Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
CREMatistique

Les esclaves et les affranchis musulmans et noirs en milieu urbain aux xive et xve siècles : l’exemple de Barcelone

Fabienne Plazolles Guillén
p. 182-189

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat présentée par Fabienne Plazolles Guillén, soutenue le 14 janvier 1998 devant l’Université Paris III (Directeur : Michel Garcia)

Texte intégral

Genèse du sujet

1Qu’il me soit permis de citer, pour rendre compte du cheminement vers le sujet définitif, un bref extrait de La Dorotea de Lope de Vega. Deux jeunes femmes, Clara et Marfisa, disputent des charmes d’une troisième, Dorotea :

Marfisa Es de caras redondas. ¿ Cómo le va de color?
Clara Trigueño claro.
Marfisa ¿El cabello?
Clara Algo crespo, efecto de aquel color.

2Si l’expression de la couleur — bien qu’elle soit courante à Cuba de nos jours — était insuffisante à suggérer une quarteronne très claire, la mention du cheveu quelque peu crépu, conséquence de la couleur confirme l’origine “obscure” de Dorotea. Que la description de Clara soit véridique ou qu’elle déforme sciemment la vérité pour déprécier l’une de ses congénères, il en va de même : l’origine présumée raciale et sociale est disqualifiante.

3Dans La Celestina, œuvre plus proche de nos préoccupations de médiéviste, le motif de la disqualification par l’origine raciale est déjà nettement perceptible. Le portrait de Centurio, matamore qui mettra fin aux exploits amoureux de Calixto, est ainsi ébauché par Areúsa :

¿Qué tiene bueno? Los cabellos crespos, la cara acuchillada, dos vezes azotado, manco de la mano del espada, treinta mujeres en la putería.

4Dans les deux cas, des caractéristiques ethniques de populations allogènes, servent d’indices discursifs de la disqualification qui règne dans la sphère sociale. Que dire des comédies de Torres Naharro ou des premières pages du Lazarillo où sont ouvertement mises en scène les amours de la mère du héros avec un palefrenier noir dont le prénom — Saïd — le renvoie à des origines musulmanes.

5C’est donc très en aval de notre recherche effective que nous placions tout d’abord le problème. Il nous importait plutôt de mettre à jour les mentalités de la péninsule vis-à-vis de ces individus musulmans qui, blancs, mulâtres ou noirs, avaient été esclaves. Les recherches que nous avions entreprises dans le cadre d’un D.E.A. nous avaient mise en contact avec des éléments épars de la législation romaine concernant le statut servile. Elles étaient lapidaires, mais nous conduisirent à la lecture des ouvrages d’Henri Wallon et de Moses Finley sur l’esclavage antique. L’abondance bibliographique sur l’esclavage à l’époque moderne nous persuada plus encore de la nécessité de nous centrer sur le Moyen Âge et d’aborder le problème de façon plus concrète. La lecture de l’œuvre de Charles Verlinden — qui demeure une somme — finit de nous convaincre en nous montrant la voie : il fallait une enquête en archives approfondie.

6Plutôt que de rechercher des traductions secondes des mentalités, nous allions “fouiller le réel” pour en extraire leur processus d’élaboration et leur expression brute dans la réalité sociale du contact avec l’esclave maure ou noir. Pourtant cela s’avérait encore insuffisant tant la relation à l’être servile avait été explorée déjà. Nous pouvions apporter là des modifications de détail, affiner des perspectives, mais nous n’ouvririons pas une voie nouvelle à la recherche. Cela nous laissait donc insatisfaite. Il fallait rechercher “l’aiguille dans la meule de foin”, les esclaves affranchis, explorer leurs destins, étudier leur insertion sociale et raciale dans le corps communautaire de la ville catalane.

La démarche d’enquête

7Un premier travail de sondage nous conduisit à Barcelone où Charles Verlinden avait montré la richesse documentaire. Il n’avait pas toutefois exploité la totalité des richesses qui y sont conservées. Nous n’allions pas pouvoir le faire non plus d’ailleurs.... Un tour d’horizon des différents types de source abordables à Barcelone, nous fit écarter une bonne part des archives de la Couronne d’Aragon pour ne conserver que le fonds des bailliages qui recelait quelques trésors. Nous gardions, pour la grille des sources disponibles et suffisamment nombreuses pour donner matière à ce travail, les fonds suivants :
– le notariat laïque à l’Arxiu de Protocols  ;
– le notariat ecclésiastique à l’Arxiu de la Catedral de Barcelona  ;
– les fonds judiciaires, policiers, municipaux et corporatifs à l’Arxiu històric de la ciutat de Barcelona  ;
– les fonds paroissiaux à l’Arxiu diocesà.

8Sur l’ensemble de ces fonds, un seul m’est resté fermé, celui des archives diocésaines et archiépiscopales où je n’ai jamais pu obtenir communication des documents qui m’importaient le plus et qui appartenaient aux fonds judiciaire, paroissiaux et confraternels.

9Le reste des fonds concernant les esclaves a été exploité, d’abord maladroitement, par un dépouillement exhaustif des manuels des notaires implantés dans certains quartiers de Barcelone. Ensuite, la pléthore documentaire nous a convaincue de la nécessité de combiner deux critères : d’une part la localisation des études ; d’autre part des périodes de sondage sur cinq années à intervalles de vingt ans. Reste que pour le xive siècle, dont le fonds est moins important, un dépouillement complet a été mené à bien par des équipes de doctorants du professeur Hernando y Delgado de l’Universitat Central de Barcelona : il a duré dix ans et ses fruits ne sont pas encore connus, bien qu’une édition soit toujours imminente. Pour le xve siècle, il semble nécessaire de faire de même, car les manuels recèlent des folios étonnants, comme ce procès de libération d’une jeune femme esclave qui retrace toute sa vie dans la famille de son maître.

10Parallèlement, nous travaillions sur les livres testamentaires, dont le nombre plus faible m’a permis une lecture presque exhaustive jusqu’aux années 1450 et par sondages jusqu’en 1560. Dans quelques cas nous avons pu opérer des recoupements intéressants entre des individus présents dans les actes des livres communs et des livres testamentaires. Ainsi la famille d’affranchis Sant Martí apparaît dans les manuels communs de Gabriel Canyelles, notaire attaché à la Cathédrale de Barcelone au moins de 1399 à 1425, pour toute une série de transactions et n’est pas absente des livres testamentaires, puisque le testament de l’épouse s’y trouve conservé.

11Le reste des fonds, notamment judiciaires, nous a permis d’entrer dans un des aspects les plus captivants de cette enquête : les activités réprouvées de ce groupe. Les séries nombreuses, mais, hélas, parfois en triste état de conservation, de la viguerie, nous ont livré bien plus que nous n’en espérions sur les démêlés de certains avec la justice ordinaire.

12Enfin, le fond des corporations et des confréries nous a peu aidée, car il est bien maigre, mal conservé et n’offre pas ou peu de prise sur la vie réelle des corporations et des confréries. Leurs statuts, souvent discriminatoires, sont régulièrement mis en défaut par la pratique. Ainsi, l’ancien esclave, Berthomeu Llimona, entre-t-il sans difficultés dans la confrérie des corailleurs de Barcelone et y jouit quelques années plus tard du statut de prohom.

13Par ce réseau de dépouillement, nous espérions pouvoir donner une lecture cohérente des attitudes des esclaves affranchis dans leur démarche d’insertion ou de rejet de même que de celles des individus libres. Toutefois cette démarche nous semblait tronquée si nous faisions l’économie d’une analyse de la pensée médiévale sur l’esclavage. La bibliographie existante nous avait trop souvent déçue sur ce point, elle forçait le trait sur la philosophie aristotélicienne, déchargeant trop systématiquement la pensée chrétienne du poids de certains discours et de certaines décisions ; enfin, elle faisait souvent peu de cas de la réflexion que l’islam mène très méthodiquement sur les peuples avec lesquels il se trouve en contact. Un ouvrage nous a guidé sur la démarche à accomplir, celui que François de Medeiros a consacré aux représentations de l’Afrique et des Africains dans les mentalités occidentales du xiiie au xve siècles. Comme lui, nous nous sommes lancée à la recherche de ces pans de discours qui informent et structurent les textes médiévaux sur l’esclavage, les peuples du sud du monde, sur les païens et sur les musulmans. Ce faisant, nous avons tenté de remonter jusqu’aux origines des préjugés, de ces invariants qui habitent la pensée occidentale et moyen-orientale quant aux esclaves. La relecture que nous faisons d’Aristote, des Stoïciens et de Saint Paul vise à retrouver les sources de la doctrine chrétienne sur l’esclavage et sa licéité. Ensuite, nous avons jugé utile de reprendre, dans les pas de Bernard Lewis, le chemin des constructions idéologiques que l’islam propose à la fois dans sa doctrine religieuse, ses écrits géographiques, médicaux ou législatifs.

14La longue durée de l’esclavage dans le bassin méditerranéen, l’existence de ce réseau argumentatif bifide, justifie par avance toute réduction en esclavage. Tout questionnement moral est oblitéré et toute tentative d’abolir l’esclavage, fors celui des chrétiens, est forclose. L’efficacité du modèle se révèle d’ailleurs dans la facilité avec laquelle la pratique esclavagiste se fixe, dès qu’elle en a les moyens, sur une proie privilégiée, les populations de sud du Sahara. L’examen de la documentation barcelonaise, vient à l’appui des données idéologiques. Au cours de la période qui nous a occupée, nous voyons nettement l’éventail des peuples réduits en servitude se refermer sur un seul : dès les années 1460, la majeure partie des esclaves est noire.

L’organisation du discours

15La surexploitation bibliographique des documents mis au jour notamment par Joaquím Miret i Sans et Charles Verlinden nous a conduite à privilégier des aspects nouveaux du problème afin de ne pas revenir sur les pas de si prestigieux prédécesseurs. Ceci a notablement influé sur l’architecture de la démonstration qui vise à mettre sous les yeux du lecteur une structure sociale en fonctionnement.

16Nous avons d’abord cherché à désamorcer la notion communément admise de réification de l’esclave. Cette notion permet trop souvent de chercher à émouvoir à peu de frais. Une lecture non pas distanciée mais lucide des textes, montre des menées plus complexes. La réduction de l’être en captivité est bien plus subtile, tant il est vrai que le Moyen Âge définit, suivant en cela la philosophie aristotélicienne, l’être-libre comme celui qui est à lui-même sa propre fin. L’esclave n’est plus dans ce cas, toutes ses possibilités d’être et d’agir sont détournées pour un temps ou définitivement au profit du maître.

17Dans un prolongement logique, nous avons cherché à saisir, malgré le peu de loquacité de la documentation, la réalité des relations entre le maître et l’esclave. Des liens se tissent, qu’ils soient marqués par la haine, le rejet, le mépris, la convoitise ou la sympathie sincère. Ils sont souvent marqués du sceau de la plus grande ambiguïté, les dominants combinent adroitement l’exploitation et la récompense, la proximité apparente et la distance profonde, la bienveillance mais la condescendance. L’ensemble est toujours un dosage raffiné d’ingrédients intégratifs et disqualifiants. Or cette ambiguïté se propage de l’esclavage à la libération, affectant non seulement ses conditions de possibilité mais également l’avenir social de l’être nouvellement libre.

18La libération cristallise en effet la nature des relations des deux intervenants, elle nous oblige à éviter les catégories pré-construites. Il existe une infinité de modalités d’assomption de cette levée de la mainmise. Nous nous sommes donc dirigée vers une étude qualitative de ces dernières et non vers une quantification qui ne sera d’ailleurs possible que lorsque toutes les sources seront dépouillées.

19La majorité des processus d’affranchissement rend compte de l’ambivalence des sentiments nourris par les uns et les autres. Les apparences de la vertu chrétienne cachent un pragmatisme bien réel qui conduit à accorder la liberté quand l’esclave ne peut plus servir non plus que trouver sa place dans la société. Il y a loin de la facile maxime, reprise à l’envi par nombre d’historiens, qui voudrait que l’esclave affranchi devînt “un citoyen parmi tant d’autres”. Ces nouveaux citoyens se heurtent bientôt à l’opportuniste versatilité de leurs désormais “concitoyens”. Tant qu’ils étaient esclaves, classifiables, contrôlés, identifiables, la bienveillance était possible devant l’innocuité du travailleur servile. Devenu libre et concurrent de n’importe quel compagnon, les portes du monde du travail se referment, la vie corporatiste lui échappe, de même que la vie confraternelle trop souvent. C’est encore une fois l’ambivalence qui frappe de son sceau les relations entre les libres de nature et les libérés. Le dégradé irait de la sympathie au respect voire à l’amitié sans que l’on puisse toujours écarter à l’arrière-plan l’intérêt et la condescendance.

20L’analyse dont nous avons voulu rapporter ici les résultats porte donc sur le jeu d’ouverture et de fermeture du monde du travail et des solidarités urbaines. Nous avons, pour cela, fait fond sur tout ce qui pouvait le matérialiser : appuis financiers, hébergement, soins aux malades, accueil au sein des mouvements confraternels. Or l’examen des sources — bien que partiel — montre une multiplicité de sous-groupes d’affranchis qui se regroupent en fonction de l’origine ethnique, de la religion antérieurement pratiquée, de la race et que ne traverse pas une conscience de groupe social. On en reviendrait à la définition de Vicens Vives qui les conçoit comme “un vaste groupe mouvant et hétérogène”. L’existence de confréries regroupant seulement les affranchis de race noire devenus chrétiens a beaucoup attiré notre attention puisque, encore une fois, elle mettait en lumière la structure d’attraction / répulsion perceptible dans d’autres modes de fonctionnement social. L’étrange préambule royal qui ouvre son acte de fondation à Barcelone traduit le désir de voir ces êtres, sans cesse renvoyés à leur négritude, devenir de parfaits chrétiens, à l’instar des autres membres du corps social, dans le même temps qu’on les maintient — ne fût-ce que discursivement — dans une stricte fermeture communautaire.

Conclusion

21Au terme de l’enquête, il fallait bien reconnaître l’éternel balancement de la société entre deux attitudes : l’accueil et l’éviction. Certes les maîtres libèrent les esclaves, ils les dotent également, mais avec une générosité calculée qui les confine dans des métiers subalternes ou des alliances mesquines. La société urbaine catalane présente cette attitude paradoxale qui consiste à importer des êtres humains d’un peu partout, en user, puis en les libérant, leur refuser l’accès complet au seul territoire géographique, social et affectif qui leur revient désormais. Elle ne leur concède qu’une position à proprement parler ex-centrique, loin du cœur géographique de la ville, loin de son cœur social. Cette périphérie qui devient leur domaine, cet exil intérieur leur fait côtoyer les groupes marginaux structurels de la société urbaine médiévale — joueurs, bretteurs, proxénètes et filles publiques — qui partagent alors leur infortune. La société les place dans une situation aporétique, libres mais inintégrables, instruits d’un métier mais sans emploi, dotées mais mariées à des partis étrangers ou infimes : elle fabrique et nourrit ses marges. Elle nous offre un reflet aussi clair que possible du paradoxe qui est au cœur de la pensée occidentale de la servitude. Rien n’efface, que le temps et la mort, la tache qui marque l’être servile. Il demeure étranger au groupe qui l’accueille durant toute sa vie et la mémoire de sa souillure perdure souvent après lui. Néanmoins, force est de nuancer ici notre propos, car selon l’origine ethnique, l’évolution diffère grandement. Sardes, Grecs et Slaves voient progresser leur situation assez rapidement, tandis que Maures et noirs végètent le plus souvent. Le siècle suivant durcit encore le trait et confirme par la quantité d’embargos de biens vacants que même la survie biologique leur est refusée.

22L’esclave ou l’affranchi n’est pas perçu comme une catégorie globale, l’attitude se différencie en fonction de ses origines ethno-religieuses. L’esclave musulman, blanc ou mulâtre, le noir païen conserve aux yeux du maître les apparences d’un danger bien plus redoutable que celui du Bosniaque, du Grec ou du Russe. Avoir un esclave musulman ou païen, connaître un affranchi de même origine — se fût-il converti —, c’est abriter un ennemi intime dont on ne sait jamais si la culture d’origine a été étouffée ni l’âme conquise. Faut-il rappeler la proximité réelle ou imaginaire du dernier royaume musulman d’Espagne, ou les terreurs enfantines que le noir éveille...

Perspectives de recherche

23L’homme noir frappe en effet l’imaginaire des sociétés médiévales occidentales, sa perception est oblitérée par des angoisses sur lui projetées. En eux se concentre le modèle idéologique du maure dans les productions littéraires, historiques et iconographiques que nous avons également l’ambition d’étudier. Les miracles de sainte Claire offrent un triptyque où la soldatesque qui envahit la demeure de la sainte est représentée noire, le nez épaté, portant turban et sabre courbe. Le chaudron infernal dans lequel achèvent de bouillir les âmes des damnés n’est-il pas sous la surveillance d’un bourreau noir et hideux. La Carassa, ne promène-t-elle pas depuis des siècles son énorme tête noire et son turban rayé, roulant des yeux pour effrayer les enfants avant de — retournement étrange des contes — leur cracher des jets de bonbons... Nous aimerions travailler sur ces productions symboliques populaires afin de comprendre comment et pourquoi la société se forge des images qui viennent imposer continûment sur l’homme noir une implacable binarité.

24Nous aimerions également reprendre en l’élargissant l’enquête d’histoire des mentalités entreprise par François de Medeiros en y incluant de nouveaux textes et en prolongeant sa chronologie jusqu’au xviie siècle. Cela nous permettrait d’inclure le De Æthiopum Salute, fabuleux traité rédigé par Alonso de Sandoval. Cela d’ailleurs pourrait permettre un remaniement et une amplification de la première partie de la thèse que je présente aujourd’hui.

25Ensuite, en suivant les travaux de Ricardo García Cárcel, nous aimerions nous plonger dans le dépouillement des archives inquisitoriales provenant du tout premier tribunal d’inquisition de Valence. Les chefs d’accusation qui les concernent intéressent au tout premier chef des comportements religieux hétérodoxes qui permettraient de mieux comprendre les progrès de la notion de paganisme dans les mentalités des censeurs en même temps qu’elles laissent affleurer des lambeaux des cultures d’origine. Plus largement, la documentation notariée conservée pour le règne des Rois Catholiques et de l’Empereur Charles Quint nous intéresse au premier chef. Avec Séville et quelques autres villes, le royaume de Valence est l’une des zones qui connaît le plus grand afflux d’esclaves de la région du Jolof. La nature géographiquement et ethniquement frontalière du Sahel occidental, son syncrétisme islamo-animiste, ses structures sociales segmentaires ont dû, sans doute, laisser des traces dans les fonds notariés de la ville et des agrovilles alentour, où nombre d’esclaves étaient employés aux travaux des champs.

26Bien que nous soyons convaincue que c’est toujours au travers des préjugés du dominant qu’elles se laisseront deviner, ne serait-ce que parce que leur canal d’expression ne sera plus leur langue d’origine, les quelques bribes que nous avons montrées — encore qu’imparfaitement — nous confortent dans l’idée que la poursuite de ces enquêtes n’est point illusoire et qu’elle nous donnera encore l’émotion d’entendre, au-delà du temps, le murmure d’une voix, la palpitation d’une existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Plazolles Guillén, « Les esclaves et les affranchis musulmans et noirs en milieu urbain aux xive et xve siècles : l’exemple de Barcelone », Atalaya [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://atalaya.revues.org/85

Haut de page