Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Portraits de femmes chez Guido delle Colonne

Marie Bedel

Résumés

Guido delle Colonne, auteur de l’Historia destructionis Troiae, met en prose latine le Roman de Troie à la fin du xiiie siècle, et offre de nombreux portraits de femmes présentes ou non dans l’épopée antique. Nous nous proposons d’étudier ces figures féminines à travers différents points de vue : la perspective esthétique de la présence de ces femmes qui confère à un texte souvent aride un aspect parfois plus lyrique ; l’enjeu narratif aussi de la fonction des femmes qui jouent un rôle dans l’action et en influencent le déroulement ; enfin les jugements personnels que l’auteur insinue ou émet par le biais de la personnalité ou du comportement de ses héroïnes. Sa misogynie assumée participe de la mentalité de son temps héritée de l’Antiquité et des Pères.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on parle de la Guerre de Troie au Moyen Âge, il ne s’agit pas de l’épopée homérique connue à l’époque seulement de nom, mais jamais lue en occident avant la Renaissance. Pourtant, la « matière troyenne » est l’un des thèmes les plus traités dans la littérature médiévale. Il faut donc rappeler que le mythe troyen a été transmis à l’Occident médiéval non seulement par le biais des classiques latin et de l’Ilias Latina, mais surtout à travers le pseudo Dictys de Crète, et le pseudo Darès de Phrygie. Ces deux textes apocryphes du ive et du vie siècles, sont la base de la transmission de la « matière troyenne » à tout le Moyen Âge occidental et servent de sources principales au Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure et à ses réécritures du xiiie siècle. L’ouvrage qui nous intéresse est l’Historia destructionis Troiae, mise en prose latine du Roman de Troie à la fin du xiiie siècle par le juge sicilien Guido delle Colonne, qui ne cite pas sa véritable source, mais affirme lui-aussi s’inspirer de Dictys et de Darès. Ce texte, totalement ignoré aujourd’hui, a connu un immense succès au Moyen Âge (on a recensé plus de 240 manuscrits contenant cette œuvre) et il a été traduit dès le xive siècle dans la plupart des langues européennes. L’Historia suit Benoît de très près mais possède néanmoins son originalité et son intérêt propres, ne serait-ce que par le choix de la prose, les omissions ou les ajouts qu’il fait par rapport à sa source, ou encore ses opinions personnelles qu’il insère dans le texte.

2Dictys et Darès ont repris les personnages homériques, ont développé ceux qui n’étaient que secondaires dans l’Iliade et en ont ajouté d’autres, par souci d’exhaustivité. C’est pourquoi ils ont étiré le mythe pour commencer leur récit non pas à la colère d’Achille, mais aux sources du premier conflit gréco-troyen, à savoir l’expédition des Argonautes qui furent chassés de Troade par Laomédon, le père de Priam, ce qui engendra une première guerre de Troie. De même, si Homère s’arrête aux funérailles d’Hector, Dictys et Darès vont jusqu’au sac de Troie, et Dictys relate même les nostoi des héros grecs. Cette ouverture du mythe explique la présence des personnages de Médée ou de Clytemnestre, qui, si l’on s’en tenait à l’Iliade, n’auraient aucune raison d’avoir leur place dans ces récits médiévaux de la guerre de Troie.

3Les nombreux auteurs médiévaux qui ont traité la guerre de Troie en s’appuyant sur Dictys et Darès ont repris cette trame et donné un récit très complet et comportant de nombreux protagonistes. C’est le cas de Benoît de Sainte Maure et, à sa suite, de Guido delle Colonne chez qui le panel de personnages, et notamment de personnages féminins, est bien plus large que dans l’épopée homérique.

4Bien que représentant un univers guerrier, voire chevaleresque, et par conséquent masculin, la guerre de Troie médiévale accorde un rôle primordial aux femmes qui, quoiqu’éloignées du champ de bataille, sont très présentes et très actives dans les coulisses du palais troyen ou du camp grec. De la complicité de Médée au sacrifice de Polyxène, la présence des femmes est donc continuelle, depuis les origines jusqu’à la fin du conflit. Les grandes figures féminines chantées pas Homère, telles qu’Hélène, Briséis, Andromaque, Penthésilée, Cassandre ou Hécube, ont bien sûr leur place, mais puisque le mythe a été élargi dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge il faut donc ajouter Médée, Hésione, Polyxène, Pénélope, et bien d’autres.

5Quel est le rôle de ces femmes dans la guerre de Troie vue par Guido et, puisque l’on est dans un contexte conflictuel, quelles sont leurs armes ? Les portraits de femmes semblent servir la narration et Guido s’arrête parfois longuement pour louer leur beauté, ce qui confère une certaine esthétique littéraire à son texte parfois aride. En outre, les femmes servent la trame dramatique et, à leur insu ou non, elles peuvent souvent relancer l’action et le récit. Enfin, à travers le rôle idéologique de la présence des femmes, la misogynie patente de Guido, héritée de l’Antiquité tardive et des clercs médiévaux, s’exprime nettement dans certains portraits d’héroïnes, chacune étant présentée comme une nouvelle Ève destinée à perdre des hommes trop soumis à leurs passions.

La fonction esthétique de la beauté féminine

  • 1 Michelle Perrot, « Georges Duby et l’imaginaire écran de la féminité », CLIO, Histoire, Femmes et S (...)

6Il est bien connu que les critères de beauté ont sans cesse évolué à travers le temps, et le Moyen Âge, notamment le Moyen Âge courtois, possède ses propres canons. Chantée par tous les poètes, la beauté féminine s’attache surtout au visage qui doit présenter un front large, des lèvres vermeilles comme la rose, des sourcils fins, des dents blanches rappelant l’ivoire et des yeux brillants ; au teint de la peau qui se doit d’être clair et, enfin, aux cheveux que l’on préfère blonds et ondulés. Sur le plan moral, la jeune fille doit être vierge et la femme fidèle et chaste. Les femmes sont idéalisées dans les arts au point de devenir « l’imaginaire-écran de la féminité », pour reprendre les mots de Michelle Perrot1.

  • 2 « Vous resplendissez entre les autres belles femmes par le privilège de votre beauté comme la rose (...)

7Les portraits féminins donnés dans l’Historia par Guido delle Colonne relèvent donc de ces critères de beauté idéale. De fait, au livre II, lorsque Jason tente de séduire Médée afin d’obtenir son aide pour la conquête de la Toison d’or, il loue sa grande beauté en ces termes : « pulcritudinis prerogatiua refulges uelut rosa punitea, que ueris temporibus flores ceteros quos in aruis campestibus sponte natura produxit suorum titulorum insigniis antecellit2 ! » Cette fameuse métaphore de la femme belle, fraîche et vermeille comme la rose n’est pas sans rappeler la poésie courtoise et, pour ne citer qu’un exemple, la fameuse métaphore du sang et de la blancheur de neige dans l’évocation de Blanchefleur dans Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes :

  • 3 V. 4178-4180 : « le sang uni à la neige lui rappelle le teint frais du visage de son amie. » Chréti (...)

Que li sans et la nois ansanble
le fresche color li resanble
qui est an la face s’amie…3

  • 4 « Vraiment je ne pourrais donner de jugement sur cette affaire si toutes ne se présentaient nues à (...)

8Cependant, lors du jugement de Pâris au livre VI, Guido donne une vision très moderne et très novatrice de la conception de la beauté féminine. En effet, il fait dire à Pâris que même si le visage et les formes des déesses sont très parlants, pour apprécier pleinement la beauté de ces femmes, il doit les voir dans leur nudité. C’est pourquoi, les trois déesses doivent se présenter nues devant lui, sans quoi il ne pourrait juger leur beauté : « uerumde hoc non dabam iudicium nisi se omnes nudas meo conspectui presentarent, ut per imspectionem meam singulas earum partes corporis pro uero iudicio ualleam contemplari4. » Ce détail est assez exceptionnel, puisque même dans les romans courtois, si la femme est souvent évoquée de façon sensuelle, jamais les auteurs ne parlent de sa nudité.

9En outre, de même que dans la littérature courtoise et arthurienne les critères de beauté sont représentés notamment à travers les personnages d’Iseult, de Guenièvre, et de Blanchefleur, dans les œuvres à sujet troyen c’est la belle Hélène qui incarne la perfection du visage et du corps féminin. Benoît de Sainte Maure est très sévère envers cette dernière dans le Roman de Troie, ce qui explique peut-être qu’il ne s’attarde pas à la décrire en détails et se contente d’évoquer sa grande beauté. Guido, quant à lui, consacre au livre VII un long paragraphe à la description d’Hélène dans laquelle tous les critères de beauté dont nous avons parlé sont réunis. Pâris contemple en effet chez cette femme ses cheveux dorés et ondulés, sa blancheur de neige, son front lisse, ses sourcils relevés, ses yeux brillants comme des étoiles, son nez fin et régulier, sa mâchoire égale, ses joues roses, ses dents d’ivoire, son menton cristallin, son cou blanc et fin comme une colonne, ses ongles brillants, ses seins semblables à deux pommes et sa taille harmonieuse : ce portrait d’Hélène est donc unique et Guido développe ici considérablement ses sources, donnant la description de la femme idéale selon ses critères d’homme du xiiie siècle. Cela lui permet en outre d’alimenter son histoire en passages plus lyriques destinés à élever son œuvre au-dessus du rôle fastidieux de journal de guerre qu’elle s’était attribué.

10Les portraits physiques des protagonistes de la guerre de Troie que Benoît et Guido ont donnés sont fondés sur les portraits inventés par Darès de Phrygie. Le succès de ce dernier est en partie dû à ces descriptions des héros, grâces auxquelles il a conféré à des personnages mythiques une apparence plus humaine, contribuant ainsi à les inscrire dans le temps historique et féodal.

  • 5 « D’une très grande/ d’une grande/ d’une incroyable/ d’une immense beauté ».
  • 6 « Une blancheur de lait se répandait sur tout son visage, elle avait des joues roses et des cheveux (...)
  • 7 « Mais elle avait les sourcils joints, et cette jointure, formée d’une profusion de poils, présenta (...)

11Guido consacre donc une partie du livre VIII de son Historia à la description des héros grecs et Troyens, et les femmes y ont leur place. Notons d’ailleurs que lorsqu’il évoque la plupart des personnages féminins, l’expression « nimia (multa/incredibili/inmense) speciositate »5 est extrêmement récurrente dans son texte. Il rappelle à l’occasion de ces portraits la grande beauté d’Hélène, ajoutant qu’il a oublié de préciser dans le livre VII qu’elle avait une coquetterie entre les sourcils. Quant à Briséida, il la dit très belle, « perfusa candore, genis roseis, flauis crinibus »6 ; sa seule imperfection physique réside dans ses sourcils qui se rejoignent : « sed supercilys iunctis, quorum iunctura, dum multa pilositate tumesceret, modicam inconuenientiam presentabat »7.

  • 8 « Elle était d’une beauté plus masculine que féminine » (fo 28 r.).
  • 9 « Femme d’une sagesse incroyable, elle était très célèbre, savante en de nombreux domaines, extrême (...)
  • 10 « Elle avait un corps élancé, brillant d’une blancheur laiteuse. Ses yeux étincelaient et lançaient (...)
  • 11 « Elle était vraiment la plus vertueuse de toutes les femmes et modérée dans tous ses gestes » (fo (...)
  • 12 Nous reparlerons de cette rousseur qui ne semble pas anodine, puisque dans sa préscience, Cassandre (...)
  • 13 « Elle était très blanche, au visage couvert de tâches de rousseur […]. Elle savait prédire beaucou (...)
  • 14 « Ce serait un travail inutile que de décrire sa beauté par des mots précis, puisque son aspect sur (...)

12Puis, lors des portraits des Troyens, Guido nous présente des femmes non seulement belles physiquement, mais présentant de grandes qualités intellectuelles et morales. C’est le cas d’Hécube qui, très belle selon Darès, l’est un peu moins selon Guido qui la dit peu féminine : « magis declinauit ad uirilem formam quam ad speciem muliebrem »8. Il ajoute cependant qu’elle est très intelligente et savante et se comporte de façon très louable : « Mulier fuit mirabilis sagacitatis, illustris, multis erudita doctrinis, pia nimis, honesta multum et opera dilligens caritatis »9. Quant à Andromaque, elle est décrite comme la femme parfaite, présentant toutes les qualités physiques habituelles : « longa corpore, lacteo candore refulgens. Oculos habuit multo fulgore luciferos, rubicunda maxilis, roseis labys, et cesarie deaurata »10. Cette évocation des « gencives rouges » est originale et évoque peut-être un large sourire. Sa beauté intérieure n’a d’égale que sa beauté physique : « Inter omnes mulieres honestissima uere fuit, et in omnibus actibus moderata »11. Puis on a le portrait de Cassandre, qui est belle mais rousse12, et dont l’intérêt et les qualités sont plus intérieures que physiques : « candida multum, lentiginosa facie […]. Multa nouit predicere de futuris, cum in astrorum scientia et aliis liberalibus disciplinis esset potenter et patenter edocta »13. Enfin, Guido nous dépeint Polyxène, un personnage féminin absent chez Homère mais dont le destin tragique relaté par Darès a ému et séduit tout le Moyen Âge. Celle-ci est une jeune fille d’une extrême beauté que Darès a décrite mais que Guido se refuse à dépeindre, tant cette beauté indicible lui paraît de ce fait indescriptible : « Cuius speciem particularibus explicare sermonibus labor esset inutilis, cum eius forma quasi omnium aliarum speciem precelleret mulierum »14.

  • 15 « Nul ne pourrait trouver en ce temps-là quiconque de plus savant qu’elle » (fo 3 v.).
  • 16 « Puisqu’elle est elle-même dotée d’une grande beauté, remarquable par ses nombreuses connaissances (...)

13Citons encore le cas de Médée, qui n’apparaît pas, bien sûr, dans les portraits que Darès donne des Grecs et des Troyens, mais dont la beauté est grandement évoquée dans les trois premiers livres de l’Historia qui relatent la conquête de la Toison d’or par Jason. On l’a dit, sa beauté physique est louée par Jason, mais Guido préfère s’attarder sur ses qualités intellectuelles, puisqu’elle connaît non seulement les arts libéraux, mais aussi la magie : « nulla ea doctior posset illis temporibus reperiri »15. Enfin, Hésione, qui a été enlevée par les Grecs lors de la première destruction de Troie, est si belle et si attachante que son ravisseur se refuse à la rendre à Priam : « cum et ipsa sit nimia speciositate decora, multis insignita doctrinis, et laudabilium morum compositione uenusta »16.

  • 17 Douglas Kelly, « La conjointure de l’anomalie et du stéréotype », Cahiers de Recherches médiévales (...)

14Ainsi, le traitement de la guerre de Troie permet à Guido de mettre en scène des femmes si belles qu’elles deviennent rapidement des objets de désir pour les hommes : « La beauté physique doit inspirer l’amour, ce qui explique la prédominance de telles descriptions de belles femmes dans les romans arthuriens »17, j’ajouterai : et dans les romans antiques. Cette beauté décrite avec beaucoup de détails et d’application permet donc à Guido d’intégrer dans un texte de prime abord assez aride des passages esthétiques, voire lyriques. En effet, ces évocations de la beauté et de l’amour que celle-ci inspire conduisent l’auteur à soigner son texte en s’inspirant souvent des ornements stylistiques de la poésie latine classique.

  • 18 « Jason ouvrit chez Médée les portes de la virginité. Et ainsi, après avoir passé toute cette nuit (...)
  • 19 Francine Mora, « Nouvel Enée ou faux Enée ? Jules César et Enéas dans le Roman de Jules César de Je (...)
  • 20 Ibid., § 24.

15L’Historia destructionis Troiae est un récit de guerre, mais aussi un roman d’amour grâce à la présence de tous ces personnages féminins. Et, comme dans la plupart des romans d’amour, les amants sont liés par un destin tragique. Même s’il ne se livre pas à un développement sur la fin atroce de Jason et Médée pour en venir directement à la guerre de Troie, Guido évoque quand même la suite que l’on connaît en disant que Jason connut une mort cruelle et solitaire. Les amants de Colchide ont eu un destin fatal car leur passion est née d’une double trahison. De fait, Guido explique au livre II que Médée tombe follement amoureuse de Jason au premier regard et décide de le séduire et d’obtenir qu’il l’épouse. En échange de sa main, elle l’aidera à conquérir la Toison, trahissant ainsi son père et sa patrie. Désireux à tout prix d’obtenir la Toison, Jason accepte immédiatement et lui jure de l’épouser et de lui rester fidèle, serment qu’il ne tiendra pas. Et, comble du vice, ils scellent cette double trahison en s’adonnant aux plaisirs charnels par lesquels Jason arrache à Médée non seulement son honneur filial, mais aussi sa vertu. De son côté, Médée a accepté d’user de son pouvoir sensuel et de sacrifier sa virginité pour satisfaire son désir de partir avec Jason : « uirginitatis claustra Iason aperuit in Medea. Sicque tota illa nocte compsumpta in iocundis solacys uoluptatis, Medea licet sui uoti satisfationem impleuerit per uiriles amplexus et actus optatos uenereos a Iasone, propterea non euanuit scintilla cupidinis in eadem »18. « La scène d’amour débouche ici sur la “convoitise” de “l’avoir”, c’est-à-dire sur un marchandage pur et simple » : ces mots de Francine Mora19 commentant le Roman de Jules César conviennent aussi bien pour décrire ce commerce entre les deux amants. Cet épisode de Jason et Médée démontre donc que parfois l’amour n’est « qu’une courtoisie de façade qui dissimule assez mal la cruauté d’un désir essentiellement sensuel »20.

  • 21 « Et dès qu’il la vit, il la désira » (fo 21 r.).
  • 22 Voir Enéide, XI, 40-43 : « Vt vidit leuique patens in pectore uulnus… / inuidit Fortuna mihi… »

16Les amours de Pâris et Hélène présentent aussi un intérêt esthétique et Guido exploite largement leur passion. Bien qu’Hélène soit en premier lieu une simple proie pour Pâris et soit seulement destinée à venger l’enlèvement d’Hésione, les deux jeunes gens vont tomber sincèrement amoureux l’un de l’autre après un court jeu de séduction. De fait, au livre VII, Hélène se rend au temple de Vénus sur l’île de Cythère dans le but précis de voir Pâris et dans l’espoir qu’il la remarque. Elle mène d’ailleurs son projet à bien puisque : « quamut uidit, inuidit »21. Puis, une fois enlevée, Hélène déplore quelque temps son statut de captive, mais se laisse consoler par Pâris qu’elle épouse dès le lendemain. Notons d’ailleurs que ce jeu de mots : « quam ut uidit, inuidit », est clairement puisé chez Virgile22 et relève presque de l’art du centon, conférant un aspect poétique à la prose de Guido.

  • 23 Anne Rochebouet, « Variations sur une liste d’amants malheureux dans les Romans de Troie : vers un (...)

17L’épisode d’Achille et Polyxène est un autre exemple qui illustre le pouvoir que la passion pour une femme peut exercer chez un homme et « la folie engendrée par l’amour chez Achille »23. En errant près du tombeau d’Hector où des Troyens sont venus faire des libations, Achille rencontre la dernière fille de Priam et en tombe amoureux sur le champ. Cette passion l’amènera à vouloir trahir les siens en échange de Polyxène, ce qui permettra à Hécube d’organiser une embuscade pour le faire assassiner par Pâris. Le destin tragique d’Achille tué par Pâris est partagé par Polyxène qui, bien qu’innocente et même ignorante de l’affaire, sera sacrifiée par Pyrrhus sur le tombeau de son père pour avoir provoqué inconsciemment la perte de ce dernier. Le récit de la mort de Polyxène permet d’ailleurs à Guido d’introduire dans son texte le lyrisme pathétique que comporte cette scène. En effet, le lecteur sera plus ému par la vision d’une jeune fille belle, pure et innocente égorgée cruellement et injustement, que par celle de cent chevaliers morts au combat !

  • 24 « Mais Briséida qui semblait aimer Toilus avec non moins de ferveur amoureuse que lui » (fo 51 v.).
  • 25 « Comme c’est le propre de la femme, elle se tourne vers Diomède et détourne son amour » (fo 63 r.)

18Citons enfin les amours tumultueuses de Troilus et de Briséida relatées à partir du livre XIX. Troilus est éperdument amoureux de la fille de Calchas et celle-ci semble l’aimer en retour : « Briseida uero que Troilum non minoris amoris ardore dilligere uidebatur »24. Or, contrainte de quitter Troie pour rejoindre son père dans le camp grec, elle se lamente et jure fidélité à son amant. Mais cette femme volage trahira sa promesse et deviendra au livre XXVI l’amante du grec Diomède : « Sicut est proprium mulierum in Diomedem declinat et conuertit amorem »25. Ainsi, Diomède ayant été blessé par Troilus, la femme se détourne de son premier amant et s’intéresse au malade qu’elle vient soigner en cachette dans son attendrissement. Ce topos de l’attirance de la jeune fille pour le héros blessé n’est pas sans rappeler, par exemple, l’épisode courtois de Tristan blessé par le Morholt et soigné par Yseult. Quant à Troilus, il mourra sous les coups d’Achille.

19Ces épisodes amoureux servent donc clairement l’esthétique de l’œuvre, lui conférant un aspect romanesque, voire parfois lyrique, et la présence des différentes figures féminines est indispensable à ce dessein.

La fonction diégétique des portraits féminins

  • 26 Philippe Logié, « L’oubli d’Hésione ou le fatal aveuglement : le jeu du tort et du droit dans le Ro (...)
  • 27 « Elle a été placée telle une courtisane soumise au plaisir de Télamon » (fo 12 r.).
  • 28 Philippe Logié, art. cité, p. 241.

20Les femmes jouent aussi un rôle primordial dans l’histoire elle-même et ce, de façon plus consciente que dans l’épopée antique, dans laquelle les dieux décidaient du sort des hommes. Désireux d’ajouter des éléments à une tradition qu’ils jugeaient incomplète, les auteurs de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge ont relaté deux guerres de Troie et deux rapts fatals de femmes, là où Homère n’avait vu qu’une guerre et mis en cause qu’une seule femme. De fait, la première destruction de Troie racontée par Guido au livre IV aboutit à l’enlèvement d’Hésione, personnage crucial ici « dont l’évocation dans la tradition mythologique est aussi rare que laconique »26. Puisque Laomédon a honteusement chassé les Grecs venus demander l’hospitalité à Troie lors de l’expédition de la Toison d’or, ces derniers, une fois leur mission achevée en Colchide, sont venus se venger. Après avoir tué Laomédon et pillé Troie, ils enlèvent Hésione, la fille du roi et la remettent à Télamon. Or Priam est peut-être encore plus offensé par le rapt de sa sœur que par l’assassinat de son père. En effet, la captivité d’Hésione est un outrage d’autant plus grave que Priam se désole au livre V du fait que Télamon n’a même pas daigné épouser sa captive : « meretricio more sub Thelamonis libidine constituta »27. Si Hésione n’est dans cette affaire qu’une victime innocente et en rien responsable des conséquences de son enlèvement, sans le vouloir, elle est à elle seule l’aboutissement de la première destruction d’Ilion et la brindille (fomite) à l’origine du grand feu de la seconde guerre de Troie, pour reprendre la métaphore de Guido au livre V. Hésione est donc « l’équivalent troyen d’Hélène »28 et l’instrument de la guerre qui va justifier pour les Troyens la nécessité d’enlever la femme de Ménélas.

  • 29 Loc. cit.

21Pâris verra de fait en Hélène la monnaie d’échange idéale pour récupérer sa tante. Ce dernier « n’est donc plus simplement un débauché ravisseur, mais il accomplit une vengeance et rétablit un droit »29 :

  • 30 « Parce que je suis sûr et certain que les dieux veulent que je puisse confondre la Grèce et la pil (...)

quia pro certo sum certus deos uelle me Greciam posse confundere et grauiter depredari necnon de optimatibus Grecie nobiliorem mulierem erripere et in Troianum regnum a me captam posse transferre, que pro redemptione uestre sororis Exione de facili poterit conmutari30.

  • 31 « Voulant être contrainte », III, 248. Voir Francine Mora (dir.), L’Iliade, épopée du xiie siècle s (...)
  • 32 Philippe Logié, art. cité, p. 250.

22Hélène, en revanche, participe consciemment à l’action et n’est pas présentée comme la faible victime enlevée contre son gré, bien au contraire, elle a sciemment séduit Pâris et devra en assumer les conséquences. Joseph d’Exeter va même jusqu’à insinuer que le rapt d’Hélène n’est autre qu’une fugue : « cogique volens »31. D’ailleurs, chez Guido, en épousant volontairement Pâris à la fin du livre VII, elle scelle le destin tragique des deux peuples et par ces noces indignes, comme le souligne Philippe Logié, elle « fait basculer le droit dans le camp grec32 ». Le rôle que joue Hélène est donc primordial, puisque c’est elle et non Vénus qui offre son amour à Pâris pour le malheur des Grecs et des Troyens.

  • 33 Voir E. Baumgartner, « Sainte(s) Hélène(s) », in : Femmes-mariages-lignages, xiie-xiv e siècles : M (...)

23On pourrait donc parler du pouvoir dévastateur de la beauté féminine, puisque par leurs charmes fascinants, les femmes provoquent des passions destructrices qui engendrent des catastrophes sans précédent. Après avoir facilité la conquête de la Toison d’or, la belle et puissante Médée va entraîner Jason vers un destin atroce ; par ses charmes innocents, Hésione sera la source première de la seconde guerre de Troie ; belle mais volage, Briséida va provoquer une haine farouche et mortelle entre Diomède et Troilus ; la beauté pure de Polyxène fera naître chez Achille une passion folle qui le conduira à sa perte ; enfin, face à la beauté fatale d’Hélène, Pâris va concevoir un « amour mortifère », pour reprendre les mots d’Emmanuelle Baumgartner33.

  • 34 « Mais Hector, très indigné par les paroles de sa femme, blâme son épouse et lui fait des reproches (...)

24Parmi toutes ces femmes magnifiques, seule Andromaque échoue dans sa mission de séductrice qui serait pourtant salvatrice et son pouvoir de séduction est mis à mal face à un Hector trop valeureux. En effet, au livre XXI, convaincue que son mari perdra la vie s’il part combattre, Andromaque tente par tous les moyens d’empêcher Hector d’aller sur le champ de bataille. Elle se rend donc auprès de ce dernier afin d’essayer de le convaincre, mais celui-ci la repousse rudement. Cette vision médiévale du couple que forment Hector et Andromaque rompt avec la tradition épique et l’on ne retrouve pas les magnifiques et touchants adieux du chant VI de l’Iliade. Bien au contraire, Hector se montre très distant envers sa femme et lui reproche violemment ses manigances pour l’empêcher de combattre : « Hector uero ad uxoris uerba nimium indignatus uxorem increpat et eam in multa uerborum accerbitate castigat »34. La grande beauté et la grande vertu d’Andromaque ne suffisent donc pas à convaincre Hector et elle n’a pas assez d’emprise sur son mari qui ira se battre et tombera sous les coups d’Achille dans une embuscade tendue par ce dernier.

25Bien qu’absentes du champ de bataille les femmes jouent donc un rôle dans les palais ou dans les camps, prennent souvent la parole, participent aux débats : elles ont, par conséquent, une réelle fonction diégétique et sont indispensables au récit. On constate également que, parfois évoquées en tant qu’épouses, elles ne sont que rarement considérées en tant que mères puisque, vues sous cet aspect, elles perdraient leurs attributs de puissantes séductrices.

  • 35 Ce terme est difficile à traduire et j’ai choisi de conserver la « mathématique », mot qui recouvre (...)
  • 36 « Mais la perle de ses connaissances, ce en quoi elle excellait tout-à-fait, était l’art mathématiq (...)
  • 37 « Si tu me prends pour femme, si tu m’arraches au royaume de mon père et m’emmènes dans ta patrie, (...)

26Si toutes possèdent des qualités physiques leur permettant souvent d’obtenir ce qu’elles souhaitent de la part des hommes soumis à leurs charmes, certaines femmes ont aussi un pouvoir supérieur, presque surnaturel. Médée, en effet est très puissante et pratique la magie et la nécromancie : « Set eius margarite sciencia ex qua pocius prepolebat erat ars illa mathematica35 que per uires et modos exortizationis nigromanticos… »36. Sa seule beauté n’aurait pas suffi à séduire Jason, car celui-ci comptait sur les pouvoirs de la belle qui saurait l’aider à conquérir la Toison : « Si me tibi copulaueris in uxorem, si me ab hoc paterno regno, Iason, adduxeris in tuam patriam delaturus, si me fidelis non deferes quoad uiuam, faciam et tractabo quod aurei uelleris obtentu implebis finaliter uotum tuum, totis yminentibus malis et periculis anullatis »37. Médée joue donc non seulement le rôle de séductrice commun à beaucoup d’héroïnes de l’Historia, mais aussi celui de magicienne toute-puissante, ce qui la place au-dessus des autres femmes et lui attribue une fonction particulière dans le récit. En effet, sans elle et sans ses pouvoirs, il ne pourrait y avoir de conquête de la Toison d’or et l’épisode de Jason n’aurait aucun sens. Pourtant la suite du mythe nous dit que la nécromancie de Médée ne lui a pas assuré le bonheur ni la fidélité de Jason et, là encore, on constate que les pouvoirs de la femme connaissent des limites.

  • 38 « Elle excellait plus dans les arts libéraux, puisqu’elle avait la connaissance de ces sciences et (...)
  • 39 « Or, tandis que Cassandre proférait ces paroles et d’autres plus affreuses en se plaignant continu (...)

27C’est aussi le cas pour Cassandre qui possède le don de divination : « in liberalibus artibus plus polebat, habens noticiam earum scientiarum et etiam futurorum »38. Malgré cela, elle ne saurait convaincre les siens du danger qu’ils courent en acceptant Hélène à Troie. Ses prédictions déplaisantes vont même attirer sur elle les foudres de son père qui, dans son aveuglement, finira par la faire enfermer à la fin du livre VII : « Dum hec igitur et alia duriora continuis querelis Casandra diffunderet, ad regis Priami monitus nullo modo desisteret inquieta, rex ipse ipsam capi mandauit et in compedibus ferreis in claustro firmari »39. Guido ne reprend pas la tradition mythologique selon laquelle Cassandre, châtiée par Apollon à qui elle s’était refusée, ne serait jamais écoutée ; il conserve cependant cette figure de prophétesse incomprise et détestée. Or, Guido a précisé dans le portrait physique de Cassandre que celle-ci était rousse. Cette rousseur ne semble pas anodine et l’on peut se demander si elle ne participe pas du motif de ce rejet, selon le fameux topos médiéval, qui voulait que les traîtres fussent roux, tel Judas, ainsi que les personnages diaboliques dont il faut se méfier.

28Ainsi donc, les portraits de femmes sont nombreux et divers, plusieurs motifs sont représentés à travers elles et elles ont une influence directe sur l’action au même titre que les héros de la guerre. La grande beauté des différentes héroïnes et leur façon d’en user sert donc à justifier l’amour souvent dangereux que les hommes vont concevoir pour elles. En effet, des chevaliers fougueux comme les héros de la guerre de Troie médiévale sont fascinés par des créatures dont la seule arme parfois destructrice réside dans leurs charmes. L’amour qu’elles peuvent inspirer aux hommes a souvent une incidence sur le cours de l’histoire et par leur pouvoir de séduction, certaines savent changer les sentiments et les désirs des hommes, les amenant parfois à commettre des actes irréparables. D’autres, grâce à leurs pouvoirs magiques, arrivent à infléchir les événements ou du moins à prédire aux hommes l’avenir qui les attend. On constate donc que, dotées de nombreux pouvoirs, les femmes de la guerre de Troie n’ont pourtant pas celui de rétablir la paix ou d’éviter la guerre.

La fonction idéologique des comportements féminins

  • 40 James A. Brundage, « R. H. Bloch, Medieval Misogyny and the invention of Western Romantic Love », C (...)

Les écrivains judéo-chrétiens ont pendant des siècles cultivé une tradition misogyne qui dénigre toutes les femmes, leur attribuant une nature sournoise, inconstante, trompeuse, confuse, gourmande et lascive. Bref, cette tradition les décrit toutes comme des créatures libertines, poussant à la débauche et que tout homme raisonnable doit éviter de fréquenter40.

29Cette vision misogyne est en grande partie héritée des Pères de l’Église, notamment Tertullien, saint Augustin et saint Jérôme. Le Moyen Âge a totalement entériné et assumé cette image négative de la femme et nombreux sont les textes médiévaux à caractère misogyne. Les romans antiques et leurs mises en prose adhèrent à ces conceptions dans une vision chrétienne qui fait des déesses et des héroïnes mythologiques des monstres de beauté dangereux et pernicieux.

  • 41 Marc-René Jung, La légende de Troie en France au Moyen Âge, Bâle-Tübingen : Francke, 1996, p. 564.

30C’est dans cette perspective que Guido utilise les personnages féminins pour transmettre au lecteur ses opinions personnelles et ses jugements de valeur sur les femmes. De fait, comme tous les clercs de son temps, « Guido n’a pas de scrupules lorsqu’il insère des passages antiféministes dans son texte »41. Ainsi, il s’en prend ouvertement à Hélène la séductrice, à Médée la coquette et la traîtresse, à Briséida, la femme infidèle et volage ou encore à Hécube, la perfide manipulatrice.

  • 42 « Mais ô Hélène, la plus belle des femmes, quelle folie t’a prise au point que tu désertes le palai (...)

31Par conséquent, Guido insinue au livre VII qu’Hélène a prémédité de suivre Pâris et qu’elle a décidé de se rendre sur l’île de Cythère pour assouvir son « appétit » de femme impudique. Il invective même directement la femme de Ménélas, lui reprochant son comportement et l’accusant d’avoir feint la piété pour mieux plonger dans le vice et l’adultère : « Sed o Ellena, speciosissima mulierum, quis te rapuit spiritus ut in abscentia uiri tui tua desereres leui rellatione palacia, exires eius castra ygnotum uisura hominem ? […] O quam grati feminis esse deberent earum domorum termini et honestatis earum fines et limites conseruare ! (…) Optasti ergo tu, Ellena, tua exire regimina uisura Cithaream ut sub pretextu uoti soluendi uirum posses uidere barbaricum ut pretextu liciti ad illicita declinares »42.

  • 43 « Les cœurs des femmes qui s’émeuvent facilement » (fo 20 v.).
  • 44 « Elle attirait de nombreux amants en raison de ses nombreux charmes et en aima un grand nombre, pu (...)

32De même, le personnage de Briséida est présenté comme le symbole de l’inconstance féminine, puisque, dit Guido au livre VII, : « mulierum animos de facile se mouentes »43. Dès sa description au livre VIII, Guido précise : « Multos traxit propter multas illecebras amatores multosque dilexit, dum suis amatoribus animi constantiam non seruasset »44. Cela lui sert d’introduction au récit des amours infidèles avec Troilus. En effet, la belle ayant dû quitter Troie pour rejoindre son père dans le camp grec, va délaisser son amant auquel elle avait fait mille promesses, pour séduire Diomède. C’est pourquoi notre auteur insère sa propre opinion dans le récit en s’adressant directement à Troilus au livre XIX :

  • 45 Le manuscrit dit uiris mais cela m’a paru une faute de construction et j’ai choisi de corriger en n (...)
  • 46 « Vraiment pour toutes les femmes il a été décidé par la nature qu’il n’y ait en elles aucune const (...)

Sane omnibus mulieribus insitum est a natura ut in eis non sit aliqua constantia : quarum si unus oculus lacrimatur ridet alius eius oculus ex transuerso, quarum mutabilitas et uarietas eas ad illudendos uiros semper inducit. Et cum magis amoris uiri45 hostendunt statim felicitatione per alium amoris sui demonstratiuam instabilem repente uariant et commutant46.

  • 47 « Bien qu’étant une jeune fille très belle, elle s’efforça, comme c’est l’habitude des femmes, d’aj (...)
  • 48 De cultu feminarum, I, 6, (Sources Chrétiennes, 173, éd. M. Turcan, Paris : Le Cerf, 1971).
  • 49 Traduction de E. A. de Genoude, Paris, 1852.
  • 50 Ibid., II, 2.

33En outre, digne héritier de Tertullien et du De cultu feminarum, Guido critique ouvertement la coquetterie féminine au livre II, à travers le personnage de Médée. Celle-ci en effet, se pare et se maquille, cherchant à se rendre plus belle qu’elle n’est, afin de séduire Jason : « quamquam esset uirgo nimium speciosa, conata est, ut mulierum moris est, speciem addere speciei per speciosa uidelicet ornamenta. Quare compta preciosis ornatibus et regio apparatu, decori gradu. […] Licet esset multo rubore perfusa, tamen temperare non potuit suorum acies oculorum »47. Or cette pratique du maquillage est considérée par Tertullien48 comme un instrument qui fait tomber les femmes dans le narcissisme et les conduit à « bâtir pour un sexe idolâtre de soi-même un édifice de vanité »49. De plus, cette habitude néfaste participe de la séduction par laquelle les femmes cherchent à perdre les hommes : « parce que le désir de plaire par la séduction de la beauté vient d’un cœur corrompu. Nous ne le savons que trop, ces agréments extérieurs sont une amorce naturelle à la luxure »50.

34Ainsi donc, Guido est considérablement influencé par la tradition patristique misogyne qui voit en la femme un objet de tentation pour l’homme et un temple de beauté illusoire qui recèle en réalité de nombreux vices.

  • 51 « Cependant selon la tradition des saintes écritures de l’Église catholique et universelle, l’on cr (...)

35Or il n’est pas rare que le diable se métamorphose en femme pour tenter les hommes, surtout les saints. Nombreux sont les récits médiévaux de ce genre et la tentation de saint Thomas d’Aquin, pour ne citer qu’un exemple, illustre ce topos de la femme qui cherche à perdre l’homme en usant de ses charmes. Guido rappelle à ce propos, au livre X, que selon certaines traditions, le tentateur du Paradis terrestre était un serpent à tête de femme : « secundum tamen traditionem sacrarum scripturarum catholice et uniuersalis Ecclesie ratum est, ut scripsit Beda, quod diabolus ellegit tunc quemdam serpentem de quodam genere serpentum uirgineum habens uultum »51.

  • 52 Voir Daretis Phrygii ilias, III, 363. Éd. citée de F. Mora, p. 156.
  • 53 « L’appétit désirable d’une volonté changeante qui s’empare habituellement du cœur des femmes par u (...)
  • 54 Michèle Guéret-Laferté, « La représentation de la chute de Troie dans l’Iliade de Joseph d’Exeter o (...)
  • 55 « Sic Helenen totam pars unica mergit et ipsum // Excitat in cladem regnis certantibus orbem » (v. (...)

36Ce motif de la femme diabolique instrument du vice est donc largement évoqué dans l’Historia. Ainsi, Hélène, le « monstre fatal » (« monstrum fatale ») de Joseph d’Exeter52, est pour Guido une nouvelle Pandore ou une nouvelle Ève, dont le seul désir de volupté a provoqué par sa grande puissance la perte de deux peuples. Au livre VII, Guido parle en effet d’une pulsion presque bestiale qui pousse Hélène vers Pâris : « uarie uoluntatis desiderabilis appetitus, qui mulierum animum consueuit subita uoluntate corripere, Ellene animum inconsulta flagrantia concitauit »53. De même Joseph d’Exeter, peut-être le plus sévère envers Hélène parmi les auteurs médiévaux qui ont traité le sujet, explique au chant IV de son Iliade qu’Hélène présente un défaut physique intérieur et que, pour reprendre les mots de Michèle Guéret-Laferté54, « la sensualité insatiable qui l’anime est liée […] à l’hypertrophie de son foie : cette “seule partie de son être qui submerge Hélène tout entière et entraîne au désastre même l’univers, dont les royaumes se font la guerre”55 ».

37Guido évoque aussi au livre II la « concupiscence dépravée de la femme » (« mulieris concupiscentia dissoluta ») qui ne sait se contenir et dont le vice est « d’une profondeur sans fond » (« profunditas sine fundo »).

  • 56 Voir Catherine Croisy-Naquet, « L’Ovide moralisé ou Ovide revisité : de métamorphose en anamorphose (...)

38Non contente de séduire et de pousser l’homme au péché, la femme peut être aussi une « femme fatale, cynique, calculatrice, redoutable par sa rouerie »56. Nous avons évoqué le chantage calculateur de Médée, le jeu de séduction égoïste et dévastateur d’Hélène, mais il nous faut aussi parler de la machination organisée par Hécube. De fait, en utilisant sa fille Polyxène comme appât, la reine de Troie échafaude froidement un plan pour perdre Achille qui lui a demandé la main de la princesse. Ainsi, affectant d’accepter un marché avec le prince grec, elle le convie à la signature d’un pacte qui n’est autre qu’une embuscade permettant à Pâris d’assassiner Achille au livre XXVII. Elle dit en effet à Pâris :

  • 57 « Car cet Achille de malheur m’a souvent demandé de lui donner ma fille Polyxène comme légitime épo (...)

Hic enim infelix Achilles fecit sepius me requiri de Polisena filia mea sibi tradenda legiptimam in uxorem, quem dum de ea sibi tradenda in spe certa promiserim propono ad eius noticiam destinare ut ad me in templum Apolinis mecum ueniat loquuturus. Vbi uolo quod tu, fili mi, cum fideli nostrorum militum comitiua secreto debeas te latere et eo ibidem ueniente et, uobis irruentibus in eundem euadere non ualeat, manus uestras quin interficiatur ibidem57.

39On a donc ici l’image d’une Hécube manipulatrice et rusée dont le stratagème mènera, certes, à la mort d’Achille et à la vengeance de ses fils tués par le héros grec, mais aussi au sacrifice injuste de Polyxène, victime innocente de cette machination. Porteuses de vice, les femmes, par leurs manigances, sont donc aussi instruments de malheur et bien que souvent mis en garde, les hommes tombent pourtant sans cesse dans leurs griffes.

  • 58 Voir N. Jacques Chaquin, « La curiosité sorcière : représentations du désir féminin du savoir chez (...)

40De plus, l’image de femme savante véhiculée notamment par Médée et Cassandre est équivoque. En effet, si elles attirent les hommes par leur beauté et l’intérêt que leur science peut leur apporter, surtout dans le cas de Médée, leur savoir peut aussi s’avérer inquiétant, faisant d’elles un objet de fascination et de répulsion. Le savoir des femmes relève de fait soit du paganisme dont il faut se méfier, soit des sciences magiques et par conséquent dangereuses. Cet attrait qu’elles exercent sur les hommes peut se rapprocher de la « curiosité sorcière » dont parle Nicole Jacques Chaquin58.

  • 59 « Mais ô Troilus, quelle crédulité si juvénile t’a poussé à te tromper au point de croire aux larme (...)

41Enfin, Guido s’interroge parfois sur la naïveté des hommes qui succombent trop souvent aux dangereux charmes féminins. Au livre XIX, lors des adieux de Troilus et de Briséida, il s’adresse à Troilus en ces termes : « Sed o Troyle que tam iuuenilis te coegit erare credulitas ei ut Briseide lacrimis crederes et eius blandicys deceptiuis59 ? »

  • 60 « Au même titre que la matière recherche sans cesse une forme » (fo 4 r.). Notons d’ailleurs que ce (...)
  • 61 « Pourquoi donc, ô roi Éétès, poussé par l’audace, as-tu jugé bon de placer cette jeune fille côte (...)

42Il accuse aussi au livre II l’imprudence du roi Éetès, qui a sous-estimé le danger que représentait Médée. C’est en effet lui qui a invité sa fille à se rapprocher de Jason, oubliant ainsi l’attirance qu’une jeune fille peut concevoir à la vue d’un jeune homme, « sicut appetit materia semper formam »60. Il dit ainsi au roi : « Quare ergo, o rex Hoetes, ductus audacia tenere puelle latus extranei uiri lateri censuisti ? Si sexus fragilitatem ex animo discusso librasses. […] Quid tibi profuit Martis custodia aduersus fraudes mulieris et dolos61 ? »

43Ainsi, des erreurs humaines telles que la légèreté d’Éetès peuvent conduire à de très grands malheurs. De même, la susceptibilité de Laomédon, l’inconséquence de Pâris ou encore l’aveuglement de Priam ont mené par deux fois Troie à la ruine et la Grèce à la perte de nombreux hommes, et ce, très souvent à cause de femmes dangereuses et perfides.

  • 62 Catherine Croisy-Naquet, art. cité, § 20.

44Les personnages féminins de l’Historia sont donc porteurs de l’idéologie transmise par Guido et les nombreuses remarques de notre auteur dénotent une misogynie flagrante, peut-être plus grande encore que celle de Benoît de Sainte Maure. Ce dernier en effet, bien que sévère envers les femmes, n’insère pas autant de jugements dans son roman et chante même les amours de Pâris et d’Hélène qu’il considère comme « un modèle achevé de perfection amoureuse », pour reprendre les mots de Catherine Croisy-Naquet62.

Conclusion

45Les portraits de femmes sont donc nombreux et variés dans l’Historia destructionis Troiae et comportent différentes fonctions.

46En effet, leur présence permet à l’auteur de conférer un aspect esthétique à son texte, à travers leurs descriptions physiques ou l’évocation des sentiments qu’elles-mêmes éprouvent ou qu’elles inspirent aux hommes. Ces passages qui relèvent parfois du lyrisme permettent d’élever l’œuvre vers des sphères plus littéraires que le simple journal de guerre proposé par Darès.

47En outre, puisque les femmes participent directement au débat ou à l’action, leur rôle sert grandement la trame de ce récit de guerre a priori essentiellement masculin. Les auteurs apocryphes et médiévaux ont donc conservé cet aspect épique voulant que la femme absente du champ de bataille (excepté Penthésilée) se trouve partout ailleurs et ne soit pas reléguée au rang de simple décor.

48Enfin, héritant à la fois de la misogynie antique et de la méfiance chrétienne vis-à-vis des femmes, Guido delle Colonne attribue une fonction idéologique à ses portraits féminins. Représentant à travers elles la plupart des défauts, voire des vices, du sexe faible, l’auteur propose ainsi des contre-exempla destinés à mettre en garde les hommes contre des femmes dont la beauté n’a souvent d’égale que la perfidie.

49James A. Brundage écrit :

  • 63 James A. Brundage, art. cité, p. 80.

C’est paradoxalement de cette misogynie que la littérature courtoise est née au xiie siècle, donnant vie à la tradition d’amour romantique, qui idéalise la femme comme attrait irrésistible pour l’homme, tout en restant pure et virginale. […] La poésie et les romans courtois décrivent les femmes aimées des hommes comme des sources simultanées de joie et d’angoisse, de délice et de souffrance63.

50Or, si l’Historia de Guido n’entre pas dans le registre de la littérature courtoise à proprement parler, il s’en rapproche par moments en certains points, puisque le chevalier combattant à la guerre de Troie connaît les périls que représente la femme, mais il demeure profondément et irrésistiblement attiré par ses charmes. La chaste et innocente Polyxène n’est-elle pas en effet un modèle d’héroïne courtoise parfaitement inaccessible, apportant le malheur au chevalier qui tente de l’approcher ? De même, les descriptions de femmes extraordinairement belles et érudites n’illustrent-elles pas la vision néoplatonicienne de l’amour courtois, qui transforme presque la femme en un objet de culte insaisissable et inaccessible ?

51Bien que nombre des éléments que nous avons cités aient leur place aussi dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure, l’originalité de Guido delle Colonne est indéniable pour certains passages. C’est d’ailleurs l’Historia qui a été retenue pour les amours de Troilus et de Briséida qui ont inspiré Chaucer, puis Shakespeare. En outre, plus pessimiste que Benoît dans sa vision du genre humain, Guido est plus misogyne que sa source, sans doute parce que, écrivant en latin, il semble s’adresser à un public de clercs acquis à la tradition misogyne. Benoît, en revanche, compose une œuvre poétique en langue vernaculaire pour un public plus laïc. Ouvert à cette sensibilité courtoise il se montre moins sévère envers les femmes. Paradoxalement, on ne peut qu’admirer les épisodes amoureux de l’Historia qui contiennent certains passages lyriques touchants. La mise en roman de Benoît présente, certes, elle aussi, de très belles évocations de sentiments, mais rédigeant en vers et dans sa langue, Benoît a peut-être moins de mérites qu’un Guido écrivant en prose, genre qui se prête moins aisément au lyrisme. Cependant, le choix du latin sert probablement cette esthétique puisque, grandement influencé par les poètes classiques, Guido parvient à faire chanter Virgile et Ovide à travers des expressions directement puisées dans la tradition poétique, notamment dans les évocations des femmes et de l’amour.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot, « Georges Duby et l’imaginaire écran de la féminité », CLIO, Histoire, Femmes et Société, 8, 1998 [URL] [http://clio.revues.org/312].

2 « Vous resplendissez entre les autres belles femmes par le privilège de votre beauté comme la rose pourpre qui, à l’époque du printemps, devance par les merveilles de ses attributs le reste des fleurs que la nature offre spontanément dans les plaines ! » (fo 5 r.) Je prépare, dans le cadre de ma thèse de doctorat, une édition critique et une traduction partielle de l’Historia de Guido delle Colonne, à partir du manuscrit de base, le Cod. Bodmer 78 (Cologny-Genève, Bibliotheca Bodmeriana). Toutes les citations et traductions données sont tirées de ce travail et pour chacune, je donne le folio correspondant dans le Cod. Bodmer 78. Le manuscrit dit insignys, mais je note ici insigniis pour plus de clarté.

3 V. 4178-4180 : « le sang uni à la neige lui rappelle le teint frais du visage de son amie. » Chrétien De Troyes, Le conte du Graal ou le Roman de Perceval, éd. et trad. de Ch. Méla, Paris : Le livre de poche, 1990, p. 157.

4 « Vraiment je ne pourrais donner de jugement sur cette affaire si toutes ne se présentaient nues à mon regard, pour que par mon inspection je sois en mesure de contempler chaque partie de leur corps afin de donner un jugement impartial » (fo 18 r.).

5 « D’une très grande/ d’une grande/ d’une incroyable/ d’une immense beauté ».

6 « Une blancheur de lait se répandait sur tout son visage, elle avait des joues roses et des cheveux blonds » (fo 26 v.).

7 « Mais elle avait les sourcils joints, et cette jointure, formée d’une profusion de poils, présentait un petit défaut » (fo 26 v.).

8 « Elle était d’une beauté plus masculine que féminine » (fo 28 r.).

9 « Femme d’une sagesse incroyable, elle était très célèbre, savante en de nombreux domaines, extrêmement pieuse, très honorable et pleine de dévouement dans ses œuvres de charité » (fo 28 r.).

10 « Elle avait un corps élancé, brillant d’une blancheur laiteuse. Ses yeux étincelaient et lançaient des éclairs, ses gencives étaient rouges ses lèvres étaient roses et ses cheveux dorés » (fo 28 r).

11 « Elle était vraiment la plus vertueuse de toutes les femmes et modérée dans tous ses gestes » (fo 28 r.).

12 Nous reparlerons de cette rousseur qui ne semble pas anodine, puisque dans sa préscience, Cassandre est peut-être une figure ambiguë, entre la prêtresse et la sorcière, voire la traîtresse.

13 « Elle était très blanche, au visage couvert de tâches de rousseur […]. Elle savait prédire beaucoup de choses sur l’avenir car elle était fortement et clairement instruite dans la science des astres et dans les autres disciplines libérales » (fo 28 r.).

14 « Ce serait un travail inutile que de décrire sa beauté par des mots précis, puisque son aspect surpassait pour ainsi dire la beauté de presque toutes les femmes » (fo 28 r.).

15 « Nul ne pourrait trouver en ce temps-là quiconque de plus savant qu’elle » (fo 3 v.).

16 « Puisqu’elle est elle-même dotée d’une grande beauté, remarquable par ses nombreuses connaissances et embellie par sa façon de combiner de louables vertus » (fo 15 r.).

17 Douglas Kelly, « La conjointure de l’anomalie et du stéréotype », Cahiers de Recherches médiévales et humanistes, 14, 2007, §30 [URL] [http://crm.revues.org/2648].

18 « Jason ouvrit chez Médée les portes de la virginité. Et ainsi, après avoir passé toute cette nuit dans les joyeux agréments de la volupté, bien que Médée eût pleinement satisfait ses vœux par les embrassements de cet homme et reçu de Jason les actes d’amour désirés, pour autant la flamme du désir ne s’évanouit pas en elle » (fo 6 r.).

19 Francine Mora, « Nouvel Enée ou faux Enée ? Jules César et Enéas dans le Roman de Jules César de Jean de Thuin », Cahiers de Recherches médiévales et humanistes, 14 spécial, 2007, § 22 [URL] [http://crm.revues.org/2574].

20 Ibid., § 24.

21 « Et dès qu’il la vit, il la désira » (fo 21 r.).

22 Voir Enéide, XI, 40-43 : « Vt vidit leuique patens in pectore uulnus… / inuidit Fortuna mihi… »

23 Anne Rochebouet, « Variations sur une liste d’amants malheureux dans les Romans de Troie : vers un timide reflet de la thématique des Hommes Illustres ? », Questes, 17, 2009, p. 92.

24 « Mais Briséida qui semblait aimer Toilus avec non moins de ferveur amoureuse que lui » (fo 51 v.).

25 « Comme c’est le propre de la femme, elle se tourne vers Diomède et détourne son amour » (fo 63 r.).

26 Philippe Logié, « L’oubli d’Hésione ou le fatal aveuglement : le jeu du tort et du droit dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure », Le Moyen Âge, 108, 2002 (2), p. 239.

27 « Elle a été placée telle une courtisane soumise au plaisir de Télamon » (fo 12 r.).

28 Philippe Logié, art. cité, p. 241.

29 Loc. cit.

30 « Parce que je suis sûr et certain que les dieux veulent que je puisse confondre la Grèce et la piller cruellement et aussi que j’enlève une noble femme parmi les meilleures de Grèce et que je l’amène dans le royaume troyen comme ma captive, elle qui pourrait facilement être échangée en rançon pour votre sœur Hésione » (fo 17 v.).

31 « Voulant être contrainte », III, 248. Voir Francine Mora (dir.), L’Iliade, épopée du xiie siècle sur la Guerre de Troie, introduction de J. Y. Tilliette, Turnhout : Brepols, 2003.

32 Philippe Logié, art. cité, p. 250.

33 Voir E. Baumgartner, « Sainte(s) Hélène(s) », in : Femmes-mariages-lignages, xiie-xiv e siècles : Mélanges offerts à G. Duby, Bruxelles : De Boeck, 1992, p. 43.

34 « Mais Hector, très indigné par les paroles de sa femme, blâme son épouse et lui fait des reproches en des mots très acerbes » (fo 54 v.).

35 Ce terme est difficile à traduire et j’ai choisi de conserver la « mathématique », mot qui recouvre différentes sciences divinatoires, dont l’astronomie, l’astrologie ou encore les augures.

36 « Mais la perle de ses connaissances, ce en quoi elle excellait tout-à-fait, était l’art mathématique. Grâce à ses forces et l’utilisation d’incantations magiques… » (fo 3 v.).

37 « Si tu me prends pour femme, si tu m’arraches au royaume de mon père et m’emmènes dans ta patrie, Jason, si tu m’es fidèle et ne m’abandonnes pas tant que je serai en vie, je m’emploierai et veillerai à ce que tu accomplisses finalement ton désir d’acquérir la Toison d’or, après avoir réduit à néant tous les maux et les dangers qui te menacent » (fo 5 r.).

38 « Elle excellait plus dans les arts libéraux, puisqu’elle avait la connaissance de ces sciences et même de l’avenir » (fo 12 v.).

39 « Or, tandis que Cassandre proférait ces paroles et d’autres plus affreuses en se plaignant continuellement, et que, dans son angoisse, elle ne cessait en aucun cas ses avertissements envers le roi Priam, le roi lui-même ordonna qu’on la prenne et qu’on l’emprisonne en lui mettant les fers aux pieds » (fo 24 r.).

40 James A. Brundage, « R. H. Bloch, Medieval Misogyny and the invention of Western Romantic Love », Cahiers de Civilisation médiévale, 38, 1995, p. 80.

41 Marc-René Jung, La légende de Troie en France au Moyen Âge, Bâle-Tübingen : Francke, 1996, p. 564.

42 « Mais ô Hélène, la plus belle des femmes, quelle folie t’a prise au point que tu désertes le palais en l’absence de ton époux pour une raison légère, et que tu quittes son camp pour voir un homme inconnu ? […] Ô comme les murs de leurs maisons devraient plaire aux femmes et conserver les frontières et les limites de leur vertu ! […] Mais toi, Hélène, tu as voulu quitter ton palais pour voir Cythère afin que, sous prétexte de t’acquitter de tes vœux, tu puisses voir cet homme barbare et, sous prétexte de comportement licite, te tourner vers l’illicite » (fo 20 v.).

43 « Les cœurs des femmes qui s’émeuvent facilement » (fo 20 v.).

44 « Elle attirait de nombreux amants en raison de ses nombreux charmes et en aima un grand nombre, puisqu’elle ne gardait pas une constance d’âme envers ses amants » (fo 26 v.).

45 Le manuscrit dit uiris mais cela m’a paru une faute de construction et j’ai choisi de corriger en notant uiri dans mon édition.

46 « Vraiment pour toutes les femmes il a été décidé par la nature qu’il n’y ait en elles aucune constance : et si l’un de leurs yeux pleure, l’autre rit de l’autre côté, elles dont l’inconstance et l’humeur changeante les conduit toujours à tromper les hommes. Et tandis qu’elles témoignent un grand amour à un homme, quand un autre les flatte, elles transposent aussitôt et changent soudainement l’instable démonstration de leur amour » (fo 52 r.).

47 « Bien qu’étant une jeune fille très belle, elle s’efforça, comme c’est l’habitude des femmes, d’ajouter de la beauté à sa beauté avec des parures sans aucun doute magnifiques. C’est pourquoi, parée de précieux ornements, et vêtue de façon royale, dans une allure élégante […] bien que très maquillée de rouge, Médée ne pouvait quand même pas calmer l’éclat de ses yeux » (fo 4 r.).

48 De cultu feminarum, I, 6, (Sources Chrétiennes, 173, éd. M. Turcan, Paris : Le Cerf, 1971).

49 Traduction de E. A. de Genoude, Paris, 1852.

50 Ibid., II, 2.

51 « Cependant selon la tradition des saintes écritures de l’Église catholique et universelle, l’on croit, comme l’a écrit Bède, que le diable choisit alors un serpent d’une race de serpents ayant le visage d’une vierge » (fo 30 v.).

52 Voir Daretis Phrygii ilias, III, 363. Éd. citée de F. Mora, p. 156.

53 « L’appétit désirable d’une volonté changeante qui s’empare habituellement du cœur des femmes par une volonté soudaine, excita le cœur d’Hélène d’une ardeur inconsidérée » (fo 20 v.).

54 Michèle Guéret-Laferté, « La représentation de la chute de Troie dans l’Iliade de Joseph d’Exeter ou l’esthétique du trompe l’œil », in : Jean-Claude Arnould (éd.), L’Instant fatal, Rouen : Publications numériques du Cérédi, 2009 (Actes de colloques, 3).

55 « Sic Helenen totam pars unica mergit et ipsum // Excitat in cladem regnis certantibus orbem » (v. 206-207).

56 Voir Catherine Croisy-Naquet, « L’Ovide moralisé ou Ovide revisité : de métamorphose en anamorphose », Cahiers de Recherches médiévales et humanistes, 9, 2002 [URL] [http://crm.revues.org/49].

57 « Car cet Achille de malheur m’a souvent demandé de lui donner ma fille Polyxène comme légitime épouse et puisque je lui ai donné l’espoir certain de la lui remettre, je propose de lui envoyer un message lui disant de me rejoindre dans le temple d’Apollon où nous en discuterons. Là je veux que toi, mon fils, avec la fidèle compagnie de nos soldats, tu te caches secrètement et que quand il arrivera là, vous vous élanciez sur lui de sorte qu’il ne puisse s’enfuir sans être tué ici même par vos mains » (fo 65 v.).

58 Voir N. Jacques Chaquin, « La curiosité sorcière : représentations du désir féminin du savoir chez les démonologues (xvie-xviie siècles) », in : Colette Nativel (éd.), Femmes savantes, savoirs de femmes, Genève : Droz, 1999, p. 107.

59 « Mais ô Troilus, quelle crédulité si juvénile t’a poussé à te tromper au point de croire aux larmes de Briséida et à ses caresses trompeuses » ? (fo 52 r.).

60 « Au même titre que la matière recherche sans cesse une forme » (fo 4 r.). Notons d’ailleurs que cette expression semble directement empruntée à la Métaphysique d’Aristote, traduite et commentée au Moyen Âge par de nombreux théoriciens et philosophes. Pour ne citer qu’un exemple, Thomas d’Aquin écrit dans la Sentencia libri Metaphysicae, Lectio 1 : « Unde et materia dicitur appetere formam ». (In duodecim libros Metaphysicorum Aristotelis expositio, éd. R. M. Spiazzi, Turin-Rome : Marietti, 1964).

61 « Pourquoi donc, ô roi Éétès, poussé par l’audace, as-tu jugé bon de placer cette jeune fille côte à côte avec le héros étranger ? Si tu avais pesé d’un esprit clairvoyant la fragilité de son sexe […] Que t’a apporté la protection de Mars contre les tromperies et les ruses féminines ? » (fo 4 r.).

62 Catherine Croisy-Naquet, art. cité, § 20.

63 James A. Brundage, art. cité, p. 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bedel, « Portraits de femmes chez Guido delle Colonne », Atalaya [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://atalaya.revues.org/890

Haut de page

Auteur

Marie Bedel

Université Lyon 2, UMR 5648 (CIHAM)
marie_bedel@yahoo.fr

Haut de page