Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Frontière et minorité religieuse dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge

Repenser la frontière politique, religieuse et culturelle dans la péninsule Ibérique du XIVe siècle : l'exemple du règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369)

Replantearse la frontera política, religiosa y cultural en la península Ibérica del siglo XIV: el ejemplo del reinado de Pedro I de Castilla (1350-1369)
Reassessing the political, religious, and cultural border in 14th Century Iberia: the example of Peter Ist of Castile’s reign (1350-1369)
Julie Marquer

Résumés

Ce travail met en évidence les fluctuations de la frontière entre la Castille et Grenade sous le règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369). Il s’agit ici d’une frontière métaphorique où s’imbriquent politique, culture et religion. La disparition ou la résurgence de cette frontière est analysée à travers les relations politiques entre la Castille et les royaumes musulmans, Grenade et le Maghreb. Les différents discours rapportant ces relations, extraits de chroniques et correspondances arabes, latines et castillanes, permettent de comprendre à quel point cette frontière est tributaire des intérêts de pouvoir. L’ambivalence entre la Castille et Grenade se retrouve dans leurs relations artistiques puisque la perméabilité de la frontière implique à la fois une certaine ouverture et un désir de domination.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tout au long du Moyen Âge, dans la péninsule Ibérique, la lutte pour l’hégémonie caractérise les relations entre Islam et chrétienté. Cependant cet antagonisme, qui implique une frontière géopolitique et religieuse qu’il faut repousser, n’a pas empêché les alliances et les multiples échanges entre chrétiens et musulmans, montrant ainsi la perméabilité de cette même frontière.

2En ce sens, le règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369) constitue un paradigme du caractère relatif et fluctuant de la frontière entre Islam et chrétienté. Il s’agit ici d’une frontière abstraite, métaphorique où le politique, le religieux et le culturel sont bien souvent imbriqués.

3À cette période, les alliances ou rapprochements politiques priment souvent sur la communauté de croyance et engendrent donc un amenuisement de la frontière religieuse. En effet, Pierre Ier de Castille s’allie avec le sultan de Grenade, Muḥammad V, contre le roi d’Aragon ou contre Henri de Trastamare, son demi-frère. Son allié musulman a également recours à lui contre Abū Saʽīd, surnommé le Roi Vermeil dans les chroniques chrétiennes, qui a usurpé le trône de Grenade.

4Ces alliances opportunistes et versatiles sont certes monnaie courante au Moyen Âge, mais elles sont poussées à leur paroxysme sous le règne de Pierre Ier, surtout si l’on en compare la configuration des rapports de force à celle du règne précédent, celui du père de Pierre Ier, Alphonse XI. Le règne de celui-ci est en effet davantage marqué par un antagonisme entre Islam et chrétienté, et par le triomphe de la coalition chrétienne sur l’Islam dans le détroit de Gibraltar.

5Ce changement des rapports de force est lié au contexte politique particulier du règne de Pierre Ier, marqué par des crises et tensions internes à chaque groupe. La Castille est déchirée entre les partisans de Pierre Ier et ceux d’Henri de Trastamare, qui revendique le trône. Grenade, quant à elle, est divisée entre ceux qui sont restés fidèles à Muḥammad V et ceux qui appuient le Roi Vermeil. Il existe aussi des tensions au sein de la communauté de croyance, entre la Castille et l’Aragon, ou entre les Nasrides de Grenade et les Mérinides du Maghreb. Ces tensions imposent aux acteurs de développer une certaine stratégie et de mettre en place des alliances avec la communauté religieuse adverse.

6Ce contexte explique aussi en partie la perméabilité de la frontière culturelle puisque c’est sous le règne de Pierre Ier qu’on assiste à une très forte assimilation des codes artistiques d’al-Andalus. Les palais qu’il construit à Séville ou Tordesillas présentent une forte similitude avec ceux de l’Alhambra.

7Cependant, ces divers exemples de contact, de rapprochement, n’excluent pas pour autant la résurgence d’une frontière déterminant une opposition ou des variations. Le but de cet article sera de mettre en évidence les fluctuations de cette frontière politique, religieuse et culturelle entre Grenade et la Castille. Pour cela, nous analyserons les facteurs et conditions de sa disparition ou de sa résurgence, tout d’abord à travers les relations politiques entre la Castille et les royaumes musulmans, Grenade et le Maghreb, mais aussi à travers les discours rapportant ces relations, extraits de chroniques et de correspondances chrétiennes et musulmanes. Puis, la perméabilité de cette frontière sera également analysée à travers les relations artistiques entre la Castille et al-Andalus.

La frontière tributaire des intérêts de pouvoir. Alliances politiques et rivalités religieuses entre chrétiens et musulmans

8Les alliances entre Pierre Ier et le sultan de Grenade, Muḥammad V, ou encore l’aide que le Castillan fournit au sultan du Maghreb, Abū Salīm, ont tendance à engendrer une certaine proximité pouvant aller jusqu’à une abolition symbolique de la frontière. En effet, les intérêts politiques l’emportent bien souvent sur la communauté de croyance.

9Nous montrerons, cependant, à travers des extraits de sources castillanes et arabes, comment la mise en évidence ou l’amoindrissement de la frontière, au sens d’altérité religieuse mais aussi d’opposition politique, varient selon le contexte d’énonciation, l’intérêt du locuteur et le destinataire du discours.

Alliances politiques : vers une abolition de la frontière ?

10Les motivations ou facteurs qui ont tendance à abolir la frontière entre Islam et chrétienté sont un mélange d’intérêt pragmatique, de dette et d’obligation. En effet, les alliances entre Pierre Ier et Muḥammad  V sont conditionnées par des intérêts politiques mais aussi par l’obligation vassalique.

11Malgré le caractère opportuniste et parfois obligatoire de l’aide que se portent chrétiens et musulmans, il n’en reste pas moins que les chroniques arabes et castillanes offrent parfois une vision courtoise et chevaleresque de ces alliances dans lesquelles interviennent de nobles valeurs telles que l’honneur, l’engagement vis-à-vis d’une dette contractée, le désintéressement ou encore le sentiment d’être redevable envers son allié. Dans ces cas-là, la frontière entre Islam et chrétienté a tendance à s’amenuiser et l’antagonisme religieux à s’atténuer.

Les liens vassaliques : obligation et intérêt

12Depuis le pacte de Jaén conclu en 1246 entre Ferdinand III et Muḥammad Ier, le sultan de Grenade se déclare vassal du roi de Castille. Les liens vassaliques doivent être réitérés après chaque nouvelle intronisation comme c’est le cas entre Pierre Ier et Muḥammad V. Cette relation explique que le Castillan ait recours aux troupes musulmanes de Grenade lorsqu’il en a besoin et cela justifie également le fait qu’il doive prêter aide et assistance à son vassal, le sultan de Grenade. Ainsi, en 1358, lorsqu’il décide de mener une offensive navale contre l’Aragon, Pierre Ier sollicite l’aide de Muḥammad V qui lui envoie trois galères. Cette situation a, en partie, tendance à déposséder la relation de toute connotation religieuse comme le laissent entendre certains discours. L’obligation vassalique n’est pas vraiment mise en avant dans la chronique d’Ayala, on note surtout que Pierre Ier a recours, avec une certaine facilité, à l’Islam en tant que force politique et militaire de la même façon qu’il fait appel à d’autres royaumes chrétiens lorsqu’il s’agit de combattre le roi d’Aragon, Pierre IV le Cérémonieux. Le royaume de Grenade n’est pas le seul à fournir des galères à la Castille, Pierre Ier a également recours à l’aide du royaume du Portugal. La chronique d’Ayala semble d’ailleurs mettre sur le même plan les différentes contributions des rois. En effet, selon ce que rapporte la chronique, Pierre Ier s’adresse au roi du Portugal de la même manière qu’il s’adresse au roi de Grenade. Bien que le nombre de galères envoyées ne soit pas le même, l’emploi de structures parallèles montre que chacun accède de façon similaire à la demande du Castillan :

  • 1 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, su hermano, hijos del rey d (...)

E enbio sus mensajeros al rrey don Pedro de Portogal su tio, hermano de la rreyna doña Maria su madre, a rrogarle que le ayudase con diez galeas para la armada que queria fazer el año primero adelante, e assi lo fizo. E el rrey de Portogal gelas enbio, segund adelante oyredes. E enbio el rrey don Pedro al rrey Mahomad de Granada a rrogarle que le ayudase con algunas galeas e ansi lo fizo el rrey de Granada, ca enbiole tres galeas, segund adelante oyeredes1.

13Puisque les liens vassaliques reposent sur une base de réciprocité, le roi castillan se doit de porter secours à son vassal lorsque celui-ci est détrôné en 1359. Mais les motivations prêtées au roi castillan divergent selon les sources.

  • 2 Lisān al-Dīn Muḥammad Ibn al-Ḫaṭīb, Nifāḍat al-jirāb fī ‛ilālat al-i‛tirāb, Ahmad Muḫtar Al-‛Abbad (...)

14Dans les sources arabes qui traitent du sujet, le rôle d’intermédiaire du roi castillan est présenté comme une action plutôt honorable et désintéressée. Dans Nifāḍat al-ğirāb, miscellanées qu’il rédige pendant son exil au Maghreb, Ibn al-Ḫaṭīb, vizir de Muḥammad V, déclare que le roi castillan aurait promis son aide au sultan sans aucune condition ni compensation, lui assurant qu’il n’avait aucune ambition sur les terres de Grenade et qu’il prétendait juste vivre en paix perpétuelle avec Muḥammad V, et espérait que cette politique de paix serait suivie par ses descendants2. Cependant, il est probable que le chroniqueur arabe insiste sur le caractère désintéressé de Pierre Ier, afin de ne pas laisser apparaître que Muḥammad V est prêt à négocier avec l’infidèle et même à lui laisser des terres, en échange de son aide pour combattre d’autres musulmans.

15Du côté des sources castillanes, à propos des mêmes faits, la chronique de Pedro López de Ayala, ne prête pas les mêmes motivations désintéressées à Pierre Ier. Il faut commencer par rappeler que la chronique d’Ayala, écrite par un partisan d’Henri de Trastamare après que celui-ci a évincé Pierre Ier du trône, a tendance à dresser un portrait à charge contre ce dernier, puisque son but est de justifier a posteriori l’usurpation.

16Un extrait de cette chronique rapporte les propos de Pierre Ier qui déclare lui-même que s’il vient en aide au sultan de Grenade, c’est par devoir de protection envers son vassal et en raison de l’obligation morale qui lui impose de lutter contre un usurpateur :

  • 3 P. López de Ayala, op. cit., 2, p. 43.

E el rrey dixo a todos los suyos que el auia de ayudar al rrey Mahomad rrey de Granada, que era su vasallo e le daua parias, e que el otro que se llamaua rrey Bermejo le auia echado de su rregno contra rrazon e contra derecho, e començosse la guerra3.

17Cependant cet argument est remis en cause par le chroniqueur Ayala, qui affirme que la véritable motivation du roi chrétien est la vengeance et l’appât du gain, le désir de récupérer des terres. Le roi de Castille désire en effet se venger du Roi Vermeil qui, en rompant la paix avec la Castille, l’a obligé à cesser les hostilités avec l’Aragon pour ne pas lutter sur deux fronts. Et cette paix avec l’Aragon a exigé qu’il cède des terres à son ennemi Pierre IV d’Aragon :

  • 4 Loc. cit.

Queria començar a fazer guerra al rrey de Granada que dizian el rrey Bermejo, por que auia saña del diziendo que, por la guerra que el le queria fazer quando estaua en la guerra de Aragon, ouo el rrey de fazer pleytesia con el rrey de Aragon contra su voluntad, como dicho auemos, e tornara muchas villas e castillos que tenia ganados en Aragon. Especial mente se quexaua por el lugar de Hariza que tornara, por quanto es vn castillo muy bueno e es en la frontera de Castilla4.

18Ainsi, les facteurs qui ont tendance à abolir les frontières par l’intermédiaire des alliances, oscillent entre l’obligation, l’intérêt pragmatique et le désintéressement, selon les points de vue des locuteurs. La façon de percevoir et de présenter les faits de chaque chroniqueur dépend bien évidemment des intérêts que défend son camp.

L’aide intéressée de Pierre Ier aux sultans rebelles du Maghreb

19En ce qui concerne l’aide que Pierre Ier apporte aux sultans rebelles du Maghreb, celle-ci n’est pas mue par des liens vassaliques, mais leur collaboration repose bien sur des intérêts de pouvoir. Le roi de Castille a aidé trois sultans maghrébins à accéder au trône. L’un d’eux est Abū Salīm, frère du sultan mérinide Abū ‛Inān Faris que ce dernier a fait exiler à Grenade, à la cour de Yūsuf Ier, après avoir pris le pouvoir en 1351. À la mort d’Abū ‛Inān en décembre 1358, Abū Salīm, toujours réfugié à Grenade, demande de l’aide à Pierre Ier pour rentrer au Maghreb sur la demande de ses proches, pour prendre le pouvoir qu’il estime lui revenir. Pierre Ier lui fournit cette aide et en juin 1359, Abū Salīm monte sur le trône.

20La chronique d’Ayala fournit très peu d’informations sur les relations entre Pierre Ier et les sultans mérinides, mais elle montre qu’Abū Salīm serait resté redevable au roi de Castille pour l’aide que celui-ci lui avait fournie. Ce serait donc par loyauté et par dette envers lui qu’il aurait refusé de s’allier au Roi Vermeil, Abū Saʽīd, l’usurpateur du trône de Grenade, et à l’Aragon contre la Castille après la destitution de Muḥammad V :

  • 5 Ibid., p. 61. Garibay reprend cette idée en mettant en avant la loyauté et l’amitié du sultan enve (...)

El rrey Bermejo trataua con el rrey de Benamarin por que ellos amos a dos se ayudassen contra los christianos, señalada mente contra el rrey don Pedro, e fazian sus ligas con el rrey de Aragon. E non quiso el rrey de Benamarin, antes lo fizo saber al rrey don Pedro por quanto lo fiziera seer rrey e le enbiara alla en vna galea suya. E llamauan a este rey de Benamarin Abuçelin fijo del rrey Abulhaçen5.

21Ce que ne dit pas la chronique d’Ayala c’est ce qu’a exigé Pierre Ier d’Abū Salīm en échange de son aide, et quelle est la véritable raison du refus du sultan d’intervenir dans le conflit évoqué. Les sources arabes, elles, sont un peu plus prolixes.

  • 6 ‛Abd al-Raḥmān Ibn Ḫaldūn, Le Livre des Exemples (Kitāb al-‘Ibar), II, Histoire des Arabes et des (...)
  • 7 Ibn al-Ḫaṭīb, Nifāḍat al-ğirāb …, p. 217 ; Maya Shatzmiller, L’historiographie mérinide, Leiden : (...)
  • 8 Ibn Ḫaldūn, op. cit., p. 1281.

22Ibn Ḫaldūn, dans son Kitab al-ʻIbar, une histoire des dynasties berbères traduite en français par Le Livre des Exemples, évoque les conditions qu’aurait posées Pierre Ier en échange de cette aide mais il ne dit pas lesquelles6. En revanche, Ibn al-Ḫaṭīb nous offre plus de détails concernant cette tractation dans Nifāḍat al-ğirāb. Il affirme que le roi chrétien proposa un bateau à Abū Salīm et, en échange, lui demanda Gibraltar qu’il convoitait, et le prince musulman accepta cette condition7. Ainsi l’empressement de Pierre Ier à venir en aide au prince mérinide s’explique par le désir de récupérer une place hautement stratégique et symbolique dans la course à la domination du Détroit. Cependant, en juin 1359, Abū Salīm monte sur le trône et Pierre Ier ne récupère pas pour autant Gibraltar. Cette ingratitude du mérinide n’apparaît pas du tout dans les sources castillanes, bien au contraire, comme nous l’avons vu. Si Abū Salīm décide finalement de ne pas s’allier au roi Vermeil ou plutôt de rompre son alliance avec lui, c’est parce que Pierre Ier menace de reprendre les villes mérinides en Castille. Le sultan mérinide s’était engagé auprès du Roi Vermeil à empêcher Muḥammad  V de quitter Fès pour revenir à Grenade et reconquérir son trône avec l’aide de la Castille. Mais il est obligé de céder à la pression du roi chrétien qui tourne les armes contre les places fortes mérinides en Castille, Ronda et Gibraltar8.

23Malgré les prétextes et justifications avancés tels que l’obligation morale ou le désintéressement, les exemples évoqués montrent à quel point l’intérêt pragmatique conditionne la fluctuation des alliances et donc des frontières métaphoriques. Par ailleurs, le désir de récupérer Gibraltar montre que Pierre Ier n’a pas tout à fait abandonné l’idée de repousser les frontières sur l’Islam. La négociation pour avoir accès au Détroit n’est pas la seule option qui s’est imposée à lui, il aurait également eu l’intention de mener une croisade en Afrique du Nord. Reprendre la terre aux infidèles reste une motivation importante aussi bien pour les chrétiens que pour les musulmans. Ainsi la frontière au sens d’altérité et d’antagonisme religieux refait surface dans les discours, des deux côtés.

Résurgence de la frontière religieuse : croisade et jihad

Le projet de croisade de Pierre Ier en Afrique

  • 9 Odorico Raynaldi, Annales ecclesiastici Caesaris Baronii, Barri Ducis : Guérin, 1864-1883, 25, p.  (...)
  • 10 Julie Marquer, « Pierre Ier de Castille en Afrique : chroniques d’une croisade avortée », in : Ben (...)
  • 11 « Alfonso, rege Castelle et Legionis, patre tuo, tunc in humanis agente, certos tractatus habuit p (...)
  • 12 « Quare idem nuncius tuus nobis humiliter supplicavit ut hujusmodi tuo utique laudando proposito, (...)

24Le désir d’expansion accompagné de considérations religieuses s’exprime à travers le projet de croisade de Pierre Ier en Afrique. Celui-ci apparaît dans la correspondance qu’il échange avec le pape Innocent VI en 1354. Le roi lui fait part de son désir de mener une croisade contre l’infidèle, encouragé par un prince arabe du nom d’‘Abdallah, roi des Montagnes Claires, qui proposait de se convertir au christianisme9. Dans un autre article, nous avons analysé de façon plus détaillée cette idée de croisade qui est restée lettre morte, et nous avons montré que, malgré les diverses interrogations qui planent sur le personnage d’Abdallah et sur les tenants et aboutissants de ce projet, Pierre Ier avait bien l’intention de poursuivre l’entreprise d’expansion de son père Alphonse XI, et de repousser les frontières de la chrétienté10. Dans la première réponse que le pape envoie au roi, il met en évidence la continuité avec Alphonse XI, qui avait d’ailleurs accepté d’aider ‘Abdallah dans sa démarche de conversion et entamé des négociations. Il présente le défunt roi comme « zélateur sincère et ardent de la foi […] qui travaillait utilement à en repousser les limites et les frontières tel un athlète du Christ très courageux ». Puis il flatte Pierre Ier en le présentant comme « véritable successeur et digne héritier de son père », prêt à poursuivre l’entreprise qui permettra le rayonnement de la foi, et l’assurance du salut pour « une multitude d’âmes errant à travers les précipices des vices et des erreurs »11. Puis, le pape résume la demande du roi de lui fournir des prélats pour prêcher la croisade en Castille, en Aragon, en Navarre et au Portugal et de lui remettre, à lui, l’étendard de l’Église romaine, arborant le symbole de la croix et des clés qui ouvrent aux fidèles la porte du salut12. Cette rhétorique liée à la propagation de la foi qu’utilise Pierre Ier, même si c’est le pape qui la reprend ici, montre que les alliances politiques avec les musulmans n’excluent pas la volonté de repousser les frontières de la chrétienté.

25Il en va de même du point de vue musulman, on constate qu’à travers la correspondance diplomatique entre Grenade et le Maghreb mais aussi chez le chroniqueur Ibn al-Ḫaṭīb, l’aide fournie à Pierre Ier par les musulmans est clairement présentée comme un stratagème pour maintenir les divisions entre chrétiens et pouvoir ainsi éradiquer l’infidèle et récupérer des terres.

L’alliance avec Pierre Ier vue par les sources arabes : stratagème politique et guerre sainte

  • 13 Ibn al-Ḫaṭīb, Iāa fī aḫbāri Ġarnāa, Muḥammad ‛Abd Allah ‛Inan, (éd.), Le Caire : Al Tibaa Al mi (...)

26Dans un extrait de Al-Iḥāṭa fī akhbāri Ġarnāṭa, une chronique du royaume de Grenade écrite par le polygraphe et vizir de Muḥammad  V, Ibn al-Ḫaṭīb, celui-ci déclare avoir donné des conseils à Pierre Ier, affligé par la guerre civile dans son royaume13. Bien que ces conseils témoignent de relations privilégiées entre le sage musulman et le monarque chrétien, les véritables motivations qui poussent Ibn al-Ḫaṭīb à conseiller Pierre Ier vont bien au-delà du simple désir d’aider son allié, comme il le dit lui-même. L’aide pratique du royaume de Grenade et les conseils du vizir sont certes destinés à faire en sorte que Pierre Ier reste sur le trône, mais uniquement dans le but de servir la cause des musulmans, censés tirer bénéfice de la lutte fratricide.

  • 14 « Fa-tawağğahat al-futyā bi-wuğub ḏalik. Wa-waqa‛a al-istinfār wa-l-iḥtišād ḥirṣān ‛alà taḫlīṣihi, (...)

27Dans l’extrait qui nous intéresse, Ibn al-Ḫaṭīb commence par évoquer la situation difficile dans laquelle se trouve Pierre Ier lors de la bataille de Montiel en 1369, bataille au cours de laquelle il perdra la vie. Encerclé par son demi-frère Henri, il se réfugie dans les alentours de Úbeda avec ses soldats parmi lesquels se trouvent des cavaliers musulmans. Le narrateur insiste donc sur la nécessité pour le roi en déroute de recourir à l’aide des musulmans et il déclare que des fatwas ont été prononcées pour lui venir en aide. Il explique aussi clairement que les musulmans se sont mobilisés et alliés dans le but « d’assurer le maintien du roi sur le trône, de faire perdurer la guerre civile et d’éradiquer ainsi l’infidélité en occupant un ennemi avec l’autre »14.

  • 15 Ibn al-Ḫaṭīb, Correspondencia diplomática entre Granada y Fez (siglo xiv). Extractos de la « Raiha (...)

28On constate que la dichotomie religieuse est bien présente puisque les chrétiens sont qualifiés de « al-kufr » (impies, infidèles). Dans les chroniques arabes mais surtout dans la correspondance diplomatique, les chrétiens sont en effet souvent désignés comme « kāfirūn/kifār » (mécréant, infidèles) ou « ahl al-nār », « les gens du feu » ou « les damnés », puisque « ahl al-nār » désigne ceux qui vont en enfer par opposition à « ahl al-ğanna  », ceux qui vont au paradis. Ces termes mettent en valeur l’opposition entre musulmans et chrétiens en termes de « croyants » et « non croyants » et cette dichotomie s’accompagne d’un discours récurrent exaltant le jihād15.

  • 16 Ibn al-Ḫaṭīb, Iāa…, p. 87.

29Par la suite, Ibn al-Ḫaṭīb fait allusion aux divisions qu’a provoqué dans le camp chrétien le fait que Pierre Ier ait recours aux musulmans pour la conquête d’Úbeda. Encore une fois, le vizir se félicite de ce que le stratagème (« al-ḥīla ») a bien fonctionné pour diviser les chrétiens. Qu’il s’agisse du conseil ou de l’aide pratique, l’objectif des musulmans est d’appuyer Pierre Ier pour qu’il soit capable de faire face à son demi-frère et que perdure ainsi la guerre civile qui empêche les chrétiens de faire la guerre aux musulmans et qui permet à ces deniers de récupérer des terres16.

30C’est ce que montre aussi Ibn Ḫaldūn dans Kitab al-ʻIbar, en évoquant la série de conquêtes menées par le sultan de Grenade, dans le cadre de l’aide apportée à Pierre Ier et qui lui a permis de reprendre Algésiras :

  • 17 Ibn Ḫaldūn, op. cit., p. 1301.

31« Les chrétiens reprirent, peu de temps après, les armes contre Pierre [il fait allusion au moment où le prince de Galles a aidé Pierre Ier à récupérer son royaume en 1367]. Tous ses états lui furent enlevés par le comte [Henri de Trastamare], ce qui le poussa à se retrancher dans les régions musulmanes. Il appela alors à son secours Ibn-al-Ahmar [il s’agit de Muḥammad V], lequel trouva là l’occasion de pénétrer avec ses troupes dans les territoires chrétiens et d’en ravager les forteresses et les villes, telles Ubeda et Jaen et d’autres encore. […] Pendant tous ces conflits, les forteresses chrétiennes situées aux frontières du territoire musulman se trouvèrent dégarnies. Les musulmans conçurent l’espoir de reprendre Algésiras qui, il y avait peu de temps encore, faisait partie des possessions musulmanes »17.

32Le lien entre l’aide apportée à Pierre Ier et le désir de mener la guerre sainte est ici mis en valeur.

33Ces exemples illustrent l’ambivalence des relations entre la Castille de Pierre Ier et Grenade puisque l’antagonisme s’amoindrit ou ressurgit en fonction des intérêts de pouvoir.

34L’ambiguïté de ces relations se retrouve également sur le plan artistique et culturel puisque les échanges de part et d’autre de la frontière impliquent aussi une rivalité.

Perméabilité de la frontière culturelle entre Grenade et la Castille

  • 18 Thomas F. Glick et Oriol Pi-Sunyer, « Acculturation as an Explanatory Concept in Spanish History » (...)

35La perméabilité de la frontière culturelle dépend elle aussi de facteurs qui favorisent ou non la réceptivité vis-à-vis d’éléments culturels externes, et expliquent donc les transferts, appropriation et assimilation de ces éléments. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’éléments islamiques assimilés par les chrétiens. Parmi ces facteurs, comme le montre Thomas Glick, qui s’est intéressé au processus d’acculturation, les rapports de force sont déterminants. Il montre également que le phénomène d’interaction culturelle dépend d’un processus formel, volontaire, et d’un processus informel, qui serait le résultat de flux d’idées et de techniques véhiculées par les marchands, les artisans, les livres18.

  • 19 Juan Carlos Ruiz Souza, « Castilla y Al-Andalus. Arquitecturas aljamiadas y otros grados de asimil (...)

36Nous analyserons donc ces facteurs de perméabilité qui ont permis d’atteindre le plus haut degré d’assimilation des éléments architecturaux islamiques sous Pierre Ier, pour reprendre l’expression de Juan Carlos Ruiz Souza19. Nous verrons aussi ce qu’implique le caractère perméable ou fluctuant de cette frontière culturelle, aussi bien en ce qui concerne la forme que la portée symbolique des éléments architecturaux des palais de Pierre Ier.

Facteurs de perméabilité

Le résultat d’un contact prolongé avec l’Islam

  • 20 Antonio Almagro Gorbea, Palacios medievales hispanos, Madrid : Real Academia de Bellas Artes de Sa (...)

37Pierre Ier de Castille n’est pas le premier à construire des palais d’inspiration islamique. Il hérite d’un long processus d’assimilation qui atteint son paroxysme sous son règne. Antonio Almagro dans son ouvrage Palacios medievales hispanos, retrace le cycle d’assimilation des formes et espaces islamiques jusqu’à sa culmination sous Pierre Ier20.

38De façon générale, la perméabilité des chrétiens à la réception d’éléments islamiques s’explique en partie par la fascination et l’admiration pour ce qui a trait au mode de vie, à l’habillement et à l’architecture islamique. Au-delà des raisons de goûts ou de fascination, il y a la commodité. Les monarques chrétiens trouvent dans les palais musulmans un modèle de résidence. Enfin, les emprunts sont liés à la Reconquête progressive des territoires musulmans et donc à une volonté d’appropriation, de domination.

39En effet, les rapports de force sont déterminants pour expliquer les fluctuations entre rigidité et ouverture qui caractérisent les différentes périodes de contact entre Islam et chrétienté.

Un contexte politique favorable 

  • 21 Sur le séjour de Grenadins à la cour de Castille voir M. Al-‛Abbadi, op. cit., p. 37-38.

40Le règne de Pierre Ier correspond à un rapport de force stable avec Grenade, et à une certaine proximité, même si celle-ci est ambiguë, comme nous l’avons vu. Cette situation a de riches conséquences sur le plan artistique des deux côtés de la frontière puisque s’opère une constante émulation entre les deux cours. Cette proximité aurait d’ailleurs favorisé les échanges d’artisans entre les deux cours. Si les sources textuelles parlent uniquement du séjour d’hommes de science et de hauts responsables militaires de Grenade en Castille, durant l’exil de Muḥammad  V entre 1359 et 1362, on peut tout de même supposer que cette période d’interrègne a contribué à faciliter les contacts entre les cours de Séville et de Grenade dans divers domaines et donc sur le plan artistique21.

  • 22 Sur les liens entre renforcement du pouvoir et architecture chez Pierre Ier, voir l’article de Jua (...)

41De plus, cette perméabilité de la frontière est grandement liée à une volonté de la part de Pierre Ier de se tourner vers un type d’architecture à même de représenter de manière symbolique un pouvoir fort22. Ainsi, même si la plupart des codes esthétiques d’origine islamique sont déjà utilisés en Castille, Pierre Ier repousse les frontières de l’assimilation.

42Le pragmatisme de ce roi et la convergence entre la Castille et Grenade en ce qui concerne la conception du pouvoir constituent d’importants facteurs de perméabilité.

Pragmatisme et convergence

  • 23 Antonio Almagro a émis l’hypothèse que c’est à cet endroit qu’était prévue la salle du trône de Pi (...)
  • 24 Rafael Manzano Martos, La Qubba, Aula regia en la España musulmana, Madrid : Real Academia de Bell (...)

43À Grenade comme en Castille, le pouvoir du prince est menacé, comme nous l’avons vu. Pierre Ier, comme Muḥammad V, a besoin de développer un programme architectural destiné à exalter son pouvoir et se légitimer de manière symbolique. On trouve dans l’Alhambra de Grenade et l’Alcazar de Séville de nombreux exemples communs de représentation du pouvoir, tels que la typologie de la Salle du Trône destinée à mettre en valeur la personne royale. Il s’agit de la Salle de la Barque à l’Alhambra, dans le Palais de Comares, et de la Chambre de la Chasse à Courre ou Cuarto de la Montería, dans l’Alcazar de Séville23. Dans un cas comme dans l’autre, nous avons affaire à une construction disposée dans l’axe du patio, qui se compose d’une qubba ou structure de plan carré recouvert d’une coupole et d’un grand salon rectangulaire, lui-même précédé d’un portique, qui sert d’antichambre à la salle de la qubba. Cet agencement entre les deux salles, qubba et salle allongée exprime la séparation entre le souverain et ses sujets, et permet de mettre l’emphase sur l’espace réservé au souverain. La qubba est en effet un élément clé de la représentation symbolique du pouvoir royal puisqu’elle véhicule tout un système de correspondances entre pouvoir terrestre et spirituel24.

44Un autre exemple commun aux deux royaumes en ce qui concerne la représentation du pouvoir, est celui des inscriptions arabes à la gloire de Dieu et du souverain qui se trouvent sur les murs des palais musulmans et chrétiens. Ces inscriptions affirment de façon réitérative la toute-puissance de Dieu : « al-mulk li-llāh » (« la souveraineté appartient à Dieu »), « al-qudra li-llāh » (« la puissance appartient à Dieu »), « al-mulk al-dā’im li-llāh, al-‛izz al-qā’im li-llāh » (« La souveraineté éternelle appartient à Dieu, gloire perpétuelle à Dieu »). Ces phrases aboutissent à une sacralisation de l’espace réservé au souverain et affirme d’une certaine façon sa légitimité, puisque le souverain tient son pouvoir de Dieu et qu’il est sous sa protection, comme le rappelle les formules de louanges adressées au souverain Muḥammad V : « ‛izz li-mawlānā al-sulṭān Abī ‛Abd Allāh ayyadahu Allāh amarahu » (« Gloire à notre seigneur le sultan Abu ‛Abd Allāh, que Dieu l’aide à gouverner »). Ces formules trouvent leur équivalent dans l’Alcazar chrétien : « ‛izz li-mawlānā al-sulṭān don Bidru ayyadahu Allāh wa naṣrahu » (« Gloire à notre seigneur le sultan don Pedro que Dieu lui vienne en aide et le protège »).

45Ici la frontière religieuse semble effacée par la convergence entre Islam et chrétienté en ce qui concerne une conception assez générale de la royauté, légitimée par le pouvoir divin.

46Dans l’Alcazar de Séville, comme dans l’Alhambra de Grenade, se déploie un programme architectural destiné à mettre en scène le pouvoir du maître des lieux. Ce programme présente de nombreux points communs mais aussi des variations. Ces variations sont liées au fait que Grenade et la Castille appartiennent tout de même à des ensembles religieux et socioculturels différents.

Répercussions et absorption de la frontière

  • 25 José Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar en Arquitectura. Discurso Leído en Junta Pública de 1 (...)

47Depuis qu’en 1859, José Amador de los Ríos a employé le terme mudéjar pour définir la synthèse de l’art chrétien et hispano-musulman, la frontière entre Islam et chrétienté a parfois cessée d’être déterminante, précisément en raison de cette synthèse, mais elle a aussi parfois été considérée comme un critère distinctif. Gonzalo Borrás Gualis a en effet affirmé que le fait historique de la Reconquête et, donc, la domination chrétienne constituent une frontière discriminante entre art islamique et art mudéjar25.

  • 26 Juan Carlos Ruiz Souza, « Le ‘style mudéjar’ en architecture cent cinquante ans après », Perspecti (...)

48Aujourd’hui, les historiens de l’art ont plutôt tendance à minimiser la frontière religieuse pour considérer que l’Alhambra de Grenade et l’Alcazar de Séville appartiennent à un même ensemble, une culture de cour commune qui partagent les même codes et schémas, mais qui présente des variations et des tensions26.

Sélection et adaptation

  • 27 A. Almagro Gorbea, « El Alcázar de Sevilla en el siglo xiv », in : Ibn Jaldún, el Mediterráneo en (...)

49Les variations présentes dans les palais de Pierre Ier résultent de sélections et d’adaptations. Par exemple, l’entrée principale de l’Alcazar de Séville constitue une variation par rapport aux entrées que l’on trouve dans l’architecture islamique, lesquelles empêchent une vision directe de l’espace intérieur et s’efforcent de préserver l’intimité des habitants de la demeure. À Séville, depuis la Porte du Lion, on aperçoit selon un axe direct la façade de la Chasse à Courre qui marque l’accès à la résidence royale. Cela est destiné, comme le montre Antonio Almagro, à mettre en évidence le point de fuite vers lequel tout tend à converger : l’entrée dans la zone réservée au monarque, ce qui provoque un effet de mise en scène27.

50Un autre exemple de variation est l’adaptation au contexte chrétien et castillan de certaines inscriptions architecturales en arabe. Cette adaptation consiste à supprimer tout ce qui est clairement identifiable comme islamique : « islam, prophète, combattant pour la foi… », que l’on trouve dans les inscriptions de l’Alhambra, contemporaines. Les variantes sans allusion islamique ont été privilégiées. Ainsi on a sélectionné des inscriptions pouvant correspondre aussi bien à la foi chrétienne que musulmane. Prenons l’exemple de la phrase récurrente « Ya thiqatī ya āmalī anta al-rajā anta al-walī ikhtam bikhayr ‛amalī » (« Oh ma confiance et mon espérance, tu es mon incertitude et mon refuge, consacre mes œuvres avec clémence »). Celle-ci apparaît sous cette forme dans l’Alhambra et dans l’Alcazar de Séville mais à certains endroits du palais musulman, par exemple sur les alhacenas à l’entrée des pièces qui entourent la Cour des Myrtes ou Cour du Palais de Comares, le prophète y est mentionné :

  • 28 José Miguel Puerta Vílchez, Leer la Alhambra. Guía visual del monumento a través de sus inscripcio (...)

Ya ṯiqatī ya āmalī anta al-rağā anta iḫtam bi-ḫayr ‛amalī
fa bi-l-nabī al-marsulī iḫtam bi-ḫayr ‛amalī
Ya ṯiqatī ya āmalī anta al-rajā anta iḫtam bi-ḫayr ‛amalī 28.

(Oh ma confiance et mon espérance, tu es mon incertitude et mon refuge, consacre mes œuvres avec clémence
Par le prophète envoyé, consacre mes œuvres avec clémence
Oh ma confiance et mon espérance, tu es mon incertitude, consacre mes œuvres avec clémence.)

51Cette variante n’apparaît bien évidemment pas dans l’Alcazar chrétien.

52Malgré le partage de références entre la Castille et al-Andalus, des tensions et rivalités persistent. Repousser ou abolir les frontières culturelles revient en quelque sorte à vouloir englober l’Autre, se l’approprier et l’absorber symboliquement.

Absorption des frontières et appropriation

53On peut comparer la démarche artistique de Pierre Ier à un phénomène d’absorption, puisque ce terme véhicule l’idée de perméabilité, d’imprégnation, mais aussi de soumission. Ce qui correspond d’ailleurs à ses ambitions hégémoniques.

54D’après l’inscription arabe qui calque la titulature des sultans musulmans pour honorer le roi chrétien, Pierre Ier semble vouloir être sultan à la place du sultan : « ‛izz li-mawlānā al-sulṭān ḍun bidru ayyadahu Allāh » (Gloire à notre seigneur le sultan Don Pedro, que Dieu lui apporte son soutien). A priori le réemploi de cette formule acquise, codifiée, semble être mécanique. Pourtant, nous pensons que la présence de cette inscription n’est pas le fait d’une copie innocente, elle n’est pas liée à un simple effet de mode. Ce choix participe d’une revendication politique sur tout le territoire de la péninsule et, plus précisément, sur le royaume de Grenade mais aussi sur le Maghreb, comme le montrent les sources textuelles que nous avons étudiées et dans lesquelles se profilent des visées expansionnistes au-delà du Détroit.

  • 29 Nous avons développé ce point dans un article consacré aux inscriptions de l’Alcazar de Séville, « (...)

55Ainsi, cette re-contextualisation de la titulature du monarque, loin de correspondre à une perte de sens, est plutôt le fait d’une volonté politique qui aurait finalement encore plus de signification. En s’érigeant comme sultan, Pierre Ier exprime ainsi sa volonté de s’affirmer face à ses ennemis ou alliés, mais aussi de se poser comme l’héritier d’une tradition en se l’accaparant29.

56Ce désir d’asseoir sa souveraineté sur le royaume de Grenade qui apparaît dans l’Alcazar de Pierre Ier, correspond à la représentation aboutie d’une rhétorique qui a servi à asseoir la domination des rois chrétiens dans la péninsule ibérique et qui reste toujours en vogue même si l’Islam est quasiment maîtrisé, notamment par l’intermédiaire des liens vassaliques. Pierre Ier rejoint ainsi en partie ses prédécesseurs, Alphonse VI, qui se présentait comme « imperator totius hispaniae », et surtout Alphonse X le Sage, roi des trois religions.

57Cette volonté de la part de Pierre Ier, d’absorber l’autre, transparaît également dans le fait de reprendre la devise nasride à son compte : « wa-lā ġāliba illá-llāh » (« Il n’y a de vainqueur que Dieu » ou « Dieu seul prédomine »). Cette inscription est présente à de multiples endroits dans l’Alcazar et notamment sur la façade de la Chasse à Courre, écrite en immenses caractères coufiques de tracé géométrique ou rubai. Elle s’impose comme une démonstration de puissance et de défi pour les visiteurs musulmans qui peuvent y reconnaître un signe clairement identifiable. Nous pensons néanmoins qu’il faut interpréter cette appropriation comme la représentation d’une hégémonie absorbante, plus que comme un triomphe écrasant qui s’inscrirait dans un antagonisme religieux. D’ailleurs, la titulature du souverain exprime cette volonté d’embrasser le plus grand nombre de sujets. Le terme « sulṭān » incarne ce désir de domination pratique et le terme « mawlānā » (« notre seigneur » ou « notre maître ») qui l’accompagne dans l’inscription glorifiant Pierre Ier, montre que le roi entend bien être celui de tous.

Conclusion

58L’exemple du règne de Pierre Ier montre à quel point la frontière avec l’Islam se déplace et se renforce ou s’atténue, selon les intérêts politiques en jeu, les rapports de force, et la motivation des acteurs en présence. Le caractère fluctuant de cette frontière résulte également de la convergence partielle des conceptions politiques et religieuses des chrétiens et des musulmans, qui ont rendu possible la circulation de formes et de concepts artistiques, politiques et littéraires.

  • 30 T. F. Glick, « Convivencia : An Introductory Note », in : Vivian B. Mann, Thomas F. Glick et Jerri (...)

59Ouverture et perméabilité sont aussi mêlées à un désir de domination et d’appropriation. D’ailleurs, comme le rappelle Thomas Glick : « le terme de convivencia […] peut se définir approximativement comme une forme de coexistence, mais il comporte aussi d’autres connotations, telles que l’interpénétration et l’influence créative, même s’il inclut également les phénomènes de désaccord mutuel, de rivalité et de méfiance »30.

Haut de page

Notes

1 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, 2 t., Germán Orduña (éd), Buenos Aires : SECRIT, 1994, 1, p. 283.

2 Lisān al-Dīn Muḥammad Ibn al-Ḫaṭīb, Nifāḍat al-jirāb fī ‛ilālat al-i‛tirāb, Ahmad Muḫtar Al-‛Abbadi (éd.), Le Caire : Dar al Katib al-Arabi, 1968, p. 285, Ahmad Muḫtar Al-‛Abbadi, El reino de Granada en la época de Muḥammad  V, Madrid : Instituto de Estudios Islámicos de Madrid, 1973, p. 47.

3 P. López de Ayala, op. cit., 2, p. 43.

4 Loc. cit.

5 Ibid., p. 61. Garibay reprend cette idée en mettant en avant la loyauté et l’amitié du sultan envers Pierre Ier alors que l’alliance avec le Roi Vermeil et l’Aragon aurait été très profitable pour lui, Estebán de Garibay y Zamalloa, Los XL libros del compendio historial de las chronicas y universal historia de todos los reinos de España, Barcelone : Sebastián de Cormella, 1628, p. 377.

6 ‛Abd al-Raḥmān Ibn Ḫaldūn, Le Livre des Exemples (Kitāb al-‘Ibar), II, Histoire des Arabes et des Berbères du Maghreb, Abdesselam Cheddadi (éd.), Paris : Bibliothèque de la Pléiade, 2012, p. 1261.

7 Ibn al-Ḫaṭīb, Nifāḍat al-ğirāb …, p. 217 ; Maya Shatzmiller, L’historiographie mérinide, Leiden : Brill, 1982, p. 80. Le vizir raconte qu’Abū Salīm proposa à Pierre Ier de l’aider à faire la guerre contre l’Aragon. Les conseillers du Castillan n’étaient pas favorables à un accord éventuel, car ils doutaient de la sincérité d’Abū Salīm et, en raison de sa jeunesse, de sa capacité à mener à bien son entreprise de conquête du pouvoir.

8 Ibn Ḫaldūn, op. cit., p. 1281.

9 Odorico Raynaldi, Annales ecclesiastici Caesaris Baronii, Barri Ducis : Guérin, 1864-1883, 25, p. 576-577 ; Ut per litteras apostolicas, Brepols, [URL] [http://www.brepolis.net] [Consultée : le 08/12/2016] : Litterae Papales – Registres et lettres des papes du XIVe siècle (48 volumes, Rome, 1899 et sq.), Innocent VI-000826, 000841, 000871. Publication en ligne.

10 Julie Marquer, « Pierre Ier de Castille en Afrique : chroniques d’une croisade avortée », in : Benjamin Weber (éd.), Les croisades en Afrique, Toulouse : Presses Universitaire du Midi collection (« Croisades tardives ») [à paraître].

11 « Alfonso, rege Castelle et Legionis, patre tuo, tunc in humanis agente, certos tractatus habuit per quos hujusmodi negocium sperabat felicem exitum habiturum et quod idem pater tuus, sicut princeps catholicus et sincerus ac fervidus fidei memorate zelator, pro reverencia regis regum ac ejusdem honorificentia fidei, ad cujus ampliandos fines et terminos dilatandos velut athleta Christi fortissimus et pugil intrepidus utiliter laborabat, tractatus hujusmodi oportuno tempore se obtulit efficaciter et favorabiliter promoturum », Ut per litteras, Brepols, Innocent VI-000826.

12 « Quare idem nuncius tuus nobis humiliter supplicavit ut hujusmodi tuo utique laudando proposito, quod, favente Deo, cujus est proprie proprium, in proximo constanti proposito favorabiliter exequi decrevisti, favoribus apostolicis assistentes, aliquibus prelatis predicationem vivifice crucis per tua et carissimorum in Christo filiorum nostrorum .. Aragonum et .. Navarre ac .. Portugalie regum illustrium regna et terras cum potestate tradendi venerabile signum ejus volentibus illud devote suscipere committere et nichilominus tibi vexillum Romane ecclesie, matris tue, hujusmodi ejusdem crucis salutifere signum et clavium quibus aperitur janua fidelibus ad salutem typum exprimens », loc. cit.

13 Ibn al-Ḫaṭīb, Iāa fī aḫbāri Ġarnāa, Muḥammad ‛Abd Allah ‛Inan, (éd.), Le Caire : Al Tibaa Al misriyah Co. press, 1973-1978, 2, p. 86.

14 « Fa-tawağğahat al-futyā bi-wuğub ḏalik. Wa-waqa‛a al-istinfār wa-l-iḥtišād ḥirṣān ‛alà taḫlīṣihi, li-yusabbiba baqā’uhu baqā’al-fitna tastā’ṣil al-kufr, wa tušġil ba‛ḍ al-‛adū bi-ba‛ḍihi », Ibid., p. 85.

15 Ibn al-Ḫaṭīb, Correspondencia diplomática entre Granada y Fez (siglo xiv). Extractos de la « Raihana Alcuttab de Lisaneddin Abenaljatib El-Andalosí, Mariano Gaspar Remiro (éd. et trad.), Grenade : Revista del Centro de Estudios Históricos de Granada y su Reino, 1916. Emmanuel Sivan montre que ces qualificatifs apparaissent au Proche-Orient à l’époque de Saladin, durant la 2e moitié du xiie siècle, époque où l’antagonisme religieux connaît un développement significatif ; Emmanuel Sivan, L’islam et la croisade : idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisades, Paris : Maisonneuve, 1968, p. 111.

16 Ibn al-Ḫaṭīb, Iāa…, p. 87.

17 Ibn Ḫaldūn, op. cit., p. 1301.

18 Thomas F. Glick et Oriol Pi-Sunyer, « Acculturation as an Explanatory Concept in Spanish History », Comparative Studies in Society and History, 11, 1969, p. 136-154, p. 142-143.

19 Juan Carlos Ruiz Souza, « Castilla y Al-Andalus. Arquitecturas aljamiadas y otros grados de asimilación », Anuario del Departamento de Historia y Teoría del Arte, (UAM), 16, 2004, p. 17-43, p. 23.

20 Antonio Almagro Gorbea, Palacios medievales hispanos, Madrid : Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, 2008.

21 Sur le séjour de Grenadins à la cour de Castille voir M. Al-‛Abbadi, op. cit., p. 37-38.

22 Sur les liens entre renforcement du pouvoir et architecture chez Pierre Ier, voir l’article de Juan Carlos Ruiz Souza déjà cité, celui d’Antonio Almagro Gorbea, « Los palacios de Pedro I. La arquitectura al servicio del poder », in : Pilar Martínez Taboada, Elena Paulino Montero, Juan Carlos Ruiz Souza (éd.), Anales de Historia del Arte. IV Jornadas complutenses de Arte Medieval, Madrid : Publicaciones Universidad Complutense de Madrid, 23, 2, 2013, p. 25-49.

23 Antonio Almagro a émis l’hypothèse que c’est à cet endroit qu’était prévue la salle du trône de Pierre Ier. A. Almagro Gorbea, ibid., p. 40.

24 Rafael Manzano Martos, La Qubba, Aula regia en la España musulmana, Madrid : Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, 1994.

25 José Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar en Arquitectura. Discurso Leído en Junta Pública de 19 de Junio de 1859 », Discursos leídos en las recepciones y actos públicos celebrados por la Real Academia de las Tres Nobles Artes de San Fernando desde 19 de junio de 1859, Madrid, 1872, 1, p. 1-73.Gonzalo Borrás Gualis, « Introduction historique et artistique », in : L’art mudéjar, l’esthétique islamique dans l’art chrétien, Aix-en-Provence : Edisud, 2000, p. 41.

26 Juan Carlos Ruiz Souza, « Le ‘style mudéjar’ en architecture cent cinquante ans après », Perspective. La revue de l’INHA, vol. 2, p. 277-286 ; Cynthia Robinson & Leila Rouhi (éd.), Under the influence : questioning the comparative in medieval Castile, Leiden : Brill, 2005.

27 A. Almagro Gorbea, « El Alcázar de Sevilla en el siglo xiv », in : Ibn Jaldún, el Mediterráneo en el siglo xiv, Catalogue de l’exposition, Grenade : El Legado Andalusí, 2006, p. 398-403, p. 399.

28 José Miguel Puerta Vílchez, Leer la Alhambra. Guía visual del monumento a través de sus inscripciones, Grenade : Patronato de la Alhambra y el Generalife, Edilux, 2010.

29 Nous avons développé ce point dans un article consacré aux inscriptions de l’Alcazar de Séville, « Epigrafía y poder : el uso de las inscripciones árabes en el proyecto propagandístico de Pedro I de Castilla (1350-1369) », in : Actes du colloque international « Convivencia de lenguas y conflictos de poder en la Edad Media Ibérica », Universidad Autónoma de Madrid, 3 et 4 novembre 2011, e-Spania, 13, 2012, disponible en ligne [URL] [http://e-spania.revues.org/21058] [consultée : le 08/12/2016].

30 T. F. Glick, « Convivencia : An Introductory Note », in : Vivian B. Mann, Thomas F. Glick et Jerrilynn D. Dodds (éd.), Convivencia. Jews, Muslims, and Christians in Medieval Spain, New York : George Braziller, The Jewish Museum, 1992, p. 1-9, p. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Marquer, « Repenser la frontière politique, religieuse et culturelle dans la péninsule Ibérique du XIVe siècle : l'exemple du règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369) », Atalaya [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1747

Haut de page

Auteur

Julie Marquer

Université Lyon 1, CIHAM/UMR 5648, CLEA – EA 4083

Haut de page