Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Travaux d’histoire

Les entreprises de l’évêque de Zamora don Suero Pérez (1255-1286) d’après son testament

Charles Garcia
p. 45-63

Texte intégral

  • 1 Tumbo Blanco de Zamora, dorénavant TBZ, f° 162r-165v.
  • 2  Peter LINEHAN, The Ladies of Zamora, Manchester University Press, 1997, p. 24; édition française: (...)

1[#45] Un an avant sa mort, en mai 1286, l’évêque de Zamora don Suero Pérez rédigea en toute hâte son testament ‘politique’. Ce document, toujours inédit dans son intégralité et conservé dans le Tumbo Blanco de la cathédrale du même nom1, est un véritable plaidoyer pro domo dans lequel le prélat tente de justifier sa politique à la tête de l’évêché de Zamora, siège qu’il occupa pendant plus de trente ans. La personnalité complexe de cet ecclésiastique de haut rang et ses engagements politiques dans le royaume de Castille, sous les règnes d’Alphonse X et de Sanche IV, ont récemment été replacés dans leur contexte historique par Peter Linehan, auteur qui le qualifie de “No saint, no Spartan, and certainly no reformer...”2.

  • 3  José SÁNCHEZ HERRERO, “Historia de la Iglesia de Zamora. Siglos v al xv”, Historia de Zamora. Tomo (...)
  • 4  TBZ, f°165r.
  • 5  Peter LINEHAN, The Spanish church and the papacy in the thirteenth century, Cambridge, 1971, p. 11 (...)

2Entre le moment de son installation sur le siège épiscopal de Zamora, en 12553, et celui de sa disparition, don Suero eut le loisir de se livrer, comme beaucoup d’autres dignitaires ecclésiastiques castillans contemporains, à une forte spéculation sur le marché de la terre dans le but évident d’accroître la quantité de biens-fonds personnels, à l’intérieur du diocèse qu’il dirigeait. Fier de sa réussite, et pourtant plein d’amertume, don Suero insiste, dans son testament, sur l’état de délabrement de l’Église de Zamora à son arrivée4, aussi bien pour mettre en évidence son propre bilan que pour atténuer les échecs de la fin de sa vie qui l’avaient écarté de la proximité du roi. Laissant de côté les circonstances de la déchéance politique de cet ancien chancelier et notario [#46] mayor du royaume de León, personnage influent et confident du roi Alphonse X5, ainsi que les relations conflictuelles qu’il entretint avec le concejo de la ville de Zamora; nous nous proposons de suivre, dans les pages qui suivent, son action et ses insuccès dans le secteur oriental de son diocèse, assurément la partie la plus riche de la circonscription. Cette démarche s’appuiera sur les principaux traits de caractère de l’évêque, définis par le professeur Linehan, et l’on insistera tout particulièrement, en raison des limites d’espace, sur son long testament.

  • 6  Jesús J. CORIA COLINO: “Clérigos prestamistas. El mundo de los negocios en una ciudad medieval: Za (...)

3Davantage préoccupé par les biens matériels que par les questions théologiques, don Suero, tout comme ses chanoines6, concevait son évêché comme un ensemble de propriétés qu’il fallait gérer au mieux de ses intérêts, le reste ne revêtant qu’une importance secondaire. Son autobiographie, forcément élogieuse mais rédigée par un homme souffrant et aigri, se veut autant une revanche contre ses anciens ennemis que contre un destin jugé trop cruel.

  • 7  Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, Madrid, 1922-1928 (...)

4La partie orientale du diocèse de Zamora correspond au secteur des campiñas sédimentaires de la Meseta septentrionale. Coupée en deux par le Duero, elle occupe tout ou partie des traditionnelles comarcas que sont la Tierra del Vino, la Tierra del Pan et la Tierra de Campos. Or, cette zone, où don Suero possédait d’importants domaines, était à la fin du xiiie siècle la principale base fiscale — du point de vue économique et démographique — du royaume de Castille. Cette relative abondance pourrait expliquer, autant que l’antipathie que lui manifestait Sanche IV, la confiscation par l’infant, en juillet 1283, de l’ensemble du patrimoine de l’évêque dans cette région au profit de son épouse María de Molina7.

La politique foncière de l’évêque

  • 8  TBZ, f° 165r : “Item idem predecessor quibusdam aliis tenebatur in quibus omnibus me oportuit sati (...)
  • 9  Marciano SÁNCHEZ RODRÍGUEZ évoque les lignes de cette démarche et donne un aperçu de la politique (...)

5Lorsque don Suero s’installe sur le siège épiscopal de Zamora l’Église locale était fortement endettée. L’évêque Pedro I, son prédécesseur, avait négligé le suivi des finances épiscopales et fait preuve d’incurie dans sa gestion, attitude qui contraria le redressement économique du diocèse pendant de nombreuses années8. Pour remédier à cette situation don Suero opta pour une solution pragmatique en accord avec sa personnalité. Il se borna, en effet, à [#47] améliorer l’administration des propriétés ecclésiastiques (cilleros) qui appartenaient à l’Église zamorane grâce aux aliénations successives du domaine royal (realengo)9. La rédaction du testament ‘politique’ de l’évêque nous permet de suivre, pas à pas, le processus engagé, après sa nomination, pour récupérer et accroître le patrimoine de son Église.

  • 10  José Ángel GARCÍADE CORTÁZAR, “La repoblación del valle del Duero en el siglo IX: del yermo estrat (...)
  • 11  En 1252 Pedro I, évêque de Zamora, présenta une requête auprès de Ferdinand III se plaignant “que (...)
  • 12  TBZ, f° 163v : “excoluit quasdam terras de nouo in monte ubi prius non erant...

6Don Suero s’attacha, tout d’abord, à réintégrer les territoires qui avaient été perdus avant son élection et qui se trouvaient disséminés sur l’ensemble du diocèse depuis Fuentesaúco, au sud-est, jusqu’à Villardefrades, au nord-est, en passant par Morales de Toro, Castronuevo, Venialbo ou Villamor. Une fois ces biens fonciers recouvrés, le prélat procéda à rationaliser leur exploitation. La première mesure retenue, en raison de sa facile application, fut d’agrandir les domaines en défrichant les bois environnants pour augmenter la production agricole. Cette pratique, qui puisait son origine aux sources de la colonisation de la Meseta10, est particulièrement visible dans le secteur sud du Duero, endroit où la densité démographique était beaucoup moins forte qu’au nord. Alors que les prédécesseurs de don Suero avaient entrepris des opérations d’essartage à Venialbo11, celui-ci les poursuivit, entre autres endroits, à Fuentesaúco12.

  • 13  TBZ, f° 144v, f° 148v : “La heredat de San Miguel del Monte, et son duas iugadas de boys et mays e (...)
  • 14  TBZ, f° 152r-153v.
  • 15  TBZ, f° 151v-152r : “casas, con suelos, con vassallos, con huertos, con deffessas, con prados, con (...)
  • 16  TBZ, f° 161v-162r.
  • 17  TBZ, f° 153v-154r.

7L’autre façon d’intensifier la production fut de concentrer les parcelles autour des centres les plus attractifs. C’est ainsi que les foyers qui étaient déjà les plus importants, comme Fresno de la Ribera, Venialbo, Villamor et Fradejas, furent particulièrement renforcés par cette politique. Pour arrondir le patrimoine foncier de Villamor, don Suero pratiqua aussi bien les achats que les échanges. Deux chartes recensent les propriétés acquises par l’évêque autour de ce cillero13, alors que plusieurs autres manuscrits nous montrent les négociations  [#48] qu’il mena avec des propriétaires locaux. Le 25 novembre 1271, le prélat échangea avec un certain Gil Rodríguez, “cauallero de Toro”, trois bovées de terre et deux maisons qu’il possédait à Abezames contre les biens-fonds14 que Gil détenait à Villamor. Une semaine après, le 1er décembre 1271, l’ecclésiastique laissa en viager au chevalier Pelayo Pérez et à son fils Ruy Peláez, les deux tiers des dîmes qui lui revenaient dans les églises de Pinilla, contre l’imposant patrimoine15 que ces laïcs avaient à Villamor. La démarche suivie par l’évêque à Villalar ou à Fresno fut en tout point semblable. Alors qu’à Villalar don Suero avait réalisé “todas estas compras [que] furon de caualleros et de fiyosdalgo et de biem fetria”16, il céda des biens dans Fresno à Ruy Pérez et à son épouse, María Rodríguez, contre l’exploitation17 que ceux-ci possédaient à Villamor.

  • 18  Sur un aspect concret des pratiques agricoles dans notre région au xiiie siècle cf.les articles de (...)
  • 19  TBZ, f° 136v : “Que todo el concello deuen los calzes de las aguas abrir de todo el Valle de los O (...)
  • 20  Justiniano RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales de la provincia de Zamora, Valladolid, 1990, p. (...)
  • 21  TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “Comparaui unum ortum circa alium quod habebat domus cum multis ulmi (...)
  • 22  TBZ, f° 146r (1271) : “quella deffesa uieya, de carrera en carrera, de una parte et de la otra, et (...)
  • 23  Ces prairies mises en défens étaient la plupart du temps occupées par les troupeaux de chevaux et (...)

8Parfaitement au courant des techniques agricoles, don Suero s’empressa d’optimiser les rendements de ses terres pour mieux écouler les produits agricoles à travers les marchés locaux. Son activité débordante se déploya sur tous les domaines de la production, depuis l’amélioration des attelages de labour18 jusqu’à la prise de mesures préventives pour éviter l’inondation de ses domaines de Fuentesaúco et de Villamor19. En plus de sa politique volontariste en matière de protection des cultures20, de plantation de vergers, d’ormes21, le [#49] long des cours d’eau, ou de sauvegarde du gibier22 — garennes —, l’évêque zamoran déboisa intensément le secteur sud-est de son diocèse pour y établir de nombreuses dehesas23, c’est-à-dire des espaces réservés à la pâture du bétail.

  • 24  TBZ, f° 163r (Toro) : “feci ibi bene coli et reparari quasdam vineas que diu fuerant male culte et (...)
  • 25  TBZ, f° 163r : “Item, Ecclesia aiudicaui vineas ibidem diu perditas et incultas uiginti anni lapsi (...)
  • 26  TBZ, f° 128v-129r.

9Même si don Suero n’est pas à l’origine du développement de la vigne dans la vallée du Duero, on ne saurait nier sa contribution à faire du vin de Toro le premier des crus hispaniques commercialisés. Le vignoble s’étendait au Moyen Âge sur tous les terroirs du diocèse24, mais il n’en demeure pas moins qu’il était déjà particulièrement concentré à Morales, bourgade où les évêques de Zamora possédaient d’importants quartiers de vignes25. Nous connaissons avec précision la répartition et la surface totale du vignoble épiscopal de Morales qui s’élevait à un total de “xiij aranzadas et media, sin las de los cambios que son de requerir poral obispo”26.

  • 27  TBZ, f° 163r (Fuentesaúco) : “feci unum molendinum de nouo et unum ortum iuxta illud...”
  • 28  TBZ, f° 163v : “item, in Frexno de Ribera feci piscarias de nouo, alias refeci que quatuor au sepi (...)
  • 29  TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “et feci quasdam domos et unum palumbare, quasdam terras uel faceras (...)
  • 30  TBZ, f° 163r. TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “Item, feci bonam apotecam cum optimo torculari in loco (...)

10Par ailleurs, don Suero n’était pas un homme à limiter son intérêt aux seules propriétés terriennes. En complément des terres de labour, des pâturages et des bois, le prélat s’efforça de mettre en place les outils destinés à transformer et à stocker les produits bruts ou finis. Au nombre de ces appareils se trouvaient les moulins et les aceñas, assortis de leurs pêcheries annexes. Alors que les premiers engins, à roue horizontale, étaient installés sur les cours d’eau à faible débit, les deuxièmes, à roue verticale, barraient le Duero en plusieurs endroits27. Outre les environs de la ville de Zamora, les principales aceñas des évêques se trouvaient à Fresno de la Ribera28. Or, ces structures ne pouvaient être bâties qu’avec l’apport d’un important capital que seules les personnes les plus fortunées, comme don Suero, pouvaient mobiliser. Investir dans la [#50] transformation des céréales en farine offrait l’avantage de faciliter la revente et la spéculation sur un produit un peu plus élaboré. En plus des bâtiments tels que les moulins et les pigeonniers29, propres des terres “de pan llevar”, don Suero construisit des pressoirs et des caves équipées de cuves, principalement autour de Toro. C’est dans cette dernière cité que le prélat installa “unam apotecam sumptuosam et magnam que possunt capere xv cupas uel plures”30.

  • 31  TBZ, f° 163r (Toro) : “Item, feci in optimam domum, que ualde necessaria erat, pro stabulo bestiar (...)
  • 32  Amando REPRESA, “Génesis y evolución urbana de la Zamora medieval”, Hispania, n° 122, 1972, p. 525 (...)
  • 33  TBZ f° 163 : “Item, in cellario de Tauro feci domos que erant destructe ex utraque parte [...] in (...)

11L’activité de don Suero dans le domaine de la construction fut tout aussi débordante. À vrai dire, aucun de ses cilleros n’échappa à la prolifération de bâtiments de toutes sortes. Il convient pourtant de faire une distinction entre les bâtisses campagnardes31 dressées pour accroître la production agricole, et les immeubles érigés dans les villes. En réalité, ces derniers ouvrages traduisent le choix de don Suero de tirer profit de l’expansion urbaine que connaissaient les cités de son diocèse à la fin du xiiie siècle, c’est-à-dire au moment où elles débordent les enceintes primitives32. Il fallait dès lors fournir un logement aux populations, de plus en plus nombreuses, qui affluaient vers les principales agglomérations, opportunité que ne laissa pas passer notre dignitaire ecclésiastique pour louer ses maisons au meilleur prix, comme à Toro33.

  • 34  TBZ, f° 165r : “Item, quando primo ad Episcopatum ueni meum, mihi detuli completum apparatum de me (...)
  • 35  TBZ, f° 162r : “Item, domos cathedralis ecclesie melioraui, ut apparet in palacio et almoxagaua [s (...)
  • 36  TBZ, f° 163r : “feci ibi unam cameram nouam et aliam circam pro necessariis et comparaui quasdam t (...)
  • 37 Ibid. : “Item, cum episcopus ueniebat ad istud celarium oportebat eum mensas et alia utensilia mend (...)

12Pourtant, spéculer pour la simple raison d’accumuler un trésor était une activité qui n’intéressait pas davantage don Suero. S’enrichir oui, mais à condition de le montrer en dépensant son argent. N’était-il pas arrivé pour la première fois en grande pompe au siège du diocèse, peu après son élection, en véritable parvenu, à la tête d’un cortège de quarante chevaux, là où il n’y avait qu’une malheureuse mule boiteuse34 ? Son passé à la cour et son contact avec les ricos hombres expliquent, en grande partie, son attitude. Soucieux des apparences, mais également préoccupé par le confort matériel, don Suero ne  [#51] lésina pas sur les dépenses somptuaires en construisant et en aménageant plusieurs maisons, dont ses “palais” de Zamora35 et de Toro. C’est ainsi qu’il transforma cette dernière demeure dans l’unique but d’améliorer les conditions d’hygiène36, et dans laquelle il engagea une somme non négligeable pour meubler durablement son intérieur37.

La chasse aux colons

  • 38  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 157.
  • 39  Peter LINEHAN, History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993, p. 510-514.
  • 40  Antonio GARCÍAY GARCÍA, Constitutiones Concilii quarti Lateranensis una cum commentariis glossator (...)
  • 41  Antonio GARCÍAY GARCÍA, “Legislación de los concilios y sínodos del reino leonés”, El reino de Leó (...)
  • 42  P. LINEHAN, The Spanish church..., op. cit., p. 29-30.
  • 43  Ce monarque autorisa, contre les dispositions conciliaires, la légitimation des enfants des clercs (...)

13Malgré leur importance documentaire les propriétés rurales n’étaient pas les biens les plus recherchés par les grands propriétaires de la société castillane de la deuxième moitié du xiiie siècle. Car, ce qui faisait le plus défaut à cette époque ce n’étaient pas les terres cultivables, mais bien les bras pour les exploiter. Après la défaite des guerriers almohades à Las Navas de Tolosa, en 1212, les portes de l’Andalousie s’ouvrirent aux armées castillanes. Dès qu’il en eut les moyens, le roi Ferdinand III entreprit la conquête de la vallée du Guadalquivir. Or, cet immense territoire, trop rapidement gagné, contribua à vider démographiquement la partie septentrionale d’un royaume qui n’était déjà pas très peuplé. Alors que certaines régions du nord de l’Europe connaissaient au même moment un excédent démographique, la colonisation de l’Andalousie s’effectua dans des conditions très difficiles en dépit des mesures incitatives, économiques et même religieuses38, prises par les monarques castillans39. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi de nombreuses règles édictées lors du IVe concile de Latran, célébré en 121540, et relatives à la vie des ecclésiastiques, restèrent lettre morte dans la péninsule. Alors que plusieurs canons du concile interdisaient explicitement le concubinage des religieux41, cette situation non seulement continua en l’état, dans le royaume de Castille42,  [#52] mais elle fut même approuvée par certains monarques comme Alphonse X43. C’est cette pénurie en hommes — et non un quelconque sentiment social — qui explique la politique de repeuplement, relativement favorable aux colons, voulue par les évêques zamorans, et poursuivie par don Suero.

  • 44  Alors que José Luis Martín Rodríguezsouligne la vassalité de ces paysans, nous préférons reconnaît (...)
  • 45  J. RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales..., op. cit., respectivement, n° 62, p. 363, n° 65, p. (...)
  • 46 Ibid., n° 70.

14Durant la durée de son épiscopat notre prélat délivra deux chartes de colonisation (fueros) aux tenanciers qui travaillaient ses domaines, et dont la désignation sous le nom de vasallos44 recouvre une réalité bien différente de celle que ce terme pourrait laisser croire. Le premier de ces fueros fut concédé aux habitants d’Almendra en 1256. Il servit de modèle à celui octroyé par les chanoines du chapitre de San Salvador de Zamora aux populatores de San Martín de Bamba en 1257, puis à ceux de Villamor de los Escuderos, par le même don Suero, en 127245. Ces trois documents montrent des normes similaires quant à l’exonération de certains cens traditionnels comme le “roso et de nucio et de manaria”46, ainsi que la possibilité offerte aux solariegos de transmettre ou de vendre leurs heredades à la personne de leur choix du moment que celle-ci s’engageait à acquitter le versement des tributs prévus à l’évêque.

  • 47 Ibid. : “Que todos aquellos que hy venieren poblar que sean escusados de pecho del dia quel poblado (...)
  • 48  Julio GONZÁLEZ, Alfonso IX, Madrid, 1944, t. II, n° 623, p. 719.
  • 49  TBZ f° 127r-v (1265) : “Et, oydas las razones de ambas las partes judgamos et mandamos que el obis (...)
  • 50  Justiniano RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales..., op. cit., n° 72, p. 379 : “Ponemos tal post (...)

15Toutefois, et au cas où ces mesures ne suffiraient pas, don Suero, en véritable homme expérimenté rompu aux négociations, alla même jusqu’à exonérer les habitants de toute taxe pendant une période initiale de quatre ans47. Les royaumes du Léon et de la Castille étaient effectivement au xiiie siècle des territoires où tous les coups, en matière de trafic en ressources démographiques, étaient permis comme en témoignent les nombreuses chartes qui relatent les conflits entre les grands propriétaires fonciers. Dans le diocèse de Zamora, comme partout ailleurs, chaque seigneur tentait d’attirer dans ses propres terres, et par tous les moyens, les paysans qui exploitaient les parcelles des voisins. Or, ces pratiques étaient loin d’être négatives pour les laboureurs. Ces derniers  [#53] savaient en effet profiter des rivalités entre les grands pour améliorer leur condition, phénomène qui explique les mouvements de population constants des terres de realengo vers celles d’abadengo, ou inversement. Au même moment, les injonctions répétées des monarques contre ces pratiques ne pouvaient manifestement pas grand-chose. Ainsi, au début du xiiie siècle, Alphonse IX de Léon avait déjà interdit à certains concejos, comme ceux de Castronuevo et de Castrotorafe, de recevoir les populatores de Manganeses48 en qualité d’habitants, décision que l’on retrouve de façon presque identique, plusieurs décennies après, lorsque son petit-fils Alphonse X défendit à don Suero d’accueillir les vasallos de Toro dans ses domaines49. Pourtant, l’évêque ne sortait pas toujours bénéficiaire de ce genre de fuites, spontanées ou organisées, sachant que des fidèles de sa circonscription pouvaient à leur tour abandonner les bords du Duero pour l’Andalousie ou le royaume de Murcie, de la même façon que certains habitants quittèrent, en 128050, le domaine royal de Toro pour les propriétés de señorío, d’abadengo et des ordres militaires.

  • 51  Effectivement, Don Suero avait déjà accordé lui-même deux autres chartes aux habitants de Villamor (...)
  • 52 Ibid., n° 70, p. 376.
  • 53 Ibid. : “den senos soldos pora jantar fasta que sean tantos que puedan complir pora dar jantar guis (...)
  • 54 Ibid. : “Et se por alguna cosa destas ela vila dexar et a la vila venier fasta tres annos, recombre (...)

16En dépit des améliorations apportées aux fueros primitifs51, de multiples heredades de Villamor restèrent désespérément vides comme le prélat le reconnut lui-même : “Et mientre los pobladores poucos fueren”52. Il fut, par conséquent, nécessaire de libérer partiellement les paysans du paiement obligatoire du droit de gîte, et attendre que leur nombre augmentât pour rétablir cette taxe53. Grand seigneur, surtout lorsqu’il était en position défavorable, don Suero autorisa même les vasallos qui le quittaient à conserver le droit de récupérer la totalité de leurs biens s’ils revenaient dans un délai inférieur à trois ans, et à condition d’acquitter les cens qu’ils auraient normalement dû payer pendant la durée de leur absence54.

Accroître les rentes

  • 55  Cf. supra., note 15.
  • 56  Peter LINEHAN, “The Spanish Church revisited: The episcopal gravamina of 1279”, Authority and powe (...)

17Outre les individus qui exploitaient ses domaines, l’autre grande préoccupation de don Suero était celle de la perception des dîmes. Il faut dire  [#54] que, malgré la répétition des interdits canoniques, les dîmes étaient toujours considérées par les ecclésiastiques castillans comme des marchandises ordinaires que l’on pouvait céder ou échanger. N’avons-nous pas déjà vu don Suero laisser en viager les dîmes des églises de Pinilla à Pelayo Pérez et à son fils, en échange de leur propriété de Villamor55? Car les dîmes, bien plus que les cens agraires, étaient de loin les taxes les plus rentables de toutes. Le roi lui-même avait confisqué une partie de ces tributs pour mener sa propre croisade, mesure qui fragilisa les revenus de l’Église castillane et provoqua le mécontentement des évêques qui le firent savoir au pape56.

  • 57 Crónica de Alfonso X, “Biblioteca de Autores Españoles”, t. LXVI, Madrid, 1953, p. 6 : “Vinieron a (...)
  • 58  TBZ f° 3v-4v (1255). Sur ce thème cf. l’ouvrage de María Luisa GUADALUPE BERAZA, La institución de (...)
  • 59  TBZ, f° 10r-v (1255) : “Et porque el diezmo es debdo que deuemos dar a nostro Sennor, nenguno non (...)
  • 60  Ibid. On retrouve le contenu des diplômes adressés aux évêques du royaume sur la perception des dî (...)

18On ne saurait dissocier cette façon d’agir des multiples dévaluations monétaires décidées par Alphonse X, surtout après 1265, mesures qui aboutirent à l’appauvrissement d’une grande partie de la population consécutivement à la hausse vertigineuse des prix57. En contrepartie, l’inflation galopante des prix engendra tout un éventail d’astuces destinées à camoufler et à affranchir les produits agricoles de toute taxation. Ces fraudes généralisées expliquent que la documentation de la cathédrale de Zamora soit particulièrement abondante pour tout ce qui concerne le prélèvement de ce tribut religieux, mais également en raison des liens personnels qui unissaient don Suero et Alphonse X, comme le prouvent les nombreuses chartes conservées dans ses fonds58. Les constants rappels des sentences royales montrent à l’évidence, comme pour beaucoup d’autres règles canoniques, que ces ordres n’étaient pas suivis d’effet59. Après avoir justifié les fondements spirituels et théologiques de cette redevance et  [#55] expliqué sa finalité, Alphonse X s’attacha à définir les modalités pratiques de son recouvrement. Parmi les diverses prescriptions édictées par le monarque, la plus significative est sans doute celle qui interdisait aux paysans de ramasser les grains qui se trouvaient sur l’aire de battage avant que la cloche du village ne sonne trois fois, et uniquement en présence des personeros — collecteurs officiels. Il va de soi que pour le monarque cette opération ne devait pas se faire “de nueche nin a furto, mais paladinamiente et a uista de todos”60.

  • 61  Nous retiendrons à titre d’exemple les droits de l’évêque sur les dîmes de quelques églises de la (...)
  • 62  Tumbo Negro de Zamora, f° 146v-147r : “Et nos Abbas et conventus prefati promittimus nos de cetero (...)

19La crainte de ne pas récupérer une partie de ses rentes poussa don Suero à conclure des accords avec la plupart des grands propriétaires et à recenser systématiquement les sommes qui lui étaient dues sur l’ensemble du diocèse61. Il passa, par exemple, un contrat en 1256, avec les chanoines prémontrés de San Miguel del Monte, très significatif quant aux droits de chacun, et surtout pour ceux de don Suero. La convention signée entre les parties spécifiait qu’en échange de soixante arpents de vignoble et de vingt bouvées de terre, exonérés de toutes taxes, les chanoines acquitteraient la dîme sur leurs autres propriétés, malgré l’immunité fiscale qui leur avait été accordée par le pape62.

  • 63  TBZ, f° 136 r-v : “Otrossi, puso que las mandas que fizieren ala eglisia que estos iii omnes sobre (...)

20Comme ses prédécesseurs, don Suero poussa les investisseurs les plus divers à construire des églises dans le diocèse. Car, bien que n’étant pas propriétaire personnel des temples, notre ecclésiastique profitait indirectement de l’arrivée de colons supplémentaires dans son évêché. Effectivement, tous ceux qui étaient attirés dans la vallée du Duero, par des fueros séduisants, devaient aussi acquitter la dîme. Dès lors, on comprend mieux les dispositions prises par don Suero à Fuentesaúco pour que les taxes du mortuorio soient prélevées pour l’entretien du temple local, et pour que les legs donnés à cette institution ne soient pas détournés à d’autres fins63.

Une politique génératrice de conflits

  • 64  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 21.
  • 65  Qu’il s’agisse de personnages comme Martín Téllez sur les limites nord-orientales, ou bien García (...)
  • 66  TBZ, f° 165r : “nec in aliquo istorum usque ad hec tempora adiutorium aliquod a Capitulo habuisse. (...)

21Reconstituer et accroître un patrimoine foncier dans l’ensemble du diocèse, faire la chasse aux colons et percevoir les dîmes sont des activités particulièrement offensives qui ne pouvaient se faire sans contrarier les intérêts consolidés. Il n’est donc pas étonnant de voir comment don Suero se heurta aux autres détenteurs du pouvoir local, lesquels n’hésitèrent pas à s’allier contre lui,  [#56] au gré des circonstances, pour l’affaiblir. Depuis les Frères Prêcheurs64 jusqu’aux laïcs65, en passant par les chanoines de son propre chapitre66, don Suero eut à affronter des résistances tenaces qui finirent par l’abattre.

  • 67  TBZ f° 162r : “Primo, igitur, tempore electionis mee confirmate acquisiui a domno Rege Alfonso Vil (...)
  • 68  TBZ, f° 88v : “que fuestes a esta villa sobredicha et entrastella por fuerça et quel derribastes l (...)
  • 69  TBZ, f°22v (1278). Il s’agit d’une sentence de l’infant Sanche favorable à l’évêque.
  • 70  TBZ, f° 18v-19r (1275) : “El obispo et el cabildo de Çamora se me embiaron querellar que omnes mat (...)

22Au nombre de ses principaux opposants, don Suero trouva en travers de sa route les concejos des deux principales villes de son diocèse : Zamora et Toro. Le conflit avec le concejo zamoran fut autant politique, c’est-à-dire juridictionnel, qu’économique. En raison des liens privilégiés que don Suero entretenait avec le roi Alphonse X, le concejo de Zamora fut obligé de céder à l’évêque l’importante bourgade de Fermoselle, localité située non loin de la frontière portugaise67. L’humiliation provoquée par la rédaction inacceptable, pour la ville, d’une véritable charte de spoliation engendra une réaction violente que la tentative de conciliation de 126168 ne parvint pas à apaiser. Cependant, la concurrence pour les hommes et pour la terre justifiait toutes les actions, y compris les plus extrêmes comme celle de l’assassinat des jueces ecclésiastiques que l’évêque avait à San Martín de Bamba69. De la destruction, ou de l’appropriation, des biens matériels appartenant à l’adversaire, jusqu’à l’inobservation du droit ecclésiastique70, le diocèse de l’Église de Zamora ressemblait à la fin du xiiie siècle à un territoire à feu et à sang où les lois les plus élémentaires, régulièrement rappelées, n’avaient pas cours. L’on comprend mieux dans ce désordre généralisé les injonctions adressées par Alphonse X à tous ceux qui seraient tentés de dissimuler le fruit de leurs récoltes, et la grande tentation des paysans qui ne devaient pas se priver de transgresser allégrement de telles recommandations.

  • 71  José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, Colección diplomática del monasterio de Sahagún, V (1200-1300), Leó (...)
  • 72  Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, Memorias históricas de la ciudad de Zamora, su provincia y obispado, 4 vol (...)

23Souvent attaqué dans son patrimoine, don Suero n’avait pourtant pas l’âme d’un martyr. Il savait également porter des coups lorsqu’il n’obtenait pas  [#57] satisfaction par la voie de la négociation. En 1278 l’évêque de Zamora organisa une expédition punitive contre la bourgade de Belver, véritable bastion dans le diocèse des bénédictins de l’abbaye de Sahagún. Au motif du non-respect de l’accord de 1229, relatif au versement des dîmes des églises locales à l’évêque71 et des autres jura episcopalia, les hommes de don Suero pillèrent le prieuré de San Salvador; ils poursuivirent et corrigèrent les moines jusqu’à l’intérieur des temples, action qui motiva l’intervention du pape Nicolas III pour arrêter les exactions72.

  • 73  Antonio BALLESTEROS BERETTA, Alfonso X el Sabio, Barcelone, 1963, p. 137.
  • 74  TBZ, f° 164r : “Unde, ut prosequere commode et utiliter causam de Venialuo et de Villa Mayor et de (...)
  • 75  TBZ, f° 164v-166r : “sequendo dominum Regem quocumque ibat, utpote Burgis, Secobiam et Toletum et (...)
  • 76  TBZ, f° 164v-166r : “Mittendo enim nuncios ad archipiescopum, litteras ad sedem apostolicam... tan (...)

24Les conflits de don Suero avec le concejo de Toro furent aussi longs et violents qu’avec celui de Zamora. Dans le secteur oriental du diocèse, comme dans la capitale, la même convoitise pour la terre et les hommes provoqua des effets similaires. Pourtant, don Suero manifeste dans son testament une rancune particulière contre les Torésans, en raison sans doute de l’énergie déployée pour recouvrer ses possessions et des importantes sommes dépensées, en procès de toutes sortes, pour obtenir une si maigre récompense. À l’origine de ces disputes se trouve la délimitation de l’alfoz — territoire juridictionnel — faite par le roi Alphonse VII au bénéfice du concejo de Toro en 1153. Par la suite, les successeurs de l’Empereur poursuivirent les aliénations du realengo à l’intérieur de ce finage, politique qui aiguisa incontestablement les différends. Villamor, Venialbo, Fuentesaúco et Morales sont les principales localités où se cristallisèrent les rivalités. Ne ménageant pas ses efforts, don Suero alla même jusqu’à vendre ses propriétés de l’Algarve, de Lebrija et de Séville pour obtenir l’argent nécessaire à la récupération de ses biens-fonds zamorans. Il est probable que don Suero avait acquis ces biens par repartimiento, avant d’être évêque, et alors qu’il cumulait à la fois les bénéfices de chanoine de Tolède avec ceux d’archidiacre d’Arcos et de Calatrava73, puis, lorsqu’il accompagna, vers 1262, Alphonse X pendant deux ans et demi dans ce secteur particulièrement conflictuel où il perdit trois de ses hommes74. Quelques années plus tard, entre 1270 et 1274, il parcourut la péninsule à la recherche d’Alphonse X, de Burgos à Valence, pour exposer personnellement ses doléances au monarque, à propos  [#58] des soucis que lui causaient ceux de Toro75. Comme son insistance auprès du roi ne lui apporta pas les résultats escomptés, don Suero porta l’affaire devant le Saint-Siège. Malheureusement pour lui, les décrets pontificaux délivrés par les papes Clément V, Nicolas III et Martin IV furent aussi peu inefficaces que les antérieures sommations royales76.

  • 77  TBZ f° 164r-165r.
  • 78  Marciano SÁNCHEZ, “La Diócesis...”, op. cit., p. 152-153.
  • 79  TBZ, f° 191r-v.
  • 80  Antonio GARCÍA Y GARCÍA (éd.), Synodicon Hispanum, 7 volumes parus, Madrid 1981-1997, p. 433-435.

25Ne craignant pas de batailler rudement avec ses adversaires, don Suero semble cependant peiné, dans son testament, des affrontements qui l’opposèrent aux institutions religieuses, et plus particulièrement avec la plus proche de toutes, le chapitre de la cathédrale de San Salvador. En effet, alors que dans son “apologie” il n’évoque pas directement l’affaire des dueñas dominicaines, les reproches à l’adresse de ses chanoines reviennent à intervalles réguliers77. Attentif aux apparences légales, l’évêque n’avait pas tardé, peu après son arrivée, à rappeler aux chanoines de Zamora les obligations liées à leur charge78. Les mesures prises par don Suero, visant à mettre un terme à l’indiscipline et à l’absentéisme des ecclésiastiques de San Salvador, furent d’autant plus mal vécues que l’évêque exigeait des autres une scrupuleuse obéissance aux règles qu’il ne respectait pas lui-même. Mais alors que cette décision envenima les relations entre le prélat et ses chanoines, elle n’empêcha pas ceux-ci de poursuivre, sans encombre apparent, leurs activités spéculatives. Afin de se mettre en conformité avec la législation du concile célébré à Saint-Jacques de Compostelle en 126079, don Suero organisa, peu de temps après, un synode dans la ville de Toro. Lors de cette assemblée, le prélat se contenta de reprendre les principes d’obéissance à l’autorité épiscopale et aux canons de l’Église, essentiellement dans le domaine de la perception, de plus en plus difficile, de la dîme80. En effet, en plus de l’amolarisme récurrent des laïcs, comme la simonie ou le concubinage, le haut dignitaire ecclésiastique dénonça également la résistance des clercs envers l’autorité épiscopale, ainsi que leurs agissements frauduleux pour capter les legs testamentaires ou obtenir des aumônes illicites.

  • 81  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 85.
  • 82  Peter LINEHAN, Spanish church..., op. cit., p. 293. Marciano SÁNCHEZ, “La Diócesis...”, op. cit., (...)
  • 83  Il suffit de lire les testaments de quelques chanoines pour se rendre compte de l’immense richesse (...)
  • 84  ACZ, 11/3.
  • 85  ACZ, 11/8.
  • 86  Peter LINEHAN, “Two charters for Toro”, Historia. Instituciones. Documentos, n° 23, 1996, p. 333-3 (...)
  • 87  ACZ, 9/15 et Peter LINEHAN, ibid. Miguel Ángel LADERO QUESADA, Fiscalidad y poder real en Castilla (...)
  • 88  ACZ, 12/14 et P. LINEHAN, ibid.

26[#59] C’est dans ce contexte de relations tendues que se produisit au mois de mai 1265 la rébellion ouverte du chapitre des clercs de Toro81, et plus précisément lorsque ces derniers s’adressèrent au pape pour exposer les griefs qu’ils avaient à l’encontre de leur évêque. C’est pour résoudre ce conflit que don Suero et son chapitre procédèrent, un an après, à une réactualisation amiable du partage des revenus ecclésiastiques en deux menses clairement séparées82. Bien que momentanément libérés des contraintes hiérarchiques, pour laisser libre cours à leurs aspirations lucratives83, les chanoines ne firent plus confiance à leur évêque. En 1267 le pape Clément IV écrivit à don Suero pour s’informer au sujet de l’excommunication prononcée contre l’archidiacre de San Salvador, et celle d’autres clercs accusés de vénalité dans la prise de possession de certains bénéfices84. Quelques années plus tard, en 1276, Grégoire IX revint à la charge et rappela à don Suero, et au doyen de la cathédrale, l’existence d’une demande papale et d’une sentence d’excommunication manifestement tombée dans l’oubli. Or, cette peine concernait des clercs qui célébraient toujours des offices, aspect qui avait particulièrement choqué le pape85. L’indiscipliné “cabildo de los clérigos de Toro”, structuré autour de la collégiale de Santa María de Toro, reçut un appui notoire en août 1278 lorsqu’Alphonse X commua, à la demande de María Alfonso de Meneses, cinq des six servicios dus par ce chapitre. Or, cette dame n’est autre que María de Molina, la fille d’Alfonso de Molina — et, par conséquent, cousine du roi — aristocrate qui devint ensuite la propre belle-fille du monarque en 128286. Dans cette affaire, le complexe tissu d’alliances des familles Alfonso-Meneses dans le sud de la Tierra de Campos et dans l’est du diocèse de Zamora, justifie sans doute cette intervention à un moment pourtant où la monarchie connaissait les plus grandes difficultés financières87. En effet, songeons que don Suero avait dû batailler  [#60] ferme, au début de son épiscopat, avec Alfonso de Molina à Villardefrades, non loin de Toro, pour récupérer les dîmes usurpées par l’infant à cet endroit88.

  • 89  Sur la question de la délimitation entre ces deux diocèses nous renvoyons aux travaux de P. GONZAL (...)
  • 90  José Luis MARTÍN RODRÍGUEZ, Documentos zamoranos. I. Documentos del Archivo catedralicio de Zamora (...)
  • 91  María Luisa BUENO DOMÍNGUEZ, “Las tensiones del episcopado de Palencia y el de Zamora. Siglos XIII(...)

27La détention de rentes épiscopales par don Alfonso de Molina dans cette localité, située aux confins nord-est du diocèse de Zamora, est à mettre en relation avec l’expansion de l’évêché de Palencia le long de la vallée du Sequillo avant la restauration du diocèse zamoran, et avec les liens familiaux de ce lignage avec de nombreux occupants du siège palentin. Après avoir incorporé la ville d’Urueña au milieu du xiie siècle89, l’évêque de Palencia obtint de l’Église zamorane, en 1255, la somme de 150 maravédis burgalensis en compensation des dépenses antérieurement engagées pour incorporer Villardefrades90. Quant aux prélats palentins que dut affronter par la suite don Suero, nous trouvons outre don Juan Alfonso, fils d’Alfonso de Molina, son successeur, Fray Munio de Zamora, l’ancien maître général des dominicains, qui fut nommé évêque par Sanche IV en février 129491, après la mort de don Suero. Si Villardefrades fut en fin de compte récupérée après trente-cinq ans d’usurpation palentine, l’opération, faite au profit de la cathédrale de Zamora, coûta malgré tout la bagatelle de 300 maravédis, somme qui fut dépensée en moins de deux ans en procès de toutes sortes, et cela sans la moindre contribution capitulaire.

  • 92  TBZ, f° 167r-168r.
  • 93  Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ, Los Templarios en la corona de Castilla, Burgos, 1993, p. 105.

28Après les chanoines, les frères prêcheurs et les dignitaires ecclésiastiques de Palencia notre évêque s’aliéna aussi la sympathie des Templiers de son diocèse. Comme pour les autres propriétaires d’églises, don Suero exigea des frères chevaliers le versement de la tercia episcopal qui lui revenait dans tous les temples de sa circonscription. Or, afin de discréditer le comportement réticent des Templiers vis-à-vis de leurs obligations canoniques, le prélat affirma haut et fort que les moines-soldats n’assuraient pas correctement l’entretien des lieux de culte, qu’ils le spoliaient d’une partie de ses biens et qu’ils ne lui obéissaient pas. À Ricobayo les frères allèrent même jusqu’à réclamer un droit de péage à ses “vassaux” qui désiraient franchir la rivière Esla, alors que cette localité dépendait de la juridiction92 épiscopale. En dépit des innombrables accords passés par don Suero avec la totalité des institutions religieuses de son diocèse, conventions qui ont laissé une importante  [#61] documentation, un nouveau conflit surgit avec les Templiers, en 1278, à propos d’Argujillo, village situé entre Venialbo et Villamor, précisément là où don Suero voulait établir un domaine homogène et exclusif93.

  • 94  Carlos BARQUERO GOÑI, “Los Hospitalarios en el reino de León. (Siglos XII y XIII)”, El reino de Le (...)

29Notre évêque eut, en revanche, de meilleurs rapports avec les Hospitaliers de Jérusalem, ordre de chevalerie qui avait pourtant articulé un vaste territoire autour de la vallée de la rivière Guareña, dans la partie sud-est du diocèse, non loin des principaux biens-fonds du prélat. Il faut dire que don Suero et les Hospitaliers avaient un ennemi commun : le concejo de Toro. Les relations étaient tellement harmonieuses qu’en 1257 Juan Yáñez, prieur de l’ordre dans le royaume de Castille et de León, alla jusqu’à donner à don Suero tous les biens que les frères avaient à Villamor “por mucho amor et por mucha aiuda que siempre feziestes a la Orden del Hospital et a nos”94.

Conclusion

  • 95  Nous suivons dans cette analyse les conclusions avancées par Teófilo F. RUIZ, “Expansion et change (...)
  • 96 Ibid., p. 548.

30Quel bilan peut-on établir de l’action de don Suero dans son diocèse? Sommes-nous en présence d’un homme particulièrement tenace et avisé? Aurait-il été autoritaire, mais inapte à endiguer l’hostilité générale dirigée contre sa personne? Peut-on le rendre responsable du déclin postérieur de l’Église zamorane, et par là-même de sa juridiction? À vrai dire, l’image que nous avons de don Suero ressemble beaucoup à celle de son “apologie” désordonnée. Tout en faisant preuve d’un talent inégalable pour duper ses adversaires dans le diocèse, don Suero fut incapable de comprendre les profondes mutations qui se produisirent, à l’échelle du royaume de Castille, dans la deuxième moitié du xiiie siècle. Parmi les principaux changements intervenus, nous trouvons ceux liés à la prise militaire de Séville en 124895. Cette conquête, ainsi que la récupération de la vallée du Guadalquivir, aboutit à une profonde “restructuration économique, sociale et institutionnelle du royaume”96. La nouvelle expansion territoriale vida en effet la Castille septentrionale d’une partie de ses habitants, attirés par la plus grande fertilité des terres andalouses. C’est ce phénomène de raréfaction démographique qui explique, en grande partie, la politique “bienveillante” de don Suero vis-à-vis de ses propres vasallos. De la même façon, la victoire militaire offrit aux conquérants, bénéficiaires des repartimientos, une étendue considérable de terres qu’ils eurent du mal à mettre en valeur faute de trouver une main d’œuvre sur place. La chute des rendements agricoles dans le nord, conjuguée aux difficultés d’exploitation des terres de la vallée du Guadalquivir, provoqua une  [#62] crise de production qui se manifesta par l’apparition d’une inflation galopante, puis d’une forte dévaluation monétaire. Dès lors, et malgré l’augmentation vertigineuse des prix, les biens-fonds bien équipés en matériel agricole, et surtout ceux qui étaient vendus avec les solariegos qui les exploitaient, devinrent une valeur refuge très recherchée par les membres de l’oligarchie urbaine, comme don Suero et ses chanoines, qui disposaient du capital nécessaire pour spéculer. L’inflation des produits alimentaires explique aussi, en partie, les décrets répétés d’Alphonse X sur le mauvais recouvrement de la dîme, et la réticence des paysans à verser une partie des fruits de leur récolte qu’ils préféraient garder pour eux.

  • 97  Julio VALDEÓN offre une synthèse sur ce groupe dans “Las oligarquías urbanas”, Concejos y ciudades (...)
  • 98  Adeline RUCQUOI, “Pouvoir royal et oligarchies urbaines d’Alfonso X à Fernando IV de Castille”, (...)

31Les circonstances politiques du début de règne poussèrent Alphonse X à donner la plus grande partie des terres nouvellement conquises aux ricos hombres du royaume. Or, ces larges concessions contribuèrent à fragiliser la monarchie face au pouvoir accru des magnats. Dès lors, le roi fut obligé de se tourner vers les caballeros villanos qu’il combla de privilèges, surtout fiscaux97. Or, ces élites urbaines qui contrôlaient les concejos des principales villes depuis déjà un certain temps et qui souhaitaient fermer l’accès de cette institution aux membres des autres groupes moins favorisés de la bourgeoisie, monnayèrent au prix fort leur appui au roi98. L’on comprend mieux pourquoi beaucoup des doléances que don Suero adressa au roi, contre les attaques des concejos de Toro ou de Zamora, n’aboutirent pas. Car, alors que les caballeros villanos s’en prenaient aux intérêts du clergé et du chapitre dans le diocèse et qu’ils aspiraient à remplacer les ecclésiastiques dans le marché de la terre, Alphonse X ne pouvait s’aliéner l’appui des représentants des villes, surtout lors de la guerre civile qui l’opposa à son fils Sanche.

  • 99  Sur l’activisme de don Suero dans ces Cortès, cf. Joseph F. O’CALLAGHAN, Las Cortes de Castilla y (...)
  • 100  P. LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 96-97.
  • 101 Crónica de Alfonso X, chapitre LXXVI : “el infante don Sancho otorgó a todos los de la tierra las p (...)
  • 102  P. LINEHAN, Les Dames..., op. cit, p. 102-103. TBZ, f° 97v (1293) :“Et nos el sobredicho rey don S (...)

32Effectivement, prenant le contrepoint de son père, l’infant Sanche chercha l’alliance de la grande noblesse pour parvenir au pouvoir. Or, dans cette lutte, don Suero joua une nouvelle fois perdant. Après avoir longtemps soutenu son protecteur Alphonse X, il changea, sur le tard, de stratégie. C’est cette nouvelle analyse de la situation qui explique sa participation, en compagnie des principaux magnats du royaume, aux Cortès réunies par don Sanche à Valladolid, en avril 1282, et au cours desquelles le monarque légitime fut déposé99. Ce soutien de circonstance n’empêcha pas don Sanche d’enlever au prélat, en juillet 1283 — en pleine guerre civile — toutes les propriétés que l’ecclésiastique possédait autour de Toro - Venialbo et Villamor en particulier  [#63] — pour les donner à sa nouvelle épouse María de Molina100. Outre l’inimitié qui avait opposé l’évêque zamoran à la famille de doña María — qu’il s’agisse de don Alfonso de Molina, le père de celle-ci, ou bien d’Alfonso Téllez, oncle de l’infante et évêque de Palencia — ou bien des intrigues dominicaines, il semble que don Sanche, particulièrement fragilisé à ce moment-là, ait cherché à préserver un grand nombre de biens et de rentes à l’intérieur du realengo. En effet, le fils rebelle se trouvait alors dans une passe difficile qui l’obligeait à récompenser chèrement les nobles qui avaient rallié sa cause101. Pourtant, cela n’était rien comparé à l’aversion (sanna) que l’infant éprouvait envers don Suero et qui motiva une nouvelle spoliation à Fermoselle. Cette rancune personnelle est d’ailleurs perceptible lorsqu’après la mort de don Suero, son successeur, Pedro II, recouvrit une partie des biens qui avaient été enlevés102 à l’Église de Zamora.

33Par delà le parcours individuel de don Suero, son “apologie” nous permet aussi d’entrevoir certains comportements qui caractérisent le fonctionnement de la société castillane de la fin du xiiie siècle. La non-application des ordonnances ecclésiastiques ou bien l’ignorance des décrets royaux, régulièrement bafoués, traduisent incontestablement la transformation d’un monde qui bascule à ce moment précis. La déliquescence du pouvoir politique et le discrédit des institutions traditionnelles de l’Église, au profit des ordres mendiants, auront sans doute contribué à accélérer cette mutation. Aussi, le fait qu’un individu comme don Suero, profondément marqué par les schémas du passé, n’ait pas su faire face à un mouvement qui allait trop vite pour lui ne doit pas nous surprendre; non que les méthodes violentes aient été nouvelles, ou étrangères, pour l’évêque : disons surtout que ses repères traditionnels, papauté et royauté, avaient entre-temps changé.

Haut de page

Notes

1 Tumbo Blanco de Zamora, dorénavant TBZ, f° 162r-165v.

2  Peter LINEHAN, The Ladies of Zamora, Manchester University Press, 1997, p. 24; édition française: Les Dames de Zamora. Secrets, stupre et pouvoirs dans l’Église espagnole du xiiie siècle, Paris, 1998.

3  José SÁNCHEZ HERRERO, “Historia de la Iglesia de Zamora. Siglos v al xv”, Historia de Zamora. Tomo I. De los orígenes al final del Medievo. Zamora, 1995, p. 708-710.

4  TBZ, f°165r.

5  Peter LINEHAN, The Spanish church and the papacy in the thirteenth century, Cambridge, 1971, p. 117, et Les Dames..., op. cit, p. 44 et passim.

6  Jesús J. CORIA COLINO: “Clérigos prestamistas. El mundo de los negocios en una ciudad medieval: Zamora (siglo xiii-xiv)”, El pasado histórico de Castilla y León. Actas del I Congreso de Historia de Castilla y León, t. I., Burgos, 1983, p. 343-358.

7  Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, Madrid, 1922-1928, 3 vol., t. I, p. cxlix.

8  TBZ, f° 165r : “Item idem predecessor quibusdam aliis tenebatur in quibus omnibus me oportuit satisfacere quam cito ueni ad ecclesiam zamorensem in quorum solutionibus debitorum maxime recolo suma pecunie expendisse nec in aliquo istorum usque ad hec tempora adiutorium aliquod a Capitulo habuisse.

9  Marciano SÁNCHEZ RODRÍGUEZ évoque les lignes de cette démarche et donne un aperçu de la politique et de la situation du diocèse de Zamora dans “La Diócesis de Zamora en la segunda mitad del siglo XIII”, Actas del Primer Congreso de Historia de Zamora, t. 3, Medieval y Moderna, Zamora, 1991, p. 147-171, et plus particulièrement dans les pages 161-163. Mais alors que certains auteurs persistent à voir don Suero comme un personnage “éclairé” agissant de manière désintéressée au profit de sa circonscription, nous pensons, quant à nous, qu’il était plutôt proche de ces aristocrates urbains décrits par Jacques Heers qui fondaient leur prospérité sur la spéculation des produits du sol issus des seigneuries environnantes. Cf. J. Heers, Le Moyen Age, une imposture, Paris, 1992, p. 197, 207. Sur la dynamique du realengo,cf. Julián CLEMENTE RAMOS, Estructuras señoriales castellano-leonesas. El realengo (Siglos XI-XIII), Cáceres, 1989.

10  José Ángel GARCÍADE CORTÁZAR, “La repoblación del valle del Duero en el siglo IX: del yermo estratégico a la organización social del espacio”, Actas del coloquio de la V asamblea general de la sociedad española de estudios medievales, Saragosse, 1991, p. 15-40

11  En 1252 Pedro I, évêque de Zamora, présenta une requête auprès de Ferdinand III se plaignant “que los montaneros del conceyo de Thoro, por mandado del conceyo que pedrarian los sos uassallos de Uenialuo por sus heredades que laurauan et que non les lexauan derreygar nin laurar los montes de so termino assi commo auien por usu de derraygar et de labrar en tiempo de mio padre...”, TBZ, f° 65v.

12  TBZ, f° 163v : “excoluit quasdam terras de nouo in monte ubi prius non erant...

13  TBZ, f° 144v, f° 148v : “La heredat de San Miguel del Monte, et son duas iugadas de boys et mays et con diuisa et con deuesas et con uiyas et con todas suas pertenençias. Item, compro en este mismo lugar la heredat de Diago Rodriguez que ye otra atanta. Item, ganou de los frayres del Spital quanto hy auian, que es mas ca nenguno destos quinones. Item, que hy auia Sancho Alfonso et el solar que hy auia. Item, lo de los frayres de Ranzasualles, que es bien tanto como unu de los otros quinnones, et los quinones de fillos de Pedro Falcon”.

14  TBZ, f° 152r-153v.

15  TBZ, f° 151v-152r : “casas, con suelos, con vassallos, con huertos, con deffessas, con prados, con sotos, con entradas et con salidas et con todos los derechos que hy auien et deuien auer ataqui...”

16  TBZ, f° 161v-162r.

17  TBZ, f° 153v-154r.

18  Sur un aspect concret des pratiques agricoles dans notre région au xiiie siècle cf.les articles deJosé Luis MARTÍN RODRÍGUEZ, “El cillero de Santa María del Valle. Una empresa señorial zamorana del siglo XIII”, Stvdia Zamorensia, n° 2, 1981, p. 67-83, et de Marciano SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, “Minifundismo y éxodo rural: el caso de Villamor de los Escuderos (siglo XIII)”, Stvdia Zamorensia, n° 7, 1986, p. 447-464. TBZ, f° 163v (Villamor): “Item, in Villa Mayor non inueni nis unicum bouem et composui ibi vi iuga boum bene parata...”, f° 163r: “consequi magnam utilitatem ponendo ibi boues et neccessaria alia ad opus cellarii...”.

19  TBZ, f° 136v : “Que todo el concello deuen los calzes de las aguas abrir de todo el Valle de los Ortos et de la Fuente del Saugo, de la zima atroes el fondo de manera que las aguas uayan liuremientre pora ellos molinos et las terras et los prados sean guardados et liures de la agua...” TBZ, f° 149v-150r : “et enaderon de mays que cada unu sea tenudo de abrir el calze de la agua ante su prado o ante su tierra, de marco de quatro pies en fondo et de seys en cuna. Et esto sea so pena dun morauedi a quer que lo non feziera et fazer todauia que fazer...”

20  Justiniano RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales de la provincia de Zamora, Valladolid, 1990, p. 364 (1257 à Villamor) : “Primera mente, que los panes et las vinnas et los huertos et las defesas que sean guardadas. Que ninguno no sea osado de fazer en ninguda destas cosas dano nin mal ninguno. Et todo omne que lo feçiere, que por cada una cabeza de ganado que hy fallaren, que peche un maravedi...”, p. 372 (1263 à Fradejas) : “Toda bestia, todo boy o vaca que entraren en lavore agenos peche su dueño por cada cabeza un dinero al Conceyo et el danno al sennor de la heredat...”

21  TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “Comparaui unum ortum circa alium quod habebat domus cum multis ulmi qui sunt ibi...”.

22  TBZ, f° 146r (1271) : “quella deffesa uieya, de carrera en carrera, de una parte et de la otra, et sea guardada et deffesada de cortar et correr los coneyos assi como las otras...

23  Ces prairies mises en défens étaient la plupart du temps occupées par les troupeaux de chevaux et de bovins appartenant aux grands propriétaires fonciers, cf. Jean GAUTIER-DALCHÉ, “L’organisation de l’espace pastoral dans les pays de la couronne de Castille avant la création de la Mesta (XIe-milieu XIIIe siècles)”, L’élevage en Méditerranée occidentale, actes du colloque international de l’institut de recherches méditerranéennes, Sénanque, mai 1976, Paris, CNRS, 1977, p. 153-166.

24  TBZ, f° 163r (Toro) : “feci ibi bene coli et reparari quasdam vineas que diu fuerant male culte et male parate et sine utilitate que mihi fuerunt bone et utiles...”, f° 163-v (Fresno) : “et feci plantari multas vineas de nouo...”, f°163v (Fuentesaúco) : “Item, posui vineas et refici que erant male parate...”, f° 163v (Villamor) : “et vinnas male cultas bene reparaui...”, f° 164r (Fradejas) : “feci bene coli uinnas que male culte iacebant...”, f° 164v (Manganeses) : “Item, emi quandam vineam nouam et plantaui aliam...

25  TBZ, f° 163r : “Item, Ecclesia aiudicaui vineas ibidem diu perditas et incultas uiginti anni lapsi erant, per sollicitudinem meam taliter feci coli et reparari quod, de cetero, erunt bone vinee et fructifere...

26  TBZ, f° 128v-129r.

27  TBZ, f° 163r (Fuentesaúco) : “feci unum molendinum de nouo et unum ortum iuxta illud...”

28  TBZ, f° 163v : “item, in Frexno de Ribera feci piscarias de nouo, alias refeci que quatuor au sepius destructe fuerant. Ibi feci alueos de nouo que dicuntura calçes unde diriuarentur aque fluuii ad azenias que nunquam fuerant et constiterunt multos morabetinos [...] et feci bis aliquas azenias sumptuosas...

29  TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “et feci quasdam domos et unum palumbare, quasdam terras uel faceras circa villam et unum sotum de ulmis...

30  TBZ, f° 163r. TBZ, f° 163v (Fuentesaúco) : “Item, feci bonam apotecam cum optimo torculari in loco ubi male consueuerant esse boues...

31  TBZ, f° 163r (Toro) : “Item, feci in optimam domum, que ualde necessaria erat, pro stabulo bestiarum...”. TBZ, f° 163v (Venialbo) : “Item, in Uenialuo feci domos pro iugariis qui ibi prius non fuerant in loco qui dicitur de la Sierna...”, TBZ f° 163v (Fuentesaúco) : “feci ibi unam domum de nouo cum suis appendiciis [...] et feci de nouo bonas domos pro bobus iuxta aream...”, TBZ f° 163v (Villamor) : “et in domibus episcopalibus ibidem feci unam domum et currale parite uallaui...”, TBZ f° 164r (Fradejas) : “reparaui domos...”, TBZ f° 164v: “Item in Uillalal acquisiui bonos solares pro domibus faciendis...”.

32  Amando REPRESA, “Génesis y evolución urbana de la Zamora medieval”, Hispania, n° 122, 1972, p. 525-545.

33  TBZ f° 163 : “Item, in cellario de Tauro feci domos que erant destructe ex utraque parte [...] in superiori loco cuius feci magna et ampla et sumptuosa solaria et optimas domos, ubi nunquam fuerant temporibus aliorum episcoporum. Item, aliarum domorum que fuerant temporibus aliorum episcoporum, quasdam feci de nouo et quasdam refeci...

34  TBZ, f° 165r : “Item, quando primo ad Episcopatum ueni meum, mihi detuli completum apparatum de meo in equitaturis que fuerunt fere quadraginta, non enim aliqua inueni inintroitu Episcopatus mei nisi unam azemelam de uno pede claudicante...

35  TBZ, f° 162r : “Item, domos cathedralis ecclesie melioraui, ut apparet in palacio et almoxagaua [sorte de balcon-véranda] et in quibusdam aliis domibus nouiter edificatis et reparatis...

36  TBZ, f° 163r : “feci ibi unam cameram nouam et aliam circam pro necessariis et comparaui quasdam tudas inferius pro domibus scissis ut essent mundiores et meliores, sicut sunt, que ante erant inmunde et inepte propter defectum camerarum pro necessariis...

37 Ibid. : “Item, cum episcopus ueniebat ad istud celarium oportebat eum mensas et alia utensilia mendicare. Idcirco feci fieri de nouo optimas mensas quasi perpetuo duraturas et alia domui necessaria comparaui...

38  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 157.

39  Peter LINEHAN, History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993, p. 510-514.

40  Antonio GARCÍAY GARCÍA, Constitutiones Concilii quarti Lateranensis una cum commentariis glossatorum, Cité du Vatican, 1981.

41  Antonio GARCÍAY GARCÍA, “Legislación de los concilios y sínodos del reino leonés”, El reino de León en la alta Edad Media. II. Ordenamiento jurídico del reino. León, 1992, p. 7-114, p. 107 : “Por que queremos emendar la vida que fazen los clerigos en pecado, establecemos que cada un obispo en el primero synodo que feziere denuncie por suspensos todos los clerigos de missa, de evangelio, de epistola e todos los beneficiados que dalli en delantre tovieren en suas casas o en agenas barraganas publicamente”.

42  P. LINEHAN, The Spanish church..., op. cit., p. 29-30.

43  Ce monarque autorisa, contre les dispositions conciliaires, la légitimation des enfants des clercs afin qu’ils puissent hériter le patrimoine de leurs pères, sur ce sujet cf. Agustín RUBIO SEMPER, “Disposiciones sobre clérigos dadas por Alfonso X”, Alfonso X el Sabio, vida, obra y época. I. Actas del congreso internacional, Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ (coord.), Madrid, 1989, p. 191-197. La barraganía des ecclésiastiques était encore un phénomène généralisé au milieu du XIVe siècle comme en témoignent les pétitions adressées aux Cortès, cf. Ana ARRANZ GUZMÁN, “Clérigos y laicos en las cortes castellano-leonesas: la confictividad como hilo conductor”, El reino de León en la alta Edad Media. IX. León, 1997, p. 635-717, ou bien les nombreux passages sur ce même thème qui émaillent le Libro de buen amor et le Rimado de Palacio.

44  Alors que José Luis Martín Rodríguezsouligne la vassalité de ces paysans, nous préférons reconnaître, pour notre part, leur degré de liberté relative, vid. J.L. MARTÍN RODRÍGUEZ, “Campesinos vasallos del Obispo Suero de Zamora (1254-1286)”, Salamanque, 1981, rééd., 1993, Amor, cuestión de señorío y otros estudios zamoranos, p. 77-95.

45  J. RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales..., op. cit., respectivement, n° 62, p. 363, n° 65, p. 367, n° 70, p. 376.

46 Ibid., n° 70.

47 Ibid. : “Que todos aquellos que hy venieren poblar que sean escusados de pecho del dia quel poblador benier al lugar fasta cuatro annos complidos...

48  Julio GONZÁLEZ, Alfonso IX, Madrid, 1944, t. II, n° 623, p. 719.

49  TBZ f° 127r-v (1265) : “Et, oydas las razones de ambas las partes judgamos et mandamos que el obispo non reciba daqui adelantre solariegos ningunos, moradores en el termino de Toro o en qualquier aldea de nostro sennorio, senon en en aquella manera et aquella quantia que el priuilegio del conceyo manda...”

50  Justiniano RODRÍGUEZ FERNÁNDEZ, Los fueros locales..., op. cit., n° 72, p. 379 : “Ponemos tal postura entre nos, que ningun ome, nin muger de Toro, nin de su termino, non entren vasallos de Ordenes nin de dueñas, nin de caballeros, contra nuestros privilegios, en Toro, nin en nuestro termino, en ningun tiempo...

51  Effectivement, Don Suero avait déjà accordé lui-même deux autres chartes aux habitants de Villamor l’une en 1257, et l’autre en 1259, Ibid., n° 63, p. 364, n° 67, p. 370-371.

52 Ibid., n° 70, p. 376.

53 Ibid. : “den senos soldos pora jantar fasta que sean tantos que puedan complir pora dar jantar guisada mientre...

54 Ibid. : “Et se por alguna cosa destas ela vila dexar et a la vila venier fasta tres annos, recombre su casa et su heredamiento pagando ante el obispo todos sous fueros...

55  Cf. supra., note 15.

56  Peter LINEHAN, “The Spanish Church revisited: The episcopal gravamina of 1279”, Authority and power: Studies on Medieval law and government presented to Walter Ullman on his 70th birthday, B. TIERNEY & P. LINEHAN (éds.), Cambridge, 1980, p. 127-147.

57 Crónica de Alfonso X, “Biblioteca de Autores Españoles”, t. LXVI, Madrid, 1953, p. 6 : “Vinieron a este rey don Alfonso muchas querellas de todas las partes que las cosas eran encarescidas en tan grandes cuantías, que los homes non las podían aver. E por esto el rey puso los cotos, que es poner prescio á todas las cosas, cada una qué cuantía valiese. E commo quier que ante desto los homes avían muy grave de las poder aver, oviéronlas muy peor despues, por cuanto los cercadores é los otros homes que las tenían de vender guardábanlas, que las non querían mostrar. E por esto todas las gentes vieronse en gran afincamiento: sobre lo que el Rey ovo de tirar los cotos, e mandó que las cosas se vendiesen libremente por los precios que fuese avenido entre las partes”. Sur la politique monétaire des monarques castillans dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, cf. María del Carmen CARLÉ, “El precio de la vida en Castilla del rey Sabio al Emplazado”, Cuadernos de Historia de España, n° XV, 1951, p. 132-156, et Francisco J. HERNÁNDEZ, Las Rentas del Rey. Sociedad y fisco en el reino castellano del siglo XIII, Madrid, 2 vol., 1993, et plus particulièrement t. I p. CIC.

58  TBZ f° 3v-4v (1255). Sur ce thème cf. l’ouvrage de María Luisa GUADALUPE BERAZA, La institución decimal en el reino castellano-leonés durante los siglos XII y XIII. (Diócesis de Zamora, Salamanca, Ávila y Ciudad Rodrigo), Salamanque, thèse inédite, 1978.

59  TBZ, f° 10r-v (1255) : “Et porque el diezmo es debdo que deuemos dar a nostro Sennor, nenguno non se puede de non lo dar. Ca, si los moros et los iudios et los gentiles, que son de otras leys et que non an conoscencia de la uerdadera fe, dan los diezmos derechamientre segund elos mandamientos de su ley, mucho mays los deuemos dar conplida mientre et sin enganno que somos fijos uerdaderos de Sancta Eglisia. Et por estos diezmos quiso nostro Sennor pora elas eglisias, cuemo por las cruçes, pora los calzes, pora uestimientas et pora sustentamientos de los obispos que predican la fe et pora los otros clerigos por quien son dados elos sacramientos de Sancta Eglisia et de la cristiandad”.

60  Ibid. On retrouve le contenu des diplômes adressés aux évêques du royaume sur la perception des dîmes, dans les codes législatifs généraux comme le Fuero Real, livre I, titre V, loi IV, ou dans le titre XX, Partida I de Las Siete Partidas, “De los diezmos que los christianos deven dar a Dios”.

61  Nous retiendrons à titre d’exemple les droits de l’évêque sur les dîmes de quelques églises de la ville de Toro, TBZ, f° 127v : “De Sancta Maria de la Uega la tercia. De San Uicente la tercia. De San Saluador la tercia. De Santo Thome la tercia. De Sanc Esteuan la tercia. De Sanc Andres...

62  Tumbo Negro de Zamora, f° 146v-147r : “Et nos Abbas et conventus prefati promittimus nos de cetero soluturos decimas integre Ecclesie Zamorensi et ecclesiis sibi subiectis, iuxta consuetudinem Episcopatus eiusdem, de possessionibus aliis a nobis in Episcopatu Zamorensi acquisitis et etiam amodo acquirendis...

63  TBZ, f° 136 r-v : “Otrossi, puso que las mandas que fizieren ala eglisia que estos iii omnes sobredichos con lo clerigo lo metan en heredat pora la eglisia...

64  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 21.

65  Qu’il s’agisse de personnages comme Martín Téllez sur les limites nord-orientales, ou bien García Fernández, caballero de Toro, TBZ, f° 134v- 140r.

66  TBZ, f° 165r : “nec in aliquo istorum usque ad hec tempora adiutorium aliquod a Capitulo habuisse...”.

67  TBZ f° 162r : “Primo, igitur, tempore electionis mee confirmate acquisiui a domno Rege Alfonso Villam de Fremosele cum omni iurisditione temporali quam ibidem predictus Rex habebat...”, f° 87v (1256) : “et nos otrosi deuandito conceyo por mucha aiuda et mucha onrra et muchu plaçer que nos feziestes et asperamos que nos faredes adelantre, et por elmosna de nostras almas, damos et outorgamos entregamientre et pora siempre, por juro de propiedade et de herencia, a uos, deuandicho don Suero Perez..., todo derecho que nos emos..., en Fermoseye...

68  TBZ, f° 88v : “que fuestes a esta villa sobredicha et entrastella por fuerça et quel derribastes las casas que hy feçiera, elle cortastes las vinnas et las aruores et quel feçiestes mucho danno en pan et en vinno et en otras cosas...”, f° 90v.

69  TBZ, f°22v (1278). Il s’agit d’une sentence de l’infant Sanche favorable à l’évêque.

70  TBZ, f° 18v-19r (1275) : “El obispo et el cabildo de Çamora se me embiaron querellar que omnes matadores et lagadores et malfechores de sus villas et que son dados et sentenciados por fechores por los iuizes de sus lugares et que se acogen en Çamora et en su termino. Et que uos o algunos de uos que los cogedes et los mamparades et los defendedes et queredes conoscer otra uegada de las malfetrias de que furon condempnados por sentencia de los iuizes de la eglesia...”

71  José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, Colección diplomática del monasterio de Sahagún, V (1200-1300), León, 1994, n° 1650, p. 165-166 : “Quod episcopus Zamorensis, in ecclesiis de ipso Belueer, scilicet, Sancti Saluatoris et Sancte Marie, percipiat integre tertiam partem omnium decimarum, annuatim...

72  Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, Memorias históricas de la ciudad de Zamora, su provincia y obispado, 4 vol., Madrid, 1882, t. I, p. 441.

73  Antonio BALLESTEROS BERETTA, Alfonso X el Sabio, Barcelone, 1963, p. 137.

74  TBZ, f° 164r : “Unde, ut prosequere commode et utiliter causam de Venialuo et de Villa Mayor et de Morales, que loca concilium de Tauro volebat occupare in periudicium et dampnum zamorensis ecclesie, uenditit et destruxit hereditatem bonam quam habebam in Algarue et in Cortilio de Lebrixa et meas domos et meas vinneas quas apud Yspalim habebam et alia multa de meo propio que habebam antequam essem episcopus pro vi mille morabetinos, que expendi sequendo curiam Regis in Hispali et Cadibs et in Neula duobus annis continue et dimidio, ubi etiam latrones interfecerunt mihi tres meos homines et alumpnos super rebus quas mihi portabant...

75  TBZ, f° 164v-166r : “sequendo dominum Regem quocumque ibat, utpote Burgis, Secobiam et Toletum et ad multa loca alia et diuersa, finaliter, cum labore magno corporis et multo honere expensarum...Ibi ad dominum Regem anno domini M° CC° LXX et ui cum eo per XVm menses in Castella et impartibus Bitorie et in colloquio quod habuit in Vallencia cum Rege Aragonie, ubi oportuit me magnas expensas facere pro honore et utilitate ecclesie nostre...

76  TBZ, f° 164v-166r : “Mittendo enim nuncios ad archipiescopum, litteras ad sedem apostolicam... tandem oportuit nos, per Romanam Curiam et per Regem causam prosequi cum eisdem per duos annos et duos menses. Et in facere expensas larguissimas fecimus et persecutiones magnas...”. Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 85.

77  TBZ f° 164r-165r.

78  Marciano SÁNCHEZ, “La Diócesis...”, op. cit., p. 152-153.

79  TBZ, f° 191r-v.

80  Antonio GARCÍA Y GARCÍA (éd.), Synodicon Hispanum, 7 volumes parus, Madrid 1981-1997, p. 433-435.

81  Peter LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 85.

82  Peter LINEHAN, Spanish church..., op. cit., p. 293. Marciano SÁNCHEZ, “La Diócesis...”, op. cit., p. 156. TBZ, f° 41r-42v : “ut capellamum habeat institutionem et destitutionem in ecclesiis uel portionibus in quibus usque modo ius optinui patronatus...

83  Il suffit de lire les testaments de quelques chanoines pour se rendre compte de l’immense richesse de certains membres du chapitre. Ainsi, celui de l’archidiacre Pedro Anays nous montre qu’il laissa un legs de 4.000 maravédis pour habiller les clercs et les membres de sa maisonnée. Ce même document nous renseigne sur l’incroyable richesse de son mobilier et de la taille de son patrimoine foncier qui était réparti sur l’ensemble du diocèse. Archivo Capitular de Zamora, liasse n° 9 (1289). Jesús C. CORIA, “Clérigos prestamistas...”, op. cit., p. 347-349.

84  ACZ, 11/3.

85  ACZ, 11/8.

86  Peter LINEHAN, “Two charters for Toro”, Historia. Instituciones. Documentos, n° 23, 1996, p. 333-337. Sur le mariage de María Alfonso de Meneses avec Sanche IV, cf. Mercedes GAIBROIS de BALLESTEROS, María de Molina. Tres veces reina, Madrid, 1936, et Alejandro MARCOS POUS, “Los dos matrimonios de Sancho IV de Castilla”, Cuadernos de trabajos de la escuela española de Historia y Arqueología en Roma, n° VIII, 1956, p. 7-108.

87  ACZ, 9/15 et Peter LINEHAN, ibid. Miguel Ángel LADERO QUESADA, Fiscalidad y poder real en Castilla (1252-1369), Madrid, 1993, p. 61 : “Cada uno [servicio] montaba tanto « como una moneda a raçon de cinco maravedies e tercia de los dineros que fueron fechos en tienpo de la guerra »”.

88  ACZ, 12/14 et P. LINEHAN, ibid.

89  Sur la question de la délimitation entre ces deux diocèses nous renvoyons aux travaux de P. GONZALO MARTÍNEZ, “Restauración y límites de la diócesis palentina”, Publicaciones de la Institución “Tello Téllez de Meneses”, n° 59, 1988, p. 351-385, et Richard A. FLETCHER, The Episcopate in the kingdom of León in the twelfth century, Oxford, 1978.

90  José Luis MARTÍN RODRÍGUEZ, Documentos zamoranos. I. Documentos del Archivo catedralicio de Zamora. Primera parte (1128-1261), Salamanque, 1982, documents n° 154, p. 128-129, et n° 155, p. 129. TBZ, f° 186r.

91  María Luisa BUENO DOMÍNGUEZ, “Las tensiones del episcopado de Palencia y el de Zamora. Siglos XIII y XIV”, Actas del II Congreso de Historia de Palencia. Palencia, 1990, T. II, p. 401-411. Peter LINEHAN, Les dames..., op. cit., p. 126-128.

92  TBZ, f° 167r-168r.

93  Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ, Los Templarios en la corona de Castilla, Burgos, 1993, p. 105.

94  Carlos BARQUERO GOÑI, “Los Hospitalarios en el reino de León. (Siglos XII y XIII)”, El reino de León en la alta Edad Media, T. IX, León, 1997, p. 219-634, document n° 45, p. 605.

95  Nous suivons dans cette analyse les conclusions avancées par Teófilo F. RUIZ, “Expansion et changement: la conquête de Séville et la société castillane (1248-1350)”, Annales. Economies Sociétés Civilisations. Mai-Juin 1979, p. 548-565, texte repris dans The City an the Realm: Burgos and Castile 1080-1492, Variorum, Aldershot, 1992.

96 Ibid., p. 548.

97  Julio VALDEÓN offre une synthèse sur ce groupe dans “Las oligarquías urbanas”, Concejos y ciudades en la Edad Media hispánica. II Congreso de Estudios Medievales, León, 1990, p. 507-521.

98  Adeline RUCQUOI, “Pouvoir royal et oligarchies urbaines d’Alfonso X à Fernando IV de Castille”, Génesis medieval del estado moderno: Castilla y Navarra (1250-1370), Valladolid, 1987, p. 173-192.

99  Sur l’activisme de don Suero dans ces Cortès, cf. Joseph F. O’CALLAGHAN, Las Cortes de Castilla y León (1188-1350), Valladolid, 1989, p.100-101. Sur le pacte de Hermandad qui regroupa les opposants à Alfonso X, cf. José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, Colección..., op. cit, document n° 1829, p. 436-441.

100  P. LINEHAN, Les Dames..., op. cit., p. 96-97.

101 Crónica de Alfonso X, chapitre LXXVI : “el infante don Sancho otorgó a todos los de la tierra las peticiones que le demandaron, cuales ellos quisieron, de que les dió sus cartas plomadas é selladas, é las rentas de los reinos partiólas por tierras á todos los infantes é ricos omes así commo las solían aver, é demás les dió lo que era mantenimiento del Rey”. En ce qui concerne les difficultés financières de Sanche IV, cf. Francisco J. HERNÁNDEZ, Las rentas del Rey..., op. cit., p. CLXXXV-CLXXXVII.

102  P. LINEHAN, Les Dames..., op. cit, p. 102-103. TBZ, f° 97v (1293) :“Et nos el sobredicho rey don Sancho...Et porque nos teniemos el castillo et la uilla de Ffremoselle en guarda desque uago la eglisia sobredicha por muerte del obispo don Suero, entregamos la uilla et el castiello de Ffermoseye al dicho obispo don Pedro et al cabildo et a la eglisia de Çamora...”, f° 199v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Les entreprises de l’évêque de Zamora don Suero Pérez (1255-1286) d’après son testament », Atalaya [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/76

Haut de page

Auteur

Charles Garcia

Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise

Haut de page