Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

« Li chivalier se desportoient / Lai ou dames les apeloient. » Exemples de circulation des premiers vers d’Yvain ou le Chevalier au lion

Sofia Lodén et Vanessa Obry

Résumés

Cet article propose une réflexion sur le premier folio du manuscrit de Lyon de la Chanson de Roland, où le récit de la bataille de Roncevaux est précédé des dix premiers vers d’Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes. Le passage mettant en scène le roi Arthur et sa cour sert d’introduction à ce qui suit et influence la lecture de la chanson de geste. En observant ces mêmes vers dans les adaptations allemande, norroise et suédoise du Chevalier au lion, ainsi que dans une version française du xvie siècle, on voit que le prologue de Chrétien s’adapte à chaque nouveau contexte, alors que le besoin d’en référer à une autorité royale reste inchangé. Dans les adaptations nordiques, Charlemagne est le point de référence de la présentation d’Arthur, ce qui témoigne d’un besoin d’introduire le roi breton à un public qui ne le connaît pas. Dans le manuscrit de Lyon, la situation est inverse : la cour arthurienne constitue une mise en contexte de Charlemagne et des batailles épiques, pour un public qui a de nouvelles attentes. Dans les deux cas, c’est le roi – Charlemagne ou Arthur – qui sert d’autorité à l’autre roi et aux textes eux-mêmes. Dans le manuscrit de Lyon, l’image d’une cour où l’on raconte des histoires remplace l’oralité de la chanson de geste et le prologue, atypique dans la production de son auteur, se trouve doté d’un rôle nouveau, celui de prologue-type.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le début d’Yvain ou le Chevalier au lion est atypique au regard des autres textes de Chrétien de Troyes. On n’y trouve ni signature ou adresse à un dédicataire, ni proverbe ou indication sur le contenu de l’histoire qui suivra : faisant apparemment l’économie de toute réflexion théorique, le récit s’ouvre directement sur une présentation de la cour du roi Arthur réunie à l’occasion de la Pentecôte. C’est lors de cette fête que Calogrenant prend la parole pour raconter ses aventures malheureuses et ce récit enchâssé est à l’origine de toutes les aventures qui occupent la suite du roman. Cette particularité du Chevalier au lion a conduit la critique à s’interroger sur la nature de ces premiers vers : s’agit-il ou non d’un véritable prologue ?

  • 1  Tony Hunt, « The Rhetorical Background to the Arthurian Prologue : Tradition and the Old French Ve (...)
  • 2  Voir aussi Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes. La griffe d’un style, Paris : Champion, 2007, (...)
  • 3  Cet article est le résultat d’un travail entrepris lors d’un cours à l’École normale supérieure de (...)

2Le débat a donné lieu à de nombreuses réflexions sur le texte de Chrétien et aboutit souvent à l’idée d’un retardement des composantes attendues dans le prologue. Ainsi, dès 1970, Tony Hunt1 résume les arguments avancés précédemment et montre en quoi, selon lui, le début du Chevalier au lion possède tous les constituants rhétoriques d’un prologue, bien que certains éléments, et notamment la captatio benevolentiae, soient retardés pour n’apparaître que dans le récit de Calogrenant2. Sans reprendre ces discussions, nous souhaitons ici proposer une relecture des premiers vers du Chevalier au lion à la lumière de certains de ses réemplois postérieurs à l’écriture de Chrétien. Le point de départ de cette relecture sera un manuscrit souvent oublié, conservé à la bibliothèque municipale de Lyon, qui contient les dix premiers vers du Chevalier au lion3.

Le manuscrit Lyon, BM 743 (anc. 984) : le prologue déplacé

  • 4  On peut se reporter aux notices du manuscrit Lyon, BM 743 (anc. 984) : Catalogue général des manus (...)

3Le manuscrit, qui contient ce qu’il est convenu d’appeler le « texte de Lyon » de la Chanson de Roland, confère aux premiers vers du Chevalier au lion un statut spécifique4. Composé en Bourgogne ou dans le Sud de la France à la fin du xiiie ou au début du xive siècle, ce manuscrit de petit format sur parchemin s’ouvre avec les dix premiers vers du roman de Chrétien de Troyes, précédant immédiatement le récit de la bataille de Roncevaux. Le début de cette version rimée tardive de la chanson de geste correspond à la laisse 91 du manuscrit d’Oxford et n’inclut par conséquent pas les épisodes relatant la façon dont se trame la trahison de Ganelon. Le premier folio du manuscrit présente deux initiales ornées, l’une au premier vers du prologue, l’autre au début du texte de la Chanson de Roland à proprement parler. L’enchaînement entre ces deux textes est assuré par deux vers de transition. Nous citons ici la version qu’en donne William Kibler dans son édition :

  • 5  The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 43.

Li bons rois Artus de Bretaigne –
La sien pröesce nos enseigne
Que nos sëons prou et cortois –
Tient cort si riche come rois
A cele feste qui tant coste
C’on doit conter la pentecoste.
La corz fu la ou dist en Gales ;
Après mengier par mi ces sales
Li chivalier se desportoient
Lai ou dames les apeloient,
Et les compaignes de Sarrazins sont granz
De la grant traïson que i fist Agolanz…
Bel fu li jors et li soeeouz luisanz…
et la paroi des vers hyaumes luisanz.
Soz les enseignes i est venuz Rollanz –
granz fu et fors, orgoillous et puissanz […]5.

  • 6  Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones et Lori Walters, Les Manuscrits de Chrétien de Troyes / Th (...)

4La plus grande partie des manuscrits du Chevalier au lion a été composée au cours du xiiie siècle : la célèbre copie de Guiot (BNF, fr. 794) date du deuxième quart du xiiie siècle, la version du manuscrit BNF fr. 1450 de la première moitié du xiiie siècle et plusieurs autres manuscrits contenant Yvain ou le chevalier au lion ont été rédigés au milieu ou à la fin du xiiie siècle6. Nous sommes donc en présence de versions tardives à la fois du fragment de Chrétien de Troyes et de la chanson de geste. Notre manuscrit relie ainsi deux textes ayant déjà été abondamment diffusés dans différentes versions : on peut supposer que le fait qu’ils soient tous deux bien connus facilite leur réinvestissement, voire leur infléchissement et l’éclairage de l’un par l’autre. Alors qu’à partir du xiiie siècle, la tendance est à la mise en cycle des chansons de geste, il n’est en rien étonnant qu’une version de la Chanson de Roland s’inscrive dans un montage spécifique comprenant d’autres textes.

  • 7  Wiliam Kibler rappelle qu’avant sa propre édition, aucune ne retranscrivait ce passage (The Song o (...)
  • 8  Deux ouvrages essentiels passent sous silence l’existence de ce manuscrit : Alexandre Micha, La Tr (...)

5Les éditeurs de la Chanson de Roland ont longtemps écarté ce début de manuscrit comme étranger à la chanson de geste7 et les critiques qui se sont intéressés à la tradition manuscrite du Chevalier au lion ne se sont pas toujours penchés sur ces dix vers qui n’apportent pas d’élément décisif dans l’histoire de la transmission de l’œuvre de Chrétien8. Il est cependant admis que le collage réalisé par le manuscrit de Lyon n’est pas dû au hasard, comme le supposait déjà Jules Horrent en 1951 :

  • 9  Jules Horrent, La Chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge, Par (...)

Je crois pour ma part que le copiste n’a nullement eu l’intention de copier un roman arthurien ; je ne crois pas qu’il ait changé d’avis après dix vers. Singulier caprice ! Son propos a été de transcrire l’histoire de la bataille de Roncevaux, débarrassée de ses scènes préliminaires. S’il a introduit dans ses premiers vers Artus et ses chevaliers, s’il y associe Agolant, ses armées et sa «traison», c'est-à-dire le défi solennel que celui-ci lança à Charlemagne, c’est que ces deux événements ont en commun leur date : la Pentecôte. L’autre événement que le remanieur y associe, la bataille de Roncevaux, s’est donc, dans son esprit, déroulé également à la Pentecôte9.

  • 10  William Kibler, The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 18.

6Ce sont de même des raisons codicologiques et thématiques qui incitent William Kibler à conserver le passage dans son édition10. Rien n’indique en effet que le manuscrit soit mutilé ou incomplet et, autre fait significatif, les différents textes sont écrits de la même main. William Kibler va plus loin que Jules Horrent dans l’interprétation de l’enchaînement thématique des deux passages : le point commun ne repose pas seulement sur les similitudes de la fête à la cour d’Arthur et de la fête épique qu’est la bataille, mais l’univers du roman courtois semble tout à fait convenir à la version de la Chanson de Roland qui suit :

  • 11 Ibid., p. 19-20. Ces analyses, reprises de manière synthétique ici, sont issues de deux articles pu (...)

The L redactor focuses on the struggle between Roland and Ganelon, on emotions and pathos, rather than on the epic strife between nations. This individualistic conception of material is more akin to the genre that we call romance (roman courtois) than to epic (chanson de geste), which is more collective in spirit. The opening twelve lines thus serve to announce a poem whose spirit is in many respects that of romance, while its form remains that of chanson de geste. They provide a thematic prologue to the entire text, forcing by their unexpected presence in the auditor or reader of the text to adjust generic expectations11.

7Le texte de Lyon de la chanson efface en effet l’épisode de Baligant, pour laisser une plus grande place aux portraits de Roland et Ganelon et à leur affrontement individuel, comme le souligne William Kibler, mais aussi au personnage d’Aude et à sa mort, longuement mise en scène. Cette version individuelle et plus féminine de la geste s’accorde parfaitement avec un prologue où l’assemblée de la cour arthurienne est avant tout féminine, ou du moins réunie par des femmes.

  • 12  Si le premier de ces deux vers peut être lu comme un décasyllabe avec une coupe épique sur le mot (...)
  • 13  Wiliam Kibler, The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 153.

8Malgré cette cohérence, les deux vers de transition, qui n’apparaissent dans aucune des autres versions du roman ou de la chanson, sont problématiques. On peut lire dans la succession de deux vers de onze syllabes (« Et les compaignes de Sarrazins sont granz / De la grant traïson que i fist Agolanz ») le signe d’un ajustement progressif et quelque peu hésitant de l’écriture qui se fraye un passage de l’octosyllabe romanesque au décasyllabe épique12. D’après William Kibler, le rôle de cette transition est essentiellement d’ordre rythmique – le passage d’un mètre à l’autre – et phonétique – l’introduction de la rime de la première laisse13 – mais son contenu thématique relève de l’incohérence :

  • 14 Ibid., p. 153-154.

Agolanz is a Saracen king who plays a prominent role in the Chanson d’Aspremont, where he is defeated and killed at the battle of Aspremont in Italy by Charlemagne’s army. It is surprising to see him associated here with treason, since he is an honorable enemy in Aspremont and his corpse is treated there with respect14.

9Certes, le passage des vers de Chrétien (« Li chivalier se desportoient / Lai ou dames les apeloient, ») aux deux suivants (« Et les compaignes de Sarrazins sont granz / De la grant traïson que i fist Agolanz ») est brutal. Toutefois, il semble possible de nuancer les propos de William Kibler concernant Agolant. En effet, la proximité phonétique avec le nom de Ganelon pourrait expliquer la présence de ce nom. Par ailleurs, Agolant, qui n’est jamais cité dans la version d’Oxford de la Chanson de Roland, n’est pas non plus un personnage à part entière du texte de Lyon. Son nom apparaît cependant, au même titre qu’un assez grand nombre d’autres noms qui sont issus de la tradition épique postérieure aux premières versions de la Chanson de Roland (on peut citer Angelier, v. 537, Capadoce, v. 556 ou encore « dame Guibor », nourrice d’Aude, laisse 139). Dans la version qui nous intéresse, il est évoqué au cœur du récit de la bataille, lorsque Roland assiste à la mort de Gautier et panse ses blessures. Le compagnon du héros lui raconte sa déroute et explique la mort de ses hommes :

  • 15  William Kibler, The Song of Roland. The French Corpus, édition citée, laisse 78.

De Sarrazins i trovames nos tant:
Soffres e Gaufres, Aragons e Ullanz
Turs e Hermins, Arrabiz e Persanz,
E Esclavons atoz les Agolanz15.

  • 16  Pour une liste des occurrences, voir André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de (...)

10Le nom « Agolanz » ne réfère pas à un personnage en particulier, mais est devenu, comme c’est souvent le cas dans les textes épiques, un nom générique désignant l’ensemble des païens16. La figure convoquée dans le prologue ne vaudrait-elle alors pas comme archétype du Sarrazin ? Les vers de transition introduisent ainsi un changement de rythme et une thématique guerrière : la succession de l’évocation d’Agolant et du récit des exploits de Roland tend à faire du manuscrit un recueil de morceaux épiques. En outre, la figure du roi sarrazin Agolant semble faire face à celle d’Arthur, roi positif cité dans le premier vers. Nous pourrons revenir sur ces éléments, mais on peut dire dès à présent que l’adjonction du prologue d’Yvain à la Chanson de Roland ne nous informe pas seulement sur la tonalité de la version de la chanson qui suit, mais aussi sur la vision, par le copiste-compilateur du manuscrit de Lyon, de la cour d’Arthur qu’il place en son seuil.

11La cour arthurienne informe la Chanson, mais les valeurs qu’elle porte se trouvent, en retour, infléchies par la suite du manuscrit. Si l’on est invité à lire – ou à entendre – la Chanson de Roland à la lumière du Chevalier au lion, on se trouve également en présence d’un prologue que l’on doit lire à la lumière de ce qui suit. Outre l’enchaînement du prologue arthurien à la Chanson de Roland, la composition du manuscrit de Lyon dans son ensemble peut retenir l’attention. En voici le contenu :
– fol. 1ro : Yvain ;– fol. 1ro-60ro : La Chanson de Roland ;– fol. 60ro-65ro : La Vie de sainte Marguerite en octosyllabes (incipit « Après la sainte Passion… ») ;– fol. 65ro-68vo : Chante-pleure, prière en alexandrins (incipit « De celui, haut seignor, qui en la croix fu mis… ») ;– fol. 68vo-72ro : Litanies et prières en latin (incipit « Conjuratio tempestatis… »).

12à l’exclusion d’une prière latine en prose sur le dernier feuillet, l’ensemble des textes est écrit de la même main. Une progression se dessine du domaine profane de la cour d’Arthur au domaine liturgique de la prière, se doublant du glissement de la langue vernaculaire au latin. La Chanson de Roland, texte profane aux enjeux religieux explicites, et la Vie de sainte Marguerite, version vernaculaire d’une Vita latine, sont des chaînons essentiels de cette transition. Si le Chante-pleure est un poème sur la Passion, le prologue de la Vie de sainte Marguerite s’ouvre quant à lui après la Passion :

  • 17 Lyon, BM 743 (anc. 984),fol. 60ro-60vo. Transcription personnelle. Le passage du recto au verso du (...)

Apres la sainte Passion
Jesu Crist a l’Ancension,
Quant Jesu fut en ciel montez
Estoient aucun de grant bontez [fol. 60v]
De foi e de religion ;
Apres la predication
Des apostres et des martirs
Ou rapris tant li sainz espris
Qu’assez en i ou do creanz
De viaux de joines et d’enfanz
De chivaliers e de pucelles
Filles de roi jantiz e belles
Qui crurent en la loi devine
E guerpirent la sarrazine ;
Jheronimus .I. clers jantiz,
Qui de letres fu bien apris
Et crut en la loi Jesus crist,
Si con le dient li escrit
Et en l’estoire le reconte,
Il nos retrait .I. novel conte
D’une pucele petite
Qu’avoit a non Marguerite […]17.

13Le manuscrit progresse à rebours, de la cour d’Arthur, vers le passé de l’épique, puis vers le temps des premiers chrétiens et celui de la Passion, en une sorte de remontée aux origines. L’avancée temporelle inversée est accompagnée d’un autre type de transformation : ne reconnaît-on pas dans la liste des personnes converties du prologue de la Vie de saint les personnages présents à la cour d’Arthur dans le prologue d’Yvain ? Une continuité apparaît ainsi, entre la cour d’Arthur où l’on raconte des histoires, le premier conte qu’est la Chanson de Roland et le « nouvel conte» constitué par la Vie de sainte Marguerite.

14Même si l’on peut supposer que le projet initial était bien celui d’un manuscrit de la Chanson de Roland et si la présence de prières en fin de manuscrit est très fréquente, la configuration spécifique du premier folio semble autoriser une lecture plus globale du codex. Le montage du manuscrit de Lyon est à interpréter aussi bien du point de vue du texte épique qu’il introduit que du point de vue du sens et de la lecture qui a pu être faite, par les médiévaux eux-mêmes, du prologue de Chrétien. Pour approfondir ces premières réflexions, tournons-nous vers des exemples d’adaptations, en français mais aussi dans d’autres langues, du Chevalier au lion, pour analyser le statut du prologue dans ces réécritures.

Circulation du passage : l’éclairage complémentaire des adaptations du Chevalier au lion

  • 18  Georg Friedrich Benecke, Karl Lachmann et Ludwig Wolff (éd.), Hartmann von Aue, Iwein, trad. et co (...)
  • 19 Ívens saga, éd. Foster W. Blaisdell, Copenhague : Reitzels, Editiones Arnamagnæanæ, Series B, 18, 1 (...)
  • 20  Erik Noreen(éd.), Herr Ivan, Uppsala : Svenska fornskriftsällskapet, 1931.
  • 21  Pierre Servet (éd.), Pierre Sala, Le Chevalier au lion, Paris : Champion, 1996.

15Le succès du Chevalier au lion a été grand déjà à son époque, ce que prouvent les versions en d’autres langues qui ont suivi le texte de Chrétien. Vers 1205, Hartmann von Aue a composé une version célèbre en allemand : Iwein18. Au xiiie siècle, le roi de Norvège Hákon Hákonarson a fait traduire en norrois plusieurs textes français du siècle précédent dont un, Ívens saga, reprenait Le Chevalier au lion19. En 1303, probablement par l’intermédiaire de l’exemple norvégien, le texte de Chrétien de Troyes est adapté en vieux suédois sous le titre Herr Ivan20. Dans un tout autre contexte enfin, au xvie siècle, l’auteur lyonnais Pierre Sala écrit une nouvelle version en français21. Ces différentes versions que nous avons choisi de prendre pour exemple nous offrent un point de vue complémentaire sur les dix premiers vers du Chevalier au lion dans le manuscrit de Lyon. Regardons de plus près le cas des adaptations nordiques.

16L’ouverture de la saga norroise est éloignée de nos dix vers. Après avoir ajouté une présentation du roi Arthur – sans pour autant l’associer à une traduction du mot « courtois », qui apparaît dans le texte français – le texte norrois se contente de nous informer qu’Arthur a invité ses amis à une grande fête à la Pentecôte. Le choix de la cour comme décor n’est pas précisé ; le lieu géographique est inconnu et il n’est pas non plus question de dames présentes à cette festivité.

17La version suédoise Herr Ivan est plus proche de son modèle. Après une partie introductive ajoutée, le traducteur semble revenir au texte français et nous trouvons l’écho de plusieurs vers du manuscrit de Lyon :

  • 22 Herr Ivan, édition citée, p. 4, v. 39-50.

Konung Artus som j haffuin hørt
ær høffuitzk ower allæ førstæ giørdh,
han i then sama timan
hiolt et hoff forsniman
medh mykin frygdh om pingizdagha tiidh.
Frwor oc iomfrwr the waro ther bliidh.
Riddara oc swena the giordho them gaman
medh diost oc bobordh ther the komo saman,
tha konungen war mætter i open sool
uppa sit hws i Karidol.
Tha the waro mætte the saato til saman,
riddara oc frwor giordho then gaman
22.

  • 23  Les traductions de Herr Ivan dans cet article sont les nôtres. L’interprétation de ce passage du t (...)

Le roi Arthur, comme vous l’avez entendu, est le plus courtois de tous les princes ; à cette occasion, il a tenu récemment, au temps de la Pentecôté, une cour où régnait une grande joie. Les dames et demoiselles y étaient enjouées. Des chevaliers et des valets d’arme se réjouirent des jeux et des tournois sous le soleil quand le roi fut rassasié dans son château de Karidol. Quand ils eurent bien mangé, ils s’assirent ensemble, les chevaliers et les dames, et s’amusèrent23.

18à la différence de la version norroise, Herr Ivan nous précise que le roi tient une cour, et même si le vers « la corz fu la ou dist en Gales » n’est pas traduit, le nom de la cour « Karidol » rappelle Carduel, un nom qui figure dans tous les manuscrits complets du Chevalier au lion : « La corz fu a Carduel en Gales ». De plus, sans traduire « la sien proesce nos enseigne », le roi Arthur est tout de même caractérisé comme étant « høffuitzk » (courtois). Notons également que les chevaliers sont en compagnie de dames, même si celles-ci n’appellent pas les chevaliers comme dans le texte de Chrétien.

19Alors que la version norroise semblerait signaler que les dix vers qui nous intéressent ici n’avaient rien de figé au moment où ils ont été traduits, nous pourrions inversement déceler dans la version suédoise un effort de la part de son auteur de ne pas trop s’éloigner du texte français.

20Les versions nordiques diffèrent donc l’une de l’autre en ce qui concerne leurs ouvertures. Néanmoins, elles manifestent toutes les deux le besoin d’ajouter une sorte de prologue à ce que nous considérons comme le prologue de Chrétien. Le propos dans ces passages ajoutés est d’introduire le roi Arthur à un public qui ne le connaît pas. Pour cela, Charlemagne sert de comparaison. Ívens saga commence de la manière suivante :

  • 24 Ívens saga, édition citée, p. 3-4. Trois manuscrits sont essentiels dans la transmission d’Ívens sa (...)

Hin agætí kongr Artvrvs red fifir Eínglandi Sem morgum monnum er kunnikt hann var vm sidir kongr yfir Roma borg. hann <var> þeirra konga frægazstr er verith hafua þanuegh fra hafínu ok vínsælastzr annar enn Karlamagnus. hann hafdí þa róskuzstu Riddara er Jvoru kristninní24.

    Le bon roi Arthur régna en Angleterre comme c’est connu de beaucoup de monde ensuite il est devenu roi de Rome il fut le plus célèbre des rois qui sont venus de ce côté de la mer et le plus populaire à part Charlemagne, il avait les Chevaliers les plus vaillants de la chrétienté25.

    • 26  Sur ce point, Herr Ivan se rapproche de la version allemande qui, elle aussi, s’ouvre sur des élog (...)

    21Le traducteur suédois avait probablement accès au texte norrois, car nous y retrouvons le même rapprochement entre le roi Arthur et Charlemagne, même si la présentation d’Arthur est cette fois plus longue et contient plus de louanges26. Le traducteur va également plus loin dans la comparaison des deux rois en annonçant une histoire qui relate les exploits des deux personnages – ce qui évidemment n’est pas le cas.

    • 27  Pierre Sala, Le Chevalier au lion, édition citée, p. 99-100.

    22Les adaptations nordiques du Chevalier au lion éprouvent le besoin de réintroduire le roman de Chrétien, un besoin qui se retrouve aussi dans Iwein de Hartmann von Aue ainsi que dans Le Chevalier au lion de Pierre Sala, même si le but principal chez ces derniers n’est pas d’introduire Arthur à un nouveau public. Dans la version allemande Iwein, trente vers sont consacrés, d’abord, à faire l’éloge du roi Arthur et, ensuite, à introduire l’auteur allemand avant de rejoindre le propos de Chrétien. Dans Le Chevalier au lion de Pierre Sala, l’auteur s’adresse dans les 36 premiers vers à son « souverein seigneur » ; il mentionne les difficultés qu’il a eues pour lire le texte dont il propose une réécriture et introduit ensuite le thème de l’histoire27.

    23Ainsi, d’une manière ou d’une autre, les différentes versions que nous avons choisi de présenter ici mettent en lumière le statut instable qu’a eu le prologue de Chrétien dans le contexte des réécritures plus tardives : alors que le passage ne semble pas pouvoir posséder à lui seul le statut de prologue dans les adaptations étrangères, sa fonction prépondérante dans le manuscrit de Lyon est justement d’introduire, tel un véritable prologue, la chanson qui suit. Par delà ce paradoxe des différentes utilisations du passage, chacun des textes conduit au rapprochement des figures d’Arthur et de Charlemagne.

    Arthur et Charlemagne : d’une cour à l’autre

    24Dans les exemples étudiés précédemment, la figure royale elle-même semble faire le prologue : l’autorité du roi sert de seuil au texte.

    25Dans le manuscrit de Lyon, la désignation d’Arthur, ornée d’une initiale, occupe la première place. Dans le texte norrois, ainsi que dans l’adaptation suédoise, le début du roman évoque à la fois Arthur et Charlemagne ; comme nous l’avons dit, le texte suédois va plus loin encore que la simple comparaison, en annonçant le récit de leurs exploits respectifs, alors que le premier des deux souverains, bien entendu, ne fera pas l’objet des aventures narrées par la suite :

    • 28 Herr Ivan, éd. citée, p. 1-3, v. 1-32.

    J nampn fadhers oc sons oc thæs hælgha andha
    wil iak taka mik till handa
    forna saghu fram att føra
    them til skemptan ther a wilæ høra
    aff the werdhogasta konunga twa
    ther man æ hørdhe sakt j fra:
    Karlamagnus oc konung Artws;
    til dyghdh oc æro waro the fws.
    Artws war konung aff Ængland.
    Han van Rom medh swerdh oc brand
    ok war ther keyser medh mykle æra.
    Han frælste Ængland aff hardhe kæra
    ok skat ther romara førra giordho,
    swa at ængin han sidhen kreffwia thordhe.
    Annar war Karlamagnus aff Franz.
    Thet wil iak idher sighia til sanz,
    mot hedhna mæn for cristna at stridæ
    waro enge fræmbre j thera tidæ.
    Badhe the herra iak sigher j fra
    the haffwa thera framfærdh skipath swa,
    ower alla werldina gaar thera loff
    hwar herra och førstæ søkiæ hoff.
    Konunga synir the søkto thera heem,
    hertoghar, iærlar, greffuar thiænte them;
    riddara synir the giordo och swa
    och alle the ther wider kunno na.
    Om thenne werdug konung Artus dagha
    waro kempæ starke thera liiff tordo waga
    for ridderskap och frvr æræ.
    Thet ær illæ the æru nw færræ
    fore frvor loff wilæ priis at winnæ;
    man kan them nw næplik finnæ
    28.

    Au nom du Père, du Fils et du saint Esprit, je veux entreprendre de raconter la vieille histoire, pour le plaisir de ceux qui veulent l’écouter, des deux rois les plus dignes dont on entendit jamais parler : Charlemagne et Arthur, toujours disposés à la vertu et à l’honneur. Arthur était roi d’Angleterre. Il vainquit Rome avec l’épée et le feu et y fut un empereur glorieux. Il sauva l’Angleterre de dures épreuves, et du tribut que les Romains avaient imposé auparavant, de telle sorte que personne n’osa plus jamais le redemander. L’autre était Charlemagne de France. Je veux vous dire en vérité que quand il s’agissait de se battre contre les païens pour les chrétiens, personne n’était plus remarquable enleur temps. Les deux souverains dont je parle agirent de telle manière que leurs éloges se répandirent partout dans le monde où des seigneurs et des princes tinrent cour. Des fils de rois se rendirent chez eux ; des ducs, des nobles, des comtes les servirent, ainsi que des fils de chevaliers et tous ceux qui le pouvaient. Au temps du digne roi Arthur, il y avait des guerriers forts qui osèrent risquer leurs vies pour la chevalerie et l’honneur des dames. Il est malheureux qu’ils soient désormais moins nombreux à vouloir conquérir l’honneur qui fait remporter les éloges des dames. On n’en trouve presque plus aujourd’hui.

    • 29  Pierre Sala, Le Chevalier au lion, édition citée, p. 99.

    26La figure royale, plus qu’un personnage de l’histoire, est l’autorité qui permet de commencer à raconter. C’est grâce à Arthur et Charlemagne que l’histoire d’Yvain peut être relatée. La caution de la figure d’Arthur n’est pas redoublée dans le texte allemand par celle de Charlemagne mais par la présentation de l’auteur, introduit comme un savant, donc comme une autorité également. Quant au Chevalier au lion de Pierre Sala, il n’est pas question d’Arthur dans le prologue ajouté, mais la figure royale et l’autorité qu’elle représente sont remplacées par le dédicataire : le « souverein seigneur », le « hault empereur »29.

    27Dans le cas du manuscrit de Lyon de la Chanson de Roland, l’insertion des vers de Chrétien nous invite à lire les aventures qui se déroulent au temps de Charlemagne à la lumière de la figure d’Arthur et de sa cour. à l’inverse, l’évocation de Charlemagne permet, dans les adaptations nordiques, d’introduire Arthur à un public à qui il n’est pas familier. La comparaison de ces réécritures ou réemplois du prologue de Chrétien nous engage donc dans des lectures croisées.

    28Alors que le roi Arthur est associé à la courtoisie déjà dans le troisième vers du texte français (« La sien pröesce nos enseigne / Que nos sëons prou et cortois ») (v. 2-3), il faut attendre le vers 40 de Herr Ivan pour retrouver une traduction suédoise de courtois, « høffuitzk ». Néanmoins, nous avons pu voir que les éloges du roi dans le texte suédois arrivent rapidement : le traducteur introduit Arthur comme un roi digne qui a sauvé l’Angleterre de grandes misères. En d’autres mots, il le présente et le loue tout en l’attachant à un contexte non pas courtois mais guerrier. Le rapprochement avec Charlemagne renforce ce contexte. Pour devenir pleinement un roi, Arthur a besoin d’emprunter certains traits à Charlemagne. C’est grâce à une figure royale sans doute bien connue par le public nordique qu’Arthur se construit en tant que roi et autorité.

    29La courtoisie est une valeur nouvelle dans la Suède de l’époque. Non seulement il a fallu traduire un vocabulaire inconnu, mais également comprendre le sens et les implications de celui-ci. Ainsi, la construction du personnage d’Arthur et de son identité propre, celle d’un roi courtois (« høffuitzk ower allæ førstæ giørdh », v. 40 ; « le plus courtois de tous les princes »), est permise par le recours à la figure de Charlemagne et à des valeurs guerrières déjà bien connues. Notons cependant que le mot suédois hövisker est un calque de l’allemand et non du français. Même si le texte de Hartmann n’est pas la source directe de la traduction suédoise, le traducteur connaissait sans aucun doute la littérature allemande et il a pu en subir l’influence.

    30La substitution d’Arthur à Charlemagne à l’ouverture de la Chanson de Roland correspond à d’autres enjeux. La forme du prologue du Chevalier au lion s’intègre parfaitement à la logique d’ouverture des laisses dans la chanson. La version d’Oxford commence en effet avec l’évocation de Charlemagne et de l’ampleur de son pouvoir :

    • 30 La Chanson de Roland, édition citée, v. 1-4.

    Carles li reis, nostre emperere magnes,
    Set anz tuz pleins ad estét en Espaigne :
    Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
    N’i ad castel ki devant lui remaigne ;
    Mur ne citét n’i est remés a fraindre30.

    • 31  Dominique Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris : Champion, 1992, p. 539.

    31Plus encore, un grand nombre de laisses, parmi les premières de la version du manuscrit de Lyon, s’ouvre sur un nom propre désignant un personnage. De ce point de vue, le prologue de Chrétien peut assumer sans difficulté le rôle de prologue de chanson de geste ou du mois s’insérer sans rupture dans la logique des laisses suivantes. Comme le note Dominique Boutet, dans ce passage « la scène de cour plénière [garde sa fonction], traditionnelle dans le genre épique, de centre d’impulsion du récit »31. Présenter au seuil de la Chanson de Roland les activités de la cour d’Arthur, c’est en somme substituer une scène de cour à une autre. La version de Lyon de la chanson, en s’ouvrant sur la bataille de Roncevaux, fait l’économie des allers-retours entre la cour de Charlemagne et celle de Marsile lors desquels Ganelon ourdit sa trahison dans la version d’Oxford. La transition entre les vers du roman courtois et ceux de la chanson dans notre manuscrit se trouve ainsi confortée : l’évocation de « la grant traïson que i fist Agolanz » garde le souvenir de péripéties dont le texte ne conserve que le cadre et d’un ennemi de Roland qui, passé de Ganelon à Agolanz, est lui aussi devenu plus abstrait. La présence de la cour d’Arthur peut ainsi être lue comme le recours à une image archétypale de cour royale. La scène de récitation qui a lieu dans le Chevalier au lion, que le manuscrit de Lyon ne cite pas, mais que la présence des vers « Après mengier par mi ces sales / Li chivalier se desportoient / Lai ou dames les apeloient » convoque probablement, constitue alors une forme de recontextualisation du récit épique : la geste n’est plus, à l’époque de la composition du manuscrit, chantée sur le chant de bataille, mais racontée à la cour, au milieu des dames et pour le plaisir des chevaliers.

    Conclusion

    32Le besoin de situer la figure royale d’Arthur ou le fait qu’elle puisse elle-même servir de mise en contexte détermine la place accordée aux premiers vers du Chevalier au lion à la suite de Chrétien de Troyes. Si Charlemagne n’est pas le héros de Herr Ivan, Arthur n’est bien entendu pas non plus présent dans la bataille épique relatée dans le manuscrit de Lyon de la Chanson de Roland : le roi n’a pas besoin d’être un personnage de l’histoire, il peut se retirer, à l’image d’Arthur qui, dans Le Chevalier au lion, s’absente pour dormir, une fois qu’il a rempli sa fonction d’autorité. De la même façon, Charlemagne a accompli son rôle dans l’adaptation suédoise une fois qu’il a prêté ses traits, et ainsi son autorité, à Arthur.

    33Dans le manuscrit de Lyon, que ses dimensions rapprochent des manuscrits de jongleurs, l’évocation d’un roi au milieu d’une cour où l’on raconte des histoires remplace l’oralité de la chanson de geste. L’insertion des quelques vers du Chevalier au lion permet non seulement de justifier l’histoire de Roland grâce à l’autorité du roi Arthur, mais donne également un nouveau ton à la chanson de geste. Les dix premiers vers du Chevalier au lion sont suivis de l’épisode où Calogrenant se met à raconter l’une de ses aventures. Après l’interruption et l’offense de Keu, la reine est obligée d’intervenir pour que Calogrenant accepte de continuer son récit. La situation est la même que dans les derniers vers cités du texte lyonnais : « Li chivalier se desportoient / Lai ou dames les apeloient ». La cour d’Arthur est un lieu où les femmes – dames ou reine – demandent aux chevaliers de raconter des histoires. En liant La Chanson de Roland à cette cour de dames et d’histoires, le texte de Lyon remplace une oralité perdue, en attribuant à la chanson de geste le public féminin qui est celui du roman courtois du xiie siècle. Grâce à cette évocation d’une scène de cour et de récitation, qui tient lieu à la fois de caution et de justification pour le récit qui suit, le début du Chevalier au lion, qui se rattache si difficilement aux autres prologues de son auteur, a sans doute pu devenir un prologue-type, peut-être connu par cœur et auquel on a recours lorsqu’on se trouve face au besoin de commencer une histoire.

    Haut de page

    Notes

    1  Tony Hunt, « The Rhetorical Background to the Arthurian Prologue : Tradition and the Old French Vernacular Prologues », Forum for Modern Language Studies, 6, 1970, p. 1-23.

    2  Voir aussi Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes. La griffe d’un style, Paris : Champion, 2007, p. 161 sq. : Constatant d’abord que le Chevalier au lion semble se dispenser de prologue, l’auteur parle ensuite de « prologue indirect », une fois reconsidéré le rôle du récit de Calogrenant.

    3  Cet article est le résultat d’un travail entrepris lors d’un cours à l’École normale supérieure de Lyon de janvier à mai 2008. Nous remercions Yannick Mosset pour ses recherches bibliographiques, ses suggestions et sa participation active à nos premières réflexions.

    4  On peut se reporter aux notices du manuscrit Lyon, BM 743 (anc. 984) : Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Départements,t. XXX-Lyon, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1900 ; Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones et Lori Walters, Les Manuscrits de Chrétien de Troyes / The Manuscrptis of Chrétien de Troyes, Amsterdam-Atlanta : Rodopi, 1993, 2 vol. ; Ian Short, Robert F. Cook, Joseph J. Duggan, Annalee C. Rejhon, Wolfgang Van Emden, William W. Kibler et Karen Akiyama (éd.), The Song of Roland : the French Corpus, Turnhout : Brepols, 2005, 3 vol. (le texte de Lyon occupe la 6e partie de l’ouvrage et est édité par William W. Kibler).

    5  The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 43.

    6  Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones et Lori Walters, Les Manuscrits de Chrétien de Troyes / The Manuscripts of Chrétien de Troyes, op. cit., vol. 1, p. 9-16.

    7  Wiliam Kibler rappelle qu’avant sa propre édition, aucune ne retranscrivait ce passage (The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 18).

    8  Deux ouvrages essentiels passent sous silence l’existence de ce manuscrit : Alexandre Micha, La Tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, Genève : Droz, 1966 (2e édition), et Daniel Poirion, Anne Berthelot, Peter F. Dembowski, Sylvie Lefèvre, Karl D. Uitti et Philippe Walter (éd.), Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, Paris : Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1997.

    9  Jules Horrent, La Chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge, Paris : Les Belles Lettres, 1951, p. 54.

    10  William Kibler, The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 18.

    11 Ibid., p. 19-20. Ces analyses, reprises de manière synthétique ici, sont issues de deux articles publiés précédemment : William Kibler, « The Roland after Oxford : the French Tradition », Olifant, 6, 1979, p. 275-292 et « The Prologue to the Lyon Manuscript of the Chanson de Roland », in : Norris J. Lacy et Gloria Torrini-Roblin(éd.), Continuations. Essays on Medieval French Literature and Language in Honor of John L. Grigsby, Birmingham : Suma Publications, 1989, p. 217-228.

    12  Si le premier de ces deux vers peut être lu comme un décasyllabe avec une coupe épique sur le mot compaignes, cette lecture est impossible pour le second vers. Les points de suspension ajoutés par l’éditeur témoignent du caractère étonnant du recours à ce mètre atypique.

    13  Wiliam Kibler, The Song of Roland : the French Corpus, édition citée, VI, p. 153.

    14 Ibid., p. 153-154.

    15  William Kibler, The Song of Roland. The French Corpus, édition citée, laisse 78.

    16  Pour une liste des occurrences, voir André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, Genève : Droz, 1986, t. I, vol. 1.

    17 Lyon, BM 743 (anc. 984),fol. 60ro-60vo. Transcription personnelle. Le passage du recto au verso du folio s’accompagne d’un changement de mise en page: le texte est disposé au recto en une colonne et au verso en deux colonnes.

    18  Georg Friedrich Benecke, Karl Lachmann et Ludwig Wolff (éd.), Hartmann von Aue, Iwein, trad. et commentaire Thomas Cramer, Berlin : W. de Gruyter, 2001 (4e édition revue).

    19 Ívens saga, éd. Foster W. Blaisdell, Copenhague : Reitzels, Editiones Arnamagnæanæ, Series B, 18, 1979.

    20  Erik Noreen(éd.), Herr Ivan, Uppsala : Svenska fornskriftsällskapet, 1931.

    21  Pierre Servet (éd.), Pierre Sala, Le Chevalier au lion, Paris : Champion, 1996.

    22 Herr Ivan, édition citée, p. 4, v. 39-50.

    23  Les traductions de Herr Ivan dans cet article sont les nôtres. L’interprétation de ce passage du texte suédois est incertaine.

    24 Ívens saga, édition citée, p. 3-4. Trois manuscrits sont essentiels dans la transmission d’Ívens saga, mais il nous a semblé suffisant de citer le manuscrit A : Holm 6 4to.

    25  Traduction proposée par Hanna Steinunn Thorleifsdóttir dans sa thèse de doctorat La Traduction norroise du Chevalier au lion (Yvain) de Chrétien de Troyes et ses copies islandaises, Université Paris-Sorbonne, 1996, p. 26-27.

    26  Sur ce point, Herr Ivan se rapproche de la version allemande qui, elle aussi, s’ouvre sur des éloges du roi Arthur.

    27  Pierre Sala, Le Chevalier au lion, édition citée, p. 99-100.

    28 Herr Ivan, éd. citée, p. 1-3, v. 1-32.

    29  Pierre Sala, Le Chevalier au lion, édition citée, p. 99.

    30 La Chanson de Roland, édition citée, v. 1-4.

    31  Dominique Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris : Champion, 1992, p. 539.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Sofia Lodén et Vanessa Obry, « « Li chivalier se desportoient / Lai ou dames les apeloient. » Exemples de circulation des premiers vers d’Yvain ou le Chevalier au lion », Atalaya [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 23 avril 2014. URL : http://atalaya.revues.org/776

    Haut de page

    Auteurs

    Sofia Lodén

    Université de Provence Aix-Marseille 1, Université de Stockholm

    Vanessa Obry

    Université de Provence Aix-Marseille 1

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © ENS Éditions

    Haut de page