Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Des textes à l'œuvre : la poésie narrative castillane au XIIIe siècle

L’œuvre texturée : trames intellectuelles et accomplissement des perspectives

Deux notes relatives au Libro de Alexandre
La obra «texturada»: tramas intelectuales y consecución de las perspectivas. Dos notas relativas al Libro de Alexandre
The textured work: intellectual plots and accomplishment of the prospects. Two notes on the Libro de Alexandre
Amaia Arizaleta

Résumés

On s’intéressera ici, au sujet du Libro de Alexandre, à deux des situations que comporte la transformation du texte en œuvre, c’est-à-dire les conditions du développement d’une séquence thématique, et l’activation d’éléments inscrits en puissance dans les racines du texte qui est en devenir. Il s’agira de commenter la transformation du tissu poétique du Libro de Alexandre, depuis ses premiers fils jusqu’à sa texture complexe, en faisant particulièrement attention au renouvellement du texte apporté par l’ajout de miniatures. Ces notes affleurent par conséquent à la trame intellectuelle qui sous-tendait un texte composé vraisemblablement entre 1200 et 1225, ainsi qu’à l’entrelacement textuel et visuel que l’œuvre de la fin du xiiie siècle proposait à ses récepteurs.

Haut de page

Texte intégral

Ces deux « notes relatives au Libro de Alexandre » requièrent deux remerciements. La première de ces notes est née consécutivement à deux colloques : « Des textes à l’œuvre : la poésie narrative médiévale au xiiie siècle », à l’École normale supérieure de Lyon les 30 et 31 mars 2015, et « The Cleric’s Craft : Crossroads of Medieval Literature and Modern Critique », à l’Université de El Paso (UTEP) du 22 au 25 octobre 2015. Il convient d’avertir l’aimable lecteur que ma communication au colloque cité de l’ENS, intitulée « Alexandre : texturas naturales », fondée sur mon travail pour la collection dirigée par Catherine Gaullier-Bougassas, La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècle). Réinventions d’un mythe, 4 vol., Turnhout : Brepols, 2014 (notamment le chapitre « La cristallisation des savoirs : Alexandre, vecteur de connaissances en Castille-León », t. 3, p. 1509-1533), a trouvé un écho dans la conférence de Michael Gerli intitulée « Reflections of the Long Thirteenth Century: Curiosity, Knowledge, and Political Power in The Libro de Alexandre » au colloque de l’UTEP, qui portait sur l’humanisme scholastique de l’auteur du poème. Je me permets de renvoyer à mon étude, ainsi qu’aux travaux de Jorge García López, pour un panorama de la question. J’ai plaisir à remercier Michael Gerli de m’avoir transmis son étude immédiatement après le colloque, et préfère présenter ici quelques commentaires ponctuels autour de la question que j’exposais au mois de mars 2015 : celle de la curiosité naturelle du clerc auteur du Libro de Alexandre. La deuxième de ces notes émane de mon admiration pour les travaux très stimulants de Clara Pascual-Argente et Rosa Rodríguez Porto, dont je salue l’honneteté intellectuelle et la générosité qui me conduisent à mettre ces modestes notes sous leur protection, en attendant leurs critiques. On ne saura ignorer la valeur inestimable de la thèse doctorale de Rosa Rodríguez Porto, Thesaurum. La Crónica troyana de Alfonso XI (Escorial, h.i.6) y los libros iluminados de la monarquía castellana (1284-1369), Santiago de Compostela, 2012. L’étude de Clara Pascual-Argente, «Mester de clerecía and the European Romances of Antiquity», prémices d’une monographie sur les romans antiques, fera également date. J’ai plaisir à remercier Carlos Heusch ainsi que Pablo Justel Vicente, pour leur patience et pour le professionnalisme dont ils ont fait preuve pendant le processus de publication de cet article. Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos », MINECO HAR2013-42925-P.

  • 1 Des travaux antérieurs sont à l’origine de ces notes : Amaia Arizaleta, Les clercs au palais. Chanc (...)

1La vocation des notes qui suivent est de proposer quelques éléments de réflexion sur les transformations du Libro de Alexandre comme œuvre texturée, dont la disposition et la dimension des fils signifiants est mise en évidence et augmentée par des opérations menées à bien par l’auteur anonyme lui-même et par les récepteurs de l’objet poétique1. Il va de soi que les propositions énoncées sont à forte valeur conjecturale, tant est grande notre ignorance sur les questions fondamentales qui entourent le texte.

2Son auteur anonyme ordonna une ample série d’opérations performatives qui liaient le texte et le contexte, le texte et l’œuvre, le texte et ses figures constitutives ; ces opérations furent réinterprétées au sein de communautés de lecture distinctes2. Comme d’autres textes romans contemporains, le Libro de Alexandre fut conçu pour interagir avec un lecteur ou auditeur capable d’actualiser les réseaux de sens qui le parcourent :

  • 3 Strophe 3 du Libro de Alexandre. Les citations du texte proviennent de l’édition de Juan Casas Riga (...)

Qui oírlo quisier’, a todo mi creer,
avrá de mí solaz, en cabo grant plazer;
aprendrá buenas gestas que sepa retraer;
averlo han por ello muchos a coñoçer
3.

  • 4 Il suffira de rappeler à ce propos les travaux de Fernando Gómez Redondo, « El ‘fermoso fablar’ de (...)
  • 5 La bibliographie sur le Libro de Alexandre est abondante. Sur la clergie de l’auteur et l’interprét (...)

3On sait à quel point les notions de solaz, plazer, gesta, retraer, tout autant que l’idée de fama, épousent celles de serviçio, mester, clerezía, tout comme le concept de maestría (strophes 1 et 2)4. Dès les tout premiers vers de l’œuvre, l’auteur anonyme exposait les caractéristiques techniques de son poème narratif, pourvoyeur de modèles thématiques et formels. Ce clerc curieux, drôle et bien renseigné sut glisser une épopée médiolatine dans une forme poétique romane, à l’intention d’auditeurs qui, selon leur compétence culturelle, auraient différemment apprécié les composantes du poème. Désireux d’affirmer la médiation cléricale en dessinant l’épure de la monarchie, de construire une somme encyclopédique et fictionnelle tout en rendant hommage à des sources qu’il savait accorder avantageusement et de préserver une mémoire culturelle5, il triomphe davantage encore dans le domaine de l’effectivité sémantique, puisqu’il va même jusqu’à revêtir son personnage des significations de l’œuvre et à en faire le signe de la quasi-totalité des référents de ce « livre d’un roi païen » – « livro de un rëy pagano » (5a).

  • 6 En suivant Paul Ricœur, Du texte à l’action : essais d’herméneutique II, Paris : Seuil, 1986, pour (...)

4Le héros, multiple en essence et essentiellement dynamique, endosse la fonction herméneutique et explique le monde à son entourage de lecteurs et d’auditeurs6, car le monde lui a été expliqué et donné à voir par Aristote, par Aristandre, par le médecin Cristobule et par tant d’autres. Alexandre, élève et maître, porte en lui la puissance de dire et d’agir : pour les récepteurs du poème, cet empereur en devenir est un réservoir de sagesse, un vecteur de connaissances profanes et sacrées – « el rëy Alexandre […] arca de sapïençia » (1557ab). Alexandre transmet son savoir à ses hommes selon des modalités diverses : par la mise en œuvre effective de son habileté linguistique, comme c’est le cas devant les ruines de Troie, ou bien par le témoignage que le poète fait de l’acquisition de l’expérience du monarque, comme c’est le cas durant le voyage du conquérant en Orient. C’est donc ainsi que le roi Alexandre transforme le texte en œuvre, par la grâce de l’auteur anonyme.

  • 7 J’évoque ici l’entreprise intellectuelle menée à bien par Christian Jacob, « Lieux de savoir. Histo (...)
  • 8 Dans sa communication, encore inédite, à laquelle j’ai fait référence au début de ce travail, Micha (...)
  • 9 Dans « Rex illiteratus. Alexandre et le savoir, selon Gautier de Châtillon », in : C. Gaullier-Boug (...)
  • 10 Alexandru Cizek, « Alexandre explorateur de merveilles de l’Orient dans l’Historia de preliis », in (...)
  • 11 Apud C. Gaullier-Bougassas, « Rêves de connaissance et d’exotisme : l’Alexandre aventurier en langu (...)

5La texture de l’œuvre est en grande partie liée à la représentation littéraire de la connaissance et de l’acquisition de la connaissance par les personnages. Le clerc qui écrivit le Libro de Alexandre contrôla son espace intellectuel et organisa les territoires savants qu’il réservait pour son texte : en proposant une réflexion feuilletée sur le monde, sur l’homme et sur Dieu, il veilla à ce que son poème s’imprégnât d’un lieu de savoir caractéristique7, celui de la Nature et de la science naturelle de tradition aristotélicienne8. C’est, me semble-t-il, l’adéquation conceptuelle entre un substrat de pensée plus précis qu’on ne le croit et la représentation enthousiasmée d’une monarchie potentiellement capable d’adhérer à cette pensée, toujours sous l’autorité des clercs, qui constitue l’un des fils caractéristiques du Libro de Alexandre : son auteur s’éloigne de Gautier de Châtillon dans l’« indifférence plutôt désobligeante » de celui-ci vis-à-vis d’un Alexandre incapable d’aller au-delà d’un sens littéral. Comme l’a récemment écrit Jean-Yves Tilliette, « le roi est débouté de toute prétention à la compétence herméneutique » dans l’Alexandreis9, qui manifeste une antipathie certaine envers l’autorité laïque. Ce n’est pas l’attitude qu’adopte l’auteur castillan lequel, tout en mesurant les incapacités et les faiblesses humaines, fait d’Alexandre un monarque lettré et spiritualisé. L’appétence limpide du clerc anonyme pour les savoirs dépasse celle de ses modèles : alors que les remanieurs des versions de l’Historia de Preliis dénoncent les ambitions transgressives d’Alexandre10, l’auteur du Libro se sert de quelques passages choisis qui lui permettent, au contraire, de mettre en lumière plus ouvertement, et plus lucidement, les aventures d’observation à but scientifico-utopique de son héros. Le roman français contient quant à lui un affranchissement du savoir encyclopédique, et associe désir d’évasion et d’émotion violente à l’ivresse de la découverte. Le romancier français n’intervient ni ne condamne directement Alexandre, et il laisse le déchiffrement du portrait du conquérant à ses lecteurs11. L’auteur du Libro de Alexandre, en revanche, guide la lecture et agit comme maître des savoirs, qu’il expose et qu’il commente. Cet écart idéologique par rapport à ses sources est emblématique du poème castillan : l’œuvre spécifique de son auteur se situe, entre autres, au niveau de l’écriture de la thématique de la Nature.

Première note : trames intellectuelles

6La transmission des savoirs est l’un des premiers devoirs du clerc qui composa le Libro de Alexandre : « deve, de lo que sabe, omne largo seer » (1c). La dynamique propre à l’activité savante, qui motive l’interrogation sur les secrets de la nature – laquelle parcourt tout un ensemble d’œuvres scientifiques et poétiques latines, depuis les maîtres chartrains du xiie siècle jusqu’aux encyclopédistes du xiiie siècle – est le fruit de relations individuelles, de l’établissement d’un espace de réflexion et de réseaux d’échange. Au sein du Libro de Alexandre, le substrat de pensée qui permet l’explication du rôle de la Nature dans le mouvement du monde et dans l’achèvement des desseins divins, est sans aucun doute d’ascendance archilettrée et de fonctionnement pragmatique. Les voyages et les conquêtes d’Alexandre sont le miroir des voyages en chambre du clerc anonyme. Cette maîtrise du monde est semblable chez le roi conquérant et chez l’auteur lettré, mais elle se caractérise par sa hiérarchisation qualitative : le monarque sait, parce que ses maîtres lui ont appris : il est tout à fait capable d’appliquer ses connaissances à sa lecture des phénomènes terrestres tels l’éclipse de lune, ou bien à l’observation des animaux de l’Inde ; cependant, c’est toujours une figure d’intellectuel qui le guide et qui complète son savoir.

  • 12 A. Arizaleta, « El Libro de Alexandre: el clérigo al servicio del rey » ; Les clercs au palais…
  • 13 Pour une topographie des lieux physiques de possession, construction et transmission des savoirs au (...)
  • 14 Pour ce qui suit, A. Arizaleta, « La cristallisation des savoirs… ».
  • 15 Luis García Ballester, « Naturaleza y ciencia en la Castilla del siglo xiii. Los orígenes de una tr (...)
  • 16 Marta Materni, Il peccato…, p. 211.

7J’ai déjà eu l’occasion d’exposer l’hypothèse qu’une communauté intellectuelle précise aurait pu se trouver derrière l’œuvre de pensée qu’est le Libro de Alexandre12 : celle du palais royal castillan et castillano-léonais, lieu cosmopolite et mouvant qui réunissait la cour et la chancellerie, très proche de la cathédrale. Des espaces comme Tolède, Burgos, Osma, Palencia (la série est longue)13, réunissaient des spécialistes de la technique de l’écriture, des uiri literati ac religiosi reconnus pour leur art et pour leur connaissance du monde profane et spirituel. La médiation des clercs était nécessaire aux multiples actions de propagande motivées par la royauté castillane, à la recherche de l’exposition et de l’imposition de son pouvoir ; l’espace palatin qui réunissait des laïcs et des ecclésiastiques, dont l’ombre s’entretissait à celle de l’espace de la cathédrale, semble avoir pu être celui qui accueillait une communauté de lettrés actifs, très semblables au clerc anonyme dans leurs choix littéraires et thématiques relatifs à l’appréhension de la Nature et à la démonstration argumentée de parcelles d’une science qui relève toujours de la recherche des causes, complémentaire à la raison. L’Alexandre hispanique du clerc anonyme paraît, en effet, riveter dans le poème des conceptions de pensée propres à une période et à un milieu donnés14. N’oublions pas qu’à Saint-Jacques de Compostelle, franciscains et dominicains lisaient et commentaient, dans les premières années du xiiie siècle, le De animalibus d’Aristote dans la traduction de Michel Scot, ainsi que des traités d’astronomie, de philosophie naturelle, de mathématiques et de médecine15. C’est dans ce contexte général qu’il faut lire le Libro de Alexandre, où Aristote (qu’il soit considéré comme étant «précepteur», «adoctrinateur» ou encore «précepteur particulier avec quelques connaissances scientifiques»)16 apparaît comme celui qui conduit le jeune prince vers les savoirs.

  • 17 Charles Burnett, « Michael Scot and the Transmission of Scientific Culture from Toledo to Bologna v (...)
  • 18 Marta Materni, Il pecatto…, p. 195 : « […] voler definire a tutti i costi l’armonia come prodotto d (...)
  • 19 On lira une étude argumentée de cette question dans « Prácticas intelectuales y redes de saber cler (...)

8Alexandre s’intéresse aux naturalia, c’est-à-dire à la Nature en tant que création donnée par Dieu à l’homme. L’auteur réunit poésie et science, lorsqu’il prit pour tâche de réaliser l’application littéraire des savoirs du quadrivium : dans des vers composés selon les règles du trivium, il évoqua à deux reprises l’art de la physique qui guérit (narration du bain dans le Cidnus et de la blessure du roi dans la capitale des Sudraccas) ; souvent, il se complut à évoquer les caractéristiques techniques de l’art musical (description de l’automate du palais de Poros, évocation du mariage avec Roxane, énumération des oiseaux de Babylone, entrée à Jérusalem). Enfin, il assit la trame du récit sur la description géographique, par laquelle il donna à voir à ses auditeurs la mesure du monde que son héros ambitionnait de conquérir. Dans le Libro de Alexandre résonnent la doctrine de la création et l’explication de processus physiques concrets. Charles Burnett rappelle que les socii de Gérard de Crémone (dictus magister et chanoine de la cathédrale de Tolède dans les dernières années du xiie siècle) s’attelèrent à traduire des œuvres qui correspondaient aux domaines des arts, c’est-à-dire dyalectica, astrologia, geometria, phylosophia, physica, ainsi qu’aux sciences naturelles et métaphysiques d’Aristote17. La clergie hispanique lettrée s’adonnait, elle aussi, à la réflexion sur les savoirs ; il paraît, par conséquent, légitime de postuler qu’un tel contexte culturel ait déteint précisément sur la construction littéraire et scientifique du Libro de Alexandre. Je ne partage donc point, bien au contraire, l’idée que le poème puisse être considéré comme un exemple du rejet des idées aristotéliciennes et comme le signe de la résistance de certains clercs à l’introduction de nouveaux savoirs18. J’affirmerai plutôt qu’il existe au moins dans le poème anonyme un parfum d’époque, une adéquation avec quelques-unes des aspirations intellectuelles du tournant des xiie et xiiie siècles, commune à d’autres textes de clercs lettrés hispaniques et contemporains de l’auteur anonyme, tous proches des cathédrales et des cours19.

  • 20 L’étude autorisée est celle de Lucy Pick, « Michael Scot in Toledo : Natura naturans and the hierar (...)
  • 21 Juan Fernández Valverde et Juan Antonio Estévez Sola (éd.), Roderici Ximenii de Rada. Dialogus libr (...)
  • 22 Manuel Alonso (éd.), Diego García, natural de Campos. Planeta, Madrid : CSIC, 1943, p. 463.
  • 23 Kenneth H. Vanderford (éd.), Setenario, Barcelone : Crítica, 1984, p. 108.

9Il suffira ici de faire une allusion très ponctuelle à l’un des éléments les plus abondamment commentés de ce tissu de signes de pensée, qui pourrait fonctionner comme fibre qui lie diverses œuvres encyclopédico-doctrinales composées entre 1210 et 1220 : la notion de natura naturans qui, avec son doublet natura naturata (dont l’ascendance revient à Alain de Lille, mais probablement forgé par Michel Scot dans son Liber introductorius avant 1220)20, fit florès dans les cercles érudits d’Occident, notamment à Tolède. La notion est présente, sous sa forme glosée romane, dans le Libro de Alexandre : « La Natura, que cría todas las crïaturas » (2325a), mais aussi dans le Dialogus libri Vitae de Rodrigue Jiménez de Rada (composé vers 1214 ?) : « […] hec enim natura, cuius studio similia a similibus generantur, non est natura naturans set est a primo principio natura »21, et aussi dans l’épitre que l’archevêque de Tolède adressa à Diego García en 1218 pour le remercier d’avoir rédigé le Planeta en son honneur : « Etsi natura naturans investigate agnitionis […] »22. Tous ces individus étaient familiers de l’usage et du sens de la notion. Il sera utile de rappeler ici qu’Alphonse X de Castille et du Léon établit son propre système d’explication de la nature dans le Setenario au moyen d’un discours qui devait s’étayer sur les savoirs et les pratiques intellectuelles des lettrés tolédans ; on lit dans le Setenario à propos des parties de la Nature : « Et la primera es natura naturador; ésta es Dios [...] La ssegunda es llamada natura naturada, que quier dezir que ffue ffecha del naturador »23.

  • 24 Voir A. Arizaleta « Prácticas intelectuales y redes de saber clerical… ».
  • 25 A. Arizaleta et Rosa Rodríguez Porto, « Le manuscrit O du Libro de Alexandre dans son contexte litt (...)

10Au moment où le Libro de Alexandre était composé, des ecclésiastiques liés au chapitre de la cathédrale de Tolède, ainsi qu’à la chancellerie royale, écrivaient sur la Nature. Rodrigue Jiménez de Rada, Diego García, Michel Scot et d’autres, spécialistes de la mise par écrit, habitués des cercles en vue, constituèrent assurément une communauté textuelle qui lisait l’œuvre de Pierre le Mangeur (Petrus Comestor), d’Alain de Lille, de Pierre Lombard, et dont les membres lisaient les textes des autres membres du groupe24. Rien ne nous dit que l’auteur anonyme participait d’une telle effervescence scripturaire, ou qu’il se situait dans une autre compagnie lettrée ; cela dit, l’évocation de ce paysage intellectuel permet de comprendre comment une matière d’une actualité certaine put acquérir une puissance thématique et interprétative qui transforma le Libro de Alexandre en traité ouvragé de philosophie naturelle. Le texte fut enrichi par le contexte, dans le domaine de l’amplification des sources, gagnant en épaisseur au moment même de sa composition. Des années plus tard, le Libro de Alexandre devint doublement œuvre, lorsqu’un artiste anonyme suivit le sillage tracé par le poète, imaginant pour le manuscrit O « deux miniatures qui ne ressemblent à aucune autre des illustrations que l’on peut admirer dans le corpus iconographique alexandrin »25.

Deuxième note : accomplissement des perspectives

  • 26 Ibid, p. 258-259 : « Le texte du début du siècle, comme celui de la fin de 1200, apparaît comme un (...)

11Il a été postulé, dans l’étude à laquelle je joins cette apostille, que la fin de siècle activa par le sens de la vue les potentialités d’un texte composé dans le premier quart du xiiie siècle26, dynamisant ainsi un réseau de sens articulé autour de la figure polymorphe d’Alexandre le Grand :

  • 27 Ibid., p. 252-253.

Une d’elles dépeint la scène du bain quasi fatal du roi dans le fleuve Cydnus (fol. 53v), épisode rarement représenté dans la tradition iconographique d’Alexandre. L’image insérée dans le fol. 45v donne à voir, quant à elle, une scène imaginée par l’auteur qui est un excellent exemple de son autorité créative. Selon le texte du poème, l’armée grecque atteignit les ruines de Troie et la tombe d’Achille lorsqu’elle se dirigeait vers l’Orient (strophes 330-334). Mû par la lecture d’une épitaphe gravée sur le sépulcre de l’Éacide, le roi Alexandre raconte l’histoire de la guerre de Troie sur le site lui-même. Celle-ci est la plus longue des interpolations conçues et développées par le poète anonyme, lequel réussit ainsi à différencier nettement son œuvre de l’Alexandreis, source du passage27.

  • 28 C. Pascual-Argente, « ‘El cabdal sepulcro’… », p. 72, à la suite de David J. A. Ross, « Alexander I (...)
  • 29 Voir Daniel Rico Camps, « A Shrine in its Setting: San Vicente de Ávila », in : Stephen Lamia et El (...)
  • 30 Par ailleurs, on se demandera si l’artiste a dessiné deux pierres (un grand sépulcre et un plus pet (...)
  • 31 J. Casas Rigall (éd.), Libro de Alexandre, p. XXX, note 761-762.

12C’est sur l’illustration du fol. 45v que je voudrais revenir ici. Elle place au premier plan un grand sarcophage et un autre ouvrage de pierre qui encadrent la figure du roi. Celui-ci occupe l’espace qui est délimité par ces deux artefacts et pose sa main sur le plus petit, situé au centre de l’image. Le texte du poème avait expliqué qu’Alexandre trouva, en arrivant au site, le sépulcre d’Achille : « “Aquiles só, que yago so este mármol çerrado” » (331a). Cette donnée explique probablement que l’ouvrage au premier plan ait été reconnu comme étant la représentation du tombeau d’Achille28. La matérialisation visuelle du sépulcre correspondrait à la tradition hispanique des tombeaux de saints ou de séculiers, souvent façonnés au moyen de sarcophages posés sur des colonnes29. Cela dit, on remarquera que le tombeau dessiné est dépourvu d’ornements et d’inscriptions : s’il représente en effet le sépulcre du Péléide, l’on conclura que l’artiste du manuscrit O ne suivit point les indications que le texte poétique fournissait au début de la digression troyenne : « Falló entre los otros un sepulcro honrado, / todo de buenos viessos en derredor orlado (330ab)30. Cette pierre qu’Alexandre touche, d’un geste qui dit explicitement son pouvoir, a été également identifiée comme étant un pupitre attendant un livre31.

13Une interprétation complémentaire de sa nature peut être proposée, sans que l’on épuise pour autant les champs des possibles : l’auditoire du poème aurait pu reconnaître dans cette pierre un autel reposant sur des colonnes tournées. Il serait, certes, tentant de proposer un raccourci qui ferait de ce meuble de pierre un autel-tombeau, catégorisation peut-être pertinente puisque les descriptions de tombeaux monumentaux remplissent un rôle fondamental dans la construction des sens du Libro de Alexandre ; nous proposerons, cependant, une perspective un peu différente qui apportera un supplément de sens à l’explication du fonctionnement du diptyque formé par les deux images ajoutées au manuscrit madrilène.

  • 32 Joël Perrin, « L’autel : fonctions, formes et éléments », In Situ [En ligne], 1 | 2001, URL : <http (...)
  • 33 Hélène Toubert, « Contribution à l’iconographie des psautiers. Le Commentaire des Psaumes d’Odon d’ (...)
  • 34 Voir à ce sujet Etelvina Fernández González, « Sobre el altar en la Edad Media asturiana », Asturie (...)
  • 35 A. Arizaleta, « Le miracle exégétique…».

14L’artiste a dessiné ici une épaisse table de pierre dont nous voyons la face et les quatre piliers qui la soutiennent. Elle ressemble beaucoup, par exemple, à l’autel-table de l’église paroissiale de Saint Denis, à Villers-le-Rond, qui date de la première moitié du xiiie siècle32. Elle possède des points communs avec l’autel figuré dans le frontispice du manuscrit Lat. 2508 de la Bibliothèque Nationale de Paris, qui contient le commentaire des psaumes composé par Odon d’Asti à la fin du xie siècle et qui fut orné dans l’abbaye de Farfa33. L’objet en question, un autel-table posé sur quatre pieds, est situé entre les figures d’Aaron et de Moïse, qui l’encensent. Il serait certainement utile d’approfondir notre connaissance des rapports existants entre les objets textuels figurés et les objets sculptés hispaniques des xiie et xiiie siècles : mémoire de l’antiquité et utilisation pragmatique semblent, dans ce cas, particulièrement bien accordées34. Pour rester dans le cadre de cette apostille, on avancera que l’image du fol. 45v reproduit l’action du sacerdoce royal, grâce à un Alexandre resémantisé – dans le poème, le roi païen devient sensible aux vertus chrétiennes par les manifestations du divin dont il est à la fois le témoin et l’objet35 – et acquiert une extraordinaire performativité d’ordre typologique : les deux étapes de la lectio spirituelle sont efficaces, se structurant autour du roi prêcheur en majesté, lequel deviendra roi de souffrance dans l’image consécutive du fol. 53v. Le diptyque du manuscrit O confirme que l’autel préfigure la croix, dans un contexte significatif qui fusionne l’antiquité et l’Orient, la prophétie et la chute, le pouvoir humain et la puissance divine. Le trajet jusqu’à la représentation du roi officiant qui annonce le roi mourant est essentiellement textuel, et appartient donc au poème (texte) des premières années du xiiie siècle, mais c’est l’artiste du manuscrit (œuvre) qui introduisit la séquence iconographique, à la fin du xiiie siècle, et qui réussit à affecter à un signe connu des significations nouvelles.

15Le long récit de la guerre de Troie que le monarque élabore à l’intention de ses soldats, « […] fizo el rey sermón / por alegrar sus gentes » (334ab) est précédé par l’évocation de la procession dans laquelle s’engagèrent les Grecs une fois identifié le sépulcre d’Achille ; le rituel qui rend présent le souvenir des aïeux prend la forme d’une cérémonie religieuse chrétienne :

Echaron grant ofrenda, dieron grant oblaçión,
ençensaron las fuessas, fizieron proçessión:
orava cadaúno con grant devoçïón
por aquellos que fueron de su generaçión.
La proçessión andada, fizo el rey sermón
[…] (333 et 334a)

  • 36 Gilles Courtieu, « La visite d’Alexandre le Grand à Ilion/Troie », Gaia : revue interdisciplinaire (...)

16L’Alexandre historique avait suivi, au printemps 334, les rituels communs lors de l’arrivée en Troade et offert un sacrifice en l’honneur d’Athéna Ilias, ce dont témoignent Diodore, Strabon, Arrien et Plutarque. Cet épisode apporta déjà au Macédonien une aura profondément spirituelle36. L’Alexandreis rappelle les cérémonies de ce culte funéraire qui devait maintenir la cohésion de la collectivité :

  • 37 Marvin L. Colker (éd.), Galteri de Castellione. Alexandreis, Padova : Antenore, 1978.

Hec breuitas regem ducis ad spectacula tanti
Compulit, et sterilem mulso saciauit harenam,
Et suffire locum sumpta properauit acerra (1, 475-78)37.

17Gautier de Châtillon ouvrait directement la voie au poète anonyme pour que celui-ci puisse accomplir la progression du domaine profane au domaine sacré. Le langage gestuel des personnages qui sèment le champ de Troie d’encens purificateur est en germe dans les vers latins, mais c’est l’auteur castillan qui tire tout le parti possible de la mise en scène d’un acte public ; Alexandre est entouré de ses hommes, dans le texte et dans l’image. L’illustration du fol. 45v a été concertée pour traduire une interprétation spirituelle, renforcée par le fait que l’autel-table sur lequel se pose la main du clerc royal, purifié par les arômes de l’oliban, contient (au moins de manière symbolique) les reliques de la mémoire de Troie et de la valeur des héros, qui sont dynamisées et réactivées par le travail de l’artiste.

  • 38 Strophes 567-568 : « Entró pora la villa […] / mandó por las iglesias las vegilias tener / e que di (...)
  • 39 J’ai défendu l’hypothèse que la prise d’armes du roi dans l’Alexandre a été calquée sur le modèle d (...)
  • 40 Ils étaient représentés dans la mappemonde d’Ebstorf, « […] témoignage iconographique de l’influenc (...)

18Ceux qui assistaient à la lecture publique du poème dans les premières années du xiiie siècle eurent sans doute l’intuition de la mise en scène que le poète proposait ; la formalisation des possibilités textuelles n’eut lieu cependant que des années plus tard. Dessiner un ara alexandri pouvait sembler naturel, d’autant plus que d’autres offrandes narrées dans le texte débouchaient sur la présence de ce dispositif : on remarquera la description de l’entrée d’Hector dans Troie38, sans oublier que l’autel est dans l’Alexandre un motif narratif de premier ordre puisqu’il permet la prise de pouvoir du Macédonien dans les premières strophes de l’œuvre39. La position de la main du roi, qui semble figurer la gestuelle du serment prononcé dans un espace ouvert, fait partie du dispositif typologique qui est activé par l’introduction du mobilier liturgique. L’autel-table (et donc pupitre) représenté par l’illustration du fol. 45v symbolise le bâtiment matériel de l’Église et le temple spirituel formé par la réunion des fidèles. L’assimilation visuelle proposée par l’artiste interagit avec l’illustration du fol. 53v et confirme les qualités opératives de l’enchevêtrement figuratif : le roi parle de la gloire et du pouvoir dans l’espace public de Troie, le roi subit la puissance de la Providence sur les rives du Cydnus, devant ses hommes. L’auditoire castillan fut confronté à l’espace d’Orient ; peut-être pourrait-on suggérer que l’autel du manuscrit O constitue un écho lointain des mythiques « autels d’Alexandre » situés près du fleuve Tanais qui marquent à l’Occident la fin du monde habitable40.

19Ces commentaires, qu’ils soient irrecevables ou acceptables, soulignent le devenir, qui caractérise le Libro de Alexandre : objet muable et mué, il témoigne de la médiation fondamentale qui est cachée dans l’écriture du clerc agent. Celui-ci propage la foi chrétienne par l’accumulation de connaissances sur le monde et sur l’homme et esquisse une encyclopédie picturale en attente de réalisation. Le poète anonyme faisait de son personnage le maître des savoirs terrestres ; l’artiste du manuscrit O fait d’Alexandre un maître spirituel. Les strates de significations visibles dans le poème bénéficient de l’addition visible de sens que le manuscrit O a intégrée à l’horizon d’attente d’une audience de la fin du siècle. Dans cette œuvre, il y a du texte.

Haut de page

Notes

1 Des travaux antérieurs sont à l’origine de ces notes : Amaia Arizaleta, Les clercs au palais. Chancellerie et écriture du pouvoir royal (Castille, 1157-1230), Paris : SEMH-Sorbonne, 2010 (édité par Les livres d’e-Spania : [URL] [https://e-spanialivres.revues.org/154]), commenté par Clara Pascual-Argente, « ‘Nueva maestría’: Recontextualizing Castilian Clerical Poetry Within and Beyond the Mester », Romance Quarterly, 62 (3), 2015, p. 182-192 ; id., et Rosa Rodríguez Porto, « Le manuscrit O du Libro de Alexandre dans son contexte littéraire et artistique : l’activation d’un réseau de signes », in : C. Gaullier-Bougassas (éd.), Alexandre le Grand à la lumière des manuscrits et des premiers imprimés en Europe (xiie-xvie siècle). Matérialité des textes, contextes et paratextes : des lectures originales, Turnhout : Brepols Publishers, 2015, p. 251-268. Le désir de mieux exposer des matériaux annoncés dans le premier et d’ajouter un post-scriptum au deuxième constitue la raison d’être de ces pages.

2 On consultera désormais C. Gaullier-Bougassas (éd.), La fascination pour Alexandre le Grand…, et les chapitres qui concernent la matière alexandrine hispanique, rédigés par Amaia Arizaleta et Hugo Óscar Bizzarri, pour un panorama, sinon exhaustif, relativement complet des écritures et lectures des cycles alexandrins en Occident.

3 Strophe 3 du Libro de Alexandre. Les citations du texte proviennent de l’édition de Juan Casas Rigall, Libro de Alexandre, Madrid : Castalia, 2007. On tiendra compte également de l’édition de Jorge García López, Alexandre, Barcelona : Crítica, 2010.

4 Il suffira de rappeler à ce propos les travaux de Fernando Gómez Redondo, « El ‘fermoso fablar’ de la clerecía : retórica y recitación en el siglo xiii », in : Lilian von der Walde Moheno (éd.), Propuestas teórico-metodológicas para el estudio de la literatura hispánica medieval, México : Universidad Nacional Autónoma de México – Universidad Autónoma Metropolitana, 2003, p. 229-281 et de Pablo Ancos, Transmisión y recepción primarias de la poesía del mester de clerecía, València : Publicacions de la Universitat de València, 2012.

5 La bibliographie sur le Libro de Alexandre est abondante. Sur la clergie de l’auteur et l’interprétation du texte, sur la lecture monarchique et encyclopédique de l’œuvre, sur le rôle du poème comme lieu de mémoire et sur l’ordonnancement des sources on verra, outre les études introductives aux éditions citées et les nombreux travaux des éditeurs, Pablo Ancos, « El autor en los poemas de clerecía del siglo xiii », Revista de poética medieval, 9, 2002, p. 11-44 ; Elena González-Blanco García, La cuaderna vía en su marco panrománico, Madrid : Fundación Universitaria Española, 2010 ; Marta Materni, Del peccato alessandrino. Realtà e limiti della maestría di un autore et di un personnagio (Libro de Alexandre), Paris : CLEA-Sorbonne, 2013 ; Clara Pascual-Argente, « ‘El cabdal sepulcro’: Word and Image in the Libro de Alexandre », La corónica, 38 (2), 2010, p. 69-98 ; Simone Pinet, The Task of the Cleric : Cartography, Translation, and Economics in Thirteenth Century Iberia, Toronto : University of Toronto Press, 2016 ; Francisco Rico, « La clerecía del mester », Hispanic Review, 53 (1), 1985, p. 1-23; 53 (2), 1985, p. 127-150. Je me permets de renvoyer à A. Arizaleta, La translation d’Alexandre. Recherches sur les structures et les significations du ‘Libro de Alexandre’, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de Lingusitique hispanique médiévale, 12), 1999 ; id., « El Libro de Alexandre: el clérigo al servicio del rey », Troianalexandrina, 8 (2008), p. 73-114 ; id., « Le miracle exégétique : un mode poétique de conceptualisation du pouvoir dans deux récits alexandrins », in : Bénédicte Bové et Olivier Biaggini (éd.), Miracles d’un autre genre. Récritures médiévales en dehors de l’hagiographie, Madrid : Casa de Velázquez, 2012, p. 137-156.

6 En suivant Paul Ricœur, Du texte à l’action : essais d’herméneutique II, Paris : Seuil, 1986, pour qui l’herméneutique est l’art de discerner le discours dans l’œuvre, discours qui est donné dans et par les structures de l’œuvre.

7 J’évoque ici l’entreprise intellectuelle menée à bien par Christian Jacob, « Lieux de savoir. Histoire comparée et anthropologie des activités savantes », voir : <http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/; Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir. 1. Espaces et communautés, Paris : Albin Michel, 2007 et id., Lieux de savoir. 2. Les mains de l’intellect, Paris : Albin Michel, 2011.

8 Dans sa communication, encore inédite, à laquelle j’ai fait référence au début de ce travail, Michael Gerli affirmait que l’auteur du Libro de Alexandre reconfigure « the components of the traditional curriculum to emphasize the close scrutiny of humankind and his personal methodical interest in the empirical world […]. As he replaces the lower disciplines with these new ones, conspicuously excluding theology from the list while privileging the empirical sciences, he also emphasizes his mastery of the New Logic, or logica nova, based on the texts of Aristotle recuperated during the latter part of the twelfth century, the Topics, the Sophistical Refutations, and the First and Second Analytics ». Voir aussi J. García López, « La alegoría de la Naturaleza en el Libro de Alexandre », in : Margarita Freixas, Silvia Iriso et Laura Fernández (éd.), Actas del VIII Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval. Santander, 22-26 de septiembre de 1999, Santander : Consejería de Cultura del Gobierno de Cantabria–Asociación Hispánica de Literatura Medieval, 2000, vol. I, p. 797-807.

9 Dans « Rex illiteratus. Alexandre et le savoir, selon Gautier de Châtillon », in : C. Gaullier-Bougassas, La fascination pour Alexandre le Grand…, t. 3, p. 1325-1329.

10 Alexandru Cizek, « Alexandre explorateur de merveilles de l’Orient dans l’Historia de preliis », in : C Gaullier-Bougassas , La fascination pour Alexandre le Grand…, t. 3, p. 1287-1324.C

11 Apud C. Gaullier-Bougassas, « Rêves de connaissance et d’exotisme : l’Alexandre aventurier en langue française », in : C. Gaullier-Bougassas, La fascination pour Alexandre le Grand…, t. 3, p. 1331-1472, p. 1486-1488.

12 A. Arizaleta, « El Libro de Alexandre: el clérigo al servicio del rey » ; Les clercs au palais…

13 Pour une topographie des lieux physiques de possession, construction et transmission des savoirs aux xiie et xiiie siècles, je renvoie au projet «Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV)», Ministerio de Economía y Competitividad HAR2013-42925-P, <http://podescrit.blogs.uva.es/>, dont je fais partie.

14 Pour ce qui suit, A. Arizaleta, « La cristallisation des savoirs… ».

15 Luis García Ballester, « Naturaleza y ciencia en la Castilla del siglo xiii. Los orígenes de una tradición: los Studia franciscano y dominico de Santiago de Compostela (1222-1230) », Arbor, 93, 1996, p. 69-125.

16 Marta Materni, Il peccato…, p. 211.

17 Charles Burnett, « Michael Scot and the Transmission of Scientific Culture from Toledo to Bologna via the Court of Frederick II Hohenstaufen », Micrologus, 1994, 2, p. 101-126.

18 Marta Materni, Il pecatto…, p. 195 : « […] voler definire a tutti i costi l’armonia come prodotto di un’avanzata cultura universitaria è la strana “povertà” scientifica del testo […] ».

19 On lira une étude argumentée de cette question dans « Prácticas intelectuales y redes de saber clerical en el mundo del pensamiento toledano : un ejemplo de cultura escrita (primer tercio del siglo xiii) », à paraître dans l’Hommage à Michel Zimmermann, sous la direction de Pierre Chastang, Patrick Henriet et Claire Soussan.

20 L’étude autorisée est celle de Lucy Pick, « Michael Scot in Toledo : Natura naturans and the hierarchy of being », Traditio, 53, 1998, p. 93-116.

21 Juan Fernández Valverde et Juan Antonio Estévez Sola (éd.), Roderici Ximenii de Rada. Dialogus libri vite, Turnhout : Brepols, 1999, p. 151-424, p. 182.

22 Manuel Alonso (éd.), Diego García, natural de Campos. Planeta, Madrid : CSIC, 1943, p. 463.

23 Kenneth H. Vanderford (éd.), Setenario, Barcelone : Crítica, 1984, p. 108.

24 Voir A. Arizaleta « Prácticas intelectuales y redes de saber clerical… ».

25 A. Arizaleta et Rosa Rodríguez Porto, « Le manuscrit O du Libro de Alexandre dans son contexte littéraire et artistique …», p. 252. Ce qui suit constitue un prolongement de l’article cité, pour lequel l’apport de Rosa Rodríguez Porto – dont la thèse : Thesaurum. La crónica troyana de Alfonso XI y los libros iluminados de la corte castellana (1284-1369) soutenue le 10 décembre 2012 à l’Université de Saint Jacques de Compostelle, est d’une valeur extraordinaire – a été décisif. Mon interprétation, subsidiaire de celle qui est défendue dans notre article commun, vient ajouter une touche au portrait dilaté du roi que le manuscrit O proposait à ses lecteurs.

26 Ibid, p. 258-259 : « Le texte du début du siècle, comme celui de la fin de 1200, apparaît comme un objet destiné à la communauté textuelle des courtisans castillans et de leur roi. Marcello Barbato et Clara Pascual-Argente ont mis en relief que le fragment troyen de l’Alexandre, tout comme l’illustration ajoutée un siècle après l’écriture du poème, configurent une mise en abyme qui accroît les liens entre le texte et l’image, le passé et le présent, la description et la prescription ». Voir Marcello Barbato, «Il libro nello specchio della estoria. La digressione troiana dell’Alexandre », Troianalexandrina, 4, 2004, p. 107-26.


27 Ibid., p. 252-253.

28 C. Pascual-Argente, « ‘El cabdal sepulcro’… », p. 72, à la suite de David J. A. Ross, « Alexander Iconography in Spain : el Libro de Alexandre », Scriptorium, 21, 1967, p. 83-86, p. 84.

29 Voir Daniel Rico Camps, « A Shrine in its Setting: San Vicente de Ávila », in : Stephen Lamia et Elizabeth Valdez del Álamo (éd.), Decorations for the Holy Dead. Visual Embellishment on Tombs and Shrines of Saints, Turnhout : Brepols, 2002, p. 57-76.

30 Par ailleurs, on se demandera si l’artiste a dessiné deux pierres (un grand sépulcre et un plus petit, ou bien un sépulcre et un autre type de monument), ou bien trois (« one in front of and one on each side of the king », C. Pascual-Argente, « ‘El cabdal sepulcro’… », p. 72).

31 J. Casas Rigall (éd.), Libro de Alexandre, p. XXX, note 761-762.

32 Joël Perrin, « L’autel : fonctions, formes et éléments », In Situ [En ligne], 1 | 2001, URL : <http://insitu.revues.org/1049> (mis en ligne le 24 avril 2012, consulté le 23 octobre 2013).

33 Hélène Toubert, « Contribution à l’iconographie des psautiers. Le Commentaire des Psaumes d’Odon d’Asti, illustré à l’abbaye de Farfa », Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge-Temps Modernes, 88 (2), 1976, p. 581-619. L’image est accessible dans Gallica, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84386184/>. Je remercie Eric Palazzo d’avoir attiré mon attention sur ce manuscrit.

34 Voir à ce sujet Etelvina Fernández González, « Sobre el altar en la Edad Media asturiana », Asturiensia medievalia, 5, 1986, p. 55-73.

35 A. Arizaleta, « Le miracle exégétique…».

36 Gilles Courtieu, « La visite d’Alexandre le Grand à Ilion/Troie », Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, 8, 2004, p. 123-158.

37 Marvin L. Colker (éd.), Galteri de Castellione. Alexandreis, Padova : Antenore, 1978.

38 Strophes 567-568 : « Entró pora la villa […] / mandó por las iglesias las vegilias tener / e que diessen ofrenda, ca era menester // Las madronas de Troya fizieron luego çirios, / vistieron todas sacos e ásperos çiliçios; / ornaron los altares de rosas e de lirios ».

39 J’ai défendu l’hypothèse que la prise d’armes du roi dans l’Alexandre a été calquée sur le modèle de la prise d’armes du roi castillan Alphonse VIII sur l’autel de San Zoilo de Carrión, événement qui avait marqué la mémoire dynastique castillane. Voir A. Arizaleta, « Alexandre en su Libro », La Corónica, 28 (2), 2000, p. 3-20.

40 Ils étaient représentés dans la mappemonde d’Ebstorf, « […] témoignage iconographique de l’influence des légendes alexandrines sur la pensée géographique médiévale » : Maud Pérez-Simon, « L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand, éd. Catherine Gaullier-Bougassas », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 26 octobre 2013. URL : <http://crm.revues.org/12759>. Voir la reconstruction de la mappemonde d’Ebstorf dans <http://classes.bnf.fr/ebstorf/grand/023.htm.>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « L’œuvre texturée : trames intellectuelles et accomplissement des perspectives », Atalaya [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 01 mars 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1512

Haut de page

Auteur

Amaia Arizaleta

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page