Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

De la périlleuse cachondez.Vieillesse et désirs vénériens selon les traités médiévaux

Aitor Alfonso

Résumés

Ce travail se propose d’étudier le concept de cachondez du point de vue linguistique et sémantique afin de dégager les considérations de genre qui le sous-tendent : la cachondez qui s’applique à l’origine à la femelle en chaleur en vient à désigner l’appétit sexuel féminin et plus particulièrement le désir des femmes âgées à l’égard des jeunes hommes. Ce glissement du sens et de la connotation du terme oriente notre travail vers une analyse de la représentation du désir des personnes âgées à l’aune de la poésie burlesque de la Renaissance espagnole et des traités médicaux d’une des plus grandes figures de l’humanisme de la première moitié du XVIe siècle : Francisco López de Villalobos. Cette verdura gérontologique, selon les propres termes du physicien, est considérée comme un danger sur le plan pathologique et moral et incite Villalobos à fonder en raison naturelle l’immortalité de l’âme.

Haut de page

Texte intégral

Est in canitie ridiculosa Venus
Ovide

C’est une grande difformité dans la nature qu’un vieillard amoureux
La Bruyère

Introduction

1L’amour sied bien aux jeunes et déshonore les vieillards. Cette idée, d’un vitalisme réservé aux jouvenceaux, est tout à fait courante dans la littérature tant fictionnelle que scientifique depuis la plus lointaine Antiquité. En Castille aux xve et xvie siècles, la forme particulière de désir qu’est l’appétit vénérien sénile est considérée comme un mal dans l’acception axiologique et pathologique du terme : elle est un danger. La cachondez est périlleuse ; mais pour qui ? Pour le malade sans aucun doute, celui ou celle qui est l’objet de cette folie, selon les médecins, moralistes et poètes de la Renaissance. Cette manière de frapper d’interdit le désir des vieillards est révélatrice d’une tentative de normalisation de la sexualité, trahit peut-être même une volonté de se prémunir, de se défendre, comme on le ferait face à un danger. Il se pourrait que le péril menace alors ceux-là mêmes qui énoncent la norme.

2Le vocable cachondez, en tant qu’il désigne la propension à l’acte sexuel, est le lieu de nombreux tabous et représentations qui innervent son sens, infléchissent son étymologie. Les tensions entre générations sont au centre de cette notion de (périlleuse) cachondez. Les relations de genre le sont également : la généalogie de l’un des substantifs populaires les plus pleinement vernaculaires pour dire l’excitation amoureuse en castillan, révèle des lignes de force dans la conception du rapport des sexes au sein de la société espagnole et ce depuis au moins le Moyen Âge. D’abord parce que ce sont des hommes qui écrivent sur le désir masculin et féminin. Ensuite parce que les femmes sont omniprésentes dans le discours sur l’appétit vénérien sénile : elle sont l’objet ou le sujet de cette prétendue perversion. Les hommes âgés veulent les conquérir quand elles sont jeunes ; elles sont vues comme des séductrices invétérées de jeunots quand elles sont âgées. Les représentations de la littérature de traités scientifiques et moraux ainsi que la poésie burlesque se fondent sur une idée de la femme qui en fait l’être de désir par excellence, la désirante désirée ou la désirante abhorrée :la figure de la cachonda est un aspect prééminent de la considération masculine sur la femme et sa pulsion sexuelle.

3Puisque le mot est l’expression du regard porté sur la chose, nous nous intéresserons aux processus de variation sémantique à l’œuvre dans la construction culturelle de la sexualité ainsi qu’à la manière de nommer le désir dans un certain nombre de traités et de poèmes burlesques de la Renaissance. L’étude étymologique du terme nous orientera vers les enjeux médicaux, éthiques et métaphysiques du concept à une époque où la réflexion sur l’amour jouit d’un intérêt renouvelé.

Perspective diachronique et étymologique

4Commençons par nuancer ce que ce terme de cachondez peut avoir de licencieux. La variante au féminin cachonda est recensée pour la première fois au milieu du xiiie siècle, dans une ordonnance du Fuero General de Navarra, sous l’intitulé suivant : Quoando un can mata a otro can en que caso deve homizidio. Il y est écrit :

  • 1 Fuero General de Navarra, édition de Pedro Sánchez-Prieto Borja, Alcalá de Henares : Universidad de (...)

Si un can mata a otro can sobre perra que es cachonda. o que sea su hermana aiudando. o la hermana al hermano, non deve calonia. Mas si lo mataren por otra guisa aura calonia segunt que fuere el can ; si la calonia non quisiere deue render el can por homizidio1.

  • 2  En somme, le canidé était une richesse et un outil de travail précieux qu’il s’agissait de préserv (...)

5Le contexte d’apparition du vocable en castillan est un article juridique concernant l’assassinat d’un chien par un autre chien dans une communauté navarraise médiévale. La mort d’un chien à la suite de l’attaque d’un congénère entraînait la plupart du temps le paiement par le propriétaire de l’animal homicide d’une amende (caloña) proportionnelle à la valeur du chien tué (« aura calonia segunt que fuere el can »). Si le propriétaire n’était pas en mesure de régler la somme due, il pouvait donner son animal au plaignant, querer ayant ici le sens de poder (« si la calonia non quisiere »). Ces considérations sur les chiens occis, loin d’être une vétille de fable, étaient au centre de la vie économique des habitants de cette région du Nord de l’Espagne, peuplée de nombreux bergers et dont l’activité d’élevage, pour être prospère, exigeait des chiens de qualité2.

6Mais plus que la loi générale concernant les assassinats canins, c’est l’exception à cette norme qui est intéressante pour notre étude ou plus exactement son énoncé. En effet, la caloña n’est pas encourue en cas de légitime défense d’un « parent » de l’animal et particulièrement lorsque la chienne attaquée est cachonda. Le sens de ce terme est clair, il signifie en chaleur, excitée sexuellement et dans un état favorable à la reproduction. Il désigne conjointement l’état et sa manifestation, ce moment de stimulation physiologique interne et ses symptômes externes. Le fondement de ces exceptions légales est pour le moins troublant. Peut-être s’agit-il d’un cas d’anthropomorphisme moral qui prétend étendre la légitime défense au monde animal. L’exemption d’amende pour le propriétaire en période de chaleur canine peut être liée à la volonté de préservation de la pureté de la race dans la communauté de Navarre : l’accouplement d’une chienne de bon pedigree avec un chien quelconque pourrait engendrer des chiots de valeur moindre, entraînant une perte de la noblesse et donc du prix de la portée qui peuvent se révéler préjudiciables pour le propriétaire de la bête. Cela constituait une manière de circonstance atténuante.

7En tout état de cause, l’étymologie de cachondo est en lien avec celle de cachorro. Tous deux proviennent du latin catulus qui désignait à l’origine le chiot exclusivement. Par extension, ce terme en vint rapidement à signifier le petit de n’importe quel animal, à l’instar de cachorro en castillan ; il est celui du loup dans l’Enéide (Chant 2, vers 355 à 358) :

  • 3  « Lors comme, au noir des nuits, l’on voit des loups rapaces / (l’âpre rage les pousse), aveuglés, (...)

Inde, lupi ceu
raptores atra in nebula, quos improba uentris
exegit caecos rabies, catulique relicti
faucibus exspectant siccis3.

  • 4 Lettres de Pline le Jeune, Tome premier. Livres I-V, et extrait de l’« Éloge de De Sacy » par d’Ale (...)
  • 5  « Jamais en nulle autre saison la lionne oubliant ses petits n’erra plus cruelle dans les plaines  (...)

8Catulus a pour signifié le porcelet chez Pline le Jeune4 et le lionceau dans le troisième livre des Géorgiques, intitulé Les troupeaux. On lit aux vers 245 et 246 : « Tempore non alio catulorum oblita leæna sævior erravit campis »5. L’état de fécondité accrue pour un animal se dit catulitio en latin, syncopé en catlitio à la suite de Pline : il est formé à partir de catulus et du suffixe d’action -itio, qui dit, d’un seul tenant et au sens propre, l’état et l’action d’engendrement des petits :

  • 6  « Les paysans disent que la nature est alors en chaleur, parce qu’elle brûle de recevoir les semen (...)

Catlitionem rustici vocant, gestiente natura semina accipere eaque animam ferente omnibus satis6.

9La variante originelle la plus plausible du terme vernaculaire cachondo semble être la forme sans suffixe catulus. On peut imaginer une évolution diachronique du mot en deux étapes : une première étape que l’on pourrait dire simple et une deuxième en quelque sorte composée. L’évolution simple dut se faire par syncope de la voyelle faible centrale puis par l’apparition subséquente de la palatale, aboutissant à une forme proche de cacho (CATLUS > *CATLO > cacho). L’étape composée répond à un processus de double suffixation romane : en -ondo(a) d’abord, qui dit l’action ; en -ez ensuite, qui est une désinence de substantif.

  • 7  Au point que cachondo et burlesco sont parfois synonymes en castillan actuel : cachondo, adj. colo (...)
  • 8  Fol. 22 r de l’édition de Salamanque, 1495, reproduction numérique de l’édition facsimilée, Alican (...)
  • 9  Notons également que cachonda n’est utilisé jusqu’alors que pour désigner l’état de fécondité de l (...)

10En somme, cachondo, ou plus exactement cachonda, loin de toute connotation grivoise et familière, était un technicisme zoologique en latin. En castillan, bien qu’encore utilisé dans un sens strictement scientifique et appliqué à l’animal, ce mot va être immédiatement digéré par la poésie burlesque7 de chansonnier, friande de double sens licencieux et de telles parodies obscènes de termes savants, a fortiori lorsqu’ils ont trait à l’acte charnel aussi directement. Le processus d’inversion comique propre à la vision carnavalesque du monde, dont Bakhtine expose les modalités dans son essai L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, est à l’œuvre. Selon ce même mécanisme et comme par métaphore, le référent du concept, mouvant, va subir une dégradation axiologique volontaire en qualifiant de plus en plus l’humain et non plus seulement le chien. Ainsi, Nebrija utilise le terme sans sous-entendu, autant que nous puissions en juger, dans son très docte Vocabulario español-latino de 1495 où il donne comme équivalent vernaculaire du latin catulio l’expression « pararse una perra cachonda »8. La chienne donc, et jamais le chien : c’est bien la chaleur femelle et non le rut mâle que cette expression désigne9.

11À la même époque, cette expression a déjà fait son entrée en littérature, prenant souvent, comme nous le disions, une teinte lubrique et se chargeant d’une puissante connotation non dépourvue de misogynie. En effet, la cachondez est un attribut considéré comme exclusif de la femme jusqu’à fort tard. À la fin du xve siècle, on le trouve appliqué aux dames, souvent de petite vertu, dont on raille l’ardeur sexuelle inextinguible :

  • 10 Cancionero de obras de burlas provocantes a risa publié à Valence en 1519, cité ici dans l’édition (...)

Y a una putana de arte,
Por estremo gran cachonda,
Muy mayór que un baluarte,
Entonna de otra parte :
« El dragón se te cohonda »
10.

12Ce n’est autre que la figure, traditionnelle en poésie burlesque, de la femme hystérique et lubrique, mue tout entière par ses pulsions et prétendument livrée à l’irrationalité que l’expression contribue à dépeindre. L’image de la tentatrice, de la sournoise, de la prostituée aux appétits hirsutes est omniprésente dans la poésie de moquerie :

  • 11 Carajicomedia, édition d’Álvaro Alonso, Malaga : Aljibe, 1995, couplet XLV, p. 65.

En Medina del Campo, ganando vi estar
A essa Narbáez, que ya encanecía,
Cachonda, lendrosa, y en la mancebía
Vi Ana de Medina, la muy singular,
En cuyo coño se pruevan llegar
Carajos elados, s’encienden de fuego
11 […]

  • 12  Il devient le symptôme physique d’une laideur intérieure, sorte de Kalos kagathos négatif.

13Le traitement burlesque du concept opère une déviation, légère mais sensible, du signifié : ici, la cachondez ne désigne plus la fécondité mais le désir, plus la période de fertilité au sens biologique mais les manifestations physiques d’un tel état. Le terme se contracte autour de son sème érotique et laisse à distance son sème biologique. Son objet n’est plus statique et intérieur mais dynamique et extérieur. Par cette extériorisation, par cette mise en manifestation, le concept se dote d’un revers de valeur morale : la cachondez est perçue dès lors comme le signe corporel d’une lubricité de l’âme12. Le corps burlesque n’est pas le corps réifié, objectif et insensibilisé du scientifique mais un corps désirant, pâtissant et sexualisé ; le corps devient signe, expression, expressivité. La cachondez est, pour ainsi dire, hypersexualisée.

14En ce sens, l’image de la cachonda déborde la littérature et la fiction. Un indice en particulier nous paraît éminemment révélateur des conceptions sous-jacentes à cette notion de cachondez : l’entrée du mot dans le dictionnaire. Un tel adoubement par les instances normatives de la langue concède toujours une double autorisation au mot choisi, tant à son signifiant qu’à son signifié : il constitue d’abord la reconnaissance de l’usage d’un terme dans une langue donnée, l’officialisation de son utilisation. Il est ensuite la légitimation de l’image mentale que ce signifiant désigne, c’est à dire la validation par l’autorité de son sens, et ce relativement à ses variantes et aux autres termes du système langagier : autoriser un mot c’est le soumettre à une norme, l’inclure dans la norme. Ainsi, l’entrée de cachonda et de ses variantes dans les différents dictionnaires de la Real Academia Española n’est pas seulement le résultat du constat d’un usage répandu mais également, et avant tout, la conséquence d’un choix, sous-tendu par des déterminations idéologiques : l’entrée du mot cachonda, dépourvue de désinence disjonctive masculine -o, trahit une conception de la chose désignée. En effet, c’est la forme au féminin qui entra d’abord exclusivement dans le dictionnaire de l’académie espagnole de la langue, dès sa première édition de 1729. Les rédacteurs du Diccionario de Autoridades lui attribuent la définition suivante :

  • 13  Pour toutes les recherches d’entrée de ces différents termes dans le DRAE, voir le Nuevo Tesoro Le (...)

cachonda : adj. Usado regularmente en la terminación femenina, que se aplica a la perra que está salida, y va a buscar los perros ; que porque quiere mas especialmente a los cachorros, dice Covarr. tomó de ahí el nombre quasi catulonda de catulus13.

  • 14  Il s’agit d’un passage de la Égloga de Cristino y Febea de 1509, cité infra.

15On trouve déjà au début du xvie siècle le substantif cachondez appliqué au sujet masculin en littérature, dans une églogue de Juan del Encina14 ; en revanche, son adjectivation n’est toujours recensée qu’au féminin. La cachonda est grammaticalement (ergo anthropologiquement, réellement) reconnue ; pour dire d’un homme qu’il est dans un tel état, il faut tordre le sens, recourir à un traitement métaphorique : la cachondo en tant que tel, pleinement, n’existe pas :

  • 15 Autoridades, première édition de 1729.

cachondez : s. f. El apetito desordenado y venéreo. Ya no tiene uso esta voz, aunque la trahe Covarr. en su Thesoro15.

16Il semblerait en toute rigueur, que le dictionnaire considère que la femme soit la seule à pouvoir être mue par un tel appétit. Il faut attendre l’édition de 1884, soit plus d’un siècle et demi plus tard, pour voir le masculin cachondo dans le DRAE, sous l’entrée suivante :

cachondo, da. (del latín catuliens, que está en celo) adj. Dominado de apetito venéreo. Aplícase especialmente a la perra salida.

17Covarrubias dans son Trésor de la langue castillane ou espagnole de 1611 ajoutait, d’ailleurs, un détail des plus significatifs pour notre sujet :

cachonda : quasi catulonda, la perra que está salida, y se va a buscar los perros, especialmente los jovenes, que llamamos cachorros. Lat. Catulos, de donde tomó el nombre, y transfierese a la muger que incitada del calor de la luxuria, se va a buscar los hombres mancebos16.

  • 17  Cette confusion sème le désordre dans les trois couples qui fondent successivement le développemen (...)

18L’illustre grammairien se fait l’écho d’un glissement sémantique dans le castillan du Siècle d’Or : l’étymologie de cachondez, à partir de catulus, ne signifie plus que la femelle conçoive des cachorros quand elle est cachonda mais qu’elle les cherche pour s’accoupler avec eux. Le petit n’est plus la conséquence mais l’objet de la cachondez ; mieux, il devient effet et objet, dans une confusion logique (et érotique) de l’enfant et de l’amant, du féminin et du masculin17, du pénis et du vagin. Nous sommes face à la représentation, traditionnelle dans cette littérature, de la femme castratrice, du vagin dévorateur, saturnien, qui engloutit symboliquement ce qu’il a créé, dans un sens plus goyesque que verlainien. Le vagin apparaît à la fois comme le lieu de la création et de la destruction, de l’apparition et de l’enfouissement. Le sexe de la mère perçu comme inoffensif par les hommes, devient celui de l’amante, terrifiant, doté d’une très ambivalente chaleur qui fait revivre les pénis dans les vers cités plus haut mais qui peut aussi les consumer, les stériliser par le feu : « Vi Ana de Medina, la muy singular, / En cuyo coño se pruevan llegar / Carajos elados, s’encienden de fuego ». C’est le vagin qui met bas et qui abat.

19Cette vision de l’état de frénésie sexuelle de la personne âgée en général à l’égard du jeune – quoique le traitement en soit différent pour l’homme et pour la femme – s’apparente à une forme de déviance, condamnée dans la grande majorité des textes scientifiques, moraux ou de fiction traitant cette question aux xve et xvie siècles.

20Pour en revenir à la généalogie du concept, nous constatons que la variante cachondez est référencée pour la première fois dans un poème de Juan del Encina de 1509, l’Égloga de Cristino y Febea, au vers 458. Elle s’applique négativement à l’homme très âgé dans ce cas-là :

Las vidas de las hermitas
son benditas,
mas nunca son hermitaños
sino viejos de cient años,
personas que son prescritas,
que no sienten poderío
ni amorío,
ni les viene cachondez,
porque, miafé, la vejez
es de terruño muy frío.

  • 18  Le DRAE dit pour regañar: Dicho de un perro: Emitir cierto sonido en demostración de saña, sin lad (...)
  • 19 Carajicomedia, éd. citée de 1995, p.  44.

21En résumé, on constate un double mouvement dans l’évolution sémantique du terme cachondez à partir de catulus : mouvement d’humanisation du concept d’abord (de la chienne à la femme) ; mouvement de masculinisation ensuite (de la femme à l’homme). Il est indéniable que le lien entre le canidé en rut et l’homme est un cas d’animalisation dégradante et se fonde sur la ressemblance prétendue des manifestations d’excitation sexuelle chez l’un et chez l’autre : Le transfert comme dit Covarrubias (« transfieresea la muger ») de l’animal à l’humain fonctionne par analogie, comme si les réflexes sexuels de la femme et de la chienne étaient confondus. Une telle association est courante dans la littérature comique, ainsi il est dit du héros de la Carajicomedia, Diego Fajardo, anciennement ithyphallique et nouvellement impuissant : « nació la lengua saccada y ragañado18y arrecho »19.

22Si nous donnons du crédit au détail zoologique de Covarrubias, le cachondo ou la cachonda sont associés au satyre, vieillard amateur de jouvencelles, et à la alcahueta séductrice de garçons. C’est cette attraction du vieux vers le jeune, cette forme particulière de cachondezdel anciano qui est vue comme périlleuse par les auteurs du temps. Les arguments invoqués pour s’opposer à ce type de liaison que nous nommerons hétérohélique ou d’âge significativement différent, sont seulement en dernière instance ceux d’un essentialisme biologique et moraliste, brandissant l’anathème sur une pratique réputée contre-nature : les considérations des éthiciens sur cette question sont bien plus pragmatiques et utilitaires qu’il n’y paraît de prime abord.

La périlleuse cachondez du vieillard : l’amour impossible

  • 20  Le traité moral de Villalobos suit la forme binaire des questions et réponses, propre aux textes d (...)

23L’un des représentants espagnols les plus brillants, à l’orée de la Renaissance, de la tradition des médecins du corps et de l’âme, observateurs des mœurs de leur temps, soigneurs des affections dans toute la polysémie du terme, est sans aucun doute Francisco López de Villalobos (1474-1549). Il fut le physicien officiel de Ferdinand le Catholique puis de Charles Quint ainsi qu’hombre de placer, satiriste adoré et honni, épistolier à succès, essayiste, moraliste et poète. Cet exemple achevé d’humaniste touche-à-tout s’essaya au traité sur l’amour, genre fort en vogue en cette période charnière de la fin du xve et le début du xvie siècle, et développa notamment une réflexion médico-morale sur la question de l’amour chez les personnes âgées dans le traité des mœurs faisant partie de son recueil de miscellanées intitulé Problemas (1543). C’est non seulement la vision de l’homme et de la femme âgés en proie à de tels démons de midi, mais également celle de la jeune femme, cible des galanteries des vieillards, que Villalobos nous donne à observer. La strophe 19 dudit traité est intitulée Del viejo que se casa20 :

  • 21  Francisco López de Villalobos, Problemas, Saragosse, Jorge Coci, 1544, fol. 14, glose de la stroph (...)

Gran locura es la del viejo que se casa con la muger moça, porque haze locura quando se casa y haze otras muchas después de casado21.

  • 22  Dans ce texte qui faisait autorité sur la question, Cicéron met en scène une conversation entre Ca (...)
  • 23  Voir Alfonso de Madrigal, « El Tostado », Breviloquio de amor e amiciçia. Les chapitres sur l’amou (...)
  • 24  Le chroniqueur des Rois Catholiques, à la suite d’un « gran dolor de hijadas », composa une épître (...)
  • 25  « [Los viejos ] se hacen de complexion terrestre melancólica, que es una qualidad muy amarga y muy (...)

24Par opposition à l’image positive et presque mythifiée de la vieillesse que Cicéron construit dans son De senectute22, Villalobos montre un vieil homme débordé par ses passions, et, parmi toutes, par la passion supérieure, le grande aguijón de delectación selon l’expression du Tostado23 : l’amour. Loin d’être un modèle de tempérance et de vertu, le vieillard est représenté comme anti-sage, comme fou, lorsqu’il ne sait chasser Éros. Si l’amour est fureur, c’est-à-dire folie, pour le commun des mortels, il l’est davantage pour le barbon. Toujours contre Cicéron et prenant le versant dépréciatif de la pensée sur la vieillesse – à la suite d’un Hernando de Pulgar24 –, Villalobos fonde sa réflexion éthique sur les faiblesses physiologiques liées au troisième âge25.

25Juan del Encina, dans les vers cités plus haut, écrivait que les vieux « no sienten poderío / ni amorío, / ni les viene cachondez, / porque, miafé, la vejez / es de terruño muy frio ». Tentons une rapide critique de ce discours sur la vieillesse à l’aune des théories médicales et philosophiques du temps, appréhendées à travers Villalobos.

  • 26  Villalobos lui-même, dans sa correspondance de vieillesse, qualifie son sexe de « pescado çezial » (...)
  • 27  Le feu est l’élément fondamental selon Villalobos, comme il l’expose dans son Traité des corps nat (...)
  • 28  C’est ce qu’exprime l’aphorisme médical célèbre, « motus est causa caloris ».
  • 29  Villalobos est l’auteur d’un Diálogo del calor natural, édité dans les Problemas et qui traite de (...)
  • 30  Glose de la strophe XIX qui se clôt par les vers suivants : « Porque se casa de gana / un viejo co (...)

26En premier lieu, la vieillesse est associée habituellement à un refroidissement et à un assèchement du corps, tant en poésie qu’en médecine. Si « [Los viejos ] se hacen de complexión terrestre melancólica », nous dit le médecin de Charles Quint, c’est que la mélancolie ou bile noire, liée à l’élément terrestre, est une humeur froide et sèche. Les images reprenant ce topos abondent26. Le feu27 vital, ou chaleur naturelle selon la terminologie de tradition galénique, est produit par les battements du cœur28 – siège de l’âme selon cette tradition – et répandu dans le corps auquel il donne son mouvement. Chez la personne âgée, le feu s’éteint progressivement, provoquant une série de perturbations physiologiques, du système digestif notamment : la chaleur venant à manquer, c’est le mouvement de digestion des aliments qui est moins efficace29. La mauvaise assimilation des denrées « trae parte de corrupción de viandas », ayant pour conséquence l’odeur pestilentielle qui se dégagerait des vieillards et qui, selon Villalobos, serait une constante gérontologique : « cierto es que hay pocos viejos que no hiedan30 ». L’extinction du feu intérieur a évidemment des conséquences sexuelles.

  • 31 Problemas 1544, fol. 14, strophe XVIII.
  • 32 Problemas, 1544, fol. 14, glose de la strophe XIX.
  • 33  Cette jeunesse fougueuse que le Tostado compare au « puerco montés » dans son Breviloquio de amor (...)
  • 34 Problemas, 1544, Deuxième traité, fol. 13, glose de la strophe XIX.

27Les vieux ont-ils de la cachondez ? Juan del Encina disait que non ; Villalobos est plus nuancé : selon lui, ils voudraient copuler mais ne le peuvent pas, autrement dit, ils ont du désir mais ils n’ont plus la vigueur physique pour le réaliser. « ¿Por qué anda enamorado / faltando la herramienta ?31 » demandait-il. Du fait de l’arrêt progressif de la chaleur qui imprime leur mouvement aux organes du corps, les vieillards n’auraient plus d’érection en dépit de leur désir : ils sont impuissants mais pas frigides. Ils sont même curieusement fertiles lorsqu’ils réussissent à copuler avec une jeune fille : « Es cosa muy natural engendrar mucho los viejos en las moças32 ». Selon les ‘physiologues’ médiévaux, la puissance sexuelle et reproductive était surtout l’apanage des jeunes33. Celle de la fille nubile suffit-elle à ranimer la fécondité perdue du vieillard ou est-ce cette union particulière qui stimule la procréation ? Cette dernière hypothèse paraît la plus plausible quoique Villalobos ne s’étende pas davantage sur ce sujet en affectant une pudibonderie qui ne lui ressemble guère car, dit-il, « las causas que ay para esto no se dirá aquí, por no tocar en cosas torpes y deshonestas » avant de la battre en brèche au moyen d’une métaphore dont il a le goût : « basta saber que ellos [los viejos] con pocos tiros matan muchos venados 34 ». La cachondez des vieillards est donc réelle et réprimée. De telles considérations ont des conséquences sociales, psychologiques et métaphysiques profondes dans la réflexion du médecin. À partir de ce postulat ignocentriste, il développe un argumentaire non dépourvu d’un esprit pragmatique proprement humaniste dans les gloses des strophes XVIII et XIX de son traité. D’abord, cette impossibilité pour le vieillard d’assouvir le désir sexuel de sa jeune épouse incite Villalobos à ne pas conseiller le mariage hétérohélique, car la femme insatisfaite ira de ce fait séduire un amant de son âge capable de la combler (comme il est naturel), ce qui causera tracas et jalousies à son mari plus âgé. En outre, pour compenser son « manque de charme physique », il achètera des cadeaux démesurés à sa belle ce qui le conduira à la ruine. La jeune fille elle-même, précise Villalobos, se marie avec le barbon pour fuir une mauvaise situation économique et non par amour. En somme, ce genre de mariage ne fait que des couples malheureux, des maris déshonorés, dépités et dépensiers, des femmes tristes et frustrées. Le médecin conclut que c’est une folie de vouloir une telle situation en connaissance de cause. La misère sexuelle est donc l’obstacle principal à une vie de couple hétérohélique heureuse.

  • 35  Le physicien de l’Empereur, commentant Pline, développe cette idée qu’il reprend dans sa correspon (...)

28Nous voyons que l’évaluation éthique des conséquences de l’acte l’emporte sur l’impératif catégorique, essentialiste et a priori ; mais la réflexion va plus loin. En effet, si le vieillard éprouve du désir sans pouvoir le satisfaire, c’est que l’âme imprime une passion au corps que celui-ci ne peut pas suivre35. Quand le corps est mourant, l’âme continue à être vivace : c’est la preuve que ce qui décline et périt en l’homme est le corps et non pas l’âme, qui toujours pâtit, qui toujours désire. Villalobos fait la démonstration de l’immortalité de cette dernière par un raisonnement négatif fondé sur la puissance vitale qui s’apparente indéniablement à la notion de pulsion libidinale développée par Freud :

  • 36 Problemas, 1544, fol. 16, glose de la strophe XIX.

Para creer la immortalidad delas animas humanas basta la fe y los muchos testimonios dela sagrada escriptura ; mas si quisiessemos fundalla sobre razon natural, la mayor de todas me parece a mi la verdura que tiene el animo de un viejo […] E si las animas fuessen perecedoras con los cuerpos envejecerian ellas tambien como ellos y cessarian todos los apetitos juntamente con el húmido radical y con el calor natural y con todas las potencias naturales, mas veemos que estas se consumen y se van acabando y el anima sola queda verde y entera en todas las concupiscencias36.

29En pur produit de l’école de philosophie naturelle de la faculté des Arts de Salamanque, notre médecin veut fonder en raison naturelle la question de l’immortalité de l’âme, en conservant sa valeur propre à la foi, son irréfutabilité, mais en la laissant hors de son champ d’analyse. Du point de vue anthropologique et physio-psychologique, la cachondez – Villalobos parle de verdura –est conçue comme une pulsion de vie, manifestation de l’immortalité de l’âme face à la corruptibilité du corps. Le vivant cohabite avec le mourant chez la personne âgée mais de manière conflictuelle, dichotomique : il est tenu pour indigne d’exhiber cette verdura lorsqu’on est proche de la mort car une telle vivacité de l’âme est considérée, en ce postrer día, comme étant contre nature, allant contre la nature, c’est à dire n’étant pas adaptée aux aptitudes érotiques des vieillards, naturellement amoindries. L’amour n’est définitivement pas l’affaire des personnes âgées ; ou presque. Villalobos introduit à la fin de son raisonnement trois exceptions étonnantes :

  • 37 Loc. cit.

Lo susodicho se entiende quando el dicho viejo no fuere principe o señor, que a estos ninguna cosa les esta mal, o quando fuere hombre que no tenga succession para su casa, o quando no tenga hijos piadosos que le socorran y ayuden a sostener la carga de sus molestias. Estos tales tomen por su remedio el casarse aunque les mate el remedio. Y esto postrero no lo digo sin causa37.

  • 38  Antonio de Guevara (1480-1545) publia son fameux Menosprecio de corte y alabanza de aldea à Vallad (...)

30Quelle est donc cette causa ? Dans le cas des grands nobles, leur privilège de sang apparaît étendu à cette forme particulière de mariage tardif : l’amour passion qui sied aux jeunes gens étant déjà un sentiment aristocratique réservé aux classes oisives, il se pourrait que cette prérogative s’applique ici aux vieux seigneurs et aux princes âgés comme par une sorte de droit naturel inaliénable. Le médecin ne ferait qu’affirmer (et corroborer) la supériorité de ces élites. Pourtant, il est difficile de ne pas discerner une pointe d’aigreur ou une forme ténue d’irrévérence sociale dans les mots de Villalobos : ninguna cosa les esta mal car ils s’arrogent tous les droits, s’autorisent toutes les licences dans ce domaine comme dans d’autres (le physicien des rois en sait quelque chose, lui qui fut pendant tant d’années praticien à la cour et témoin direct de ses mœurs dissolues ; c’est peut-être aussi pour cela qu’il dit parler en connaissance de cause). En somme, l’assertion du médecin convers ne sonnerait pas comme la confirmation neutre d’un privilège légitime mais comme le constat amer de l’effronterie de la grande noblesse, à la manière du « menosprecio de corte » d’un sien contemporain comme Antonio de Guevara38. En ce qui concerne le deuxième cas, l’homme sans succession, la dérogation est plus pragmatique : il est préférable pour un vieillard de mourir dans le tourment amoureux que de le faire sans descendance. Enfin, le père de famille abandonné par ses enfants, livré à lui même, est également invité à se marier avec une femme qui prenne soin de lui s’il le désire. Dans ces cas-là, le remède est bénéfique même s’il se révèle mortel, il est un pis-aller.

31Villalobos ajoute qu’il ne dit pas cette dernière chose sans raison (esto postrero no lo digo sin causa). Cette précision déictique désigne-t-elle l’ensemble du développement sur les exceptions à la règle ou uniquement le dernier des cas énoncés ? La coletilla qui clôt la glose du moraliste est pour le moins malicieuse. Il semble, comme à son habitude, tirer l’étude du casus, si prégnante dans la méthode médicale apprise à Salamanque, du côté de l’autobiographie et de la parodie. La casuistique, l’illustration par l’exemple, sont souvent pour lui l’occasion d’un portrait comique ou d’un récit de scénette humoristique, voire gaillarde, donnant à ses analyses médicales ou scientifiques une dimension littéraire. Ici nous ne lisons rien que de très implicite et pourtant les lecteurs les plus assidus de Villalobos – c’est du moins notre interprétation – songent immédiatement à sa très célèbre correspondance et en particulier à une lettre du 3 août 1542 (il est alors âgé de soixante huit ans) à son ami le secrétaire Samano :

  • 39  Antonio María Fabié, Algunas obras del doctor Francisco López de Villalobos, Impr. de M. Ginesta, (...)

Yo he dicho en este mundo algunos donayres, mas nunca hize ninguno […] y por esso acordé, antes que muriese, de hazer un donayre de que se ría toda la gente, y mi fée salvando honor, casarme con un moça fresca y forastera39.

32Notre médecin, cela devait être de notoriété publique parmi son lectorat, dit s’être marié, quelques mois à peine avant la publication de la première édition des Problemas (1543), avec une jeune fille, alors qu’il était un vieillard. Il se présente lui-même comme contre-exemple absolu de ce qu’il formule dans son traité moral. Il dit plus loin :

  • 40  Le rajout de pixa est de nous, Fabié, l’éditeur de 1886, remplaçant le mot par quatre points de su (...)
  • 41  Correspondance castillane, lettre XL.

También he menester deraygalle otra necesidad muy grande que tiene. Piensa que es en mi mano alçar la [pixa40] cada vez que yo quisiere, y que si la tengo cayda lo hago adrede, porque no la quiero bien, y por esta razón le vuelvo siempre las espaldas […] Mas no es posible que dure mucho en este contentamiento, viniéndole algunas vezes el desseo de la carne, porque yo no la puedo dar carne, sino pescado çezial lleno de ventosidades41.

  • 42  Il perdit sa première femme bien des années auparavant comme il l’affirme dans sa correspondance.
  • 43  Villalobos est l’auteur, en 1515, d’une traduction de l’Amphitryon de Plaute en castillan incluse (...)

33Quelle est la portée véritable de cette anecdote ? Avant toute chose, il est prudent d’adopter un scepticisme pondéré à l’égard de la véracité des affirmations autobiographiques du fantasque docteur : il aime à se mettre en scène, à fictionnaliser sa vie. Nous ne remettons pas en question de manière catégorique le fait qu’il se soit effectivement marié en secondes noces42 avec une moça fresca y forastera mais plutôt les modalités d’exposition d’un tel événement. Indéniablement, les personnes évoquées dans cet extrait deviennent des personnages sous sa plume jubilatoire et leur portrait correspond à des types comiques éprouvés : lui se dépeint sous les traits du senex libidinosus de comédie – celle de Plaute notamment43 – tandis que sa jeune femme correspond à la moza boba bien que fougueuse que le barbon tente de satisfaire, sans succès. Néanmoins, la couleur littéraire et grivoise du passage et son manque relatif d’authenticité ne doivent pas nous faire perdre de vue la question de l’intentionnalité de Villalobos. Cette mise en application de ce qu’il déconseille dans son traité est-elle conçue comme un véritable exemple négatif qui corrobore ses dires par l’humour ou plutôt comme une réfutation par la pratique rieuse de ce qu’énonce avec fermeté la raison sérieuse ? Les folastries du médecin semblent remplir ces deux fonctions.

  • 44  Comme nous l’avons évoqué plus haut, Villalobos constate dans son Tractado segundo que « los viejo (...)

34En premier lieu, force est de constater que toute la symptomatologie de la vieillesse énumérée par le médecin dans son traité se retrouve dans son cas : faiblesse, laideur et puanteur44 du corps qui désire, faltando la herramienta. Cette défaillance du corps décrépit face à l’âme éternellement verde entraîne une misère sexuelle réelle. Villalobos se donne à voir comme une exception qui confirme la règle. Il est un parfait exemplum inversé, sorte de réalisation plaisante des contre-indications données par lui-même et preuve que celles-ci entraînent bien les affres annoncées. Cela continue d’ailleurs plus loin dans sa lettre :

  • 45  Correspondance castillane, lettre XL.

Mis deudos y algunos de mis amigos me reprehenden el matrimonio. A los deudos yo no digo nada, porque son unos cabrones y quisieran veerme la casa como si fuera huerta sin guarda […] Quiérola [a su joven mujer] para holgarme honestamente con ella, y no para refregar una vejez con otra, que harta mala ventura para un hombre es tener una vejez senzilla, sin que la tenga de dos altos […] Yo ví echados en una cama al señor Licenciado Acuña y a su mujer, y parecióme una cosa tan fea, que dí muchas gracias a Dios45.

  • 46  Cette image fait écho à celle de l’argument de l’Aulularia de Plaute – qui inspira à Molière son A (...)

35Ce genre de mariage scandalisait certains, ce qui devait inciter à la provocation un satiriste comme Villalobos. Peut-être se range-t-il dans la catégorie de ces pères abandonnés par leurs enfants qui peuvent choisir le mariage comme remède partiel à leur affliction – ce qui expliquerait le Y esto postrero no lo digo sin causa – tout en forçant le trait du vieil avare de la comédie latine, atrabilaire et paranoïaque, qui est persuadé que même ses proches veulent le détrousser46.

  • 47  Attitude qui, d’ailleurs, n’est pas très « sénéquiste ». Voir à ce sujet Louise Fothergill-Payne, (...)
  • 48  Il est à cet égard un véritable humaniste : un savant qui s’adonne aux studia humanitatis mais éga (...)
  • 49  Dans Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et à la R (...)

36Pourtant, la finalité édifiante du cas ne doit pas être exagérée ou lue de manière trop univoque. En assumant la responsabilité du contre-exemple, Villalobos rit de sa propre parole d’autorité. L’autodérision est une prise de recul à l’égard de la norme universelle ou prétendue telle, qui s’énoncerait comme une vérité définitive. Le médecin semble nous dire qu’il est bon de suivre les conseils des sages moralistes mais que, en même temps, il y a une grande distance entre la loi morale et son application, entre l’idée et la vie47. Il rappelle avec un humour désabusé l’écart qui existe entre ce qui est et ce qui devrait être. Villalobos adopte pour un temps – celui de la burla – l’attitude du relativiste modéré, ludique. Il tient compte de la part du diable de chacun et invite son lecteur à prendre conscience que le monde est une somme de cas particuliers qui ne sont jamais tout à fait réductibles aux considérations générales sur l’Homme. En homme de science, de raison, il sait également, et sans que cela remette en cause la faculté de l’esprit à connaître, moquer la « raison raisonnante », sa toute puissance affectée, sa grandiloquence parfois ridicule. Enfin, et cela est une facette essentielle de sa personnalité et de sa pensée, Villalobos fait de la philosophie morale sans s’ériger en modèle de vertu. Il reconnaît dans les travers des autres ses travers propres par une forme d’empathie intellectuelle admirable48. C’est tout cela que dit son rire. Villalobos devient alors une sorte de bouffon littéraire, dans l’écriture et par l’écriture, qui assume les anti-valeurs chères à Bakhtine49 : il fait mine de préférer la posture de l’esthète à celle du moraliste, celle du vieillard jouisseur à celle du sage tempéré. Il va jusqu’à jouer le rôle du jouisseur misogyne, cynique et égoïste quand il conclut que :

  • 50  Correspondance castillane, lettre XL.

Mal por mal, más me quiero estar a par desta, que no he asco della, y si ella lo huviere de mi, suya será la peor parte50.

37L’écriture du moraliste est complétée et infléchie par celle de l’épistolier, du satiriste, du narrateur facétieux : le contre-exemple et la dérision tournées vers soi-même n’ont pas pour conséquence la destruction de toutes les certitudes à la manière des sceptiques pyrrhoniens mais bien une remise en cause salutaire de l’unicité de la vérité prétendue. Cela fonctionne comme si la prescription du moraliste pliait sous le poids du réel, comme si l’exemple désenchantait l’idée. La force transgressive du rire ébranle la majesté de l’autorité, intellectuelle ici. Il s’agit pour Villalobos d’écrire toujours, et à la fois, entre burlas y veras, – ce entre étant crucial – comme si l’une ou l’autre modalité seule ne suffisait pas à rendre pleinement la complexité du réel, les nuances de l’âme humaine. Et les subtilités de la verdura del ánima.

Conclusion

  • 51  Voir à ce propos la monographie de Georges Minois, Histoire de la vieillesse en Occident. De l’Ant (...)

38La gérontophobie sociale et littéraire prône en effet un renouvellement des générations, affirme la nécessité de la mort dans le cycle vital et défend la reproduction du même contre la survenue du dissemblable, dans un ordre immuable : les jeunes avec les jeunes, les vieux avec les vieux. Le dérèglement de cet ordre pourrait être nuisible aux aspirations d’une jeunesse qui verrait dans la trop longue survivance de ses aînés un frein à sa propre domination51. C’est peut-être en cela, aussi, qu’elle est périlleuse.

39Suivant cette voie, Sebastían de Horozco (1510-1580) composa un poème au titre explicite : Reprehende el auctor a una vieja porque se casó con un mochacho, y él responde por ella por los mismos consonantes, a manera de diálogo. Il y est écrit :

  • 52 Cancionerode Horozco, Séville : Sociedad de biblófilos andaluces, 1874, p. 32.

Figura de Barrabás,
tasajo seco de venta,
cortina vieja de ras,
en el postrer terçio estás,
y cansada y no contenta.
Pues agora tu a vejez
tomaste un barbiponiente,
que con sus dos veces diez
te mate la cachondez
sin vergüenza de la gente
52.

40L’image de la femme âgée dans ce poème est la transposition à l’humain de la définition de la cachondez selon Covarrubias : une chienne en chaleur recherchant des chiots pour s’accoupler. Contrairement au vieillard, il n’est pas dit que la femme âgée soit incapable de faire l’amour : elle est toujours décrite comme la tentatrice, comme la fornicatrice invétérée qui mérite l’opprobre qu’elle subit. Elle est considérée comme la cachonda par antonomase contrairement à l’homme qui ne saurait faire preuve de cachondez que par analogie, au moins jusqu’à la fin du xixe siècle. Notre étude du terme cachondez a tenté de montrer les modalités de digestion d’un technicisme par la littérature en mettant au jour les connotations successives qui la déterminent, c’est-à-dire les considérations masculines sur la femme qui travaillent sous les mots. En tant que la cachondez est une forme de pulsion sexuelle incontrôlable, elle est associée avant tout aux femmes. Le lieu commun misogyne concernant la figure de la femme concupiscente s’accentue et se précise quand il s’agit d’une femme âgée : la réprobation n’en est que plus forte.

Haut de page

Notes

1 Fuero General de Navarra, édition de Pedro Sánchez-Prieto Borja, Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá de Henares, 2004.

2  En somme, le canidé était une richesse et un outil de travail précieux qu’il s’agissait de préserver. Le détail concernant la proportionnalité de l’amende en cas de meurtre nous incite à penser qu’il existait un marché canin ainsi que des échelles de prix fondées sur la race et le pedigree de l’animal, en fonction de sa plus ou moins grande aptitude génétique à garder un troupeau de moutons.

3  « Lors comme, au noir des nuits, l’on voit des loups rapaces / (l’âpre rage les pousse), aveuglés, affamés – Gosier sec, les attend leur petit, seul laissé – […]» L’Énéide, édition de Claude Michel Cluny, traduction de Jean-Pierre Chausserie-Laprée, Paris : La Différence, 1993, p. 91.

4 Lettres de Pline le Jeune, Tome premier. Livres I-V, et extrait de l’« Éloge de De Sacy » par d’Alembert / trad. par de Sacy, Paris : C.- L.- F. Panckoucke, 1826-1829, épître 579.

5  « Jamais en nulle autre saison la lionne oubliant ses petits n’erra plus cruelle dans les plaines », Géorgiques, Eugène de Saint-Denis (traduction) et Jackie Pigeaud (notes et préface), Paris : Les Belles lettres, 1998, p. 93.

6  « Les paysans disent que la nature est alors en chaleur, parce qu’elle brûle de recevoir les semences, et parce qu’il [le vent Favonius] apporte la vie à tous les végétaux », Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VI, XXXIX.

7  Au point que cachondo et burlesco sont parfois synonymes en castillan actuel : cachondo, adj. coloq. Burlón, jocundo, divertido (troisième entrée du DRAE).

8  Fol. 22 r de l’édition de Salamanque, 1495, reproduction numérique de l’édition facsimilée, Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2005.

9  Notons également que cachonda n’est utilisé jusqu’alors que pour désigner l’état de fécondité de l’animal femelle et non de l’humain.

10 Cancionero de obras de burlas provocantes a risa publié à Valence en 1519, cité ici dans l’édition de Luis De Usoz, Madrid, 1841, p. 210.

11 Carajicomedia, édition d’Álvaro Alonso, Malaga : Aljibe, 1995, couplet XLV, p. 65.

12  Il devient le symptôme physique d’une laideur intérieure, sorte de Kalos kagathos négatif.

13  Pour toutes les recherches d’entrée de ces différents termes dans le DRAE, voir le Nuevo Tesoro Lexicográfico de la Lengua Española (NTLLE), consultable sur [http://www.rae.es].

14  Il s’agit d’un passage de la Égloga de Cristino y Febea de 1509, cité infra.

15 Autoridades, première édition de 1729.

16 Tesoro de la lengua castellana o española. Consultable sur [www.cervantesirtual.com].

17  Cette confusion sème le désordre dans les trois couples qui fondent successivement le développement de la psychosexualité selon Freud : les couples actif/passif, au stade anal ; phallique/châtré, au stade phallique ; et enfin, le couple masculin/féminin, lors de la puberté, au stade dit « génital ». Ce brouillage des frontières est tout à fait caractéristique du traitement carnavalesque du corps et de son activité. Voir, à ce sujet, Sigmund Freud, « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin » (1937), Résultats, idées, problèmes, II, Paris : PUF, 1985 et id., Trois essais sur la théorie sexuelle (1905), Paris : Gallimard (Folio), 1989.

18  Le DRAE dit pour regañar: Dicho de un perro: Emitir cierto sonido en demostración de saña, sin ladrar y mostrando los dientes.

19 Carajicomedia, éd. citée de 1995, p.  44.

20  Le traité moral de Villalobos suit la forme binaire des questions et réponses, propre aux textes de problèmes de l’époque ; il respecte également une très habituelle succession vers/prose : l’auteur, prenant la voix d’un interlocuteur imaginaire, pose une question dans une courte strophe à laquelle il répond dans un développement en prose. La partie non versifiée est souvent une glose et une extrapolation du problème posé précédemment.

21  Francisco López de Villalobos, Problemas, Saragosse, Jorge Coci, 1544, fol. 14, glose de la strophe XIX.

22  Dans ce texte qui faisait autorité sur la question, Cicéron met en scène une conversation entre Caton l’Ancien, l’austère censeur de la République de Rome, âgé de quatre-vingt trois ans, Scipion l’Africain et son ami Lelio. Marcus Tullius y énumère un certain nombre d’arguments en faveur de la vieillesse, vue comme un havre de paix et un lieu de salut, comme un âge de tempérance et de vertu pour l’ermite obligé qu’est l’homme en fin de vie : elle serait un état de plus haute spiritualité, loin du tumulte du monde et du corps.

23  Voir Alfonso de Madrigal, « El Tostado », Breviloquio de amor e amiciçia. Les chapitres sur l’amour charnel ont été édités par Pedro Cátedra, Del Tostado sobre el amor, Bellaterra, Stelle dell’Orse, 1986. Le manuscrit salmantin de cette œuvre a été également transcrit par Carlos Heusch, La Philosophie de l’amour dans l’Espagne du xve siècle, Paris : Université Paris III Sorbonne nouvelle (thèse dactylographiée), 1993.

24  Le chroniqueur des Rois Catholiques, à la suite d’un « gran dolor de hijadas », composa une épître intitulée Contra los males de la vejez, dirigée à son propre médecin. Il y bat en brèche les raisons de Cicéron, lui reprochant de consoler les mortels mais de ne rien proposer pour guérir les maux de la vieillesse qu’il voit comme un âge de souffrance et d’amenuisement des forces du corps. Il lui oppose la jeunesse, vigoureuse et belle : « E si alguna edad de la vida halló digna de loor […] debría a mi parescer loar la mocedad, antes que la vejez ; porque la una es fermosa, la otra fea : la una sana, la otra enferma : la una alegre, la otra triste : la una inhiesta, la otra caída : la una recia, la otra flaca : la una dispuesta para todo exercicio, la otra para ninguno, sinó para gemir los males que cada hora de dentro e de fuera nascen » apud Iñaki Bazán Díaz, « Fernando del Pulgar y la vejez », Miscelánea medieval murciana, vol. 16, 1990‑1991, p. 149-162. Cette vision de la vieillesse rejoint celle du personnage de Célestine dans l’œuvre de Rojas.

25  « [Los viejos ] se hacen de complexion terrestre melancólica, que es una qualidad muy amarga y muy triste. Pierden los dientes […] Pierden la vista y el oyr […] Pierden el calor natural, y el humido radical, que es toda la consolación y la recreación de las potencias naturales », Problemas, 1544, fol. 14, glose de la strophe XVIII.

26  Villalobos lui-même, dans sa correspondance de vieillesse, qualifie son sexe de « pescado çezial » c’est-à-dire de poisson séché au soleil (Antonio María Fabié, Algunas obras del doctor Francisco López de Villalobos, Impr. de M. Ginesta, 1886, Correspondance castillane, lettre XL). De même, Sebastián de Horozco dans son poème intitulé El auctor a un viejo porque se casó con una mochacha : « Mal viejo desvariado / caduco montón de tierra / al postrer tercio cansado / diz qu’os habeis desposado / estando blanca la sierra : / y queriendo tal hazer / hay tanta desigualdad, / que tomastes por muger / a quien podriedes tener / por vra. nieta en edad » (Cancionero de Horozco, ed. de la Sociedad de biblófilos andaluces, Sevilla, 1874, p. 7 et 8).

27  Le feu est l’élément fondamental selon Villalobos, comme il l’expose dans son Traité des corps naturels qui précède celui des coutumes humaines : « [El fuego] es mayor y se extiende / y es más potente que todos », Problemas, 1544, Tractado primero, fol. 2, strophe III. Il est proche en cela de la pensée d’Héraclite.

28  C’est ce qu’exprime l’aphorisme médical célèbre, « motus est causa caloris ».

29  Villalobos est l’auteur d’un Diálogo del calor natural, édité dans les Problemas et qui traite de ces questions. Il serait aussi l’auteur d’un essai intitulé De potentia vitali, perdu ou jamais publié par manque d’éditeur : « En latín tengo escripto esto y otras cosas, en un tratado que se dice De potentia vitali. Mas los impresores de España no quieren imprimir libros de latín si el mismo autor no pone la costa de su casa » in : Diálogo del calor natural, Problemas, 1544, fol. 21.

30  Glose de la strophe XIX qui se clôt par les vers suivants : « Porque se casa de gana / un viejo con mil dolores / y que suffra sus hedores / una moça limpia y sana? », Problemas,1544.

31 Problemas 1544, fol. 14, strophe XVIII.

32 Problemas, 1544, fol. 14, glose de la strophe XIX.

33  Cette jeunesse fougueuse que le Tostado compare au « puerco montés » dans son Breviloquio de amor y amiçiçia. Voir à ce sujet la thèse de Carlos Heusch, La Philosophie de l’amour dans l’Espagne du xve siècle, op. cit., p. 466.

34 Problemas, 1544, Deuxième traité, fol. 13, glose de la strophe XIX.

35  Le physicien de l’Empereur, commentant Pline, développe cette idée qu’il reprend dans sa correspondance latine ainsi que dans son traité moral. C’est bien l’âme sensitive, selon la tripartition animique aristotélicienne, qui est à l’origine du désir dans le corps des animaux et des hommes. Cette âme complexe qui meurt avec le corps chez le Stagirite est unifiée et immortalisée par la tradition chrétienne dont Villalobos est, évidemment, un tenant.

36 Problemas, 1544, fol. 16, glose de la strophe XIX.

37 Loc. cit.

38  Antonio de Guevara (1480-1545) publia son fameux Menosprecio de corte y alabanza de aldea à Valladolid en 1539, peu avant que ne paraisse la première édition des Problemas de 1543. La proximité des deux hommes fut grande, dans le temps (rappelons que Villalobos naquit en 1473 et mourut en 1549) et dans l’espace (tous deux servirent à la cour dès les années 1510, se côtoyèrent alors puis obtinrent de hautes distinctions sous le règne de Charles Quint), ils furent proches également par la plume (tous deux s’illustrèrent comme épistoliers, poètes, auteurs de traités à succès) et par les idées (il étaient des hommes de cour ambitieux et des humanistes brillants). Rappelons qu’à l’époque de la publication des Problemas (et du Menosprecio), Villalobos s’était retiré loin des turpitudes du monde dans un petit village qui correspond tout à fait aux clichés du beatus ille, ce qui ne fait que renforcer l’impression d’un certain dédain villalobien à l’égard des courtisans dans les lignes citées plus haut.

39  Antonio María Fabié, Algunas obras del doctor Francisco López de Villalobos, Impr. de M. Ginesta, 1886,  Correspondance castillane, lettre XL.

40  Le rajout de pixa est de nous, Fabié, l’éditeur de 1886, remplaçant le mot par quatre points de suspension fort prudes et très dans le ton de l’époque. Pixa est le terme le plus fréquemment utilisé par Villalobos ailleurs et il nous semble que les quatre points renvoient aux quatre lettres de ce vocable qui désigne le sexe masculin, ici dans sa graphie du xvie siècle.

41  Correspondance castillane, lettre XL.

42  Il perdit sa première femme bien des années auparavant comme il l’affirme dans sa correspondance.

43  Villalobos est l’auteur, en 1515, d’une traduction de l’Amphitryon de Plaute en castillan incluse également dans les Problemas. Voir La comedia del Plauto llamada Amphytrion que traduzia el doctor Villalobos. La qual gloso el en algunos cassos obscuros nuevamente impressa y emendada por el mismo autor, Problemas, 1544, fol. 50 sqq. L’appendice intitulé Sentencias qui clôt la pièce en glosant sa dernière scène constitue un petit traité sur l’amour.

44  Comme nous l’avons évoqué plus haut, Villalobos constate dans son Tractado segundo que « los viejos crian muchas ventosidades » avant de conclure que, pour cette raison, « hieden mucho », Problemas, 1544, fol. 16, glose de la strophe XIX.

45  Correspondance castillane, lettre XL.

46  Cette image fait écho à celle de l’argument de l’Aulularia de Plaute – qui inspira à Molière son Avare – où le protagoniste de la pièce est présenté comme un « Senex avarus vix sibi credens Euclio » (« un vieil avare nommé Euclion qui se fie à peine à lui même ») voir Plaute, Comédies – Tome 1, Amphitryon, Asinaria, Aulularia. Édition d’Alfred Ernout et Jean-Christian Dumont, Paris : Les Belles Lettres, 2003.

47  Attitude qui, d’ailleurs, n’est pas très « sénéquiste ». Voir à ce sujet Louise Fothergill-Payne, Seneca and Celestina, Cambridge : Cambridge University Press, 2009.

48  Il est à cet égard un véritable humaniste : un savant qui s’adonne aux studia humanitatis mais égalementun connaisseur de l’humaine condition.

49  Dans Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris : Gallimard, 1970.

50  Correspondance castillane, lettre XL.

51  Voir à ce propos la monographie de Georges Minois, Histoire de la vieillesse en Occident. De l’Antiquité à la Renaissance, Paris : Fayard, 1987. L’auteur y affirme que le xve siècle est une période de vieillissement de la population du fait de la plus forte mortalité des jeunes au moment des grandes pestes de la fin du Moyen Âge (on appela même ces retours de la maladie « la peste des enfants »). À cause du renouvellement insuffisant des génération, la propriété des biens et des pouvoirs se concentra dans les mains d’une population âgée au système immunitaire plus résistant. Un pic des naissances suivit rapidement ces périodes de forte mortalité ; en outre, nombre de jeunes femmes, face à la pénurie de jeunes hommes, se marièrent à ceux plus âgés et puissants. Les nouvelles générations de jeunes hommes se trouvaient donc face à une situation de concentration des richesses et des pouvoirs ainsi qu’à une accaparation des jeunes femmes à marier par leurs aînés qui augmenta leur animosité et leur rancœur, donnant lieu à une poussée de gérontophobie.

52 Cancionerode Horozco, Séville : Sociedad de biblófilos andaluces, 1874, p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aitor Alfonso, « De la périlleuse cachondez.Vieillesse et désirs vénériens selon les traités médiévaux », Atalaya [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://atalaya.revues.org/701

Haut de page

Auteur

Aitor Alfonso

École normale supérieure de Lyon
aitor.alfonso@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page