Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Identités judéo-converses

Témoins et réseaux dans les premiers procès contre les « judaïsants » de Valence

Testigos y redes en los primeros procesos contra los judaizantes de Valencia
Witnesses and networks in the firsts trials against valencian Jewish converts
Patricia Banères-Monge

Résumés

L’étude de l’Inquisition dans le district de Valence reposait essentiellement sur l’analyse menée par l’historien Ricardo García Cárcel en 1976. Le nouveau registre que nous avons établi, riche de 3 094 condamnés en grande majorité judéo-convers (93,39 %), nous a servi de fondement pour dresser les contours de ce que fut la répression dans cette région et comprendre le rôle d’une Inquisition qui, entre urgences financières du monarque et uniformisation religieuse et culturelle, bouleversa l’équilibre d’une communauté judéo-converse, de plus en plus intégrée à la société vieille-chrétienne à laquelle elle appartenait depuis sa conversion. La deuxième étape à présent est de porter une attention particulière aux déclarations des témoins tant à charge qu’à décharge. À travers la parole de ces personnes qui venaient déclarer devant les juges, volontairement ou sous la contrainte, nous espérons, à terme, comprendre les liens qui existaient entre les judéo-convers de cette première période de répression et leur entourage proche : famille, voisins, domestiques et contacts professionnels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Patricia Banères, Histoire d’une répression, les judéo-convers dans le royaume de Valence aux prem (...)
  • 2 Nos résultats font état de 3094 personnes poursuivies par le Saint Office entre 1482 et 1530, judé (...)

1Le travail que nous allons présenter ici s’inscrit dans le cadre d’une étude beaucoup plus globale sur la répression quasi systématique menée contre les judéo-convers par l’Inquisition de Valence (Espagne), entre 1478 et 1530, soit aux tous premiers temps de son installation dans ce district1. Après avoir établi pour notre thèse une liste que nous espérons la plus exhaustive possible de l’ensemble des condamnés par le Saint-Office durant cette période couvrant une cinquantaine d’années2, nous sommes à présent en train d’affiner notre étude en nous intéressant uniquement aux 337 procès conservés à ce jour pour le tribunal de Valence. Notre projet est d’analyser en particulier les déclarations des témoins tant de la défense que de l’accusation afin de tacher de comprendre quelles étaient les motivations de l’entourage proche de ces nouveaux chrétiens, les raisons qui avaient conduit des centaines de personnes à venir déclarer devant les juges inquisitoriaux (peur, vengeance, docilité, etc.) ; quels étaient les liens que ces minorités converses entretenaient avec leurs voisins, leurs domestiques, leurs proches ? Nous allons commencer par décrire nos sources globales et terminerons par exposer l’état des lieux de nos recherches dans ce domaine, sachant qu’il s’agit encore d’un travail en cours d’analyse et de vérification et pour lequel nous ne pouvons encore tirer ni hypothèses ni conclusions.

337 procès inquisitoriaux constituent le corpus de notre étude

  • 3 AHN, Inq., Valencia, 3511 no 38, 451 no 36, 452 no 25, 534 no 1 à 16, 5311 no 2, 4, 10 à 61, 5312 (...)
  • 4 Notamment l’abécédaire : AHN, Inq., Valencia, 5320 no 9, 10, 11 et 12.
  • 5 Rappelons que nous entendons ce mot de « relaxation » en langage inquisitorial, soit condamnation (...)

2Les procès en cours de retranscription se trouvent tous dans l’Archivo Histórico Nacional (AHN), Inquisición, Valencia3. La plupart des personnes accusées et condamnées – en fait toutes à deux ou trois exceptions près – se trouvent également dans les autres sources consultées pour notre thèse, et qui ont donné lieu à la construction d’une liste de 3 094 condamnés4. Le corpus étudié se compose aujourd’hui de 337 procès dont les dates s’échelonnent entre 1467 et 1530 et qui se répartissent de manière quasi-identique entre la fin du xve siècle (170 procès de 1467 à 1499) et le début du xvie siècle (167 entre 1500 et 1530). Cependant, la première période étant plus longue (18 ans), nous disposons d’une moyenne de 9,38 procès par an entre 1467 et 1499 contre 5,56 procès par an pour les 30 ans qui suivirent (1500-1530). Bien entendu ce nombre n’a rien à voir avec la réalité des procès intentés aux judéo-convers durant la période allant de 1478 à 1530 ; il ne s’agit ici que des seuls procès retrouvés et conservés dans les archives. Nous rappelons que nous avons répertorié pour cette même période 3094 personnes poursuivies par le Saint-Office, ces procès retrouvés représentent donc à peine 11 % de l’activité du tribunal de Valence entre 1467 et 1530. Certains procès ne sont malheureusement pas datés, mais nous avons pu les rapprocher de notre liste qui regroupe l’ensemble des personnes poursuivies par l’Inquisition de Valence et qui figure en annexe de notre thèse. Nous avons pu également nous appuyer sur le type d’écriture qui révèle telle ou telle période et surtout sur le nom des inquisiteurs, des alguaciles, des fiscaux, des gouverneurs, car nous connaissons pour chacun d’entre eux leur période de mandat. Ainsi par exemple, Ursula Cabrera fut réconciliée en 1482 sous Cristóbal de Gualbes et Juan Orts – les premiers inquisiteurs arrivés à Valence à l’époque de l’Inquisition dite moderne et qui exercèrent entre 1482 et 1484 –, mais la relaxation en personne fut signée par Martín de Íñigo et Juan de Épila5. Cette dernière sentence ne porte pas de date mais nous savons que ces deux inquisiteurs exercèrent leur mandat entre 1484 et 1487. Faute d’avoir une date de sentence précise, nous pouvons néanmoins nous appuyer sur une période de trois ans et dans tous les cas nous pouvons déduire qu’il s’est écoulé au moins deux ans entre la première sentence de réconciliation et la deuxième de relaxation, ces longues périodes entre le début du procès et son dénouement étant assez fréquentes.

3Voici un tableau des procès, détaillé par date :

Tableau des procès de l’Inquisition contre les judéo-convers de Valence

Date Qté Date Qté Date Qté
1467 1 1500 10 1517 5
1482 8 1501 8 1518 8
1483 2 1502 7 1519 3
1484 12 1503 3 1520 11
1485 18 1504 2 1521 4
1486 26 1505 10 1522 5
1487 20 1506 5 1523 3
1488 16 1507 3 1524 2
1489 10 1508 4 1525 4
1490 8 1509 6 1526 3
1491 17 1510 7 1527 3
1492 6 1511 9 1528 1
1493 11 1512 11 1529 1
1494 3 1513 5 1530 1
1495 6 1514 14
1496 1 1515 1
1499 5 1516 8
s/total années 1467-1499 170 s/total années 1500-1530 167

4En réalité quand nous parlons de procès, il faudrait surtout parler de fragments, de morceaux épars car très peu sont complets : les documents conservés représentent parfois une simple feuille et parfois, pour les plus volumineux, 139 pages. Nous ne pouvons cependant en écarter aucun quel que soit son degré de conservation. En général, même lorsque nous disposons de peu d’éléments, la sentence est quasiment toujours présente. Il arrive que nous ne puissions lire qu’un simple témoignage mais rien n’est à exclure pour obtenir des conclusions sérieuses.

  • 6 Jean-Pierre Dedieu, L’administration de la foi, L’inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens, xv (...)

5Nous rappellerons ici le déroulement de la procédure inquisitoriale tel qu’il a été établi par Jean-Pierre Dedieu6. Cet historien décrit toutefois un système datant de la seconde moitié du xvie siècle, or il semblerait, au vu de nos documents, que les paliers conduisant à la sentence fussent moins précis et détaillés à la fin du xve siècle.

  • 7 Clamosa : « étape fondamentale du point de vue juridique. Le procureur fiscal porte officiellement (...)
  • 8 Les monitions : trait caractéristique de la justice ecclésiastique. Avant l’accusation, le prévenu (...)

6Les différentes étapes, énoncées ici de manière très succincte et sans entrer dans des détails que le lecteur de cet article connaît très certainement, sont : la dénonciation examinée par les inquisiteurs, l’information, la qualification, la Clamosa dressée par le fiscal7, le vote du sommaire qui conduit soit à la suspension sans suite, soit au cas réservé, soit encore à l’ordre de prison, avec ou sans séquestre. Nous poursuivons ensuite par la première audience avec la première, la deuxième et la troisième monitions8. S’il s’agissait d’un mineur, on nommait un curateur, sinon on procédait à l’accusation fiscale et à la réponse orale. On désignait ensuite un avocat – dans ce cas, nous conservons les minutes concernant la communication avec l’avocat, accompagnées de la réponse écrite à l’accusation –, la ratification des témoins avec publication de leurs réponses orales et enfin une nouvelle communication avec l’avocat. Venait ensuite l’interrogatoire des témoins de la défense, le vote définitif avec sentence absolutoire, sentence d’abjuration, sentence de réconciliation ou sentence de relaxation au bras séculier.

  • 9 Les relations de causes, bien connues des historiens du Saint-Office, ont été décrites par Jaime C (...)

7Les registres de Relations de Causes n’apparaitront que vers 1550-1560, il est donc très difficile de parvenir à fixer avec précision l’activité des tribunaux du Saint-Office pour la période qui nous occupe sans ces listes récapitulatives9. Les éléments les plus fréquemment rencontrés dans nos procès sont la Clamosa adressée par le fiscal contre l’accusé, les trois interrogatoires de l’accusé, les interrogatoires des témoins, la confession et abjuration, la sentence, titrée : In Christi Nomine Invocato. Et bien entendu, ces différents éléments ne sont que très rarement classés chronologiquement.

8Il était par ailleurs important d’analyser les lieux de vie de ces personnes accusées ainsi que ceux de leurs témoins à charge ou à décharge. Nous constatons qu’accusés, famille et témoins vivaient dans un même périmètre qui dépendait aussi, pour beaucoup, du type de travail exercé. Les procès analysés à ce jour concernent en majorité des artisans. Ces derniers habitaient pratiquement tous autour du marché de la capitale du Royaume, dans les rues des pelletiers, chausseurs, tisserands, près de la cathédrale, de l’église Santa Catalina, des Torres de Quart et de Serranos, dans la ville de Valence. Tous ces lieux sont mentionnés dans les procès ainsi que d’autres, un peu plus éloignés du centre, comme el carrer de les Barques ou carrer San Vicent. Dans le cas d’un procès pour bigamie, le mari a installé une de ses femmes dans la rue San Vicent et la deuxième près du marché. Ainsi elles se trouvent éloignées l’une de l’autre, ce qui n’empêchera pas que l’on découvre le subterfuge, de façon fortuite, à l’occasion de témoignages de voisins malveillants, alors que les inquisiteurs ne s’intéressaient à cette personne que pour des motifs de crypto judaïsme.

  • 10 Les peines perpétuelles ne dépassaient pas les trois ans.
  • 11 AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.
  • 12 AHN, Inq., Valencia, 5311 no 39.
  • 13 AHN, Inq., Valencia, 540 no 1.
  • 14 AHN, Inq., Valencia, 541 no 1.

9Quelques exemples :
Pedro Tolosa (AHN, Inq., Valencia, 546 nº 15) dont nous venons de parler à l’instant, fut réconcilié en 1488 pour crime d’hérésie judaïque, il fut puni d’une peine de prison « perpétuelle »10 assortie d’une confiscation de biens. Tous les témoins ainsi que l’accusé gravitaient dans les mêmes lieux : le marché, la rue des Conills (rue des lapins, l’accusé étant lui-même vendeur de lapins au marché central), l’église de Sant Joan près du marché, le carrer de les Barques prop del forn, etc. De même, Juan Aldomar11 travaillait au marché des Halles : el Nou Mercat où il était chausseur. Il vivait dans la rue de la pelleria (pelleterie) qui est à côté de l’église santa Catalina dit-il, donc dans le même quartier. Costança Aguilar12 dont le mari était jubonero (pourpointier) habitait près de la porte de Quart, dans la rue des peraires (cardeurs de laine), donc toujours dans les métiers du textile. Isabel Agulló13, quant à elle, fut relaxée au bras séculier. Son nom de jeune-fille est Serra ; or, tous les Serra maintinrent la même ligne de confession : jeunes célibataires, ils accomplirent les cérémonies judaïques sous l’influence des parents défunts. Le premier mari d’Isabel, son deuxième mari, le beau-frère, etc. exerçaient tous des métiers dans l’artisanat : sastre (tailleur), peller (pelletier), teixidor de vels (tisserand) : ils vivaient tous, naturellement, dans la rue « de la pelleria ». Amorosa Isabel, en 1499, beata, accusée de détenir des livres juifs chez elle, fut relaxée au bras séculier14. Tous les témoins qui se présentaient pour confirmer l’accusation vivaient dans la même rue : el carrer de la Mar.

10Ces 337 procès concernent femmes et hommes à parts égales. Si après la moitié du xvie siècle on trouve davantage d’indications concernant l’âge des inculpés et des témoins, pour la période qui nous concerne nous n’avons jamais l’âge des personnes se présentant devant les juges. Les seules indications temporelles concernent les déclarations de type : « ha 17 años poco mas o menos cuando vivia en casa de mis padres », par exemple. Le métier des hommes se décline ainsi pour 140 procès renseignés à ce jour : 70 commerçants – apothicaires, boutiquiers, courtiers et marchands – ; 42 artisans – cardeurs de laine, joailliers, chaussetiers, fabricants de chemises, fabricants de manteaux, ferronniers, rubaniers, pelletiers, peintres, tailleurs, fabricants de soieries, coupeurs, tisserands, teinturiers, fabricants de voiles, cordonniers – ; 15 notaires, 3 hommes de loi/juristes, 3 médecins ; un banquier/changeur ; 2 concierges ; un échanson ; 3 membres du clergé et un noble. Comme habituellement donc, les métiers les plus représentés sont ceux du commerce, de l’artisanat et les notaires.

11Disons un mot rapide sur les sentences : les plus nombreuses, détectées dans les procès, sont celles de la relaxation au bras séculier, en personne ou en effigie, soit la peine maximale. Cela confirme les chiffres que nous avons trouvés pour la totalité du corpus des 3094 victimes : 36,88 % furent condamnées à la relaxation, 33,67 % à la réconciliation.

Une étude encore inachevée

  • 15 L’inquisiteur dit la phrase suivante : « […] remene al dit Daniel vicent al braç y judge secular p (...)
  • 16 Le procès d’Alfonso Fernando est en cours de retranscription ; cependant, nous savons qu’il est ab (...)

12Comme nous venons de le signaler, nous n’avons pu à ce jour retranscrire et étudier en totalité que 81 procès sur les 337, soit 24 % de l’objectif final. Nous pouvons néanmoins ressortir quelques statistiques avant de conclure sur les témoins, qui constitueront la 3e et dernière partie de cette présentation. Ces 81 procès concernent 50 femmes et 31 hommes, 52 datent d’avant 1500 et 29 de la période suivante. Les sentences se répartissent ainsi : 39 sentences de relaxation en personne15, 7 relaxations en effigie pour cause de décès – il est dit dans les procès « por memoria y fama » – et une relaxation en absence. Ce qui donne 47 condamnations à la peine capitale – soit 58 % des cas observés. Les autres décisions du Tribunal sont les suivantes : 15 réconciliations, 6 pénitences – assorties de prison perpétuelle, coups de fouets, obligation d’assister aux offices en habit de san-benito, etc. –, 2 abjurations dont une de vehementi et 2 absolutions – pour témoignages opérés par des « enemigos capitales » –, c’est-à-dire des témoins qui ne sont pas parfaits – nous reviendrons sur ces notions un peu plus loin16. Rappelons qu’il y avait, pour les inquisiteurs, deux catégories de délits : ceux qui touchaient à l’hérésie formelle, mettant en danger la foi catholique et les autres. C’est sur la base de cette distinction que nous avons classé les délits rencontrés à la lecture des Clamosas.

  • 17 La Fautoría ou l’impedimento concerne toute action visant à entraver le bon fonctionnement du proc (...)
  • 18 AHN, Inq., Valencia, 5312 no 1.
  • 19 AHN, Inq., Valencia, 5319 no 12 et AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.
  • 20 AHN, Inq., Valencia, 541 no 2.
  • 21 AHN, Inq., Valencia, 541 no 1.
  • 22 AHN, Inq., Valencia, 541 no 8.

13Les 8 personnes poursuivies par le Saint-Office ici l’étaient toutes pour hérésie : « observar la ley de Moyses », « commettre crims de heretgia e apostasia contra la sancta fe catholica », etc. Cependant certaines accusations sont assorties d’autres délits tels que :
– Impedimento17 : le cas de Juan de Ledos18 ;
– Faux témoignage, dans deux cas : Guillermo Alceruch et Joan Aldomar19 ; nous en observons un troisième chez Jeronima Celma pour une date ultérieure (1539-1559)20 ;
– Posséder des livres de prières juifs : 2 cas chez Amorosa Isabel21, et Leonis Bartolomé22.

14Nous détaillerons ces quelques cas lorsque nous analyserons les déclarations à charge et à décharge.

Paroles de témoins

  • 23 Patricia Banères, « Inquisition et “pureté de sang” dans le royaume de Valence (1478-1516) : aux o (...)
  • 24 José María Cruselles, Enrique Cruselles, José Bordes, « La construcción de la mácula. L’Inquisitio (...)

15Le but de nos recherches en cours est de tacher de comprendre le sens de l’action du Saint-Office aux tous premiers temps de son implantation et d’observer les effets que cette action eut sur le terrain. Il nous faut parvenir à saisir de quelle manière le Saint-Office réussit à pénétrer le tissu social des conversos. Nous avions pu voir lorsque nous avions étudié, dans un de nos précédents articles, les tous premiers édits de grâce, que ceux-ci avaient pour fonction principale l’identification la plus large possible de la communauté conversa23. Ces édits de grâce qui justement sont très nombreux pour la période initiale qui nous occupe et qui disparaissent ensuite – ce qui prouve que ce travail d’identification n’était plus à faire – ont été également très bien analysés par José Bordes et les historiens de la faculté d’histoire médiévale de Valence avec José María Cruselles24.

16Cependant nous pensons que la lecture des procès peut également nous éclairer sur ce même propos si nous nous attachons à étudier et à analyser les dires des témoins tant de la défense que de l’accusation. Lorsque le tribunal s’attaque à des minorités, judaïques ou mauresques, son action a aussi pour effet d’identifier ces communautés et de les faire éclater. Dans ce cas, l’inquisition ne juge pas que les individus : elle détruit des sociétés entières. Dans cette visée « éliminatrice », les témoins sont en effet le bras armé de l’Inquisition pour combattre l’hérésie ; sans eux, l’accusation ne tient pas. Par ailleurs, tout comme pour les édits de grâce, l’audition des témoins permet de tisser une toile qui grandit au fur et à mesure des interrogatoires et qui permet de démasquer un nombre toujours plus grand de suspects d’hérésie. Ainsi, quand un témoin citait une personne dans ses déclarations, le greffier annotait son nom en marge du procès ; nous retrouvons quasi systématiquement ensuite cette personne, poursuivie à son tour, dans un procès ultérieur. Ainsi les inquisiteurs posaient ce type de question : « si han hecho algunas cosas contra la fe catholica con mas personas de las que tienen dicho y confesado en tiempo de gracia ».

  • 25 Fray Juan Enríquez, Quaestiones prácticas de casos morales, Sanlúcar de Barrameda, 1643, XXIV, 2.
  • 26 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L'inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens…, chap. 6 (...)

17Pour condamner, il fallait deux témoins tant en droit canonique qu’en droit laïque, tant au civil qu’au criminel. Mais deux témoins parfaits, majeurs de toute exception : dans la plupart des cas ils devaient être libres, âgés de plus de vingt ans (en droit séculier) ou de quatorze ans (en droit canon), jouir de leurs facultés mentales, n’être frappés d’aucune infamie légale, suffisamment fortunés pour qu’on ne les soupçonnât pas de subornation, chrétiens car l’infidèle ne pouvait témoigner contre le fidèle, quoiqu’il pût le faire contre un autre infidèle ; enfin, ils ne devaient pas être ennemis de l’accusé, ni parents proches. Il fallait en un mot des personnes respectables, en qui l’on pût avoir confiance, dont les paroles eussent du poids25. Les inquisiteurs, rappelons-le, s’appuyaient sur quatre sources du droit : le droit commun, le droit canonique, les dispositions particulières rédigées par les inquisiteurs et appelées « instructions » – les dernières à concerner la procédure et les plus célèbres étant celles de l’inquisiteur général Valdès en 1561 – et enfin un quatrième recours constitué des « cartas acordadas » – sortes de circulaires applicables à toute l’Inquisition espagnole. Contrairement à ce qui se fait de nos jours, les dispositions de rang 4 avaient priorité sur les dispositions de rang 3, qui à leur tour prévalaient sur celles de rang 2 et 1 finalement26. Les juges du Saint-Office s’appuyaient donc sur la qualité des témoins stipulée dans le droit canonique mais élargissaient le champ d’application : s’ils voulaient obtenir le maximum de témoignages ils ne pouvaient pas se fier simplement à des personnes fortunées, les témoins étant en général des personnes de condition identique voire inférieure à celle des accusés quand il s’agissait de leurs domestiques ou employés par exemple. De même, il est fréquent de trouver dans les procès que nous avons étudiés des déclarations faites par des juifs qui dans ce cas précis ne juraient pas sur les Évangiles mais sur la Bible. De même, si en droit strict les femmes étaient généralement exclues vu la fragilité de leur sexe, tel n’était pas le cas ici puisque, nous allons le voir, nous avons un nombre plus élevé de femmes témoins que d’hommes témoins.

18Les témoins devaient être néanmoins « concordants » (contestes). Pedro de los Ángeles les définit ainsi :

  • 27 Ibid., chap. 14, vol. 1, p. 146.

Son los que deponen de un mismo hecho, tiempo y lugar; porque si uno dice uno y otro, otro, ya no serán contestes; mas seranlo si uno señalase el tiempo en que sucedió el delito y el otro dijese que no se acuerda en que dia fue. Y aunque se diferencien en el modo de contarlo y en algunas circunstancias que no pertenezcan a la substancia del hecho, serán contestes. Pero si las circunstancias variaren el hecho, no serán contestes, o si discordasen en el tiempo y lugar27.

  • 28 Pere Tolosa, AHN, Inq., Valencia, 546, no 15.

19Les témoins doivent être oculaires (testigos de vista), avoir vu de leurs yeux le délit ou, lorsqu’il s’agit d’un délit de paroles – injures, proposition hérétique émise sous forme orale –, l’avoir entendu de leurs propres oreilles tout en voyant le coupable prononcer les mots incriminés. Le témoin auriculaire – de oído, de oídas, de oído ajeno – a entendu une tierce personne parler d’un fait qu’il n’a pas vu se produire. Son poids est évidemment très inférieur à celui du témoin oculaire. C’est pourquoi les questions des inquisiteurs commençaient par des phrases de ce type : « primo interrogat si sab ha vist ni ha oyddir que algunes persones cristianes fasen ceremonyes judayques ne altres coses contra la santa fe catholica ». Quant aux réponses, elles sont retranscrites avec des formules comme : « confesa que ha oyt dir a son pare moltes vegades que ell fou juheu », ou encore plus insistant : « ocularment a vist […] »28.

  • 29 Voir également dans J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L'inquisition de Tolède et les vieux (...)

20La preuve exigeait deux témoins parfaits « majeurs de toute exception ». Les témoins par ailleurs ne devaient pas être considérés comme des ennemis de l’accusé qui, par leur témoignage, ne viseraient qu’à détruire la réputation du présumé coupable ou à se débarrasser de lui. Un principe de droit fermement maintenu par tous les auteurs de l’époque interdisait absolument toute inquisition particulière sans qu’il y ait eu auparavant preuve de l’infamie ou des indices importants contre la personne visée. Sans ces indices, le juge ne pouvait procéder à une inquisition particulière car chacun avait droit à sa réputation et la mise en cause nominale pouvait détruire celle de l’intéressé. Mais bien entendu, le cas d’hérésie est une exception due à l’extrême gravité de la faute et dans ce cas plus besoin d’infamie : la seule dénonciation y supplée et autorise une inquisition particulière. Voilà pourquoi les inquisiteurs jugeant de l’hérésie et de l’apostasie étaient moins regardants sur la qualité des témoignages et écoutaient les déclarations de deuxième ou troisième niveau : « oí decir », ou « oy que alguien decia » ou « eso lo confirmó un vecino que iba a esa casa », etc. En revanche, cela ne veut pas dire que les inquisiteurs acceptaient tous les témoignages. La plupart des garanties que nous venons d’exposer étaient respectées par les inquisiteurs. Jean Pierre Dedieu dit ne pas avoir vu condamner un accusé sans preuve pleine et les discussions entre juges et consulteurs étaient extrêmement serrées. Quant à nous, nous avons trouvé deux cas d’absolution pour cause de témoignages non fiables29.

  • 30 Quand nous aurons achevé la totalité des retranscriptions, nous pensons nous rapprocher des 1000 t (...)

21Nous n’avons pas trouvé pour le district de Valence les « libros de testimonios » qui auraient pu nous aider dans cette tâche de recherche de témoins. Nous avons donc apporté une attention particulière à ce que confessaient ces témoins dans les 81 procès retranscrits. Nous avons compté pour ces 81 procès, 154 témoins30 : 59 femmes – pour une seule d’entre elles, il est dit qu’elle est « fadrineta de edat de nou o deu anys » –, 82 hommes et 13 personnes pour lesquelles aucune indication de sexe n’est spécifiée. 98 d’entre eux sont des témoins d’accusation, 48 des témoins de défense et 8 profèrent des déclarations ambigües – témoignages incomplets, illisibles ou mitigés (voir exemples ci-dessous), ou simplement le témoin cité ne sait pas : « no sabe si es buena cristiana ».

  • 31 La plupart des déclarations sont faites en langue valencienne qui était la langue parlée par la gr (...)

22Analysons à présent le contenu des défenses : nous retranscrivons ci-dessous la plupart des dires des témoins de la défense, mélange de valencien et de castillan31. Ces témoignages peuvent être classés en deux catégories :

23Le non-respect des rites juifs : l’accusé travaillait le samedi et mangeait de tout :

Feya fahena tots les dies sense fer diferencia,
Feya fahena los disabtes,
Feya fahena los divendres y los disabtes no fent diferencia amb los altres dies de la semana,
donosa compraba carne cuando ella tenia buena si no no compraba, a veces el hermano compraba tocino,
buena cristiana : muchas veces hacia ayunos de cristianos asi como las vespres de pascua, reza la virgen Maria,
la ha visto comer viandas prohibidas por la ley de los judios,
estava en sa casa amb nicolau e margarida marit y dona, negres. Menjaven carn, carn salada y altres viandes de cristians de natura, anaven a misa amb la dona y el fill del testig, y no feien mai coses de jueus.

24De façon plus générale, le fait d’être bon chrétien, de donner l’aumône et d’aller à la messe :

  • 32 Cela est très important car souvent la suspicion vient des déplacements que font les conversos, no (...)

Dona almoyna als pobres - dona almoyna al bari dels pobres,
Vivia normalmente,
la tiene por buena cristiana,
la ha visto fazer obras de cristiana dando muchas vegadas limosna a cristianos,
la tiene por buena cristiana, nunca la vio hacer obras de mala cristiana,
la vio hacer obras buenas mas que una cristiana de natura,
a lo que vio la tiene por buena cristiana, guardaba los domingos y fiestas por la iglesia mandados, iba a misa de san pedro, iba a la carniceria de los cristianos32,
dix que creu que la dita ysabel amorosa ha jurat veritat e que qual al libre de oracions judaycas dix el testigo que creu que pot la dita ysabel legir pero creu que no sabia que fos de oracions judayques e mes deix que no la ha vist mai fer res mal e que la te per bona cristiana.

25Plus concrètement, les témoins déclarent voir les accusés à la messe le dimanche et jours de fête :

la ha vist a missa lo diumenges e festes,
la ha visto ir a misa i lo tiene por buen cristiano pero no sabe si los demás estan de su opinion, lo vio en la iglesia muchas veces,
lo ha vist moltes vegades lo diumenge assegut en les cadires de la iglesia amb les altres parroquians y lo te per bo cristia.

26Nous avons séparé deux témoignages qui sont importants pour disqualifier des témoins d’accusation :

nunca la vio hacer cosas de judia, sabe que es costumbre de los judios enviar pan cenceño a los cristianos pero no sabe si donosa se lo comia o no, ha oido decir a Donosa que el pastor y su mujer la querian mal.
la tiene por buena cristiana, no sabe que no tenga enemigos.

27Après les témoins de la défense, nous avons été confrontés à des témoignages beaucoup plus mitigés. En effet, il est parfois difficile de voir si la déclaration du témoin interrogé va nourrir la défense ou bien l’accusation du suspect. Ces déclarations sont parfois positives pour l’accusé et parfois elles sèment le doute chez l’inquisiteur. Cela est d’autant plus vrai que nous avons constaté que, lorsque l’accusé était rappelé devant ses juges, il lui était demandé des précisions en rapport avec ce type de propos tenus par ces témoins :

la tiene por buena cristiana pero que en su secreto no sabe lo que hacia, la vio muchas veces ir a misa de san pedro y daba limosna, la vio comer tocino,
ella estuvo enferma y el pastor judio le envio un huevo para comer el viernes pero no lo hizo por ceremonia, le compraba al pastor porque su mujer se lo hacia mas barato,
angelina y su marido hacian ceremonias, cambiaban la ropa de la cama y enseñaba a isabel como hacer las cosas en la noche del viernes, peo ya no lo hace desde hace algun tiempo,
antes de 6 anys lo veía sempre los diumenges en la iglesia santa catalina oynt misa, pero desde 6 anys en abant lo veu poques voltes,
ell no te ni per bo ni per mal al acusat y que lo que es escrit sobre ell, el testig lo ignora,
dice que tenia la practica de guardar los sabados pero que lo hacia por devocion a la virgen Maria e que a las moças no las dejaba hacer nada ni filar en los dias de sabados y esto la dicha Donosa decia que lo fazia por devocion a la virgen maria, comia pan cenceño durante la pascua de los judios, los de la casa comian ese pan y enviaba pan a los menesterosos judios, la vio comer carne en cuaresma.

28Abordons à présent le contenu de ces accusations qui commencent souvent par : « e dix estar en veritat que pot haver 6 o 7 anys poch mes o menys… », les inquisiteurs demandant aux témoins de confesser pour soulager leur conscience : « per al descarrech de la seua conciencia ».

Accusation stéréotypée contre le délit d’hérésie

29Elle apparaît en général dans la dernière partie du procès, celle qui concerne la sentence où l’inquisiteur reprend ce qui a été reproché à l’accusé, depuis le jour de sa première confession, lors d’un édit de grâce, en passant par sa réconciliation ou abjuration faite devant un inquisiteur précédent – il faut rappeler que les procès pouvaient durer plusieurs années –, jusqu’à la récidive conduisant automatiquement à la relaxation au bras séculier.

30Ci-dessous quelques extraits des phrases stéréotypées prononcées par les inquisiteurs lors de la sentence et qui précèdent toujours la décision finale soit de réconciliation soit en cas de récidive de relaxation au bras séculier :

  • 33 Voir aussi les 32 questions posées par les inquisiteurs lors des édits de grâce et que nous avons (...)

[…] a confesat e comes crims de heretgia e apostasia contra la nostra fe católica faent e guardant los rits e ceremonyes de la ley de Moyses specialment los disabtes e en la quaresma menjant carn e gallines e una cuxa del molto, los divendres a vespre feya les ceremonias judayques com es encenent les cresols amb meches noves, faent aparellar la casa e fent apellar viandes de juheus per al disabte e dexant de fer faena en gran derisio e vilipendi de la fe christiana…33.

31Ci-après certains énoncés d’accusation prononcés par les témoins à charge, nous n’avons relevé ici que les témoignages qui diffèrent de ceux habituellement émis et que nous avons reproduits plus haut, résumés par les inquisiteurs dans la sentence in christi nomine invocato :

  • 34 Ce type de témoignages déclenchait en cascade les mises en accusation de toute la famille.
  • 35 Ici encore la présence des juifs de la juiverie explique le contact maintenu avec l’ancienne commu (...)
  • 36 Encore des témoins oculaires seconds.

un dia el fill de la acusada baptiste ana a la casa de la mare de la testiga y explica els rits fets en sa casa (ce sont des témoignages seconds : le fils dit au voisin…),
Yolant sa muller, jaume des prades difunto y dues filles Isabel y Brianda, na Foguera y Gaspar Soler difunto teixidor de seda, sa muller difunta, na Maria Amada difunta, Florença sa filla y la filla de Gaspar Soler y Joana mare difunta dell, Bertomeu Derra filador de seda y sa muller : no menjaven en tot lo dia fins a vespre + dejuny, etc.34,
continuamente guardaba el sabado y no hacia nada ese dia, venían judios de la juderia, los judios de la juderia le enviaban pan cenceño, nunca vio en esa casa imagen de santo ni oratorio, el hijo de la acusada tambien hacia ceremonias judaicas, no se confesaban35,
la conoce muy bien, no la tiene por buena cristiana, de la juderia mandaban pan cenceño durante la pascua de los judíos,
la conoce muy bien y tiene voluntad de judaizar, ayuna el ayuno mayor de judios, mas no sabe,
la mujer del testigo le manda empanadillas, durante el tiempo de la pascua le encarga pan cenceño, ayuna el ayuno del quipur durante un tiempo de 7 u 8 años, ella compraba la carne en la juderia, daba dinero a la juderia y limosna a judios pobres, en cuaresma hacia comprar la carne en la carniceria de judíos,
Donosa Gracian estuvo encerrada en una cambra y visto que no aparecia ni comia rovellons como los otros dias el testigo preguntó a una moça que estaba en casa quien le dijo que no la descubriese ya que ayunaba los ayunos de los judios, eso tambien se lo confirmó el amo marido de Donosa36,
algunos sabados su señora la enviaba a la juderia para comprar, al tiempo de pascua pan cenceño, en cuaresma su señora comia huevos,
lo tienen por muy mal cristiano y muy sospechoso de la fe, publicamente sabido eso, dijo en presencia de mosen Domingo presbiter del lugar, de Joan Bernat y de otros muchos que no ha otro mundo sino nacer y morir. Tambien oyo decir a un moço cuyo nombre no recuerda que tenia un libro y lo leia y hacia señales con la cabeza. Hace 6 años entro en su casa y no vio crucifixo ni oratorio de cristianos,
ocularmente ha vist los membres dels fills de Pere Tolosa: Ferrando y Joanot. Ha vist los membres e reconeguts per lo mestre père judias que fon circumcisos pero que per mes cautela diu que vol que sea reconegut per altres cirurgians,
examinaren los membres y prepucios de ferrando y joanot y eren realment circuncisos,
examina a Miguel Ferrando y Joanot hijos de Pere Tolosa y confirma que han sido circuncisos, lo sabe bien porque el mismo es circumcidador.
Etc.

Autres types d’accusation

32Il s’agit ici d’accusation de fautoría ou impedimento, comme l’action d’aider à échapper au Saint-Office ; ce ne sont plus ici des délits sur les rites et les hérésies à proprement parler, le but pour la personne étant d’aller contre le Tribunal et de faire échapper les accusés.

  • 37 Procès AHN, Inq., Valencia, 5312 no 12.

33Nous incluons dans cet aparté également le délit de faux témoignage et de bigamie : ainsi le procès de Guillem Alceruch dont le but était de défendre Gil Garcia emprisonné dans la prison de l’Inquisition suite à une accusation proférée contre lui par le témoin qui disait l’avoir vu faire l’aumône aux juifs de Murviedro. Alceruch demanda au témoin de se dédire. Le témoin ne voulait pas, Alceruch insista pour que le témoin aille trouver les juges et leur dise qu’elle s’était trompée de Gil Garcia et que l’hérétique était en fait un autre Gil Garcia, tailleur décédé. Elle finit par accepter contre 3 ducats. L’histoire continue longtemps car Alceruch doit demander un prêt pour payer les ducats, et l’histoire se complique aboutissant à la condamnation de Guillem Alceruch à une simple pénitence, à rester enfermé chez lui, aller à la messe avec les autres pénitenciés, etc.37.

34Le cas de « impedimento » concerne Juan de Ledos, noble de Teruel qui essaie de dissuader deux témoins de confesser ce qu’ils savent sur les conversos de Teruel : « Habla un testigo al que joan de ledos le pidio que no dixese lo que sabia contra ciertos comercios ni de los otros conversos » et encore : « otro testigo al que joan de ledos dixo que se desdixese de lo que habia declarado la inquisicion ».

35L’accusé demande miséricorde et promet de ne plus jamais agir de la sorte. La sentence sera légère puisqu’il sera finalement absous contre 100 coups de fouets et obligation de prier des Pater noster et Ave Maria :

  • 38 AHN, Inq., Valencia, 5312 no 1.

Le pedimos que tres sabados visite en la iglesia que le parezca la imagen de la virgen maria y diga de rodillas delante della 5 veces el pater noster con 5 veces el ave maria y se le mando darle en la espalda cien azotes publicamente por los lugares acostumbrados en la ciudad de Valencia38.

  • 39 Pere de Tolosa, AHN, Inq., Valencia, 546 no 15.

36Le cas de bigamie est celui de Pere de Tolosa qui a été vu à la messe avec une autre femme alors que la première vit encore. Curieusement le délit de bigamie est découvert lors des témoignages d’accusation alors qu’au départ, on lui reproche de respecter les rites juifs. Et c’est bien pour ce dernier délit qu’il sera accusé et non pour celui de bigamie. Comme il s’agit de sa première condamnation il sera « simplement » réconcilié, enfermé à perpétuité et délesté de tous ses biens39.

37Nous confirmons par la lecture de ces sentences ce que nous supposions déjà : les sentences les plus sévères, celles de la relaxation au bras séculier, concernent essentiellement les délits d’hérésie, les délits formels donc et non les délits de comportement.

38Quels étaient à présent les liens de parenté ou de proximité entre les accusés et les témoins ? Les témoins sont tous des personnes proches des accusés : parents, domestiques, voisins ou apprentis ou personnes exerçant le même métier. Parfois, ce sont des gens de passage qui ont eu l’occasion de parler avec l’accusé. Parfois même des juifs vivant dans la juiverie.

  • 40 Procès de Violant Natera AHN, Inq., Valencia, 545 no 9.

39Les voisins d’abord. Ils exercent parfois le même métier car, comme nous l’avons vu plus haut, les personnes se regroupent par métiers dans certaines rues : carrer del conills, carrer de la pelleria, etc. Le voisin est un témoin dangereux car il est le témoin oculaire des rites judaïques pratiqués par son voisin : il est assis en face de chez lui, ou elle étend son linge sur la terrasse, elle a vu « par hasard » sa voisine préparer le repas ou nettoyer la maison ou même faire des prières face à la Mecque (« cuant la testiga estava en loterrat la veia fer oracions agenollada »40).

vehina + conoce la moça al servei de la acusada : Violant + la casa de la madre de la testiga está al lado de la casa de los Vera - el hermano de la testiga es mosen francés chagostiprevere (pour légitimer la déclaration ?),
vecina, la ha visto morar en esta ciudad de Teruel,
vecina de naterana madre. Conoce a la mujer de Natera que ahora es suegra de Dionis Tristany,
vecina : vive en frente de casa de la acusada, cami de sant Vicent,
vive cerca de la iglesia de santa Catalina desde hace 8 o 9 años,
vecino y mismo oficio,
se ven en el mercado.

40Quand les membres d’une même famille sont appelés devant les juges, on constate souvent une même déclaration, ce qui tendrait à prouver des stratégies établies en amont. La plupart du temps cela entraîne la mise en accusation de toute la famille, très peu de temps après. Ainsi pour le procès de Juan Aldomar, tous les enfants sont convoqués les uns après les autres et déclarent exactement la même chose. Ces interrogatoires finissent par la condamnation à la relaxation au bras séculier du père et la condamnation ultérieure de la plupart des enfants :

  • 41 AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.

Sen de edat de 9 anys me mostraren els meus pares a fer el dejuny del perdo hasta la edat de 19 o 20 anys cuan vingue a valencia el reverend mestre epila. Yo demanava perdo al meu pare y a la meua mare besantli les mans. També estaven Leonor muller de jaume ayora calceter e johanot e brianda germans meus. Los divendres a vespre tots deixavem de fer faena e netejavem la casa, les meues germanes encenien les llums41.

41Les déclarations des familles dans les autres procès concernent : « una hermana », « prima hermana de su marido », « testigo contra la madre », « cuñado de Gaspar Fenoll primer marido de Ysabel Agullo », « mujer de Manuel, hermana de Ysabel, marido de Siriliana hermana de Ysabel », « cuñado de Ysabel, primo de Ysabel agullo », « ella como nuera de Joan Aldomar vivio con ellos 9 o 10 meses y ahora se ha ido a vivir con su padre » , « fill de Joan Aldomar que confiesa, altre fill de Joan Aldomar que confiesa », « hija », etc.

42Abordons à présent les déclarations des apprentis ou des personnes exerçant la même profession que le suspect :

la concoce de 25 años porque la veia en su casa de Segorbe, como es corredor le vendia ciertas cosas,
hacia de su oficio en Segorbe donde estaba casada Donosa,
su padre lo puso de aprendiz cuando tenia 8 años en casa de Manuel Lagostera para aprender el oficio durante 7 años,
a la edat de 12 o 13 anys estaba en la casa de Manuel Lagostera y su mujer Esperança hermana de su madre, para aprender el oficio,
estuvo en casa de su marido para aprender el oficio,
amigo de negocios de Guillem Alceruch.

43Les domestiques sont très fréquemment représentés parmi les témoins. Ces témoins ne disent pas être au service d’un tel ou d’un tel mais simplement qu’ils ont vécu, il y a 10 ans ou 5 ans, durant 5 mois, 2 ans, chez l’accusé, et ce n’est qu’à la lecture attentive de leur déclaration que nous nous rendons compte qu’ils y effectuaient des taches précises : « fui a comprar pan », « me mandó a casa de un tal a por unas bolsas de trigo », « me mandaba hacer faena », « me mandaba preparar la comida », etc. Nous constatons également que la période durant laquelle ils travaillent chez un converso est relativement courte, quelques mois, quelques années mais pas plus de 4 ou 5 ans ; sans doute s’agit-il pour la plupart de jeunes filles célibataires qui quittent le foyer de leurs patrons quand elles se marient, ou d’hommes qui occupent ce travail de façon très temporaire lorsqu’ils sont de passage dans une ville. Il serait intéressant de savoir comment ce personnel de maison était recruté mais ce sont des informations que nous ne pouvons pas trouver dans les minutes d’un procès inquisitorial :

doncella al servey de Jaume de Vera,
al servicio de Donosa Gracian durante 4 años, hace 8 años,
hace 11 años vivió un año en casa de Donosa,
la conoce muy bien, hace 5 años vivio 15 meses con ella,
vivio con ella un año hace 4 años,
la conoce muy bien, hace 5 años vivio 15 meses con ella,
vivio 4 años con ella,
tambien al servicio del hijo Jaume Desplugues,
la acusada era su ama,
al servicio de su marido durante 4 o 5 años,
al servicio de Francisca,
criada de Jacob Beixblanquer,
criado en la casa de la viuda de na Andresa al portal de los Serranos.

44Nous trouvons aussi une catégorie représentée en bien moins grand nombre, celle des amis avec qui l’accusé part en pèlerinage ou à un mariage, une fête : « estando en la ciudad la tenia por amiga » ou « la conoce desde hace 20 años ». D’autres personnes appelées à déclarer sont des rencontres fortuites faites par l’accusé :

conoce a Bartolomé y a Angelina porque tambien estuvo en la carcel con ellos,
ella en casa de Pastor lo giponer, fueron con Pastor y su mujer a Moncada a unas bodas con los Caldereta,
cuant Aangelina estava en la carcel del bisbe, la testiga y el seu marit anaven a visitarla per llegirli les evangelis perque Angelina unicament llegia la biblia y la ley vella.
Bisbe : coneix Angelina : fue el quien lo confeso y bautizo,
Aguilaret y micer Aguilar tuvieron una habitacion en casa del hijo de Miguel Albert,
fill de Miguel Albert : Aguilaret estava en casa del seu pare y cuant la inquisicio lo prengue, elle estava allí,
lo coneix per cuant estava en casa del magnifich Joan Aguilar doctor en leyes e difunt, e altretemps en casa de micer Miguel Albert doctor en leyes cuant lo prengue la inquisicio,
coincidieron un dia en un hostal: hostal de la nau – un señor viejo de unos 60 años huia de Mallorca.

45Ainsi ce dernier cas, où un homme en a rencontré un autre dans une auberge et lui raconte qu’il a fui Majorque en y laissant sa famille car il craint d’être poursuivi pour hérétique. Il le sera par le tribunal de Valence à cause de ses confidences inopportunes :

  • 42 Procès de Pedro Bages, AHN, Inq., Valencia, 5311 no 10.

Estuvieron hablando y el acusado le dijo que estaban viviendo tiempos muy malos y que si se tenia dinero habia que huir hacia alger y que el se queria tornar judio, en alger tiene una prima y dos sobrinas ricas y judias, su mujer se ha quedado en mallorca con sus hijos pero no importa lo principal es poder seguir respetando la ley de moyses. Pedro bages tenia miedo de ser preso y solo iba al hostal a la hora de dormir42.

46Enfin la dernière catégorie est celle des juifs eux-mêmes : ils vivent dans la juiverie de Valence, de Murviedro ou d’autres villes. Bien entendu, cela concerne des procès antérieurs à l’expulsion de 1492. Ces témoignages, somme toutes assez fréquents dans les procès que nous avons examinés, tendraient à discréditer la thèse selon laquelle les juifs et les conversos faisaient front commun. Ici toutes les déclarations analysées sont des témoignages spontanés : il s’agit soit du boucher qui déclare que la personne venait lui acheter de la viande pour la Pâque juive, ou du boulanger qui déclare que la domestique d’une accusée venait faire cuire son pain azyme. On constate que les accusés ont souvent gardé des relations avec leur ancienne communauté. Les inquisiteurs font également appel aux rabbins pour confirmer que tel enfant a bien été circoncis (nous avons rencontré ce cas deux fois) :

judio vecino de la ciudad y mantuvo ciertas conversaciones con ella
pastor judío vive en Teruel y sabe lo que dice porque es carnicero, vive en la judería,
ha conegut a Joan Aguilaret jueu en la jueria de Çaragoça e apres jueu en Valencia e sembla que apres se ha fet christia,
judio rabino vecino de medina del campo.

47Ainsi cette autre déclaration d’un témoin à charge pour le procès de Úrsula Navarro :

  • 43 AHN, Inq., Valencia, 542 no 25.

La madre de pedro pomar es judia y vive en la juderia, de vez en cuando va a pasar 15 dias en casa de su hijo y entonces hacen ceremonias judias: comen carne en cuaresma y la obligan a ella también, van y vienen a la juderia llevando guisos, pan cenceno y otros, compran la carne en la carniceria de la juderia, hacen degollar a la manera de los judios, degollan a las gallinas en la juderia, nunca los vio santiguarse ni decir oraciones cristianas, ni santiguar a los hijos cuando estos volvian de la escuela pero si los bendecian poniendo las manos sobre sus cabezas, cuando mataron al hermano de ursula no comieron carne sino huevos duros que pusieron en tierra donde habia estado el difunto43.

48Nous finirons notre exposé en disant deux mots rapides sur la confession de l’accusé lui-même. Il s’agit en effet du témoignage le plus sûr et sa valeur est supérieure à celle d’un témoin parfait. Seule vaut la confession judiciaire, faite au juge sous serment. Il justifie en principe la condamnation. Dans l’hérésie où l’existence d’indices extérieurs n’est même pas nécessaire, il se suffit à lui-même.

  • 44 Miquel Martinez, AHN 546 no 12.
  • 45 Rappelons la différence : les conversos étaient les chrétiens descendants de juifs convertis qui a (...)
  • 46 AHN 542 no 8. 
  • 47 Loc. cit.

49Il est donc également intéressant de lire ce que déclarent les accusés. Bien entendu la plupart du temps, ils clament leur innocence. Leur défense tourne toujours autour de quelques axes, comme, par exemple, le fait qu’ils ont été influencés par les parents quand ils étaient jeunes : « dix e confesa que sent de edat de huit o nou anys a inductio de na Blanqua difunta muller de Sancho Martinez difunt, mare del confesant… »44. Il s’agit donc ici de conversos et non plus de cristianos nuevos45. Nous lisons également des défenses plus originales comme celle de Catalina Martinez : « fue induida per certes persones que le digueren que si feia los ritos judaics nostre señor li donaria un bon marit »46 ; d’autres font les rites sans savoir qu’il s’agit de cérémonies contraires à la religion catholique : « menjava carn los divendres estant sana pero mai li digueren si eren dejunys de juheu o de cristians, si hagues sabut que eren de juheu no los hauria dejunyat »47. En revanche, une minorité déclare avoir eu conscience des rites qu’elle pratiquait en occultant des livres et faisant des prières juives :

  • 48 Il s’agit de Daniel Vicent qui finira sur le bûcher, AHN, Inq., Valencia, 545 no 29.

Demana a un vehi jueu que li amagas un libret de oracions judayques en casa seua perque la inquisicio no lot robas… la oracio deia lo siguent : “somos obligados al alabar el Señor por darle gracia que no nos hizo como los gentiles de la tierra”48.

50Nous pourrions nous étendre encore sur des témoignages curieux, originaux, essayer de distinguer les différents axes de défense ou d’accusation employés, montrer de quelle manière un témoignage conduit à un autre témoignage, comment la simple évocation d’un nom lors d’un procès entraîne systématiquement la mise en accusation de la personne et de sa famille, etc. Mais nous sommes consciente d’avoir déjà beaucoup trop abusé de l’espace qui nous était alloué ici et nous laissons ces considérations pour un travail plus abouti que nous espérons présenter dans quelque temps accompagné de conclusions plus étayées. Cependant, les nombreux procès que nous devons encore retranscrire nous conduirons, nous l’imaginons, à confirmer ce constat : les conversos étaient globalement intégrés, en cette fin de xve siècle, à la société dominante, mais l’Inquisition qui était avant tout un organisme chargé de la répression de l’hérésie et de la dissidence religieuse joua un rôle fondamental – et désastreux – dans l’extermination d’une partie de cette communauté et dans les changements ou les adaptations que durent effectuer ceux de ses membres qui ne disparurent pas, mais qui furent obligés de se marier hors de leur communauté, de fuir ou d’abandonner, pour certains, leurs biens et leurs prérogatives. Les témoins que nous continuerons à faire parler à travers notre étude nous conduirons peut-être à expliquer le rôle que les proches de ces conversos jouèrent dans ce complexe nœud d’intérêts où le religieux, l’économique et le politique s’éclairent et se renforcent mutuellement.

Haut de page

Notes

1 Patricia Banères, Histoire d’une répression, les judéo-convers dans le royaume de Valence aux premiers temps de l’Inquisition (1461-1530), thèse, Montpellier : Université Paul Valéry–Montpellier 3, 2012.

2 Nos résultats font état de 3094 personnes poursuivies par le Saint Office entre 1482 et 1530, judéo-convers pour la quasi-totalité d’entre eux, ce qui vient modifier les chiffres apportés par Ricardo García Cárcel dans son livre référence : Orígenes de la Inquisición española, el tribunal de Valencia, 1478-1530, Barcelone : Península, 1976, dans lequel il comptabilisait 2354 victimes.

3 AHN, Inq., Valencia, 3511 no 38, 451 no 36, 452 no 25, 534 no 1 à 16, 5311 no 2, 4, 10 à 61, 5312 no 1 à 7, 15, 535 no 1 à 24, 536 no 1 à 22, 537 no 1 à 10, 18, 538 no 1 à 43, 539 no 1 à 18, 540 no 1 à 27, 541 no 1 à 37, 542 no 1 à 44, 543 no 1 à 21, 544 no 1 à 37, 545 no 1 à 31, 546 no 10 à 16 et 549 no 9 et no 13.

4 Notamment l’abécédaire : AHN, Inq., Valencia, 5320 no 9, 10, 11 et 12.

5 Rappelons que nous entendons ce mot de « relaxation » en langage inquisitorial, soit condamnation à mort. Les tribunaux ecclésiastiques n’ayant pas le droit de prononcer des sentences de mort, l’Inquisition livrait l’accusé à la justice séculière. La sentence était prononcée en autodafé. Elle n’était décidée que dans deux cas : pertinacité ou récidive (relaps).

6 Jean-Pierre Dedieu, L’administration de la foi, L’inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens, xvie-xviie siècles, Toulouse : Université de Toulouse le Mirail, 1987, vol. I, chap. 6 : « le procès de foi en forme », p. 153. Voir aussi son tableau synthétique p. 153.

7 Clamosa : « étape fondamentale du point de vue juridique. Le procureur fiscal porte officiellement la dénonciation et l’information à la connaissance des juges et réclame des poursuites. Il assume formellement le rôle de l’accusateur, qui était indispensable au déclenchement des poursuites dans le très ancien droit haut médiéval. L’originalité de la procédure inquisitoire, mise au point par les Décrétales et les autres textes fondamentaux du droit canon, consistait justement à transférer la charge de cette accusation à un fonctionnaire public, dégagé des obligations qui pesaient sur l’accusateur classique (subir en cas d’échec la loi du talion) » : définition tirée de la thèse de J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens, xvie-xviiie siècles, Thèse de doctorat d’État, 3 vol., Toulouse, 1987, ici volume 2. Le promotor fiscal, ou fiscal est l’équivalent français du procureur public. C’est l’agent de l’Inquisition chargé de dresser et soutenir l’acte d’accusation.

8 Les monitions : trait caractéristique de la justice ecclésiastique. Avant l’accusation, le prévenu était sommé trois fois d’avouer, en trois audiences ayant lieu des jours différents. Il n’était en principe pas averti des charges qui pesaient sur lui jusqu’à l’accusation.

9 Les relations de causes, bien connues des historiens du Saint-Office, ont été décrites par Jaime Contreras et Gustav Henningsen, « El banco de datos del Santo Oficio. Las relaciones de causas de la Inquisición española (1540-1700) », Boletín de la Real Academia de Historia, 174, 1977, p. 547-570. Voir également: Jaime Contreras et Gustav Henningsen, « Fourty-four thousand cases of Spanish Inquisition (1540- 1700). Analysis of a historical data bank », in : Gustav Henningsen, John Tedeschi et Charles Amiel (dir.), The Inquisition in Early Modern Europe. Studies in Sources and Methods, Beth Dekalb, Il. : Northern Illinois University Press, 1986, p. 100-129.

10 Les peines perpétuelles ne dépassaient pas les trois ans.

11 AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.

12 AHN, Inq., Valencia, 5311 no 39.

13 AHN, Inq., Valencia, 540 no 1.

14 AHN, Inq., Valencia, 541 no 1.

15 L’inquisiteur dit la phrase suivante : « […] remene al dit Daniel vicent al braç y judge secular para que li done segons sos demerits la pena ques mereix … » ou « ordenem remetre al braç y juez secular para que li done segons se mereix amb pretat y clemencia la pena que mereix per justicia, a saber al molt magnifich mosen luys de cabanilles governador del dit Regne o al magnifich miquel camarena justicia en lo criminal de la present ciutat de valencia o a qual se vullga altres judges aqui en la juridiccio criminal...» (Procès de Joan Alfonso, AHN, Inq., Valencia, 534 no 9).

16 Le procès d’Alfonso Fernando est en cours de retranscription ; cependant, nous savons qu’il est absous du crime d’hérésie car il arrive à prouver que ses témoins sont des ennemis : il est dit dans la sentence : « el dicho Fernando Alfonso ha bien y suficientemente contradezido e anhilado los dichos testigos producidos por el procurador fiscal, asi como testimonios voluntarios y enemigos capitales del dicho Fernando[…] lo manifestamos limpio, inmune y sin culpa de los dichos errores e crimenes de heregia…» (AHN, Inq., Valencia, 534 no 16).

17 La Fautoría ou l’impedimento concerne toute action visant à entraver le bon fonctionnement du procès (occulter des fugitifs, violer le secret de l’instruction, menacer les témoins, etc.).

18 AHN, Inq., Valencia, 5312 no 1.

19 AHN, Inq., Valencia, 5319 no 12 et AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.

20 AHN, Inq., Valencia, 541 no 2.

21 AHN, Inq., Valencia, 541 no 1.

22 AHN, Inq., Valencia, 541 no 8.

23 Patricia Banères, « Inquisition et “pureté de sang” dans le royaume de Valence (1478-1516) : aux origines d’une nouvelle forme d’exclusion », in Raphaël Carrasco, Georges Molinié, Béatrice Pérez (dir.), La pureté de sang en Espagne, du lignage à la « race », Paris : PUPS, 2011, p. 133-162.

24 José María Cruselles, Enrique Cruselles, José Bordes, « La construcción de la mácula. L’Inquisition de Valence et l’élaboration des généalogies judéoconverses (1505-1507) », in : Raphaël Carrasco, Georges Molinié, Béatrice Pérez (dir.), La pureté de sang en Espagne, du lignage à la « race », op. cit., p. 163-186. Citons également : José Bordes García, « Los primeros edictos de gracia de la Inquisición valenciana (1482-1489) », in : José María Cruselles (coord.), En el primer siglo de la Inquisición española, Valence : Universitat de València, 2013, p. 125-144. Article repris dans la revue Afers sous le titre : « Els primers edictes de gràcia de la Inquisició valenciana (1482-1489) », Afers, 73, 2011, p. 1-18.

25 Fray Juan Enríquez, Quaestiones prácticas de casos morales, Sanlúcar de Barrameda, 1643, XXIV, 2.

26 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L'inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens…, chap. 6, vol. 1, p. 150.

27 Ibid., chap. 14, vol. 1, p. 146.

28 Pere Tolosa, AHN, Inq., Valencia, 546, no 15.

29 Voir également dans J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L'inquisition de Tolède et les vieux-chrétiens,…, vol. I, chap. 9, p. 224 : « dénoncer, témoigner, avouer », l’opinion des théoriciens, toute l’explication sur le système de preuves, la différence entre secret, « rumorcillo de pueblo », secret total, improbable, infamie, etc. qu’il tire à son tour de la lecture des traités des théoriciens tels que fray Pedro de los Ángeles, fray Juan Enríquez, Domingo de Soto, Castillo de Bobadilla, etc.

30 Quand nous aurons achevé la totalité des retranscriptions, nous pensons nous rapprocher des 1000 témoignages. En fait, nous avons ici, pour 80 procès, 154 témoins, soit 1,9 témoins par procès, ce qui ferait, si nous gardions le même quota : 640 témoins à la fin de notre retranscription. Mais compte tenu du fait que nous n’avons pas encore abordé les procès les plus longs (ceux qui s’étendent sur 80 à 130 pages), nous pensons que ce chiffre sera plus élevé.

31 La plupart des déclarations sont faites en langue valencienne qui était la langue parlée par la grande majorité des personnes vivant dans le Royaume. Nous n’avons pas traduit ces propos pour ne pas trop alourdir cet article en comptant que la majorité des lecteurs de cette revue en comprendra la teneur. Quand nous avons eu le choix entre de très nombreuses déclarations, comme cela sera le cas plus bas, nous avons écarté les déclarations faites en langue valencienne pour ne garder que celles en castillan. De même nous avons gardé l’orthographe approximative de l’époque (d’où, notamment, l’absence d’accents).

32 Cela est très important car souvent la suspicion vient des déplacements que font les conversos, nouveaux-chrétiens ou leurs domestiques à la juiverie pour acheter de la viande ou faire cuire du pain azyme.

33 Voir aussi les 32 questions posées par les inquisiteurs lors des édits de grâce et que nous avons retranscrites en annexe de notre thèse, p. 634-635. Ces questions reprennent la totalité des rites observés par les judaïsants (alimentation, cérémonies, prières, circoncision, superstitions, etc.).

34 Ce type de témoignages déclenchait en cascade les mises en accusation de toute la famille.

35 Ici encore la présence des juifs de la juiverie explique le contact maintenu avec l’ancienne communauté. Cela est sans doute plus fréquent dans ces procès car nous sommes encore avant 1492. Il s’agit ici du procès de Donosa Gracian qui débute en 1484.

36 Encore des témoins oculaires seconds.

37 Procès AHN, Inq., Valencia, 5312 no 12.

38 AHN, Inq., Valencia, 5312 no 1.

39 Pere de Tolosa, AHN, Inq., Valencia, 546 no 15.

40 Procès de Violant Natera AHN, Inq., Valencia, 545 no 9.

41 AHN, Inq., Valencia, 536 no 1.

42 Procès de Pedro Bages, AHN, Inq., Valencia, 5311 no 10.

43 AHN, Inq., Valencia, 542 no 25.

44 Miquel Martinez, AHN 546 no 12.

45 Rappelons la différence : les conversos étaient les chrétiens descendants de juifs convertis qui avaient reçu le baptême à leur naissance. Les cristianos nuevos étaient d’anciens juifs convertis au christianisme, donc chrétiens de première génération. Les cristianos de natura étant les vieux-chrétiens.

46 AHN 542 no 8. 

47 Loc. cit.

48 Il s’agit de Daniel Vicent qui finira sur le bûcher, AHN, Inq., Valencia, 545 no 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Banères-Monge, « Témoins et réseaux dans les premiers procès contre les « judaïsants » de Valence », Atalaya [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1283

Haut de page

Auteur

Patricia Banères-Monge

Université Paul Valéry-Montpellier 3

Haut de page