Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Travaux d’histoire

Les Remontrances au Roi (1413). D’après une version castillane contemporaine

Michel Garcia
p. 65-134

Texte intégral

  • 1 . Cette remarque s’applique à des traductions en castillan de textes tels que les cartels de défis, (...)

1[#65] Il est rare que l’on s’intéresse à la traduction de documents historiques, alors que l’on fait grand cas des traductions littéraires. Ce traitement inégal réservé à des textes rédigés dans une langue étrangère s’explique sans doute par la nature de l’apport que constitue, pour la culture cible, la traduction effectuée. Un texte littéraire ne perd pas de son intérêt en changeant de langue; il peut même être intégré à la production du pays d’accueil et y exercer une réelle influence1. En revanche, un document n’a d’intérêt que s’il conserve sa valeur originelle, car, quelle que soit son importance réelle par ailleurs, il est dans sa nature de servir de référence et il ne peut véritablement remplir ce rôle que dans le contexte politique et administratif qui l’a vu naître et auquel il s’applique.

  • 2 . Archives départementales des Pyrénées Atlantiques, E 61. La série E contient des archives, classé (...)

2La version castillane du document français que nous publions ici présente un caractère exceptionnel. Son statut n’est pas fondamentalement différent de celui d’un document traduit, mais plusieurs facteurs occasionnels tendent à lui conférer une valeur supérieure à celle qu’elle aurait dû avoir. On connaît, en effet, le sort difficile du texte de l’exposé qui fut lu, au nom de l’Université et de la Ville de Paris, en séance royale des États-Généraux convoquée à cet effet le 13 février 1413. Plusieurs rouleaux contenant le texte furent confectionnés et adressés par les autorités parisiennes aux bonnes villes de France, mais on ne conserve qu’un seul des exemplaires expédiés; il est déposé aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques, dans une transcription acéphale et parfois difficilement déchiffrable. C’est cet exemplaire que publia [#66] H. Moranvillé, en le complétant grâce à la version que Monstrelet avait insérée dans sa chronique2.

3La fiabilité incertaine de l’exemplaire conservé justifie que l’on prête de l’intérêt à sa traduction dans une langue étrangère, dans la mesure où celle-ci peut avoir conservé un état plus complet de l’original. C’est le cas de la traduction castillane qui, malgré certains défauts que nous évoquerons plus bas, semble très proche du modèle. De plus, elle contient un chapitre ignoré du texte publié par Moranvillé. Enfin, elle comporte une annexe du plus haut intérêt pour une bonne connaissance des finances royales françaises au début du xve siècle. Ces caractéristiques, qui confèrent à cette traduction une vertu testimoniale peu courante, justifient, nous semble-t-il, sa publication.

  • 3 . Ne nous cachons pas la difficulté de l’exercice: il nous oblige à analyser alternativement deux r (...)

4Nous nous proposons, dans un premier temps, de décrire le contexte codicologique de la version castillane et de cerner les motifs de son inclusion dans cet ensemble, dans l’espoir qu’ils nous éclaireront sur les circonstances qui ont pu présider à l’établissement de la traduction. À la suite, nous transcrirons les deux versions, en les disposant en regard l’une de l’autre pour faciliter la comparaison. Enfin, nous essaierons de tirer un enseignement de la confrontation des deux textes ainsi que du fragment original final du texte castillan3.

Le contexte codicologique

1. Inventaire du contenu

  • 4 . Cf. Jeremy Lawrance, “Nueva luz sobre la biblioteca del conde de Haro: inventario de 1455”. Crota (...)

5La traduction castillane des Remontrances est conservée dans un codex de la Biblioteca Nacional de Madrid, sous la cote Res. 27. Ce manuscrit a appartenu à une famille de grands bibliophiles, les Comtes de Haro. Il fut acquis par eux entre 1455 et 1553, à en juger par la description sommaire qu’en donne l’inventaire daté de cette dernière année4

  • 5 . C’est à A. Paz y Melia que l’on doit le premier inventaire de ce manuscrit : “Biblioteca fundada (...)

6 [#67] Le codex contient des textes de teneur, d’époque et d’origine fort diverses. Nous en fournissons ici un inventaire; chaque pièce y est sommairement identifiée et datée, certains points liés à la transcription étant précisés en note; nous explicitons, à la suite de l’inventaire, les critères d’identification5.

  • 6 . Textes mentionnés mais non reproduits par Antonio Orejudo, ed.: Cartas de Batalla, Barcelona: PPU (...)

71) fols 1-4ra. Cartels de défi échangés par Juan Hurtado de Mendoza et Pedro de Estúñiga (1408). Le roi de France accepte de se prêter à une conciliation et convoque le premier pour le 1er novembre à Angers6 ;

  • 7 . Textes mentionnés mais non reproduits par par Antonio Orejudo, ed.: Cartas de Batalla, Barcelona: (...)

82) fols 4ra-17ra. Cartels de défi échangés par le comte Fadrique et Juan Álvarez Osorio. Le roi d’Aragon, Ferdinand Ier, rend son jugement le dimanche 27 juin 14147 ;

  • 8 . Le document contient certaines informations qui permettent d’en connaître précisément l’auteur et (...)

93) fols 17rb-21v. Lettre adressée, depuis Rome, au roi de Castille Jean II par son chapelain, Juan Rodríguez de Villalón, évêque de Badajoz, qui transcrit les dispositions adoptées par les princes allemands à l’occasion de la croisade entreprise contre les hérétiques de Bohême (25 juillet 1418)8 ;

  • 9 . Nous avons choisi de ne pas individualiser exagérément les textes, afin de ne pas multiplier les (...)

10 [#68] 4) fols 21va-27rb9 ;

  • 10 . Le cartel de défi du duc d’Orléans est daté de “Geargela” et celui du duc de Bourgogne de “Doçes” (...)

11a) fols 21va-26rb. Adresse du duc d’Orléans au roi de France (Blois, 25 mai 1411); en réponse, adresse du duc de Bourgogne (Lille, 10 juin 1411); cartel de défi du duc d’Orléans contre le duc de Bourgogne (Jargeau, 14 juillet 1411); réponse du duc de Bourgogne (Douai, 14 août 1411). Ces documents marquent le début du conflit entre Armagnacs et Bourguignons10 ;

  • 11 . Texte publié par A. Orejudo, op. cit., p. 68-72.

12b) fols 26rb-27rb. Chapitres de l’emprise du Sénéchal du Hainaut, Jean de Werchin, proclamés à Coucy, devant le duc d’Orléans (1er juin 1402)11 ;

  • 12 . Sur Pero de Maza, cf. Martí de Riquer, Vida i aventures de don Pero Maça, Barcelona: Quaderns Cre (...)

135) fols 27rb-35vb. Échange de cartels de défi (16 au total) entre [Pedro] de Mendoza et Juan Pedro de Maza (1424)12 ;

  • 13 . Le codex ne conserve que les lettres des chevaliers castillans et non les réponses de leurs corre (...)

146) fols 35vb-38ra. Lettre de Ruy Díaz de Mendoza à Juan Vásquez de Almadana (1402); lettre de Día Sánchez de Benavides à Juan Méndez de Vasconcelos, se rapportant à l’affaire précédente13 ;

  • 14 . Ce Conquista, qui est inconnu de Paz y Melia, apparaît dans la Chronique du roi Jean II, année 14 (...)

157) fols 38ra-va. Acte authentifiant l’emprise que Fernand Álvarez de Toledo, seigneur de Valdecorneja, adresse à Conquista, héraut de l’Infant don Pedro, à l’intention d’un personnage resté inconnu; attestation de Conquista (a. 1429)14 ;

  • 15 . A. Orejudo, , op. cit., publie les quatre documents, p. 166-174. Le conflit reposait sur l’aveu d (...)

16 [#69] 8) fols 38va-40vb. Lettres de bataille échangées par le maréchal Philippe de Navarre et le comte de Cortes, Godefroy; cartels apposés par chacun des deux adversaires sur des édifices publics afin qu’ils soient lus par la population du royaume de Navarre (avril-mai 1427)15 ;

  • 16 . María Morrás défend l’attribution de la traduction à Alonso de Cartagena et pense qu’elle fut réa (...)

179) fols 41ra-45vb. Traduction du Pro Marcello oratio de Cicéron (1427?)16 ;

  • 17 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey d (...)

1810) fols 46ra-47rb. Échange de lettres entre le Prince Noir et Henri de Trastamare, à la suite de la bataille de Nájera (année 1367 de la Chronique de Pèdre Ier du Chancelier Ayala)17 ;

  • 18 . Il s’agit d’un des rares traités castillans qui définissent le mode de recrutement et les fonctio (...)

1911) fols 47va-48rb. Règlement du “poursuivant”18 ;

  • 19 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xvii, p. 24.

2012) fols 48va. Lettre rédigée par Gutier Fernández de Toledo la veille de son exécution (année 1360 de la Chronique de Pèdre Ier du Chancelier Ayala)19 ;

  • 20 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xiii, p. 181-1 (...)

2113) fols 48vb-51ra. Après la bataille de Nájera: débats chevaleresques entre le Prince Noir et le maréchal de France Audrehem; entre le Prince Noir et Bertrand Duguesclin (année 1367 de la Chronique de Pèdre Ier du Chancelier Ayala)20 ;

  • 21 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don don Enrique III de Castilla y de León. BAE 68, Madrid, 1 (...)

2214) fols 51rb-53rb. Entrevue entre Charles VI et Richard II à Ardres à l’occasion du mariage de ce dernier avec Isabelle de France (année 1396 de la Chronique d’Henri III du Chancelier Ayala)21 ;

  • 22 . Il existe une édition partielle de la traduction d’Ayala, avec une substantielle étude préliminai (...)

2315) fols 53va-56ra. Harangue d’Hannibal et réponse de Scipion tirées des Décades de Tite-Live (Livre XXX, 30-31), d’après la traduction du Chancelier Ayala22 ;

  • 23 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xxii, p. 206-2 (...)

24[#70] 16) fols 56rb-59vb. Première lettre du Maure Benahatín (année 1367 de la Chronique de Pèdre Ier du Chancelier Ayala)23 ;

  • 24 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. iii, p.270-277

2517) fols 60ra-63va. Ibid., seconde lettre du Maure Benahatín (année 1369 de la Chronique de Pèdre Ier du Chancelier Ayala)24 ;

2618) fols 63vb-67vb. Lettre au roi Jean II et chapitres du Pas d’armes du Paso Honroso de Suero de Quiñones (1434) ;

  • 25 . Ce texte comporte le titre suivant : “Esta es la manera de como se encorono el enperador”. Contra (...)

2719) fols 68ra-69rb. Description de la cérémonie du couronnement de l’empereur Sigismond Ier (31 mai 1433)25 ;

  • 26 . Ce texte a été publié par A. Paz y Melia dans la Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, n°1 ( (...)

2820) fols 69rb-73va. Lettre au roi Jean II des ambassadeurs castillans au Concile de Bâle (4 septembre 1434)26 ;

2921) fols 75ra-77va. Lettre de Pétrarque à Niccolò Acciaiuoli, Grand Sénéchal de Naples (suite et fin). Cf. infra, n° 24 ;

3022) fols 77vb-92rb. Différents documents établis lors du congrès d’Arras (1435) ;

31a) fols 77vb-81rb. Discours de Nicolas Albergati, Cardinal de Sainte-Croix, à Philippe le Hardi (20 septembre 1435);

  • 27 . Le document présente un blanc en lieu et place du jour, comme s’il s’agissait d’une copie établie (...)

32b) fols 81rb-92rb. Lettre faite au nom du roi par le duc de Bourbon, le Connétable de Richemont et d’autres seigneurs notifiant au duc de Bourgogne les conditions offertes pour le traité (septembre 143527) ;

  • 28 . Intitulé : “Traslado dela carta que fue enbiada /por el capitan dela armada de genoba /ala comuni (...)

3323) fols 92rb-92v. Récit de la bataille de Ponza par le capitaine de la flotte génoise (août 1435)28 ;

  • 29 . “Letra de rreales costunbres enbiada de auiñon amosen nicolao de lachion grand senescal del Realm (...)

3424) fols 93ra-93vb. Début de la lettre de Pétrarque à Niccolò Acciaiuoli, Grand Sénéchal de Naples (Avignon, 1352)29 ;

35[#71] 25) fols 94ra-94vb. Retour au Paso honroso (juillet 1434) ;

3626) fols 95ra. Fin de la lettre du capitaine génois (août 1435) ;

  • 30 . Cf. A. Paz y Melia, “Torneo celebrado en Schaffouse (1433?)”. Revista de Arrchivos, Bibliotecas y (...)

3727) fols 95va-102rb. Récit du tournoi de Schaffhouse (1435)30 ;

  • 31 . Cf. J. Zurita, Anales de Aragón. Zaragoza: Institución Fernando el Católico, C.S.I.C., 1978, t. 6 (...)

3828) fols 102va-104va. Lettre des Génois au duc [de Milan], par laquelle ils protestent contre la libération du roi d’Aragon et la remise à ce dernier et à ses frères de certaines places fortes, dont Gaète, et justifient ainsi leur soulèvement (27 décembre 1435)31 ;

3929) fols 104vb-115vb. Remontrances au roi de France (1413) ;

  • 32 . Parmi les informations qui permettent de dater ce fragment de lettre figure (f. 116va-117rb) la m (...)

4030) fols 115vb-120vb (interrompu). Lettre du cardinal Cesarini au pape l’exhortant à rejoindre le concile à Bâle, à la suite de la conférence d’Eger (5 juin 1432)32 [Texte de plus en plus abîmé à partir du fol. 116]

2. Agencement des pièces du codex

  • 33 . À cet effet, dans l’inventaire qui précède, nous avons indiqué la date des événements auxquels se (...)

41[#72] Une miscellanée ne fournit pas d’emblée — c’est du moins le cas de celle-ci —, la clef de sa constitution. Or une bonne appréhension du document qui nous occupe ici exige qu’on le replace dans l’économie de l’ensemble, car sa signification peut aussi découler de l’environnement dans lequel il a été placé par le compilateur. Afin de parvenir à une perception globale de l’agencement du codex tout entier, il convient, dans un premier temps, de rechercher de possibles sous-ensembles. Dans ce but, plusieurs critères peuvent être retenus : la source des textes, la date de rédaction33, le genre, les destinataires, sans oublier la matérialité du volume. Il serait illusoire de penser que l’on peut appliquer tous ces critères à chacun des textes, mais il est vrai également que leur application même partielle, avec les recoupements auxquels elle donnera lieu, pourrait s’avérer éclairante.

42L’identification des sources permet d’associer les items 10, 12, 13, 14, 16, 17: ils sont tirés des Chroniques des rois de Castille rédigées par Pero López de Ayala entre 1385 et 1407, date de sa mort. Tous appartiennent à la première de ces chroniques, celle de don Pèdre (1350-1369), à l’exception de l’item 14, qui appartient à la dernière d’entre elles, celle d’Henri III, dont le chroniqueur ne rédigea que quelques fragments principalement consacrés aux événements de l’étranger. Le compilateur n’a pas respecté l’ordre de succession que présentent ces textes dans les chroniques dont ils sont tirés. En effet, ils figurent respectivement dans le récit des années 1367 (10), 1360 (12), 1367 (13), 1396 (14), 1367 (16), 1369 (17). Le compilateur n’a pas réalisé une série totalement homogène, puisque la succession est interrompue par deux textes tirés de sources différentes : l’item 11 énumère et définit les missions du personnage du ‘poursuivant’ selon le code chevaleresque; l’item 15 est un échange de harangues tirées de l’histoire de Rome. En fait, ce dernier texte, que l’on aurait pu être tenté de rapprocher du discours de Cicéron qui figure au n° 9, présente avec les autres textes de la série un élément commun d’importance, puisque c’est aussi au Chancelier Ayala que l’on doit la traduction des Décades de Tite-Live, dont il est tiré. Seule l’insertion de 11 perturbe l’unité de la série; la cohérence de cette dernière peut donc être considérée comme sauvegardée, malgré l’insertion du n°11.

43Ce dernier item s’apparente d’assez près à un groupe important de textes placés en tête du codex, lesquels se réfèrent à la pratique chevaleresque, à savoir les cartels de défi et lettres de bataille qui correspondent aux numéros 1, 2, 5, 6, 7, 8. Dans ce cas encore, le compilateur interrompt la série en y incluant deux [#73] pièces qui ne semblent pas avoir de rapport étroit avec elle. La pièce n°3 est un écho des débats qui suivirent le concile de Constance à propos de la question des hussites. Quant à la pièce n°4, elle contient plusieurs documents dont le seul point commun est de faire référence au(x) duc(s) d’Orléans. La présence de ces deux pièces est-elle pour autant déplacée? Pas nécessairement, dans la mesure où le compilateur nous invite à en faire une lecture orientée. L’item n°3 énumère, parmi les dispositions adoptées par les promoteurs de la croisade anti-hussite, des mesures qui ménagent rigoureusement les biens et les personnes des régions traversées ainsi que des dispositions répressives à l’égard de ceux qui s’écarteraient des pratiques chevaleresques, lesquelles ne dépareraient pas dans la charte de fondation d’un ordre de chevalerie. Quant à l’item 4, il associe à l’échange de lettres hautement politiques entre les deux ducs un défi purement chevaleresque, celui que lance solennellement le Sénéchal du Hainaut.

  • 34 . Il n’est pas exclu que ce document ait pu parvenir aux mains du compilateur par le même truchemen (...)

44Les pièces 18 à 28 présentent entre elles une similitude chronologique, puisqu’elles rapportent des événements des années 1433-1435. Les n°19, 20, 22, 25 et 27 concernent le concile de Bâle ou des faits connexes; les n° 23 et 26 constituent un même document, dont la transcription a été interrompue puis reprise et complétée, qui est le récit de la victoire de la flotte génoise sur celle du roi d’Aragon à Ponza; le n°28 a trait aux conséquences de cette bataille. Le n°25 est un prolongement du n°18; tous deux concernent le célèbre ‘pas d’armes’ maintenu par Suero de Quiñones en 1434, sur le pont de la rivière Orbigo. La date de l’événement auquel se rapportent ces deux derniers fragments coïncide avec celle des autres items de la série, ce qui pourrait nous inciter à les joindre à celle-ci, même si la tentation est grande de les réunir avec les cartels de bataille du début. Les n°21 et 24 concernent un événement très antérieur. Cependant, ils se rapportent, comme les numéros 23 et 26, au royaume de Naples. Le compilateur a pu être tenté par un rapprochement d’ordre thématique34.

45Ces premiers rapprochements inspirés par le contenu des pièces doivent être soumis à l’épreuve d’observations plus strictement codicologiques.

46Le manuscrit a été copié avec un certain soin, même si on relève des différences de qualité selon les parties. On observe, en effet, plusieurs mains. La première a copié les 17 premiers items (fols 1-63va inclus). L’écriture est appliquée et les abréviations peu nombreuses. La mise en page est soignée : le texte est à deux colonnes; des majuscules ont été prévues en tête de chaque texte mais leurs emplacements sont restés en attente; enfin, le copiste ménage des espaces entre les différents textes et ne les fait commencer qu’en tête de colonne, si le précédent finit en cours de colonne, ou en milieu de colonne, si le précédent s’achève en toute fin de colonne. Les fols 63vb à 73va inclus (items 18-20) présentent une écriture plus petite, ce qui laisse supposer une nouvelle main, bien que la graphie soit assez proche de celle des folios précédents. La mise en page, elle, est nettement différente : le changement de paragraphe est indiqué par des [#74] lignes en blanc et les intertitres sont isolés; pas de majuscule en attente. Le folio 74 est resté en blanc. L’item qui suit (n°21) inaugure une autre main, laquelle utilise des colonnes plus larges que les précédentes. Ce nouveau copiste a transcrit les fols 75ra à 95rb inclus. Les textes se suivent sans solution de continuité : un nouveau texte peut débuter en bas de colonne. La main change à nouveau pour le n°27, puis pour les n°28-30.

47Le recoupement de ces données semble confirmer la division en séries proposée plus haut. Le codex présente une certaine uniformité pour les parties qui renferment les cartels de défi, d’une part, et les fragments tirés des chroniques castillanes de Pero López de Ayala, d’autre part (série 1, fols 1-45vb; série 2, fols 46ra-63va), ce qui nous incite à rechercher pour ces deux fragments les marques d’une homogénéité plus grande que celle que laissaient percevoir une thématique et une chronologie similaires. En revanche, le reste du manuscrit (fols 63vb-120vb) laisse supposer que son agencement n’a pas été réalisé avec la même rigueur que ce qui précède : les mains alternent et certains textes ont été copiés partiellement ou interrompus (18, 25; 21, 24; 23, 26).

  • 35 . Paz y Melia, art. cit., p. 287, affirme que l’interruption du récit de la bataille de Ponza au fo (...)

48Une part du désordre visible est sans doute imputable au relieur : on ne peut expliquer autrement le découpage aberrant de l’épître de Pétrarque. Mais ce désordre pouvait également exister dans le modèle reproduit par le compilateur de notre codex, sinon on ne comprendrait pas pourquoi la fin du récit de la bataille de Ponza a été copiée, sans solution de continuité au bas de la colonne b du recto du folio 95r, à la suite du fragment final du “Paso honroso”. Il est plus que probable que le compilateur a voulu rattraper en une seule fois les deux erreurs commises par le modèle, à moins qu’il ne s’agisse d’un oubli du copiste de Res. 27, qui rattrapa son erreur dès qu’il l’eut constatée35. Reste enfin l’énigme de la lacune de l’épître de Pétrarque. Si le compilateur a laissé un folio en blanc avant le second fragment (f. 74), c’était sans doute dans l’intention de combler ultérieurement une lacune dont il avait conscience. Mais l’espace réservé aurait été insuffisant, puisqu’il aurait fallu au moins 5 folios. Il est plus probable que, dans l’ignorance où il était de la véritable importance du fragment manquant, le compilateur s’est contenté de marquer symboliquement sa place dans le recueil.

49En ce qui concerne les critères de réunion retenus, chaque série semble utiliser le sien propre.

50 [#75] Les documents de la série 1 ne sont pas agencés selon la chronologie et s’étagent sur une période de vingt ans et plus. Cependant, la démarche d’inspiration chevaleresque est dominante, même lorsqu’il s’agit de textes ayant trait à des événements politiques, comme la guerre entre Armagnacs et Bourguignons ou l’épisode illustré par l’échange du n°7. Le thème de l’item 3 seul semble faire exception. Mais on perçoit que deux critères complémentaires sont intervenus dans la compilation. Le premier est l’intérêt porté à des événements extérieurs à la Castille; ils sont prioritairement français, mais l’on connaît l’influence de la “tradition française” de la chevalerie dans la pratique castillane. Tout se passe donc comme si le compilateur cherchait à enrichir un corpus préexistant à l’aide de témoignages étrangers. Le second concerne la nature des textes : ils appartiennent tous au genre de l’épître ainsi qu’à celui de la harangue, que l’on pourrait considérer comme une modalité orale de la première. Il semble, en tout état de cause, que le critère de genre l’emporte sur tout autre pour guider le compilateur dans ses choix, aux dépens de critères qui pourraient paraître plus importants, tels que le contenu ou les circonstances de rédaction.

51La série 2 se caractérise par une cohérence plus grande, qui tient surtout à l’origine unique de ce sous-ensemble (à l’exception du n°11), puisque les textes sont tous tirés d’œuvres du Chancelier Ayala. Le caractère déterminant du critère de source est souligné par la variété des événements retracés et leur appartenance au xive siècle, ce qui contraste avec la chronologie du reste du codex, franchement ancrée dans le xve, à l’exception de l’épître de Pétrarque. D’autres critères ne sont pas absents, mais ils sont de moindre importance. La place faite à la chronique royale ainsi que la qualité des personnages concernés a joué probablement un rôle déterminant dans l’inclusion de ces textes dans la collection. La présence de Duguesclin, du Prince Noir et du philosophe maure de Grenade apporte la note d’exotisme à laquelle le compilateur semble tenir.

  • 36 . Outre le roi d’Aragon et son frère Jean, roi de Navarre, furent victimes du désastre les infants (...)

52Les critères adoptés pour la série 3 sont plus flous; cependant, à l’exception des items 21 et 24, le critère chronologique paraît décisif. L’étroitesse de la période concernée explique sans doute que seuls deux types d’événements soient évoqués: le Concile de Bâle et les affaires de Naples. Que le compilateur ait ainsi privilégié la politique extérieure ne saurait nous surprendre, car ce choix s’inscrit dans la logique des parties précédentes. Observons, cependant, que la nation castillane se trouve étroitement mêlée à ces faits: elle est partie prenante aux discussions du Concile; quant au désastre de Ponza, il ne touche pas seulement la Couronne d’Aragon, tant il est vrai qu’Alphonse V et encore moins ses frères n’ont jamais perdu leur qualité de Castillans aux yeux de leurs contemporains36. Il ne faut pas écarter une possible erreur d’interprétation [#76] de la part du compilateur, face à l’épître de Pétrarque, qu’il ne connut peut-être pas dans son intégralité, et qu’il a pu rapporter à des événements historiques plus proches de lui.

3. La place des Remontrances

53Le texte qui nous occupe s’insère médiocrement dans cet agencement. La date de l’événement auquel il se rapporte comme le thème du texte qui le suit (n°30) invitent à considérer cette ultime partie du codex comme un prolongement tardif de l’ensemble, plutôt que comme une suite de la troisième partie. En effet, le n°30 serait mieux à sa place aux côtés des n°19, 20 et 22. Quant aux Remontrances, elles n’auraient pas déparé auprès du n°4, dans la mesure où cet épisode des États-Généraux de 1413, annonciateur de la révolte cabochienne, peut être considéré comme une conséquence lointaine de l’assassinat du duc d’Orléans. Seul le n°28 prolonge ce qui précède, à savoir le récit de la bataille de Ponza. Cependant, la graphie, identique pour les trois derniers items, incite à associer le n°28 aux deux derniers. On pourrait estimer que ce sous-ensemble constitue une espèce d’appendice au codex.

54Le fait n’est pas surprenant en soi. Rien de plus naturel pour un compilateur que de prolonger par des pièces tardivement recueillies un ensemble constitué selon un agencement pré-établi. La confection de ce genre de collection est tributaire de l’accès au texte et celui-ci dépend largement de circonstances aléatoires. Il n’en reste pas moins que l’inclusion des Remontrances mérite une étude particulière, dans la mesure où ce document se distingue par bien des aspects des autres textes : sa longueur exceptionnelle n’a pas d’équivalent dans le recueil pour un document isolé; par ailleurs, il est précédé — cas unique dans ce codex — d’une introduction qui fournit une information précieuse sur les circonstances de la traduction et, dans une certaine mesure, sur les conditions de son insertion dans le codex.

La traduction des Remontrances

1. Circonstances de la traduction

  • 37 . Pour des raisons de commodité, le texte français ne le contenant évidemment pas, nous préférons l (...)

55La traduction proprement dite des Remontrances est précédée d’un long intitulé (f. 104v b)37 :

  • 38 . “Messire neveu. Moi, Fernand Pérez de Ayala, je me recommande à Votre Grâce. Messire neveu, conna (...)

¶ Señor sobrino yo ferrand perez | de ayala me encom¡endo en vuestra mer|çed /señor sobrino sabiendo de | vuestra buena discriçion E que auedes volun|tad de saber las cosas enbio vos | vn escripto que a m¡ fue dada (sic) enparis | por la vn¡uersidad los procuradores del |rregno que ally eran estonçes los quales se | quexauan mucho dela [#77] d¡u¡sion del rreyno | ca lo veyan yr en perdiçion segund la ma|la gouernaçion del E presentaron al rrey | este escripto el qual ouo poca conclusion pues | era ordenado de dios que llegase alo que | llego /E ved señor sobrino que casa | E con que rrentas por diu¡sion llego alo que | es oy que es en punto de peresçer del | todo E sy deuen los Reys tomar ensi|enplo E tener por espejo ante sus ojos | esta casa E plega a -dios que cada vno | tome en ello ensienplo/.  | ihs |38.

56Cette rubrique nous informe des circonstances de la réception du document. L’expéditeur l’aurait acquis au moment de sa publication, c’est-à-dire en 1413, directement de l’une des institutions qui l’ont commandité, soit la Sorbonne soit la Ville de Paris. Sur la date de l’expédition, nous sommes réduits aux conjectures. La description du codex nous laisse supposer qu’elle ne fut pas postérieure à 1435, puisque les documents les plus récents qu’il contient ont été rédigés avant cette date. L’expédition est liée à certaines circonstances. La première est l’intérêt du destinataire, qui a dû solliciter de l’expéditeur un certain type d’information auquel ce document était apte à répondre; la traduction du texte pourrait être liée à cette demande. On sait aussi que l’expéditeur a gardé le document par devers lui suffisamment longtemps pour pouvoir constater que la situation qu’il dénonçait ne s’était pas améliorée mais, au contraire, s’était aggravée. Les circonstances historiques de la France du début du xve siècle pourraient donc fournir une explication à cet envoi. Malheureusement, on n’a, dans ce domaine, que l’embarras du choix, tant sont nombreuses les manifestations de la déliquescence de l’appareil de l’État dans les années qui suivirent l’assemblée de 1413. Il faudrait compléter cette recherche en interrogeant la situation interne de la Castille, qui semble exempte des maux dénoncés chez le voisin français. Le terme a quo pourrait être fourni par le coup d’état de Tordesillas, en 1420, première manifestation de la lutte pour le pouvoir qui opposera les Infants d’Aragon à Álvaro de Luna. Nous verrons plus bas que d’autres arguments permettent d’affiner cette chronologie.

57En effet, l’intérêt premier de la rubrique est de nous livrer l’identité du commanditaire de la traduction. Ce dernier se nomme lui-même : il s’agit de Fernán Pérez de Ayala, fils aîné de Pero López de Ayala, le Chancelier et chroniqueur cité plus haut, et son successeur dans le majorat alavais ainsi que dans la seigneurie de Salvatierra. Pour mieux connaître le personnage, il convient de fournir quelques informations sur une biographie fort mal connue par ailleurs. [#78]

2. Fernán Pérez de Ayala

58On ignore sa date de naissance mais on peut supposer qu’elle se situe autour de 1375. Très tôt, il est mêlé aux tragiques événements dont est victime son propre père, à la suite de la bataille d’Aljubarrota, lors de laquelle le roi Jean Ier fut vaincu par le nouveau roi du Portugal et dut renoncer à ses ambitions sur le trône de ce royaume. Pero López est fait prisonnier et séjourne plusieurs mois en captivité dans le château d’Obidos. Pour sa libération, il doit verser une lourde rançon que son épouse n’est pas en mesure de réunir rapidement; le fils aîné servira d’otage en attendant. En 1391, l’expérience se renouvelle mais, cette fois, dans le cadre de la politique intérieure. Pour garantir le bon fonctionnement du Conseil de Régence chargé de gouverner pendant la minorité d’Henri III, les membres du Conseil doivent apporter des garanties personnelles; Pero López offre donc son fils en otage.

59En 1396, Fernán Pérez est marié. Son épouse, María de Sarmiento, appartient à une puissante famille originaire de Galice. Il avait succédé en 1394 à son père dans la charge de Merino Mayor de Guipúzcoa, ce qui lui confiait l’administration d’une région riche en minerais et dotée de ports actifs. Il conservera la charge jusqu’à sa mort. Il aura aussi, en tant que chef de la justice, à régler les nombreux différends qui opposent entre eux les nobles de cette province. L’implantation de Fernán Pérez dans ces provinces septentrionales de la Castille le conduit à établir des relations suivies avec la France grâce, en particulier, à la familiarité qui le lie au roi de Navarre, Charles III, lequel, rappelons-le, était comte d’Évreux. Pendant la double Régence de la minorité du roi Jean II (1406-1414), Fernán Pérez apporte son soutien au Régent Ferdinand, frère du roi défunt Henri III. Il lui fournit une aide précieuse lors de la campagne qui se concluera par la conquête d’Antequera (1410). Il participe aussi à certaines expéditions maritimes contre les Anglais et les ports hanséatiques (1419).

  • 39 . Le second fils et homonyme du Chancelier hérita de son père ses possessions tolédanes, elles auss (...)

60À la mort de son père (1407), Fernán Pérez devient titulaire des seigneuries d’Ayala et de Salvatierra de Álava39. Fidèle à la politique de ses deux prédécesseurs, il aura le souci d’augmenter ses possessions et d’asseoir son autorité sur la capitale de la Province, Vitoria, dans laquelle il fonde un hôpital. Il meurt à Salinas de Léniz (Guipúzcoa) le 17 septembre 1436, et sa femme à Vitoria en mai 1437. Tous deux sont enterrés dans le panthéon familial de San Juan de Quejana, où l’on peut admirer leurs gisants auprès de ceux du Chancelier et de son épouse.

61L’activité de Fernán Pérez qui nous intéresse le plus ici est son activité diplomatique, pour laquelle il reçut les enseignements de son père, lui-même grand diplomate. Il fut, en effet, chargé de plusieurs ambassades par le roi de Castille principalement dans les affaires concernant le Schisme. En 1405, il se rend à Paris, en compagnie du Frère Alphonse de Alcocer, pour remettre à [#79] Charles VI une lettre d’Henri III préconisant le via compromissi ou “voie du renoncement” qui impliquait la démission conjointe des deux papes. Il découvre à cette occasion les conflits de pouvoir qui opposent les ducs d’Orléans et de Bourgogne, lesquels occupent les esprits au Conseil au point de reléguer les affaires du Schisme à un second plan. Cependant, les deux ambassadeurs reçoivent un accueil très favorable de l’Université, puisque le recteur, accompagné de deux Maîtres en Théologie, leur rend une visite solennelle. La Sorbonne enverra peu de jours après une délégation à Rome pour promouvoir la solution préconisée par les deux ambassadeurs au nom de la Castille.

62Le 24 octobre 1416, le roi Jean II donne ses pouvoirs aux ambassadeurs du royaume au Concile de Constance. L’ambassade est dirigée par un ecclésiastique, l’évêque de Cuenca, et par un chevalier, Fernán Pérez de Ayala. Elle se transporte tout d’abord à Peñíscola afin d’obtenir que Benoît XIII, qui y était réfugié, désigne ses propres ambassadeurs, ce qu’il refuse de faire. Puis elle se rend à Constance où elle parvient le 30 mars 1417. L’ambassade castillane ne prend part aux débats qu’à partir du 15 juin, après qu’elle eut reçu des assurances sur deux points préalables : les garanties pour la liberté de choix lors de la future élection; la procédure à engager pour la déposition de Benoît XIII. Le 8 novembre, Fernán Pérez est nommé garde du conclave. Le jeudi 11 est élu pape Ottone Colonna, qui honore le saint du jour en prenant le nom de Martin V. Fernán Pérez reste à Constance pendant tout le mois de décembre. Il fait parvenir quelques requêtes au pape qui lui répond favorablement, en considération des services rendus.

63L’ambassade au Concile de Constance, du fait de sa durée et de la gravité de ses enjeux, fut sans doute une expérience essentielle dans la vie de Fernán Pérez. Elle lui permit de se familiariser, si ce n’avait été encore le cas, avec les subtilités de la politique ecclésiastique. Il y eut aussi tout loisir d’observer le fonctionnement de l’Empire, à travers l’action de l’omniprésent Sigismond. Enfin, il eut l’occasion de resserrer des liens avec les diplomates des autres nations espagnoles, au premier rang desquels les navarrais et, à un moindre degré, les aragonais. Cette expérience, jointe à la connaissance qu’il avait acquise de la politique française, en faisait une personnalité précieuse pour les Castillans qui désiraient connaître ce qui se passait au-delà des frontières septentrionales et orientales du royaume. Cela suppose qu’il ait entretenu un réseau d’informateurs et qu’il ait réuni un corpus documentaire relativement important. C’est donc en toute logique que l’on doit se poser la question de savoir s’il n’a pas eu quelque part dans la réunion d’une collection telle que celle du manuscrit Res. 27.

3. La collection et Fernán Pérez de Ayala

64Plusieurs des documents contenus dans le recueil renvoient peu ou prou aux Ayalas. C’est, bien entendu, le cas des textes tirés des chroniques royales rédigées par le Chancelier, dont il s’avère, en outre, que le choix des fragments reproduits est particulièrement pertinent. Il couvre, en effet, un large éventail de formes et de sujets dont aucun ne se répète : le premier échange (n°10) porte sur[#80] les devoirs du vassal à l’égard de son suzerain et sur le droit de rébellion; la lettre de Gutier Fernández (n°12) est la mise en demeure par un condamné innocent de son bourreau; le n°13 transcrit deux débats de conscience sur une juste application des principes chevaleresques dans le cas d’un prisonnier de guerre; le n°14 contient un échange d’une grande noblesse entre la princesse française et son père, Charles VI, sur le devoir de justice chez un souverain; quant aux lettres du Maure de Grenade, elles associent les principes de gouvernement (n°16) et la prophétie (n°17). Ce choix de textes dénote une bonne connaissance des œuvres dont ils sont tirés, ce qui laisse la possibilité de l’intervention d’un familier du scriptorium du Chancelier. Ajoutons qu’il accorde une grande place à des personnalités étrangères à la Castille, témoignant ainsi de la volonté d’enrichir un débat ‘national’ qui s’accorde bien avec l’expérience d’un ambassadeur.

  • 40 . Cet ajout se situe à la suite du chapitre 30. 32,6. L’éditeur, qui qualifie ce passage de “rare m (...)
  • 41 . La traduction des Décades du Chancelier Ayala a fait l’objet, avant 1439, d’un compendium dû à Ro (...)

65On pourrait objecter que les chroniques d’Ayala étaient tombées dans le domaine public à l’époque où la collection a été constituée, c’est-à-dire après la mort du chroniqueur et alors qu’un autre chroniqueur attitré, Alvar García de Santa María, avait entrepris de poursuivre l’écriture des faits et gestes des souverains castillans. Mais, outre que ce fait n’exclut pas que les textes reproduits dans ce codex aient pu être tirés des archives de la famille, l’item 15, qui reproduit deux fragments des Décades de Tite-Live, rend plus crédible encore une intervention d’origine ayalienne dans la constitution du corpus. Il s’agit, en effet, sauf erreur de notre part, du seul fragment de la traduction du Chancelier Ayala connu en dehors des manuscrits qui nous ont conservé celle-ci. On sait, par ailleurs, que l’ajout le plus substantiel au texte latin effectué par le traducteur est une harangue d’Hannibal, ce qui semble prouver que le Chancelier avait une certaine prédilection pour l’épisode des Guerres puniques en général et pour ce personnage en particulier40. Pareille coïncidence fait que la présence de cet item ne relève probablement pas d’un simple hasard; on peut, pour le moins, supposer que cette partie du codex est issue d’une collection de textes préexistante, conservée dans les archives de la famille Ayala41.

66À en juger par ce qu’il dit dans l’introduction à la traduction, Fernán Pérez obtint copie des Remontrances à Paris, de la main même de ses auteurs, au moment de la réunion des États-Généraux. L’explication est vraisemblable sachant, comme nous le savons, que notre ambassadeur sut établir une relation privilégiée avec les autorités universitaires dès 1405. La date à laquelle il transmit ce texte à son correspondant semble plus tardive, puisqu’il évoque une dégradation de la situation politique en France, qui était prévisible pour les auteurs du discours de 1413 mais point encore effective. Cet “aujourd’hui” auquel la France est “sur le point de périr du tout au tout”, à quel événement [#81] tragique peut-il correspondre? On songe, bien évidemment, à Azincourt. Pendant ces deux années, il s’est passé assez de choses graves pour qu’un observateur attentif puisse remarquer une dégradation de la situation antérieure. C’est aussi un laps de temps suffisant pour qu’un discours puisse passer pour une prédiction vérifiée par les faits. Enfin, la défaite d’Azincourt a dû réveiller de cruels souvenirs chez un Castillan qui subit directement les conséquences du désastre d’Aljubarrota, dans lequel périt la majorité des chefs des familles nobles du royaume, sans compter ceux qui, comme son père, furent faits prisonniers et durent négocier leur liberté au prix fort. On pourrait aussi penser à l’assassinat de Jean Sans Peur mais il semble bien tardif pour que Fernán Pérez, encore sous le coup de son ambassade à Constance, ait cru bon de ressortir de ses archives ce document vieux de six années.

67Si notre hypothèse était la bonne, les Remontrances auraient été communiquées à leur destinataire à la toute fin de 1415 ou au début de 1416, nécessairement avant l’automne, période pendant laquelle fut mise sur pied l’ambassade au Concile de Constance.

  • 42 . Sur ce sujet, cf. M. Garcia, El historiador en su taller (Castilla. Principios del siglo xv). Edi (...)

68Le sujet auquel se rapporte la traduction des Remontrances nous inspire aussi une réflexion, que nous suggère un rapprochement avec l’item 4 du codex. Ce dernier contient un échange de correspondances entre le duc d’Orléans et le duc de Bourgogne, à la suite de l’assassinat du père du premier. Le magnicide de 1407 figure également dans une autre collection de documents, le manuscrit Esp 216 de la Bibliothèque nationale. Il y figure sous la forme d’un récit effectué à chaud, avant même que le prévôt de Paris ait eu le temps de déposer ses conclusions, ce qui ne lui prit pourtant que quelques jours. Or, il se trouve que ce document fut remis, comme en témoigne son intitulé, via la Cour de Navarre, à Fernán Pérez de Ayala. La coïncidence est surprenante. Il est permis de penser que notre Castillan continua de suivre cette affaire et ses conséquences et qu’il les fit également traduire pour l’information ou l’édification de son entourage42.

4. Sur l’identité du compilateur

69L’étroite relation de la collection avec la famille Ayala, à travers Fernán Pérez, semble donc avérée. Cette hypothèse est la plus vraisemblable, aucune autre famille ou personnage n’étant autant impliqués. Les autres personnes identifiables ne sont concernées que par un document, qu’il s’agisse d’Alonso de Cartagena, traducteur du Pro Marcello, de l’évêque de Badajoz ou des membres de l’ambassade castillane au Concile de Bâle dont émanent plusieurs textes. En revanche, nombreux sont les documents dont la réunion et la conservation pourraient être attribuées à Fernán Pérez.

  • 43 . L’Archivo General de Navarra (sección de comptos) conserve plusieurs documents qui témoignent de (...)

70Ne revenons pas sur les textes du n°4, dont il a été question plus haut. L’échange entre Philippe de Navarre et Godefroy de Cortes, dans la mesure où il [#82] concerne la Navarre, pourrait aussi émaner du seigneur d’Ayala43. Le discours du cardinal légat au congrès d’Arras (n°22) l’intéressait doublement: parce qu’il émanait de France et qu’il concernait un sujet qui lui était devenu familier au moins depuis sa participation au Concile de Constance. La traduction du Pro Marcello, si elle est bien due à Alonso de Cartagena, pouvait également avoir figuré dans ses archives. Certes, on ignore si ce genre de littérature lui était familier, mais il faut savoir que Cartagena avait mené à son terme la traduction du De Casibus de Boccace que le père de Fernán Pérez, Pero López de Ayala, avait laissée inachevée. Il serait étonnant que la bibliothèque du seigneur d’Ayala n’en ait pas reçu un exemplaire. Il y a plus : Cartagena mena à bien sa tâche pendant une de ses ambassades au Portugal, à l’occasion desquelles il réalisa la traduction du Pro Marcello qui figure dans le manuscrit Res. 27. La coïncidence vaut d’être signalée.

  • 44 . L’épître fut reconnue très tôt comme une institutio regia, selon la formule figurant dans l’intit (...)

71Enfin, comment ne pas s’interroger sur la surprenante présence d’une épître de Pétrarque dans notre codex? Il serait illusoire de penser que l’inclusion de ce texte dans le corpus est due au fait qu’il se rapporte à l’histoire de Naples, comme pourrait le laisser penser le contexte dans lequel l’a incluse le compilateur. Plus déterminant a dû être son caractère épistolaire. Une fois reconnu celui-ci, le compilateur a jugé commode et en quelque sorte naturel de le regrouper dans un sous-ensemble concernant l’histoire de ce royaume. Cependant, l’ambiguïté de l’intitulé ainsi que le découpage et l’incomplétude du texte laissent supposer que la traduction qui parvint aux mains du compilateur était déjà ancienne. De plus, la non-mention de son auteur, dont le prestige devait être considérable à l’époque en Castille, ne s’explique que par l’ignorance du compilateur à son sujet44. Comment ce texte lui est-il parvenu? Nous serions bien en peine de le dire. Mais comment ne pas songer, là aussi, au possible relais de Pero López de Ayala? On a souvent évoqué à son sujet la possibilité d’un séjour en Avignon, auprès de son grand-oncle, Pero Gómez Barroso, cardinal de Sainte-Sabine et fondateur dans la cité des Papes d’un couvent de dominicaines qui servira de modèle à celui de San Juan de Quejana, futur panthéon de la famille Ayala. La date de 1352, année de rédaction de l’épître, n’est pas incompatible avec l’hypothèse selon laquelle Pero López aurait eu directement accès à ce document, qui acquit bien vite, semble-t-il, une certaine renommée. En effet, outre qu’il est en âge, à 20 ans, de s’intéresser à la littérature qui se fait alors, sa présence à la Cour de Castille, comme page du Prince Pèdre, n’est attestée qu’à partir de 1353. À supposer même que Pero López n’ait pas séjourné alors en Avignon, il est indéniable qu’il était soit directement, soit à travers son grand- [#83] oncle, un des rares Castillans susceptibles d’avoir connaissance de l’épître, de s’en être procuré un exemplaire et de l’avoir traduite.

  • 45 . Pour ne citer que les grandes familles d’origine alavaise, les Ayala sont apparentés aux Guevara (...)

72Aux données déjà réunies, il conviendrait d’ajouter le destinataire de la traduction des Remontrances, qui est, selon Fernán Pérez, un de ses neveux. L’identification de ce dernier est malheureusement quasiment impossible, tant sont nombreuses les alliances familiales contractées par les Ayala à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, surtout si la désignation de “neveu” est extensive aux fils de cousins45.

  • 46 . Cf. J. RodrÍguez Velasco, El debate sobre la caballería…, p. 50.
  • 47 . Rodrigo Alonso Pimentel, Comte de Benavente, auteur du compendium des Décades cité plus haut, pos (...)

73Enfin, on ne saurait manquer de citer un personnage qui, ayant eu une part décisive dans la conservation du codex, put jouer un certain rôle dans sa constitution: Pedro Fernández de Velasco, premier Comte de Haro. Ce haut personnage, féru de chevalerie, créa un Ordre, celui de la Vera Cruz (de la Vraie Croix), usant ainsi d’une prérogative qui, en principe, était exclusive du roi de Castille. C’est d’ailleurs à l’hôpital du même nom, chargé d’accueillir des chevaliers à la retraite, qu’il fit don en 1455 d’une partie de sa bibliothèque, dans laquelle figurait notre codex46. La part considérable qu’y occupent les débats et les ébats chevaleresques dénote de la part du compilateur un intérêt évident pour ce genre de pratiques. Mais si ce fait suffit à expliquer que le Comte ait voulu posséder le volume et qu’il l’ait conservé, il faudrait d’autres arguments pour nous conduire à lui en attribuer la compilation; par exemple une transcription des statuts de l’Ordre de la Vera Cruz qui ont été conservés par ailleurs47. [#84]

  Conclusion

74La mise en contexte des Remontrances nous a apparemment éloigné du texte qui est le centre de ce travail. Pourtant, cette recherche n’aura pas été inutile. La diversité des documents conservés contredit radicalement la vision simplificatrice qu’ont donnée du codex ceux qui s’y sont intéressés jusqu’ici. De ce point de vue, la critique semble avoir été victime d’une erreur de perspective analogue à celle des bibliographes médiévaux ou modernes qui identifiaient les volumes à partir de leurs premières pièces. Considérer notre codex comme un recueil de cartels de défi ou de lettres de bataille revient à en réduire passablement la portée. Plus proches de la vérité sont ceux qui ont considéré la collection du point de vue du genre, car il est vrai que tous les textes peuvent être rapportés, peu ou prou, à la pratique épistolaire. La conjonction des deux points de vue, en privilégiant l’un ou l’autre au gré des textes, rend plus exactement compte de l’esprit de la collection.

75Mais il faudrait aussi rapporter ce choix au contexte socioculturel qui l’a vu naître. C’est pourquoi nous nous sommes appesanti sur la recherche du possible compilateur. Nous y avons trouvé encore une fois la confirmation du rôle éminent joué dans ce domaine par la famille Ayala qui, à travers le Chancelier mais aussi son fils et leurs collaborateurs éventuels, a été une source majeure d’approvisionnement en textes et documents de la noblesse du début du xve siècle. Les écrits du Chancelier se prêtaient à des emprunts et des découpages utiles; mais l’apport ayalien ne se limitait probablement pas au secours d’un gisement en voie de fossilisation, car il était constamment enrichi par la curiosité et l’entregent de Fernán Pérez et, probablement aussi, par des archives plus anciennes, d’où il était possible de tirer, plusieurs années après la mort du Chancelier, des trésors enfouis, tels que cette épître de Pétrarque. C’est, du moins, l’hypothèse que nous avançons, prudemment au demeurant.

76Dans ce corpus, les Remontrances font l’effet d’un élément rapporté. Elles en sont un, en effet, si l’on veut bien considérer qu’elles appartiennent à un prolongement de la collection telle qu’elle dut se constituer au cours de ses deux étapes principales de formation. De même, comme le souligne Fernán Pérez dans sa brève introduction, elles comportent une leçon de politique qui leur confère une indéniable dimension morale et les apparente plus à une mise en garde qu’à un véritable apport documentaire. En revanche, elles contribuent à renforcer la forte coloration française de la collection. Enfin, elles témoignent de l’intérêt qui se manifeste alors en Castille pour une histoire qui s’éloigne du modèle chronistique instauré par Alphonse X, au profit d’une référence prioritaire aux documents, d’une part, et aux événements des royaumes étrangers, par ailleurs. La mention de personnages tels que le Comte de Haro ou le Comte de Benavente confirme l’idée de l’influence nouvelle qu’exerce la haute noblesse castillane dans l’approche de l’histoire et sa prédilection pour un discours historique qui fait plus de place au document qu’à sa paraphrase ou à son traitement mythifiant.[#85]

  Normes de transcription

Texte français

77Nous reproduisons scrupuleusement l’édition de Moranvillé en supprimant, toutefois, les crochets droits que l’éditeur avait introduits pour indiquer les parties du texte restituées à l’aide de Monstrelet, dans la mesure où l’exactitude de celles-ci est confirmée par la traduction castillane. Nous comblons les lacunes et amendons les erreurs évidentes. Toutes nos interventions sont placées entre crochets ([ ]). Nous conservons le découpage en articles proposé par Moranvillé, mais nous ajoutons sous le n° LXXI l’article qui ne figure que dans la traduction castillane. À partir de ce point, la numération se trouve donc augmentée d’une unité.

Texte castillan

78Nous donnons une transcription paléographique : nous respectons la graphie et la ponctuation d’origine (le plus souvent représentée par /); les abréviations sont développées et les caractères abrégés transcrits en italiques. Nous indiquons les fins des lignes par | et les fins de folios par || suivi du n° de folio entre crochets droits. Lorsque la fin du folio entraîne une coupure de mot, nous faisons précéder la seconde partie de ce dernier par un tiret. Entre [ ] sont introduites les corrections suggérées par le texte français ainsi que les lacunes décelables grâce à lui. Les termes que nous ne sommes par parvenu à déchiffrer sont indiqués par ‘…’ . Nous indiquons par ‘(sic)’ quelques graphies aberrantes. Enfin, nous ajoutons en exposant, au début de chaque article, le numéro correspondant figurant dans le texte français. Nous faisons en sorte de faire coïncider ligne à ligne les deux versions, de façon à faciliter leur comparaison.

Textes

Texte castillan

79[#86] ¶muy alto E muy eçelente prinçipe nuestro muy | temedero soberano señor E padre sy|guysen (sic) los puntos E articulos que vuestra | muy om¡ll E muy deuota fija la vn¡uer|sidad de paris E vuestros mui om¡lldes | E muy obedientes subditos los preuostes | delos merchantes escrabines E burgeses de | vuestra buena villa de paris han fecho por || [105r.a] dar abisam¡ento E confortar E ayudar | asy como vos lo auedes rrequerido non | ha mucho tienpo por el prouecho E | onrra E bien de vos dela cosa pu|blica de vuestro rregno/. |

801 primera mente sobre lo que fue en esto | de parte de vuestra rreal magestad enlo que toca | al juramento de tener la paz entrealgunos | señores de vuestra sangre /desendo | los de suso dichos quelos delas bue|nas villas / otros que de presente son ven¡|dos a vuestro mandam¡ento lo han /muy benig|na mente jurado E prometido sienpre | fasta aqui tenido E tendran a plazer | de dios /mas que vos deu¡ades mandar alos otros señores de vuestra san|gre e asus prinçipales serbidores | /vasallos /eso m¡smo jurar E pro|meter en vuestras manos detener la dicha | paz asy como los de suso dichos | fizieron E por muchas rrazones /la | vna por que nunca jamas la juraron en | vuestra mano /la otra por que paresçe que | algunos non la tienen deu¡damente /. |

812 yten que quier que sea ello es notorio que los | yngleses /son en vuestro rregno E mu|chas otras gentes de armas asy de vuestro | rregno como de otra tyerra que son ayuntados | por manera de conpañias gastando E | destruyendo vuestra tierra /e subditos | delo qual muchas querellas E clamores | son venidas E vienen de dia En | dia de muchas partidas de vuestro rregno | alo qual muy pequeño rremedio es puesto | Ela rrazon por que fallesçen sera declara|da aqui luego /||

82[105r.b] ¶3 otrosy El conde armanayque que es vuestro | subdito non ha fecho cuenta ni faze | dela dicha paz antes ha toda via | mantenido E fecho guerra en vuestro rre|yno segund se dize /. |

834 yten a fyn que la dicha pas sea mejor | ten¡da paresçe que vos deuedes orde|nar vuestras letras rreales enlas quales | sea encorporada la çedula. dela dicha | pas E adreçar las a vuestros ofiçiales | a los otros que bien vos paresça para que | las fagan publicar E dar pena alos | quebrantadores dela dicha pas asy como | pertenesçera /|

845 nuestro soberano señor quanto al segundo | punto enque vos demandades abisam¡ento | conforto E ayuda vuestra muy om¡ll fija E | los vuestros leales subditos de suso dichos | deseando de todos sus coraçones vuestro bien | prouecho E onrra de vuestro rregno E la conty|nuaçion E conserbaçion de vuestra señoria | han seydo muchas veses ayuntados sobre | esto veyendo como es grand menester | de vos declarar las faltas que son fechas /a|vos E ala rrepublica de vuestro rreyno co|m¡ença aqui a faltar primera mente de vuestras | rrentas de que vos deuedes sostener E | mantener vuestro estado conformar (sic por conseruar) vuestro | rregno /. |

856 primera mente sobre el fecho delas rren|tas de vuestros derechos rreales /los quales | se dev¡an rrepartyr en quatro maneras /la pri|mera en pagas de tenençias E l¡mosnas | enla despensa de vos E de la rreyna | E de mo señor de [#88] gu¡ana vuestro fijo primo|gen¡to calas gajas de vuestros serbidores | E rreparaçiones de vuestras puentes puertos || [105v.a] pasajes calçadas fornos molinos cas|tillos moradas E adefiçios E lo que | sobra meten lo en tesoro como antigua | mente se fasia /. |

867 yten paresçe clara mente como las | dichas rrentas non son enpleadas enlas | cosas suso dichas. Lo qual es en car|ga de vuestros tesoreros /por los quales | son despendidas las dichas rrentas | E vee omne muchas vegadas pobres | rreligiosos de abadias ospitales | casas de dios espender su tienpo en rre|cabdar sus limosnas E estar musan|do alas puertas de los tesoreros syn | auer libram¡ento deu¡do por lo qual sus | yglesias caen Se derriban E non se | puede conpl¡r El serviçio de dios | E dexan lo todo desanparado en perju|ysio dela salud delas almas de /| vuestros predeçesores e en grand carga | de vuestra conçiençia

878E primera mente | quanto es delas tenençias E limos|nas de ello es verdad que se paga | poco /o nada /. |

889 Iten quanto a vuestra despensa E dela | Reyna e demo señor de guiana | la qual se gouierna por miçir pierre | de fontenay por piqued E se paga | por los maestros dela camara del | dinero los quales llaman rremon | ramied juan pied /E fallase que | por la [vuestra] despensa e de mo señor de | guiana l¡euan asy delos vuestros derechos | rreales como delas ayudas quatro çientos [çinquenta] m¡ll francos E para esta despensa | non se solian leuar mas de nouenta | E quatro m¡ll francos. En pero abien esto|| [105v.b] -çes vuestros predeçesores los rreys bello | grande E noble estado E eran bien pa|gados los mercaderos de sus merca|derias mas | agora non enbargante la dicha suma de | quatro çientos [çinquenta] m¡ll francos /non son pagados | los dichos mercaderos de sus mercaderias | E contesçe muchas veses que | vuestra casa la dicha rreyna E de | mo señor de guyana son desosdenades (sic por desordenados) / | por falleçim¡ento delo nesçesario [especialmente hace poco se ha visto la casa de monseñor de Guienne estar rota] E este jueues primero que paso. /se demos|tro byen enla casa /de la rreyna /por | lo qual paresçe /clara mente que aquella su|ma non es toda enpleada enla dicha | despensa asy como se mostrara cla|ra mente en su tienpo E lugar /mas en proue|cho delos gouernadores dela dicha des|pensa o de aquellos que ellos por bien tienen | E eso mesmo enla casa de la rreyna | para la despensa /dela qual antigua mente | non se leuaban saluo treynta E seyss | m¡ll francos /agora se l¡euan de los d¡neros | delas ayudas çiento ochenta çinco m¡ll | francos non enbargante las rrentas de su | tierra E las ayudas della E esta grand des|pensa se fase por falta delos ofiçiales | aquien es cometido el gouernam¡ento dela dicha | despensa /delas quales rrentas dela rrey|na es prinçipal gouernador hemonet rragiel | su tesorero El qual sy es en tal manera | gouernado que del d¡nero dela rreyna El | ha fecho grandes ganançias hedefiçios | costas segund se paresçe enlos campos | E enla villa /. |

89[#90] 10 Iten agora es de saber aque es ven¡da esta | fas¡enda /ca allende dela suma suso dicha | se toma de acreçentam¡ento vna muy grand suma de | d¡neros forma de mandam¡ento E destra ordenaria /. ||

90[106r.a] ¶11 yten ese mesmo ay Grand falta en|los ofiçiales dela camara delos d¡neros | /ca por ocasion delos ofiçiales que tienen | los dichos ofiçios muchas grandes su|mas de d¡neros son leuadas E espendidas | en otros vsos que en vuestro prouecho E por ende | se tardan de pagar muchas de vuestras debdas | E los manten¡m¡entos de vuestros ofiçiales E | muchas de buenas gentes de quien se toman | vinos E otras mercaderias por vos non | son pagadas porque paresçe ser verdad | que ellos aplican estas cosas /a sus | provechos E asy paresçe por los gran|des estados que ellos traen E las gran|des fasiendas que ellos dende han E | los edifiçios /desyguales E non | conbenibles que ellos han fecho fasen | de cada dia [Probo] de esto maestre | rremon rrangiel que ha edificado cas|tillos e grandes moradas en que el | ha despendido segund se dise mas | de sesenta (sic) m¡ll francos E eso m¡smo | charlote [Poupart] E maestre gu¡llen [Budé] que es ma|estro delas dichas guarn¡çiones los | quales han grand mente edificado co|brado rrentas e posesiones e gruesos | cabdales E fechas grandes E ver|goñosas despensas /las quales co|sas non abran ellos podido faser | delos salarios E prouechos ordina|rios desus ofiçios n¡n tan poco del | cabdal que ellos au¡an quando ellos cla|ron (sic por entraron) | para los dichos ofiçios /|

9112 Iten eso m¡smo en vuestra cauallerisa | que es ofiçio de grand bien grand (sic) rreçebta ay | eso mesmo falta son enella fechas | grandes costas que non tornan en vuestro | prouecho n¡n en onrra dellos /.||

92[106r.b | ¶13 yten por quanto se podria des¡r que non es | marau¡lla que vuestros serbidores puedan aver | bien larga mente prouechos e bienes rres|ponde se /que esto es cosa bien de loar que de vuestros | buenos e leales seru¡dores se mejoren en vuestros | ofiçios segund su estado e segund su ofiçio | segund la bondad e sufiçençia de sus | personas /ca tal serbidor podes vos auer | que debria antes mejorar se de vos en dies | m¡ll francos que otros muchos en çientos pero que vemos | bien que vos tenedes muchos grandes nota|bles ofiçiales asy caualleros como de vuestro conse|jo otros de otros notables ofiçios que non se | mejoran sus fas¡endas delo vuestro En | rrespeto A d¡os otros muchos menores | que non ellos se mejoran a florines las | quales menguas e malos vsos vienen por | conpadres e comadres /en espeçial por cab|sa mediante delos gouernadores de sus | dichos en grand perju¡sio e deseruyçio | de vuestro estado /. |

9314 yten quanto alos gajos de los serbidores | de vuestra casa ellos son bien contados enla | manera (sic por camara) delos d¡neros por los contadores mas | dela paga dellos vuestros dichos serb¡dores | non pueden saber Nouelas sola mente | por lo qual ellos sufren grandes prouesas | e non son asy onesta mente guarn¡dos en | derredor de vos como ello pertenesçe por | falta que ellos non son asy pagados | como deu¡an en grand abaxam¡ento de vuestro | estado que deue pasar a todos los otros como | es rrason pero que b¡en puede ser que algunos | por fauores e ayudas que han son bien pa|gados de sus dichos gajos /. |

94[#92] 15 quanto a los rreparam¡entos de vuestros dichos for|nos mol¡nos castillos calçada ge|neral mente todo se va a caer e aperdi|çion del todo /. ||

95[106v.a] ¶16 Iten quanto a lo que debria sobrar | de vuestra fas¡enda poner se en te | soro non se sabe que de presente aya | cosa alguna pero enlos tienpos pasa|dos sienpre ouo tesoro sobre esto | espeçial mente en tienpo delos Reys | felipe E Juan carlos enel qual | tienpo se gouernaba en otra manera la | dicha fas¡enda que agora fase de | presente /|

9617 Iten quanto al fecho de vuestras rren|tas nesçesaria mente conbiene | des¡r que por el gouernam¡ento que es | de presente avn ha seydo des|pues de veynte E seyss años | a esta parte E mas /han seydo des|truydas E gastadas por muchos | ofiçiales que non han tenido abisam¡ento | al bien de vos E de la rrepublica | mas sola mente /a su syngular | prouecho E por declarar los ofiçios | de vuestro rregno en que ha au¡do fal|ta vos disen e esponen muy | om¡ll mente vuestra dicha fija E | vuestros dichos serbidores esto qual | se sigue /. |

9718 primera mente vos auedes muchas | E demasiados tesoreros que han | seydo despues del tienpo de suso | dicho E por las maneras de gran | desprouechos que fallan al tienpo | de agora enel dicho ofiçio /| muchas gentes se trabajan E | procuran de y entrar en tal manera | se fase que non pasa mucho tienpo | que non son mudados E rremuda || [106v.b |dos E despuestos A grand afynca|m¡ento e rrequesta de algunos que han abido | lugar de vos en vuestro rregno E dios | sabe por que ellos sy entran asy entran | de grado sy non por los grandes E | gruesos bocados E ladron¡çios que | ellos fallan enlos dichos ofiçios /ca | sy vn tesorero non se mejora /cada vn | año de dies o dose m¡ll francos non | lo tiene por nada E asy donde enel | tienpo pasado non au¡a mas de dos te|soreros por estas maneras que son de pre|sente ay quatro o çinco ya fue ve|gada que au¡an seyss o syete E asy | paresçe clara mente que vos auedes | de daño en cada vn año de veynte | e çinco o treynta m¡ll francos A | prouechos delos dichos tesoreros /. | ¶ quanto es a lo que fynca delas rrentas | que los dichos tesoreros rresçiuen /| ellos non Acaban a pagar las cosas | nesçesarias n¡n a tener los juramen|tos que ellos fasen a la entrada | quando son rresçeuidos mas han ten¡do | m¡entes A pagar /los grandes dones |E dadibas a aquellos que les han metido | E sosten¡do enlos dichos ofiçios | por muchas vias E maneras asy como | por mandam¡entos llanos o por des|cargos encobiertos que se fasen asy so|bre rrason delos cofres del rrey | como sobre rrason del tesoro que ya | non deue auer tal nonbre E quanto es | delos otros ofiçiales asy como Es | canbiador e escriuano por quanto las | dichas maldades pasan por sus | manos ellos han gruesa mente com¡|| [107r.a] -do E ha les durado luengamente | tanto que paresçe bien en sus ca|sas e en rrentas e en grandes | fas¡endas que han /|

9819 E son tesoreros Agora andres | gifarte E burreo martin rren¡er E | bulen¡ E Juan guerran E el canbi|ador es n¡colas beñent que fue | escriuano de Juan cheos su prede|çesor /E es escriuano maestre gu¡ | brocher los quales son syn prouecho | culpables de malgouernam¡ento de | suso dicho /saluo Juan guerran | El qual es Nuebo e avn non ha | mal vsado enel ofiçio que omne | lo sepa /. |

99[#94] 20 yten en espeçial es muy culpado El | dicho gifared El qual como quier que por su | mal gouernam¡ento vida desoluta ou¡|/ese perdida e gastada la fas¡enda | que su padre ouo dexada segund se | dise esto non enbargante por procuraçion | e afincam¡ento del preboste de paris de | quien es es (sic) pariente por rrason de su | muger el fue fecho tesorero /| Adonde el se ha en tal manera rren|chido /delos d¡neros del dicho tesoro | que el es lleno de rrobis de dia|mantes E de otras piedras E vesti|do e encaualgado muy demasyada | mente e forn¡do de baxilla de plata | grandes E muchos tajadores E pinche|les e taças E copas /. |

10021 Iten como quiera que vos sea mester | de auer tesoreros sobre fecho dela | justiçia enlos fechos que atañen al || [107r.b] dicho tesorero pero es costunbre de tener | y vn letrado consejero mas agora Ay | quatro que l¡euan grandes salarios encarga|dos al dicho tesorero syn rrason /. |

10122 Iten para el gouernam¡ento delas ayudas | son ordenados ofiçiales que se llaman ge|nerales /por ordenaçion delos quales | pasa toda la quantia que rrinden las | dichas ayudas que son ordenadas para | la guerra que monten dos cuentos dos¡|entos m¡ll francos cada año comun mente | E sy los tesoreros suso dichos se han | gouernado e gou¡ernan mala mente eso | m¡smo e peor Avn se han gouerna|do e gou¡ernan los generales suso | dichos /ca primera mente ellos son pues|tos por afincam¡ento e poderio de Am¡gos | alos quales los dichos generales fasen | librar las grandes dadibas e dema|syadas por ynportun¡dad /ellos ganan | de vos /. |

10223 yten los prouechos quelos dichos gene|rales l¡euan quando ellos entran enlos | dichos ofiçios comun mente por tres o | quatro m¡ll francos A cada vno E sy | vn general esta dos años enel di|cho ofiçio /forçado es que por dadi | bas e descargo encobierto en el ha | catorse o quinse m¡ll francos o otra | grand quantia /e asy los descargos | son muchas veses leuados en nonbres | delos dichos señores synlo ellos saber | e enlos treslados que fueron fechos por | la rreformaçion que agora postremora | mente fue fecha se fallaron que les ou¡e|ron e leuaron estos proue|chos/. ||

103[107v.a] ¶24 yten açerca delos dichos ofiçios vi|ene otro ofiçio que se llama la escusa E | non debria ella auer tal nonbre /la | qual tiene anton¡e delos esares /por rra|son dela qual se l¡euan delas dichas | ayudas la quantia de dos¡entos ve|ynte mill francos /o çerca /delos mas | çierto que vos auedes enlas dichas | ayudas e como quiera que antigua mente | la dicha quantia era guardada e puesta | en cabto so dos llaues //delas quales | vos deuiades tener vna para proueer | e acorrer alos menesteres de vos e | de vuestro rregno /esto non enbargante | aquellos que tienen o han ten¡do enel tienpo | pasado el della /la han | por tal manera rrepartido que non ha ende | vn d¡nero sobre e non se sabe que dende | sea ven¡do prouecho a omne del mundo | sy non a algunos que la han sacado | de vuestra mano por consentim¡ento aque|llos que los dichos ofiçios han gober|nado /los quales non han puesto | enella cosa alguna como los  [#96] otros fas¡|an /mas han traydo e traen con ella | estados muy grandes /e demasya|dos en perjuisio e desonor de vos | dela rrepublica /. |

10425 Iten en vno conesto el dicho anton¡e | tiene la guarda de vuestros libros e joyas | guarn¡mentosenla qual ay muy pequeño | gouernam¡ento e eso mesmo e lo que es | conprado de dia en dia por vuestro cuerpo | esto por culpa del dicho Anton¡o /. |

10526 Iten luego açerca aeste ofiçio viene vno | otro ofiçio que se llama la guarda de | los cofres El qual tiene e ocupa mao||[107v.b] -ris de rrolyn e rresçiue el dicho ofiçial | cada dia por ordenario veynte escu|dos /los quales se deu¡an dar a vos | cada dia e en vuestra mano para faser | dellos lo que vos plogu¡ese /mas | non ay ende d¡nero n¡nguno /ca el lo des|prende e la mas grand prenda dellos | en otras cosas asu plaser /so color del | dicho ofiçio han seydo dertruydas enel | tienpo pasado e avn son agora de dia | en dia muy grandes quantias de d¡neros | delo qual se vos declarara mas | conplida mente ensu tienpo E en su | lugar/. |

10627Iten para saber como vos E la rreyna | mo señor de gu¡ana aues seydo so|til mente rrouados gastados conbiene | saber que quando vos auedes de buscar | presta mente vna quantia o por rrason | de vuestra guerra o han otra cosa para vuestros | grandes fechos e mesteres conbiene | de fablar con çiertas gentes de paris | que son merchantes de d¡nero /los quales | por vsuras e contratos non conben¡bles | buscan e fallan la dicha quantia por | manera de dar baxilla o joyas de oro [e de plata] A | grandes e gruesas e claras perdidas | en tanto que aquello que non vale /dies | m¡ll /vos cuesta quinse m¡ll o | dies e seyss m¡ll francos /E es for|sado que de cada año se aya de bus|car tantas destas quantias asy que vos | perdides cada Año dellas bien tres¡|entos m¡ll francos /con estas vsuras | que se encargan por esta manera syn abisar | loque fasen aquellos que dende tienen carga || [108r.a] E ponen rremedio por otra manera E | por esto puede omne entender e avn | judgar clara mente que algunos de | vuestros ofiçiales han parte e conpa|n¡a encobierta enlas dichas vsu|ras e contratos E por esta manera | vos non auedes enel mundo d¡|nero /pero son vuestros pobres ofiçiales | e rrestenidores obligados e atribu|lados por la paga desta moneda | en tal manera avida e yso m¡smo | son agrau¡ados los otros señores | de vuestra sangre todos syn quitar | n¡ngun /. |

10728 Iten es A saber como sotil mente | e maliçiosa mente los generales | vuestros ofiçiales entre metido sean | del gouernam¡ento delas rreçeptas | ..... /alos rresçeu¡dores algunas | veses conteçe que vn rresçeuidor | vos abra enprestado allende de lo | que monta su rreçebta quin¡entos o se|ys çientos escudos e por quel dicho lo | pueda pagar de su rrecabdam¡ento | el sera suspendido de su ofiçio | por los dichos generales que ellos | pornan vn com¡sario por sy /El qual | rreçebira todo lo mas claro e çierto | del rrecabdam¡ento /e quando non abra | que rresçeuir sy non poco /o nada /El | dicho rreçebtor sera rrestituydo en | su ofiçio por tal manera con tal | condiçion quel se obligara alos mer|chantes de d¡nero suso dichos en | grand quantia e por eso non pue|| [108r.b] |de el dicho rreçebtor ser Pagado de | lo que le es deu¡do n¡n otrosy pagar | lo que deue  [#98] fasen asy sobre poner | debdas de años en años en tal | manera que vuestra fas¡enda /de vn año | se gasta medio Año antes quel ter|m¡no sea ven¡do asy comedes | vuestras v¡ñas en agras |

10829 Iten quando se deue faser vna en|baxada o avn enbiar vn synple | mensajero de vuestra parte el non pue|de ser despachado por falta de | d¡nero e quando viene alo pos|trimero conbiene sacar el d¡nero | A vsura e muchas veses con|tesçy que por falta de despacha|m¡ento las enbaxadas son syn pro|uecho delo qual vienen grandes | daños a vos bien amenudo E | cosas que non conbienen a vuestro estado/. |

10930 Iten es menester que vos sepades | que se fiso dela rrenta e d¡neros de vuestro | rreyno despues de dos o tres años | A esta parte allende delos d¡neros e | ayudas acostunbradas /enel qual | tienpo se han cogido muchas Tallas E | diesmos e enprestados e sean (sic por sobre) enpres|tados asy particulares como generales | e [recuperatur nimis habuit] confiscaçiones e reformaçiones E | otras muchas maneras de auer d¡neros delas | quales d¡neros se es .... por la ma|yor parte el preboste de paris segund que | es verdad e notorio e que ha fecho lla|mar el soberano maestre e general gouer|nador delas rrentas del rrey /.||

110[108v.a]¶31 Iten non es de poner en olu¡do como | gran ofiçiales asy como es el | dicho preboste /de paris e otros que ligera | mente han au¡do otros muchos grandes | ofiçios en vno e los han vendido | e rreçebido por ellos grandes d¡neros | e metidos en sus sacos en vuestro perjuy|sio e de vuestras ordenançias rreales E | otrosy dela rrepublica delo qual se siguen | muchas veses que omnes syn prouecho | non sab¡dores e de soberu¡o gouernam¡ento | son puestos enlos dichos ofiçios /. |

11132 Iten non ha muchos dias que el dicho preuoste que postrimera mente | ouo el ofiçio de soberano maestro | e general rreformador delas aguas | e florestas de vuestro rreyno ha rre|nunçiado el dicho ofiçio al señor dvr|¡ e por aquesta rrason son tomados | descargos de seys m¡ll francos en | nonbre del dicho señor de vri segund | se dise muy toda via el dinero se | lieua A proeuecho del dicho preuoste | asy la dicha rrenunçiaçion vos cuesta | seyss m¡ll francos cada año /. | ¶ Iten se dise en vno conla dicha preuostad | el tiene las capitanias de chora|lor de que el ha /seyss m¡ll francos | por año e de argis de que el ha | tres m¡ll francos e de nemos de | que el ha otros tress m¡ll francos /. |

11233 Iten vuestras dichas rrentas son gasta | das e perdidas por vna otra manera | E muy grand Numero de rreçebdores || [108v.b] y otros ofiçiales de muchas maneras | e sus escriuanos e fasedores E | serbidores suyos desde agora | poco ha /han gastado de vos n¡n | cada vn año asy como sy fuese | rrenta suya cartas de grandes dadi|bas e demasiadas /demas delas dadi|bas que han los otros vuestros ofiçiales | e sera fallado que por culpa mediante | del dicho preuoste e delos otros go|uernadores delas dichas rrentas ellos | han seydo e son muy bien pagados | A grand enpouram¡ento de vuestras dichas | rrentas e perjuysio de vuestros fechos | e mesteres e tardança dela paga de | vuestros muchos omnes asy cavalleros E de | vuestro consejo como de otros vuestros ofiçia|les e otros  [#100] vuestros subditos que vos | han b¡en serbido e sabe se comunal | mente que quando vn omne mançebo vy|ene A serb¡r a vn general o a vn | tesorero o a vn recabdador o conta|dor avn que el sea de muy pequeno esta|do e syn çiençia en bien poco de tienpo | el se fase rrico e trae vn grand | e sobrepujante estado en muchas | maneras e conpra ofiçios e heredades | A grand quantia de d¡neros e todo | a vuestra costa/. |

11334Iten por los dichos tesoreros de | vuestras guerras son cometidos muchos gran|des engaños enel fecho de vuestras rren|tas segund se dise e han vna | manera de tomar de vuestros cavalleros | e escuderos cartas en blanco selladas | delas quales ellos han muy mal vsa|do como saben los dichos cavalleros|| [109r.a] que vos sabran dello mejor enfor|mar que non nos que nos (sic) non sabriamos | e es grand coyta de oyr las querellas | delos dichos caualleros e escuderos sobre | fecho de su pagam¡ento que ha seydo synpre | asy poco ala mayor partida dellos | que han ocasion asy como es costunbre | de gente de armas de beu¡r sobre El | pueblo syn pagar e han rrason de | des¡r que pues ellos non son pagados | de sus gajes /non pueden pagar | lo que tomen e que es forçado que | b¡uan en serbiendo A vos /. |

11435 Iten por quanto los dichos generales | e grandes maestres /delas dichas rrentas | e los otros suso dichos /luego quales | quieren tomar cuenta /delas dichas rren|tas para se escusar e pasar tienpo cuydan|do vos contentar /responden que ellos son | prestos de mostrar sus cuentas asy | como sy esta fuese rrespuesta | sufiçiente e viene demandando E | rrequeriendo que les de com¡sarios que | vean sus cuentas /mas fablando | so correçio tal rrespuesta non basta A | pagar /antes quien quisiere /saber | quien ha com¡do el lardo conbiene | de mandar e saber que fas¡enda /au¡|an ellos /o podrian auer quando ellos | vin¡eron a vuestro serbiçio e que salarios | les pertenesçen por rrason de sus ofi|çios e quando pueden ellos despender | rrasonable mente ten¡endo los dichos | ofiçios e segund sus fas¡endas /ca | de presente ellos han las grandes || [109r.b] rrentas e posesiones que ellos han | ganado e grandes edefiçios que | han fecho e los grandes tesoros | que tienenen sus cofres e los | grandes casam¡entos que fasen de cada | dia de sus fijos e fijas e de | otros parientes e parientas a vuestra | costa e la grand e vergoñosa | despensa que ellos fasen en sus | ponposos / estados e asy podran cla|ra mente judgar visto que ellos non se |deu¡an entre metern enpachar saluo | en vuestro serbiçio por rrason delos | dichos ofiçios [que esa fasienda no ha sido convertida a vuestra pro] por lo qual paresçia | rrason que antes se debria rrecorrer | sobre sus fasiendas que son mol|teplicados delo vuestro e pertenes|çe a vos que sobre otras personas /. |

11536 Iten es notorio que enel gouerna|m¡ento delos generales ay muy grand | muche dunbre de notarios los quales quando | entraron enlos dichos ofiçios eran po|bres mas agora han conprado las | casas de grandes señores deste | rreyno e grandes rrentas e pertenen|çias asy como es maestre maes|tre (sic) juan chastener e maestre gu¡llen | luçe e maestre n¡case burges e | ades¡r verdad cada vno de vuestros | leales subditos se deue bien ma|rau¡llar de tal gouernam¡ento e deue | uien auer dolor en su coraçon quando | vos vee /señor sodes nuestro rrey |

116 [#102] E prinçipe soberano despojado || [109v.a] de vuestras rrentas E asy rrobado E | destroydo como dicho es e que todas | vuestras rrentas caen en bolsas forada|das quanto A vuestro prouecho mas non | quanto asu abastam¡ento delos gouernado|res suso dichos e asy de tienpo pasa|do como del presente son rricos lle|nos e guarn¡dos e a vos ponen E dexan | en este mester non au¡endo conpasion | de vos n¡n dela rrepublica de vuestro | rregno lo qual es grand maldad | e pequeño rreconosç¡mento delos bienes | que les vos auedes dado /. |

11737 Iten por quanto de suso es fablado | delos estados /paresçe a vuestra dicha | fija e vuestros dichos subditos que gene|ral mente en este rreyno en todas ma|neras e condiçiones de gentes los | estados son muy demasiados /las | costas asy de vestiduras E | çinturas e caualgaduras e guarn¡|m¡ento de cauallos como espensa | de voca muy sobre pujables es | muy fuerte mente de tener que por los | males que dende vienen de cada | dia dios non se ensaña e destru|ya aqueste rreyno sy bien ayna non | se prouee /. |

11838 Iten quanto A vuestro buen consejo enel | non se ha ten¡do tal orden como perte|nesçeria ca asy como vno es enel | rreçeuido como quier que ende non debria | auer saluo buenos omnes prouados E || [109v.b] sabios asy letrados como caualleros | en conben¡ble Numero syn grand | muche dunbre los quales ou¡esen de | vos salario e manten¡m¡ento e non de | otro señor alguno e tou¡esen el ojo | A vuestro bien e onrra e a conseruaçion | de vuestra corona e señoria e al pro|vecho de vuestro rreyno contesçe muchas | veses que para la grand muche dunbre | que enel es /las petiçiones que vos | son fechas por vuestros provechos son | enpachadas E quando alguna buena con|clusion se toma asy como muchas | veses contesçe fynca syn se poner | en esecuçion avnque vos toque muy | grande mente la qual falta viene | asy por los de vuestras rrentas por | quanto rrem¡san de dar el d¡nero nes|çesario para la dicha esecuçion segund | pertenesçe como por algunos otros que non | tienen bien el coraçon en vuestros fechos | sy se deuen delibrar algunos enbaxa|dores asy estrangeros como otros ly|bre mente segund conbiene syn les fa|ser luenga mente musar son por esta | rrason enpachados e quando vna bue|na conclusion es tomada con madu|ra deliberaçion de consejo non se debria | quebrantar aparte por los mas pocos | asy como omne vee asas veses |

11939 Iten es grand daño de auer tantas | querellas como de presente ay por el luen|go libram¡ento que vuestro consejo fase || [110r.a] enlos negoçios que tanen ala fer|mesa de vuestro rreyno ca ay estan | de presente el señor de monson | el visconde de morante e los de | la Rochella querellosos e descon|fortados por quanto vuestro dicho conse|jo non los prouee sufiçiente mente | en aquello que ellos procuran por la | conserbaçion de vos e de vuestro rrey|no e disen les algunos dellos que | sy otra prouision non les es fecha | que a ellos es forçado de tomar partido | e se aben¡r con vuestros enem¡gos por | lo qual vos sedes en cam¡no de | perder muche dunbre grande de va|sallos e fortalesas e non des|plega alos de vuestro consejo /ca | puesto que ellos non fueron ayunta|dos /n¡n llamados para estas cosas | debrian ellos cada vno por su | parte fablar e procurar /e buscar los | buenos rremedios que se deuen faser | e poner sobre tales  [#104] fechos que tanto | toca al bien de vos e de vuestro rrey|no pero ellos son fallados en tanta | e tal negligençia que omne la puede | bien llamar culpa /ca non vee omne | punto de rrason que faga por su escusa|çion ante le es forçado de des¡r que | enellos /o en alguno dellos yase la | dicha falta /. |

12040 Iten quanto al fecho dela Justiçia de | vuestro rreyno e primera mente açerca de | vuestra corte de parlamento que es la so|berana e capital corte dela jus|| [110r.b] -tiçia de vuestro rreyno ella non es Asy | gouernada como solia /ca en ella se | solian poner grandes clerigos por esçelen|çia e notables omnes de onrra e de hedad | prouados en derecho e en justiçia e por | la grand nonbradia della e la bue|na ygualdad que ella ha guardo syn fa|bor de qual quier persona non sola mente | las estrañas nationes cristianos (sic) mas | algunas veses segund se dise moros | an /de ella ven¡dos a rresçevir juysio mas | de algundtienpo aca por favor de amygos E | de parientes e por ynportun¡dad de rrue|gos e en otras maneras algunos mançebos | non sabidores delos fechos dela justiçia | e non dignos de tan alta sylla son ay | puestos por lo qual la abtoridad E | nonbradia /dela dicha corte es /bien fu|erte mente amenguada /e otrosy ay en ella | otros males conbiene a saber que enla dicha | corte ay muchos que son fijos hermanos | primos sobrinos yernos e cuñados en | vno e ay atal que asy en linaje como | en otro parentesco tienen Nuebe /asy como | es el primo presidente E pero es asy que | dies dela dicha corte /pueden faser vn | arresto e por tal multiplicaçion de paren|tesco e de afin¡dad e tal muche dunbre | de mançebos como y ha se podrian segir | muchos grandes peligros e ynconbenyentes /. |

12141 Iten enla dicha corte son muchos pleitos | de pobres gentes e otros fechos ya | como ynmortales e non fasen las dichas | gentes de parlamento tal libram¡ento como | de rrason debrian faser /. |

12242 yten quanto es ala camara delas cuentas | ally se fallaran todos los menoscabos || [110v.a] ca ally son todos los fechos soterrados | e como quier que despues de poco tienpo aca sean | puestos algunos Nuebos ofiçiales en pero | onbre non entiende que alguna rreparaçion sea | enello fecha entre los quales Nuebos fue | puesto por grand ynportunidad /a alaxandre | el bos¡er que ha seydo luengos tienpos rres|çeu¡dor general delas ayudas /El qual | non ha afincado todas sus cuentas se|gund se dise e asy vos podedes en |esto ser /muy grande mente engañado en vuestro | muy grand daño /ca aquel que deue ser emen|dado es puesto por rreformar alos otros /. |

12343 Iten por mejor poner sus fechos en pla|tica Juan gautier que era su escriuano fue | puesto enel dicho ofiçio dela rreçebta | general /. |

12444Iten como quier que por las ordenanças rrea|les e por los juramentos que se suelen to|mar alos rresçeuidores contadores teso|reros e otros ofiçiales dela fas¡en|da del rrey las tenençias e limos|nas deu¡an ser pagadas antes de to|das otras cosas /non enbargante esto | por sufrem¡ento e disymulaçion delas | dichas gentes /delas cuentas /la dicha | ordenança es muchas veses quebran|tada segund se dise /. |

125[#106] 45 Iten quanto al fecho dela cuenta de | los generales dela justiçia pares|çe que tal muchedunbre de ofiçiales | por fecho delas ayudas son syn | prouecho e en destruyçion dela fas¡enda | del rregno e A carga del pueblo /ca || [110v.b] en este rregno ay muchos desle|ydos e desergentes so los di|chos esleydos /los quales rre|çyuen asy de salarios como | de dadibas //grand quantia lo | qual se podria bien escusar /. |

12646 Iten eso mesmo como se fa|bla delos otros ofiçiales pues | son puestos syn cuento e por | afincam¡ento de Am¡gos /asy conbie|ne fablar delos generales | de la justiçia /ca enel tienpo del | rrey carlos /non au¡a saluo vno | o dos /asy sobre fecho de las rrentas | como dela justiçia e de presente | sobre la justiçia asy siete to|dos a perjuysio de vos e dela | rrepublica /de los quales cada vno | l¡eua m¡ll libras que valen m¡ll | e quin¡entas coronas de salario e | tres consejeros delos quales cada | vno l¡eua dos¡entas l¡bras syn los | notariosdeputados a cada ofiçio | e el postrimero general que fue pue|sto despues de poco tienpo aca que llaman | jaquete leogre de todo entodo /non | usando de ofiçio de judgar fue | puesto e ynstituydo /por el prebos|te de paris /des¡endo alos otros ge|nerales /m¡s señores conbiene quevos | me fagades vn pasa derecho ca el | es m¡ pariente /. |

12747 Iten quien quisiere fablar delos mae|stres delas rrequestas de vuestra casa || [111r.a] delos otros ofiçiales a judgam¡ento | los quales todos solian ser fe/|chos por grand deliberaçion dios | sabe como ay que des¡r ca el tienpo | pasado se pon¡an omnes ançianos | e prouados que conosçian /las cos|tunbres deste rreyno e sabianrres|ponder /a todas suplicaçiones | rrequestas que eran dadas /e las sy|nauan /E esto fecho eran despa|chadas enla chançelleria E ago|ra se ponen ay omnes mançebos non | esprouados n¡n sabidores e que non | espachan cosa saluo por la bo|ca del chançeller E por esta rrason | ha contesçido que ou¡eron a ser pues|tos otros muchos estra ordinarios | por suplir sus negligençias los | quales han grandes dadiuas en /| perjuysio de vos señor /. |

12848Iten quanto al fecho dela chancelleria | muy bien se sabe queel chançeller de | françia ha au¡do muy grandes traba|jos /enel dicho ofiçio /e que el es bien | digno de auer grandes prouechos de | vos toda via syn perjuysio dela | rrepublica /mas como quier que por su | salario ordinario el non debria | auer /saluo tres m¡ll libras pare|s¡nes e por aquesta suma /se | debria contentar /esto non enbargante | despues de veynte Años Aca poco | mas /o menos /el ha tomado A|llende delas dichas tres m¡ll libras | cada Año otras tres m¡ll libras por | manera de preu¡sion e salario estra|| [111r.b] -ordenario e allende desto doss | m¡ll francos de dad¡ua en cada | vn año sobre la rrenta del del (sic) | syllo e asy ha leuado cada | año allende de su salario çinco | m¡ll E quin¡entos francos sobre la | rrenta del dicho syllo /. |

12949 Iten allende de aquesto toma El rre|gistro delas cartas e delas quitan|ças que monta cada vna veynte su|eldos e asy monta al Año vna | grand quantia /. | ¶ Iten ha tomado allende delas | cosas suso dichas doss m¡ll fran|cos de dad¡ba sobre las ayudas | que son fechas para la guerra /. | ¶ Iten ha tomado e toma cada año | para sus rropas /dos¡entos francos | ¶ Iten ha tomado e toma cada año  [#108] | sobre el tesoro por su caualleria de | quin¡entas a seysçientas libras /| ¶ Iten allende delas cosas sobre | dichas ha au¡do muchas grandes | dad¡uas /sobre las tallas pues|tas /despues del dicho tienpo aca que | se pueden estimar A muy grand /| quantia de d¡neros |

13050 Iten ha pagado e sellado ligera mente | cartas de dad¡uas demasiadas syn fa|ser grand rregistençia asy como pertenesçia | al bien dela rrepublicaalas quales cosas | el debria rregistyr de todo su poder | por …ido al ofiçio que el ha e estas | cosas particulares seran falladas por las cuen|tas de m¡guel de sabran alexandre e bol|ser e otros que en ello han mojado sus sopas /.||

131[111v.a] ¶51 Iten mas declarar /el articulo | de suso sera fallado quien qui|siere visytar /las cuentas de m¡|guel de sabon e alexandre el | bosier e de otros resçebidores ge|nerales quin¡entos m¡ll francos | /o çerca destas tales dadiuas | delas quales dadiuas el dicho chan|çeller ha sellado las cartas /non | enbargante queel sepa bien que la di|cha rrenta es ordenada para El | fecho dela guerra e non para tales | vsos delo qual es segu¡do grand | daño a vos e a vuestro rregno /. |

13252 Iten en la dicha chançelleria viene | muy grand prouecho de d¡nero por | rrason del sello /lo qual monta muy | grand suma e son gouernadas | las rrentas del dicho sello por | maestre enrrique manlue [audiencier] maestre | Juan bude contador dela dicha | chançelleria e delo vuestro lieuan | dobles salarios conbiene A saber | de notario e de secretario syn sus | bolsas e l¡euan asy dadiuas | e prouechos demasiada mente en | tal manera es gouernada la rrenta | dela dicha chançelleria que bien poco | de prouecho viene A vos como quier | queel prouecho del dicho sello es | bien grande E quanto es del derecho | de los notarios como quier que ellos | toman consigo algunos quales por bien | tienen para rrepartyr cada mes A /| cada vno sus bolsas esto non | enbargante ellos fasen lo que quieren | de como ellos se gou¡ernan sera de|clarado mas conplida mente quanto mes|ter sera /||

133[111v.b] ¶53 Iten enla dicha chançelleria hay mu|chos notarios que muy negligente mente | syrben en ella e otrosy ha muchos | que non saben serb¡r en françes n¡n | en layn non enbargante esto | l¡euan gajes E parte delas bolsas | e prouechos los quales han conpra|do los ofiçios mas por alcançar | fas¡endas e se aprouechar de vos | por dadiuas e por otras maneras | que por el bien de vos e dela justi|çia /. |

13454 Iten es ven¡da querella a vuestra | dicha fija e a vuestros dichos subdi|tos asy por parte dela villa del | puy de muchos mercaderos de ende|rredor como de otras tierras que muchos | de vuestros ofiçiales daqueste rreyno se | han yngligente mente enla vsança de | sus ofiçios non sostienen a vuestros le|ales subditos en justiçia e buena | gouernaçion como pertenesçia e asy | ellos fasen contra vuestra ordenança fe|cha e publicada /sobre la ynstituçion | delos ofiçios /. |

13555 Iten eso mesmo se fallan muchos | ofiçiales de vuestro rreyno que tienen muchos | ofiçios que non caben en vna persona | contra vuestras ordenanças  [#110] reales e | los fasen serb¡r por procuradores los | quales por diuersas maneras que fallan | l¡euan grandes quantias /de vuestros po|bres subditos /|

13656 Iten e non e de olu¡dar como despues | de algund tienpo aca vuestra moneda es grande | mente amenguada e achicada en peso | e enley tanto que vn escudo es de menos || [112r.a] valor dos sueldos que non solia | las blancas dobles de vuestro dinero | por pieça /o poco menos /lo qual es | grand engaño de vos e de todo El | pueblo /ca quando vn omne ha vendido | mercaderias de çient escudos e le | pagan escudos Nuebos /el falla en|gaño do (sic por de) dose francos e asy este | rregno es despojado e vasio de | toda buena moneda /ca los canbiadores | e los lonbardos cojen todo el buen oro /| la vieja moneda fasen sus pagas | en moneda Nueba e conbiene que se sepa | quien ha procurado que esta moneda sea asy | menguada como quiera que la fama | es que el preuoste de paris e El | preuoste delos merchantes e m¡chau | vayler /los quales han traydo asy | el conosçim¡ento delas monedas e enpa|chado a los otros maestres dela moneda | que non se entre metan mas en ello /. |

13757 Iten puesto que aquellos A quien es fecho | mençion de suso vos fagan algun proue|cho de alguna quantia por ocasion de | la dicha moneda /toda via aquello non podria /| ser tanto que conparante ala grand perdi|da e daño que vos e el rreyno | auedes asy como mas clara mente | por gentes que desto han conosçençia se|ra declarada /. |

13858 Iten como quier que vuestra dicha fija E | vuestros dichos subditos vos han de|clarado en breue muchos malos | vsos e culpas e faltas delos | de suso dichos /toda via avn non | basta /ca muchos dias avn non | bastarian a vos esponer el mal|| [112r.b] gouernam¡ento delos de suso dichos e de | sus semejantes e las faltas que | ellos han fechas contra vos /en | vuestro grand perjuysio e daño /E | por quanto /muchas otras personas | en grand Numero son culpables de | las cosas suso dichas /las quales | personas çiertas otras cosas / declaran | a vos e A mo señor de gu¡ana vuestro | fijo /primo gen¡to e a los otros nuestros | señores de vuestra sangre /quando mes|ter seran e vuestra dicha fija e vuestros | dichos subditos /sobre seeran agora | de presente esperando de vos esponer | mas larga mente lo que finca en su tienpo | e lugar /por bien de vos e de vuestro | rregno /.|

13959 E nuestro muy temedero e soberano señor | por benir al abisam¡ento conforte e ayu|da /que vos auedes demandado a vuestros | prelados nobles omnes /burgeses que vos | auedes de presente mandado /venyr A vos /| vuestra dicha fija e vuestros dichos subditos | querrian bien que plugu¡ese A dios que les | fisiese /graçia de vos poder consejar sabia | mente e abisar grande mente confortar | virtuosa mente ayudar /ca alo faser | son prestos e aparejados de poner su | estado su vida /de muy grand coraçon | e leal voluntad /asy como ellos deuen | faser asu soberano señor que por cosa | del mundo non dexaran delo asy faser | e asy lo han conbenydo ala fyn muy | solepne mente en su general ayuntam¡ento /ca ellos | se entienden ser muy tenidos e muy obligados | a vuestra rreal majestad /asy de natural e le|al obligaçion como por muchos bienes onrras | que les vos auedes fecho /.||

140[#112] [112v.a] ¶ primera mente por vos abisar /a fyn | que vos plega de rremediar enlas | cosas de suso dichas paresçe que para | auer presta mente d¡nero / mas ayna | que por qualquier otra via es muy nesçe|sario e conben¡ente manera /otra que sea | la cosa non se puede buena mente fa|ser que vos çerredes la mano alos | gouernadores de vuestras rrentas todos | syn sacar ninguno aque ellos sean lança|dos /de todo punto de sus ofiçios | eso mesmo que todos sus bienes mue|bles e rrayses sean puestos en vuestra | mano avn que vos seades seguro | desus personas fasta que ellos ayan | dado cuenta conpago de su Adm¡n¡s|traçion E gouernaçion e sy adios | plase vos les faredes aquello que | pertenesçera /segund rrason Justiçia /|

14160 Iten es nesçesario e conpledero que des|de agora vos anuledes e cansedes (sic) | todas dadiuas e merçedes e mante|n¡m¡entos estra ordinarios e que luego | mandedes ven¡r a vos todos los | rrecabdadores e rresçeu¡dores /E | rreçebtores asy de vuestras rrentas | rreales como delas ayudas e eso | mesmo los contadores /les defen|dades /desde agora /sopena /de | prençion e de confiscaçion e de todas | las otras penas que vos trayan todo | el d¡nero que ellos podian afinar | e que por mandam¡ento algunongouernam¡ento | n¡n por otra manera alguna ellos non den d¡|nero saluo aquellos que vos ordenar des|de Nuebo /E otrosy que trayan todas sus|| [112v.b] cuentas e otras escripturas de que se qui|sierenayudar e quando ellos seran ven¡|dos que so las dichas penas non fa|blen con algunos delos dichos gouerna|dores /n¡n con los que les /dan fa|uor e ayuda /. | ¶61 Iten por auer otro d¡nero /presto es | conplidero e nesçesario que visto | que vuestras ayudas fueron ordenadas | acordadas para el fecho dela gue|rra e defensa de vuestro rregno non | por otros vsos vos desde agora | rrecojedes en vos e metades en | vuestra mano todas las ayudas /de | vuestro rregno /la qual cosa vos pode|des e deuedes faser /parando m¡en|tes que ellas son vuestras e non deuen | ser enpleadas n¡n conbertidas en | otras cosas /que enla dicha defensa /sy | el caso non fuese tal que lo rreque|riese e considerando que a vos es | grand mester delo faser asy segund | paresçe clara mente ninguna persona non | lo deue tener a mal /e sobre aquesto | vos plega auer /en memoria la | grand gobernança del buen rrey carlos | vuestro padre que dios perdone que asy | notable mente enpleo las dichas | ayudas en su tienpo que el echo fue|ra /de su rreyno los yngleses | sus enem¡gos E rrecobro /onrro|sa mente las fortalesas que eran | fuera de su poder e fiso muy gran|des edifiçios e con todo eso eran | sus gentes e sus ofiçiales muy bien pa|gados e contentos e otrosy dexo grand | fas¡enda tesoro fermosas joyas /.||

142[113r.a] ¶62 Iten sy las cosas de suso dichas | non bastan para vos ayudar /pa|resçe que considerando que vos | auedes delo vuestro en muchos e | diuersos lugares delo qual vos | podedes tomar /ca ello es todo ve|n¡do de vuestra fas¡enda como | de suso dicho e asy mu|chas personas como vos /seran | nonbradas fasta en quantia de | m¡ll e quin¡entos e çetera que son | rricos /grandes e poderosos | e que pueden e deuen soportar | a los pobres que son agora rro|bados como vos sabedes /delas | quales dichas personas non ay n¡n|guna /que vos non pueda /prestar syn | menoscabo de sus fas¡endas vno | con  [#114] otro /çient francos que montara çiento | e ç¡nquenta m¡ll francos /vos po|dedes auer /la dicha quantia dellos | syn los mucho agrabiar /e despues | ser les ha fecha restituçion por | çierta manera que se podra bien fa|llar /. |

14363 Iten para resçeu¡r todas vuestras | rrentas asy de vuestra fas¡enda | e delas ayudas como por las ma|neras suso dichas seria conbenible que | fasta que otra mente fuese proueydo fue|sen ordenadas çiertas /notables | e buenas e leales personas que dudan | Amar Adios a vos /non sospecho|sas /de auariçia n¡n de codiçia de | alcançar mucho /e que non sean /entreme|tidas de los malos vsos de suso | dichos e que non sean en grand Numero || [113r.b] las quales /ayan salarios Aten|prados syn auer n¡nguna (sic) dad¡uas | a las quales dichas personas seran | encargadas todas las dichas rrentas | e despendidas /por ellos e non por | otros conbiene A saber vna partida | por vuestro estado e el dela rreyna | de mo señor de gu¡ana /asy | como pertenesçe e como bien vos | paresçera non por mandam¡entos e pon¡|m¡entos e descargos como es acostun|brado mas todo en d¡nero contado | porque non aya tantos /comedores e | que vengan a vos mas dineros la | otra parte para ganar los salarios e | gajes que vuestros serbidores e otrosy | tenençias e l¡mosnas por rrepa|raçiones de vuestras casas la otra | para la guerra e defensa de vuestro | rreyno e para las cosas que bien vos | paresçera e lo que sobrare /sea | bien guardado /en vuestro tesoro para | vuestras nesçesidades [como bien le parecera] /. |

14464 Iten quales dichas personas asy es|cogidas seran tenydos /los dichos | rrecabdadores e contadores que han de | ser llamados como de suso dicho | es de mostrar sur verdaderas cuen|tas /. |

14565 Iten quelos escriptos de la despensa | ordinaria delas casas vuestra e | dela rreyna e de mo señor de gu¡|ana sean delegente mente vistos | vuscados e por ellos sera visto | e conosçido clara mente que monta e | puede valer en cada vn Año la || [113v.a] dicha despensa delas dichas casas | /la qual non monta tanto con dos¡|entos m¡ll francos [o al menos de una muy gran quantia] /los quales | l¡evan /los gouernadores e adm¡|n¡stradores dellas /asy delas ayu|das como delas rrentas /de vuestro | señorio e despues fase los tor|nar en dad¡uas para sy e para sus | Am¡gos /e aliados / en otras | maneras sotil mente e maliçiosa | mente buscadas /. |

14666 Iten quanto al fecho dela corte del | parlamento es mester que aquellos que | seran fallados non sufiçientes de | /ocupar a tan alta sylla sean dende | tirados en sus lugares /sean | buscadas notables e sufiçientes | e buenas personas /segund la abtori|dad dela dicha corte rrequiere e | non aya ay gente de tal manera | como dicho es /E quanto esto sean | ten¡das las ordenanças e esta|tutos antigos /|

14767 quanto es al fecho delos generales | delas rrentas dela justiçia delos | tesoreros e delos contadores | e de sus fasedores e de sus escriuanos | sea proveydo notable mente tornando | al Numero / salario antigos /|

14868 Iten enla camara delas cuentas | eso m¡smo como quier que en ella | aya algunos buenos omnes /asy | antiguos como Nuebos /los qua|les /vos deuen [#116] abisar delas | faltas suso dichas /o en otra | manera ellos non farian bien su deber ||

149[113v.b] ¶69 Iten quanto al fecho delos esleydos | de vuestro rreyno e eso m¡smo de | los rresçeu¡dores delas ayudas | paresçe que por el bien de vos de | vuestro pueblo /A fyn que vos ayades | mas rrentas /los jueses e rres|çeu¡dores ordenarios delos lu|gares ou¡esen la carga de aque|llos ofiçios e en aquesto vos | ganariades muy grand quantia de | d¡neros /los quales l¡euan los dichos | esleydos e rresçebtores asy en | dadiuas como en salarios /. |

15070 Iten paresçe que se debria escojer | por buena verdadera esleçion | çiertos buenos omnes cuerdos e sabios | para estar en todo e por todo en vuestros | consejos con los de vuestra sangre | e asy leal mente e osada mente | syn n¡ngund temor o enfynca vos | consejar abisar /sobre los fechos | de vos e de vuestro rreyno syn auer | acatam¡ento n¡n cura ninguna A otra cosa | qual quier que fuese /saluo tan sola | mente al bien de vos o de vuestro | dicho rreyno e que en fas¡endo esto /| ellos fuesen guardados e soste|n¡dos /por vos e por vuestra buena | justiçia en tal manera que todo lo que | ellos abisasen e ordenasen por | vuestro bien e prouecho fuese puesto | en esecuçion syn contraridad Al|guna e allende de los juramentos que ellos | han fechos /les debrian tomar otros | Nueba mente e solepne mente sobre | lo que de suso es tocado /. |

15171 Iten paresçe que se debria otrosy proueer | enel fecho delas fronteras asy de py|cardia como de gu¡ana e delas otras || [114r.a] vuestras tierras ordenando e pon¡endo | a parte alguna rrasonable quantia de mo|neda /para la guarda e defensa de | las dichas fronteras e para contes|tar ala mala enpresa delos ene|m¡gos deste rreyno en tal manera | e asy conben¡ble mente en tal | manera que non se pueda /dende suir | algund daño /. |

15272Iten es de prouer alos daños que por | los preuostes e fieles vienen | de dia en dia /en espeçial A | los pobres e synples gentes e | paresçe conben¡ble de buscar e abi|sar buenas e sufiçientes personas | para esto e que ayan salarios rraso|nables e tengan por vos en guar|da e encom¡enda las dichas pre|uostades e fieldades /las quales | mantendran e guardaran vuestros derechos | syn fauor /o mal querençia de qual | quier que sea e syn agrau¡ar las | pobres gentes en leuar dellas al|gunas cosas /non deu¡da mente bus|cadas /segund que los dichos | preuostes e fieles han acostun|brado /de faser vsando mal | dela justiçia e buscando çinco | pies a vn cordero /que non tiene | mas de quatro e otrosy los dichos | preuostes por ocasion delas dichas | exaçiones han acostunbrado de poner | los f¡eles delas dichas preuos|tades en mayor presçio de quanto | deu¡an e asy es la la (sic) justiçia | vendida en sus manos E | por ellos las dichas gentes po | bres /destruydas E ellos en|rrequeçidos /.||

153[114r.b] ¶73 Iten por las dichas ynconben¡entes | son muchos grandes e ay algunos | otros muchos que son syn numero | alos quales parando mientes | el luengo tienpo que ha durado E | los grandes ladron¡çios /que enco|bierta mente e so colores estra|ños e buscados /son cometidos | en vuestra grand destruyçion non se | podria fallar rremedio asy en bre|ue tienpo e prouision qual /conplia A | [#118] vuestra dicha fija e /vuestros dichos su|ditos (sic) se esfuerçan a trabajar enellos | con diligençia e se enplear en esto | de todo su poder e aquello que ellos po|dieren abisar por bien de vos E | de vuestro rreyno ellos lo noti|ficaran muy om¡ll mente /. |

15474 Iten vuestra dicha fija e vuestros dichos | subditos vos suplican asy | muy om¡ll mente e con tanta yns|tançia como pueden que para veer e | entender con diligençia rremediar /| en las cosas suso dichas /e para | saber aquellos que demasiada mente | han medrado /de lo vuestro syn cab|sa rrasonable e para los corregyr | asy como perteneçera vos ple|ga cometer esto A algunos delos se|ñores de vuestra sangre los quales | llamando consygo algunas buenas per|sonas /leales e sufiçientes /que | non sean delos suso nonbrados | n¡n de su condiçion mas syn nota de | sospecha e de maldad e de codi|çia e de abariçia podran por vuestra ab|toridad segund que bien paresçera || [114v.a] pun¡r e correger e rreformaraque | llos que ou¡eron errado de qual quier | abtoridad que sean e asy los | gouernadores e comedores del tienpo | pasado como del presente vos seran | larga mente nonbrados quanto mester | vos sera /. |

15575 Iten que vos plega mandar E | ordenar alos prelados nobles | burgeses /delas prou¡nçias que | aqui agora estan que vos nonbran /| eso m¡smo los de sus pronçias | que han fecho faltas enlas dichas | cosas /ca ellos deuen mejor conos|çer los que han errado en sus luga|res que nos desde aca /. |

15676 las quales cosas nuestro muy teme|dero e soberano señor vuestra dicha | fija e vuestros dichos subditos | vos esponen muy om¡ll mente como | aquellos que ante toda cosa munda|nal desean vuestro bien e onrra e | conseruaçion de vuestra corona e se|ñoria e non lo dise vuestra dicha | fija por auer /por ello n¡nguna em¡enda | tenporal mas por faser /su de|uer çerca de vos /e por des¡r | la verdad ca /cada vno sabe | que ella non ha acostunbrado de | auer ofiçios n¡n prouechos tales | n¡n se entremeter /sola mente | de su estudio e de traer A | memoria esto que dicho es por vuestro | bien e onrra quando el caso lo rre|queriere /e como quier que por muchas | veses ella sea ven¡da A || [114v.b] vos e a vuestro consejo por vos | mostrar muchos delos males /| vsos nunca es fecha prou¡sion al|guna /sobre ello por lo qual vuestro | rreyno es En grand daño E | a ventura tanto que mas non puede | e conbiene que esta ves que todos vuestros | buenos e leales subditos fagan su | deuer e se descarguen çerca de vos | e por ayudar e traer este fecho A ese|cuçion vuestra dicha fija e vuestros dichos | subditos suplican con grand ynstan|çia a vuestra muy temedera señoria | a mo señor el duque de gu¡ana vuestro fi|jo primo gen¡to e amonesten A mo | señor de borgoña vuestro primo /el qual | tienpo ha ya /començo esta santa pro|secuçion e prometio dela traer a final | conclusion syn escusar /cuerpo n¡n fas¡|enda /conel qual se yunto vuestra dicha | fija considerando aquesta cosa ser | rrasonable justa e prouechosa E | nesçesaria por bien de vos e de vuestro | rregno /mas /por los grandes enbar|gos e enpacham¡entos que despues han | puesto maliçiosa mente e sotil mente | aquellos que por vos estonçes gouernaron | las rrentas de vuestro rregno la cosa | ha seydo alargada asy como avn | aquellos que el dia de oy gou¡ernan las | dichas rrentas se esfuerçan por todas | maneras dela enpachar  [#120] segund pares|çe e rrequiere /otrosy vuestra dicha fija | vuestros dichos subditos alos señores | de / [blanco por Nevers] de vyrtud charles | de babiera e de lorrayne al señor | conde estable los maricales de || [115r a] françia los grandes maestres salas /| al alm¡rante al capitan delos va|llesteros /e general mente ala ca|ualleria e escuderia de vuestro rreyno | la qual es establesçida para conser|uaçion de vuestra corona e segurança | dela rrepublica a vuestros consejeros | e otrosy alos otros vuestros buenos [e leales] | subditos que eso m¡smo cada vno | segund su estado faga su deb|do leal mente /çerca de vos /E por | quanto algunos delos suso dichos han | dicho publica mente que aquesto que vuestra dicha | fija vos dise viene por malquerençia | e rrelaçion /de pocos omnes que pueden ser | quatro /o çinco /plega vos saber nuestro | muy temedero e soberano señor que | vuestra dicha fija non ha acostunbrado | de se enformar por esta manera mas | ha seydo enformada /por la cosa | que es del todo clara /e notoria / | asy ev¡dente que non ha omne de tan peque|ño entendim¡ento en esta plaça que non | entienda clara mente el malo e des|leal gouernam¡ento de los suso dichos | e de muchos otros sus semejables | e otrosy le han seydo enbiados por | muchos buenos omnes grandes e nota|bles personas que soberana mente Aman | vuestro bien e onrra e que non dudarian de|s¡r cosa contra verdad muchas çedulas | e memoriales por abisar A vuestra | dicha fija delas cosas suso dichas | delas quales han seydo madura mente | abisados e enformados e la dicha | solepne mente concluydo enel gene|| [115r.b] -ral ayuntam¡ento de vuestra dicha fija por | muchas veses fecho por esta rrason | e ya por tales palabras non | ganaran su pleito ca por ellos n¡n | por otros quales quier de su condiçion | e voluntad ella non callaran la verdad | delante vos todas vegadas que | de vuestra buena graçia vos plasera | escuchar la e ha concluydo vuestra | dicha fija de prosegu¡r diligente | mente e om¡ll mente /syn delacçion /| çerca de vos rreparaçion delas co|sas /suso dichas /ca /otra mente | ella non faria su deuern se des|cargaria su conçiençia e lealtad | çerca de vos /. |

157[Anejo]

158¶ Iten e por que muy soberano señor | vuestra rreal majestad /sepa e enti|enda que vuestro rreyno e vuestra fas¡|enda /asy en d¡nero como En jus|tiçia se pierde e gasta de cada | dia por malos ofiçiales e poco | cuydado delos de vuestro consejo | quanto A vuestro consejo /que non curan sal|uo de sus propios yntereses vuestra | fija la vn¡uersidad e los sobre | dichos vos denunçian las rrentas | que vos auedes asy de ayudas | que se entienden pedidos como de or|denario e otras cosas que se hanacos|tunbrado en vuestros rreynos de ordi|nar¡o e estra ordenario e las | ayudas montan doss m¡llones de fran|cos e dos¡entos m¡ll con lo delos | señorios /. |

159¶ Iten primera mente señor la vuestra | buena villa de paris vos rrende con || [115v.a] las ynposiçiones cada vn año quin¡|entos e veynte m¡ll francos /. |

160¶ Iten la vuestra tierra de normandia de | que es cabeça la buena çibdad de rroan | con las tierras e çibdades que en ella son | e con el ducado e condados tran|que villa e haricones (Harfleur?) e muchas varo|n¡as e señorios /vos rrinden de |  [#122] derechos e otras /cosas syn las ayudas | tres¡entos e çinquenta m¡ll francos |

161[¶] la tierra de picardia con la çibdad | de am¡en e rreynos e otras muchas | çibdades e señorios e condados | vos rrinden dos¡entos e sesenta | m¡ll francos /. |

162¶ Iten la tierra del ducado de guiana con | la rrochella que es enel do son las | çibdades que son en vuestro señorio syn | quatro çibdades que el rrey de yngla | terra enel dicho ducado tiene e posee | que son burdeos e vayona sant | seber e aques /las vuestras son ve|ynte e doss rrinden tres¡entos e | quarenta m¡ll francos /. |

163¶ Iten la tierra de languados /do es | la çibdad de tolosa e otras | dies çibdades vos rrinden do|s¡entos e veynte m¡ll francos | de derechos /. |

164¶ Iten el dolfinado /vos va|le çient m¡ll francos paga|dos los castillos e vuestro consejo | aquien ally esta en rregim¡ento de | la tierra e pagados los varones | della /. |

165¶ Iten la buena çibdad de leon | de sobre el rruedano con tierra de || [115v.b] leon¡s /vos vale çiento veynte | m¡ll francos /. |

166¶ Iten tierras de aluern¡a vos va|len çiente m¡ll francos /. |

167¶ dexando señor A otra parte los | ducados de vergoña con flandes | e todos sus señorios ducado | de verry con todos sus señorios | ducado de boruon con todos sus se|ñorios /ducado de orlynes con | todos sus señorios /ducado de an|geos con todos sus señorios du|cado de bretaña /ducado de var | con sus señorios /ducado de tra|uedes /derechos e ayudas delas quales | poco viene /A vuestra mano /por cabsa | que los señores lo ocupan /etc.]

168iii¡ m¡llones cc lxvi[m] francos

Texte français

169[#87] A nostre tres hault et tres excellent prince nostre [très redouté et] souverain seigneur et pere. S’ensuivent les poins et les articles, lesquelz vostre tres humble et tres devote fille l’Université de Paris, vos tres humbles et [très] obeissans subgetz le prevost des marchans, les eschevins et bourgois de vostre bonne ville ont fait, à vous bailler confort, aide et advis comme vous le requerez, pour le prouffit, honneur et bien de vous et pour la chose publique de vostre royaume.

170I. Premierement sur le premier point touchant l’entretenement de la paix entre aucuns seigneurs de vostre sang, laquelle chose de vostre majesté royale aesté exposée, dient les devantdiz que ceulx des bonnes villes et les autres qui àpresent sont venus à vostre mandement ont ce [très]benignement juré et promise et tousjours tendu jusques à maintenant entretenir et ce Dieu plaist entretenront. Mais il nous semble que vous devez mander autres seigneurs de vostre sang et leurs principaulx serviteurs [et vassaux] pour pareillement jurer et promettre et en vostre main, l’entretenement de ladicte paix comme le[s devantdits ont fait et pour] plusieurs causes : l’une pour ce que oncques mes ne la jurerent en vostre main; l’autre pour ce que il semble que aucuns ne la tiennent pas deuement.

171II. Item et qu’il soit vray qu’il est tout notoire que les Anglois sont en vostre royaume et plusieurs autres gens d’armes tant de vostre royaume que d’autres pais quilz sont ensemble par maniere de compaignie, gastent et destruisent voz pais et subgiez dont plusieurs plaintes et clameurs sont venues et viennent de jour en jour de plusieurs parties de vostre royaume, à quoy petis remede y est mis et la cause du deffault sera declarée cy apres.

172III. Item et aussi le conte d’Armignac, qui est vostre subget, n’a tenu compte, ne tient de ladicte paix, ainçoys a tousjours maintenu et fait guerre en vostre royaume, si comme on dit.

173IV. Item et affin que ladicte paix soit mieulx entretenue, il semble que vous devez ordonner voz lettres royaulx, esquelles soit incorporé la cedule de ladicte paix adressant à voz officiers et autres que bon vous semblera, pour icelle faire publier et promulguer et les transgresseurs punis ainsi comme qu’il appartendra.

174V. Et quant est au second point, nostre souverain seigneur, où vous demandez advis, confort et aide, vostre tres bumble fille et voz loyaulx subgiez dessusdis, desirans de tout leur cuer vostre bien, utilité et honneur de vostre royaume et la continuacion et conservacion de vostre seigneurie, ont esté plusieurs fois sur ce assemblez, et voians le grant besoing qui est de vous exposer les faultes qui vous sont [faites et à la chose publique] de vostre royaume, commancent à parler de voz finances dont vous devez soustenir et maintenir vostre estat et conserver vostre royaume.

175VI. Et premierement sur le fait des finances de vostre domaine, lesqueles se doivent distribuer en quatre manieres : la premiere en paiement des fyez et aumosnes de la despence de vous, de la Royne et de monseigneur de Guienne, [#89] vostre aisné filz; es gaiges de voz serviteurs; es resparacionsde vos pors, pons, passages, chaussées, fours, molins, chasteaulx, hostelz et edifices; et le demourant mettre à l’espargne, comme enciennement se faisoit.

176VII. Item appert clerement comme lesdictes finances [ne]sont emploiées es choses dessusdictes, qui est à la charge de voz tresoriers, par lesquelz est distribuée ladicte finance. Et voit l’en souventesfoiz povres religieux et religieuses d’abaiees, hospitaulx et Maisons-Dieu, user leur temps en poursuites et mises aux degrés du tresor, sans avoir deue expedicion, par quoy leurs eglises cheent en ruyne, en demeure le service divin comme tout delessé et ou prejudice du salut des ames de voz predecesseurs et à la charge de vostre conscience.

177VIII. Et premierement, quant aux fiez et aumosnes, il est vray qu’on en paie po ou neant.

178IX. Item, quant à vostre despense, de la Royne et de monseigneur de Guienne, qu’ilz se [gouverne] par [messire] Pierre de Fontenay et par Piquet, elle se paie par les maistres des chambres aux deniers appellés Raymond Raguier et Jehan Piet; et y est trouvé que pour la despence de vous et de monseigneur de Guienne en lieve tant sur le demaine comme sur les aides IIIIc Lm frans et pour icelle despence ou temps passé on ne levoit que quatre vins quatorze mil frans et menoient lors voz predecesseurs Roys grant et noble et bel estat et estoient bien paiez les marchans de leurs denrées et autres gens. Maiz maintenant nonobstant ladicte somme de IIIIc Lm franz, ne sont point paiez lesdis marchans de leursdictes denrées, et avient souventesfoiz que vostre hostel et cellui de la Royne et de monseigneur de Guienne sont rompus et par especial puis pou de temps a l’en veu l’ostel de monseigneur de Guienne estre rompu, et jeudi derrain passé, l’ostel de la Royne. Par quoy appert clerement icelle somme n’est point toute emploiée en ladicte despence, si comme on monstrera evidamment en temps et en lieu, maiz au prouffit des gouverneurs de ladicte despence ou de ceulx que bon leur semble. Et pareillement en l’ostel de la Royne, pour la despense duquel enciennement on ne levoit que XXXVImfrans, presentement on en lieve sur les aides VIIc XIIIIm frans, nonobstant son demaine et les aides d’icellui. Et procede ladicte despence par la faulte desdis officiers quilz sont commis au gouvernement de ladicte despence, desquelles finances de la Royne est principal gouverneur Hemonnet Raguier, son tresorier, qui s’i est tellement gouverné que de l’argent de la Royne il a fait grans acquisicions et edifices coustageuses, comme il appert, aux champs et à la ville.

179[#91] X. Item or fault savoir qu’est devenue ceste chevance, car oultre et par dessus la somme dessusdicte, l’on prent de creue une tres grant somme de deniers par forme de mandement [et d'extraordinaire].

180XI. Item et pareillement y a grant faulte es offices de l’argenterie et de la chambre aux deniers; car par le moyen des officiers quilz tiennent lesdis offices, plusieurs grans sommes d’argent sont levées et mises en autres usages que a vostre prouffit; et sont retardées à paier plusieurs de voz debtes, les gaiges de voz officiers et plusieurs des bonnes gens de qui on prent vin et autres denrrées pour vous, ne sont point paiées et est vraysemblables ces choses à leur prouffit, comme il appert pour les grans estas qu’ilz mainent, les grans chevances qu’ilz ont et les excessis et non convenables edifices qu’ilz ont faiz et font chascun jour. Probo par maistre Hemonnet Raguier, qui a edifié chasteaux et grans maisons où il a despendu, comme l’en dit, plus de xxxm frans; et aussi Charlot Poupart, argentier, et maistre Guillaume Budé, maistre desdictes garnisons, ont grandement ediffié, acquis rentes, pocessions et grosses chevances et fait grant oultrageuses despences, lesquelles choses n’eussent [pu] par eulx conduire des gaiges ne prouffis ordinaires de leurs offices ne aussi de la chevance qu’ilz avoient quant ilz entrerent esdiz offices.

181XII. Item aussi à vostre escuisie, qui est office de bien grant recepte, y a pareillement faulte et ilz sont faictes par grosses despences quilz ne tournent pas àl’onneur ne prouffit de vous.

182XIII. Item, pour ce que l’en pourroit dire que voz serviteurs pevent bien avoir largement du bien, on respond que c’est vostre chose loisible quevoz bons et loiaulx serviteurs admendent de vous selon leur estat et leur office et la vaillance et souffisance de leurs personnes; car tel serviteur povez avoir quil devroit plus tost admender de vous de dix mil que plusieurs autres de cent frans. Et toutesvoies vous avez plusieurs grans et notables officiers, tant chevaliers comme conseilliers et autres d’autres notables officiers, quilz n’amendent pas de vous ades, [par respect pour Dieu] dont plusieurs mandre de eulx amendent de fleurins; lesquelles faultes et abuz viennent par comperes et par commeres et par especial par le moien des gouverneurs dessusdis ou grant prejudice et destrucion de vostre estat.

183XIV. Item, quant aux gaiges des serviteurs de vostre hostel, qu’ilz sont tres bien comptez à la chambre aux deniers [par les trésoriers]; maiz du paiement d’iceulx voz diz serviteurs ne pevent savoir nouvelles, par quoy ilz ont de grans povretez et souffretes et ne sont pas si honnestement entour vous comme il appartient, par deffault qu’ilz ne sont point paiez, en grant abessement de vostre estat qui doit preceder tous les autres, comme raison est. Puet estre que aucuns qui ont port et faveur sont tres bien paiez de leursdiz gaiges.

184[#93] XV. Quant aux reparacions de vosdiz fours, molins, chasteaulx, etc., generaulment tous cheent en ruyne et tout va à perdicion.

185XVI. Item, quant à l’espargne dudit demaine [et être mis dans le trésor], on n’en y treuve pour le present, ja soit ce que ou temps passé y eust espargne et par especial ou temps des Rois Philipe, Jehan et Charles, ouquel temps on se gouvernoit bien autrement que l’en ne fait pour le present.

186XVII. Item, quant au fait des finances, il fault dire neccessairement que le gouvernement qui est à present et encores depuis xxvi ans ença et plus a esté mangié par plusieurs officiers qui n’ont pas eu l’ueil au bien de vous ne de la chose publique, fors seulement à leur singulier prouffit. Et pour declerer les offices de vostre royaume où il a eu deffaulte, vous exposent tres humblement vostredicte fille et vosdiz subgiez ce qui s’ensuit.

187XVIII. Premierement vous avez grant nombre et excecif de tresoriers qui tousjours y ont esté depuis le temps dessusdit. Et pour la grant praticque qui est oudit office, trop de gens se sont efforciez d’y entrer, en tant qu’il n’est gaires d’années qu’ilz ne soient muez, remuez et desposez à la grant instance, opportunité et requeste d’aucuns qui ont eu voix en vostre royaume. Et Dieu scet pourquoy ilz y entrent si voulantiers, se ce n’est pour les groz lopins et groz morceaulx et larcins qu’ilz treuvent esdis offices; car se ung tresorier n’amende chascun en de quatre ou cinq mil frans, se n’est riens. Et combien que ou temps passé n’y en avoit que deux, toutesvoies pour la grant praticque qui y est maintenant, il en y a quatre ou cinq, et telle fois a esté qu’il en y avoit viou vii; et en quoy appert clerement que vous avez dommaige chascun an de xvi à xxm franspour le prouffit particulier desdiz tresoriers. Et quant est au seurplus des finances dudit tresor, ilz n’ont pas eu regard à paier les choses necessaires ne de entretenir les seremens qu’ilz font à l’entrée de leurs recepcions, maiz ont attendu a paier les dons grans et excecifs à ceulx qui les y ont boutez et soustenuz par plusieurs voies, comme par plains mandemens et par descharges couvertes qu’ilz se lievent, tant sur le fait des coffres comme sur le fait de l’espargne mal nommée. Et quant est des autres officiers, c’est assavoir changeur et clerc, car lesdictes mauvaistiez passent par leurs mains, et ont mangié grossement et longuement, tant qu’il appert en leurs maisons et edifices, rentes, revenues et chevances.

188XIX. Et sont tresoriers à present Andriet Giffart, Bureau de Dampmartin, Regnier de Bolegni et Jehan Guerin; et le changeur est Nicolas Bonnet qui fu clerc de feu Jehan Chaux son predecesseur, changeur, et en est clerc maistre Gui Brocher; lesquelz sont inutilez et coupables du mauvaiz gouvernement dessusdit, excepté Jehan Guerin, lequel est nouvel et n’a pas encore malvaise grace [pour ce que l'on sait].

189[#95] XX. Item et en especial est tres coulpable ledit Andriet Giffart, car ja soit que par son [mauvais gouvernement et vie dissolue], ill eust la chevance, que son pere lui avoit laissiée, perdue et degastée, comme l’en dit, neantmoins par le pourchas du prevost de Paris, il est parant à cause de sa femme, il a esté fait tresorier, où il s’est fait tellement remply dudit tresor, qu'il est plain de rubiz, de diamans, de safirs et autres pierres, vestu et monté tres excessivement, grandement fourny de vesselle d’argent, c'est assavoir de plats, escuelles, pos, tasses et hanaps.

190XXI. Item et combien qu’il ne soit aucun besoing d’avoir tresorier sur le fait de la justice dudit tresor, maiz a l’en acoustumé de y tenir ung clerc conseillier, toutesvoies l’en dit qu’il y a quatre conseilliers qui en portent grans gaiges à la charge dudit tresor sans cause.

191XXII. Quant est pour le gouvernement des aides, sont ordonnez officiers quilz s’appelent generaulx, par l’ordonnance desquelz passe toute la finance des aides ordonnez pour la guerre, qui monte à xiicm frans, par [an au communément] et se les tresoriers dessusdis se sont gouvernez et gouvernent mauvaisement, pareillement et pis encores se sont gouvernez et gouvernent les generaulx dessusdis. Car premierement ilz sont introduis par inportunité et puissance d’amis, ausquelz et à yceulx generaulx font expedier les grans dons excessis qui par importunité ilz ont obtenu de vous.

192XXIII. Item et les prouffis que prennent lesdis generaulx quant ilz entrent communement esdis oflices se montent par an à iiim frans pour chascun et se ung general reste deux ans oudit office, ne fauldra point par don ou descharge couverte à acquerir dix mil frans ou autre grant somme, dont les descharges sont maintesfoiz levées ou nom des seigneurs sans leur sceu; et les particularitez des faulx seront trouvées expres quilz furent faiz par l’informacion derrenierement faicte.

193XXIV. Item apres lesdiz offices vient ung office qui s’appelle lespargne, mal nommée, laquelle tient Anthoine des Essars, à cause de laquelle on lieve desdis aides la somme de vixxm frans de ordinaire, ou environ, du plus cler que vous aiez esdis aides. Et combien que anciennement ladicte finance fust y reservée et mise en espargne, soubz deux clefs dont vous devez avoir l’une, pour pourveoir et secourir au besoing de vous et de vostre royaume, neantmoins ceulx qui en ont le gouvernement et ont eu le temps passé, l’ont par telle maniere distribué que il n’i a croix, ne ne soit on qu’il en soit mieulx à homme du monde, sinon à aucuns quilz l’ont sustrait de vostre main par le consentement de ceulx quilz lesdis offices ont gouvernées, lesquelz n’ont pas mise quant les autres  [#97] paissoient, mais en ont mené et menent estas tres excessis ou prejudice et deshonneur de vous et de la chose publique.

194XXV. Item et avecques ce a ledit Anthoine la garde de voz livres et joiaulx [et garniments (?)] et dit on que en ce il y a tres petit gouvernement et aussi en ce qui est de jour en jour acheté pour vostre corps par la coulpe dudit Anthoine.

195XXVI. Item apres cest office vient ung autre office qui s’appelle la garde des coffres, que tient et occupe Morise de Ruilly, et reçoit ledit officier tous les jours pour ordinaire dix escus, lesquelz se doivent bailler à vous manuelment pour faire vostre bon plaisir; maiz il n’y a croix, car il le distribue pour la plus grant partie haultement à son plaisir; et soubz l’ombre dudit office ont eté disipées et sont encores de jour en jour tres grosse somme de deniers, dont l’en vous parlera plus à plain en temps et en lieu.

196XXVII. Item et pour savoir comment vous, la Royne et monseigneur de Guienne ont esté soustillement pillez et mangiez: c'est assavoir que quant vous avez afaire de prompte finance, soit à cause de vostre guerre ou autrement pour voz grandes besoingnes et afaires, il faut parler à certaines gens à Paris quilz sont marchans d’argent, lesquelz par usures, contraux ilicites, tiennent et font la finance, comme à baillier vesselles, joiaulx d’or et d’argent, à grandes, grosses et cleres pertes, et tant que se qu’il ne vault que dix mil frans vous coute xv ou xvim frans, et tant en fault faire de telles finances par an que vous y perdez bien iiicm frans, comprins en ce les usures quilz se font par changes fins. Et par la maniere que l’en y tient on puet juger clerement que aucuns de vos officiers sont participans et compaignons commis desdictes usures et contraux ilicites. Et par ainsi vous n’avez croix et sont voz povres officiers de reste obligés et tempestez [pour le paiement de cet argent en la sorte acquis] et pareillement sont gouvernez les autres seigneurs de vostre sang sans nul exception.

197XXVIII. Item est assavoir comme soustillement et mauvaisement les generaulx voz officiers soit mes[lés au gouvernement des finances] vous deçoyvent et gouvernent ; car se ung receveur vous aura presté oultre et pardessus sa recepte cinq ou vic escus, affin qu’il ne puisse paier sur sa recepte, il sera suspendu de son office par lesdis generaulx et en yra ung, commis par eulx, lequel recevra tout le plus cler de la recepte. Et quant il n’y aura que recevoir ou pou ou neant, ledit receveur sera restably par aussi et tel condicion qu’i s’obligera aux marchans d’argent dessus nommez en une grande somme d’argent ; et par ce ne puet ledit receveur estre paié de ce que on lui doit, ne aussi paier ce qu’il doit. [#99] Et font ainsi chevaucher années sur autres, et tellement tous consumés vostre chevance demi an ainçois que le terme soit venu, et mangez vos vignes et verjus.

198XXIX. Item et quant on a affaire une ambassade ou envoier ung simple chevaucheur de par vous, ilz ne pevent estre expediez par deffaulte d’argent : et quant se vient au derrenier, fault emprunter l’argent à usure. Avient souventesfois que par deffaulte de expedicion les embassades sont inutilles, dont plusieurs inconveniens vous en viennent bien souvent, et y avez tres grant dommaiges.

199XXX. Item est besoing que vous saichez qu’est devenu l’argent de vostre royaume depuis deux ou trois ans, oultre et par dessus le demaine et les subssides, ouquel temps ont esté levées plusieurs tailles, disiesmes, empruns, surempruns particuliers et nottoires, recuperetur, nimis habuit, reformacions, constitucions et plusieurs autres manieres de chevances avoir. Desquelz empruns, tailles et autres choses c'est meslé pour la greigneur partie le prevost de Paris, comme il est vray et nottoire, et c'est fait appeler souverain maistre et general gouverneur des finances.

200XXXI. Item et n’est pas mettre en oubly comment aucuns grans officiers, comme ledit prevost de Paris et autres, qui legierement ont obtenu plusieurs grans offices ensemble et en grant nombre les ont vendus, et receups grans deniers, mis l’argent en leurs sacs en vostre prejudice et de voz ordonnances royaulx et aussi de la chose publique, de quoy s’ensuit souventesfoiz que gens inutilles, non saichant le chetif gouvernement, sont instituez esdis offices.

201XXXII. Item et nagaires ledit prevost qui derrenierement est, depuis po de temps, tenoit l’office de souverain maistre et general refformateur des eaues et forests de vostre royaume, a resiné ledit office au seigneur d’Ivry et pour ceste cause sont levées les charges pour vim frans ou nom dudit seigneur d’Ivry, comme l’en dit ; maiz toutesvoies l’argent se lieve au prouffit dudit prevost et aussi ladicte resinacion vous couste vim frans. Item on dit que avecques ladicte prevosté il tient les cappitaineries de Thileboot dont il a vim frans par an, de Montargis dont il a iim frans, de Nemoux dont il a aussi deux mil frans.

202XXXIII. Item vosdictes finances sont perdues et gastées par une autre maniere. Car tres grant nombre de recepveurs, grenetiers, conteroleurs et leurs clers et aussi certains autres poursuivans finances, que l’en appelle poursuivans les generaulx, etant ce les clercs et serviteurs desdis gouverneurs de finances, ont obtenu de vous chascun an, comme se feust leur rente, lettres de grans dons et excessis, oultre les dons que ont voz autres officiers. Et sera trouvé que par le moien dudit prevost et autres gouverneurs desdictes finances ilz en ont esté et sont tres bien paiez ou grant enervement de vosdictes finances et prejudice de voz besoingnes et affaires, ou retardement du paiement de plusieurs bons preudommes, tant chevaliers, conseilliers, comme autres voz officiers et autres  [#101] voz subgez quilz vous ont bien servy. Et voit on communement que quant ung jeune homme vient en service d’un general, d’un tresorier, d’un recepveur ou grenetier, ja soit ce qu’il soit de tres petit estat et sans science, en bien peu de temps il devient riche et maine ung grant et excessif estat en plusieurs manieres, achete offices, heritages, tres grosses sommes de deniers et tout à voz despens.

203XXXIV. Item par les tresoriers de vos guerres ont esté commises plusieurs grans fraudes ou fait de vos finances, comme l’en dit, et ont une maniere de prendre de vos chevaliers et escuiers blans seellez, desquelz ils ont tres mal usé, comme scevent lesdiz chevaliers quilz vous en sauront mieulx informer que nous ne sarions : et est grant meschief d’oir les plaintes desdis chevaliers et escuiers sur le fait des paiemens, qui tousjours a esté en si petit envers les plusieurs et la plus grant partie de trop desdis chevaliers et escuiers. Car maintenant c'est chose inreguliere à gens d’armes quant ilz vivent sur le pueple sans paier, de dire qu’ilz ne sont point paiez de leurs gaiges, [ils ne peuvent payer ce qu'ils prennent] et fault qu’ils se vivent en bons servant.

204XXXV. Item et pour ce que lesdis generaulx et le souverain maistre des finances et les autres dessusdis, tan tost que l’en les vouldra poindre des choses dessusdictes, pour eschever et passer temps, cuidant vous contempter, respondront qu’ilz sont tous prests de monstrer leurs estas ainsi comme se feust rapporté suffisance; et desja ilz sont venuz en demandant et requerant que on leur baille commissaires quilz voient leur estat, maiz soubz leur correpcion ceste responce de papier ne souffist pas, ainçois qui bien et deuement vouldra savoir qui a mangé le lart, fault enquerir quelles chevances ilz avoient ou povoient avoir quant ilz vindrent en vostre service, quelz gaiges leur appartient à cause de leurs offices et combien raisonnablement ilz pevent despendre à cause de leursdis offices et la chevance que de present ilz ont, les grandes revenues et possessions qu’ilz ont acquises, les grans ediffices qu’ilz font faire, les grans tresors qu’ilz ont en leurs coffres, les grans mariages qu’ilz font chascun jour de [leurs fils et] leurs filles et autres parens et parentes à voz despens, la grant et oultrageuse despense qu’ilz font en leurs ponpaux estas. Et par ainsi povez clerement juger, veu qu’ilz ne se doivent mesler ne empescher fors à vostre service à la cause desdis offices, que ceste chevance n’est point convertie à vostre prouffit, pour quoy semblera raisonnablement que plus tost devroit on recevoir sur eulx ceste chevance, qui appartient à vous, que sur autres personnes.

205XXXVI. Item soit notté au gouvernement des generaulx qu’il y a grant foison notaires, lesquelz quant ilz entrerent esdis offices estoient povres, maiz maintenant ont acheté les maisons des grans seigneurs de ce royaume et grans rentes et revenues, comme maistre Jehan Chastenier, maistre Jehan Luce et maistre Nicaise Bougis. Et à dire verité, chascun vostre loyal subget se doit bien esmerveiller de tel gouvernement et en doit bien douloir le cuer, quant on vous voit, sire, qui estes nommé Roy et prince souverain, desnué de finance, ainsi  [#103] pilliez et destruiz comme dit est et que toutes finances chieent en bourse trouée au regard de vous [mais non au regard du profit de certains] et les gouverneurs dessusdis, et tant du temps passé comme du temps present, sont riches, plains et garniz et vous mettent et laissent en ceste neccessité, non aians aucune compassion de vous ne de la chose publique de vostre royaume, monstrant grant iniquité et petite recongnoissance qu’ilz ont des biens que leur avez donnés.

206XXXVII. Item et pour ce que cy dessus on a parlé d’estas, il semble à vostredicte fille et vozdiz subgés que generaument en ce royaume sont envers toutes manieres de gens les estas trop oultrageux et les despenses, tant de vestures, de saintures de Bahaigne, de monteures, d’abillemens, de chevaux, comme de despense de bouche, trop excessives et est trop fort à doubter que pour les inconveniens qui en viennent chascun jour, Dieu ne s’en courrouce à la desolacion de ce royaume qui bien briefment n’y pour[voit]

207XXXVIII. Item, quant à vostre grant conseil, il n’y a pas telle ordre tenue comme il appartendroit; car presques ung chascun y est receu et toutesvoies il n’y doit avoir que bons preudes hommes, de sagesgens, tant clers comme chevaliers en compettent nombre, sans grant multitude, prenans gaiges de vous et non de quelque autre seigneur, aiant l’ueil à vostre bien et honneur, à la conservacion de vostre couronne, seigneurie et l’utilité de vostre royaume. Et advient souventesfoiz que pour la grant multitude qui y est et les requestes que l’en vous y fait, voz besoingnes sont empeschiées. Et quant une bonne conclusion y est prinse, comme il advient bien souvent, elle demeure sans execution, ja soit qu’elle vous touche souverainement; laquelle faulte vient tant par ceulx des finances, pour ce qu’ilz reculent à bailler l’argent neccesaire pour ladicte execucion faire, comme il appartient, comme par aucuns autres quilz n’ont pas bien le cuer à voz besoingnes. Et aussi l’en devroit expedier ambassadeurs tant estrangiers comme autres bien tost et convenablement, sans les faire longuement muser. Et quant une bonne conclusion est prinse par maniere de deliberacion de conseil, on ne la doit pas rompre à part par pou de gens, comme l’en voit bien souvent faire.

208XXXIX. Item et c'est tres grant inconvenient de oir tant de plaintes comme l’en fait presentement sur la longue delivrance que fait vostre conseil des besongnes regardans la fermeté de vostre royaume, mesmement que l’on voit presentement le seigneur de Montberon, le viconte de Murat et ceulx de la Rochelle plaintifs et desconfortez par leurs paroles de ce que vostredit conseil ne leur fait provision souffisante et ce qu’ilz pourchassent pour la conservacion de vous et de vostre royaume. Et dient les aucuns que se autre provision ne leur est faicte, il leur fault neccesserement prendre party ou estre en paastis de voz adversaires, dont vous estes en voie de perdre grant nombre de vassaulx et forteresses. Et ne desplaise a ceulx de vostre conseil : car supposé qu’ilz ne feussent assemblez ne appeliez pour ces causes, silz en devroient ilz parler en particulier procurer et pourchasser les bons remedes quilz sont affaires sur teles matieres qui tant  [#105] touchent le bien de vous et de vostre royaume et en tant qu’ilz sont trouvez en telle negligence que on puet bien appeler coulpe, on ne voit point de raison qui face pour leur excusacion, ainçois fault dire que en eulx ou aucuns d’eulx gist ladicte faulte.

209XL. Item, quant au fait de la justice de vostre royaume, et premiereruent en regard de vostre court de Parlement, qui est la souveraine court cappital de la justice de vostre royaume, elle n’est pas ainsi gouvernée comme elle souloit. Car on y souloit mettre par excellance grans clercs et notables preudes hommes de meur aage et experimentez en droit et justice. Et pour le grant non d’icelle et la bonne equité qu’elle gardoit sans faveur de quelconque personne, non pas seulement les estranges nacions de la Chrestienté, maiz aucunesfoiz les Sarazins, comme l’en dit, y ont prins jugement; et depuis aucun temps par faveur de amis et de parens, par importunité de prieres et autrement, aucunes jeunes gens ygnorans le fait de la justice et indignes de si hault siege y ont esté mis, dont l’auctorité et renommée de ladicte court a bien amendrie. Et aussi y a autres inconveniens, c'est assavoir que en ladicte court plusieurs quilz sont filz, freres, cousins, nepveux, gendres et affins ensemble; et y a tel que ainsi en lignage et en paranté est lui ixe, comme le premier presidant, et toutesvoies dix de ladicte court pevent faire ung arrest. Et par multiplicacion de parentelle et afinité de tel nombre de jeunes gens comme il y a, se pourroient ensuir plusieurs grans perilz et inconveniens.

210XLI. Item en ladicte court sont plusieurs causes de povres gens et autres comme inmorteles, et ne font pas les gens de Parlement telle expedicion comme par raison ilz devroient faire.

211XLII. Item et quant est de la Chambre des comptes, là seront trouvez tous les meschiefs, car ilz y sont enseveliz; et combien que depuis peu de temps on y ait miz aucuns nouveaulx, toutesvoies l’en en aperçoit gaires que aucune reparacion y ait esté faicte. Entre lesquelz nouveaulx on y a mis par grant inportunité Alixandre le Bourcier, qui a esté par longues années receveur general des aides et qui n’a pas cloz tous ses comptes, si comme on dit. Et par ainsi vouz y povez estre moult grandement fraudé en vostre tres grant donmaige : car cellui qui doit estre refformé, on le met pour reformer les autres.

212XLIII. Item et pour mieulx faire sa besoingne à pratique, que Jehan Gautier, qui estoit son clerc, ait esté mis oudit office de ladicte recepte generalle.

213XLIV. Item et combien que par les ordonnances royaulx, par les seremens que l’en fait faire aux receveur, vicontes, tresoriers et autres officiers du demaine, les fiefz et aumosnes doivent estre paiez avant tous autres; neantmoins par la dissimulacion et tollerance desdictes gens des comptes, ladicte ordonnance est tres souvent enfrainte, si comme l’en dit.

214[#107] XLV. Item, quant au fait de lestat des generaulx de la justice, il semble que telles multiplicacions d’officiers pour le fait des aides sont inutilles et en dispensacion de la chevance du royaume et à la charge du pueple. Car en ce royaume a tres grant multitude de esleuz et de sergens soubz lesdiz esleuz, lesquelz esleuz recevent, tant de gaiges que de dons, grant chevance du Roy ; et de quoy en ce puet tres bien passer.

215XLVI. Item et pareillement comme l’en parle des autres officiers qui se sont mis sans nombre et par importunité de amis, ainsi fault parler des generaulx de la justice. Car en temps du roy Charles n’y avoit que ung ou deux, tant sur le fait de la finance comme de la justice; et pour le present, sur la justice y en a sept, tous ou prejudice du Roy et de la chose publique, dont chascun prent six cens livres parisis [mille livres qui font mille cinq cents couronnes] de gaiges, et trois conseilliers dont chascun prent cent livres, sans les greffiers. Dont le derrenier general qui a esté mis puis pou de temps, appellé Jaquet le Hongre, inexpert totalement d’office de judicature, a esté mis et institué par le prevost de Paris, disant aux autres generaulx : “Messeigneurs, il fault que vous m'y faciez ung passer, car il est mon cousin”.

216XLVII. Item et qui vouldra parler des maistres des requestes de l’ostel du Roy et es autres offices de judicature, qui tous souloient estre faiz par grant deliberacion, Dieu soit comme il y a à dire! Car ou temps passé on mettoit gens anciens et expers, congnoissans les coustumes de ce royaume et saichans respondre à toutes supplicacions et requestes qui estoient baillées, les signoient, et ce fait, estoient expediées à la chancelerie. Et maintenant, on y met jeunes hommes non expers, non saichans, et qui riens ne expedient, sinon par la voix du chancellier; et à cause de ce est avenu c'on y a mis plusieurs extraordinaires pour suppleer leurs negligences, aians grans dons ou prejudice de vous, sire.

217XLVIII. Item et quant au fait de la chancelerie, on scet trop bien que le chancelier de France a eu de moult grans peines oudit office, et qu’il est bien digne d’avoir de grans prouffiz de vous, sans prejudice toutesvoies de la chose publique. Maiz combien que pour ses gaiges ordinaires il ne deust avoir que iim livres parisis, et pour ladicte somme se deust contenter; neantmoins depuis vint ans ença ou environ il a prins, oultre lesdictes deux mil livres, chascun an autres deux mil livres parisis, par maniere de provision ou gaiges extraordinaires, et oultre ce deux mil frans de don chascun en sur l’emolument du seel; et par ainsi a pris chascun an oultre ses gaiges ordinaires de iim livres parisis, iiiim et vc frans sur ledit seel.

218XLX. Item et oultre se prent le registre des chartres et remissions qui monte sur chascune xx sols tournois; et se monte par an à tres grosse somme d’argent. Item a pris oultre les choses dessusdictes iim frans de dons sur les aides aians cours pour le fait de la guerre. Item a pris et prent tous les ans deux cens frans pour ses robes. Item a pris et prent chascun an sur le tresor, pour sa chevalerie, [#109] de v à vic livres parisis. Item oultre les choses dessusdictes, sur les tailles imposées depuis le temps dessusdit a eu plusieurs grans dons qu’ilz se pevent estimer à moult grant somme de deniers.

219L. Item a legierement passé les lettres de dons excessis sans faire grant resistance qui appartenoit au bien de la chose publique, ausquelles choses il devoit resister de tout son povoir, attendu l’office qu’il a; et en seront trouvez les particularités par les comptes de Michiel du Sablon, Alixandre le Bourcier et autres, qui ne se sont pas fains de mouler leurs souppes.

220LI. Item et pour plus declairer l’article precedent, sera trouvé, qui vouldra visiter les comptes de Michiel du Sablon et de Alixandre le Bourcier et d’autres receveurs generaulx, vcm frans ou environ de dons particulliers desquelz dons ledit chancelier a seellé les lettres, nonobstant qu'il sceust bien que ladicte finance estoit ordonnée pour le faict de la guerre et non pas pour tel usaige : de quoy s’ensuit grant donmaige au Roy et à son royaume.

221LII. Item en ladicte chancellerie vient tan grant esmolument d’argent à cause du seel ; lequel esmolument monte à tres grant somme de deniers, et sont gouvernées les finances dudit seel par maistre Hanry Mauloe, audiencier, et maistre Jehan Budé, conterouleur de ladicte chancellerie; et sur le droit du Roy prennent doubles gaiges, c'est assavoir de notaire et de secretaire; sans leurs bourses prennent aussi dons et pensions excessivement, tellement est la finance de ladicte chancellerie gouvernée que bien peu de prouffit en vient à vous, ja soit ce que l’emolument dudit seel soit moult grant. Et quant est du droit des nottaires, ja soit ce qu’ilz prennent aucuns avecques eulx telz que bon leur semble pour distribuer tous les mois à chascun ses bourses, neantmoins ilz en font ce que bon leur semble et comment ilz se gouvernent il sera declaré plus au long quant besoing sera.

222LIII. Item en ladicte chancellerie y a plusieurs nottaires qui tres negligemment servent en icelle, et si en a plusieurs qui n’y scevent servir ne en françois ne en latin : et neantmoins ilz prennent gaiges, bourses et prouffiz, lesquelz ilz ont achetez et pour plus admender du Roy par dons ou autrement, que pour le bien de vous ne de justice.

223LIV. Item et est venu clameur à vostredicte fille et voz diz subgiez, tant de la ville du Puy et de plusieurs marches d’environ comme d’autres contrée, que plusieurs de vos officiers de ce royaume se portent tres negligemment sur l’exercice de leurs offices, et ne soutiennent pas comme il appartient les loiaux subgiez du Roy, dont les aucuns desdis officiers y sont remis contre vostre edite et ordonnance fait sur la restitucion des offices.

224LV. Item et aussi treuve l’en plusieurs des officiers de vostre royaume quilz tiennent plusieurs offices incompatibles avec vos ordonnances royaulx, et les  [#111] font deservir par procureur qui par diverses et exquises manieres extraient les finances de voz povres subgiez.

225LVI. Item et n’est pas à oublier comme depuis aucun temps ença, vostre monnoie est grandement diminuée en pois et en aloy, tant que ung escu est de mandre valleur deux solz qui ne souloit, et [la blanche double] de mandre valeur chascune piece d’un denier et maille ou environ, qui est en la fraude et prejudice de vous et de tout le peuple; car quant ung homme a vendu pour cent escus de denrees et [on le paie en écus] nouveaulx, il se treuve de ce de douze frans pour cent; ainsi ce royaume est [dépouillé et vide de] toute bonne monnoie; car les changeurs et les Lombars cueillent tout le bon or et la bonne monnoie et font leur paiement en monnoie nouvelle. Et fault savoir par quel pourchas ceste monnoie est ainsi diminuée; combien que la commune renommée est que c'est par le pourchas du prevost des marchans et Michault Lailler, lesquelz ont attrait à eulx la congnoissance des monnoies et empesché les autres maistres des monnoies que plus ne s’en meslent.

226LVII. Item et supposé que ceulx dont dessus est faicte mencion vous facent aucun prouffit d’aucune somme pour occasion de ladicte diminucion, toutesfoiz se ne pourroit aucunement acomparagier à la grant perte et dommaige que vous et le royaume y avez, comme appert plus clerement par gens en ce congnoissans sera declairé.

227LVIII. Item, combien que vostredicte fille et vozdiz subgiez vous aient exposé en brief plusieurs abus, faultes et coulpes des dessusdis, toutesfoiz encore ne souffist il pas car plusieurs jours ne souffisent pas à vous exposer les mauvaiz gouvernement des dessusdiz et de leurs semblables, et les faultes qu’ilz ont faictes contre vous en vostre grant prejudice et dommaige; et pour ce que plusieurs autres personnes en bien grant nombre sont coulpables des choses dessusdictes, lesquelles personnes et certaines autres choses on desclerra à vous, à monseigneur de Guienne vostre aisné filz et à noz autres seigneurs de vostre sang quant besoing sera, vostredicte fille et vozdiz subgiez surceront à tant pour le present, en esperance de vous exposer plus au loing ce qui demeure, en temps et en lieu, pour le bien de vous et de vostre royaume.

228LIX. Item, pour venir, nostre tres redoubté et souverain seigneur, aux advis, confort et aide que vous avez requis de voz plus nobles et bourgois que vous avez presentement mandez, vostre dictefille et vozdiz subgiez vouldroient bien qu’il pleust à Dieu qu’i leur feist grace de vous saigement conseiller et adviser, grandement conforter et virtueusement aidier; car à ce faire sont prests et appareillez de mettre et exposer leur estat et leur vie de tres bon cuer et loyale voulanté, comme ilz doivent faire à leur souverain et seul seigneur, et pour riens du monde ne laisseront que ainsi ne le facent; et ainsi l’ont conclu derrenierement tres solemnelment en leur generale congregacion; car ilz se repputent estre moult tenuz et obligiez à vostre royal magesté, tant de naturelle et legale obligacion comme pour les innumerables biens et honneurs que vous leur avez faiz.

229[#113] Premierement pour vous adviser et affin qu’il vous plaise remedier aux choses dessusdictes, semble que pour avoir promptement tres grande, bonne et juste finance, et plus tost que par quelconque autre voie, est tres neccessaire et expediant, et autrement la chose ne se puet bonnement faire, que des maintenant vous clouez la main ausdis gouverneurs desdictes finances sans nul espargner ne excepter, et qu’ilz soient mis hors de tous poins de leurs offices; et avecques ce que tous leurs biens meubles et heritages soient pris et mis en vostre main et que vous soiez seur de leurs personnes jusques à ce qu’ilz aient rendu compte et reliqua de leur administracion et gouvernement; et vous leur ferez, se Dieu plaist, se qu’il appartendra selon raison et justice.

230LX. Item et est neccessaire et expediant que, des maintenant, vous cassez et adnulez tous dons, assignacions et pencions extraordinaires, et que incontinant vous mandez venir par devers vous tous receveurs et vicontes, tant du demaine comme des aides, et aussi les grenetiers, en leur deffendant des maintenant, sur peine de privacion et confiscacion et de toutes autres peines, qu’ilz apportent par devers vous tout l’argent qui pourront finer et que par quelconque assignacion, mandement ou autrement, ilz ne baillent denier à quelconque personne que ce soit, fors à ceulx que vous ordonnerez de nouvel, et aussi qu’ilz apportent leurs estas et toutes choses dont ilz se vouldront aidier; et que quant ilz seront venuz, qu’ilz ne parlent, sur les peines dessusdictes, à aucuns desdis gouverneurs ne à leur favorisans ou aidans.

231LXI. Item et pour avoir oultre prompte finance, est expedient et neccessaire que veu que voz aidez furent ordonnez et accordées pour le fait de la guerre et deffense de vostre royaume, et non à autres usages, vous des maintenant rappellez devers vous et mettez en vostre main tous les aides de vostre royaume, laquelle chose vous povez et devez faire, attendu qu’ilz sont vostres et qu’ilz ne doivent estre emploiez ne convertiz ailleurs que en ladicte deffense, se le cas ne le requeroit. Et consideré que vous en avez tres grant besoing comme il appert clerement, quelconque personne n’en devroit estre mal contente; et sur ce vous plaise avoir en memoire le grant gouvernement du bon roy Charles, vostre pere, dont Dieux ait l’ame, qui si notablement emploia lesdis aides en son temps, qu’il chassa hors de son royaume les Angloiz ses annemis, recouvra honnorablement les forteresses qui estoient hors de sa main, ediffia moult grandement, et estoient ses gens et officiers tres bien paiez et contentez et aussi laissa grant chevance, tresor et beaulx joiaulx.

232LXII. Item et se les choses dessusdictes ne souffisoient pour vous aidier, semble que consideré que vous avez du vostre en plusieurs et divers lieux, lequel vous povez prendre, car il vient de vous, comme sur plusieurs personnes qui vous seront nommées jusques au nombre de mil et vc ou environ qui sont riches, garnis et puissans et qui pevent et doivent supporter les povres qui sont maintenant desolez, comme vous savez, desquelz il n’y a cellui quil ne vous puisse, sans grevance, prester l’un parmi l’autre c frans, qui monteroient en somme toute clm frans, [vous pouvez avoir ladite somme d'eux sans leur porter  [#115] tort et] ausquelz [ensuite] seroit faicte restitucion par certaine maniere que l’en pourroit bien adviser.

233LXIII. Item que pour recevoir toutes les finances, tant du demaine des aides comme par les manieres dessusdictes, seroit expedient que jusques à ce que autrement il seroit pourveu, feussent ordonnez en petit nombre certaines nottables et loyalles personnes doubtans et amans Dieu et vous, non suspecz d’avarice, d’ambicion ou de convoitie, et quilz ne se soient meslés des abuz dessusdis [et ne soient en grand nombre], lesquelz avoient gaiges moderez sans aucuns dons, ausquelz seroient apportées toutes lesdictes finances et distribuées par eulx et non autres ; c'est assavoir : une partie pour vostre estat et cellui de la Royne et de monseigneur de Guienne, ainsi qu’il appartient bien et que bon vous sembleroit, non pas par mandemens, assignacions ou descharges, comme l’en a acoustumé, maiz tout content; afin qu’il n’y ait pas tant de mangeurs et que vous en aiez plus largement; - l’autre partie pour paier les gaiges de voz serviteurs et aussi fiefz et aumosnes et mettre en repparacions de voz maisons; - l’autre pour la guerre et deffense de vostre royaume et ce que bon vous sembleroit pour vostre espargne bien gardée, et pour les autres bons plaisir, ainsi comme bon vous sembleroit.

234LXIV. Item et que ausdictes personnes ainsi esleuz seront tenuz lesdis receveurs et vicontes mandés comme dessus de monstrer leur vray estat.

235LXV. Item soit requis que les escroes de la despense ordinaire des hostelz de la Royne et de monseigneur de Guienne soient diligement veues et visitées; et par ce l’en congnoistra et verra clerement que monte et puet valoir par chascun en ladicte despence d’iceulx hostelz, laquelle ne monte pas tant de iicm frans ou au moins d’une tres grant somme d’argent, que les gouverneurs et aians administracions d’icelle despence lievent, tant sur les aides comme sur le demaine. Et est ladicte somme de iicm frans, ou telle que ainsi que dit est, levée et convertie es dons desdis gouverneurs et administrateurs et de leurs amis et alliez et en autres manieres sustillement et malicieusement exquises.

236LXVI. Item, quant au regart de la court de Parlement, est besoing que ceulx qui sont trouvez non souffisans d’occuper si hault siege en soient ostez et en leurs lieux soient mis notables, souffisantes et bonnes personnes, comme l’auctorité de ladicte court le requiert, et qu’il n’y ait pas gens ainsi consederez comme dit est; et quant à ce soient tenues les ordonnances et statuz anciens.

237LXVII. Quant est des generaulx des finances, de la justice, des tresoriers et des greffiers et clers d’iceulx, il soit pourveu notablement et reducion faicte selon le nombre et les gaiges anciens.

238LXVIII. Item en la Chambre des comptes pareillement, combien que en icelle y a aucuns bons preudommes tant anciens comme nouveaulx, lesquelz vous  [#117] doivent advertir des faultes dessusdictes, ou autrement ilz ne feront pas leur devoir.

239LXIX. Item, quant aux esleuz de vostre royaume et aussi au receveur des aides, semble que pour le bien de vous et de vostre peuple et affin que vous aiez plus de finances, les juges et receveurs ordinaires des lieux eussent la charge diceulx offices; et en ce vous gaignerez tres grant somme de deniers, lesquelles emportent tant en dons comme en gaiges lesdis esleuz et receveurs.

240LXX. Il semble que l’en devroit eslire par bonne et vraie elleccion certains saiges et preudes hommes pour estre seul et pour le tout à voz consaulx avecques ceulx de vostre sang, afin de loyaument et hardyment sans aucune crainte ou ficcion vous conseillier et advertir sur les affaires de vous et de vostre royaume et sans ce qu’ilz eussent regart à quelconque chose que ce feust, sinon tant seulement et singulierement au bien de vous et de vostre royaume, et que en ce faisant ilzfeussent gardez et soustenuz par vous et vostre bonne justice, en telle maniere que tout ce qu’ilz aviseroient et ordonneroient pour vostre bien et prouffit feust mis à execucion sans contrarieté aucune, et oultre les saremens qu’ilz ont faiz leur devroit on faire faire nouveaulx et solennelz seremens sur ce que dessus est touché.

241LXXI. [Item il semble que l'on devrait aussi pourvoir au fait des frontières tant de Picardie comme de Guyenne et de vos autres contrées, et ordonner et réserver une raisonnable somme d'argent pour la garde et défense desdites frontières et pour répondre à la maligne entreprise des ennemis de votre royaume en telle manière et expédient qu'il ne puisse s'ensuivre quelque dommage].

242LXXII. Item et pour pourveoir aux inconveniens qui par les prevostz fermiers viennent de jour en jour et par especial sur les povres et simples gens, il semble estre expedient de querir et adviser bonnes et souffisantes personnes à ce, preudes hommes aians gaiges raisonnables, qui de par vous aient en garde et commande lesdictes prevostez et fermes et lesquelz maintiennent et observent voz drois sans faveur ou haine de quelconque, sans grever les povres gens ne exiger sus eulx aucunes admendes indeuement exquises, et mesmement que iceulx prevostz fermiers ont accoustumé de faire de grans abuz de justice et de querir v piés en ung mouton qui n’en a que quatre. Et aussi iceulx prevostz pour occasion desdictes exaccions ont acoustumé de mettre les fermes desdictes prevostez à plus grant pris qu’elles ne doivent estre et par ainsi est justice vendue en leurs mains et par eulx lesdictes povres gens destruiz et eulx enrichis.

243LXXIII. Item et pour ce que lesdis inconveniens sont moult grans et en y a d’autres plusieurs quilz sont sans nombre, ausquelz, attendu le long temps qu’ilz ont duré et les grans larrecins couvertement et soubz couleurs estranges et exquises ont esté commises en vostre grant destrucion, que on y pourroit trouver en si brief temps de remedes et provisions qu’il appartendra, vostredicte fille, [#119] vosdiz subgiez sueffrent à y vacquer diligement et eulx emploier en ce de tout leur povoir, et ce qu’ilz sauront adviser pour le bien de vous et de vostre royaume, il vous rapporteront tres humblement.

244LXXIV. Item vostredicte fille et vosdiz subgiez vous supplient tant humblement comme instament que pour entendre et vacquier diligement à remedier aux choses dessusdictes, pour savoir ceulx qui excessivement ont admendé de vous sans cause raisonnable, et pour iceulx corriger ainsi qu’il appartendra, il vous plaise commettre a ce aucuns des seigneurs de vostre sang, lesquelz appellez avecques eulx aucunes bonnes, loialles et souffisantes personnes qui ne soient pas des dessusnommez ne de leur condicion, maiz sanz note ou souspeçon de mauvaitié, de convoitise ou avarice, pourront par vostre auctorité, ainsi que bon leur semblera, punir, refformer et corriger ceulx qui auront delinqué, de quelque auctorité qu’ilz soient, et tant les gouverneurs et mangeurs du temps passé comme ceulx du temps present; et les mangeurs du temps present seront nommez au long quant mestier sera.

245LXXV. Item qu’il vous plaise commander et ordonner aux plus nobles et bourgeois des provinces estans pardeça, qu’ilz nomment pareillement ceulx de leur provinces qui ont fait faulte es choses dessusdictes; car ilz doivent mieulx congnoistre les delinquans de leurs lieux que l’en ne fait pardeça.

246LXXVI. Lesquelles choses, nostre tres redoubté et souverain seigneur, vostredicte fille et voz diz subgés vous exposent tres humblement, comme ceulx qui devant toute chose mondaine desirant vostre bien, honneur et conservacion de vostre couronne et seigneurie; et le dit pas vostredicte fille pour en amender temporelement, maiz pour faire son devoir envers vous et pour dire la verité. Car chascun scet qu’elle n’a pas acoustumé d’avoir offices, prouffiz ne se mesler fors seulement de son estude et de ramentevoir ce qui est pour vostre bien et honneur quant le cas le requiert. Et combien que par plusieurs foiz elle soit venue par devers vous et vostre conseil pour vous remonstrer plusieurs desdis abus, toutesvoies aucune provision n’y a este mise, dont vostre royaume est en si grant dangier que plus ne pourroit; et fault à ceste foiz que tous voz bons loyaulx subgez s’acquitent envers vous. Et pour aidier et conduire ceste besoingne, vostredicte fille et voz diz subgez supplient tant humblement comme instament nostre tres redoubté seigneur [et] monseigneur le duc de Guienne, vostre aisné filz, et somment monseigneur le duc de Bourgoingne, vostre cousin, qui ja pieça commança ceste sainte poursuite et promist de la conduire jusque à finale conclusion sans espargner corps ne chevance, avecques lequel se adjoigny vostredicte fille, considerant ceste chose estre raisonnable, juste et prouffitable et neccessaire pour le bien de vous et de vostre royaume. Maiz pour les grans obsacles et empeschemens que depuis ont baillé malicieusement et soustillement ceulx qui pour lors gouvernoient les finances de vostre royaume, la chose a esté delaicé; si comme encore ceulx qui au jour d'ui gouvernent icelles finances s’efforcent par toutes manieres de l'empeschier, comme il appert. Requierent  [#121] aussi vostredicte fille et vozdiz subgez messeigneurs de Nevers, de Vertus, de Charrolois, de Beviere et de Lorraine, monseigneur le connestable, les mareschaulx de France, le grant maistre d’ostel, l’amiral, le maistre des arbalaistriers et generaument la chevallerie et escuirie de vostre royaume, laquelle est instituée pour la conservacion de vostre couronne et deffense de la chose publique, voz conseilliers et aussi voz autres bons et loiaulx subgiez, que pareillement, et chascun selon son estat, se acquite loyaument envers vous. Et pour ce que aucuns des dessusdis ont dit publiquement que ce que vostre dicte fille vous expose vient par haine et rapport de pou de gens, comme de quatre ou de cinq, plaise vous savoir, nostre tres redoubté et souverain seigneur, que vostredicte fille n’a pas acoustumé de soy informer par ceste maniere en quelque maniere que ce soit; maiz a esté informé par la chose qui est toute clere et evidante et si nottoire qu’il n’y a homme de si petit entendement en ceste place qui n’aperçoive clerement le mauvaiz et desloyal gouvernement des dessusdis et de plusieurs autres leurs semblables. Et aussi lui ont esté envoiez par plusieurs preudes hommes grandes et notables personnes, qui souverainement aiment vostre bien et honneur, qui ne daigneroient riens dire contre verité, plusieurs sedules et memoires pour advertir vostredicte fille des choses dessusdictes, lesquelles ont esté meurement avisées et solempnelment concluses en la generale congregacion de vostredicte fille par plusieurs foiz assemblée pour ceste cause. Et ne gaigneront pas leurs causes par telles paroles : car pour eulx, ne pour autres quelzconques de leur condicion et voulanté, elle ne taira la verité pardevant vous, toutesfoiz que de vostre grace vous plaira icelle escouter. Et a conclud vostredicte fille à poursuir diligement et humblement sans dillacion pardevers vous la reparacion des choses dessusdictes; car autrement elle ne feroit pas son devoir ne ne s’acquiteroit loyaument envers vous.

247[Annexe

248¶ Item et pour que, très souverain seigneur, votre royale majesté sache et entende que votre royaume et votre domaine tant en argent qu'en justice se perdent et se gâtent chaque jour à cause des mauvais officiers et du peu de soin de vos conseillers quant à votre conseil, lesquels ne se soucient que de leurs propres intérêts, votre fille l’Université et les devantdits vous dénoncent les rentes que vous avez, tant des aides que l'on appelle demandes comme de l'ordinaire et d'autres choses que l'on a accoutumé de faire en vos royaumes sur l'ordinaire et l'extraordinaire, lesquelles aides s'élèvent à deux millions et deux cent mille francs en comptant les seigneuries.

249¶ Item premièrement, seigneur, votre bonne ville de Paris vous rend avec les impôts chaque année cinq cent vingt mille francs.

250¶ Item votre terre de Normandie dont la capitale est  votre bonne ville de Rouen, avec les contrées et villes qui y sont et avec le duché et les comtés de Tancarville et Harfleur et beaucoup de baronies et de seigneuries, vous rend en  [#123] droits et autres choses sans les Aides trois cent cinquante mille francs.

251[¶ ] La terre de Picardie, avec la ville d'Amiens et les contrées et autres nombreuses villes, seigneuries et comtés, vous rend deux cent soixante mille francs.

252¶ Item la terre du duché de Guyenne avec La Rochelle, avec les villes qui sont sous votre seigneurie; à l'exception des quatre villes que le roi d'Angleterre tient et possède dans ledit duché, à savoir Bordeaux, Bayonne, Saint Sever et Dax, les vôtres sont vingt deux et rendent trois cent quarante mille francs.

253¶ Item la terre de Languedoc, où est la ville de Toulouse et dix autres villes, vous rend deux cent vingt mille francs de droits.

254¶ Item le Dauphiné vous vaut cent mille francs, une fois payés les châteaux et votre conseil à qui est confié le gouvernement de la terre et aussi ses barons.

255¶ Item la bonne ville de Lyon sur le Rhône, avec la terre du lyonnais, vous vaut cent vingt mille francs.

256¶ Item les terres d'Auvergne vous valent cent mille francs.

257¶ Seigneur, en laissant à part les duchés de Bourgogne avec les Flandres et toutes ses seigneuries, le duché de Berry avec toutes ses seigneuries, le duché de Bourbon avec toutes ses seigneuries, le duché d'Orléans avec toutes ses seigneuries, le duché d'Anjou avec toutes ses seigneuries, le duché de Bretagne, le duché de Bar avec ses seigneuries, le duché de Gueldre, des droits et Aides desquels peu parvient en vos mains à cause de ce que les seigneurs les occupent, etc.]

258quatre millions deux cent soixante six [m] francs]

Haut de page

Notes

1 . Cette remarque s’applique à des traductions en castillan de textes tels que les cartels de défis, dont il sera question ci-dessous, qui ont été étudiés par A. Gómez Moreno et C. Alvar, “Traducciones castellanas medievales del francés al español: El Arbol de Batallas de Bouvet”, en J. Santoyo, ed., Primeras Jornadas sobre Historia de la Traducción. León: Universidad de León, 1988, p. 135-142; puis par C. Alvar, “Traducciones francesas en el siglo xv: el caso del Arbol de Batallas de Honoré Bouvet”. Miscelánea di studi in onore di Aurelio Roncaglia a cinquant’anni dalla sua laurea. Módena: Mucchi Editore, 1989, p. 25-34.

2 . Archives départementales des Pyrénées Atlantiques, E 61. La série E contient des archives, classées par année, ayant appartenu à la famille d’Albret. H. de MoranvillÉ, “Remontrances de l’Université et de la Ville de Paris à Charles VI”, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. li (1890), p. 422-442. Nous remercions les fonctionnaires des Archives départementales des Pyrénées Atlantiques pour l’aide qu’ils ont bien voulu nous apporter.

3 . Ne nous cachons pas la difficulté de l’exercice: il nous oblige à analyser alternativement deux réalités politiques qui, bien que contemporaines, offraient des différences notables entre elles; il nous conduit à analyser les textes d’un point de vue littéraire et historique à la fois. On voudra bien se montrer indulgent à l’égard du résultat obtenu, l’essentiel étant que cette publication permette une meilleure connaissance des événements abordés. Pour nous aider dans cette tâche redoutable, nous avons bénéficié du généraux concours de nombreuses personnes, qui nous ont aidé soit à réunir une bibliographie spécialisée, soit à identifier des textes qui nous étaient peu familiers, soit à favoriser l’accès aux sources, soit à mener la transcription de textes de lecture parfois difficile. Nous les citons ici; chacun reconnaîtra à quel titre son nom est reproduit: V. Beltrán (Barcelone), J.C. Conde (Madrid), C. Gauvard (Paris I), M. Haro (Valencia), J. Lawrance (Manchester), J. Rodríguez Velasco (Salamanque). J’ajoute les noms d’élèves, anciens ou actuels, qui ont été aussi associés à cette entreprise: A.M. Beaujouan, S. Amiri.

4 . Cf. Jeremy Lawrance, “Nueva luz sobre la biblioteca del conde de Haro: inventario de 1455”. Crotalón. Anuario de Filología Española, n°1 (1984), p. 1073-1111. Le codex, absent du premier inventaire (1455) apparaît dans le second (1553) sous l’intitulé suivant : “Tratado de desafíos viejo, ordenado por capítulos; contiene diversas cartas de desafíos de cavalleros; es la primera de Joan Hurtado de Mendoza a Pedro de Astúñiga” (p. 1106). Selon la formule traditionnelle, les miscellanées sont identifiées à travers leurs premiers items; celle-ci ne déroge pas à la règle; le premier cartel de défi reproduit concerne bien les chevaliers mentionnés.

5 . C’est à A. Paz y Melia que l’on doit le premier inventaire de ce manuscrit : “Biblioteca fundada por el conde Haro en 1455”, Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, n°20 (1909), p. 284-289 (pour le codex qui nous intéresse ici). Notre inventaire s’inspire de notre observation directe du codex; cependant, nous nous référons aux articles de Paz y Melia pour signaler les textes qu’il a reproduits ainsi que pour corriger certaines erreurs d’interprétation. À quelques exceptions près que nous signalons, les textes ne comportent pas de titre.

6 . Textes mentionnés mais non reproduits par Antonio Orejudo, ed.: Cartas de Batalla, Barcelona: PPU, 1993, respectivement p. 49 et 111.

7 . Textes mentionnés mais non reproduits par par Antonio Orejudo, ed.: Cartas de Batalla, Barcelona: PPU, 1993, respectivement p. 44 et 49.

8 . Le document contient certaines informations qui permettent d’en connaître précisément l’auteur et la date d’envoi. Les futurs croisés sont convoqués pour la fête de saint Pierre et saint Paul (29 juin), à Eger ou autre lieu. Le dernier paragraphe fait mention d’une victoire récente remportée par l’Empereur sur les Turcs en Transylvanie. Enfin, l’épistolier annonce la nomination comme légat pour la Bohême et l’Allemagne, du cardinal de Vintoria, qui est présenté comme étant le frère du roi d’Angleterre et de sa sœur, la mère du destinataire de la lettre. Il s’agit du cardinal de Winchester, frère d’Henri IV et de Catherine de Lancaster, épouse d’Henri III de Castille et mère du roi régnant Jean II, qui reçut le chapeau cardinalice, peu après l’élection de Martin V, à titre de récompense pour son adhésion au nouveau Saint Père. Cf. E. Delaruelle, E.-R. Labande et P. Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire, in Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours, 14. Ed. Bloud & Gay, 1962, p. 415. Il apparaît donc que l’auteur de la lettre serait un des chapelains du jeune roi Jean II, Juan Rodríguez de Villalón, évêque de Badajoz (“episcopus pacensis”, sans doute transcrit par erreur en “basense”), qui faisait partie de la délégation castillane au Concile de Constance, et avait suivi le pape à Rome après son élection, peu avant la dissolution de l’ambassade et le retour de ses membres en Castille. Dans son introduction, le rédacteur de la lettre affirme chercher à distraire et à consoler son interlocuteur (“querria escreuyr a vuestra señoria algo con que se deleytase o tomase consolaçion”). Sans doute faut-il voir là une allusion au deuil qui vient de frapper le roi, encore enfant, la reine-mère étant décédée le 1er juin 1418.

9 . Nous avons choisi de ne pas individualiser exagérément les textes, afin de ne pas multiplier les items. Nous regroupons ainsi sous un seul numéro les textes relatifs à des événements ou des personnages contemporains lorsqu’ils sont transcrits de façon contiguë. C’est le cas ici de l’emprise du sénéchal du Hainault, qui a été prononcée devant le duc d’Orléans avant son assassinat. Le rapprochement de ces textes, si différents par leur objet, nous semble imposé par le compilateur lui-même, qui nous invite à les considérer comme des illustrations de la pratique chevaleresque, même lorsqu’ils concernent de graves affaires d’état. Il convient de ne pas se priver de cette possible clef de lecture de la collection.

10 . Le cartel de défi du duc d’Orléans est daté de “Geargela” et celui du duc de Bourgogne de “Doçes”. Les quatre textes de cet item ont été publiés par A. Orejudo, op. cit., p. 92-110.

11 . Texte publié par A. Orejudo, op. cit., p. 68-72.

12 . Sur Pero de Maza, cf. Martí de Riquer, Vida i aventures de don Pero Maça, Barcelona: Quaderns Crema, 1984. Cette correspondance, avec celle des autres chevaliers aragonais du temps, a été publiée dans Martí de Riquer ed., Lletres de batalla, Barcelona: Els Nostres Clàssics, 1963, 3 vols. A. Orejudo, op. cit., p. 120-162, publie la totalité de l’échange entre Maza et Mendoza, soit 19 pièces au total. C’est à A. Orejudo que l’on doit l’identification la plus probable de ce Mendoza: il s’agirait de Pedro de Mendoza, seigneur d’Almazán, qui fut ambassadeur de Jean II de Castille auprès d’Alphonse V d’Aragon.

13 . Le codex ne conserve que les lettres des chevaliers castillans et non les réponses de leurs correspondants portugais. Il s’agit, en fait, des documents notariaux qui authentifient des défis lancés par R. Díaz de Mendoza et D. Sánchez de Benavides. Cf. A. Orejudo, op. cit., qui reproduit les textes p. 75-82.

14 . Ce Conquista, qui est inconnu de Paz y Melia, apparaît dans la Chronique du roi Jean II, année 1429, comme héraut de l’Infant Henri, frère de l’Infant Pèdre : il remet au roi les lettres d’une vingtaine de chevaliers castillans partisans de l’Infant, qui refusent de se reconnaître vassaux de Jean II (“se enviaban a desnaturar”). Crónica del Halconero de Juan II. Chap. xxvii. Madrid : Espasa Calpe, 1946, p. 47. Dans cette lettre, il est désigné comme le héraut du frère d’Henri, Pèdre. Henri étant l’aîné des deux Infants et le plus titré, en tant que Maître de Saint-Jacques, il est permis de penser que Conquista fut héraut de Pèdre avant de l’être d’Henri, ce qui nous conduirait à dater cet item d’une époque antérieure à 1429, peut-être entre 1424 (item 5) et 1427 (item 8). A. Orejudo, op. cit., qui reproduit ces deux textes p. 83-85, propose la date de 1427 comme terme a quo : c’est la plus ancienne date à laquelle la seigneurie de Valdecorneja appartînt à un Fernand Álvarez de Toledo.

15 . A. Orejudo, , op. cit., publie les quatre documents, p. 166-174. Le conflit reposait sur l’aveu d’un complot ancien, dans lequel auraient trempé les deux personnages, prononcé par le Comte de Cortes en présence de la reine. Quelques mois après cette affaire, et sans qu’on sache si les deux faits ont un rapport entre eux, Godefroy dut s’exiler et ses biens furent saisis. En 1436, il lui était encore interdit de rentrer en Navarre.

16 . María Morrás défend l’attribution de la traduction à Alonso de Cartagena et pense qu’elle fut réalisée lors d’un des quatre séjours du prélat au Portugal : 1421-1422; 1423; 1424-1425; 1427. Cf. Alonso de Cartagena, Libros de Tulio: de senetute, de los ofiçios, éd. María Morrás. Alcalá de Henares, 1996, p. 21 sqq.

17 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alonso Onceno. Prólogo, edición crítica y notas de Germán Orduna. Buenos Aires: secrit, 1997, T. II, caps. x y xi, p. 171-176.

18 . Il s’agit d’un des rares traités castillans qui définissent le mode de recrutement et les fonctions du “poursuivant”, variante du roi d’armes. Cf. M. de Riquer, Heráldica española en tiempos de los Reyes Católicos. Barcelona: Quaderns Crema, 1986, p. 38-56. J. RodrÍguez Velasco, El Debate sobre la caballería en el siglo xv. Valladolid: Junta de Castilla y León, 1996, p. 389. Bien qu’il s’agisse d’un traité, il est rédigé sous forme de lettre.

19 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xvii, p. 24.

20 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xiii, p. 181-183 et xviii, p. 191-194.

21 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don don Enrique III de Castilla y de León. BAE 68, Madrid, 1953, Año 6, cap. 1.

22 . Il existe une édition partielle de la traduction d’Ayala, avec une substantielle étude préliminaire : Pero López de Ayala, Las Décadas de Tito Livio. Curt J. Wittlin éd. Barcelona: Puvill, 1984, 2 vols (dorénavant Las Décadas de Tito Livio, op.cit.). La harangue d’Hannibal figure aux fols ccccxviii va - ccccxx vb du manuscrit n°10804 de la Biblioteca Nacional de Madrid; celle de Scipion aux fols ccccxx vb - ccccxxi va. Nous remercions vivement notre collègue Juan Carlos Conde d’avoir bien voulu effectuer cette recherche pour nous.

23 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. xxii, p. 206-215.

24 . Pero LÓpez de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique…, T. II, cap. iii, p.270-277.

25 . Ce texte comporte le titre suivant : “Esta es la manera de como se encorono el enperador”. Contrairement à ce que suggère M. Morrás, op. cit., p. 21, n. 29, il ne s’agit pas du couronnement d’Albert II mais de celui de Sigismond qui, on le sait, eut lieu le 31 mai 1433, c’est-à dire au-début du Concile de Bâle. Le texte précise que le couronnement eut lieu le jour de Pentecôte qui, en 1433, est bien tombé le 31 mai. Aucun élément ne permet de déterminer de qui émane cette lettre ni à qui elle est adressée. Le destinataire reçoit le traitement de “vuestra merçet”, ce qui exclut qu’il s’agisse d’un haut personnage. L’auteur est témoin oculaire des faits, puisqu’il s’excuse de n’avoir pu tout voir et s’engage à compléter son récit à l’aide du Livre des Cérémonies.

26 . Ce texte a été publié par A. Paz y Melia dans la Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, n°1 (1897), p. 67-73.

27 . Le document présente un blanc en lieu et place du jour, comme s’il s’agissait d’une copie établie avant la lecture publique et la signature solennelle qui se firent le 21 septembre dans l’église Saint-Vaast.

28 . Intitulé : “Traslado dela carta que fue enbiada /por el capitan dela armada de genoba /ala comunidad dende /al qual llaman blasyo de serien /del desbarato delos rreys de aragon & nabarra e del ynfante don enrrique E de su presyon /”.

29 . “Letra de rreales costunbres enbiada de auiñon amosen nicolao de lachion grand senescal del Realme de napoles por el rrey luys fijo del prinçipe de taranto & marido /segundo dela Reyna /doña iohana”. L’intitulé prête quelque peu à confusion, car il laisse entendre que la lettre fut envoyée par le roi Louis, ce qui pourrait s’interpréter de la façon suivante : la lettre aurait été envoyée d’Avignon par Louis Ier d’Anjou (juin 1382-septembre 1384) à son Grand Sénéchal, à Naples. Louis Ier, frère de Charles V de France, avait été adopté par la reine Jeanne Ière de Naples (1343-1381) laquelle, en vertu de sa faculté apostolique, l’avait désigné comme son héritier avec le titre de Duc de Calabre, le 29 juin 1380. Il lui succéda après sa mort (1382-1384). L’intitulé se serait référé au couronnement du roi Louis qui eut lieu en Avignon, le 30 mai 1382, des mains de Clément VII, ce qui aurait repoussé de trente ans l’époque où l’épître fut effectivement rédigée. Le compilateur ignorait visiblement qui était l’auteur de la lettre dont il transcrivait la traduction castillane; il ne faut donc pas exclure qu’il ait pu commettre lui-même cette confusion.

En réalité, cette épître fut rédigée par Pétrarque en 1352, peu après que Niccolò Acciaiuoli eut remporté deux succès considérables sur ses adversaires: avec l’appui du pape, il est parvenu à obtenir que les Hongrois, venus venger l’assassinat du roi André, évacuent le royaume sans percevoir d’indemnité; le jour de la Pentecôte, Jeanne et Louis d’Anjou sont solennellement couronnés. Dans l’intitulé, il faut donc comprendre que Niccolò Acciaiuoli exerçait ses fonctions de Grand Sénéchal au nom du roi Louis de Tarente, deuxième mari de la reine Jeanne I.

La transcrition du début de cette épître est interrompue bien avant le fragment final reproduit sous le numéro 21.Le fragment initial couvre les 49 premières lignes de l’édition Rosi; le fragment final, les lignes 167 à 304. La lacune de la transcription (lignes 50-166) correspond donc à 5 folios de notre codex. Cf. Petrarca, Le famiglieri. Ed. crit. per cura di Vittorio Rosi. Vol. 3, Libri XII-XIX. Firenze: Sansoni, 1968, p. 5-17.

Signalons enfin qu’autant qu’on ait pu en juger, la version castillane présente quelques variantes intéressantes par rapport aux versions latines recensées: une amplification à la suite de l’évocation de la défaite d’Hannibal; une référence explicite à Sénèque et à une de ses tragédies, alors que le texte latin utilise la forme simple “Tragicus” pour désigner à la fois l’auteur et son œuvre.

30 . Cf. A. Paz y Melia, “Torneo celebrado en Schaffouse (1433?)”. Revista de Arrchivos, Bibliotecas y Museos, n°9 (1903), p. 292-298. Pour justifier la datation qu’il propose dans le titre de son article, l’auteur s’appuie sur la mention, dans le récit du tournoi, du nom de Juan de Silva, qui fit partie de l’ambassade castillane au Concile de Bâle, de 1433 à 1436. Paz y Melia choisit donc de situer l’événement au début de l’ambassade; mais il serait préférable d’interpréter le point d’interrogation comme une possible ouverture sur les années suivantes. Le contexte du texte dans le manuscrit Res. 27 incite plutôt à placer l’événement en 1435.

31 . Cf. J. Zurita, Anales de Aragón. Zaragoza: Institución Fernando el Católico, C.S.I.C., 1978, t. 6, p. 109).

32 . Parmi les informations qui permettent de dater ce fragment de lettre figure (f. 116va-117rb) la mention de la tenue récente de l’assemblée du clergé français à Bourges et de la lettre de l’archevêque de Lyon (Amédée de Talaru) qui reconnaissait la légitimité du concile de Bâle (“concluyeron este conçilio ser beatesima mente ayuntado”). L’assemblée de Bourges se tint en mars et avril 1432. Cf. Monumenta conciliorum generalium seculi decimi quinti. Vienne-Bâle, 1857-1935, t. II, p. 203.

33 . À cet effet, dans l’inventaire qui précède, nous avons indiqué la date des événements auxquels se réfèrent les différents documents. Lorsque la date de rédaction ne coïncide pas avec celle des événements, comme c’est le cas pour des fragments extraits des chroniques de Pero López de Ayala, nous signalons l’année des faits auxquels ils se rapportent et nous rappelons que le Chancelier Ayala rédigea ces textes à partir de 1385, à l’issue de sa captivité à Obidos, et qu’il poursuivit leur rédaction jusqu’à une date proche de sa mort en 1407.

34 . Il n’est pas exclu que ce document ait pu parvenir aux mains du compilateur par le même truchement, ce qui pourrait expliquer aussi leur association dans le recueil.

35 . Paz y Melia, art. cit., p. 287, affirme que l’interruption du récit de la bataille de Ponza au folio 92v est due à l’insertion erronée de deux folios. L’explication est insuffisante parce qu’elle ne rend pas compte des autres désordres survenus dans cette partie du codex. Comme nous l’indiquons supra, la fragmentation du récit de la bataille de Ponza n’est pas due à un désordre des cahiers du codex, puisque la partie finale reprend au recto du folio 95, alors que la précédente s’achève au recto du folio 93. Il pourrait subsister un doute à ce sujet pour le Paso honroso, dont la première partie s’achève au verso du folio 67 alors que la continuation occupe un folio entier, le 94. Cependant, ni la foliation ancienne en chiffres romains ni la moderne en chiffres arabes ne présentent d’interruption à cet endroit. Signalons que la foliation arabe correspond exactement à la distribution du codex dans son état actuel, alors que la foliation romaine, qui dépasse la précédente de 3 unités, correspond très probablement à l’état primitif, la transcription du premier item étant acéphale.

36 . Outre le roi d’Aragon et son frère Jean, roi de Navarre, furent victimes du désastre les infants Henri et Pierre, qui se considérèrent toujours comme sujets du royaume de Castille, d’où ils tiraient la quasi totalité de leurs revenus. Rappelons pour mémoire que c’est au Marquis de Santillane, poète castillan, que l’on doit le plus remarquable témoignage littéraire sur la bataille : la Comedieta de Ponza fut rédigée sous le coup de l’émotion provoquée par la nouvelle de la défaite et de la captivité du roi et de ses frères. L’item 24 ajoute une nouvelle dimension à cet état de fait : il confirme l’intérêt des Espagnols, y compris les Castillans, pour les affaires de Naples; il accentue le caractère exotique du corpus, étant entendu que, s’agissant de cette partie de l’Italie, on peut parler d’un exotisme “proche”.

37 . Pour des raisons de commodité, le texte français ne le contenant évidemment pas, nous préférons le transcrire ici que dans l’édition. Nous faisons une transcription paléographique : nous indiquons les séparations des mots et la ponctuation d’origine; nous transcrivons en italiques les caractères correspondant aux abréviations que nous développons.

38 . “Messire neveu. Moi, Fernand Pérez de Ayala, je me recommande à Votre Grâce. Messire neveu, connaissant votre bonne discrétion et que vous avez désir de savoir ce qui se passe, je vous envoie un écrit qui me fut remis à Paris par l’Université et les Députés du royaume qui y étaient alors réunis, lesquels se plaignaient fort de la division du royaume, car ils le voyaient aller à sa perdition pour ce qu’il état mal gouverné. Ils présentèrent au roi cet écrit, lequel eut peu d’effet car il était ordonné par Dieu que tout allât là où il est allé. Voyez, messire neveu, comment si grande Maison, dotée de tant de biens, par division est parvenue à ce qu’elle est aujourd’hui, sur le point de périr du tout au tout et si les rois doivent prendre exemple et tenir pour miroir devant leurs yeux cette Maison, et plaise à Dieu que chacun y prenne exemple.”

39 . Le second fils et homonyme du Chancelier hérita de son père ses possessions tolédanes, elles aussi transformées en majorat, et les charges afférentes.

40 . Cet ajout se situe à la suite du chapitre 30. 32,6. L’éditeur, qui qualifie ce passage de “rare moment de créativité littéraire” d’Ayala dans sa traduction, le reproduit. Cf. Las Décadas de Tito Livio, op. cit., p. 105.

41 . La traduction des Décades du Chancelier Ayala a fait l’objet, avant 1439, d’un compendium dû à Rodrigo Alonso Pimentel, Comte de Benavente, qui, à notre connaissance, n’a pas été étudié avec toute l’attention qu’il mérite, s’agissant de la seule manifestation tangible d’une diffusion de l’œuvre d’Ayala.

42 . Sur ce sujet, cf. M. Garcia, El historiador en su taller (Castilla. Principios del siglo xv). Edición y comentario del Ms Esp. 216 de la Bibliothèque nationale de París (à paraître).

43 . L’Archivo General de Navarra (sección de comptos) conserve plusieurs documents qui témoignent de relations épistolaires entre Fernán Pérez et la Corte de Pamplona. Cf. M. Garcia, El historiador en su taller.

44 . L’épître fut reconnue très tôt comme une institutio regia, selon la formule figurant dans l’intitulé de certaines versions. La plupart des manuscrits qui l’ont conservée mentionnent le nom et les titres du destinataire et sa qualité de Grand Sénéchal, soit du royaume de Sicile soit de Louis de Tarante, mais pas la référence à la reine Jeanne. En outre, ils signalent le nom de l’auteur, contrairement à la traduction castillane. Cf. F. Sabatini, Napoli angioaia. Cultura e Società, 1975.

45 . Pour ne citer que les grandes familles d’origine alavaise, les Ayala sont apparentés aux Guevara depuis le mariage de Beltrán de Guevara avec Mencía de Ayala, sœur de Fernán Pérez; cette union sera renforcée, deux générations plus tard, par le mariage de Pedro de Guevara avec Constanza de Ayala, fille du même Fernán Pérez. Ce Guevara cumule donc la qualité de “neveu issu de germain” et de gendre du seigneur d’Ayala. Les Ayala sont aussi apparentés avec les Mendoza depuis le mariage de la quatrième sœur du Chancelier Ayala, Juana García, avec Pero González de Mendoza. Plusieurs Mendoza sont impliqués dans les débats chevaleresques contenus dans la codex: Juan Hurtado de Mendoza, essentiellement, mais aussi Ruy Díaz de Mendoza et Pedro de Mendoza, seigneur d’Almazán. Mais ils appartiennent tous à la génération de Fernán Pérez; Ruy Díaz est même son beau-frère, l’époux de sa sœur Mayor de Ayala. Il faudrait citer aussi les Alvarez de Toledo, en particulier Fernán Álvarez de Toledo, dont le grand-père et homonyme avait épousé Leonor Hernández, septième sœur du Chancelier Ayala. Ce ne sont là que des pistes de recherche, mais il est clair, en toute hypothèse, que l’identification de ce neveu n’a de sens que si le personnage désigné a joué un rôle dans la constitution du codex; or, il ne suffit pas d’être l’acteur d’un des événements rapportés pour être reconnu comme le compilateur.

46 . Cf. J. RodrÍguez Velasco, El debate sobre la caballería…, p. 50.

47 . Rodrigo Alonso Pimentel, Comte de Benavente, auteur du compendium des Décades cité plus haut, possédait dans sa bibliothèque, d’après l’inventaire de 1440, outre plusieurs copies de son résumé ainsi que de la traduction d’Ayala, une collection de Arengas e propusiçiones de Tite-Live (Cf. Las Décadas de Tito Livio, op. cit., p. 169), malheureusement perdue. Compte tenu de la proximité des dates, de l’intérêt manifesté par le Comte pour l’œuvre d’Ayala et de la faible diffusion de celle-ci, on ne peut écarter l’idée que notre item 14 puisse avoir son origine dans la collection réunie par ce haut personnage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Atalaya, 9 : Administrer et convaincre au moyen âge (xiiie – xve s.).Castille-Léon, France.Automne 1998, p. 65-134

Référence électronique

Michel Garcia, « Les Remontrances au Roi (1413). D’après une version castillane contemporaine », Atalaya [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/130

Haut de page