Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Frontière et minorité religieuse dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge

Frontière et minorité religieuse dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge

Frontera y minoría religiosa en la península Ibérica al final de la Edad Media
Frontier and religious minority in the late medieval Iberia
Olivier Brisville-Fertin

Texte intégral

  • 1 Ce séminaire donne lieu à plusieurs journées par an et est dirigé par Carlos Heusch (ENSL) et Deni (...)
  • 2 Ce séminaire combinait enseignement d’initiation pratique et une journée d’étude où des spécialiste (...)

1Le dossier que nous publions dans ce numéro d’Atalaya recueille les communications de deux journées d’études du printemps 2016 : la journée homonyme du Séminaire d’Études hispaniques médiévales (SEHM) du CIHAM – UMR 5648, du 31 mars 2016 à l’ÉNS de Lyon1 ; à l’INALCO de Paris, la journée de clôture, du 8 avril 2016, du séminaire « Aljamiado : textes et contextes d’un islam en espagnol » organisé par le CERMOM – EA 4021 en collaboration avec le Seminario de Estudios arabo-románicos de l’Universidad de Oviedo et le soutien de du projet ANR Aliento2.

2Le SEHM cherchait à aborder un objet privilégié des études médiévales, la Frontière – sa construction, sa configuration et son rôle dans les sociétés de la péninsule Ibérique médiévale –, en intégrant une situation socio-culturelle conséquente des évolutions de la Frontière entre Islam et chrétienté, les minorités religieuses. Les déplacements successifs de la Frontière, d’abord du Dār al-Islām, lors de la conquête du viiie siècle, puis des royaumes chrétiens du nord de la Péninsule à partir du xe siècle, ont entraîné des processus complexes de configuration et de construction des frontières intérieures, sociales et confessionnelles, aux niveaux juridique, administratif et idéologique. La présence de groupes religieux, minoritaires par rapport à la foi du groupe dirigeant, était en effet une résultante directe de la situation géopolitique péninsulaire au cours du Moyen Âge. Si le judaïsme avait été l’objet d’une précédente journée du même séminaire, il s’agissait d’étendre la réflexion aux autres confessions en y intégrant une attention particulière au thème central de la Frontière médiévale. Or l’INALCO accueillait une semaine plus tard une journée d’étude qui rejoignait et complétait les travaux de la journée lyonnaise, en se concentrant, cette fois, sur les minorités musulmanes à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Concluant une série de séances pratiques, cet événement abordait les textes aljamiados, ces textes musulmans en espagnol écrits au moyen de l’alphabet arabe, comme lieu et moyen de configuration d’un islam en langue hispanique. Ces codex, élaborés dans les terres des anciennes marges d’al-Andalus, sont au croisement de plusieurs frontières : linguistiques, graphique, confessionnelles, sociales, culturelles… Ils en sont en même temps frontières et dépassement des frontières.

3Cinq articles, issus de ces deux événements, constituent ce dossier. Une note bibliographique le clôt. Les travaux s’organisent chronologiquement et thématiquement.

4Julie Marquer (« Repenser la frontière politique, religieuse et culturelle dans la Péninsule ibérique du xive siècle : l'exemple du règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369) ») étudie la Frontière entre Islam et chrétienté sous le règne de Pierre Ier de Castille, dit le Cruel. Elle met en avant la labilité des frontières, non seulement politique, notamment par le jeu complexe des alliances, des liens de dépendance et des rivalités, mais aussi architecturale et idéologique. En intégrant l’histoire de l’art, cette étude souligne les échanges et les transferts techniques et esthétiques qui s’accompagnent de réappropriations. En adoptant les éléments architecturaux et épigraphiques musulmans, le roi de Castille tirait profit de ce discours pour ciseler une image de monarque supérieur et dominant.

5L’étude d’Alice Carette s’intéresse à la toponymie humaniste (« Géographie et toponymie de la “frontière andalouse” dans l’historiographie humaniste hispanique, d’Alfonso de Cartagena à Lucio Marineo Sículo »). Elle souligne la prégnance de la Frontière dans les traités humanistes. La construction du discours géographique dénote une volonté de remédier au dédoublement de l’antique Bétique. Celui-ci cherche a concilier les situations de l’Hispanie romaine et du sud de la péninsule des xve et xvie siècles. En accord avec l’héritage classique, l’enclave nasride est non seulement vouée à disparaître, mais sa « réintégration » est justifiée comme un retour à la normale, comme la restauration d’une entité géographique.

6Olivier Brisville-Fertin, dans cette réflexion sociolinguistique (« ¿ Aljamía o aljamiado ? »), cherche à proposer une caractérisation du discours des textes aljamiados. La distinction entre l’aljamiado et l’aljamía, sur laquelle le premier s’élabore, est le point de départ d’une réflexion sur les processus d’élaboration discursive de ces traductions romanes de textes islamiques. En alliant histoire socioculturelle et sociolinguistique historique, les étapes de caractérisation proposent successivement la considération du discours aljamiado comme discours de la communauté ethnique mudéjare-morisque, comme produit de la minorité des lettrés de la communauté et comme hiérolecte par sa visée, son contenu et son élaboration. Les processus d’élaboration par traduction pourraient faire émerger des traditions discursives, qui, comme modèles intertextuels, auraient une influence sur les autres registres variétaux.

7Les deux derniers articles abordent eux aussi les manuscrits aljamiados. Pablo Roza Candás offre une présentation détaillée des deux manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale d’Algérie (« Los manuscritos aljamiado-moriscos de la Bibliothèque nationale d’Algérie »). Sa révision des précédentes données bibliographiques et de catalogage permet de remédier à une méconnaissance des seuls exemplaires aljamiados conservés au Maghreb, d’origine aragonaise. Il en offre conséquemment une description codicologique complète, illustrée de photos, en recensant également les autres versions de l’« Historia de la Doncella Carcayona ». C’est une avancée précieuse dans la connaissance du fonds aljamiado.

8Raquel Suárez García, sous forme d’un long article, offre une édition complète de l’un des deux manuscrits précédemment décrits. Elle présente les composants textuels du ms. BNA 614 et en répertorie toutes les versions existantes. Son édition, bien que ne pouvant offrir les résultats exhaustifs de collation, offre un accès au texte clair et rigoureux, muni de notes codicologiques de lecture et de rétablissement du texte, grâce à la comparaison avec les autres versions. Ce travail permet de mettre au jour un manuscrit entier qui n’était qu’en partie édité.

9La note bibliographique finale « “¿ Qué aljamía es esa, que yo no entiendo ?” : du Glosario au Corpus » présente conjointement le Glosario de voces aljamiado-moriscas, à l’occasion de sa récente réimpression, et le projet de Corpus de textos aljamiado-moriscos. Si l’ouvrage est aujourd’hui un usuel magistral et indispensable pour l’étude des textes aljamiados, le projet marque un renouveau technique bienvenu de la recherche sur leur lexique qui doit être salué et félicité.

Haut de page

Notes

1 Ce séminaire donne lieu à plusieurs journées par an et est dirigé par Carlos Heusch (ENSL) et Denis Menjot (Lyon 2 – Lumière). Le programme de cette journée, organisée par Olivier Brisville-Fertin, peut-être consulté sur le site du CIHAM/UMR 5648 : [URL] [http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/frontiere-minorites-religieuses] [consultée : le 08/12/2016].

2 Ce séminaire combinait enseignement d’initiation pratique et une journée d’étude où des spécialistes présentaient un aspect particulier de cette thématique. On pourra consulter la page du séminaire sur le site de l’INALCO [URL] [http://www.inalco.fr/actualite/aljamiado-textes-contextes-islam-espagnol] [consultée : le 08/12/2016] ; ou une version pdf du programme [URL] [http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_aljamiado.pdf] [consultée : le 08/12/2016].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Brisville-Fertin, « Frontière et minorité religieuse dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge », Atalaya [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1736

Haut de page

Auteur

Olivier Brisville-Fertin

ENSL – UMR 5648/CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page