Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
CREMatistique

De l’écriture à l’édition : les vieux romances espagnols et la question du genre (1421-1551)

Virginie Dumanoir
p. 189-192

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat présentée par Virginie Dumanoir, soutenue le 28 septembre 1998 devant l’Université de Provence (Directeur : Jeanne Battesti)

Texte intégral

1La recherche romanceril a plus d’un siècle, et l’on rencontre encore dans le vaste océan de ces textes des sirènes pour séduire le chercheur. Il est ensuite bien difficile à ce nouvel Ulysse de ne pas être noyé sous les flots des romances manuscrits, imprimés, seuls ou en groupe, en musique ou récités, viejos ou nuevos. Lorsque s’y ajoute le déluge des recherches déjà entreprises, il ne peut semble-t-il éviter d’être submergé! Le chant cependant triomphe. Il fait naître le besoin d’entendre encore les paroles, de comprendre pourquoi elles nous touchent, comment elles sont parvenues jusqu’à notre xxe siècle depuis le crépuscule du Moyen Âge et l’aube du Siècle d’or. Les écueils sont nombreux! Ils sont parfois signalés par ceux qui entreprirent avant nous le même voyage, ouvrant des voies à travers les eaux. Ce mémoire apporte, nous le souhaitons, sa modeste pierre à l’île déjà vaste des études sur les vieux romances, quelques pieds de terre que l’on voudrait ferme gagnés sur la mer si vaste…

2Les “vieux romances”— pour reprendre la dénomination de Charles Vincent Aubrun, qui désigne ainsi les textes jusqu'au milieu du xvie siècle — offrent à la recherche un corpus de textes impressionnant, dont des extraits sont publiés çà et là sous forme d’anthologies ou d’éditions de chansonniers qui en renferment une parcelle plus ou moins importante. L’étude de la naissance et de l’affirmation du genre imposait de disposer de leur totalité afin d’être en mesure de les analyser et de les comparer dans une perspective d’ensemble. Sur les traces des compilateurs des premiers chansonniers de romances et profitant des textes dont des copies et des éditions ont été préservées par le temps, nous avons réalisé le recueil reproduit dans les volumes IV et V. Il permet de rassembler les textes des vieux romances disséminés dans des articles, des anthologies, des éditions plus ou moins complètes et d’offrir au lecteur une vue d’ensemble sur le premier siècle et quart de l’existence écrite des romances. Il nous a semblé en outre que ce travail préliminaire était primordial dans la formation d’un chercheur. Notre propos n’était pas de produire une édition mais de rassembler un Romancero viejo general pour notre étude et d'envisager par la suite la création d'un CD-ROM qui permettra des navigations multiples au sein de ce corpus aujourd'hui encore bien dispersé.

3Nous nous sommes ensuite attachée de notre mieux à effectuer une synthèse des données ainsi collectées. Nous avons été guidée par le désir de comprendre comment naît et s’affirme le genre romanceril. Les tenants de la théorie traditionaliste considèrent que le Romancero naît bien avant les premières transcriptions qui en ont été conservées et que ce sont des manifestations de ce genre traditionnel que l’on voit apparaître au xve siècle, essentiellement dans les chansonniers de cour. La diversité des textes regroupés sous cette appellation et les nombreuses exceptions qui s’y glissent sur la période invitait à s’interroger sur les tout débuts du genre. Comment ne pas prêter attention en effet à la chronologie de ces “ irrégularités ” qui les concentre sur le premier demi-siècle de l’introduction des romances dans le domaine de l’écrit ? Nous avons donc formulé une hypothèse : les premiers romances conservés semblent constituer des exceptions au genre parce qu’ils ne forment pas encore un genre à part entière. Cela n’interdit pas de croire que le romance existait oralement avec d’autres modalités, car nous n’avons travaillé que sur la tradition écrite.

4Cette tradition écrite n’est d’ailleurs pas étrangère à la transmission orale, à laquelle nous avons consacré la première partie de notre étude. Nous ne recherchions pas les traces d’une possible vie orale très antérieure aux romances transcrits. Il était plutôt question de restituer aux vieux romances tous les éléments contextuels de leurs premières mises par écrit, afin d’être en mesure d’en apprécier la signification et la portée. L’oralité est là dans tous les actes de la vie ordinaire de l’homme du Moyen Âge et de la Renaissance, et surtout dans les pratiques liées à la diffusion de la production poétique. L’étude des textes contemporains de l’apparition des romances met en évidence l’intervention de la récitation, du chant, de ses moments et de ses acteurs, liés à l’existence du romance comme à celle des autres pièces poétiques. Les romances eux-mêmes renferment des altérations, et des formules propres à l’exercice des jongleurs, qui peuvent être interprétées comme des marques d’un type de texte tant issu de la tradition orale que destiné à une performance. L’exploration des sources possibles de la présence de ces traits d’oralité conduit à mettre en évidence dans les vieux romances l’héritage des pratiques d’écriture de la geste, mais aussi des motifs privilégiés de la poésie courtoise castillane, elle-même évolution de celle des troubadours de Provence. Ce double apport savant ne suffit pas à épuiser la richesse de la trame formulaire romanceril, qui se constitue peu à peu tout au long de la période comme une caractéristique compositionnelle de ces textes. À la croisée d’une oralité traditionnelle liée aux interprétations des jongleurs publics et de pratiques d’écritures savantes qui codifient le rapport de la lettre et de la voix, les premiers romances émergent au cœur d’un faisceau d’influences.

5Peut-on parler dès lors de la naissance d’un nouveau genre ? Rien ne permet de l’affirmer. Les termes désignant les romances laissent entrevoir nombre de confusions qui assimilent ces textes à d’autres productions poétiques courtoises. On pourrait y voir une manifestation de la difficulté rencontrée par les poètes de cour au moment de classer une forme issue de pratiques populaires dont ils sont peu familiers. Les écrits de poétiques anciens, très peu nombreux il est vrai, n’aident guère à évaluer avec précision le statut réservé aux romances au moment de leur introduction dans les chansonniers manuscrits. Le problème du genre semble par ailleurs ne pas être au centre des préoccupations des érudits de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance; ce sont les écrits de poétique du xxe siècle qui fournissent les éléments susceptibles de définir les traits récurrents d’un genre. Les questions formelles en revanche reviennent fréquemment sous la plume des poètes-théoriciens des xve et xvie siècles, et le romance n’est pas absent des considérations de ce type. Il est alors associé et parfois confondu avec des formes poétiques qu’il côtoie dans les recueils de cour. C’est l’émergence d’une forme poétique romanceril savante qui se dessine alors, confirmée par les jeux littéraires auxquels elle se prête : glose, envois et réécriture insèrent parfaitement le romance dans la poésie courtoise. La musique vient compléter ce tableau. Les transcriptions musicales conservées témoignent d’une dimension orale élaborée — parfois inspirée de formes plus populaires — des textes romanceriles. Les premiers romances qui apparaissent dans les chansonniers manuscrits et les tout premiers imprimés sont donc représentatifs d’une forme poétique savante.

6C’est l’intervention d’une nouvelle modalité de l’écrit qui vient bouleverser cet état de fait et qui fait sortir la forme du cadre des chansonniers de cour. La forme romanceril semble jouir d’une faveur particulière auprès des imprimeurs, peut-être parce qu’elle est déjà familière au public de plus en plus large que les éditions des textes vont toucher. Elle atteint dans la première moitié du xvie siècle la dimension d’un succès d’imprimerie sans pareil. Cette explosion numérique des romances crée la première condition du genre : la reproductibilité d’un modèle est d’autant facilité qu’il est plus répandu, connu et accepté. La présence des romances est tout d’abord renforcée au sein des chansonniers imprimés, elle est attestée dans près de la moitié des feuillets poétiques édités sur la période et elle débouche logiquement sur la constitution de recueils exclusivement consacrés aux romances. L’affirmation du genre est ici couronnée par l’imprimerie qui lui accorde les lettres de noblesse d’une forme éditoriale plus chère, plus soignée. Les romances ne sont plus ajoutés à la fin d’autres publications pour compléter des folios vierges : ce sont eux qui occupent un recueil dont les dernières pages accueillent des perqués ou des chistes. La simple statistique met en évidence la régularisation de la disposition typographique des textes majoritairement anonymes composés d’un titre générique le plus souvent développé suivi d’une tirade continue d’octosyllabes. Ces derniers présentent une constante diminution de la présence de la rime consonante au profit de l’assonance. Loin d’être une preuve de faiblesse, le caractère limité des traits caractéristiques du genre en fait sa force. Ils permettent en effet une ouverture maximale dont le Romancero nuevo et ses multiples sous-genres — morisco, pastoral, historique, chroniqueur — illustre parfaitement : mais c’est là le sujet d’autres thèses…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Dumanoir, « De l’écriture à l’édition : les vieux romances espagnols et la question du genre (1421-1551) », Atalaya [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/88

Haut de page