Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Travaux d’histoire

Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León. Bilan et perspectives de la recherche en histoire médiévale

Philippe Josserand
p. 5-44

Texte intégral

  • 1  Un exemple de cette corrélation, transposable en Espagne à l’échelle de la Meseta méridionale, a é (...)
  • 2  La liste complète de leurs références est donnée dans l’annexe bibliographique de ce travail.

1L’importance historiquedes Ordres Militaires dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge est un fait avéré. Le poids de ces institutions dans les régions conquises par les Chrétiens à partir de la seconde moitié du xiie siècle est tel que l’appréhension des espaces dépend pour une grande part des recherches entreprises sur les Ordres Militaires1. Depuis trente ans, l’historiographie qui leur est consacrée, en adoptant les critères scientifiques utilisés majoritairement par les historiens, s’est transformée profondément et s’est intégrée progressivement dans le champ des études médiévales. Cependant, le renouvellement de la recherche intéressant les Ordres Militaires péninsulaires n’a pas rencontré en dehors de l’Espagne l’écho qu’il mérite. Les résultats en sont pourtant spectaculaires. À la suite de l’initiative de Derek Lomax, de son vivant le meilleur spécialiste des Ordres Militaires dans la Péninsule Ibérique, une dizaine de bilans historiographiques, dont certains comprennent d’importantes annexes bibliographiques, ont été publiés au cours des vingt dernières années2. Au total, ils présentent près de deux mille références, d’ampleur et d’intérêt naturellement variés. Si la liste couvre l’essentiel de la production scientifique, elle ne peut prétendre en épuiser complètement le foisonnement.

2En matière d’historiographie des Ordres Militaires pour la péninsule Ibérique, la masse représente la première donnée. Aussi n’est-il pas dans mon propos d’offrir un ensemble de références qui cherche l’exhaustivité. L’espace |#6| de cet article ne saurait y suffire. Mon objet se veut quelque peu différent : il est de proposer une vision critique d’un champ de la recherche qui a largement contribué en Espagne au progrès des études médiévales, d’en identifier les acquis, souvent méconnus du public français, pour esquisser à partir des déséquilibres et des lacunes qui subsistent un certain nombre de perspectives qui puissent prolonger et mieux rendre compte de l’effort accompli.

Les Ordres Militaires dans l’Histoire : huit siècles d’historiographie

  • 3  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, Repertorio de His (...)
  • 4  A. Luttrell a consacré à ce sujet trois études intitulées, “The Hospitallers’ Historical Activitie (...)
  • 5  D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, Ibero-Romania. Zeitschrift für die ibero (...)

3Depuis les travaux fondateurs de Derek Lomax, il est d’usage de faire véritablement débuter l’historiographie des Ordres Militaires dans la seconde moitié du xvie siècle avec l’œuvre de Rades y Andrada3. Régulièrement reprise, l’idée est depuis devenue un lieu commun qui permet d’évacuer de manière commode le problème du discours historique construit autour des Ordres Militaires au Moyen Âge. Reprenant les perspectives ouvertes par Anthony Luttrell pour l’Hôpital4, le célèbre hispaniste anglais s’était pourtant lui-même penché sur les prédécesseurs de Rades y Andrada, attirant l’intérêt sur l’historiographie médiévale des Ordres Militaires5. La question demeure faite de plus de conjectures que de certitudes. Il ne s’agit pas ici de l’approfondir, mais de souligner quelques points nécessaires à une réflexion d’ensemble sur l’historiographie des Ordres Militaires.

Un problème historiographique : le discours historique des Ordres Militaires au Moyen Âge

  • 6  Marsile de Padoue, The Defender of Peace, éd. A. Gewirth, New York, 1956, II, p. 162.
  • 7  Pour une vision globale des critiques adressées aux Ordres Militaires, A. Forey, The Military Ordr (...)

4Poser le problème du discours historique des Ordres Militaires exige en premier lieu qu’on s'interroge sur leur aptitude à le recevoir, généralement décrite comme faible conformément à l’opinion de la plupart des auteurs médiévaux. Le fait que ces institutions passent alors pour abriter peu d’hommes cultivés n’est pas dénué d’intentions polémiques. Les critiques, parfois acerbes, d’écrivains estimant, comme Marsile de Padoue, que les Ordres Militaires sont composés pour l’essentiel d’analphabètes sont assurément exagérées6. Il n’en reste pas moins que, dans leur effort pour appréhender le niveau culturel des |#7| moines-soldats, les historiens ont très longtemps repris ces charges de façon univoque jusqu’à en faire un topique7.

  • 8  A. Luttrell, “Jean and Simon de Hesdin, Hospitallers, Theologians, Classicists”, Recherches de Thé (...)
  • 9  A. Luttrell, “Fourteenth-Century Hospitaller Lawyers”, Traditio, New-York, 21, 1965, p. 449-456, I (...)
  • 10  Archivo Histórico Nacional, Órdenes Militares, carpeta 180, doc. 1.

5Les griefs adressés aux Ordres Militaires sont pour une part fondés. À la différence de la plupart des milieux ecclésiastiques, ils abritent assurément peu de lettrés. Les Hospitaliers, pour lesquels les recherches d’Anthony Luttrell ont permis de lever le voile qui pèse encore sur les autres Ordres, comptaient avant 1400 seulement deux théologiens8 et un nombre à peine plus élevé de juristes, qui ne s’accroît guère avant la fin du xive siècle9. L’hypothèse d’un faible niveau culturel général semble corroborée par l’interrogatoire des Templiers réalisé au moment de leur procès. Bien qu’ils se rapportent seulement de façon marginale à la situation castillane, les actes conservés mettent en lumière, à l’échelle de la Chrétienté, l’analphabétisme de nombreux frères et même d’une partie des dignitaires de l’Ordre. Ils trouvent un écho dans la documentation hispanique à travers des exemples, comme celui du maître de Santiago, García Fernández (1318-1327), qui, ignorant tout du latin et ne sachant pas lire le roman, devait recourir dans les procès à l’aide systématique de traducteurs10.

  • 11  Deux exemples illustrent cet effort d’instruction des frères : pour Santiago, D. Lomax, “Pedro Lóp (...)
  • 12  Archivo Municipal de Alfaro, parchemin non numéroté. Publ. I. RodrÍguez de Lama, Colección diplomá (...)
  • 13  J. Miret y Sans, Les Cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, Barcelone, 1910, p. 558 et 562.
  • 14  Une première synthèse, dont les conclusions épousent ces remarques, a été présentée par A. Forey, (...)

6Il ne faut pas pour autant dissimuler que l’écrit est un élément important de la pratique des Ordres Militaires. Un souci d’instruction, tendant à faire du livre un support usuel, se fait jour dans la documentation statutaire depuis le milieu du xive siècle au moins11. Bien que rarement conservés avant l’extrême fin du xve siècle, les inventaires soulignent la présence d’ouvrages liturgiques jusque dans des commanderies modestes, comme Santa Eufemia dans la Rioja, dont le patrimoine est décrit avec précision lorsqu’en 1289, Calatrava cesse de l’exploiter en faire-valoir direct pour la donner à ferme12. Parfois une variété plus grande, laissant place à des storials, a pu être observée13. De façon sans doute plus profonde, le soin porté à la tenue des archives, leur progressif rassemblement en vue d’un meilleur contrôle et d’une utilisation judiciaire plus |#8| efficace, dont les modalités pour la période médiévale restent encore entièrement à étudier, me semblent avoir contribué à développer au sein des Ordres Militaires une familiarité avec l’écrit largement sous-estimée dans l’historiographie14.

  • 15  La seule étude d’importance reste l’article de D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y And (...)

7Il est difficile d’évaluer précisément dans quelle mesure le discours historique a bénéficié de la diffusion de l’écrit à partir de la seconde moitié du xive siècle. Ainsi que l’a observé Derek Lomax, les Ordres Militaires n’ont pas développé une réflexion historiographique d’ensemble avant le xvie siècle. Pourtant, l’effort qu’ils ont entrepris dès le Moyen Âge pour rendre compte de leur passé, pour le présenter aux frères et les en instruire, pour en jalonner le déroulement au moyen de jalons chronologiques précis, a suscité une littérature historique dont le caractère fragmentaire ne doit pas occulter l’importance. Mal connue, elle semble davantage le fait de Santiago et de l’Hôpital que des Ordres de filiation cistercienne, sans qu’il soit possible d’établir véritablement ce qui dans ce constat résulte d’une situation de fait ou découle des lacunes de l’historiographie en la matière15.

  • 16  Publ. D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 5-9.
  • 17  Pour l’exemple de Santiago, pour lequel le genre est le plus développé, D. Lomax, “The Medieval Pr (...)
  • 18  Nombreux surtout pour l’Hôpital et Santiago, ces catalogues de maîtres existent aussi pour les Ord (...)

8L’essentiel du discours historique médiéval des Ordres Militaires est constitué de travaux d’ambition limitée qui présentent un caractère faiblement construit et n’utilisent pas la documentation d’archives. Les récits les plus élaborés traitent de l’origine des Ordres dont ils soulignent l’ancienneté à des fins évidentes de prestige. Le texte le plus connu est le Cronicón de Uclés16, mais plusieurs autres existent qui sacrifient souvent au mythe, à l’exemple de la tradition rapportant la fondation de Santiago à la victoire légendaire de Clavijo, forgée vraisemblablement dans le cadre de l’institution et dont on peut supposer qu’elle a revêtu une forme écrite avant de passer à la chronique. Il nous est également parvenu de courtes pièces sous forme d’annales situant dans une chronologie globale des événements intéressant les Ordres Militaires17. Enfin, des catalogues de maîtres, compilés à des fins de prière et de commémoration et périodiquement actualisés, complètent, notamment pour le Moyen Âge tardif, l’éventail des travaux de portée historique18.

  • 19  D. Lomax, “A Lost Medieval Biography : the Corónica del Maestre Pelayo Pérez”, Bulletin of Hispani (...)
  • 20  M.-C. Gerbet, “Fray Alonso de Monroy, Maître déchu de l’Ordre d’Alcántara”, et A. Firpo, “Realidad (...)
  • 21  Pour ce dernier, E. Benito Ruano, “Fortuna literaria del Infante Don Enrique de Aragón”, Archivum, (...)

9|#9| Il est rare que l’histoire des Ordres Militaires excède au Moyen Âge ce degré d’élaboration relativement limité. Les chroniques centrées autour de la figure d’un dignitaire sont peu nombreuses. La plus ancienne concerne Pelayo Pérez Correa, le plus célèbre des maîtres de Santiago, élu en 1242 et demeuré en fonction jusqu’à sa mort en 1275. Citée de façon explicite dans les statuts promulgués par l’Infant Enrique en 1440, elle a constitué une source privilégiée pour différents ouvrages, depuis les chroniques portugaises racontant la conquête de l’Algarve jusqu’au récit des hauts faits des marquis de Cadix19. Du Moyen Âge nous sont seulement parvenues deux chroniques retraçant la vie d’un maître, l’une écrite en l’honneur d’Álvaro de Luna, dont l’intérêt pour l’histoire politique castillane a occulté le caractère proprement santiaguiste, et l’autre patronnée par le maître d’Alcántara, Alonso de Monroy20. Le genre ne semble cependant guère s’être diffusé comme l’atteste le fait que des figures majeures, telles que Lorenzo Suárez de Figueroa ou l’Infant Enrique, soient, en dépit de l’importance de leur mécénat, privées de toute postérité littéraire émanant de leur Ordre21.

  • 22  A. Luttrell, “The Hospitallers’ Historical Activities : 1400-1530”, Annales de l’Ordre souverain m (...)
  • 23  G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia de San Giovanni Girosolimita (...)

10Le statut des travaux historiques à l’intérieur des Ordres Militaires tend toutefois à se transformer dans la seconde moitié du xve siècle. Pour la première fois émerge un discours global de ces institutions sur leur passé, du fait sans doute qu’elles sont désormais en mesure de considérer leur histoire militante sinon comme tout à fait révolue, du moins comme une page en passe d’être tournée. Cette dernière est alors perçue comme susceptible de légitimer un présent dans lequel des orientations nouvelles l’emportent sur la défense de la Chrétienté qui justifiait à l’origine leur existence. L’Hôpital fut le premier à s’engager sur cette voie22. Le texte écrit par le chancelier Melchiore Bandini durant le gouvernement de Jean de Lastic (1437-1454) est aujourd’hui perdu. Mentionné dans le préambule de l’œuvre de Bosio, la plus ancienne histoire de l’Hôpital à avoir été imprimée, ce récit en constitue en quelque sorte l’antécédent, sans toutefois que sa mémoire, déjà perdue au xvie siècle, nous |#10| permette de déterminer en quoi il représentait une avancée du discours historique sur les Ordres Militaires23.

  • 24  Sur ces deux travaux, D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, art.cit., p. 85-89

11Dans les décennies qui suivent, une réflexion similaire est menée en Espagne dans l’Ordre de Santiago à l’initiative du maître réformateur Alfonso de Cárdenas, suscitant la rédaction de deux histoires successives24. Bien qu’écrite en 1481 par un chanoine de Carthagène, Diego Rodríguez de Almela, auteur de plusieurs libelles historiques, la première, intitulée Compilación de los milagros de Santiago, est directement inspirée par le visiteur de l’Ordre à Murcie, Juan de Pineda. Recourant à la tradition historiographique santiaguiste, notamment au prologue de la Règle et à plusieurs listes de maîtres qui forment la trame de la partie événementielle du récit, le travail ne put toutefois, du fait de sa superficialité, satisfaire Cárdenas, qui, en 1485, lors du Chapitre Général d’Écija, confia le projet d’une nouvelle histoire à deux commandeurs de l’Ordre, Pedro de Orozco et Juan de la Parra. Achevé en 1488, le récit, qui consacre la dernière de ses trois sections à l’histoire de Santiago, suivant en cela le gouvernement des différents maîtres, témoigne pour la première fois d’un usage des documents d’archives, notamment d’origine royale ou pontificale, conforme aux critères de l’érudition moderne.

  • 25  Diego RodrÍguez de Almela, Compilación de los milagros de Santiago, éd. J. Torres Fontes, Murcie, (...)

12L’impulsion ainsi donnée n’a guère eu de suites. De façon significative, aucune des deux histoires rédigées sous les auspices d’Alfonso de Cárdenas n’a été publiée avant une date récente. La première, conservée dans un manuscrit unique à la Biblioteca del Escorial, a été diffusée par Juan Torres Fontes en 1946 seulement, tandis que la seconde, découverte par Antonio de Vargas-Zúñiga dans les fonds de la Real Academia de la Historia, fut éditée en 1978, alors qu’elle était demeurée ignorée près de cinq siècles25. L’absence de tradition manuscrite reflète bien l’oubli dans lequel elles étaient tombées et dont elles ont été étonnamment préservées. Ni l’une, ni l’autre ne sont mentionnées dans la chronique de Rades y Andrada, parue en 1572, qui constitue ainsi sinon le premier ouvrage d’histoire consacré aux Ordres Militaires hispaniques, du moins l’amorce véritable de leur tradition historiographique.

|#11| Le modèle narratif : genèse et développement d’une tradition historiographique

  • 26  A. Luttrell, “The Hospitallers’ Historical Activities : 1530-1630”, Annales de l’Ordre souverain m (...)
  • 27  D. Lomax, “La obra histórica de Rades y Andrada”, préface de l’édition fac-similé, Barcelone, 1975 (...)

13Publiée à Tolède en 1572 par Francisco de Rades y Andrada, chanoine de Calatrava et chapelain de Philippe II, la Chrónica de las tres Órdenes Militares de Sanctiago, Calatrava y Alcántara est la référence obligée des études ultérieures. Inscrite dans un contexte historiographique européen, marqué à Malte par le développement des histoires générales de l’Hôpital26, elle constitue le premier récit intéressant l’ensemble des Ordres Militaires hispaniques. La narration ne présente pas un examen comparé, mais en fait trois chroniques indépendantes, présentant une pagination séparée et n’offrant entre elles qu’un nombre limité de renvois27. Elle est ordonnée selon une conception chronologique très stricte dans laquelle chacun des chapitres successifs se rapporte au gouvernement d’un maître, en vertu d’une perspective narrative reprise jusque dans des travaux de recherche actuels.

  • 28  Un exemple tiré de la Crónica de Alcántara, f. 17, est cité par D. Lomax, “La obra histórica de Ra (...)

14L’originalité de l’œuvre de Rades tient en premier lieu à l’importance de la documentation consultée. Dans l’élaboration de son récit, l’auteur recourt à la plupart des chroniques alors éditées, dont il extrait les données intéressant les Ordres Militaires, et à d’autres, manuscrites, dont plusieurs ont aujourd’hui disparu. L’aspect le plus novateur de son travail tient toutefois à l’utilisation de pièces d’archives qu’il pratique avec une parfaite maîtrise, les lisant et les transcrivant sans difficulté et allant même, en certains cas, jusqu’à critiquer l’avis d’autres érudits pour leurs erreurs paléographiques28. Recourant en priorité aux dépôts d’Uclés et de Calatrava, Rades a également sondé les fonds d’autres institutions comme la cathédrale de Tolède, voire des archives nobiliaires auxquelles l’ont amené ses recherches généalogiques, réalisant ainsi un labeur considérable pour asseoir l’historiographie des Ordres Militaires sur des bases documentaires fiables.

  • 29  Sur le problème longtemps controversé de la fondation de Santiago, J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígene (...)
  • 30  D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 3-37.

15Au total, la chronique de Rades forme un ensemble de grande qualité soutenu par une réelle capacité de synthèse. Certaines de ses analyses sont bien sûr aujourd’hui sujettes à caution. C’est le cas notamment des passages consacrés aux origines des Ordres Militaires sur l’ancienneté desquels l’auteur, désireux de se soustraire aux rivalités qui les opposent alors, évite de trancher. Donner la date exacte de la fondation de Santiago, à savoir 1170, ainsi que l’attestent les sources, équivalait à déclarer l’ordre plus récent que Calatrava et, partant, inférieur : d’où le choix d’un compromis et la mention, en accord avec certains mémoires santiaguistes, d’une confrérie née autour de 1030, mais |#12| transformée en Ordre Militaire au plein sens du terme sous le règne de Ferdinand II seulement29. D’autres points, comme le poids de la tutelle monarchique sur les Ordres dès le moment de leur fondation, ont pu être en partie récusés par des recherches récentes30. Il reste pourtant que l’œuvre de Rades, aujourd’hui encore de consultation indispensable, revêt une dimension fondamentale dans l’historiographie des Ordres Militaires dans la mesure où elle a donné naissance à un modèle narratif repris jusque récemment.

  • 31  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares en la Península Ibérica (1100-1550)”, Hidalg (...)
  • 32  F. Caro de Torres, Historia de las tres Órdenes Militares de Santiago, Calatrava y Alcántara desde (...)
  • 33  Une même constatation a été faite pour l’Hôpital par rapport à l’oeuvre de Bosio par A. Luttrell, (...)

16Le récit de Rades y Andrada a été très largement utilisé tout au long de l’époque moderne. Il a ainsi servi de source privilégiée pour l’histoire médiévale des Ordres Militaires, tant aux poètes et aux dramaturges, au premier rang desquels Lope de Vega, qu’aux chroniqueurs des xviie et xviiie siècles, qui se contentèrent pour la plupart de le reprendre, le plagiant bien souvent de façon presque littérale31. Ainsi, Caro de Torres, prolongeant la narration de Rades jusqu’à la mort de Philippe II, tire presque exclusivement de son modèle ses informations sur la période médiévale, faisant seulement preuve d’originalité dans le troisième livre de son ouvrage consacré aux années 1479-159832. Bien d’autres chroniqueurs, à sa suite, se sont limités à un travail de compilation, plus ou moins fidèle à la source dont ils s’inspirent33, qu’ils déforment au besoin par des récits légendaires forgés de toutes pièces, visant à rehausser le prestige d’un Ordre face à ses compétiteurs.

  • 34  Le contexte est mis en lumière par L. P. Wright, “The Military Orders in the Sixteenth and Sevente (...)
  • 35  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, art.cit., p. 11.
  • 36  Ce n’est pas avant le milieu du xxe siècle que les travaux de J. GonzÁlez puis de J. O’Callaghan, (...)

17L’historiographie des Ordres Militaires a profondément souffert durant l’époque moderne des rivalités dans lesquelles ces institutions étaient engagées34. L’essentiel des auteurs de la période est constitué de chroniqueurs officiels dont l’objet est de démontrer la plus grande ancienneté de leur Ordre et son prestige plus affirmé35. Pour ce faire, ils n’hésitent pas à recourir à des falsifications grossières et à des arguments contestables. La question de la fondation des Ordres est la plus débattue dans la mesure où leur réputation |#13| présente est censée découler d’une origine qui confine largement au mythe. Ainsi parut à Madrid, en 1651, le livre d’un chanoine de Calatrava, Mascareñas, Apología histórica por la ilustrísima religión y ínclyta cavallería de Calatrava, conçu afin de réfuter un ouvrage publié l’année précédente par Tapia y Salcedo, Memorial de las antigüedades de la sagrada Orden de Santiago, reina de Zalé, sobre las demás militares de España, qui faisait de Santiago l’Ordre le plus vénérable de la péninsule. Les publications de ce type ont été particulièrement nombreuses, au point que le discours sur l’origine des Ordres s’en est trouvé durablement affecté36.

  • 37  M. Zapater y LÓpez, Cister militante en la campaña de la Iglesia contra la sarracena furia. Histor (...)
  • 38  A. F. Aguado de CÓrdoba et J. LÓpez Agurleta, Bullarium equestris ordinis sancti Jacobi de Spatha, (...)
  • 39  Le plus remarquable, consacré à la défense des droits de Santiago, est l’ouvrage de B. de Chaves, (...)

18Dans ces conditions, les ouvrages susceptibles d’entraîner un progrès de la connaissance historique sont très rares. Deux seulement se détachent pour l’ensemble du xviie siècle : une histoire générale des Ordres Militaires de filiation cistercienne, écrite par Zapater, à laquelle le Temple est intégré dans la mesure où l’on considérait saint Bernard comme l’auteur de sa Règle, et une chronique d’Alcántara, rédigée en 1622 par le prieur claustral, mais publiée près d’un siècle et demi plus tard37. Le nombre des travaux dignes d’intérêt ne s’est guère accru au xviiie siècle. Toutefois, les Ordres entreprennent alors un effort de classement de leurs archives qui débouche sur l’édition des actes jugés les plus importants38. Bien qu’orientés de façon préférentielle vers la publication de documents d’origine royale et pontificale et complétés à partir du milieu du siècle par les mémoires rédigés pour faire pièce aux prétentions régalistes de la monarchie39, ces recueils ont permis de conserver certaines pièces dont les originaux ont aujourd’hui disparu. Ils ne peuvent cependant, en dépit de leur valeur, masquer les limites d’une historiographie qui peine à se renouveler.

  • 40  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares…” art. cit., p. 713.
  • 41  J. FernÁndez Llamazares, Historia compendida de las cuatro Órdenes Militares de Santiago, Calatrav (...)

19Des schémas narratifs identiques, directement imités de Rades, se sont en effet perpétués dans l’historiographie des Ordres Militaires jusqu’à une date récente. L’essor du romantisme dans la première moitié du xixe siècle aurait pu susciter un certain renouveau de leur étude, dans la mesure où la religiosité teintée d’une dimension chevaleresque de ces institutions offrait un attrait puissant pour l’imagination des écrivains de la période. Cette opportunité, |#14| largement développée en Allemagne et en France, n’a pu aboutir en Espagne du fait du mouvement des desamortizaciones, les lois d’abolition des biens de mainmorte, qui ont provoqué à partir de 1835 la fermeture de nombreux couvents et la mise sous séquestre de leurs archives40. La production historiographique est ainsi demeurée modeste, réduite à quelques ouvrages superficiels de divulgation — comme celui de Fernández Llamazares — qui n’apportent pas d’éléments d’intérêt par rapport à Rades dont ils se contentent d’obscurcir le récit par l’adjonction de légendes d’époque postérieure41.

  • 42  Sur ce point demeurent essentiels les paragraphes introductifs, portant sur chacune des sous-secti (...)

20Développé dans la seconde moitié du xixe siècle, le projet de rassembler en un seul lieu la documentation des différents Ordres Militaires a fourni aux historiens des facilités de travail sans précédent. Une section particulière lui est ainsi consacrée à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid. Les fonds d’Uclés l’intègrent entre 1866 et 1872, puis ceux de Calatrava, venant de l’Archivo de la Delegación de Hacienda de Ciudad Real, à la fin des années 1890, enfin dans la première décennie du xxe siècle, ceux de l’Hôpital, conservés un temps à l’Archivo General de Alcalá de Henares, où ils furent pour partie inventoriés par Delaville le Roulx42. Bien que le transfert ait permis de mettre à la disposition des chercheurs un grand nombre de manuscrits, auparavant d’accès difficile, les fonds réunis, abordés en priorité dans la perspective ouverte par Eduardo de Hinojosa sous des angles philologiques et juridiques, n’ont guère servi de support pour un renouvellement de l’historiographie avant la seconde moitié du xxe siècle.

  • 43  G. King, A Brief Account of the Military Orders in Spain, New York, 1921 ; R. Revilla Vielva, Las (...)
  • 44  F. Gutton, La chevalerie militaire en Espagne. L’Ordre de Calatrava, Paris, 1957, L’Ordre de Santi (...)
  • 45  Deux catalogues d’exposition furent édités : La Orden de Calatrava. VIII Centenario, Ciudad Real, (...)

21Le discours historique produit sur les Ordres Militaires est en effet demeuré prisonnier jusque dans les années 1950 du schéma narratif défini à l’époque moderne. Dans la première moitié du siècle, plusieurs œuvres de divulgation, comme celles de King ou de Revilla Vielva, continuent de s’appuyer exclusivement sur la tradition chronistique qu’elles plagient en grande part, au détriment de la documentation d’archives43. Passé cette période, sont encore apparus des travaux qui reprennent les archétypes du modèle traditionnel, à l’exemple notamment des synthèses de Francis Gutton sur les Ordres de Calatrava, de Santiago et d’Alcántara, écrites à l’occasion du centenaire de leur fondation respective44. Différentes manifestations culturelles ont alors eu lieu, notamment des expositions dont les catalogues reflètent le |#15| même parti-pris historiographique45. Toutefois, ces contributions se situent désormais clairement à contre-courant de la recherche historique, entrée dans une phase scientifique caractérisée par une attention nouvelle portée aux documents d’archives.

Un renouveau historiographique récent : l’explosion de la recherche scientifique

  • 46  J. GonzÁlez, Regesta de Fernando II, Madrid, 1943 ; Alfonso IX, 2 volumes, Madrid, 1944 ; El reino (...)

22C’est au cours des années 1960 que l’on peut situer l’amorce décisive d’un renouveau historiographique qui permette de renverser les perspectives dominantes et d’ouvrir à la recherche des champs d’investigation jusqu’alors inexplorés. La nouvelle génération d’historiens qui émerge alors prend appui sur le travail d’auteurs pionniers qui, dès les années 1940, avaient réalisé des avancées nouvelles. Parmi eux se distingue Julio González, que son intérêt pour les monarchies hispaniques après le partage opéré par Alphonse VII en 1157 avait conduit à préciser le contexte de fondation de Calatrava et de Santiago46. Rassemblant les diplômes des différents monarques, depuis Ferdinand II jusqu’à Ferdinand III, ses travaux, bien qu’a priori étrangers au champ historiographique des Ordres Militaires, ont fourni aux recherches ultérieures conduites sur ce thème un matériel documentaire d’une ampleur considérable, essentiel à leur développement.

  • 47  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante (...)
  • 48  P. Bonneaud, “Aportación de la historiografía extranjera (segunda mitad del siglo xx) sobre el est (...)

23À compter du début des années 1960, un nombre croissant de chercheurs a entrepris d’étudier l’histoire médiévale des Ordres Militaires selon une approche distincte de l’historiographie érudite. Plusieurs noms en Espagne sont associés à ce mouvement. Tandis que se développaient à Saragosse et à Barcelone, derrière José María Lacarra et Emilio Sáez, des centres d’études dédiés pour l’essentiel à la partie orientale de la péninsule, dans le domaine castillan prévalaient les travaux d’Eloy Benito Ruano et de José Luis Martín Rodríguez, portant tous deux sur Santiago47. Durant cette phase initiale, toutefois, l’importance de l’apport des étrangers au renouveau de l’historiographie des Ordres Militaires ne doit pas être minorée. Récemment, un article de Pierre Bonneaud soulignait combien les contributions d’auteurs, dans leur grande majorité anglo-saxons, comme Derek Lomax, Joseph O’Callaghan, |#16| Anthony Luttrell ou Alan Forey, s’étaient révélées décisives dans le processus d’élaboration d’une connaissance nouvelle48.

  • 49  Une excellente vision de synthèse en est donnée par C. de Ayala MartÍnez et ses collaborateurs, “L (...)

24Procédant directement du développement des études médiévales en Espagne à partir des années 1970, la croissance exponentielle des travaux intéressant les Ordres Militaires, en priorité sous forme d’articles, a amené l’historiographie à franchir un cap supplémentaire49. De nombreux auteurs, désormais en majorité espagnols, ont contribué à ce progrès. L’impulsion donnée par les universités s’est avérée essentielle. Des équipes de recherche, regroupant en une même structure plusieurs doctorants, ont été créées en premier lieu pour l’étude du Bas Moyen Âge à l’initiative de Miguel Ángel Ladero Quesada, à l’Université de la Laguna puis à la Complutense, puis plus récemment, pour la phase de croissance initiale des Ordres Militaires, par Carlos de Ayala Martínez à l’Université Autonome de Madrid. Développés ensuite à l’échelle régionale, notamment en Andalousie, à Séville sous la direction de Manuel González Jiménez et à Grenade par Luis Rafael Villegas Díaz, ces centres ont conduit un nombre croissant de médiévistes à s’orienter vers un terrain en pleine expansion.

25Un renouvellement de l’historiographie d’une telle ampleur en l’espace de trois décennies implique que la recherche dispose des relais nécessaires à sa diffusion. Des supports en nombre et en qualité croissants au cours de la période ont ainsi servi la multiplication des études consacrées aux Ordres Militaires. S’ajoutant en 1964 aux tribunes traditionnelles qu’étaient Hispania ou l’Anuario de Historia del Derecho Español, l’Anuario de Estudios Medievales, fondé par Emilio Sáez, la première revue ibérique intéressant uniquement le Moyen Âge, s’est largement fait l’écho des travaux traitant des Ordres Militaires. À sa suite, d’autres publications spécialisées, nées dans le cadre régional ou universitaire, ont servi leur développement au point qu’est apparue en 1997 une revue qui leur est tout entière dédiée, Militarium Ordinum Analecta, coordonnée par l’Université de Porto sous la direction de Luis Adão da Fonseca.

  • 50  Dans cette perspective, il convient de citer le sixième colloque de Flaran, Les Ordres Militaires, (...)
  • 51  Dix ans ont été nécessaires à la publication des actes dans le onzième volume de l’Anuario de Estu (...)
  • 52  Parus en 1989, les actes sont intitulés Las Órdenes Militares en el Mediterráneo Occidental (siglo (...)
  • 53  Un bon exemple en est donné par le colloque, The Military Orders. Fighting for the Faith and Carin (...)
  • 54  Sur l’Hôpital, par exemple, a été réuni à Madrid en mars 1990 un Primer Simposio Histórico, dont l (...)

26La tenue régulière au cours de la période récente de rencontres scientifiques sur le thème des Ordres Militaires traduit clairement le nouvel intérêt dont ils font l’objet. Cette préoccupation ne se réduit pas à la seule péninsule Ibérique, mais s’inscrit bien au contraire dans un contexte européen50. |#17| Elle s’est avérée essentielle dans le développement de l’historiographie. En Espagne et au Portugal, le mouvement a pris sa source dans le colloque réuni par Emilio Sáez durant l’été 1971 qui constitue, en dépit du délai de parution des actes, la première tentative pour cerner de façon globale l’histoire des Ordres Militaires dans la péninsule51. L’effort, prolongé en 1983 lors d’une rencontre célébrée à la Casa de Velázquez52, s’est singulièrement accru à partir de la fin des années 1980. Il a donné lieu à la fois à une multiplication des colloques consacrés aux Ordres Militaires péninsulaires, dont le dernier en date s’est déroulé à Ciudad Real en mai 1996, à une meilleure prise en compte des problématiques ibériques dans les rencontres abordant ce thème à l’échelle de la Chrétienté53, et à l’organisation de journées d’études intéressant un Ordre en particulier54.

  • 55  Un troisième, intitulé “Órdenes Militares y estructuras sociales (siglos xii-xv)”, a été mis en œu (...)

27Un cadre nouveau créé dans les années 1990 a permis d’approfondir davantage l’histoire médiévale des Ordres Militaires. Pour la première fois, deux programmes d’études, mis en œuvre dans le cadre de la Dirección General de Investigación Científica y Técnica dépendant du Ministère de l’Éducation, ont été développés sur ce thème. Dirigés par Carlos de Ayala Martínez et intégrés par plusieurs de ses collaborateurs de l’Université Autonome de Madrid, parmi lesquels se distinguent Enrique Rodríguez-Picavea, Carlos Barquero Goñi, José Vicente Matellanes Merchán et Feliciano Novoa Portela, ils ont contribué de façon décisive à orienter la recherche en direction de problématiques jusqu’alors peu étudiées, renouvelant l’image traditionnelle que l’on avait de l’action des Ordres Militaires dans la société hispanique et conférant à ces institutions une plus large part dans l’histoire médiévale de la péninsule Ibérique55.

  • 56  F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres Órdenes de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, éd. D. Lo (...)
  • 57  Notamment pour Santiago, M. Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la (...)
  • 58  M. RodrÍguez Llopis, Documentos de los siglos xiv y xv. Señoríos de la Orden de Santiago, Murcie, (...)

28Les effets de ce renouvellement historiographique sont profonds. L’intérêt croissant porté aux Ordres Militaires a favorisé la publication de |#18| sources d’archives et la réédition d’ouvrages anciens dont l’accès était difficile. Reproduits en fac-similé, plusieurs instruments de travail essentiels, assortis d’une présentation critique, ont ainsi été placés à la disposition des historiens, comme la chronique de Rades y Andrada, jamais réimprimée depuis sa parution en 1572, la Règle et les statuts de Santiago compilés par García de Medrano en 1627 ou encore le Bullarium de Calatrava56. L’effort majeur s’est toutefois concentré sur l’édition des documents d’archives. Bénéficiant d’un renouveau d’intérêt global pour la publication des sources en Espagne, de nombreux actes intéressant les Ordres Militaires ont ainsi été portés à la connaissance des chercheurs, soit comme pièces justificatives, en appendice de travaux scientifiques57, soit plus récemment dans le cadre de publications autonomes58.

  • 59  Centrée sur les seuls Ordres hispaniques, une synthèse générale intéressant l’ensemble du Moyen Ag (...)

29Cet intérêt renforcé pour les Ordres Militaires a entraîné une multiplication sans précédent des travaux les concernant. Dans l’état de la question publié en 1976, Derek Lomax avait déjà recensé près d’un millier de titres. Si l’on prend en compte les études réunies par Carlos de Ayala Martínez et ses collaborateurs jusqu’en 1992 et celles parues depuis cette date, la bibliographie disponible compte plus de deux mille références, sans que l’on puisse la prétendre absolument exhaustive. Sur la masse, l’utilité des différentes contributions est éminemment variable. La plupart, indépendamment de leur qualité, privilégient un mode d’approche partiel, sinon ponctuel. Pourtant, différents travaux, conçus pour la plupart dans le cadre de thèses de doctorat, ont cherché depuis maintenant trente ans à offrir de l’histoire médiévale des Ordres Militaires une vision cohérente et davantage intégrée, ouvrant la voie aux premiers essais de synthèse59.

30Les progrès de l’historiographie récente ont joué sur la qualité des études intéressant les Ordres Militaires et ont contribué à renouveler pour une large part l’image traditionnelle que l’on s’était formée de ces institutions. Dans l’approche, l’accent s’est ainsi déplacé des sphères d’activité les plus couramment mises en valeur par la chronique, pour se diversifier et faire place à des interrogations nouvelles, visant à mieux insérer les Ordres Militaires dans |#19| l’histoire des sociétés hispaniques. Sous l’influence de problématiques générales, tendant au cours des dernières décennies à réévaluer l’impact du système féodal dans la péninsule Ibérique, les avancées les plus significatives de la recherche conduite sur les Ordres Militaires se sont centrées en priorité sur leur nature seigneuriale, sur l’articulation territoriale de leurs domaines, jusqu’à rompre avec l’image héritée de la tradition narrative, perçue comme le résultat d’une lecture hagiographique du passé.

Pour un bilan historiographique : acquis de la recherche récente

31Il est délicat de définir un ordre qui puisse rendre compte de la façon la moins lacunaire possible d’une production à bien des égards pléthorique et en constant accroissement. À l’exception du dernier en date, conçu par Miguel Ángel Ladero Quesada, chacun des états de la question rédigés jusqu’alors a privilégié un schéma qui examine séparément les différents Ordres Militaires. Désireux de donner de leur historiographie une vision synthétique, j’ai, pour ma part, choisi une présentation thématique, organisée en fonction des principaux angles d’approche, afin de mettre en valeur dans ce bilan les orientations générales de la recherche récente.

Les Ordres Militaires dans leur structure interne

  • 60  J. O’Callaghan, “The Affiliation of the Order of Calatrava with the Order of Cîteaux”, Annalecta S (...)
  • 61  M. Rivera Garretas, “El origen de la idea de Orden Militar en la historiografía reciente”, Acta Hi (...)
  • 62  A. Forey, “The Emergence of the Military Order in the Twelfth Century”, Journal of Ecclesiastical (...)

32Les caractères internes des Ordres Militaires représentent pour les historiens un sujet d’un intérêt essentiel dans la mesure où l’examen de leur nature, au-delà des aspects strictement canoniques et disciplinaires, permet d’appréhender leur justification sociale. Dans cette ligne, l’historiographie a été amenée à définir les conditions de leur émergence dans la péninsule Ibérique. Pour ce faire, il lui a fallu s’attacher en premier lieu à l’idée même d’Ordre Militaire, afin de rendre compte de l’apparition d’une forme nouvelle d’existence religieuse dans le cadre de la Chrétienté du xiie siècle. Le problème de son éventuelle filiation avec le ribat musulman a fait l’objet de vives controverses. L’hypothèse favorable, émise par des érudits arabistes du début du xixe siècle et reprise par Américo Castro, a été réfutée par Joseph O’Callaghan qui place la genèse des Ordres Militaires dans l’évolution du contexte intellectuel occidental60. Cependant, Milagros Rivera Garretas a repris récemment l’idée d’une origine arabe, faisant valoir un processus de réinvention du modèle musulman que les Chrétiens ne pouvaient, à son sens, imiter |#20| consciemment61. Faute d’évidence documentaire, elle n’a pu cependant convaincre la majorité des spécialistes qui privilègient une filiation chrétienne62.

  • 63  J. O’Callaghan, “The Affiliation of the Order of Calatrava with the Order of Cîteaux”, Annalecta S (...)
  • 64  D. Lomax, La Orden de Santiago (1170-1275), Madrid, 1965 ; J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígenes de la (...)
  • 65  C. de Ayala MartÍnez, “Orígenes de la Orden del Hospital en Castilla y León (1113-1157)”, Hispania (...)

33Par-delà cet horizon théorique, se pose le problème de l’implantation et, pour les Ordres hispaniques, de l’apparition des différentes milices dans la péninsule. Reprenant pour l’amplifier la voie initiée par Julio González, l’historiographie récente est sur ce point parvenue à des résultats que l’on peut estimer définitifs. Le processus d’établissement de chacun des Ordres Militaires a fait l’objet d’études approfondies qui ont permis d’en donner une chronologie précise. À la faveur des travaux de Joseph O’Callaghan sur les institutions de filiation cistercienne63 et de ceux menés concuremment par Derek Lomax et José Luís Martín Rodríguez sur Santiago64, les Ordres nés sur le sol ibérique ont vu, les premiers, les circonstances de leur fondation clairement établies. Une entreprise similaire a récemment été conduite pour les Ordres internationaux, notamment pour l’Hôpital, le plus anciennement installé en Espagne, dont la chronologie d’implantation a pu être restituée avec le plus grand détail à la lumière de nouveaux documents par l’équipe de l’Université Autonome de Madrid65.

  • 66  Pour Santiago, par exemple, J. Leclercq, “La vie et la prière des Chevaliers de Santiago d’après l (...)
  • 67  A. Linage Conde, “Tipología de la vida religiosa en las Órdenes Militares”, Yermo, Madrid, 12, 197 (...)
  • 68  C. de Ayala MartÍnez, “Órdenes militares hispánicas. Reglas y expansión geográfica”, in Los monjes (...)

34Les différentes règles qui régissaient les communautés au moment de leur fondation ont de la même façon bénéficié d’un intérêt substantiel de la part de l’historiographie. Le résultat ne peut toutefois être tenu pour définitif. Œuvrant en fonction de préoccupations religieuses et tournés pour l’essentiel vers l’édition de textes normatifs, pour laquelle un effort important a été produit66, les chercheurs intéressés par le thème ont longtemps limité leur analyse aux caractéristiques canoniques et disciplinaires des Ordres Militaires, à l’exemple d’Antonio Linage Conde, soucieux surtout de leur insertion au sein |#21| des grands courants du monachisme médiéval67. C’est depuis peu seulement que l’étude des textes fondateurs et, plus largement, de la documentation statutaire s’est trouvée prise en compte dans une visée qui ne soit plus dépendante des schémas historiographiques traditionnels et qui mette en lumière l’histoire interne des Ordres68.

  • 69  J. O’Callaghan, “Difiniciones of the Order of Calatrava enacted by Abbot William II of Morimond, A (...)

35L’intérêt de l’historiographie récente pour la dimension interne des Ordres Militaires n’est pas resté circonscrit aux thèmes se rapportant à leur fondation. Au contraire, il a bien cherché à prendre en compte leurs éléments constitutifs pour l’ensemble du Moyen Âge. Pour ce faire, la documentation statutaire constitue une source privilégiée. Les definiciones et les establecimientos, promulgués afin de préciser ou d’adapter le cadre normatif initial, offrent en effet un point de vue évolutif sans pareil. La conscience de leur importance a donné lieu à un travail de recensement et d’édition dans lequel se sont illustrés Joseph O’Callaghan et Derek Lomax69. En dépit d’un rythme de publication à l’origine rapide, l’effort, restreint aux Ordres de filiation cistercienne et, pour la Castille, à Calatrava, n’a pas véritablement bénéficié de l’impulsion qui aurait permis de mettre à la disposition des chercheurs de façon systématique des sources d’une valeur aussi essentielle.

  • 70  D. RodrÍguez Blanco, La Orden de Santiago en Extremadura (siglos xiv-xv), Badajoz, 1985, p. 107-16 (...)
  • 71  I. M. Lago Barbosa, “Um códice inédito dos Establecimientos de 1440 da Ordem de Santiago na Biblio (...)
  • 72  J. O’Callaghan, “Algunas peticiones de los frailes conventuales de la Orden de Calatrava”, En la E (...)

36Au-delà des années 1960, l’intérêt pour la documentation statutaire des Ordres Militaires a beaucoup diminué. S’il reste quelques travaux pour s’y référer, comme l’attestent les développements institutionnels consacrés à Santiago par Daniel Rodríguez Blanco70, la tâche d’édition entreprise dans la période précédente se trouve de fait presque abandonnée. Par contraste avec les actes de la pratique quotidienne sur lesquels s’appuient en priorité les études adoptant une orientation socio-économique, la documentation normative est négligée, voire dépréciée dans la mesure où, taxée de juridisme, elle est soupçonnée de refléter une situation de droit sans lien avec la réalité. Dans ce contexte, rares sont les recherches qui visent à en poursuivre l’inventaire71, |#22| a fortiori la publication, à laquelle seul a continué d’œuvrer Joseph O’Callaghan au cours des dernières années72.

  • 73  E. Benito Ruano, “Establecimientos de la Orden de Santiago durante el maestrazgo de Don Pelay Pére (...)
  • 74  P. Josserand, “Pour une étude systématique de la documentation statutaire des Ordres Militaires. D (...)

37Ainsi, la connaissance que l’on a de la documentation statutaire des Ordres Militaires reste aujourd’hui parcellaire. Il serait souhaitable que l’historiographie lui prête davantage d’intérêt et qu’un effort coordonné soit entrepris dans le sens d’une édition critique des textes recensés. Le travail relève de l’urgence, notamment pour Santiago, qui accuse en la matière un retard inversement proportionnel à la richesse de ses fonds et dont une série d’establecimientos datés du troisième quart du xiiie siècle attend encore une publication annoncée il y a plus de vingt ans73. Il semble pour cela nécessaire de procéder à un inventaire des documents normatifs dans les principaux dépôts péninsulaires. La découverte que j’ai faite à la Biblioteca Nacional de Madrid de deux manuscrits des statuts d’Alcántara, édictés lors d’une visite en 1306, comme la publication de definiciones à peine postérieures, intéressant la branche portugaise de Santiago, à l’initiative de Carlos de Ayala Martínez, témoignent de l’ampleur de la tâche à accomplir74. D’elle dépend la connaissance de bien des aspects de l’histoire interne des Ordres Militaires et de son évolution au cours du Moyen Âge.

  • 75  A. Forey, “Recruitment to the Military Orders (Twelfth to Mid-Fourteenth Centuries)”, Viator, Berk (...)
  • 76  E. Postigo Castellanos, Honor y privilegio en la Corona de Castilla. El Consejo de las Órdenes y l (...)

38En dépit des progrès de l’historiographie, la dimension interne des Ordres Militaires reste en termes relatifs l’un des domaines les plus méconnus. En raison de l’accent placé en priorité sur la projection des Ordres dans la société castillane, la plupart des auteurs ont envisagé ces institutions comme une réalité globale agissant sur son environnement, sans s’attacher véritablement à prendre en considération la diversité de leurs membres. Du fait de la faible capacité des sources à en rendre compte, le recrutement des Ordres Militaires n’a pas fait l’objet en Espagne d’une étude spécifique. Il convient donc de se reporter à la vision de synthèse offerte par Alan Forey75 et, pour le Bas Moyen Âge, aux travaux de Daniel Rodríguez Blanco et d’Emma Solano Ruiz qui, mettant à profit une documentation plus abondante que pour les |#23| siècles antérieurs, observent déjà le primat nobiliaire analysé en détail pour le début de l’époque moderne par Elena Postigo Castellanos76.

  • 77  M. Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-1310), M (...)
  • 78  L. R. Villegas DÍaz, “Las estructuras de poder de la Orden de Calatrava. Una propuesta de análisis (...)

39En l’absence d’une étude prosopographique, la période précédant l’arrivée au pouvoir des Trastamares ne bénéficie pas d’un éclairage comparable. Malgré leur intérêt, les éléments qu’apporte la recherche récente sur ce point restent essentiellement ponctuels. Différentes études, au premier rang desquelles celle de Milagros Rivera Garretas consacrée à Uclés77, ont permis de souligner les lignes de fracture qui traversent la structure des Ordres Militaires. Opposant clercs et laïcs, ces clivages traduisent la progressive sécularisation des Ordres, sensible notamment pour Santiago dès la première moitié du xiiie siècle. Dans une perspective similaire, les recherches entreprises récemment autour de la figure du maître par Luis Rafael Villegas Díaz et Carlos de Ayala Martínez ont placé l’accent sur l’évolution de l’institution, notamment sur la progressive individualisation de son chef, détaché du corps de l’Ordre jusqu’à entrer avec lui dans une logique de conflit78.

  • 79  B. Casado Quintanilla, “La cancillería y las escribanías de la Orden de Calatrava”, Anuario de Est (...)
  • 80  M. EchÁniz Sans, “Austeridad versus lujo. El vestido y los freiles de la Orden de Santiago durante (...)
  • 81  A. Ruiz Mateos, J. Espino NuÑo, O. PÉrez MonzÓn, “Architecture and Power : the Seats of the Priori (...)

40Évaluer les rythmes et les modalités de l’assimilation progressive des Ordres Militaires au groupe aristocratique constitue un enjeu majeur pour l’historiographie. Pour ce faire, plusieurs études ont mis à profit au cours des dernières années des biais apparemment connexes, utilisant la dimension symbolique. L’évolution des Ordres a ainsi pu être appréhendée pour l’exemple de Calatrava à travers les modifications apportées aux formulaires de chancellerie79. Les deux domaines pour lesquels un tel mode d’approche s’est révélé particulièrement opératoire concernent le vêtement des frères, analysé en termes sociaux par María Echániz Sans pour Santiago80, et leur architecture, civile ou religieuse, pour laquelle Aurora Ruiz Mateos, avec l’aide de ses collaborateurs, a mis en œuvre une méthode visant à étudier les mécanismes de |#24| représentation du pouvoir qu’elle traduit dans la pierre81. Ces perspectives, en dépit de leur caractère novateur, se heurtent aux limites de la documentation qui en rendent la transposition malaisée, sinon impossible, pour la période antérieure au xve siècle, où les sources n’offrent ni une abondance comparable, ni surtout un même luxe de détails.

Les Ordres Militaires dans leur projection seigneuriale

  • 82  C. de Ayala MartÍnez (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía (...)

41La projection des Ordres Militaires à l’intérieur de la société castillane constitue le terrain privilégié de la recherche récente qui, en trente ans, a contribué à en renouveler l’étude en profondeur pour en dégager une interprétation globale par-delà les thèmes traditionnels. Abandonnant les faits d’armes qui ont longtemps formé la toile de fond des études consacrées aux Ordres Militaires, les travaux scientifiques ont œuvré en priorité pour dégager le rôle de ces institutions dans l’articulation des espaces intégrés à la faveur de la Reconquête dans le territoire de la monarchie castillane. Ainsi, les sphères de projection traditionnelle des Ordres, “les bases arquétypiques de leur action” selon la formule de Carlos de Ayala Martínez82, au sens où elles découlent directement de la Règle, ont vu leur part relative décroître dans une production historique soucieuse de donner de ces institutions une vision profondément seigneurialisée, épurée des clichés entretenus par la tradition narrative.

  • 83  A. Forey, “The Military Orders and the Spanish Reconquest in the Twelfth and Thirteenth Centuries” (...)
  • 84  Ainsi, pour Santiago, P. L. PÉrez de los Cobos, “La conquista de Jumilla por el Infante don Fadriq (...)
  • 85  L. SuÁrez FernÁndez, Las Órdenes Militares y la guerra de Granada, Séville, 1992.

42Présentée à l’envi, sous un jour laudateur, par les ouvrages érudits, l’activité proprement militaire des Ordres a bénéficié dans la recherche récente d’un intérêt plus restreint, mais aussi plus critique. Fréquemment illustrée dans un contexte local, leur participation aux campagnes de la Reconquête a reçu un éclairage global dans la synthèse d’Alan Forey, centrée sur les xiie et xiiie siècles, marquant l’apogée du processus d’expansion des sociétés chrétiennes83. L’attention des historiens ne s’est pourtant guère développée au-delà. Une fois passé l’intégration de l’Andalousie Bétique au royaume de Castille, les activités militaires des Ordres ont uniquement bénéficié d’un intérêt ponctuel, limité souvent à des campagnes déterminées, couvertes par une documentation |#25| abondante84. Il est exceptionnel qu’elles aient été appréhendées à l’échelle d’un conflit dans son ensemble, comme la guerre de Grenade, pour laquelle un court mémoire de Luis Suárez Fernández reprend les données exposées dans un cadre plus général par Miguel Ángel Ladero Quesada85.

  • 86  R. Torres JimÉnez, Religiosidad popular en el Campo de Calatrava. Cofradías y hospitales al final (...)
  • 87  J. V. Matellanes MerchÁn, “La hospitalidad en la Orden de Santiago. Un proyecto ideológico o econó (...)

43Le second domaine d’intervention organique des Ordres Militaires touche à la dimension religieuse et hospitalière de leur mission. Rarement évoqué dans l’historiographie traditionnelle, il a bénéficié récemment d’un intérêt nouveau, bien que le nombre des travaux qui lui sont consacrés reste modeste. La raison tient à la nature des sources qui, en dehors des livres de visite, conservés pour la seconde moitié du xve siècle seulement, s’avèrent peu propices à l’analyse. Ainsi, dans le champ des dévotions entretenues par les Ordres Militaires, comme dans celui de leur pratique de l’hospitalité, les études récentes portent en priorité sur les années de transition avec l’époque moderne86. La seule initiative qui ait cherché à approfondir ce thème pour la période ancienne, développée par José Vicente Matellanes Merchán, porte sur les hôpitaux de Santiago87. Désireux de donner de l’assistance offerte aux pauvres et aux pèlerins une vision pleinement intégrée aux réalités économiques, il la rattache à un projet seigneurial plus vaste, dont la mise en évidence représente sans nul doute l’apport majeur de l’historiographie récente.

  • 88  Une synthèse des apports de leurs travaux respectifs a été réalisée par M. A. Ladero Quesada, “Com (...)

44L’articulation socio-économique des espaces soumis à la juridiction des Ordres Militaires a focalisé l’essentiel de l’attention des chercheurs au cours des vingt dernières années. De nombreux auteurs ont ainsi cherché à tirer parti des possibilités offertes par la documentation pour appréhender un champ négligé par l’historiographie traditionnelle. Centré d’abord sur le Bas Moyen Âge, l’effort de recherche s’est développé à partir de l’analyse comptable des livres de visite entreprise à l’initiative de Miguel Ángel Ladero Quesada et de ses disciples, Emma Solano Ruiz, Daniel Rodríguez Blanco et Pedro Porras Arboledas88. Une même volonté de parti-pris global caractérise les travaux de l’équipe dirigée par Carlos de Ayala Martínez, consacrés à la phase d’expansion |#26| des Ordres Militaires jusqu’au début du xive siècle. Conçus selon une problématique plus élaborée, ainsi que l’exigent à la fois l’avancée de l’historiographie opérée en quinze ans et la nature fragmentaire des sources de l’époque, ils ont permis d’équilibrer en termes chronologiques la connaissance des cadres seigneuriaux mis en œuvre par les Ordres Militaires au sein de leurs domaines.

  • 89  D. Lomax, La Orden de Santiago (1170-1275), Madrid, 1965, p. 143-157.
  • 90  C. LÓpez GonzÁlez, E. Postigo Castellanos et J. I. Ruiz RodrÍguez, “Las Órdenes castellanas en la (...)
  • 91  Pour une analyse globale, M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Ed (...)
  • 92  Fondée sur les travaux de son équipe, une synthèse a été récemment établie par C. de Ayala MartÍne (...)

45Initiée par Derek Lomax dans son travail pionnier sur Santiago89, l’approche des Ordres Militaires en tant qu’acteurs du système féodal a bénéficié dans les dix dernières années d’avancées tout à fait décisives. Ainsi, conformément aux objectifs qu’elle s’était fixés, l’équipe de l’Université Autonome de Madrid a pu établir précisement la localisation des différentes commanderies. Il est à regretter qu’une vision globale sous forme cartographique, comme celle réalisée pour l’époque moderne90, n’ait pas pour l’heure été publiée. Développés surtout en fonction de critères géographiques, dans un cadre régional, voire local, les travaux portant sur la colonisation et l’implantation des domaines des Ordres ont privilégié une approche monographique91. Intéressant en priorité les espaces au sud du Système Central, notamment l’actuelle région de Castilla-La Mancha, ils ont permis à des échelles diverses de mettre en évidence le processus de seigneurialisation promu par les Ordres au sein de leurs territoires92.

  • 93  E. RodrÍguez Picavea, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos (...)

46Sur ce point, les thèses de doctorat soutenues récemment par Enrique Rodríguez-Picavea et José Vicente Matellanes Merchán représentent deux contributions tout à fait primordiales93. Bien qu’elles prennent en compte chacune un Ordre unique, dont elles abordent le domaine seulement pour partie, laissant de côté la Meseta septentrionale comme l’Andalousie, elles ont pu, du fait de la rigueur de l’appareil méthodologique dont elles font usage, mettre en relief les mécanismes de la colonisation. Elles ont ainsi souligné la façon dont les Ordres Militaires participent dans leurs espaces de juridiction à la mise en place des structures seigneuriales développées par la monarchie castillane à l’intérieur des régions reconquises et ont contribué, ce faisant, à porter l’accent |#27| sur leur dépendance par rapport au pouvoir royal qui les conçoit, au-delà de l’occupation armée, comme des instruments efficaces en vue de l’articulation sociale et de l’intégration au royaume des terres gagnées à sa souveraineté.

  • 94  P. Porras Arboledas, “La hacienda de las Órdenes Militares en la Baja Edad Media castellana”, in E (...)
  • 95  M.-C. Gerbet, “Les Ordres Militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale”, in Flaran 6. Les Ordr (...)

47La prise en compte croissante de la dimension seigneuriale des Ordres Militaires a conduit l’historiographie à s’interroger sur leur richesse dont les ouvrages anciens, qui la soulignent à l’envi, ont fait un lieu commun. De nombreux éléments sur la nature des rentes qu’ils détiennent, leur origine foncière ou juridictionnelle, sont fournis par les études monographiques réalisées sur les domaines des Ordres dont l’analyse des revenus qu’ils mettent à disposition de l’institution seigneuriale forme souvent l’objectif ultime. Rares sont cependant les contributions qui offrent des sources de la fortune des Ordres une vision globale. Les seules synthèses se limitent au Bas Moyen Âge, du fait de la présence d’une documentation comptable94. Aucune n’aborde l’époque médiévale dans sa totalité, à l’exception d’un intéressant travail de Marie-Claude Gerbet, formant une première approche du thème de l’élevage, dont il est regrettable, au vu du poids de ce secteur dans l’économie des Ordres Militaires, qu’il n’ait pas fait l’objet d’approfondissements95.

  • 96  F. FernÁndez Izquierdo, “Órdenes Militares y régimen señorial : los dominios de Calatrava en las t (...)
  • 97  D. RodrÍguez Blanco, “Los concejos de Órdenes Militares en la Baja Edad Media. Organización y rela (...)
  • 98  J. V. Matellanes MerchÁn, “Expansión de un modelo socio-económico : los fueros de la Orden de Sant (...)

48La nature des rapports unissant les Ordres Militaires et leurs dépendants, désignés sous le nom de vasallos, a bénéficié dans la recherche récente d’une attention soutenue. Mis en œuvre pour la plupart dans un cadre local, les travaux en ont appréhendé les modalités sous l’angle seigneurial à partir de textes juridiques, les fueros, régissant le fonctionnement des communautés soumises à la juridiction des Ordres. En ce sens, l’étude de Milagros Rivera Garretas sur Uclés revêt une dimension pionnière. Dans sa foulée, d’autres analyses, développées pour l’ensemble du Moyen Âge, se sont centrées sur le régime seigneurial mis en place par les Ordres Militaires96. Une première synthèse a pu ainsi être élaborée par Daniel Rodríguez Blanco97, qui nécessiterait toutefois d’être reprise à la faveur des éléments apportés au fil de ses investigations par l’équipe de l’Université Autonome, soucieuse de |#28| systématiser la perspective ouverte et de mettre à nu les relations sociales et productives dont les fueros constituent la base juridique98.

  • 99  C. Carrete Parrondo, “La judería castellana de Uclés y la Orden de Santiago”, in Proceedings of th (...)

49Un aspect méconnu du rapport des Ordres Militaires à leurs dépendants touche au statut des minorités religieuses à l’intérieur de leurs domaines. Du fait d’une documentation rare et souvent d’interprétation difficile, la condition des vasallos maures et juifs est restée longtemps pratiquement ignorée. L’historiographie récente n’a guère modifié cet état de fait. Au total, moins d’une demi-douzaine de contributions ont été publiées. Chacune d’entre elles a valorisé un cadre monographique, échouant à se situer dans le temps long99. À peine peut-on souligner, sans qu’une telle conclusion ait nécessairement de valeur générale, qu’à la fin du Moyen Âge, les analyses menées pour les terres des Ordres laissent apparaître un sort globalement plus favorable qu’à l’intérieur du realengo. Il reste à souhaiter que l’intérêt croissant qu’éveille, dans la péninsule et en dehors d’elle, l’étude des minorités religieuses permette à nos connaissances d’avancer rapidement, de sorte que l’on puisse mieux cerner les relations de pouvoir établies entre les Ordres Militaires et l’ensemble des populations soumises à leur juridiction seigneuriale.

Les Ordres Militaires dans leur dimension politique

  • 100  C. de Ayala MartÍnez (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía (...)
  • 101  Entre autres exemples, M. E. GonzÁlez de Fauve, “Esquema para el estudio de la utilización del agu (...)

50L’étude des relations de pouvoir qui unissent les Ordres Militaires à leur environnement a fait l’objet au cours des deux dernières décennies d’un intérêt nouveau, élargi bien au-delà du cadre traditionnel. Du fait de l’accent placé sur leur nature seigneuriale, la confrontation entre les Ordres et d’autres institutions a reçu une attention préférentielle, de sorte que le phénomène décrit par Carlos de Ayala Martínez pour l’Hôpital pourrait sans mal être généralisé100. De très nombreux travaux ont choisi comme objet d’étude les litiges portant sur des droits fonciers ou juridictionnels. Conçus pour certains dans une perspective n’intéressant pas en priorité les Ordres Militaires101, ils privilégient |#29| systématiquement l’approche monographique, cherchant à rendre compte des affrontements dans leur contexte local, sans qu’une synthèse ait été encore réalisée.

  • 102  D. Lomax, “El arzobispo don Rodrigo Jiménez de Rada y la Orden de Santiago”, Hispania, Madrid, 19, (...)
  • 103  P. Rubio Merino, “El obispado de Coria y la Orden de Alcántara en los siglos xiii al xv a través d (...)
  • 104  C. Barquero GoÑi, “Los Hospitalarios y el arzobispado de Toledo en los siglos xii y xiii”, Hispani (...)

51Dans leur majorité, les études traitant des conflits nés de l’insertion des Ordres Militaires dans le jeu des pouvoirs seigneuriaux concernent l’institution diocésaine. L’opposition liée au statut d’exemption des Ordres et, pour la Meseta méridionale, au contrôle des structures ecclésiastiques mises en place à la suite de la Reconquête constitue un sujet majeur auquel la recherche s’est attachée dès les années 1960. Les travaux réalisés alors portaient pour l’essentiel sur le siège métropolitain de Tolède, notamment dans la période où il fut occupé par Rodrigo Jiménez de Rada102. Récemment, des problématiques similaires ont été développées pour plusieurs évêchés situés au sud du Système Central103. Il serait intéressant cependant qu’elles puissent s’affranchir du cadre monographique et dépasser surtout une problématique conçue en fonction du conflit pour les droits ecclésiastiques, au premier rang desquels la dîme, pour s’inscrire, conformément à l’optique initiée par Carlos Barquero Goñi, dans une histoire des enjeux de pouvoir, faisant plus de place aux aspects de collaboration104.

  • 105  J. Rey CaÑa et C. RodrÍguez FernÁndez, “Benedictinos y Templarios en Guntín (siglos ix-xvi)”, in A (...)
  • 106  J. V. Matellanes MerchÁn, “Relaciones entre las Órdenes de San Juan y Santiago en Castilla y León (...)
  • 107  C. Estepa DÍez, “La disolución de la Orden del Temple en Castilla y León”, Cuadernos de Historia. (...)

52Moins bien documentés, les conflits opposant les Ordres Militaires aux autres institutions seigneuriales de la société castillane n’ont pas retenu de la même manière l’attention de la recherche récente. Ceux qui les mettent aux prises, notamment en matière d’élevage, avec des monastères ou avec certains concejos de realengo n’ont bénéficié de contributions spécifiques qu’en des cas très ponctuels105. Un effort plus important a été fait depuis peu pour prendre en compte de façon plus approfondie les querelles dans lesquelles les Ordres Militaires s’affrontent entre eux, voire celles où ils s’opposent collectivement à |#30| la noblesse106. Une telle direction reste cependant embryonnaire et il convient, pour suppléer à cette lacune historiographique, de recourir aux études sur l’appropriation des biens templiers, dans la mesure où le partage des domaines de l’Ordre, lors de sa suppression en 1312, a bien mis en lumière les intérêts contradictoires au sein de la société politique107.

  • 108  A. ViÑa Brito, “Don Pedro Girón y las orígenes del señorío de Osuna”, Historia. Instituciones. Doc (...)

53Centrées en priorité sur la dimension conflictuelle, les études intéressant l’insertion des Ordres Militaires dans le jeu des pouvoirs seigneuriaux ont en grande partie passé sous silence les liens, pourtant essentiels, établis avec les groupes sociaux dominants. En l’absence d’une enquête prosopographique, conçue sur un mode global, il n’existe pas de travaux qui se soient assigné pour objectif de mesurer le poids et l’influence de la noblesse à l’intérieur des Ordres Militaires. Les rares contributions ayant cherché à approfondir ce point traitent de façon systématique du Bas Moyen Âge, pour lequel, à partir des exemples des Suárez de Figueroa, des Sotomayor ou des Girón, futurs ducs d’Osuna, l’importance des Ordres Militaires dans la stratégie d’élévation sociale de certains lignages nobles a pu être clairement mise en évidence108.

  • 109  Un appel a été lancé en ce sens par M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militare (...)

54Pour la période antérieure au xve siècle, les rapports des Ordres Militaires avec le groupe aristocratique ont fait uniquement l’objet de commentaires succincts intégrés à des développements de portée générale. Cette lacune est d’autant plus paradoxale que l’assimilation des Ordres à la noblesse, sur la base d’une réalité de l’époque moderne, a été souvent reprise sans nuances pour les périodes chronologiques plus anciennes. Il semble cependant tout à fait essentiel, pour saisir la dimension politique de l’action des Ordres Militaires, de s’interroger sur sa réalité pour les xiiie et xive siècles. Pour cela, quelle que soit la difficulté de l’approche documentaire, la prise en considération des réseaux de clientèle, la mise à découvert des alliances d’intérêt, mais également des divergences entre les Ordres Militaires et la noblesse comptent au nombre des priorités fondamentales à assigner aux développements futurs de la recherche109.

  • 110  J. F. O’Callaghan, Hermandades entre las Órdenes de Calatrava y Santiago durante los reinados de A (...)
  • 111  C. Barquero GoÑi, “Los Hospitalarios y la nobleza castellano-leonesa (siglos xii-xiii)”, Historia. (...)

55|#31| Aujourd’hui encore, cette perspective reste marginalisée dans l’historiographie. Les liens de solidarité au sein du groupe aristocratique ont uniquement suscité l’attention dans leur dimension institutionnelle à travers les hermandades, ces pactes scellant lors de troubles politiques l’alliance de différents groupes de pouvoir qui font serment de veiller à leurs intérêts par une action commune110. L’étude mérite cependant d’être poussée au-delà. En ce sens, le récent travail qu’a consacré Carlos Barquero Goñi aux relations qui unissent l’Hôpital et la noblesse castillane constitue un précédent de valeur111. Il ouvre une voie nouvelle qu’il convient d’approfondir et, dans la mesure du possible, de systématiser par la mise en œuvre à grande échelle d’une étude prosopographique, afin de saisir les modalités de rapprochement entre les Ordres Militaires et la noblesse, dont l’évidence croissante, à l’aube du Bas Moyen Âge, a justifié en leur sein l’intervention du pouvoir royal.

  • 112  D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 3-37.
  • 113  C. de Ayala MartÍnez, “La monarquía y las Órdenes Militares durante el reinado de Alfonso X”, Hisp (...)

56Essentiel dans la perspective de leur action politique, le rapport des Ordres Militaires avec l’autorité monarchique a toujours constitué un terrain fertile pour les historiens. Dès le xviiie siècle, ont été publiées sur ce thème plusieurs études qui pâtissent toutefois d’une optique de détail, faite avant tout d’érudition, que la recherche récente a tenté de corriger. Portant pour la plupart sur la phase initiale de développement des Ordres, différentes contributions se sont efforcées dès la fin des années 1950 de dépasser la dimension monographique pour intégrer les relations de ces institutions et du pouvoir royal dans un cadre global112. Dans cette ligne, l’apport des travaux de Carlos de Ayala Martínez sur le règne d’Alphonse X a été absolument décisif113. Ils sont les premiers à pleinement insérer les Ordres Militaires dans l’histoire générale du royaume de Castille, rendant compte des soubresauts de leur action politique en fonction du processus d’affirmation de l’autorité monarchique à l’œuvre dans la société castillane depuis la seconde moitié du xiiie siècle au moins.

  • 114  M. GonzÁlez JimÉnez, “Relaciones de las Órdenes Militares castellanas con la Corona (siglos xii y (...)
  • 115  E. Postigo Castellanos, “Las Órdenes Militares castellanas en tiempos de Hernán Cortés. Una coyunt (...)

57Pour remarquable qu’elle soit, l’avancée historiographique ne porte pas uniformément sur l’ensemble du Moyen Âge. Ses manifestations en ont affecté en priorité les deux extrémités. La phase d’expansion initiale des Ordres Militaires, prolongée jusqu’à la mort d’Alphonse X, a fait l’objet, du fait de la publication des actes royaux dans leur presque intégralité, d’un éclairage soutenu. Tirant parti des nombreux apports monographiques, une première |#32| synthèse, soucieuse d’intégrer les Ordres Militaires dans leur ensemble, mais curieusement limitée aux seules institutions nées sur le sol ibérique, a été élaborée par Manuel González Jiménez114. À l’opposé de l’arc chronologique, le règne des Rois Catholiques a bénéficié d’un même effort de systématisation à l’initiative d’Elena Postigo Castellanos, qui s’est attachée à rendre compte des conditions nouvelles de la relation entre les Ordres hispaniques et le pouvoir royal en charge désormais de l’administration de leurs maîtrises115.

  • 116  Ce constat est partagé par M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la E (...)
  • 117  L. V. DÍaz MartÍn, “Los Maestres de las Órdenes Militares en el reinado de Pedro I de Castilla”, H (...)

58Entre ces pôles s’étalent pratiquement deux siècles pour lesquels le rapport des Ordres Militaires avec l’autorité monarchique est demeuré globalement tributaire des niveaux de connaissance anciens116. Des contributions existent, en nombre relativement élevé, mais centrées sur un règne ou sur un Ordre en particulier voire, pour la période Trastamare, sur la figure individuelle d’un maître, elles ne peuvent prétendre offrir du problème la compréhension intégrée qu’il requiert117. Souvent, elles en restent à une vision descriptive, appuyée essentiellement sur la tradition narrative, et en tout cas insuffisante pour saisir la façon dont la politique de la monarchie à l’égard des Ordres Militaires traduit pour le Bas Moyen Âge son désir de mettre sur pied un État moderne. Ainsi perdurent des lacunes historiographiques jusque dans des domaines, pourtant transformés en profondeur par la recherche récente, qui paraît, par un effet de contraste, en avoir accentué la gravité.

Perspectives de Recherche : pour une pleine insertion des Ordres Militaires dans le champ de l’histoire médiévale

59Il est utopique de penser que l’historiographie puisse avancer à pas égaux. La progression en volume des travaux traitant des Ordres Militaires comme l’amélioration de leur niveau scientifique sont des faits avérés depuis près de trois décennies. Pour autant, le mouvement n’a pu pallier dans leur ensemble les retards affectant un champ de la recherche abandonné jusqu’alors aux schémas d’analyse traditionnels. Des lacunes, des déséquilibres demeurent, |#33| que l’on a en partie déjà entrevus et qu’il convient de prendre en compte dans ce bilan afin de susciter des perspectives capables de les corriger et de mieux équilibrer une production historique, dont les acquis se doivent d’être intégrés, davantage qu’ils ne le sont encore, au sein des études médiévales.

Les insuffisances de l’approche systématique

  • 118  A. Forey, The Military Orders from the Twelth to the Early Fourteenth Centuries, Londres, 1992.

60La marque la plus évidente du défaut d’une approche systématique dans l’historiographie tient à l’absence de synthèses portant sur les Ordres Militaires à l’échelle de l’Espagne médiévale. De trop larges zones d’ombre demeurent pour qu’une telle tentative ait pu être menée à bien au cours des dernières décennies. Le seul ouvrage de portée générale, conçu selon des critères scientifiques, est le livre récent d’Alan Forey, qui traite des Ordres Militaires pour la période antérieure au début du xive siècle dans l’ensemble de leurs théâtres d’opérations118. Sa connaissance profonde des réalités hispaniques, notamment de la Couronne d’Aragon, donne à la péninsule Ibérique dans son ouvrage une place majeure : aucun Ordre n’est laissé de côté et même les plus petits, comme Santa María de España ou, en Aragon, San Jorge de Alfama, font l’objet d’un développement propre. L’Espagne constitue cependant très logiquement dans son propos uniquement l’un des champs d’une analyse dont la pertinence intéresse l’ensemble de la Chrétienté.

  • 119  A. Forey, “The Order of Mountjoy”, Speculum, Cambridge, 46, 1971, p. 250-266, repris in The Milita (...)
  • 120  G. MartÍnez DÍez, Los Templarios en la Corona de Castilla, Burgos, 1993.

61Pour la péninsule Ibérique, seuls les Ordres Militaires les plus modestes, dont le rayon d’action fut limité et dont l’existence elle-même fut bien souvent éphémère, ont bénéficié d’un effort d’appréhension globale. Mettant à profit le caractère étroitement circonscrit de leur documentation, des synthèses, réalisées sous forme d’articles, ont pris en compte leur histoire pour en offrir un panorama en plusieurs cas définitif119. Parmi les Ordres majeurs, seul le Temple, dont les archives castillanes sont en grande partie perdues, a fait l’objet d’une approche similaire. L’initiative en revient à Gonzalo Martínez Díez dont le livre, malgré un parti-pris délibérément en marge des orientations dominantes de l’historiographie récente, a mis à la disposition des chercheurs de très nombreuses informations de détail sur une institution traditionnellement méconnue en Espagne120.

62L’histoire générale des Ordres Militaires qui ont joué dans la Couronne de Castille un rôle de première importance reste pour sa part à écrire. La seule tentative enregistrée pour l’heure en ce sens est l’œuvre du Diccionario de |#34| Historia Eclesiástica de España, publié à Madrid en 1973, dans lequel des notices individuelles sont consacrées à chaque Ordre. Confiées à des spécialistes dirigés par Derek Lomax, elles sont généralement bien informées, mais leur intérêt demeure modeste du fait de l’espace restreint qui leur est dévolu. Il serait souhaitable qu’une approche semblable soit reprise à une échelle plus ambitieuse, pour que puisse être élaborée pour chacun des Ordres Militaires, voire pour la totalité d’entre eux, une synthèse susceptible d’offrir une somme des connaissances acquises, en même temps qu’une vue d’ensemble des objectifs de recherche prioritaires.

63Un obstacle fondamental dans l’élaboration d’un savoir unifié sur les Ordres Militaires tient à la fragmentation du discours historiographique. Ce défaut fut lontemps lié à la prépondérance au sein de la recherche d’une production locale, faite avant tout d’érudition ponctuelle et peu encline à sortir du cadre régional. Ainsi, pour la Meseta méridionale, de nombreuses contributions sont parues à Badajoz dans la Revista de Estudios Extremeños, ou à Ciudad Real dans les Cuadernos de Estudios Manchegos. De valeur très inégale, ces articles souffrent, notamment pour les plus anciens, du défaut d’un véritable positionnement problématique. Conçus pour certains dans le cadre de la commune, ils traitent de réalités étroitement circonscrites dans l’espace sur des échelles temporelles excessivement longues qui leur interdisent tout apport historiographique autre que ponctuel.

64Si la recherche contemporaine a permis la mise en place d’un cadre conceptuel, qui faisait lourdement défaut à la plupart des études locales, un particularisme dommageable affecte encore une part non négligeable des travaux de recherche. Il est aujourd’hui entretenu par les gouvernements autonomes désireux de faire valoir l’histoire et le patrimoine de leur communauté. Suivie par un grand nombre de responsables éditoriaux, au premier rang desquels les universités, cette politique a eu pour effet de pérenniser un certain morcellement de la production historiographique, enfermant parfois des projets du plus grand intérêt dans un cadre régional, voire provincial, dont on peut mettre en doute la parfaite adéquation pour l’étude du Moyen Âge.

  • 121  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante (...)

65Il ne s’agit pas évidemment de nier l’intérêt des études locales. C’est sur leur base qu’ont été réalisées les avancées récentes de l’historiographie. Elles restent aujourd’hui le fondement de toute tentative de synthèse. Il convient toutefois de prendre garde que leur développement n’engendre pas une impression de puzzle qui serait préjudiciable à la recherche. Des espaces voisins peuvent ainsi être amenés à faire l’objet de traitements historiographiques qui divergent au point de fausser, voire d’entraver leur comparaison. Aussi, pour pallier le risque d’un éclatement de la recherche, est-il est impératif d’intégrer l’analyse de chaque cas concret dans un cadre général, dont l’approfondissement, conformément au vœu exprimé récemment par Miguel |#35| Ángel Ladero Quesada, doit constituer une priorité fondamentale pour les études futures121.

  • 122  C. de Ayala MartÍnez (coord.), Libro de privilegios de la Orden de San Juan de Jerusalén en Castil (...)
  • 123  Les méthodes et les objectifs de ce projet, auquel il m’a été donné à l’automne 1997 de m’associer (...)

66Sur le plan de la méthode, l’attention portée à la documentation d’archives a permis à la recherche d’effectuer une avancée d’une ampleur inusitée. Il est essentiel que cet intérêt pour les actes de la pratique se maintienne, voire s’accroisse pour les Ordres Militaires auxquels il a peu bénéficié pour l’heure. Il convient ainsi que la documentation actuelle soit inventoriée et, le cas échéant, éditée. Le degré de connaissance d’un Ordre peut s’en trouver profondément affecté, ainsi qu’en témoigne la découverte dans les fonds du prieuré anglais de l’Hôpital, à Clerkenwell, d’un cartulaire de la fin du Moyen Âge, intéressant la branche castillane et renfermant plus de quatre cents textes presque tous antérieurs au xive siècle122. Il est également essentiel, pour les Ordres dont les archives sont perdues, qu’un effort de collecte soit réalisé à partir du plus grand nombre de dépôts, à l’image de l’initiative mise en œuvre pour Alcántara sous la coordination de Bonifacio Palacios Martín123.

  • 124  Parmi les nombreuses contributions de l’auteur, “El Castillo de Caracuel”, Castillos de España, Ma (...)
  • 125  V. Salvatierra Cuenca et C. ChoclÁn Sabina, “Excavaciones arqueológicas en Jaén : Sabiote”, in And (...)
  • 126  S. MartÍnez SÁnchez et F. Navarro SuÁrez, “Cehegín : urbanismo de adaptación a los elementos de fo (...)

67L’importance du texte comme matériau ne doit pas occulter la présence d’autres sources utiles à la connaissance des Ordres Militaires. L’enjeu intéresse en premier lieu l’archéologie. Mettant à profit le grand nombre des sites, surtout pour la Meseta méridionale, les travaux de terrain se sont singulièrement développés en quinze ans. Ils n’ont pourtant joué jusqu’ici qu’un rôle mineur dans l’historiographie des Ordres Militaires. Qu’ils se fondent sur des relevés de surface, comme les études d’Amador Ruibal Rodríguez124, ou, fait plus rare, qu’ils procèdent à partir d’une campagne de fouilles125, tous échouent à prendre en considération la dimension historique des problèmes dont ils traitent. Il serait pourtant souhaitable que l’écrit et la pierre combinent leurs apports et qu’à l’exemple d’analyses pionnières, comme celle réalisée récemment pour |#36| Cehegín126, l’histoire et l’archéologie se mêlent pour ouvrir à la connaissance des Ordres Militaires une voie nouvelle.

  • 127  A. Ruiz Mateos, Arquitectura civil de la Orden de Santiago en Extremadura. La casa de encomienda. (...)

68L’exemple d’une liaison entre deux domaines longtemps dissociés peut être donné par les études d’histoire de l’art se rapportant au patrimoine des Ordres Militaires. Jusqu’à une date récente, églises et châteaux avaient fait l’objet d’analyses strictement descriptives qui s’étaient épuisées à répertorier les formes architecturales dans une parfaite indifférence à leur contexte de production. Si cette optique n’a pas totalement disparu, loin s’en faut, l’analyse formelle s’est depuis quinze ans profondément transformée, prenant sans cesse davantage en considération la dimension historique. À la suite des travaux d’Aurora Ruiz Mateos sur l’architecture civile santiaguiste127, différentes études ont cherché à rendre compte des constructions des Ordres Militaires en tant qu’elles constituent des représentations, c’est-à-dire qu’elles témoignent d’un pouvoir qui cherche à se donner à voir à travers la pierre. Cette méthode qui rassemble différentes catégories d’interrogation sous une problématique unifiée est d’un intérêt évident. Il n’en reste pas moins qu’elle porte en elle-même ses limites qui tiennent à l’impossibilité de la mettre en œuvre avant l’extrême fin du Moyen Âge du fait de la nature des sources lacunaires pour les périodes antérieures.

La persistance de déséquilibres sectoriels

  • 128  Pour une vision approfondie de l’historiographie récente de ces deux Ordres jusqu’à la fin des ann (...)

69Pour important qu’il soit, le développement des recherches sur les Ordres Militaires n’a pas entraîné une disparition totale des déséquilibres anciens. Au sein des Ordres qui ont acquis en Castille une existence pérenne, les historiens ont de longue date privilégié les institutions nées sur le sol ibérique. Le nouveau contexte historiographique n’a modifié qu’en partie cet état de fait. Le poids de Santiago et, en second lieu, de Calatrava au sein des publications récentes est resté prépondérant. Considérées du fait de l’ampleur de leurs domaines dans la Meseta méridionale comme les deux principales milices de Castille, le nombre d’ouvrages les concernant s’élève à plus des deux tiers de la production scientifique portant sur les Ordres Militaires péninsulaires dans leur ensemble128.

  • 129  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares…” art. cit., p. 719, et “Las Órdenes Militar (...)
  • 130  C. de Ayala MartÍnez, “La investigación sobre la Orden de San Juan de Jerusalén en la Corona de Ca (...)

70Longtemps, cette prééminence s’est exercée au détriment des autres institutions. Le trait s’est aujourd’hui en partie estompé. Ainsi, l’Hôpital, |#37| traditionnellement regardé comme deshérité, au point que cet état était presque devenu un topique129, a bénéficié dans les dix dernières années d’un profond renouvellement historiographique. L’importance du prieuré castillan dans la bibliographie générale de l’Hôpital comme dans la production concernant les Ordres Militaires péninsulaires s’est accrue dans des proportions notables. Ce progrès, réalisé en grande partie à l’initiative de l’équipe de l’Université Autonome de Madrid, notamment de Carlos Barquero Goñi, a modifié le visage historiographique de l’Ordre, demeuré tributaire jusqu’alors de postures anciennes. Rapportée à Santiago ou même à Calatrava, l’avancée reste cependant modeste et ne peut guère être invoquée qu’en termes relatifs par comparaison avec la situation antérieure130.

  • 131  En témoignent le constat de F. Novoa Portela, “La historiografía sobre la Orden de Alcántara en la (...)

71Pour le Temple et Alcántara, en revanche, les contributions d’intérêt scientifique restent en nombre limité, incapables en tout cas de refléter l’importance historique qui fut la leur, notamment dans le royaume de León. Souffrant de la disparition presque intégrale de leurs archives, les deux Ordres sont pratiquement restés en marge du renouveau historiographique récent131. Leur étude systématique reste entièrement à faire. Elle suppose en premier lieu de pouvoir s’appuyer sur un corpus documentaire qui pour l’heure n’existe pas. Dans cette perspective, le projet auquel je faisais allusion, visant à reconstituer, autant que faire se peut, les archives d’Alcántara à partir des fonds d’autres dépôts constitue un préalable essentiel. De son succès, notamment pour la période ancienne, pour laquelle la tâche est a priori la plus aléatoire, et de son extension au Temple dépend l’intégration de ces deux Ordres au progrès global de la recherche.

72L’inégal traitement entre les différents Ordres Militaires a pour première conséquence d’engendrer de profonds contrastes à l’intérieur de l’ensemble castellano-léonais. De façon générale, les travaux historiques, par les espaces auxquels ils s’attachent, ont tendance à exagérer le poids des zones d’implantation majoritaire des Ordres. Situées au contact de la frontière, les régions au sud du Système Central en constituent de longue date le champ privilégié. Cet état de fait s’est maintenu, voire accentué à la faveur de l’historiographie récente, désireuse de mettre en évidence les modèles d’articulation économique et sociale de l’espace développés par les Ordres dans leurs vastes seigneuries des actuelles régions d’Éstrémadure, de la Manche et, à |#38| un moindre degré, d’Andalousie. La zone a ainsi fait l’objet d’apports importants, soucieux pour la plupart d’une perspective globale, qui ont eu pour effet d’entretenir dans l’historiographie des Ordres Militaires le tropisme dont elle bénéficiait depuis longtemps au détriment des espaces septentrionaux.

  • 132  M. Corchado Soriano, El priorato de Uclés. Iniciación al estudio geográfico-histórico del Campo de (...)

73L’espace au sud du Système Central ne forme pas pour autant un ensemble homogène. En son sein, la Nouvelle Castille pèse d’un poids particulier dans la bibliographie. Aux monographies nées d’initiatives locales, parmi lesquelles se distinguent, par la qualité de leur érudition, les travaux de Manuel Corchado Soriano132, s’ajoutent aujourd’hui de nombreuses contributions scientifiques, au premier rang desquelles figurent les études des membres de l’équipe de l’Université Autonome, pour laquelle la région a presque fait figure de laboratoire. Un fort contraste oppose ainsi la Manche aux régions voisines qui n’ont pas bénéficié d’une attention aussi systématique. L’effort de recherche s’y est heurté à de profondes lacunes documentaires, comme pour l’Éstrémadure, où la recherche est entravée par la perte des fonds d’Alcántara, du Temple et, pour partie, de Santiago. Plus globalement, il ne présente pas la même continuité temporelle que pour la Manche, ainsi qu’il apparaît pour Murcie ou l’Andalousie, étudiées surtout pour le xve siècle.

  • 133  Pour l’Hôpital, une première approche globale a été faite par C. de Ayala MartÍnez, “La Orden Mili (...)
  • 134  J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígenes de la Orden Militar de Santiago, 1170-1195, Barcelone, 1974.

74Le contraste essentiel sépare cependant les régions méridionales de celles qui sont situées au nord du Système Central, abordées seulement sous forme monographique133. Il est significatif à cet égard que les travaux d’Emma Solano Ruiz et de Pedro Porras Arboledas, comme ceux, plus récents, d’Enrique Rodríguez-Picavea et de José Vicente Matellanes Merchán, laissent complètement dans l’ombre la Meseta septentrionale. Son rôle n’est pourtant pas mince. S’il est moins spectaculaire que celui des espaces de frontière, il tient toutefois, comme l’a souligné José Luís Martín Rodríguez pour Santiago134, à ce que pour la plupart des Ordres Militaires, à l’exception sans doute d’Alcántara et de Calatrava, les possessions de retaguardia assurent une part prépondérante du financement de l’expansion méridionale dont la rentabilité est trop rarement mise en question dans l’historiographie contemporaine.

  • 135  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante (...)

75Le dernier déséquilibre dont l’historiographie récente ne s’est pas totalement départie tient à l’inégale répartition des études dans le temps. D’importantes disparités chronologiques demeurent à l’intérieur de la période médiévale. J’évoquais, au moment de traiter des rapports entre les Ordres et la |#39| monarchie, le faible nombre de contributions portant sur un grand xive siècle qui irait de la crise de succession précédant la mort d’Alphonse X au règne de Jean II. On pourrait sans mal étendre un tel constat à l’ensemble des champs de la production historiographique concernant les Ordres Militaires, dans la mesure où leur évolution médiévale a été étudiée en priorité pour chacune des extrémités de la période135.

  • 136  Parmi les thèses de doctorat soutenues dans le cadre de l’Université Autonome de Madrid, seule, ce (...)
  • 137  D. Lomax, “Una visita a San Marcos de León en 1442”, Archivos Leoneses, León, 23, 1969, p. 317-349 (...)

76Pour l’époque la plus ancienne, couvrant la phase d’implantation et d’expansion des Ordres Militaires dans la péninsule Ibérique, nombreux sont les travaux, y compris parmi les plus récents, qui font le choix de s’arrêter à la seconde moitié du xiiie siècle. Ainsi, les deux premiers programmes de recherche dirigés par Carlos de Ayala Martínez, malgré une date-butoir initialement fixée à 1350, se sont centrés en pratique sur le moment de croissance initiale des Ordres, esquissant seulement les mutations qui les affectent à partir de la décennie 1270136. Pour le Bas Moyen Âge, étudié à la suite de Miguel Ángel Ladero Quesada, l’analyse, bien qu’elle cherche à embrasser les xive et xve siècles dans leur ensemble, n’a pu véritablement être approfondie avant 1450, dans la mesure où elle se fonde en priorité sur les livres de visite des Ordres conservés seulement pour la seconde moitié du xve siècle137.

  • 138  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en León durante la Edad Media”, in León medieval. Doce estudios, (...)
  • 139  C. Estow, “The Order of Calatrava, its Development and its Role in the Castilian Crisis of the Mid (...)

77Entre ces deux pôles qui concentrent l’essentiel des contributions scientifiques, s’étend une période plus méconnue, comprise entre le milieu du xiiie siècle et la première moitié du xve, que Derek Lomax qualifiait encore en 1978 de “désert historiographique”138. Elle ne peut faire plus figure aujourd’hui à proprement parler de terra incognita. La production bibliographique la concernant n’est pas négligeable, mais elle est surtout dominée par des études ponctuelles. Il existe bien des travaux qui présentent des perspectives du plus grand intérêt, à l’exemple de ceux de l’historienne américaine Clara Estow sur Calatrava139, mais aucun ne peut prétendre à un degré de systématisation, voire simplement de cohérence comparable à celui des projets réalisés sous l’égide de Miguel Ángel Ladero Quesada et Carlos de Ayala Martínez. La difficulté tient à la moindre fréquence des sources, mais surtout à leur caractère fragmentaire et |#40| encore largement inédit. Pourtant, une prise en compte globale du xive siècle est indispensable pour une compréhension des mutations qui affectent les Ordres Militaires au cours du Moyen Âge.

De l’histoire des Ordres aux Ordres dans l’Histoire

78L’insertion véritable de l’historiographie des Ordres Militaires dans le champ des études médiévales constitue pour la recherche l’objectif essentiel. Depuis près de deux décennies, des efforts ont été faits en ce sens qui demandent cependant à être complétés et surtout systématisés. Cette volonté que traduit le titre emprunté à la communication de Francisco Fernández Izquierdo lors du récent congrès de Ciudad Real, procède d’une critique de l’historiographie, responsable d’avoir longtemps considéré les Ordres Militaires comme une sorte d’en-soi, étudiés pour eux-mêmes, pour ainsi dire en marge de leur environnement.

79Pointé du doigt dans les bilans bibliographiques rédigés par les membres de l’équipe de l’Université Autonome de Madrid, ce défaut a été combattu dans les travaux de Carlos de Ayala Martínez et de ses élèves. Ensemble, ils ont œuvré pour placer l’étude des Ordres Militaires au service de la connaissance de la féodalisation de la société castillane des xiie et xiiie siècles, sur laquelle s’est concentrée en Espagne une grande part des travaux d’histoire médiévale depuis les années 1980. Prenant pour base un Ordre particulier, mais brisant le cadre monographique ordinaire, ils ont développé à la faveur de contributions nombreuses une réflexion générale intéressant la mise en place des cadres seigneuriaux dans les espaces frontaliers intégrés au bénéfice de la Reconquête dans la sphère de domination chrétienne.

  • 140  Sur ce thème, trois colloques ont été coordonnés par A. Rucquoi, Génesis medieval del Estado moder (...)

80Bien qu’il bénéficie de soutiens croissants, le mouvement d’insertion de l’historiographie des Ordres Militaires dans des perspectives plus globales n’est encore qu’amorcé. Il ne s’est guère développé pour le Bas Moyen Âge. La connaissance historique de cette période a pourtant beaucoup progressé au cours des dernières années. Les avancées les plus remarquables ont touché l’analyse du processus de renforcement de l’autorité monarchique à l’œuvre dans les sociétés occidentales, connu sous le nom de genèse de l’État moderne140. Étudier les Ordres Militaires dans cette optique est à mon sens une priorité, dans la mesure où la démarche permettrait non seulement de jeter un regard neuf sur leur évolution politique, trop souvent analysée en termes narratifs, mais constituerait encore une approche privilégiée pour évaluer les rapports du pouvoir royal et du groupe nobiliaire à la fin du Moyen Âge.

81|#41| Cette voie implique de prendre en considération, davantage que par le passé, les relations des Ordres Militaires avec la société politique. Elle requiert notamment d’approfondir la dimension interne des Ordres qui compte, nous l’avons vu, au nombre des éléments les plus mal connus de leur histoire. En l’absence d’études systématiques sur leurs composantes, ces institutions demeurent décrites comme des réalités abstraites et, pour ainsi dire, immuables, alors même que leur action au sein de la société castillane peut être saisie en tant seulement qu’elle témoigne d’engagements, d’alliances et d’intérêts personnels nécessairement évolutifs. L’objectif est donc de porter l’accent sur les membres des Ordres dans leur ensemble, c’est-à-dire sur les hommes et les femmes qui en forment les différents échelons, et notamment le plus élevé, le mieux éclairé par les sources et le plus proche des cercles du pouvoir.

  • 141  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante (...)
  • 142  Un premier pas a été réalisé en ce sens au bénéfice de l’article que j’ai présenté lors du III Enc (...)

82Pour cela, la seule méthode consiste, quelle qu’en soit la difficulté, à entreprendre une enquête prosopographique pour chacun des Ordres. Appelée de ses vœux par Miguel Ángel Ladero Quesada141, elle peut seule permettre de rassembler et, dans la mesure du possible, de systématiser les informations prodiguées avec parcimonie par des sources de nature socio-économique, où le statut des hommes est très rarement précisé. Si le manque peut être compensé pour partie par d’utiles indications de parenté, nombreuses surtout pour le Bas Moyen Âge, voire par des analyses se fondant sur l’anthroponymie — dont il n’est pas encore fait usage dans l’historiographie des Ordres Militaires — il représente un obstacle majeur au succès d’une enquête prosopographique, qu’il est cependant urgent de mettre en œuvre142.

83Elle seule peut en effet compléter les apports de la documentation normative pour offrir des Ordres Militaires une vision qui fasse cas de leur réalité sociologique. Elle ouvre une perspective essentielle pour comprendre le processus d’aristocratisation des Ordres à l’œuvre à partir du milieu du xiiie siècle, sans le caricaturer. L’objectif est d’en préciser l’ampleur, différente selon les Ordres considérés, d’en restituer la chronologie, assurément plus précoce pour Santiago, d’en cerner les raisons, qui tiennent à la possibilité, offerte tant à l’individu et à sa parenté qu’à l’institution, trop souvent envisagée comme passive, sinon comme victime, de participer par ce biais d’un système d’échange de services et de prestations, dont la nature a été insuffisamment mise en valeur. L’étude prosopographique peut ainsi rendre compte, sous un jour à la fois neuf et concret, de l’impact de la pénétration nobiliaire à |#42| l’intérieur des Ordres Militaires, dont s’est saisi le pouvoir royal pour justifier au cours du Bas Moyen Âge son intervention croissante dans leur direction.

  • 143  Telle est la perspective de la communication que j’ai présentée au congrès annuel de la Société de (...)

84Ainsi, l’histoire politique des Ordres Militaires peut n’être plus étudiée pour elle-même, comme elle l’est demeurée longtemps, mais en tant qu’elle participe plus généralement de l’étude du pouvoir, de ses conceptions et de ses représentations, dont elle forme un angle d’approche novateur et fécond. Dans cette perspective, les relations entre les Ordres Militaires et l’autorité monarchique s’imposent comme un terrain privilégié. À partir du règne d’Alphonse X, les sources narratives font valoir un même effort des souverains pour limiter le pouvoir de ces institutions, pour attacher à leur personne les principaux dignitaires, voire pour en obtenir le contrôle par l’intermédiaire de fidèles ou de parents. Sans doute est-on fondé à voir à travers ces différents biais, quoique tous n’aient pas rencontré un égal succès, diverses modalités de la montée en puissance de l’autorité monarchique, qui caractérise au premier chef la construction de l’État moderne143.

85Le règne d’Alphonse X marque, en effet, sinon l’origine, du moins la pleine affirmation dans le discours politique d’une théorie de l’autorité, pétrie de droit romain, fondant la supériorité du pouvoir royal. Si, dans un premier temps, la traduction dans les faits de ces prétentions juridiques fut limitée, elles n’en ont pas moins contribué à informer la politique des souverains castillans, désireux de promouvoir à l’intérieur des frontières du royaume leur autorité de façon inconditionnelle. Les reculs enregistrés en période de minorité royale ont en grande partie occulté dans l’historiographie la continuité de l’idéologie de la souveraineté que reflète clairement l’attitude des monarques successifs par rapport aux Ordres Militaires dont ils cherchent à obtenir le contrôle.

  • 144  A. Rucquoi, “De los reyes que no son taumaturgos. Los fundamentos de la realeza en España”, Relaci (...)

86Leur effort pour les soumettre obéit à une logique double. Il découle d’une part du regard jeté par les différents rois sur des milices qu’ils envisagent comme leurs, pour avoir été selon eux instituées par leurs prédécesseurs pour les servir dans leur combat contre l’Islam, dans la mesure où le souverain, qui s’en prétend le chef naturel, trouve dans la Reconquête un facteur essentiel de sa légitimité144. Il tient d’autre part à la progressive aristocratisation des Ordres Militaires, qui constitue pour la monarchie une menace, dans la mesure où ils risquent d’être emportés dans une solidarité de lignage. Ainsi se voit justifiée l’intervention royale pour s’assurer de la fidélité des Ordres, voire pour les réduire à une stricte sujétion, dont les rythmes et les modalités successives |#43| constituent à mon sens un instrument irremplaçable pour comprendre en Castille le processus de genèse de l’État moderne.

87Au total, il convient de mettre en relief, au terme de ce bilan, combien l’historiographie des Ordres Militaires s’est profondément renouvelée durant les trois dernières décennies. Ce progrès de la recherche, que vient souligner la réunion, toujours plus fréquente, de colloques scientifiques sur ce thème, traduit une exigence méthodologique accrue de la part des médiévistes. Leur intérêt pour les Ordres Militaires a en effet augmenté, mais il s’est surtout transformé dans ses approches. Il a ainsi permis de dépasser leur image traditionnelle, jugée désormais obsolète, pour en proposer une vision moins tributaire des schémas narratifs, profondément seigneurialisée et mieux intégrée aux cadres de la société féodale dont ces institutions constituent un élément déterminant.

  • 145  Sur ce thème, plusieurs directions ont été avancées par K. Elm, “Die Spiritualität der geistlichen (...)

88De graves insuffisances continuent cependant d’affecter une historiographie dont tous les champs n’ont pas fait l’objet d’une même attention et dont plusieurs, à l’exemple des problématiques religieuses145, se trouvent marginalisés du fait de la prépondérance d’une analyse socio-économique. Il importe donc que la recherche s’attache dans le futur à réduire de tels déséquilibres afin de rendre compte des Ordres Militaires dans chacune de leurs dimensions. Ce souci de globalité est à mon sens tout à fait primordial. Il doit guider, plus encore qu’il ne l’a fait jusqu’ici, la démarche des historiens dans la mesure où il constitue la condition sine qua non d’une insertion totale des travaux consacrés aux Ordres Militaires dans le champ des études médiévales.

Haut de page

Bibliographie

Il n’est pas aisé de faire un choix dans une bibliographie comptant près de deux mille références. Aussi, plutôt que de dresser une liste nécessairement incomplète et insatisfaisante de titres, dont les plus importants figurent en note, je limiterai cette annexe aux seuls travaux historiographiques concernant les Ordres Militaires dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge. Grâce à d’importants appareils critiques et notamment d’appendices bibliographiques qui, pour les études de Derek Lomax et de Carlos de Ayala Martínez, tendent à l’exhaustivité, ils fourniront au lecteur intéressé par le thème un éventail de références qui lui permettra de compléter celui que j’ai esquissé au cours de cette contribution.

Ayala MartÍnez, Carlos de (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992. Reinos de Castilla y León”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 2, 1992, pp. 119-169; |#44|

– (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992. Corona de Aragón, Navarra y Portugal”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 3, 1993, pp. 87-144;

– “La investigación sobre la Orden de San Juan de Jerusalén en la Corona de Castilla durante la Edad Media”, in Libro de privilegios de la Orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos xii-xv), Madrid, 1995, pp. 21-46;

Benito Ruano, Eloy, “La investigación reciente sobre las Órdenes Militares hispánicas”, A Cidade da Évora, Évora, 59, 1976, pp. 2-15;

Bonneaud, Pierre, “Aportación a la historiografía extranjera (segunda mitad del siglo xx) sobre el estudio de las Órdenes Militares en España durante la Edad Media”, in Valoración del estudio de las fuentes históricas, jurídicas y literarias hispanas ante el siglo xxi, colloque réuni à Barcelone en juillet 1996, à paraître.

Ladero Quesada, Miguel Ángel, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios : Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, colloque réuni à Ciudad Real en mai 1996, à paraître;

Lomax, Derek, “La historiografía de las Órdenes Militares en la Península Ibérica (1100-1550)”, Hidalguía, Madrid, 23, 1975, pp. 711-724;

Lomax, Derek, “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, Repertorio de Historia de las Ciencias Eclesiásticas en España, Salamanque, 6, 1976, pp. 9-109;

Matellanes MerchÁn, José Vicente, “Historiografía medieval de la Orden de Santiago en los últimos años (1974-1989)”, Hispania, Madrid, 50, 1990, pp. 965-985;

Novoa Portela, Feliciano, “La historiografía sobre la Orden de Alcántara en la Edad Media (siglos xii-xiv)”, Hispania Sacra, Madrid, 45, 1993, pp. 487-502;

Postigo Castellanos, Elena, “Las Órdenes Militares castellanas en la historiografía de los siglos xvi al xx”, Hidalguía, Madrid, 35, 1987, pp. 353-371;

Richmond, Colin, “Research on the Spanish Military Orders in Great Britain”, in Werkstatt des Historikers der mittelalterlichen Ritterorden. Quellenkundliche Probleme und Forschungsmethoden, Torun, 1987, p. 157-161;

RodrÍguez-Picavea Matilla, Enrique, “Catorce años de historiografía sobre la Orden de Calatrava en la Edad Media (1976-1989)”, Hispania, Madrid, 50, 1990, pp. 941-964.

Haut de page

Notes

1  Un exemple de cette corrélation, transposable en Espagne à l’échelle de la Meseta méridionale, a été établi pour le sud du Portugal par J. Mattoso, “Perspectivas actuais da investigação e da síntese na historiografia medieval portuguesa (1128-1383)”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 13, 1983, p. 657 : “Para o Alentejo e Algarve, que eu saiba, estamos bastante mais pobres. Não se entrevê nenhum avanço decisivo enquanto não for empreendida uma investigação séria sobre as ordens militares”.

2  La liste complète de leurs références est donnée dans l’annexe bibliographique de ce travail.

3  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, Repertorio de Historia de las Ciencias Eclesiásticas en España, Salamnaque, 6, 1977, p. 11.

4  A. Luttrell a consacré à ce sujet trois études intitulées, “The Hospitallers’ Historical Activities”, Annales de l’Ordre souverain militaire de Malte, Rome, 24, 1966, p. 1-10, 25, 1967, p. 145-150 et 26, 1968, p. 57-69, reprises pour la première in The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West : 1291-1440, Londres, 1978, XVII, et pour les deux autres in Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades : 1291-1440, Londres, 1982, II et III.

5  D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, Ibero-Romania. Zeitschrift für die iberoromanischen Sprachen und Literaturen in Europa und Amerika, Tübingen, 23, 1986, p. 81-90.

6  Marsile de Padoue, The Defender of Peace, éd. A. Gewirth, New York, 1956, II, p. 162.

7  Pour une vision globale des critiques adressées aux Ordres Militaires, A. Forey, The Military Ordres from the Twelfth to the Early Fourteenth Century, Londres, 1992, p. 202-220.

8  A. Luttrell, “Jean and Simon de Hesdin, Hospitallers, Theologians, Classicists”, Recherches de Théologie Ancienne et Médiévale, Louvain, 31, 1964, p. 137-140, repris in The Hospitallers, op. cit.

9  A. Luttrell, “Fourteenth-Century Hospitaller Lawyers”, Traditio, New-York, 21, 1965, p. 449-456, Ibid. Dans le prieuré de Castille, le plus ancien docteur en droit canon, fray Alfonso Martín de Canellas, commandeur de Santa María de la Horta à Zamora, apparaît dans la documentation en 1392.

10  Archivo Histórico Nacional, Órdenes Militares, carpeta 180, doc. 1.

11  Deux exemples illustrent cet effort d’instruction des frères : pour Santiago, D. Lomax, “Pedro López de Baeza. Dichos de los Santos Padres (siglo xv)”, Miscelánea de Textos Medievales, Barcelone, 1, 1972, p. 147-178 et pour Calatrava, B. Casado Quintanilla, “La Biblioteca del Sacro Convento de Calatrava”, Espacio, Tiempo y Forma. Historia Medieval, Madrid, 2, 1989, p. 67-68.

12  Archivo Municipal de Alfaro, parchemin non numéroté. Publ. I. RodrÍguez de Lama, Colección diplomática medieval de la Rioja. IV. Documentos del siglo xiii, Logroño, 1989, num. 466.

13  J. Miret y Sans, Les Cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, Barcelone, 1910, p. 558 et 562.

14  Une première synthèse, dont les conclusions épousent ces remarques, a été présentée par A. Forey, “Literacy and Learning in the Military Orders during the Twelfth and Thirteenth Centuries”, dans le cadre de la Second Military Orders Conference, intitulée Welfare and Warfare, réunie à Londres en septembre 1996. Je remercie Alejandro Rodríguez de la Peña de m’en avoir communiqué le texte encore inédit.

15  La seule étude d’importance reste l’article de D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, art. cit. Elle se borne toutefois à analyser le discours produit sur Santiago.

16  Publ. D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 5-9.

17  Pour l’exemple de Santiago, pour lequel le genre est le plus développé, D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, art. cit. En annexe est publiée la série la plus ancienne qui est conservée.

18  Nombreux surtout pour l’Hôpital et Santiago, ces catalogues de maîtres existent aussi pour les Ordres de filiation cistercienne comme l’atteste le volume 62 de la Collection Chiflet de la Bibliothèque Municipale de Besançon, dont la partie de la liste se référant à Santiago a été publiée par J. Montoya, “Los maestres y encomiendas de la Orden de Santiago, su contribución en dinero y lanzas”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 18, 1988, p. 529-534.

19  D. Lomax, “A Lost Medieval Biography : the Corónica del Maestre Pelayo Pérez”, Bulletin of Hispanic Studies, Liverpool, 38, 1961, p. 153-154, J. Avalle-Arce, “Sobre una crónica medieval perdida”, Boletín de la Real Academia Española, Madrid, 42, 1962, p. 255-297, et C. de Ayala MartÍnez, “Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla (siglos xii-xv)”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, sous presse.

20  M.-C. Gerbet, “Fray Alonso de Monroy, Maître déchu de l’Ordre d’Alcántara”, et A. Firpo, “Realidad y ficción en el retrato de un caballero de la Orden de Alcántara”, in Las Órdenes Militares en el Mediterráneo Occidental (siglos xiii-xviii), Madrid, 1989, p. 139-154 et 155-167.

21  Pour ce dernier, E. Benito Ruano, “Fortuna literaria del Infante Don Enrique de Aragón”, Archivum, Oviedo, 14, 1964, p. 161-201.

22  A. Luttrell, “The Hospitallers’ Historical Activities : 1400-1530”, Annales de l’Ordre souverain militaire de Malte, Rome, 25, 1967, p. 146, repris in Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades, 1291-1400, Londres, 1982, II.

23  G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia de San Giovanni Girosolimitano, 3 volumes, Rome, I, 1594, préambule : “Affaticossi prima d’ogni’altro intorno à ciò, il Cavaliere Fra Melchionne Bandino, il quale essendo Cancelliero di quest’Ordine, in tempo del Gran Maestro Fra Giovanni di Lastic, scrisse l’Istoria della detta Religione fin a tempi suoi. Però di quanto egli scrisse, poco o nulla si trova ; essendosi quell’Istoria con danno incomparabile de gli Studiosi perduta”.

24  Sur ces deux travaux, D. Lomax, “The Medieval Predecessors of Rades y Andrada”, art.cit., p. 85-89.

25  Diego RodrÍguez de Almela, Compilación de los milagros de Santiago, éd. J. Torres Fontes, Murcie, 1946 ; Historia de la Orden de Santiago, éd. A. de Vargas-ZÚÑiga, Badajoz, 1978.

26  A. Luttrell, “The Hospitallers’ Historical Activities : 1530-1630”, Annales de l’Ordre souverain militaire de Malte, Rome, 26, 1968, p. 57-69, repris in Latin Greeceop.cit.

27  D. Lomax, “La obra histórica de Rades y Andrada”, préface de l’édition fac-similé, Barcelone, 1975, p. VI.

28  Un exemple tiré de la Crónica de Alcántara, f. 17, est cité par D. Lomax, “La obra histórica de Rades y Andrada”, préface de l’édition fac-similé, Barcelone, 1975, p. VII.

29  Sur le problème longtemps controversé de la fondation de Santiago, J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígenes de la Orden Militar de Santiago (1174-1195), Barcelone, 1974.

30  D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 3-37.

31  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares en la Península Ibérica (1100-1550)”, Hidalguía, Madrid, 23, 1975, p. 712.

32  F. Caro de Torres, Historia de las tres Órdenes Militares de Santiago, Calatrava y Alcántara desde su fundación hasta el rey don Felipe segundo, Madrid, 1629.

33  Une même constatation a été faite pour l’Hôpital par rapport à l’oeuvre de Bosio par A. Luttrell, “The Hospitallers’ Historical Activities : 1530-1630”, Annales de l’Ordre souverain militaire de Malte, Rome, 26, 1968, p. 64-65, repris in Latin Greece, op.cit.

34  Le contexte est mis en lumière par L. P. Wright, “The Military Orders in the Sixteenth and Seventeenth Century Spanish Society”, Past and Present, Oxford, 43, 1969, p. 34-70. L’article reprend les principales conclusions de la thèse de doctorat de l’auteur soutenue la même année à Oxford, mais demeurée inédite.

35  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, art.cit., p. 11.

36  Ce n’est pas avant le milieu du xxe siècle que les travaux de J. GonzÁlez puis de J. O’Callaghan, cités dans la suite de l’article, permirent de clarifier le contexte de fondation des différents Ordres Militaires hispaniques.

37  M. Zapater y LÓpez, Cister militante en la campaña de la Iglesia contra la sarracena furia. Historia general de las ilustrísimas, ínclitas y nobilísimas cavallerías del Templo de Salomón, Calatrava, Alcántara, Avis, Montesa y Christo, Saragosse, 1662 ; A. de Torres y Tapia, Crónica de la Orden de Alcántara, 2 volumes, Madrid, 1763.

38  A. F. Aguado de CÓrdoba et J. LÓpez Agurleta, Bullarium equestris ordinis sancti Jacobi de Spatha, Madrid, 1719 ; I. J. Ortega y Cotes, Bullarium ordinis militiae de Alcantara, olim sancti Juliani de Pereiro, Madrid, 1759 ; du même en collaboration avec J. Álvarez de Baquedano et P. de Ortega ZÚÑiga, Bullarium ordinis militiae de Calatrava, Madrid, 1761, réédité en fac-similé, Barcelone, 1981.

39  Le plus remarquable, consacré à la défense des droits de Santiago, est l’ouvrage de B. de Chaves, Apuntamiento legal sobre el dominio solar que por expressas reales donaciones pertenece a la Orden de Santiago en todos sus pueblos, Madrid, 1740, réédité en fac-similé, Barcelone, 1975.

40  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares…” art. cit., p. 713.

41  J. FernÁndez Llamazares, Historia compendida de las cuatro Órdenes Militares de Santiago, Calatrava, Alcántara y Montesa, Madrid, 1862.

42  Sur ce point demeurent essentiels les paragraphes introductifs, portant sur chacune des sous-sections du département des Ordres Militaires de l’Archivo Histórico Nacional, du livre d’A. Javierre Mur et C. GutiÉrrez del Arroyo, Guía de la sección de Órdenes Militares, Madrid, sans date, mais écrit au début des années 1950.

43  G. King, A Brief Account of the Military Orders in Spain, New York, 1921 ; R. Revilla Vielva, Las Órdenes Militares de Santiago, Alcántara, Calatrava y Montesa, Madrid, 1927.

44  F. Gutton, La chevalerie militaire en Espagne. L’Ordre de Calatrava, Paris, 1957, L’Ordre de Santiago ou de Saint-Jacques de l’Épée, Paris, 1972, et L’Ordre d’Alcántara, Paris, 1977.

45  Deux catalogues d’exposition furent édités : La Orden de Calatrava. VIII Centenario, Ciudad Real, 1959, et La Orden de Santiago y los monarcas españoles en la Edad Media. Catálogo de la exposición, Madrid, 1971.

46  J. GonzÁlez, Regesta de Fernando II, Madrid, 1943 ; Alfonso IX, 2 volumes, Madrid, 1944 ; El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, 3 volumes, Madrid, 1960.

47  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, sous presse.

48  P. Bonneaud, “Aportación de la historiografía extranjera (segunda mitad del siglo xx) sobre el estudio de las Órdenes Militares en España durante la Edad Media”, in Valoración del estudio de las fuentes históricas, jurídicas y literarias hispanas ante el siglo xxi, Barcelone, 1996, sous presse.

49  Une excellente vision de synthèse en est donnée par C. de Ayala MartÍnez et ses collaborateurs, “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992. Reinos de Castilla y León”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 2, 1992, p. 119-169.

50  Dans cette perspective, il convient de citer le sixième colloque de Flaran, Les Ordres Militaires, la vie rurale et le peuplement en Europe Occidentale (xiie-xviiie siècles), Auch, 1986, les travaux du London Centre for the Study of the Crusades and the Latin East ainsi que ceux, réalisés dans le cadre de l’Université polonaise de Torun, donnant lieu à des colloques réguliers depuis 1983, orientés de préférence en direction de l’espace baltique et de l’action des Teutoniques.

51  Dix ans ont été nécessaires à la publication des actes dans le onzième volume de l’Anuario de Estudios Medievales.

52  Parus en 1989, les actes sont intitulés Las Órdenes Militares en el Mediterráneo Occidental (siglos xiii-xviii).

53  Un bon exemple en est donné par le colloque, The Military Orders. Fighting for the Faith and Caring for the Sick, Londres, 1992. Dans son programme, il a prêté à la Péninsule Ibérique une attention dont elle ne bénéficiait pas jusqu’alors dans les rencontres internationales, où le plus souvent ne lui était concédé qu’un espace marginal.

54  Sur l’Hôpital, par exemple, a été réuni à Madrid en mars 1990 un Primer Simposio Histórico, dont les actes restent toutefois inédits. Il est à souhaiter que l’intérêt dont a bénéficié l’Ordre lors des Jornadas sobre el Maestre Juan Fernández de Heredia. Tiempo, personalidad y proyección histórica en el sexto centenario de su muerte, qui ont eu lieu à Madrid en février 1997, permette d’accélérer leur publication.

55  Un troisième, intitulé “Órdenes Militares y estructuras sociales (siglos xii-xv)”, a été mis en œuvre à l’autome 1997, auquel il m’a été donné de collaborer.

56  F. de Rades y Andrada, Chrónica de las tres Órdenes de Sanctiago, Calatrava y Alcántara, éd. D. Lomax, Barcelone, 1976 ; La Regla y Establecimientos de la Cavallería de Santiago del Espada. Con la historia del origen y principio della. Madrid, 1627, 2a edición por el licenciado García de Medrano, éd. P. Porras Arboledas, Valladolid, 1991 ; Bullarium ordinis militiae de Calatrava, éd. D. Lomax, Barcelone, 1981.

57  Notamment pour Santiago, M. Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174- 1310), Madrid-Barcelone, 1975 ; J. L. Novo CazÓn, El priorato santiaguista de Vilar de Donas en la Edad Media (1194-1500), La Corogne, 1986.

58  M. RodrÍguez Llopis, Documentos de los siglos xiv y xv. Señoríos de la Orden de Santiago, Murcie, 1991 ; M. EchÁniz Sans, El monasterio feminino de Sancti Spíritus de Salamanca. Colección diplómatica (1268-1400), Salamanque, 1993.

59  Centrée sur les seuls Ordres hispaniques, une synthèse générale intéressant l’ensemble du Moyen Age, la première écrite en fonction des critères historiographiques scientifiques, est actuellement préparée par C. de Ayala MartÍnez. Une esquisse en a été donnée par l’auteur dans un intéressant ouvrage de divulgation, Las Órdenes Militares en la Edad Media, Madrid, 1998.

60  J. O’Callaghan, “The Affiliation of the Order of Calatrava with the Order of Cîteaux”, Annalecta Sacri Ordinis Cisterciensis, Rome, 15, 1959, p. 176-178, repris in The Spanish Military Order of Calatrava and Its Affiliates, Londres, 1975, I.

61  M. Rivera Garretas, “El origen de la idea de Orden Militar en la historiografía reciente”, Acta Historica et Archaelogica Mediaevalia, Barcelone, 1, 1980, p. 77-90.

62  A. Forey, “The Emergence of the Military Order in the Twelfth Century”, Journal of Ecclesiastical History, Cambridge, 26, 1985, p. 175-195, repris in Military Orders ans Crusades, Londres, 1994, I.

63  J. O’Callaghan, “The Affiliation of the Order of Calatrava with the Order of Cîteaux”, Annalecta Sacri Ordinis Cisterciensis, Rome, 15, 1959, p. 161-193, 16, 1960, p. 3-59 et 255-292, et “The Foundation of the Order of Alcántara (1176-1218)”, Catholic Historical Review, Washington, 47, 1962, p. 471-486, repris in The Spanish Military Order of Calatrava and Its Affiliates, Londres, 1975, I et IV.

64  D. Lomax, La Orden de Santiago (1170-1275), Madrid, 1965 ; J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígenes de la Orden Militar de Santiago (1170-1195), Barcelone, 1974.

65  C. de Ayala MartÍnez, “Orígenes de la Orden del Hospital en Castilla y León (1113-1157)”, Hispania Sacra, Madrid, 43, 1991, p. 775-798 ; C. Barquero GoÑi, Los Hospitalarios en Castilla y León (siglos xii y xiii). Señoríos de la Orden de San Juan, Thèse de doctorat inédite, Madrid, 1994, I, p. 60-74, publiée pour ce qui concerne le royaume de León, “Los Hospitalarios en el reino de León (siglos xii-xiii)”, in El reino de León en la Alta Edad Media, León, IX, 1997, p. 219-634.

66  Pour Santiago, par exemple, J. Leclercq, “La vie et la prière des Chevaliers de Santiago d’après leur règle primitive”, Liturgica, Montserrat, 2, 1958, p. 347-357, et E. Gallego Blanco, The Rule of the Spanish Military Order of Saint James 1170-1493, Leyde, 1971.

67  A. Linage Conde, “Tipología de la vida religiosa en las Órdenes Militares”, Yermo, Madrid, 12, 1974, p. 73-115, repris in Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 11, 1981, p. 33-58, et “Las Órdenes Militares y la tradición benedictina”, Hidalguía, Madrid, 21, 1983, p. 225-248.

68  C. de Ayala MartÍnez, “Órdenes militares hispánicas. Reglas y expansión geográfica”, in Los monjes soldados. Los Templarios y otras Órdenes Militares, Aguilar de Campoo, 1996, p. 57-86.

69  J. O’Callaghan, “Difiniciones of the Order of Calatrava enacted by Abbot William II of Morimond, April 2, 1468”, Traditio, New York, 14, 1958, 231-268, et “The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava, 1304-1383”, Traditio, New York, 17, 1962, p. 225-284, repris in The Spanish Military Order of Calatrava and Its Affiliates, Londres, 1975, IX et VII ; D. Lomax, “Algunos estatutos primitivos de la Orden de Calatrava”, Hispania, Madrid, 21, 1961, p. 483-494.

70  D. RodrÍguez Blanco, La Orden de Santiago en Extremadura (siglos xiv-xv), Badajoz, 1985, p. 107-165, et “La organización institucional de la Orden de Santiago en la Edad Media”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 12, 1985, p. 167-192.

71  I. M. Lago Barbosa, “Um códice inédito dos Establecimientos de 1440 da Ordem de Santiago na Biblioteca Municipal do Porto”, in Actas das II Jornadas Luso-Espanholas de História Medieval, Porto, 1989, III, p. 1197-1204.

72  J. O’Callaghan, “Algunas peticiones de los frailes conventuales de la Orden de Calatrava”, En la España Medieval, Madrid, 16, 1993, p. 55-58, et “Las definiciones de la Orden de Calatrava, 1383-1418”, En la España Medieval, Madrid, 19, 1996, p. 99-124.

73  E. Benito Ruano, “Establecimientos de la Orden de Santiago durante el maestrazgo de Don Pelay Pérez Correa”, in Homenaje al Dr. D. Juan Reglà Campistol, Valence, I, 1975, p. 93-101.

74  P. Josserand, “Pour une étude systématique de la documentation statutaire des Ordres Militaires. Deux manuscrits des definiciones inédites d’Alcántara de 1306”, En la España Medieval, Madrid, 20, 1997, p. 319-336 ; C. de Ayala MartÍnez, “La escición de los santiaguistas portugueses : algunas notas sobre los establecimientos de 1327”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 24, 1997, p. 53-69.

75  A. Forey, “Recruitment to the Military Orders (Twelfth to Mid-Fourteenth Centuries)”, Viator, Berkeley, 17, 1986, p. 139-171, repris in Military Orders and Crusades, Londres, 1994, II.

76  E. Postigo Castellanos, Honor y privilegio en la Corona de Castilla. El Consejo de las Órdenes y los caballeros de hábitos en el siglo xvii, Madrid, 1988, et “Caballeros del Rey Católico. Diseño de una nobleza confesional”, Hispania, Madrid, 55, 1995, p. 169-204.

77  M. Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-1310), Madrid-Barcelone, 1985, p. 214-222.

78  L. R. Villegas DÍaz, “Las estructuras de poder de la Orden de Calatrava. Una propuesta de análisis”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 18, 1991, p. 467-504 ; C. de Ayala MartÍnez, “Maestres y maestrazgos en la Corona de Castilla (siglos xii-xv)”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, sous presse.

79  B. Casado Quintanilla, “La cancillería y las escribanías de la Orden de Calatrava”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 14, 1984, p. 73-99, et “Intitulatio y Directio en la documentación de Calatrava”, Cuadernos de Estudios Manchegos, Ciudad Real, 19, 1990, p. 25-55.

80  M. EchÁniz Sans, “Austeridad versus lujo. El vestido y los freiles de la Orden de Santiago durante la Edad Media”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 23, 1993, p. 357-382. Récemment, une analyse similaire a été tentée pour Calatrava par M. Yaguez Boza, “Imagen y signos del caballero calatravo”, in Alarcos 1195, Cuenca, 1996, p. 597-612.

81  A. Ruiz Mateos, J. Espino NuÑo, O. PÉrez MonzÓn, “Architecture and Power : the Seats of the Priories of the Order of Santiago”, in The Military Orders. Fighting for the Faith and Caring for the Sick, Londres, 1994, p. 302-309.

82  C. de Ayala MartÍnez (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992. Reinos de Castilla y León”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 2, 1992, p. 124.

83  A. Forey, “The Military Orders and the Spanish Reconquest in the Twelfth and Thirteenth Centuries”, Traditio, New York, 40, 1984, p. 197-234, repris in Military Orders and Crusades, Londres, 1994, V. Deux articles, consacrés à l’Hôpital, longtemps réputé s’être engagé dans la Péninsule dans une faible mesure, complètent utilement cette vision d’ensemble : A. Forey, “The Militarisation of the Hospital of Saint John”, Studia Monastica, Montserrat, 26, 1984, p. 75-89, repris in Military Orders and Crusades, Londres, 1994, IX, et C. Barquero GoÑi, “El carácter militar de la Orden de San Juan en Castilla y León (siglos xii-xv)”, Revista de Historia Militar, Madrid, 73, 1992, p. 53-80.

84  Ainsi, pour Santiago, P. L. PÉrez de los Cobos, “La conquista de Jumilla por el Infante don Fadrique, maestre de la Orden de Santiago. Su definitiva reincorporación a la Corona castellana”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 11, 1981, p. 276-299, E. Benito Ruano, “Un episodio bélico de la vida de Jorge Manrique”, En la España Medieval, Madrid, 4, 1984, p. 139-145, et M. GarcÍa GuzmÁn, “Las cabalgadas en tierras granadinas de Juan Fernández Galindo, comendador de Reina”, in Homenaje al Profesor Jacinto Bosch Vilà, Grenade, 1991, I, p. 181-191.

85  L. SuÁrez FernÁndez, Las Órdenes Militares y la guerra de Granada, Séville, 1992.

86  R. Torres JimÉnez, Religiosidad popular en el Campo de Calatrava. Cofradías y hospitales al final de la Edad Media, Ciudad Real, 1989.

87  J. V. Matellanes MerchÁn, “La hospitalidad en la Orden de Santiago. Un proyecto ideológico o económico”, Studia Historica. Historia Medieval, Salamanque, XI, 1993, p. 125-140.

88  Une synthèse des apports de leurs travaux respectifs a été réalisée par M. A. Ladero Quesada, “Comentario sobre los señoríos de las Órdenes Militares de Santiago y Calatrava en Castilla la Nueva y Extremadura a fines de la época medieval”, in Las Órdenes Militares en el Mediterráneo occidental (siglos xiii-xviii), Madrid, 1989, p. 169-180.

89  D. Lomax, La Orden de Santiago (1170-1275), Madrid, 1965, p. 143-157.

90  C. LÓpez GonzÁlez, E. Postigo Castellanos et J. I. Ruiz RodrÍguez, “Las Órdenes castellanas en la época moderna : una aproximación cartográfica”, in Las Órdenes Militares en el Meditteráneo Occidental (siglos xiii-xviii), Madrid, 1989, p. 291-340.

91  Pour une analyse globale, M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître.

92  Fondée sur les travaux de son équipe, une synthèse a été récemment établie par C. de Ayala MartÍnez, “Las Órdenes Militares y la ocupación del territorio manchego (siglos xii-xiii)”, in Alarcos 1195, Cuenca, 1996, p. 47-104.

93  E. RodrÍguez Picavea, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la Orden de Calatrava en los siglos xii-xiii, Madrid, 1994 ; J. V. Matellanes MerchÁn, “La Orden de Santiago y la organización social y económica de la Transierra castellano-leonesa (siglos xii-xiv)”, Madrid, Université Autonome, 1996.

94  P. Porras Arboledas, “La hacienda de las Órdenes Militares en la Baja Edad Media castellana”, in Estudios en homenaje a Don Claudio Sánchez Albornoz en sus 90 años, Buenos Aires, 1986, II, p. 535-555 ; R. G. Peinado Santaella, “La renta señorial en las Órdenes Militares de la Corona de Cstilla durante la Baja Edad Media”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 18, 1991, p. 403-424.

95  M.-C. Gerbet, “Les Ordres Militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale”, in Flaran 6. Les Ordres Militaires, la vie rurale et le peuplement en Europe Occidentale (xiie-xviiie siècles), Auch, 1986, p. 79-105.

96  F. FernÁndez Izquierdo, “Órdenes Militares y régimen señorial : los dominios de Calatrava en las tierras de la provincia de Guadalajara (siglos xii-xiv)”, Wad-al-Hayara, Guadalajara, 12, 1985, p. 69-80 ; M. RodrÍguez Llopis, Señoríos y feudalismo en el reino de Murcia. Los dominios de la Orden de Santiago entre 1440 y 1515, Murcie, 1986.

97  D. RodrÍguez Blanco, “Los concejos de Órdenes Militares en la Baja Edad Media. Organización y relaciones con el poder”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 18, 1991, p. 425-443.

98  J. V. Matellanes MerchÁn, “Expansión de un modelo socio-económico : los fueros de la Orden de Santiago en Castilla, siglos xii-xiii”, et E. RodrÍguez-Picavea Matilla, “Política foral y mecanosmos repobladores en los señoríos calatravos castellano-manchegos (siglos xii-xiii)”, in Actas del III Curso de cultura medieval. Repoblación y reconquista, Aguilar de Campoo, 1991, p. 193-202 et 209-220.

99  C. Carrete Parrondo, “La judería castellana de Uclés y la Orden de Santiago”, in Proceedings of the Seventh World Congress of Jewish Studies. History of the Jews in Europe, Jérusalem, 1981, p. 179-189 ; A. Yelo Templado, “Los vasallos mudéjares de la Orden de Santiago en el reino de Murcia (siglos xiv-xv)”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 11, 1981, p. 445-458 ; P. Porras Arboledas, “Moros y Cristianos en Montiel a finales del siglo xv”, Cuadernos de Estudios Manchegos, Ciudad Real, 13, 1982, p. 199-215.

100  C. de Ayala MartÍnez (coord.), “Las Órdenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografía 1976-1992. Reinos de Castilla y León”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 2, 1992, p. 128.

101  Entre autres exemples, M. E. GonzÁlez de Fauve, “Esquema para el estudio de la utilización del agua : el caso del monasterio de Santa María de Aguilar de Campoo”, Cuadernos de Historia de España, Buenos Aires, LXV-LXVI, 1981, p. 127-129, pour un conflit opposant la communauté prémontrée à la commanderie hospitalière de Puente de Fitero.

102  D. Lomax, “El arzobispo don Rodrigo Jiménez de Rada y la Orden de Santiago”, Hispania, Madrid, 19, 1959, p. 323-365 ; H. Grassotti, “En torno a las primeras tensiones entre las Órdenes Militares y la Sede Toledana”, Anales de Historia Antigua y Medieval, Buenos Aires, 17, 1972, p. 155-169 ; plus récemment, V. Leblic GarcÍa, “Cronología del pleito sostenido por los arzobispos de Toledo y los priores de San Juan en Castilla sobre percepción de los diezmos (siglos xiv-xviii)”, in Primer Simposio Histórico de la Orden de San Juan, Madrid, 1990, à paraître.

103  P. Rubio Merino, “El obispado de Coria y la Orden de Alcántara en los siglos xiii al xv a través de los fondos del Archivo Capitular de Coria”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 11, 1981, p. 731-748 ; D. Lomax, “La Orden de Santiago y el obispado de Cuenca en la Edad Media”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 12, 1982, p. 303-310 ; S. Menache, “La Orden de Calatrava y el clero andaluz (siglos xiii-xv)”, En la España Medieval, Madrid, 5, 1985, p. 633-653.

104  C. Barquero GoÑi, “Los Hospitalarios y el arzobispado de Toledo en los siglos xii y xiii”, Hispania Sacra, Madrid, 45, 1993, p. 171-183.

105  J. Rey CaÑa et C. RodrÍguez FernÁndez, “Benedictinos y Templarios en Guntín (siglos ix-xvi)”, in Actas del II Coloquio Galaico-Minhoto, Saint-Jacques-de-Compostelle, 1985, p. 233-254 ; L. R. Villegas DÍaz, “Calatrava y Ciudad Real. Unas notas sobre las relaciones entre la ciudad y la Orden (siglos xiii-xiv)”, Cuadernos de Estudios Medievales, Grenade, VIII-IX, 1980-1981, p. 215-240.

106  J. V. Matellanes MerchÁn, “Relaciones entre las Órdenes de San Juan y Santiago en Castilla y León en los siglos xii y xiii”, Primer Simposio Histórico de la Orden de San Juan, Madrid, 1990, à paraître ; A. Arcaz Pozo, “Nobleza y Órdenes Militares en la Galicia bajomedieval”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 5, 1995, p. 127-150.

107  C. Estepa DÍez, “La disolución de la Orden del Temple en Castilla y León”, Cuadernos de Historia. Anexos de la Revista Hispania, Madrid, 6, 1975, p. 121-186 ; C. Barquero GoÑi, “El conflicto por los bienes templarios en Castilla y la Orden de San Juan”, En la España Medieval, Madrid, 16, 1993, p. 37-54.

108  A. ViÑa Brito, “Don Pedro Girón y las orígenes del señorío de Osuna”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 17, 1990, p. 267-285.

109  Un appel a été lancé en ce sens par M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître.

110  J. F. O’Callaghan, Hermandades entre las Órdenes de Calatrava y Santiago durante los reinados de Alfonso VIII y Fernando III de Castilla, Ciudad Real, 1966 ; J. V. Matellanes MerchÁn, “Las Órdenes de Santiago y el Hospital. Relaciones feudales de un grupo de poder”, in Estudios in memoriam del Profesor Derek W. Lomax, Madrid, 1995, p. 285-296.

111  C. Barquero GoÑi, “Los Hospitalarios y la nobleza castellano-leonesa (siglos xii-xiii)”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 21, 1994, p. 13-40.

112  D. Lomax, “The Order of Santiago and the Kings of León”, Hispania, Madrid, 18, 1958, p. 3-37.

113  C. de Ayala MartÍnez, “La monarquía y las Órdenes Militares durante el reinado de Alfonso X”, Hispania, Madrid, 51, 1991, p. 409-465. L’article constitue l’aboutissement de plusieurs travaux monographiques de l’auteur, portant notamment sur Santiago et sur l’Hôpital.

114  M. GonzÁlez JimÉnez, “Relaciones de las Órdenes Militares castellanas con la Corona (siglos xii y xiii)”, Historia. Instituciones. Documentos, Séville, 18, 1991, p. 209-222.

115  E. Postigo Castellanos, “Las Órdenes Militares castellanas en tiempos de Hernán Cortés. Una coyuntura de cambio (1488-1527)”, in Hernán Cortés y su tiempo, Badajoz, 1985, p. 178-182, et “El Consejo de las Órdenes Militares : la fundación y las reformas de Carlos V”, Hispania Sacra, Madrid, 39, 1987, p. 537-566.

116  Ce constat est partagé par M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître.

117  L. V. DÍaz MartÍn, “Los Maestres de las Órdenes Militares en el reinado de Pedro I de Castilla”, Hispania, Madrid, 40, 1980, p. 285-356 ; M. I. de Val Valdivieso, “Relaciones de don Pedro Girón, Maestre de Calatrava, con el rey don Enrique IV”, in VII Centenario del Infante don Fernando de la Cerda, Ciudad Real, 1976, p. 159-170.

118  A. Forey, The Military Orders from the Twelth to the Early Fourteenth Centuries, Londres, 1992.

119  A. Forey, “The Order of Mountjoy”, Speculum, Cambridge, 46, 1971, p. 250-266, repris in The Military Orders and the Crusades, Londres, 1994, XI ; J. L. MartÍn RodrÍguez, “La Orden Militar de San Marcos de León”, in León y su Historia. Miscelánea Histórica, León, IV, 1977, p. 19-100 ; J. Torres Fontes, “La Orden de Santa María de España”, Miscelánea Medieval Murciana, Murcie, 3, 1977, p. 73-118.

120  G. MartÍnez DÍez, Los Templarios en la Corona de Castilla, Burgos, 1993.

121  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître. L’auteur, à la fin de son allocution, avait tracé plusieurs directions de recherche avant de conclure par ces mots : “Y todo ello dando preferencia a los proyectos de investigación y edición amplios, que son los más valiosos”.

122  C. de Ayala MartÍnez (coord.), Libro de privilegios de la Orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos xii-xv), Madrid, 1995. Publié d’après le manuscrit H211 du Museum and Library of the Order of St. John de Londres.

123  Les méthodes et les objectifs de ce projet, auquel il m’a été donné à l’automne 1997 de m’associer, ont été présentés dans une courte note par B. Palacios MartÍn, “Proyecto Alcántara. Un intento de reconstrucción de la colección diplomática de la Orden de Alcántara”, Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Madrid, 5, 1995, p. 301-304.

124  Parmi les nombreuses contributions de l’auteur, “El Castillo de Caracuel”, Castillos de España, Madrid, 87, 1982, p. 49-67, et “El enclave de Montiel : vestigios de los antiguos castillos de la Estrella y San Polo y del lugar de Torres”, Anuario de Estudios Medievales, Barcelone, 14, 1984, p. 143-185.

125  V. Salvatierra Cuenca et C. ChoclÁn Sabina, “Excavaciones arqueológicas en Jaén : Sabiote”, in Andalucía entre Oriente y Occidente, Cordoue, 1988, p. 787-791.

126  S. MartÍnez SÁnchez et F. Navarro SuÁrez, “Cehegín : urbanismo de adaptación a los elementos de fortificaciones medievales”, in Actas del IV Congreso de Arqueología Medieval Española, Alicante, 1993, III, p. 185-192.

127  A. Ruiz Mateos, Arquitectura civil de la Orden de Santiago en Extremadura. La casa de encomienda. Su proyección en Hispanoamérica, Madrid, 1985.

128  Pour une vision approfondie de l’historiographie récente de ces deux Ordres jusqu’à la fin des années 1980, E. RodrÍguez-Picavea, “Catorce años de historiografía sobre la Orden de Calatrava en la Edad Media (1976-1989)”, et J. V. Matellanes MerchÁn, “Historiografía medieval de la Orden de Santiago en los últimos años (1974-1989)”, Hispania, Madrid, 50, 1990, p. 941-964 et 965-985.

129  D. Lomax, “La historiografía de las Órdenes Militares…” art. cit., p. 719, et “Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media”, Repertorio de Historia de las Ciencias Eclesiásticas, Salamanque, 6, 1976, p. 26.

130  C. de Ayala MartÍnez, “La investigación sobre la Orden de San Juan de Jerusalén en la Corona de Castilla durante la Edad Media”, in Libro de Privilegios de la Orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos xii-xv), Madrid, 1995, p. 21-46.

131  En témoignent le constat de F. Novoa Portela, “La historiografía sobre la Orden de Alcántara en la Edad Media (siglos xii-xiv)”, Hispania Sacra, Madrid, 45, 1993, p. 488, et l’absence presque totale de références au prieuré castillan du Temple dans l’excellente synthèse d’A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, 1984.

132  M. Corchado Soriano, El priorato de Uclés. Iniciación al estudio geográfico-histórico del Campo de Montiel, Ciudad Real, 1965, et Avance de un estudio geográfico-histórico del Campo de Montiel, Ciudad Real, 1971.

133  Pour l’Hôpital, une première approche globale a été faite par C. de Ayala MartÍnez, “La Orden Militar de San Juan en Castilla y León. Los Hospitalarios al norte del Sistema Central (siglos xii-xiv)”, dans un cycle de conférences à Séville en avril 1994 sur la Orden de San Juan en la Península Ibérica en la Edad Media, à paraître prochainement.

134  J. L. MartÍn RodrÍguez, Orígenes de la Orden Militar de Santiago, 1170-1195, Barcelone, 1974.

135  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître.

136  Parmi les thèses de doctorat soutenues dans le cadre de l’Université Autonome de Madrid, seule, celle de J. V. Matellanes MerchÁn, “La Orden de Santiago y la organización social y económica de la Transierra castellano-leonesa (siglos xii-xiv)”, Madrid, 1996, adopte pour terme la date de 1350.

137  D. Lomax, “Una visita a San Marcos de León en 1442”, Archivos Leoneses, León, 23, 1969, p. 317-349, publie en appendice de l’article le texte de l’une des plus anciennes visites dont le procès ait été conservé.

138  D. Lomax, “Las Órdenes Militares en León durante la Edad Media”, in León medieval. Doce estudios, León, 1978, p. 85-86.

139  C. Estow, “The Order of Calatrava, its Development and its Role in the Castilian Crisis of the Mid-Fourteenth Century”, Thèse de doctorat non publiée, Université de Brandeis, 1975.

140  Sur ce thème, trois colloques ont été coordonnés par A. Rucquoi, Génesis medieval del Estado moderno : Castilla y Navarra (1250-1370), Valladolid, 1987, Realidad e Imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, Valladolid, 1988, et Du refus à la révolte : les résistances, Nice, 1991.

141  M. A. Ladero Quesada, “La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios. Corona de Castilla y León”, in Las Órdenes Militares en la Península Ibérica, Ciudad Real, 1996, à paraître.

142  Un premier pas a été réalisé en ce sens au bénéfice de l’article que j’ai présenté lors du III Encontro sobre Ordens Militares à Palmela en janvier 1998, “La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital : une approche prosopographique (fin xiie-milieu xive siècle)”.

143  Telle est la perspective de la communication que j’ai présentée au congrès annuel de la Société des Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public Français réuni à Pau en mai 1998, “Les Ordres Militaires et le service curial dans le royaume de Castille (1252-1369)”.

144  A. Rucquoi, “De los reyes que no son taumaturgos. Los fundamentos de la realeza en España”, Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, Zamora de Michoacán (Mexique), 51, 1992, p. 55-100. L’argumentaire de l’article a été repris dans la synthèse récente de l’auteur, Histoire médiévale de la Péninsule Ibérique, Paris, 1993.

145  Sur ce thème, plusieurs directions ont été avancées par K. Elm, “Die Spiritualität der geistlichen Ritterorden des Mittelalters. Forschungsstand und Forschungsprobleme”, dans “Militia Christi e Crociata nei secoli xi-xiii. Atti della undecima settimana di studio di Mendola, Milan, 1992, p. 477-518, repris dans Die Spiritualität der Ritterorden im Mittelalter, Torun, 1993, p. 7-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León. Bilan et perspectives de la recherche en histoire médiévale », Atalaya [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/78

Haut de page

Auteur

Philippe Josserand

École des hautes études hispaniques

Haut de page