Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Frontière et minorité religieuse dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge

« ¿Qué aljamía es esa, que yo no entiendo?  » : du Glossario au Corpus

Note bibliographique
«¿Qué aljamía es esa, que yo no entiendo?»: del Glosario al Corpus. Nota bibliográfica
«¿Qué aljamía es esa, que yo no entiendo?»: from the Glosario to the Corpus. Bibliographical note
Olivier Brisville-Fertin

Résumés

La réimpression du Glosario de voces aljamiado-moriscas est l’occasion de présenter à nouveau, vingt ans après sa première édition, cet ouvrage de référence pour les études aljamiadas. L’élaboration actuelle d’un corpus en ligne permet de mettre en avant les avancées faites et possibles dans le domaine lexical de ce champ d’étude.

Haut de page

Notes de l’auteur

La citation du titre est empruntée à Jesús Alviz Arroyo, Un solo son en la danza, Badajoz : Diputación Provincial de Cáceres, 1982, apud Instituto de Investigación Rafael Lapesa de la Real Academia Española, Corpus del Nuevo diccionario histórico, 2013 [URL] [http://web.frl.es/CNDHE] [Consulté : 03/12/2016].

Texte intégral

1Álvaro Galmés de Fuentes, Mercedes Sánchez Álvarez, Antonio Vespertino Rodríguez, Juan Carlos Villaverde Amieva, Glosario de voces aljamiado-moriscas, 1re édition 1994, Gijón : TREA (Bibliotheca arabo-romanica et islamica, 1), 2015, xxix+766 p., 17 cm x 23 cm, 60 €

2COTEAM – « Corpus de textos aljamiado-moriscos », plateforme créée dans le cadre du projet « Lexicografía aljamiada: nuevos horizontes y herramientas » (MEC : FFI2014-56120-P), IP : Juan Carlos Busto Cortina, SEAR, Universidad de Oviedo.

3Il n’est pas de coutume de consacrer un compte rendu de lecture à une publication autre qu’une nouveauté éditoriale. Cependant, il est des œuvres dont l’importance et le qualificatif « de référence » font que cette règle peut souffrir parfois quelque exception. C’est le cas du volume de la collection « Bibliotheca arabo-romanica et islamica », qui a paru en 2015 aux éditions TREA. Avant de présenter sommairement cet imposant ouvrage de quelque huit cents pages, il convient de préciser qu’il s’agit de la réimpression fidèle de l’édition du Glosario de voces aljamiado-moriscas (GVAM) de 1994. En témoigne l’achevé d’imprimer final, daté du 14 février de ladite année. Depuis, le GVAM est devenu, au cours des années, un usuel indispensable que l’on trouve sur la table de travail de tout aljamiadiste. Mais la richesse de cet ouvrage ne se limite pas aux éditeurs de textes hispaniques en caractères arabes des communautés mudéjares et morisques. Au contraire, ce glossaire contient toute une partie du lexique patrimonial, rarement référencé, qui peut et devrait intéresser les lexicologues, les philologues, les historiens médiévistes et modernistes, mais aussi les arabisants.

  • 1 Pascual de Gayangos, «Tratados de legislación musulmana», Memorial histórico español, Madrid : RAH (...)
  • 2 Hossain Bouzineb (ed.), Literatura de « castigos » o adoctrinamientos Edición, estudio lingüístico (...)
  • 3 Reinhart Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, 3e édition, 2 vol., Paris-Leyde : Brill, 1967.
  • 4 Joan Corominas & José A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, 6 vol., (...)
  • 5 Real Academia Española, Diccionario histórico de la lengua española, Madrid, depuis 1972.

4Cet ouvrage s’organise en trois parties : les noms communs, les noms propres et les expressions et phrases arabes. La première, jusqu’à la page 622, en constitue la partie la plus importante. Elle recueille, ordonne et définit l’ensemble des termes présents dans 29 sources documentaires, publiées entre 1853 – le travail de Gayangos sur les Leyes de moros et le Breviario sunní1 – et la période de publication – le Literatura de « castigos » o adoctrinamientos, alors en projet et finalement publié en 19982. Chaque lemme est défini, référencé dans le corpus général et commenté, le cas échéant, étymologiquement ou comparativement. Les variations de graphie considérables, malgré la relative homogénéité du corpus aljamiado, font qu’un lemme peut apparaître sous une entrée principale et plusieurs entrées secondaires avec renvoi, afin de faciliter la consultation. Les graphies particulières des lettres volantes (anaptyctiques ou antihiatiques) – dekalaraçiyón – sont présentes par rigueur de transcription, en accord avec les critères d’édition de l’époque, sans altérer l’ordre alphabétique de classement. Bien que là encore l’époque d’élaboration en soit la cause, on peut quelquefois regretter un trop grand attachement à la graphie, comme dans le cas de ce <k>, translittération de kāf, inutile pour des mots comme « kalidat » ou « derrokar », alors que les graphies régularisées sont aussi présentées. Les entrées sont construites lexicologiquement avec l’aide des outils de référence coutumiers – le Supplément de Dozy3, le Corominas4, le DHLE5, entre autres – et le complément d’une bibliographie secondaire riche.

5La deuxième partie, plus restreinte (p. 623-732), rapporte les noms propres rencontrés dans le corpus, qu’ils soient de personnes, de lieux ou de personnages. Là encore les entrées diverses pour un même nom assouplissent la consultation pour le philologue aux prises avec un manuscrit erratique, bien que cela puisse paraître innécessaire à l’historien. Chaque article offre succinctement les principaux éléments biographiques, géographiques ou culturels, faisant de cette section un succédané encyclopédique.

6La dernière partie répertorie la phraséologie et la doxologie arabes en les traduisant et en offrant conjointement aux transcriptions la forme en arabe classique. Il aurait pu être intéressant, bien que ce ne fût à l’époque encore qu’une perspective à exploiter, de confronter une traduction moderne avec, pour certains cas, les traductions médiévales, comme la ḥamdala, rendue presque systématiquement par « las loores [son] aḏa Allah », ou la šahāda, « fago testigo que… ».

  • 6 Voir, sans souci d’exhaustivité : Soha Abboud Haggar, El tratado jurídico de Al-Tafriˤ de Ibn Al-Ğ (...)
  • 7 À titre d’exemple : Pablo Roza Candás, « Narraciones aljamiado-moriscas en el manuscrito de Aitona (...)
  • 8 « La información recogida por los profesores de Oviedo, en sí ya útil, lo sería mucho más si se pu (...)

7Les améliorations que l’on pouvait proposer il y a vingt ans restent toujours valides aujourd’hui. Les recherches dans ce domaine ont, néanmoins, continué de mettre à jour un nombre conséquent de textes, le plus souvent objets de thèse. Ce serait donc un nombre considérable d’ouvrages dont il faudrait inclure les lexiques6, sans oublier des travaux encore inédits7, pour offrir un répertoire le plus exhaustif qui proposerait éventuellement une évolution entre les textes plus archaïques et les textes de l’exil. Dès lors, étant donné l’ampleur des données, la remarque de Francisco Marcos-Marín sur l’utilité de la mise à profit des ressources informatiques8 est d’autant plus vraie, surtout en 2016. Ces quelques remarques cependant n’amoindrissent en rien le caractère fondamental du GVAM et le travail colossal dont il a été le fruit. Au contraire, cette recension n’est pas tant un constat des limites de cet ouvrage, que celui de la désaffection dont souffre ce domaine à cheval entre les ères médiévale et moderne et les aires romane et sémitique. Il se veut un appel à ce que les limites de cette référence incontournable, sommairement recensées ici, soient amendées, corrigées, repoussées, en tirant parti des nouvelles possibilités que proposent les humanités numériques.

  • 9 « Lexicografía aljamiada: nuevos horizontes y herramientas », MEC : FFI2014-56120-P, 01/2015-12/20 (...)

8C’est justement pour cela que ce compte rendu a jugé bon de présenter un projet porté par l’École d’Oviedo, « Lexicografía aljamiada : nuevos horizontes y herramientas » (LEXAL)9. Par cette démarche, le Seminario de estudios arabo-románicos (SEAR), qui année après année, voire décennie après décennie, persévère dans l’étude des textes aljamiados, est engagé, entre autre, dans la constitution d’un corpus de textes édités : Corpus de textos aljamiado-moriscos (COTEAM). Celui-ci, mettant à profit une version réduite de la TEI, est consultable par textes entiers ou par formes. Il propose des concordances, pour le moment, entre trois manuscrits : le Çamarqandī – Madrid, BNE, Ms. 4871 –, le Compendio de Mohanmad de Vera – Paris, BNF, Ms. 397 – et un miscellanée – Madrid, BNE, Ms. 5313. À terme, le corpus devrait proposer six textes tant de l’époque péninsulaire que de l’exil (graphies arabe et latine). En comparaison d’autres corpus en ligne, comme le CORDE ou le CNDHE, on pourrait vouloir des fonctionnalités de décompte et de définition, mais la plateforme vient à peine d’être lancée il y a quelques semaines. Cette initiative est une avancée substantielle dans l’étude léxicographique du corpus aljamiado. Elle est en cela pionnière et ne peut qu’être saluée vivement. En effet, étant donné les perspectives qu’elle ouvre et la richesse du matériel déjà mis à jour par le GVAM, on est en droit de nourrir l’espoir que notre champ de recherche pourra avancer vers des possibilités de réalisations et de traitements systématiques que connaissent les domaines des humanités numériques et de la linguistique. La facilité de l’accès proposé pourra permettre d’inclure pleinement ce patrimoine hispanique et islamique aux études lexicales et littéraires et, ce faisant, faire sortir l’aljamiado d’une marginalité académique, souvent réduit à l’anecdote folklorique.

Haut de page

Notes

1 Pascual de Gayangos, «Tratados de legislación musulmana», Memorial histórico español, Madrid : RAH, 5, 1853. Il est vrai que cette édition, témoin à part entière du Alkiteb segoviano, ne nous est parvenue qu’en graphie latine par la transcription.

2 Hossain Bouzineb (ed.), Literatura de « castigos » o adoctrinamientos Edición, estudio lingüístico y literario y glosario, Madrid : Gredos (CLEAM, 9), 1998.

3 Reinhart Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, 3e édition, 2 vol., Paris-Leyde : Brill, 1967.

4 Joan Corominas & José A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, 6 vol., Madrid : Gredos, 1980-1991.

5 Real Academia Española, Diccionario histórico de la lengua española, Madrid, depuis 1972.

6 Voir, sans souci d’exhaustivité : Soha Abboud Haggar, El tratado jurídico de Al-Tafriˤ de Ibn Al-Ğallab, Saragosse : IFC, 1999 ; Nuria Martínez de Castilla Muñoz, « Edición, estudio y glosario del manuscrito aljamiado T19 de la Real Academia de la Historia », thèse de doctorat, Madrid : Universidad Complutense, 2004, publiée sous forme réduite : Una biblioteca entre dos tapas, Saragosse : IEIOP, 2010 ; Emma Guijarro Hortelano, La maternidad en las comunidades mudéjar y morisca, Teruel : CEM, 2010 ; Touria Boumehdi, Miscelanea aljamiada narrativa y doctrinal : edicion y estudio del manuscrito Junta 57, Saragosse : IFC, 2012 (publication de la thèse de doctorat homonyme, Toulouse : Toulouse 2 – Le Mirail, 2010) ; Raquel Suárez García, El compendio islámico de Mohanmad de Vera, Oviedo : Universidad de Oviedo (Bibliotheca arabo-romanica, 15), 2016 (publication de sa thèse de doctorat de 2004).

7 À titre d’exemple : Pablo Roza Candás, « Narraciones aljamiado-moriscas en el manuscrito de Aitona. Edición y estudio », thèse doctorale, Oviedo : Universidad de Oviedo, 2009 [à paraître] ; Alice Kadri, « Mudéjars et production en aljamía (xve siècle) », thèse doctorale inédite, Nantes : Université de Nantes, 2015.

8 « La información recogida por los profesores de Oviedo, en sí ya útil, lo sería mucho más si se pudiera disponer de los datos en formato electrónico, bien en disquetes, en disco compacto o instalándolos en un servidor público. », F. Marcos-Marín, « Álvaro Galmés de Fuentes/M. Sánchez Álvarez/A. Vespertino Rodríguez/J. C. Villaverde Amieva, Glosario de voces aljamiado-moriscas, (Biblioteca arabo-románica) Oviedo (Universidad de Oviedo, Fundación Menéndez Pidal), 1994», Zeitschrift für romanische Philologie, 111, 1995, p. 755.

9 « Lexicografía aljamiada: nuevos horizontes y herramientas », MEC : FFI2014-56120-P, 01/2015-12/2017, PI : Juan Carlos Busto Cortina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Brisville-Fertin, « « ¿Qué aljamía es esa, que yo no entiendo?  » : du Glossario au Corpus », Atalaya [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://atalaya.revues.org/1822

Haut de page

Auteur

Olivier Brisville-Fertin

ÉNSL – CIHAM/UMR 5648 – RETRAGENMED (MEC : FFI2015-63659- C2-2- P)

Articles du même auteur

Haut de page