. La société castillane connaît alors de nombreuses mutations dans les deux groupes qui nous intéressent ici : renouvellement partiel de la noblesse5 et conversions massives des Juifs au christianisme suite aux pogroms de 1391 et sous la pression des prédications virulentes du dominicain Vincent Ferrier6. Dès lors, de nombreux Juifs se convertissent au christianisme, non pas tant par conviction mais par crainte de l’hostilité des Chrétiens. Les conversions massives portent un coup à la communauté juive qui s’éteindra progressivement jusqu’à l’expulsion de 1492 ; elles sont aussi le point de départ du problème convers, et surtout du problème des judaïsants. En effet, face à l’urgence de la situation, de nombreuses conversions ne sont pas sincères et les nouveaux chrétiens sont très vite accusés de judaïser de façon plus ou moins secrète. L’animosité envers les Juifs se transforme alors en sentiment anti-Convers, d’autant plus que ceux-ci, désormais Chrétiens, s’assimilent très vite et ont accès à de nombreux postes qui leur étaient avant refusés du fait de leur confession. Les désormais vieux Chrétiens se sentent dépouillés de leurs prérogatives et « déclassés » par ce nouveau groupe social. Sous des prétextes religieux, ce sont surtout des motivations socio-économiques qui entraînent la mise en place de statuts de pureté de sang. Parmi ces statuts, la Sentencia-estatuto de Pero Sarmiento, promulguée par la ville de Tolède le 5 juin 1449 est intéressante à plus d’un titre : considérée comme l’un des premiers de ces statuts, la controverse qu’elle a entraînée mérite qu’on y prête attention.

6Le 19 janvier 1449, don Álvaro de Luna demande au nom du roi un emprunt exceptionnel à la ville de Tolède. Les habitants considèrent le connétable comme responsable de cette mesure impopulaire, véritable attaque aux privilèges de la ville. Ami des Convers, en particulier d’Alonso Cota qui serait à l’origine de cette idée, il laisse aux Convers le soin de recouvrer cette somme. La situation, plus que tendue, éclate le 26 janvier 1449 avec la mise à sac des biens et de la maison d’Alonso Cota qui est alors brûlée. Pendant plusieurs jours, la ville connaît des affrontements entre Convers et vieux Chrétiens.

  • 7 Voir le texte de la Sentencia-Estatuto de Pero Sarmiento dans Eloy Benito Ruano, Los orígenes del (...)
  • 8 Ibid., p. 88 : « […] e han destruido e echado a perder muchas nobles dueñas, caballeros e hijos da (...)
  • 9 Ibid., p. 89 : « Que debemos declarar e declaramos, pronunciar e pronunciamos e constituimos e ord (...)
  • 10 Ibid., p. 90 : « Por ende los declaramos ser privados e los privamos de qualquier escribanía, e ot (...)
  • 11 Ibid., p. 91 : « Otrosí los dichos señores de Toledo dixeron : que querían e mandaban que esta su (...)

7Au lieu de faire régner l’ordre dans la ville, Pero Sarmiento, repostero mayor de Jean II, aposentador et alcalde de Tolède, prend la tête de la rébellion avec son adjoint le bachelier Marcos García de Mora. Sous prétexte de défendre les privilèges de la ville, il s’arroge des attributions juridiques qui ne sont pas les siennes et refuse obéissance au roi et à son ennemi le Connétable. Il tente de monnayer la reddition de la ville contre la destitution d’Álvaro de Luna et des Convers qui occupaient des charges municipales importantes. Le 5 juin 1449, il proclame la Sentencia-Estatuto devant le peuple de Tolède dans laquelle il accuse les Convers, et notamment un groupe de familles fortunées et influentes, nommément citées, de graves délits et prouve son bon droit à les éloigner des charges publiques par d’anciens décrets royaux. L’argumentaire s’appuie tout d’abord sur la prétendue tendance des Convers à judaïser7. Or, les Juifs ont, « después de la muerte del rey Don Rodrigo », vendu la ville aux Maures, avec toutes les conséquences habituelles qui s’en sont suivies8. Tout comme on considère les Juifs collectivement responsables de la mort du Christ, on impute aux Convers les méfaits de leurs ancêtres Juifs. C’est pour cette raison que les Convers doivent être éloignés du gouvernement de la ville, en application des privilèges concédés par le roi Alphonse9. Après avoir cité les plus influents lignages convers de la ville (on y trouve entre autre un bachiller, un promotor et un alcalde), il leur interdit l’accès aux charges municipales10 et étend cette interdiction à leurs descendants11 en conférant à son discours valeur de loi. Il est aussi intéressant de rappeler avec quelle virulence Pero Sarmiento et les rebelles se sont opposés au souverain et à son favori Álvaro de Luna, prêtant allégeance à l’Infant Henri. La lutte contre les Convers obéit aussi à des intérêts d’une autre nature et doit être comprise dans le cadre de l’agitation sociale des luttes entre bandos qui anime la Castille au xve siècle.

8La promulgation de la Sentencia-Estatuto amorce une polémique entre les pourfendeurs des Convers et leurs défenseurs. À ce texte s’oppose d’ailleurs directement la Instrucción du Relator del Consejo Real, Fernán Díaz de Toledo. Par ailleurs, afin de renforcer leur argumentaire, les deux partis recherchent l’appui du Pape Nicolas V. À Rome, l’intervention du cardinal Juan de Torquemada, d’origine converse et défenseur des Convers empêche les représentants des rebelles de se présenter devant le Pape et permet d’obtenir leur excommunication. Ainsi, quelques mois à peine après le soulèvement de Tolède, le 24 septembre 1449, le Pape promulgue deux bulles excommuniant Pero Sarmiento et ses partisans pour délit de lèse-majesté et pour avoir œuvré à la dislocation de l’unité de la chrétienté. Les rebelles refusent cette résolution, injuste à leurs yeux, et continuent leur action contre l’autorité royale et indirectement contre l’autorité papale. C’est après ces bulles que le bachiller Marcos de Mora (surnommé Marquillos par ses adversaires) rédige son Memorial qui prend la défense de Pero Sarmiento et refuse leur excommunication pour vice de procédure : il rappelle que les rebelles n’ont en effet pas pu se défendre ni même être entendus par le Pape. Le Memorial est une attaque en règle contre les Convers et contre le Relator Fernán Díaz de Toldedo, ou Mose Hamomo, d’origine converse, qui l’avait insulté dans son Instrucción. Ses arguments se divisent en deux grandes catégories.

  • 12 Manuel Nieto Soria, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla, Madrid : EUDEMA, 1988, p.  (...)

9Tout d’abord, il se définit comme le sauveur de la foi et du royaume de Castille contre les Juifs et en particulier Mose Hamomo et contre la tyrannie d’Álvaro de Luna. D’emblée, il refuse l’existence de la catégorie des Convers qui ne sont pour lui que des Juifs baptisés. En effet, il s’insurge contre les accusations qui ont été portées à l’encontre des rebelles par le Roi et le Pape. Du fait du gouvernement tyrannique de don Álvaro de Luna, qui a pris le parti des Juifs, Jean II n’a pas pu prendre de décision en toute liberté. Il en va de même du Pape Nicolas V qui a jugé les insurgés sans connaître leur ligne de défense. Dès lors, la justice qui a été rendue n’est pas juste. Marcos se propose alors de démontrer que les cinq chefs d’accusation qui portent sur lui et ses amis ne sont pas justifiés. La rébellion de la ville de Tolède contre son roi n’était en fait qu’une légitime défense contre la tyrannie du Connétable et l’hérésie des Juifs et au service de Dieu, pour faire régner la justice et la loi. L’argument de la légitime défense contre la tyrannie est très fréquemment employé au xve siècle, notamment par la noblesse qui s’organise en bandos pour lutter contre l’immense pouvoir de don Álvaro de Luna12.

  • 13 Voir le Memorial del bachiller Marquillos de Mazarambroz, édité par Eloy Benito Ruano, Op. Cit., p (...)
  • 14 Pour son ennemi Fernán Díaz de Toledo, le « Bachiller Marquillos » est « hombre prevaricador, infa (...)

10Sa deuxième ligne de défense nous intéresse tout particulièrement étant donné qu’il y est question de noblesse. En effet, Marcos de Mora justifie son action contre les Juifs, et notamment contre le Relator en rappelant que celui-ci avait essayé de le déshonorer, et qu’il était de son devoir de laver cet affront et de défendre son honneur13. Il est intéressant de constater que le bachiller, d’humble origine14, cherche à laver son honneur à l’instar d’un noble. On commence à apercevoir ici une possible volonté de nouvelle répartition de la société : pour les vieux Chrétiens, l’arrivée massive des Convers leur permet de faire valoir une antériorité dans la foi, assimilable à la noblesse. Hidalguía et pureza de sangre peuvent alors connaître une évolution conjointe.

  • 15 Memorial del bachiller Marquillos de Mazarambroz, op. cit., p. 134 : « e por ende la tal nobleça n (...)
  • 16 Ibid., p. 133 : « e por raçón de sangre no es nobleça ante Dios, porque si un rey está enfermo, ap (...)
  • 17 Ibid., p. 134.
  • 18 Ibid., p. 134.
  • 19 Ibid., p. 135 :  « Otrosí es desnudo de la dicha nobleça, que es por raçon de sauiduría, como quie (...)
  • 20 Ibid., p. 135 : « e por ende, caso que pecador, soy bestido de la honrra de la fée christiana, de (...)
  • 21 Voir Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, livre 2, chapitre 33, premier point. Nous citons à partir de l (...)

11Sa ligne de défense consiste à utiliser la théorie de la noblesse de Bartole, comme d’autres le feront après lui mais pour prouver le contraire. D’après son interprétation des théories bartoliennes, il possède les trois types de noblesse auxquels le Relator ne peut prétendre : « De todas estas tres nobleças se desnudó e está desnudo el dicho Mose Hamomo, e por ende no es digno de honor, saluo vituperio, e la graçia del Espíritu Santo vistió a mí el dicho Bachiller en esta manera : ». Son argumentation est peu commune du fait que, contrairement à Bartole et aux autres auteurs qui utilisent ses thèses, il part de la noblesse civile pour arriver à la noblesse théologale. Pour lui, la noblesse civile ne concerne et n’intéresse que les hommes15. Il inclut dans la noblesse civile le lignage et le sang, proposant des démonstrations par l’absurde qui prouvent que cette noblesse n’a pas de valeur devant Dieu16. Lui en est pourvu : « e yo el dicho Bachiller Marcos García de Mora soy vestido de la dicha nobleça, mayormente que soy veçino e natural de la dicha ciudad e hijo de un hombre honrrado e hidalgo ciudadano e veçino della »17 mais pas « el dicho Mose Hamomo, por quanto es notorio que es judío e de los más biles e suçios judíos de Alcalá de Henares »18. La noblesse civile passe aussi par la science et le savoir19. Il lui refuse également la noblesse naturelle, « ca tiene gesto de judío ruin e yo de christiano e christiano viexo, limpio, e aunque el dicho judío parece eloquente no lo es, saluo engañador, e yo soy eloquente defensor de la fée e de la justicia. ». Enfin, il l’accuse d’être un « judío herético », incompatible avec la noblesse théologale20. Sa démonstration est assez peu convaincante si on la compare avec celle de Cartagena par exemple, car trop enflammée et pas assez documentée. Mais son interprétation des thèses de Bartole est intéressante à plus d’un titre : en finissant par la noblesse théologale, il met l’accent sur cette dernière, seule vraie noblesse à ses yeux et dont sont forcément exclus les Juifs et les Juifs hérétiques, les Convers. Par ailleurs, il fait du savoir l’élément le plus prisé de la noblesse civile car il participe aussi de la noblesse naturelle. Ce point ne peut que le toucher car il est lui-même de modeste extraction sociale mais savant (bachiller). Le seul lignage dont il peut se prévaloir est son appartenance à la noble ville de Tolède. De fait, il classe ainsi le métier des lettres dans la noblesse civile aux côtés de ceux de gouvernement et des armes. Marcos García de Mora partage cette lecture de Bartole avec d’autres théoriciens de la noblesse du xve siècle. Ferrán Mexía, dans son Nobiliario Vero, expose lui aussi les trois types de services des caballeros : les oradores de la Santa madre Iglesia, les letrados por via de estudio et les cavalleros fuertes e muy pacientes21. La question de la supériorité des armes ou des lettres fait elle aussi partie du débat sur la noblesse et ses différentes composantes.

12Au Memorial et à la Sentencia-Estatuto répond Alonso de Cartagena avec le Defensorium Unitatis Christianae, sûrement terminé en 1450. En l’espace de quelques mois donc, un véritable débat s’engage qui a pour objet les Convers, leur nature et leur place dans la société castillane.

  • 22 Voir Albert Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du xve au xviie(...)
  • 23 Fernán Díaz de Toledo, Instrucción del Relator para el obispo de Cuenca, a favor de la nación Hebr (...)

13Avant de nous intéresser plus précisément à la stratégie de défense des Convers d’Alonso de Cartagena dans son Defensorium Unitatis Christianae, arrêtons-nous un instant sur certains points de l’Instrucción du Relator. Tout comme Alonso de Cartagena, Fernán Díaz de Toledo est d’ascendance juive et bien intégré dans la hiérarchie catholique, au service de don Lope Barrientos, évêque de Cuenca et ancien précepteur du futur roi Henri IV. Certains de ses arguments seront repris par Cartagena22 mais il en est un qui doit ici attirer tout particulièrement notre attention : les statuts ne peuvent s’appliquer car il n’est pas une famille noble, ni même la famille royale, qui puisse prouver qu’aucune goutte de sang juif ne coule dans ses veines23. Il introduit ici une contradiction dans le discours de Marquillos : les seuls à pouvoir être à l’abri d’une ascendance juive sont ceux dont on ignore le lignage, c’est-à-dire des gens d’origine populaire, tels Marcos de Mora, qu’il accuse alors d’être jaloux d’une noblesse dont il n’est pas pourvu et qu’il convoite. Le problème n’est plus ici un problème de race mais de classe et de définition de la noblesse.

  • 24 Albert Sicroff, op. cit., p. 41.

14Le Defensorium Unitatis Christianae de l’évêque de Burgos Alonso de Cartagena est une réponse aux attaques anti-converses de Pero Sarmiento et surtout de Marcos de Mora à qui il s’adresse personnellement. Dans ce texte rédigé en latin il attaque ceux qui tentent de diviser la chrétienté en fonction de leur origine et démontre l’unité de l’Église à grand renfort de raisonnements logiques et d’arguments tirés de la Bible. Son argumentation est si bien étayée que le Defensorium a été utilisé comme manuel par de nombreux défenseurs des Conversos24.

15Alonso de Cartagena s’adresse ici au roi Jean II afin de lui faire part de ses inquiétudes concernant l’unité du royaume et de l’Église. En effet, les adversaires des Convers utilisent l’argument de la nature de la race juive pour prouver qu’un Convers ne peut s’intégrer dans la société chrétienne du fait de sa différence ontologique. Or, pour Cartagena, le baptême constitue une seconde naissance, dans la chrétienté. Par le baptême, la tâche originelle disparaît. Les Convers deviennent alors des Chrétiens à part entière, sans distinction possible entre vieux Chrétiens et nouveaux convertis.

  • 25 Patrick Gilli, La noblesse du droit, Paris : Honoré Champion, 2003, p. 38.
  • 26 Cartagena prend ainsi pour exemple les Convers qui prennent les armes après leur conversion et dev (...)
  • 27 Albert Sicroff considère d’ailleurs que ce point est « le but même de tout le Defensorium » d’Alon (...)

16Dans une première partie, Alonso de Cartagena expose les grandes lignes de sa thèse, qui ne sont pas sans rappeler les thèses bartoliennes sur la noblesse : Dieu a créé l’humanité en un seul homme, noble de naissance. Il s’agit ici de la noblesse naturelle, deuxième des catégories de la noblesse proposées par Bartole. La première noblesse, la noblesse théologique, est reprise des thèses de Pierre Lombard et de Thomas d’Aquin : tout homme est noble dès lors qu’il est dans la grâce de Dieu. C’est une noblesse exclusivement spirituelle25. Pour Cartagena, le baptême permet de rentrer dans la grâce de Dieu, et donc d’accéder, de fait, à la noblesse spirituelle. Quant au troisième type de noblesse, la noblesse civile, elle s’observe dans le cadre des communautés politiques : c’est celle qui distingue le noble du plébéien. Cette noblesse est alors une qualité concédée, attribuée par l’empereur ou le roi, en reconnaissance des qualités particulières de chaque individu (vertu ou courage par exemple). En embrassant la foi chrétienne, un Juif pourvu de ces qualités ne les perd pas ; au contraire, il peut même en acquérir de nouvelles à l’instar du courage dont les Juifs sont traditionnellement dénués26. Le baptême conserve donc la noblesse et les honneurs des nouveaux convertis et n’efface pas les différences de rang et de classe des Convers27. Les arguments de Cartagena, tout comme ceux de Diego de Valera dix ans avant lui dans l’Espejo de verdadera nobleza, reposent sur une idée de la noblesse prise comme qualité morale partagée par tous les hommes.

17La théorie des trois types de noblesse est reprise afin de prouver que le peuple d’Israël en était bien pourvu dès l’origine. Ainsi les Juifs en tant que peuple élu sont pourvus de la noblesse théologique. La noblesse morale, qui s’acquiert par la pratique de la vertu est bien présente chez les divers rois et prophètes de l’Ancien Testament. La noblesse civile, enfin, est elle aussi bien représentée dans l’Ancien Testament, notamment dans le Deutéronome où il est question de l’établissement d’une noblesse civile.

  • 28 Ézéchiel 36:25.
  • 29 Ézéchiel 18:4 et 18:20.
  • 30 Voir par exemple Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, in : Mario Penna (éd.), Prosistas c (...)

18Par ailleurs, Cartagena rappelle que personne ne naît Chrétien puisque le baptême correspond à la véritable entrée de chacun dans la chrétienté ; la distinction entre vieux et nouveaux Chrétiens n’a pas lieu d’être. Son argumentaire repose sur divers passages du livre d’Ézéchiel pour qui toute conversion ne peut qu’être totale28. Par ailleurs, chacun est responsable de ses propres péchés29 : les enfants ne portent donc pas les fautes de leurs parents et inversement. Par ce raisonnement, Alonso de Cartagena touche les potentielles et futures enquêtes de pureté de sang : personne ne devrait pouvoir être inquiété en raison de la foi de ses ancêtres, seul l’individu compte. Cet argument rejoint celui des défenseurs de la noblesse individuelle fondée sur la vertu30.

  • 31 Septième Partida, titre 24, 1.6 : « Fuerza nin premia non deben facer en ninguna manera a ningunt (...)

19Pour finir, Alonso de Cartagena rappelle les différentes législations qui ont trait aux Convers : la décision du concile de Bâle (1431-1441, décision prise avant dissolution du Concile par le Pape Eugène IV) qui reconnaît la valeur de la conversion ainsi que les lois du royaume de Castille, notamment les Partidas d’Alphonse X, dont la valeur a été réaffirmée par les rois Henri III et Jean II. Le titre 24 (1.6) de la septième Partida protège les Juifs qui voudraient se convertir au christianisme et affirme que les Convers sont des Chrétiens à part entière qui peuvent accéder à tous les honneurs et toutes les charges31.

  • 32 Alonso de Cartagena, op. cit., p. 321. Cet argument est également utilisé par le Relator Fernán Dí (...)

20La fin du Defensorium a pour but de contredire le bachelier Marcos de Mora. Alonso de Cartagena reprend ainsi les différents points du Memorial afin de les réfuter. C’est également l’occasion d’accuser Marcos de plusieurs péchés. Tout d’abord l’envie : de basse extraction sociale, il serait jaloux des Convers qui accèdent aux honneurs plus vite que lui32, mais surtout l’hérésie vers laquelle le mènent ses tendances schismatiques. Les mesures prises par la Sentencia-Estatuto le conduisent ainsi tout droit vers l’excommunication à laquelle ne manqueraient pas de s’exposer tous ceux qui s’opposeraient à l’admission des Convers aux dignités et charges municipales au même titre que les vieux Chrétiens.

  • 33 Voir Eloy Benito Ruano, op. cit., p. 73.
  • 34 Ibid. p. 123.

21À première vue, les défenseurs des Convers sont donc mieux armés dans la controverse car munis de meilleurs arguments et soutenus par le Pape qui excommunie les rebelles tolédans pour délit de lèse-majesté et pour avoir tenté de rompre l’unité de la chrétienté. Pour leur part, les souverains successifs restent réticents à ratifier les divers statuts de pureté de sang qui apparaissent après celui de Tolède. Cependant Pero Sarmiento et Marcos García de Mora ne font que soutenir le point de vue de la population des vieux Chrétiens de Tolède et d’ailleurs. La Sentencia-Estatuto a ainsi été prise comme modèle pour l’instauration de statuts de sang, malgré la faiblesse de son argumentaire, démonté point par point par Alonso de Cartagena. En 1451, le Pape Nicolas V réitère sa condamnation des événements de 1449 et de la Sentencia-Estatuto, preuve des difficultés rencontrées par les autorités pour se faire entendre et obéir. La même année, le roi concède son pardon royal afin de calmer les esprits mais rien n’y fait. Le peuple castillan et andalou reste sourd aux injonctions des souverains et très rapidement, des statuts commencent à exclure les Convers de nombreuses corporations, cofradías et hermandades comme les tailleurs de pierres de Tolède, les savetiers de Saragosse, ou les confréries de vieux chrétiens à Cordoue33. Le roi Jean II est constamment sollicité pour ratifier les statuts ; quant à Henri IV, à peine couronné, les nobles lui demandent de mettre en place un tribunal de l’inquisition afin de confondre les hérétiques34. La Sentencia-estatuto a ainsi durablement marqué les esprits et la polémique qu’elle a suscitée n’a eu de cesse de s’étendre au cours de la seconde moitié du xvsiècle.

  • 35 « quindecim personae ad hoc habiles integrae famae e opinionis ex puro sanguinis procedentes ». Vo (...)

22Jusqu’à présent cependant, aucun des textes alimentant la controverse ne fait directement allusion à la « pureté du sang » noble et vieux Chrétien. Les premiers textes qui la mentionnent spécifiquement sont les bulles des Papes Benoît XIII et Martin V de 1414 et 1418 qui sanctionnèrent la création du Collège de San Bartolomé de Salamanque. Son accès était alors réservé à quinze personnes habiles, de bonne réputation et provenant d’un sang pur35. Il n’est cependant fait nulle allusion particulière aux Convers. Le Nobiliario Vero de Ferrán Mexía, traité anti-Bartole publié à Séville en 1492 et vraisemblablement rédigé dans les années 1470-1480, pourrait nous permettre d’éclairer partiellement ce point.

  • 36 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, libre 2, introducción a los puntos : « Pues bien asy el omne plebeo (...)

23Ferrán Mexía accepte les trois types de noblesse – théologale, naturelle et civile – tels que définis par Bartole. Son traité s’intéresse plus particulièrement à cette dernière à laquelle on accède par trois voies : le service des armes, l’administration et l’université. Cependant, le nouveau noble qui a atteint la noblesse civile par ses mérites n’est pas encore pleinement noble : il doit se lancer dans un long processus de purification biologique et symbolique de son sang36. Quatre générations sont nécessaires afin de venir à bout de ce processus. Notons au passage que la chevalerie devient avec Ferrán Mexía une qualité liée à la pureté de sang.

  • 37 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, introduction.
  • 38 « Por el pecado fue tornado de exçelente e resplandesçiente, escuro; e de fermoso, feo; e de perfe (...)
  • 39 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, libre 1, chapitre 40.
  • 40 Diego De Valera, op. cit., p. 95 : « Para lo qual es de presuponer que en la primera hedad todas l (...)

24La noblesse devient ainsi un long chemin vers la perfection, un processus de purification pour retourner vers un état de noblesse originelle perdue. En effet, pour Mexía, l’homme est à l’image de Dieu, son créateur, « noble, alto, profundo, sabio, fuerte, eterno, ynfinito, omnipotente, dulçe, suave, piadoso, santo, espantable, bueno, perfecto e grande »37. Par le péché, il a perdu cet état de perfection initiale38. Les plus mauvais ont donc perdu cette perfection initiale qu’est la noblesse : « Los otros, desviándose de la tal nobleza, siguiendo el desconoçimiento de su prinçipio, fueron fechos obscuros e sin linaje açercándose siempre a la villanía e obscuridat del pecador e de las malas costumbres, así mismo dándose o metiéndose a viles ofiçios e torpes maneras »39. Ainsi, Ferrán Mexía réfute l’idée selon laquelle tous les hommes ont été créés égaux mais que la tyrannie des plus forts les avaient fait accéder à la noblesse. On retrouve cette idée chez Diego de Valera notamment40.

25Dès lors, on peut créer un parallélisme entre la condition des Convers et celle des vieux Chrétiens plébéiens. Dans le cas de l’aspirant nouveau noble, il s’agit de se distinguer par des services et sa vertu puis, une fois le titre obtenu, de laisser faire le temps afin que la quatrième génération puisse bénéficier de la noblesse, état de perfection originelle qui avait été perdu. Pour le Convers, la rédemption passe par le baptême qui lave la souillure, la mácula, ainsi que par l’exercice d’une dévotion sans faille. Il manque aux Convers le facteur temps : dans les controverses liées à la Sentencia-Estatuto de 1449, les défenseurs des Convers considèrent que l’action du baptême est immédiate alors que leurs adversaires refusent catégoriquement la possibilité de la conversion des Juifs hérétiques. Les quatre générations nécessaires à laver le sang plébéien s’étendront progressivement à la validité de la conversion des Juifs. Vieux Chrétien et noble deviennent ainsi synonymes : il s’agit de ceux qui peuvent prouver que leur sang est pur.

26Ferrán Mexía porte cependant un dernier coup contre les Convers qui les différencie quelque peu des vieux Chrétiens non nobles et les écarte définitivement de la noblesse :

  • 41 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, livre 1, chapitre 89.

pues es çierto, según es provado, que la nobleza non puede ser produzida, salvo […] otrosy por los grados de la çiençia, segunt que adelante más conplidamente se dirá. Pues como ésto caresca entre el lynage çiego de los judios, síguese de pura nesçessydad confesar que la dicha nobleza fallesçerá como fallesçe dentro de la ley judayca41.

27Les statuts de pureté de sang, dont le but est d’exclure le plus grand nombre des institutions les plus prestigieuses ne frappe donc pas seulement les Convers : ils s’appliquent d’abord et aussi aux vieux Chrétiens de tous bords. Ils ont été mis en place par une petite élite de vieux nobles jaloux de leur pouvoir dans une société en pleine évolution. L’accès à la noblesse civile étant relativement aisé dans l’Espagne du xve et du xvie siècle (reconquête, évangélisation des Indiens par exemple), la noblesse la plus ancienne s’assure ainsi le contrôle des meilleures places.

28La coexistence du problème Convers et du débat sur la noblesse dans la Castille du xve siècle est un bon indicateur de l’inquiétude d’une population confrontée à de rapides évolutions de société : la noblesse déclassée cherche à se fermer au peuple qui se sent à son tour menacé par les Convers. Les limites poreuses entre les différents groupes et l’indéfinition de ces catégories sont à l’origine de la prolifération de traités sur la noblesse et les Convers. Le problème Convers est donc avant tout un problème social avant d’être un débat théologique.

  • 42 Eloy Benito Ruano, op. cit., p. 91.

29Les affrontements sur le sujet des Convers sont aussi une occasion de débattre en creux sur la noblesse. Une controverse souterraine se met ainsi en place entre les partisans de la noblesse de lignage et ceux de la noblesse de mérite à l’occasion du débat sur les Convers. Les vieux nobles s’opposent ainsi dans un premier temps aux statuts ; en effet, leur lignage est connu et comporte très fréquemment des ascendants Convers. Par ailleurs, la mise en place de statuts évinçant définitivement les Convers laisserait la part belle aux vieux Chrétiens qui se pressent aux portes de la noblesse. À cette stratégie du diviser pour régner se substituera progressivement celle du verrouillage total des institutions grâce à la récupération de la politique des statuts et à son élargissement aux vieux Chrétiens. Le souhait de Pero Sarmiento et des rebelles tolédans que «esta su sentencia e juicio […] tenga fuerza de sentencia o declaración, estatuto o ordenanza […] e se estendiese y entienda, extendiese y extienda contra los dichos conversos pretéritos y presentes e porvenir »42 a trop bien été entendu, au détriment de ceux qui l’avaient prononcé.

Haut de page

Notes

1 Voir Jaime Contreras, « Judíos, judaizantes y conversos en la Península Ibérica en los tiempos de la expulsión », in : Ángel Alcalá (éd.), Judíos. Sefarditas. Conversos. La expulsión de 1492 y sus consecuencias (Actes du colloque international tenu à New York en novembre 1992), Valladolid : Ámbito, 1995, p. 458.

2 Ibid., p. 458.

3 Insurrection de la ville menée par son alcalde Pero Sarmiento contre l’emprunt royal que devait lever le Convers Alonso Cota.

4 Julio Valdeón Baruque, « Motivaciones socioeconómicas de las fricciones entre viejocristianos, judíos y conversos », in : Á.  Alcalá (éd.), op. cit., p. 71.

5 Le roi Henri II est surnommé Enrique de las Mercedes, Henri des Grâces, pour les nombreux cadeaux faits à une nouvelle noblesse qui l’a accompagné et soutenu dans la guerre fratricide qui l’opposa à son frère.

6 Pour le prédicateur valencien, la seule alternative qui s’offre aux Juifs est la conversion ou la mort.

7 Voir le texte de la Sentencia-Estatuto de Pero Sarmiento dans Eloy Benito Ruano, Los orígenes del problema converso, Madrid : Real Academia de la Historia (Clave Historial 31), 2001, p. 86-87 : « E por cuanto muy gran parte de conversos de esta ciudad, descendientes del linaje de los judíos de ella se prueba e pareció e parece evidentemente, ser personas muy sospechosas en la santa fe cathólica de tener e creer grandíssimos errores contra los artículos de la santa fe cathólica, guardando los ritos e ceremonias de la ley vieja, e diciendo e afirmando ser nestro Salvador e Redemptor Jesuchristo un hombre de su linaje colgado, en que los christianos adoran por Dios, y otrosí afirmando y diciendo que hay Dios y Diosa en el cielo ; [etc] ».

8 Ibid., p. 88 : « […] e han destruido e echado a perder muchas nobles dueñas, caballeros e hijos dalgo, e por consiguiente han fecho, oprimido, destruido, robado e estragado todas las más casas antiguas e faciendas de los christianos viejos de esta cibdad e su tierra e jurisdicción […] ».

9 Ibid., p. 89 : « Que debemos declarar e declaramos, pronunciar e pronunciamos e constituimos e ordenamos e mandamos que todos los dichos conversos descendientes del perverso linaje de los judíos, en cualquier guisa que sea, así por virtud del derecho canónico y civil que contra ellos determina sobre las cosas de suso declarados, como por virtud del dicho privilegio dado a esta cibdad por el dicho señor rey de muy gloriosa memoria Don Alfonso Rey de Castilla y León […] ».

10 Ibid., p. 90 : « Por ende los declaramos ser privados e los privamos de qualquier escribanía, e otros oficios que tengan e hayan tenido en esta cibdad […] ».

11 Ibid., p. 91 : « Otrosí los dichos señores de Toledo dixeron : que querían e mandaban que esta su sentencia e juicio oviese e tenga fuerza de sentencia o declaración, estatuto, o ordenanza, o en aquella mejor vía, que pudiese o pueda valer, e fuese e sea emprentada en favor de los christianos viejos lindos contra los dichos conversos, e se entendiese y entienda, extendiese y extienda contra los conversos pretéritos y presentes e por venir ».

12 Manuel Nieto Soria, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla, Madrid : EUDEMA, 1988, p. 183-196, p. 190 en particulier pour le Memorial.

13 Voir le Memorial del bachiller Marquillos de Mazarambroz, édité par Eloy Benito Ruano, Op. Cit., p. 132 : « […] por ende, defendiendo mi honra e no por jactancia alguna, sepan todos que son tres maneras de nobleça, una ceuil e otra natural e otra teologal. ».

14 Pour son ennemi Fernán Díaz de Toledo, le « Bachiller Marquillos » est « hombre prevaricador, infamado, de mala vida y acusado de muchos crímenes y delitos. ». Fray Lope Barrientos, dans son Contra algunos cizañadores de la nación de los convertidos de Israel, le dépeint comme « de villano linage de la aldea de Maçarambrós », où il ferait bien de retourner « cabar, arar, e sarmentar, e trabajar en los semejantes trabajos, así como sus padres y abuelos y linajes ficieron. ». Voir l’édition de Luis Alonso Getino, Vida y obras de Fray Lope de Barrientos, Salamanque, 1927, p. 201.

15 Memorial del bachiller Marquillos de Mazarambroz, op. cit., p. 134 : « e por ende la tal nobleça no es acepta ante Dios ni ante la verdad, pero es acepta ante todos los hombres, los quales tienen e reputan por noble al hijo dalgo o cauallero, según lo dice Bártulo en la ley primera […] ».

16 Ibid., p. 133 : « e por raçón de sangre no es nobleça ante Dios, porque si un rey está enfermo, apostemado, e un pleueyo está sano e bien rejido, que sangren a entrambos dos, mejor sangre saldrá del pleueyo que no del Rey. ».

17 Ibid., p. 134.

18 Ibid., p. 134.

19 Ibid., p. 135 :  « Otrosí es desnudo de la dicha nobleça, que es por raçon de sauiduría, como quiera que es Doctor, no saue letras algunas, saluo judaicas y heréticas, e yo, aunque soy Bachiller, soy legista e canonista famoso, e por tal soy conosçido en muchas partes; por esto la honrra es deuida a la ciençia, no al grado, así lo diçe el Enrrique en el prohemio de las decretales. ».

20 Ibid., p. 135 : « e por ende, caso que pecador, soy bestido de la honrra de la fée christiana, de la qual es desnudo el dicho Mose Hamomo ; e por ende, pues es desnudo de los bienes del paraìso, por ser herege, justo y digno es que los hombres lo acoçeen e desnuden de los bienes de la tierra e no se debe quexar por aquesto. ».

21 Voir Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, livre 2, chapitre 33, premier point. Nous citons à partir de l’édition critique que nous avons proposée en thèse de doctorat disponible sur la page <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00951093 >.

22 Voir Albert Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du xve au xviie siècle, Paris : Didier, 1960, p. 41 : « L’acte d’accusation de la Sentencia-Estatuto par Alonso Díaz de Montalvo est au Defensorium de Don Alonso de Cartagena ce qu’une préface est à une analyse approfondie. »

23 Fernán Díaz de Toledo, Instrucción del Relator para el obispo de Cuenca, a favor de la nación Hebrea, Appendice II de Alonso de Cartagena, Defensorium Unitatis Christianae, Manuel Alonso (éd.), Madrid, 1943, p. 352-354 : « […] e ansi todos los solares de Castilla por la mayor parte gracias a Dios, son mezclados con ellos : […] por la Gracia de Dios hay muchos linages en Catilla, fijos, e Nietos e Vis-nietos de el Linage de Israel, ansi legos, como Clerigos, ansi de el linage de Nobles, como de caballeros, e Ciudadanos, a los quales todos no fase poca injuria el herege malvado de Marquillos el poner contra ellos esta mancilla ».

24 Albert Sicroff, op. cit., p. 41.

25 Patrick Gilli, La noblesse du droit, Paris : Honoré Champion, 2003, p. 38.

26 Cartagena prend ainsi pour exemple les Convers qui prennent les armes après leur conversion et deviennent ainsi de valeureux guerriers alors qu’il est normalement très difficile de passer d’un vice à la vertu correspondante.

27 Albert Sicroff considère d’ailleurs que ce point est « le but même de tout le Defensorium » d’Alonso de Cartagena, fils de l’ancien rabbin Salomon Ha Levi qui, converti au christianisme, devient évêque de Burgos sous le nom de Pablo de Santa María. Voir A. Sicroff, op. cit., p. 48.

28 Ézéchiel 36:25.

29 Ézéchiel 18:4 et 18:20.

30 Voir par exemple Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, in : Mario Penna (éd.), Prosistas castellanos del siglo xv, vol. 1, BAE 116, Madrid : Atlas, 1959, p. 98 : « Estos, como quiera que no tengan dignidad nonbrada, gozan de la dignidad de sus antepasados en quanto honestamente biven, ca en otra manera pierden la nobleza y dignidat, ca por los delictos viene la infamia, e por la infamia la dignidad e nobleza se pierde ».

31 Septième Partida, titre 24, 1.6 : « Fuerza nin premia non deben facer en ninguna manera a ningunt judío porque se torne cristiano, mas con buenos exemplos, et con los dichos de las santas escripturas et con falagos los deben los cristianos convertir a la fe de nuestro señor Jesucristo: ca nuestro señor Dios non quiere nin ama servicio quel sea fecho por fuerza. Otrosi decimos que si algunt judio o judía de su grado se quisiere tornar cristiano o cristiana, non gelo deben embargar nin defender los otros judíos en ninguna manera […] ».

32 Alonso de Cartagena, op. cit., p. 321. Cet argument est également utilisé par le Relator Fernán Díaz de Toledo.

33 Voir Eloy Benito Ruano, op. cit., p. 73.

34 Ibid. p. 123.

35 « quindecim personae ad hoc habiles integrae famae e opinionis ex puro sanguinis procedentes ». Voir Adeline Rucquoi, « Noblesse des convers ? », in : Jeanne Battesti-Pellegrin (coord.), « Qu’un sang impur… » Les conversos et le pouvoir en Espagne à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 1997, p. 101 pour la citation in extenso.

36 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, libre 2, introducción a los puntos : « Pues bien asy el omne plebeo ensuziado de la vileza de sangre de vyllanía que es la noche, la qual es la tiniebra de su vil linage, conviene que salga de las alvergadas do mora, las quales son las costunbres de sus padres, e se lave en el agua que son la limpieza de las virtudes, e tornará en la tarde de la qual es la orden de cavallería o grados de çiençia, entonçes entrarán en las alvergadas de fidalguía sus deçendientes, después de puesto el sol de su obscuridad; que asy como puesto el sol todas las cosas fuelgan e descansan, asy el omne plebeo, e obscuro, e syn linage, en la noche ovuidança ca de su prinçipio que es en la quarta generaçión, e descansa deletándose açerca de la menbrança de ser alongado de su baxo e obscuro comienço ».

37 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, introduction.

38 « Por el pecado fue tornado de exçelente e resplandesçiente, escuro; e de fermoso, feo; e de perfecto, inperfecto; e de ligero, pesado segund afirman nuestros santos doctores », loc. cit.

39 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, libre 1, chapitre 40.

40 Diego De Valera, op. cit., p. 95 : « Para lo qual es de presuponer que en la primera hedad todas las cosas fueron comunes sin alguna diferencia entre los onbres aver […] e después la malicia del mundo cresciendo, quien pudo más ocupar, quebrantando el derecho de la humanal compañía, fiso suyo lo que primero de todos era e asi los mejores tiranos por mas nobles fueron tenidos. […] de onde los menos fuertes quedaron en yugo de servidumbre, detenidos por rústicos o villanos, e los otros como nobles o fidalgos. »

41 Ferrán Mexía, Nobiliario Vero, livre 1, chapitre 89.

42 Eloy Benito Ruano, op. cit., p. 91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Gonzalez, « La question converse et le débat sur l’origine de la noblesse », Atalaya [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 29 août 2016. URL : http://atalaya.revues.org/1270

Haut de page